La méthode Feldenkrais, Outil fondamental de la Connaissance de Soi par le mouvement de Delphine Hélix

La méthode Feldenkrais, Outil fondamental de la Connaissance de Soi par le mouvement de Delphine Hélix
La méthode Feldenkrais, Outil fondamental de la Connaissance de Soi par le mouvement de Delphine Hélix

Une méthode d’accompagnement fondée sur le mouvement du corps

Dans cet ouvrage, publié aux Editions Vie, Delphine Hélix nous propose une méthode d’accompagnement psycho-corporelle basée sur les principes fondamentaux de la méthode Feldenkrais. Grâce à des séquences de mouvements facilement accessibles, cette méthode permet de prendre conscience de nos schémas de fonctionnement. Par exemple, il arrive de fournir un e ort supérieur à ce qui est réellement nécessaire pour accomplir une tâche. Nous oublions de convoquer certaines parties de nous-même, ce qui oblige d’autres parties à travailler plus fort. A la longue, ces schémas créent des tensions qui se transforment en douleur. La méthode Feldenkrais permet donc d’en prendre conscience, de s’en libérer et d’être d’avantage e cace dans nos mouvements.

En séances individuelles ou collectives, Delphine Hélix nous invite à redécouvrir la capacité de notre organisme à s’auto-réguler, gérer le stress, la fatigue, les tensions, à identi er nos freins, élargir notre zone de con ance et notre assurance dans tous les domaines de notre vie.
Ce livre s’adresse à toute personne souhaitant prendre en compte ce que le corps nous communique au quotidien.

Grâce à un vocable simple et des conseils pratiques à mettre en place immédiatement, Delphine Hélix propose ici une vulgarisation de la méthode Feldenkrais pour la rendre accessible à tous.

Delphine Hélix

« L’art du mouvement constitue un outil essentiel d’apprentissage et d’épanouissement personnel. »

Diplômée d’Etat en danse contemporaine à Paris, danseuse interprète formée à l’école de Merce Cunningham à New York et praticienne certi ée de la méthode Feldenkrais, étudiée à Paris et à Victoria (Colombie Britannique, Canada), Delphine Hélix explore depuis de nombreuses années comment la libération de nos mouvements permet de tisser un lien plus fort avec notre intuition.

Dans sa pratique quotidienne, elle intervient auprès d’un public varié : enfants, adultes, seniors, personnes handicapées, binômes parents-enfants, femmes enceintes, jeunes mamans…

La méthode Feldenkrais, Outil fondamental de la Connaissance de Soi par le mouvement de Delphine Hélix

Date de sortie : 30 mai 2016
Nb pages : 128

Editeur : Editions Vie

ISBN : 979-10-348-0095-7

Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Le journal de la métamorphose Tome 1 L'adolescence de Marine Rose
Le journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Avis Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Je tiens à remercier Marine Rose de m’avoir contacté via FB pour me permettre de lire le premier tome de son Journal. Je tiens également à m’excuser de l’avoir lu si tard et donc écrire la critique plusieurs semaines après l’envoi. Je tiens aussi à la féliciter, ainsi que le papa, pour la naissance de son premier enfant. J’espère qu’elle trouvera ce bonheur auquel elle aspire tant. J’ai l’impression que c’est en bonne voie.

Dans ce premier tome, le lecteur suit la vie de Marine entre 17 et 19 ans, une période qui peut être assez difficile pour une jeune fille, qui est encore une adolescente et pas tout à fait une femvbme. Elle passe par tous les états d’âme, du plus profond désespoir au bonheur le plus total. Marine est une jeune fille qui se cherche. Elle ne sait pas encore quoi faire mais elle ne veut pas échouer, dans tout. Marine est une jeune fille très perfectionniste. J’ai retrouvé certains traits de caractère sur une personne qui m’est très chère. Douter, douter et encore douter. Penser ne rien valoir malgré les encouragements, les félicitations des proches. Et les crises de désespoir sont profondément intenses. Mais Marine arrive à s’en sortir après ces périodes de doute, il y a ces périodes d’euphorie. Elle raconte qu’elle cherche au plus profond d’elle-même pour être une personne meilleure. Mais comment fait-elle ? Comment y arrive-t-telle ? Les arts, tous autant qu’ils sont l’aident beaucoup. La musique, l’équitation, la mode et surtout l’écriture. Car cette dernière est une véritable passion. Je pense que ce journal a été retravaillé pour être publié mais les mots sont choisis avec soin et je pense, dès le départ. Pour des personnes comme Marine qui recherchent l’idéal et surtout à cet âge, le gris est difficile à accepter. Mais c’est en grandissant que l’on fait des concessions sans abandonner ses idéaux. Est-ce que tous ses changements d’humeur sont dus à ce qu’elle nous apprend en fin de Journal ? Le perfectionnisme peut être la cause de beaucoup de soucis médicaux.

Les amis, vrais ou faux, ceux qui restent ou pas, ceux qui évoluent mais pas dans la même direction que soi. Marine en fait l’expérience. Ce dont elle ne doute pas, c’est l’amour de sa famille, de ses parents et de ses frères. D’ailleurs, notamment avec l’aîné, elle a une très belle relation même si elle s’inquiète beaucoup pour lui.

Le lecteur peut se demander, en lisant pratiquement toujours la même chose, comment elle n’arrive pas à tirer des conclusions de ses erreurs. Mais dans toute quête personnelle, le cheminement est long, très long. A chaque expérience, on en ressort grandi. J’écrirai aussi, et sans jugement, que l’alcool n’arrange pas les choses, loin de là. Même si elle semble se rappeler beaucoup en ayant beaucoup bu. Marine va expérimenter les aléas de la vie. Elle va s’écouter, essayer de penser à elle pour se trouver et savoir qui elle est. Elle doit être actrice, la faire et se préoccuper des petites choses pour y prendre du plaisir. Elle doit échanger mais aussi donner car elle attend beaucoup trop des autres. D’ailleurs dans ses principes de recherche d’elle-même, arrive-t-elle à donner ? Elle doit s’aimer. Dans ses écrits, on sent beaucoup de culture. Ces mots sont pensés et maîtrisés.

Résumé Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

De 17 à 19 ans, Marine Rose nous raconte sa vie de lycéenne et d’étudiante.

Elle est à la recherche d’elle-même, du bonheur mais pas que. Questions existentielles sur la vie, sur soi.

Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Date de sortie : 8 mars 2017

Nb pages : 601

Editeur : Electrons Libres

ISBN : 979-10-348-0095-7

De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

De l'autre côté de la nuit de Sarah Hilary
De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Avis De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Que c’est compliqué d’écrire cette chronique ! Il y a tellement de choses à dire que ce serait vraiment trop en dévoiler. Et je ne le veux pas. Tout commence pour Marnie et Noah avec la découverte de ces deux enfants morts il y a cinq ans. Qui sont-ils ? Comment sont-ils morts ? Qui les a tués ? Voilà une partie des enjeux de ce roman. Mais ce n’est pas tout avec tous les personnages qui gravitent autour et le lieu, ce bunker.

Je ne sais pas si toutes ces constructions, ces bunkers existent bien à Londres. Ils permettaient de se cacher, de vivre et de survivre pendant la deuxième Guerre Mondiale. Dans ce roman, nous assistons à la souffrance d’un homme, d’une femme. Cette dernière est atteinte de dépression post-partum. Elle est un danger pour elle-même et pour les autres. Soignée avec des médicaments, son mari est chargé de s’en occuper ainsi que de ses enfants. Mais cela sera extrêmement dur pour lui car il aura toujours peur qu’elle passe à l’acte. Il devra tout éliminer de dangereux. Mais cela ne sera pas suffisant. L’un et l’autre vivront dans la culpabilité. Ils penseront ne pas pouvoir être à nouveau heureux. L’auteur nous détaille les affres de la maladie, qui et comment elle touche. La dépression peut toucher n’importe qui et à n’importe quel moment. Je ne souhaite à personne de connaître cet état. Oui, tout à fait, j’ai expérimenté la dépression d’un proche et la mienne par la même occasion, même si ce n’est pas la dépression d’une femme qui a eu un enfant. Elle est souvent méconnue, on parle d’hormones… Heureusement que certaines personnalités se confient à ce sujet pour que les prises de conscience existent et pas que celles des médecins. Le roman pointe du doigt, également, la non prise en charge des victimes. Elles souffrent elles aussi, même si elles sont adultes.

Ce roman n’est pas un coup de coeur pour moi. Pourtant, il bénéficie d’une bonne construction, d’un bon sujet et de très bons personnages. Le moment ne se prêtait peut-être pas à sa lecture pour que je l’apprécie à sa juste mesure. Je m’attendais peut-être à plus, à savoir plus de développements de la part de l’auteur sur cette culpabilité, surtout comment elle a été vécue. Les faits sont établis, Marnie les développe et fait parler ceux qui souffrent. Mais peut-être car il y a trop de personnes qui souffrent dans ce roman. Tout n’est pas éclairci à mon avis. Peut-être que ce sera le cas sur le prochain puisqu’il semblerait, lorsque j’ai lu, les dernières pages, que ce roman est le deuxième qui met en scène Marnie et Noah. Ce roman traite de la culpabilité, du jugement envers autrui. Certains personnages en sortiront grandis. Cela aura été une belle leçon de vie que la découverte de ces deux corps d’enfants et de l’histoire qui en découle. L’auteur distille ses informations au compte goutte pour permettre au lecteur de s’interroger. Certaines fois, je ne me suis pas assez interrogée et heureusement car sinon, je n’aurais pas eu le plaisir de la découverte.

Peut-on être un jour heureux même si on a vécu un drame dans sa vie ? Marnie tente même si elle cherche des réponses et qu’elle est manipulée. Même soignée, même condamnée, même réhabilitée, Esther portera toujours sur ses épaules le poids de ses actes. Et son mari, qui a refait sa vie ? S’il ne bénéficie pas d’une aide, il ne sera jamais heureux. Tout comme ce jeune adolescent que les parents n’ont jamais aimé.

Je remercie Netgalley et les Editions JC Lattès.

Résumé De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Cinq ans auparavant, deux garçons sont enfermés. Fred pleure mais ne veut pas le montrer à son petit frère.

Plus tard, à Londres, découverte de deux enfants morts dans un bunker. Pour Noah Jake, c’est sa première affaire avec des enfants disparus. Qui sont ces enfants ? Comment sont-ils décédés ? Le but est donc de trouver qui ils sont et les coupables.

De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Date de sortie : 31 mai 2017

Nb pages : 380

Editeur : JC Lattès

ISBN : 978-2-7096-45331

Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Nom de code Mémé Ruth d'Alice Quinn
Nom de code Mémé Ruth d’Alice Quinn

Avis Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Chère Cricri,
Pour tout vous dire, je vous aime toujours autant. J’ai raté le troisième épisode et je le regrette. Il est bien dommage que votre auteur Alice Quinn ne soit pas publiée par une maison d’édition. Mais elle persévère et se publie elle-même. Heureusement même si cela ne lui apporte pas beaucoup de sous. Heureusement qu’Alice a une communauté fidèle qui l’aime et vous aime beaucoup. Qu’est-ce qui ne plaît pas à un éditeur ? Vos phrases ? Très certainement car vous pouvez passer pour une jeune femme sans cervelle. Sauf que, à force de vous connaître, vous êtes une femme au coeur tendre. Alice Quinn, dans tous ses romans, fait passer de nombreux messages, avec des personnages hauts en couleur. Ici, cela concerne la Résistance et tous ces hommes et femmes qui ont oeuvré contre le nazisme. Bravo à Alice et à votre mémé Ruth.

Vous êtes une grande rêveuse, vous recherchez toujours le grand amour, un regard suffit parfois pour vous mettre dans tous vos états. Malgré tout, vous pouvez changer facilement d’avis car vous avez des principes. On s’en rend compte encore dans vos romans. L’amour, il n’y a que ça de vrai, surtout celui de vos enfants et ceux des autres. Pour eux, vous déplacerez des montagnes et ils vous le rendent bien. Rêveuse oui car vous rêvez d’un destin, d’argent. Dès que quelque chose pointe à l’horizon, vous établissez de nombreux plans. Ah oui, cela permettrait de mettre du beurre dans les épinards, mais vous serez économe et surtout vous aiderez les autres. C’est ce que j’aime chez Rosie, Cricri, elle ne pense pas qu’à elle.

Comme d’habitude, Rosie Maldonne attire les problèmes ou ceux-ci aiment la jeune femme. Ce sont toujours des enquêtes pour trouver quelque chose, des coupables… Elle conserve toujours ses amis fidèles qui sont là pour l’aider. Rosie reste elle-même, elle dit tout haut ce qu’elle pense, cache ce qu’elle souhaite. Elle ne se laisse pas malmener par qui que ce soit. Elle réarrange toujours les proverbes à sa façon. C’est une femme au grand coeur qui mériterait vraiment d’être connue. Outre la Résistance, Alice Quinn nous offre également une Rosie encore plus attachante, qui n’hésite pas à montrer sa faiblesse, à pleurer car c’est un retour vers le passé qu’elle a peu connu. Rosie est issue de deux femmes très fortes. Où il est question d’héritage moral.

Malgré quelques petites coquilles que je n’ai pas eu le temps de noter, Alice Quinn nous fait toujours passer un bon moment de détente, sans prise de tête avec son héroïne au grand coeur. Merci à l’auteur pour m’avoir offert son roman. Toujours de nombreuses références cinématographiques et chantées.

Résumé Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Rosie Maldonne sort d’une situation amoureuse. Des pluies diluviennes ont saccagé sa caravane. Dans une valise, elle essaie, avec ses enfants, de faire sécher ses papiers donc souvenirs. Elle voit la moitié d’une carte. Tout de suite, elle pense à un trésor.

Lorsqu’elle se rend dans un endroit pour cherche à manger, elle rencontre deux SDF. L’un lui confie une photo et l’autre une invitation pour se rendre à Monaco.

Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Date de sortie : 31 mai 2017

Nb pages : 347

Editeur : Alliage

ISBN : 978-2369100300

I hate u love me de Tessa Wolf

I hate u love me Tessa Wolf
I hate u love me Tessa Wolf

Avis I hate u love me

Après avoir lu tome 1 il y a peu de temps, grâce à Netgalley France et BMR, que je remercie ainsi que Tessa Wolf, j’ai pu me plonger dans ce deuxième volume de I hate u love me et retrouver Elena et surtout Fares. Si je n’avais pas été sélectionnée par BMR, j’aurais toutefois acheté l’ebook et ce sera le cas pour le troisième tome que j’attends avec grande impatience.

Comme je l’écris souvent car je le pense pour l’avoir expérimenté, les deuxièmes tomes sont souvent moins bons que les premiers et troisièmes. Ils semblent être une transition. Mais ce n’est pas le cas ici. Tessa Wolf réussit à merveille à encore, une fois, nous transporter dans cette histoire, pas tout le temps belle, il faut bien le dire. Elle a su insérer l’élément indispensable pour nous permettre d’avancer et de rester accro et fan.

Nous retrouvons Elena qui est mariée à Eric. Ils rentrent de voyage de noces. Elle emménage dans sa belle maison. Mais avant de quitter son appartement, la femme de Fares lui rend visite. Elle souhaite lui parler mais pour Elena, tout est fini. Toutefois, elle conserve les données de la femme de Fares. Elena reprend son travail chez Hermès. Elle a deux assistantes sur qui elle peut compter. Outre son travail sur un sac, elle est missionnée pour une publicité afin de rendre tout son aura aux parfums Hermès, dont la dernière publicité n’a pas été au top. Lors d’une fête donnée à son domicile, Fares s’est introduit car il veut récupérer un élément qui lui appartient et qui était destiné à Elena.

Elena et Fares vont-ils replonger ? Vont-ils s’aimer ? Vont-ils se haïr ? Outre cette attirance physique, l’un et l’autre se déclarent leur amour enfin. Mais c’est sans compter un odieux personnage. Je ne spoïlerai pas qui et ce qui arrivera. Mais ce qu’il faut savoir c’est que Fares n’abandonnera pas. Il veut la reconquérir mais il existe beaucoup d’interrogations. Il veut prouver à Elena qu’il l’aime, qu’il a besoin d’elle et qu’il respectera son choix, même si cela lui fait extrêmement mal. Tessa Wolf alterne entre les scènes d’amour, haine, de violences physique et verbale. Elle consacre des chapitres écrits au nom d’Elena et de Fares et aussi d’Eric.

J’ai constaté deux ou trois coquilles de fautes non corrigées. Bref, pour tout vous avouer, je suis toujours autant amoureuse de Fares. Comme dans le premier tome, les personnages ne sont pas niais, loin de là. Ils grandissent, les profils psychologiques sont bien étudiés. C’est le tome des grands bouleversements qui vont permettre de mieux appréhender le troisième qui semble alléchant, grâce au bonus à la fin du livre.

Résumé i hate u love me

 Elena rentre de voyage de noces. Elle doit reprendre le travail chez Hermès. Elle fait le point avec ses deux assistantes qui lui annoncent qu’une publicité doit être travaillée par elle.

Eric doit présenter un grand projet face à de grandes personnalités. Fares, l’ex d’Elena, est présent à cette soirée.

I hate u love me, tome 2, de Tessa Wolf

Date de sortie : 9 juin 2017

Nb pages : 394

Editeur : BMR

ISBN : 978-2-01-702649-5

EnregistrerEnregistrer

Bilan de lectures en juin 2017

Mon bilan de lectures au mois de juin 2017. 

Il me reste encore quatre cinq livres en attente, via Netgalley. Il me tarde de lire le tome 2 de I hate u love me de Tessa Wolf mais aussi de me replonger dans une aventure d’Antoine Marcas. Qu’a donné ce mois de juin en terme de lectures ? La fin du mois a été assez difficile avec l’avant dernier livre lu. Un thriller semble-t-il avec en ligne de mire la télé réalité mais je n’ai pas du tout accroché. La lecture m’a semblé très longue. Ai-je mieux fait qu’au mois de mai ? Mon nombre de livres lus en juin est de 7. Je me maintiens.

Je vous les rappelle :

  • De l’arsenic pour le goûter de Robin Stevens
  • La dernière expérience d’Annelie Wendeberg
  • L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler
  • Roma de Mirko Zilahy
  • Quelques jours de nos vies de Clare Swatman
  • Jusqu’à l’impensable de Michael Connelly
  • Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva
    
    
    
    

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Jusqu'au bout d'Alexandra Oliva
Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Avis Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Difficile d’écrire cette chronique. J’ai pris énormément de notes pour tenter de me retrouver dans les personnages. Ils ont leur nom de scène, de télé-réalité, mais aussi leurs prénoms donnés par l’héroïne. A part Traqueur, l’Exorciste, Serveuse et Zoo, j’ai un tant soit peu oublié les autres et surtout leurs prénoms. Bref, j’ai eu du mal à lire ce roman, mais pas que pour ça. Il a fallu que j’arrive aux 3/4 pour que j’arrive à y trouver un tant soit peu mon compte. C’est-à-dire au moment où l’héroïne accepte que ce qu’elle vit depuis qu’elle est en Solo n’est pas du tout un jeu.

Ce roman est construit comme une télé-réalité sur de nombreux chapitres. Ils alternent avec la survie de l’héroïne. Si personne n’a vu de télé-réalité de sa vie, vous allez tout comprendre. Une production et animateur qui bénéficient des meilleures conditions. Des candidats que l’on découvre au fur et à mesure et qui sont tous aussi différents les uns que les autres. D’ailleurs, on se demande comment certains peuvent être là mais le but est de faire de l’argent et du buzz. Donc, on les suit en équipes, en solo avec deux ou trois qui se démarquent du lot. Comme dans toute télé-réalité, même si celle-ci est destinée à l’aventure, des alliances peuvent se créer. La fatigue, la faim, les conditions de vie peuvent monter les gens les uns contre les autres. Mais la production est protégée par des contrats en béton. Sauf qu’ils n’ont pas prévu l‘impensable. Ce qui arrive à tous. Comment notre héroïne passe à travers les mailles du filet de ce rapatriement ? Je pense que c’est dû au fait qu’elle ait été malade à un moment donné.

Dans les autres chapitres, on assiste à la survie de notre héroïne qui a décidé d’aller Jusqu’au bout de son aventure et de ne pas prononcer la phrase magique. Son mari l’a laissée partir pour qu’elle vive cette aventure. Elle rencontrera un jeune garçon, la désolation partout mais elle pense que c’est compris dans le scénario. Elle ne veut pas se poser de questions sur ce qu’elle a vu et voit. Il faut qu’elle avance, qu’elle rallie le dernier point. Il faut qu’elle mange, qu’elle fasse front. Même si Brennan parle trop à son goût, ce sera son compagnon d’aventure. Jusqu’à ce qu’elle arrive chez elle et découvre la réalité. A ce stade-là, le roman est bien avancé. Un petit élément nous laisse espérer une fin heureuse. En effet, comme dans tout programme, les réseaux sociaux jouent un très grand rôle. Chacun y va de son commentaire bien protégé derrière son écran. Son moteur est donc son mari qu’elle aime par dessus tout. Il lui a permis de faire face à une mère assez difficile. Le seul hic est qu’elle ne veut pas d’enfant. Elle rêve pratiquement toutes les nuits qu’elle assassine son bébé.

L’action se passe aux Etats-Unis. Les paysages traversés ne sont pas magnifiques. Le cadre ne s’y prête pas du tout et ne donne pas envie. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas adhéré au roman. Ce n’est pas une question d’écriture. Peut-être le sujet de la télé réalité et de se perdre dans ce nombre de personnages. Les parties consacrées à l’héroïne m’ont le plus plu. L’écriture est de bonne qualité mais elle n’a pas suffi pour moi, malheureusement.

Je remercie les Editions Kero et Netgalley pour cette sélection.

Résumé Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Un monteur est en train de travailler sur la diffusion du premier épisode d’une nouvelle télé-réalité. Mais il est malade et il sera parmi les premiers à mourir, même s’il ne le sait pas. La mort va intervenir dans les cinq jours.

Des candidats se retrouvent pour assister à cette aventure. Ils devront faire équipe mais aussi participer à des épreuves en solo.

Elle a faim, elle a soif. Elle a été malade. Mais elle doit repartir pour tenter de réaliser son Défi.

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

date de sortie : 1er mars 2017

Editeur : Kero

Isbn : 9782366582482

Nombre de pages : 416