Une seconde de trop de Linda Green

Une seconde de trop de Linda Green

Une seconde de trop de Linda Green

Résumé Une seconde de trop de Linda Green

Lisa passe l’après-midi avec sa fille au parc. Elle veut la voir monter au toboggan et jouer à cache cache avec elle.

Mais Ella disparaît. Lisa devient vite inquiète car cela ne ressemble pas à sa fille de ne pas revenir au bout d’un certain temps.

Avis Une seconde de trop de Linda Green

Dès le départ, le lecteur sait qui a enlevé Ella. Mais la question est de savoir pourquoi. Et cela, nous le saurons vers la fin.

L’histoire est donc construite autour de Lisa, la mère d’Ella, de Muriel et quelques chapitres consacrés à Matthew, le fils de Muriel. En premier lieu, la maman, Lisa, qui est mère de trois enfants. Deux filles, dont une jeune adulte, qu’elle a eu très jeune, un fils et une fille, eus avec Alex. La famille est très unie même s’ils ne roulent pas sur l’or. Lisa est une femme active, qui ne peut pas assister à tous les événements de ses enfants. Pourquoi est-elle autant fâchée avec sa fille Chloé. Lors d’un moment d’inattention, Une seconde de trop, sa fille va disparaître. Tout le long de ce roman, elle sent au plus profond d’elle que sa fille est vivante. Je pense que cela lui permet de ne pas s’effondrer. Elle doit jongler avec toute sa famille, être aussi un support pour son mari, et inversement, et surtout que son fils puisse continuer à vivre. Lorsque Chloe reviendra, la situation sera tout de même tendue entre la mère et la fille. L’auteur détaille très bien les sentiments des uns et des autres, leurs angoisses, les bêtises faites. On sent de toutes façons, très bien, tout l’amour qui est porté à cette petite fille. Malgré tout, même si les personnages m’ont plu car tous amplement différents et bien qu’ils soient très unis, je n’ai pas éprouvé de coup de coeur pour eux.

Muriel est professeur de musique à domicile. Elle semble être une femme avec des idées vraiment préconçues sur l’éducation des enfants. De toutes façons, tout ce que font les autres parents, c’est mal. Ils donnent trop de liberté, ils écoutent trop les enfants… Elle est psychorigide. C’est pour cela qu’elle veut garder cette petite fille et l’éduquer. Muriel passe par des phases où elle prend cette petite fille pour son fils. Cette femme est malade psychologiquement. Elle a toujours pensé que son fils était le meilleur, elle l’a fait dépendre d’elle. Elle ne l’a pas laissé grandir. Elle va distiller, petit à petit, dans l’esprit de cette petite fille, que sa mère est une femme mauvaise qui ne sait pas l’élever. Ce personnage est vraiment bien construit. L’auteur ne laisse rien au hasard et avance petit à petit dans les découvertes faites sur ce personnage et ce qui lui est arrivé. Mais, malgré les révélations, Muriel est une femme profondément antipathique. Pourquoi d’ailleurs a-t-elle enlevé Ella ? A cause des prétendues négligences vues ?

Quant aux chapitres consacrés à Matthew, le jeune garçon relate sa vie avec sa mère dès que le père est parti. Il va nous faire connaître Muriel de son point de vue et comment il a tout fait pour qu’elle ne lui en veuille jamais. Mais il arrive que certains événements anéantissent tout surtout lorsque l’on est amoureux.

Et Ella dans tout ça ? La petite fille respire la joie de vivre. Elle a vite reconnu celle qui l’a enlevée. Ella pleure, elle est triste et veut vite retrouver ses parents. Elle subit son sort. Heureusement qu’il y a le chat. Ella veut vite retrouver toute sa famille et surtout aller à la grande école. Un coup de coeur pour cette jolie gamine qui, j’espère, ne gardera pas de traumatismes sur ce qui lui est arrivé et des mensonges qu’elle a entendus.

Je ne repars pas de ma lecture avec un véritable coup de coeur même si le roman, très bien construit, est prenant. Je ne pensais pas que les révélations allaient m’amener jusque là. L’auteur est assez forte et même très forte. En effet, à force, elle est arrivée à me faire douter de la mère d’Ella. Cela venait, cela repartait. J’en ai lu des histoires d’enlèvements d’enfants. J’ai peur, à chaque fois, de retrouver une même matrice quant aux déroulés des faits et des réactions des uns et des autres. Là, il n’y a aucun souci. Jusqu’à la fin, je n’ai pas su où elle allait m’entraîner. Les quelques lignes du début sont assez dures à lire. Elles mettent dans l’ambiance et peuvent faire monter les larmes aux yeux. Mais à qui s’adressent-elles ?

Je remercie Netgalley et les Editions Préludes pour cette sélection.

Une seconde de trop de Linda Green

Date de sortie : 23 mai 2018

Nb pages : 448

Editeur : Préludes

ISBN : 9782253905073

Publicités

Bal in my Pal #8-2018

Un achat.

Depuis que j’ai lu Antoine Marcas, pas tous pour le moment, j’achète tous les Giacometti-Ravenne. C’est le cas pour ce nouvel opus, une trilogie. Dès que j’ai tout lu de ce que j’ai en attente contre remise de critiques, je m’y plonge.

Le triomphe des ténèbres - Giacometti & Ravenne

Le triomphe des ténèbres – Giacometti & Ravenne

La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

La mort d'Hitler de Jean-christophe Brisard, Lana Parshina

La mort d’Hitler de Jean-christophe Brisard, Lana Parshina

La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina Présentation éditeur

Le 8 mai 1945, les nazis capitulent. Hitler s’est suicidé une semaine plus tôt, dans son bunker berlinois. Les Alliés et les Soviétiques fêtent ensemble la victoire. Voilà pour la version connue. En réalité, dès le 1er mai, Staline ordonnait à ses services d’enquêter sur la mort du Führer et de récupérer son corps. Cherchait-il une pièce à conviction ou un trophée de guerre prouvant au monde entier que son pays avait vaincu Hitler  ?
Après deux ans d’interminables négociations auprès des autorités russes, Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina ont pu accéder aux dossiers confidentiels concernant l’incroyable traque du corps d’Hitler par les espions soviétiques, ainsi qu’aux interrogatoires des témoins des derniers jours du Führer. Surtout, Moscou a accepté de leur présenter des restes humains  : un morceau de crâne avec un impact de balle et une mâchoire. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les auteurs ont obtenu l’autorisation d’effectuer des examens scientifiques sur ces ossements. Le Kremlin prétend qu’ils appartiennent à Hitler. Qu’en est-il vraiment  ?
Cette enquête fascinante, digne d’un roman d’espionnage, met un point final aux ultimes questionnements sur la mort d’Hitler.

Grand reporter, Jean-Christophe Brisard est réalisateur de documentaires, principalement sur les dictatures. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages dont Enfants de dictateurs (First Histoire, 2014) avec Claude Quétel.

Lana Parshina est journaliste indépendante et réalisatrice de documentaires. Elle partage sa vie entre la Russie et les États-Unis.

Avis La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

Un des grands mystères de l’histoire. Hitler est-il mort ou a-t-il pu s’enfuir de son bunker ? S’est-il suicidé et comment ? Par balle ou par poison ? Les deux auteurs vont tenter d’y répondre. Et cela passe par la Russie, qui tout le monde le sait, cache de nombreuses archives, pratiquement jamais rendues publiques, et encore moins maintenant avec Poutine. La Russie ou ses anciens noms donnent ce qu’elle veut bien donner. Dans ce pays, la méfiance a toujours été de mise, envers les Occidentaux mais aussi au sein même du pays puisque les services de l’Etat se font tous la guerre. Chacun garde ses informations, tout est cloisonné. Le lecteur apprend que les archives sont redevenus secrètes depuis que Poutine est au pouvoir. Pourtant en 2000, une grande exposition avait eu lieu.

Les Soviétiques ont eu de la chance de libérer Berlin avant les forces occidentales. Ils ont pratiquement pu arrêter qui ils voulaient et mettre la main sur des cadavres. Si les prisonniers avaient été interrogées par l’Occident, auraient-ils avoué ce qui est arrivé à Hitler ? Pas forcément. Malgré les interrogatoires plus que musclés, l’URSS n’a rien à envier au nazisme, ils n’ont pratiquement pas dévier. Mais ils étaient les plus proches d’Hitler et forcément des nazis plus que convaincus.

Encore une fois, même si je connais pas mal de choses sur cette période de l’Histoire, j’ai encore, forcément appris, notamment sur les derniers jours d’Hitler, les arrestations qui ont suivi, les interrogatoires, ceux qui en sont sortis vivants ou pas, comment ils ont réagi. La Deuxième Guerre Mondiale couplée à l’URSS, ce sont deux deux événements et pays qui m’intéressent depuis fort longtemps.

Les éléments sont bien séparés grâce aux parties. Le lecteur sent qu’il y a une réelle motivation pour trouver la vérité. Et franchement cela n’a pas été facile. Entre rendez-vous avortés, rendez-vous tenus mais personnes sur le qui-vive, travailler sur des documents officiels, classés secret défense, n’est pas donné à tout le monde. Même des preuves comme un crâne ou des dents. Ensuite, il faut tout étudier, les notes, les photos prises pour ne rien laisser au hasard. Le temps leur était souvent compté car le dossier est toujours confidentiel. Pendant plus de 70 ans, l’URSS et ensuite la Russie a toujours annoncé qu’Hitler était mort sans apporter de véritables preuves puisque les cadavres ne sont plus là.

Par contre, je ne sais pas si je regarderai le documentaire de France 2 qui s’inspire de ce document, Le mystère de la mort d’Hitler. Je ne sais pas ce qu’il peut m’apporter de plus par rapport à ce formidable travail, même si certains éléments sont répétés. Je ne dévoilerai pas les résultats de leur enquête. Ils ont été aidés par un véritable spécialiste français qui a réalisé ce qu’il a pu avec les éléments présentés. Outre cette enquête, nous avons de réels faits historiques racontés et surtout vérifiables.

Merci à Netgalley et Fayard pour ce formidable moment de lecture. Je n’ai pas vu le temps passer.

La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

Date de sortie : 7 mars 2018

Nb pages : 372

Editeur : Fayard

ISBN : 9782213706467

EnregistrerEnregistrer

Qui je suis de Mindy Mejia

Qui je suis de Mindy Mejia

Qui je suis de Mindy Mejia

Résumé Qui je suis de Mindy Mejia

Hattie veut partir à New York. Elle se rend à l’aéroport mais quand le personnel est pris de suspicion, elle ne s’envole pas.

Quelques jours plus tard, elle est retrouvée morte après sa participation à une pièce de théâtre. Qui a pu la tuer ? Son petit ami ?

Avis Qui je suis de Mindy Mejia

Je sors plus que mitigée de ma lecture. L’auteur ne donne aucun beau rôle à ses personnages, sauf peut-être à Del, le shérif et les parents d’Hattie. Il aurait mérité qu’on en sache un peu plus sur lui. Les autres ne m’ont fait ni chaud, ni froid. J’aurais pu me prendre d’affection pour Hattie, mais l’auteur ne répond à aucune de mes questions. Je sais bien que les adolescents se cherchent, jouent un rôle. Malgré des parents aimants, présents, qui la laissent libres car ils ont confiance en elle, elle joue même un rôle avec eux. A cause de son frère qui est parti faire la guerre ? Pourtant, cela remonte à beaucoup plus loin, le fait de vouloir être acceptée par tous. Voilà, je ne sais pas pourquoi elle est comme ça et cela me dérange fortement car cela n’est pas assez expliqué. Est-elle une manipulatrice ou est-elle réellement amoureuse ? Ce qui est sûr, c’est qu’elle veut partir par tous les moyens. Ensuite, nous avons Peter, le prof marié qui a suivi sa femme pour qu’elle s’occupe de sa mère dans ce coin perdu. Au fur et à mesure, l’un et l’autre se sont éloignés. Il a tenté de faire des efforts pour se rapprocher d’elle, sauf qu’il n’a eu aucun retour. Alors, la maxime que l’homme est faible se vérifie ici. Au détour de conservations sur le Net, il tombe amoureux. Et cela s’amplifiera lorsqu’il rencontrera cette personne même s’il fait tout, tout ?, pour ne pas succomber. Il en va de son honneur, de son travail. Prend-il le beau rôle en s’effaçant de cette façon ? Non. Même s’il n’est pas accepté dans cette famille et bien plus tard dans cette petite ville, il pourrait refaire sa vie ailleurs. Quant à Del, l’auteur donne quelques informations sur ce shérif qui veut trouver le meurtrier de la fille de ses meilleurs amis. Malgré le peu de moyens à sa disposition, il se trouve obligé de  mentir pour trouver la vérité. Est-ce que cette amitié en souffrira ? En tous les cas, il ne permettra pas que son ami se fasse justice lui-même. Il le protègera de la meilleure façon qu’il soit.

J’ai été assez surprise par le dénouement, notamment en ce qui concerne le meurtre de Hattie, mais en définitive, les évènements qui en découlent sont, plus ou moins, prévisibles dès qu’ils arrivent. Je n’ai trouvé aucun suspense. Je n’ai trouvé aucune dimension psychologique dans ce roman. Hattie et Peter racontent l’histoire jusqu’à la fin, de leur point de vue. Tandis que du côté de Del, c’est plutôt son enquête, son amitié avec le père de Hattie. Pour les deux premiers, cela permet d’avoir le point de vue de l’un et de l’autre. Cette construction à trois est pas mal. Elle ne donne pas de défauts au livre. Elle est censée permettre de comprendre Hattie mais comme je l’écrivais plus haut, cela n’a pas été mon cas. Pour Peter, c’est beaucoup plus simple pour le lecteur. Et comme je l’écrivais aussi plus haut, il manque quelques éléments pour Del. Pour sa vie privée, c’est annoncé. Quant à la guerre, je n’en ai pas su assez. Sauf qu’il est revenu, pas démoli, mais profondément changé. Mais comment ? L’auteur a voulu fouiller le caractère de ses personnages. Soit elle a voulu trop en faire mais elle ne s’est pas concentrée sur l’essentiel, soit les explications.

Le seul élément qui a trouvé grâce à mes yeux est cette malédiction en ce qui concerne la pièce de Shakespeare, Macbeth. Serait-elle maudite ? Elle donne une des raisons au roman puisque les lycéens l’interprètent pour leur spectacle de fin d’année. Malédiction, légende, c’est un des seuls points qui m’a intéressé car je ne connaissais pas ce qui est arrivé à tous ces acteurs au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Je remercie Netgalley et les Editions Mazarine de m’avoir permis de lire ce roman même si je m’attendait à mieux.

Qui je suis de Mindy Mejia

Date de sortie : 21 mars 2018

Nb pages : 400

Editeur : Mazarine

ISBN : 9782863744024

EnregistrerEnregistrer

Bal in my Pal #7-2018

Un P’tit Colli, des SP, une Masse Critique Babelio et deux Kube. Que demander de plus ?

tous les livres sur Babelio.com
Code 93 d'Olivier Norek

Code 93 d’Olivier Norek

La disparue de la cabine N°10 de Ruth Ware

La disparue de la cabine N°10 de Ruth Ware

Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty

Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty

Les dessous de l'innocence de Stella Tanagra

Les dessous de l’innocence de Stella Tanagra

Boom de Julien Dufresne-Lamy

Boom de Julien Dufresne-Lamy

Les coins obscurs de Ruth Rendell

Les coins obscurs de Ruth Rendell


J'embrasse pas de Richard Couaillet

J’embrasse pas de Richard Couaillet

 

Bilan de lectures en mars 2018

Qu’ai-je lu en ce mois de mars ?

J’ai eu une semaine de vacances, pas du tout reposante, mais qui m’a permis de lire pas autant que je l’aurais souhaité.  J’ai eu un formidable coup de coeur pour le dernier Aurélie Valognes. Ce n’était pas gagné lors des premières pages, mais l’auteur a une grande magie. Un roman que je dois absolument oublier et un document qui peut permettre de comprendre beaucoup de choses quant au IIIème Reich. Nombre de livres lus en mars est de 7. Pas énorme en définitive.

Je vous les rappelle :

Le modèle américain d’Hitler de James Q. Whitman

Sans elle d’Amélie Antoine

Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes

La fille du roi des marais de Karen Dionne

Le Mystère J. Holloway Tome 1 d’Hannah Keller

Le week-end de Natasha Preston

Elizabeth, marquise déchue de Louis Clavel

Les accidents du travail de Sandrine Ferrand

Les accidents du travail de  Sandrine Ferrand

Les accidents du travail de Sandrine Ferrand

Quand on travaille, un accident est si vite arrivé. Pour bien connaître ses droits et pour tous ceux qui s’occupent de droit social.

Présentation Les accidents du travail de Sandrine Ferrand

Gestion – Tarification – Contentieux

Gérer un dossier d’accident du travail est une mission qui demande des connaissances spécifiques en droit du travail et droit de la Sécurité sociale, de solides compétences administratives et la prise en compte de la dernière actualité.

Les enjeux ? Des conséquences financières souvent lourdes en cas de majoration du taux AT, et des risques de contentieux avec la Sécurité sociale.

Comment s’effectue la gestion des arrêts de travail ? Quels sont les enjeux financiers de la tarification des accidents du travail ? De quelle façon maîtriser les possibilités de recours en cas de désaccord avec les décisions de la Sécurité sociale ?

Intégrant l’actualité la plus récente issue de la loi Travail et des ordonnances Macron, cet ouvrage, complet et illustré de nombreux exemples, accompagnera les dirigeants et les services ressources humaines dans le suivi de ces dossiers souvent complexes.

Je remercie les  Editions Gereso pour l’envoi de cet ouvrage.

Sandrine Ferrand

L’auteure est consultante, formatrice et coach certifiée. Elle est spécialisée en droit social, prévention des risques professionnels et communication. Elle conseille les entreprises dans la gestion de leurs problèmes juridiques et relationnels relatifs à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail de leurs salariés.

Les accidents du travail de Sandrine Ferrand

Date de sortie : 22 mars 2018

Nb pages : 177

Editeur : Gereso

ISBN : 978-2-35953-504-4