Du feu de l’enfer de Sire Cédric

Du feu de l'enfer de Sire Cédric
Du feu de l’enfer de Sire Cédric

Avis Du feu de l’enfer de Sire Cédric

Lire le dernier Sire Cédric, en plus dédicacé. Que demander de mieux. Si non quelques jours et quelques belles heures de lecture. Toutefois, ce roman, Du feu de l’enfer, ne fait pas partie de mes coups de coeur de ce début d’année. Si je ne lui donne pas une note maximale, il la mérite presque. Sire Cédric a su me donner d’intenses moments de lecture, de sacrés rebondissements. Il maîtrise à fond son sujet et le thriller avec les péripéties de Manon. J’ai été scotchée du début à la fin et personnellement Sire Cédric m’a bien eu avec un de ses personnages. De toutes façons, je ne vois rien venir tellement je suis dans ma lecture. Je suis les méandres des uns et des autres, les enquêtes. J’aurais dû me méfier et ne pas suivre la piste qu’il nous donnait. Un véritable piège pour le lecteur.

Du feu de l’enfer se passe dans l’Hérault, à Montpellier et aux alentours. On assiste à des massacres, à des sacrifices. On est en présence d’une véritable secte qui se croit supérieure à tous. Pour cela, le sujet est parfaitement maîtrisé et surtout bien documenté. Sire Cédric met en scène le sacrifice d’animaux, de la torture aussi bien animale qu’humaine. Même les coeurs sensibles peuvent lire Du feu de l’enfer. J’ai également noté une belle référence à ces personnalités qui ont assisté à des parties fines, cachées et qui ont impliqué une certaine personnalité toulousaine. Sire Cédric sait nous démontrer toute une enquête de police, les flics qui peuvent être véreux.

Du feu de l’enfer met en scène une belle galerie de personnages. Manon se révèle une jeune femme tenace. Elle ne recule devant rien pour découvrir la vérité. Même si elle pense être une personnalité faible, qui ne sait pas tenir tête à son jeune frère, le mal ne lui fait pas peur et elle l’affronte. Et elle en verra et de tout. Même si elle se met en danger et aussi son frère, elle arrive à trouver les moyens pour faire face. Elle subit une énorme violence autant physique que morale. En ce qui concerne Manon, Sire Cédric nous dévoile son passé petit à petit. Il en fait un personnage auquel on s’attache. Le personnage d’Ariel contrebalance celui de sa soeur, Manon. Il est lâche, il a toujours peur, il veut, avant tout, sauver sa peau malgré les dégâts qu’il peut causer. Il ne prend pas ses responsabilités puisqu’il a toujours été protégé par Manon. 

Raynal m’a fait penser à un autre commissaire cher à Sire Cédric, Alexandre Vauvert. Mais en avançant dans le roman, cela peut disparaître. Je suis tombée, toutefois, sous le charme de Raynal.

Sire Cédric nous offre un départ en fanfare avec cette tentative de fuite d’une femme nue. Ensuite, il y a ce suicide. Les fondations du roman sont posées et les évènements vont s’enchaîner avec un rythme d’enfer. Les chapitres sont courts avec toujours des rebondissements. Un bon thriller avec du sang, de la torture, des meurtres. De plus, j’ai lu ce roman en ayant toujours en tête ma rencontre avec l’écrivain. Je le remercie d’ailleurs pour la dédicace et ainsi que la Librairie de la Renaissance à Toulouse.

Résumé Du feu de l’enfer de Sire Cédric

Une jeune femme fuit une propriété, nue. Ses poursuivants sont nombreux. Elle tombe sur des animaux décapités.

Manon tente de dormir. Elle est réveillée par des gouttes de sang qui tombent de son plafond. Elle monte chez son voisin et découvre qu’il s’est suicidé. Sur ces entrefaites arrive son frère Ariel. Mais Manon, thanatopractrice, elle maquille les cadavre, en a marre de l’aider.

Du feu de l’enfer de Sire Cédric

date de sortie : 9 mars 2017

Editeur : Presses de la Cité

Isbn : 978-2-258-11569-9

Nombre de pages : 556

 

La protection sociale en 170 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle Leray

La protection sociale en 170 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle Leray
La protection sociale en 170 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle Leray

Dans notre pays où il existe une protection sociale jusqu’au mois de mai 2017, au moins, il est indispensable de connaître les droits, prestations et bénéficiaires. Après les Elections, nous ne saurons pas à quelle sauce nous serons mangés. Ce livre restera d’actualité ou pas. Mais en attendant, il peut être utile à tous et notamment aux étudiants en droit. D’ailleurs, je remercie Gereso pour cet envoi.

La protection sociale en 170 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle Leray

Droits – Prestations – Bénéficiaires

Système unique au monde, le régime français de protection sociale couvre une multitude de risques : maladie, maternité, vieillesse, invalidité, incapacité, décès, accident du travail, chômage…

Quelles sont les dépenses prises en charge par l’assurance maladie ? Comment se faire rembourser de ses soins même sans être salarié ? Quelle est la durée du congé maternité ? Comment contester un accident du travail ? Est-il possible de cumuler des revenus avec les allocations chômage ?

Rédigé sous forme de questions réponses, intégrant la toute dernière actualité, cet ouvrage pratique et accessible à tous vous apportera un éclairage précis sur les régimes de Sécurité sociale en France.

Salariés, responsables ou gestionnaires des services RH et paie, praticiens du secteur social…

Avec 170 sujets répartis par thèmes, ce guide 100 % à jour et opérationnel vous accompagnera dans le traitement de tous les dossiers liés à la protection sociale de vos collaborateurs.

Les auteurs

Jean-Philippe Cavaillé est diplômé de l’IEP de Paris, de l’ESSEC et titulaire d’un DEA en droit social. Il est responsable des ressources humaines au sein d’un groupe international.

Gwénaëlle Leray est auteur de cette 5ea ctualisation, est juriste diplômée en droit social, et auteur de plusieurs ouvrages en droit du travail. Formatrice, elle intervient auprès d’un public de particuliers, d’étudiants et de professionnels du secteur sanitaire et social.

La protection sociale en 170 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle Leray

date de sortie : 9 mars 2017

Editeur : Gereso

Isbn :978-2-35953-450-4

Nombre de pages : 217

Le droit du travail en 350 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle LERAY

Le droit du travail en 350 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle LERAY
Le droit du travail en 350 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle LERAY

J’ai déjà présenté cet ouvrage. Mais la loi évolue et avec la Loi Travail, les salariés ne sont pas encore au courant de tout pour se défendre et connaître leurs droits. Voici donc la version réactualisée avec la loi travail.

Le droit du travail en 350 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle LERAY

Présentation de l’éditeur Gereso que je remercie :

Salariés, vous vous interrogez sur des points précis de la réglementation du travail : contrat, horaires, rémunération, congés, absences, démission…

Employeurs, managers ou responsables RH, vous souhaitez sécuriser vos pratiques de gestion du personnel : vous devez connaître les fondamentaux du droit social, appliquer les derniers textes en vigueur et intégrer la jurisprudence la plus récente.

Les différents types de contrats de travail et leurs clauses obligatoires, la durée légale du travail, l’emploi et la gratification des stagiaires, la formation professionnelle, les représentants du personnel et leurs différents statuts…

Quelles sont toutes les incidences de la loi Travail sur les relations individuelles et collectives de travail ?

Rédigé sous forme de questions-réponses, 100 % à jour de la loi Travail et opérationnel, ce guide pratique vous permettra de maîtriser l’essentiel du droit du travail.

Les auteurs 

Jean-Philippe Cavaillé est diplômé de l’IEP et l’ESSEC, et responsable des ressources humaines au sein d’un groupe international.

Gwénaëlle Lerat, auteur de cette 6è actualisation, est juriste diplômée en droit social et auteur de plusieurs ouvrages en droit du travail.

Le droit du travail en 350 questions de Jean-Philippe Cavaillé et Gwénaëlle Leray

Date de sortie : 9 mars 2017

Editeur : Gereso

ISBN : 978-2-35953-452-8

Pages : 410

Leona la fin justifie les moyens de Jenny Rogneby

Leona La fin justifie les moyens de Jenny Rogneby
Leona La fin justifie les moyens de Jenny Rogneby

Avis Leona la fin justifie les moyens de Jenny Rogneby

Entre la première et deuxième histoire, il y a peu de rappels. Leona est vraiment passée du côté obscur. Le personnage peut être attachant, certes. Son histoire personnelle et surtout son enfance y sont pour beaucoup. Elle n’arrive pas à s’attacher sauf à sa fille. Mais même là, je trouver que les rapports sont faux. Peut-être dus au fait qu’elle n’arrive pas à surmonter la grande tragédie. Elle a besoin d’aide mais elle ne s’implique pas assez. Elle a trop de choses à cacher et surtout à avouer. D’ailleurs, elle ne semble pas avoir trouvé la personne adéquate. Est-ce que les trois mots notés sur le carnet de sa psy démontrent vraiment la personnalité de Leona ? Mon sentiment est ambivalent par rapport à Leona. Par contre, c’est une bonne enquêtrice, qui connaît bien son métier. Elle le prouve, également, en détaillant, tout le travail de la police auprès des personnes qu’elle a recrutées. Elle y va petit à petit pour ne pas se tromper face aux personnes en face d’elle. Mais franchement, ce n’est pas un séminaire. Le lecteur reste sur sa faim. J’ai l’impression que c’est comme une mauvaise formation où tout est abordé dans les grandes lignes, mais pas dans les détails. En effet, comme pour tout, chaque situation est propre et les aléas sont nombreux. Rien n’est simple. Le lecteur s’en rendra également vite compte. Pourquoi a-t-elle eu cette relation sexuelle avec David ? Pour en savoir plus sur lui ? Je pense que cette partie, relatée par David, n’était absolument pas nécessaire.

On ne sait pas trop où nous emmène l’auteur avec cette construction bizarre. Une des seules choses positives dans ce livre concerne les thèmes abordés, comme le terrorisme, la récidive, la prison. Mais elle détaille trop. On peut se rendre compte que la Suède et la France se ressemblent beaucoup à ce niveau-là. Autre bon point est donc cette fin plus intense et prenante.

Je remercie les Presses de la Cité pour ce deuxième opus dont la fin annonce un troisième.

Résumé Leona la fin justifie les moyens de Jenny Rogneby

Leona est au plus bas, elle voit un psy. Elle fait de nombreux cauchemars. Elle est en instance de divorce et a préféré laisser sa fille à son ex-mari.

Elle doit interroger un homme qui a actionné une bombe devant le Parlement. D’un autre côté, elle a des projets pour avoir de l’argent.

Leona la fin justifie les moyens de Jenny Rogneby

date de sortie : 2 mars 2017

Editeur : Presses de la Cité

Isbn : 978-2-258-14270-1

Nombre de pages : 460

Réussir son intégration professionnelle de Jean-Louis Galharret-Borde

Réussir son intégration professionnelle de Jean-Louis Galharret-Borde

Comment bien Réussir son intégration professionnelle par Jean-Louis Galharret-Borde ?

J’ai un nouveau job depuis le mois de juillet 2016. Après plus de 20 ans de vie professionnelle et de mutations de conjoint, je peux affirmer que j’ai connu bon nombre d’entreprises, de secteurs d’activités différents et donc de nombreux employés. A chaque fois, il faut s’intégrer dans une équipe, on en voit partir et d’autres arriver. J’ai pour principe de bien faire mon travail, d’avoir des relations cordiales avec mes collègues mais je ne m’implique dans aucun conflit. Je suis assez réservée, j’écoute et je me fais mon propre jugement. Donc, quand on me traite d’asociale (un couple), je ris. Mais ce livre, que je prendrai le temps de lire, j’ai toujours quelque chose à apprendre, est un bon point pour ceux qui entrent dans la vie active. Je remercie les Editions Gereso pour l’envoi de ce livre.

Réussir son intégration professionnelle de Jean-Louis Galharret-Borde

Améliorer son efficacité professionnelle au travail.

Vous venez de terminer vos études et devez intégrer le monde du travail, mais vos connaissances du milieu professionnel demeurent réduites.

Vous avez plusieurs années d’expérience et souhaitez développer votre efficacité relationnelle et votre pouvoir de conviction.

Vous êtes professeur ou animateur et votre objectif est d’offrir à vos étudiants les atouts nécessaires à leur intégration dans l’entreprise.

Comment communiquer efficacement au sein d’un univers si complexe, se faire accepter par ses collègues ou ses collaborateurs ? Comment fixer un objectif de travail ? Comment exposer ses idées pour obtenir l’adhésion de ses partenaires ? …

Cet ouvrage vous aidera à mieux connaître votre entreprise, ses principaux acteurs, et bénéficier des opportunités qu’elle vous offre.

Mettre en valeur et exploiter vos qualités personnelles vous permettra de développer des relations harmonieuses et efficaces au travail.

Jean-Louis Galharret- Borde

L’auteur est est docteur ès lettres. Il est enseignant et consultant. Ses domaines d’intervention portent sur le management, l’expression écrite et orale, la vente-conseil, la créativité et l’insertion professionnelle. Il a mené de front ses activités de professeur et de formateur-conseil en entreprise. Amateur de rugby, il a aussi formé des sportifs professionnels à la communication.

Réussir son intégration professionnelle de Jean-Louis Galharret-Borde

date de sortie : 2 mars 2017

Editeur : Gereso

Isbn : 978-2-35953-454-1

Nombre de pages : 149

Millenium 4 ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Millenium 4 Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz
Millenium 4 Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Avis Millenium 4 ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Cela fait déjà quelque temps que j’ai lu les trois tomes de Millenium que j’avais beaucoup aimés.  J’ai profité d’avoir des sous dans mon porte-monnaie Price Minister pour commander celui-ci d’occasion. Je n’ai pas lu de bonnes critiques dessus. Attendre autant entre les tomes 3 et 4 a sûrement permis de faire retomber la pression. Personnellement, je trouve que l’auteur s’en sort très bien. Sans être un coup de coeur, Millenium 4 à comblé mes attentes. Je n’ai ressenti aucun ennui, les rebondissements s’enchaînent. Les personnages et les explications sont très bien maîtrisées.

Big Brother, corruption sont partout et tout le monde le sait, les hautes sphères sont souvent pires.  USA, Russie et aussi Suède, un pays souvent pris comme modèle.  Sauf que non et ce n’est pas le premier roman qui l’évoque qui s’y intéresse avec beaucoup de franchise.  Bien sûr c’est romancé mais il faut savoir lire entre les lignes. Nous avons également cette montée de l’extrémisme sous toutes ses formes. Les entreprises volent les idées de grands chercheurs pour se faire de l’argent et toujours plus, quitte à faire des procès parce qu’ils ont les bons avocats. Nous avons également de nombreuses explications sur l’Intelligence Artificielle et la mécanique cantique.

Le lecteur retrouve les personnages principaux des Millenium, Mikael, Lisbeth et Erika. Autour d’eux gravitent d’autres personnages, nombreux mais aucunement secondaires. C’est comme si on ne les avait jamais quittés. Bien sûr, il y a différents rappels mais aussi quelques révélations. Mikael semble n’être plus ce qu’il était, ce très bon journaliste d’investigation. De plus, il doit faire face à des calomnies, on le dit fini. Pour sauver Millenium, un grand groupe a pris des participations. Si au début tout semblait aller, ce n’est plus le cas, la ligne éditoriale va changer. Et tout cela, on s’en doute, cela déplaît fortement à Mikael. Il reste fidèle à lui-même, ne pas chercher le scoop à tout prix, même s’il écoute pour se faire une opinion. Lisbeth lui manque et comme il la connaît bien, il saura comment reprendre contact avec elle. Lisbeth, quant à elle, reste fidèle à elle-même. Elle ne collabore pas avec la police. Elle est toujours en quête d’anéantir son passé et son père. Elle ne fait toujours pas confiance aux institutions. Elle sauvera ce petit garçon autiste, August. Même s’ils sont liés, ils mèneront chacun leur enquête. De toutes façons, ils ne veulent en aucun cas se mettre en danger.

Le roman parle d’un sujet important et bouleversant, l’autisme. Ces enfants et adultes refermés sur eux, atteints d’un lourd handicap mental. C’est le cas d’August. Mais August fait partie de ces autistes très intelligents. Il cumule l’art du dessin et des mathématiques. Son père qui est revenu s’occuper de lui s’en apercevra. Lisbeth, qui le sauvera, également. D’ailleurs, même si elle n’arrive pas à lui montrer de l’affection, le fait qu’il ait subi des ,lui fera prendre fait et cause pour lui. L’auteur ne nous révèle pas tout. J’ai en tous les cas ma petite idée sur l’héritage laissé par le père à son fils.

Résumé Millenium 4 ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Franz Bolder, éminent professeur, revient chez lui en Suède. Il a décidé de récupérer son fils August dont il n’a plus la garde.

Mais Franz détient un lourd secret. Sa vie est en danger.

Mikael Blomkvist lit beaucoup du Elizabeth George. Il doit assister à une réunion de bureau quant à l’avenir de Millenium.

Millenium 4 ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

date de sortie : août 2015

Editeur : Actes Sud

Isbn : 978-2-330-05390-1

Nombre de pages : 482

Bilan de lectures en février 2017

Mon bilan de lectures au mois de février 2017. 

Un très mauvais mois que celui de février. Et ce n’est pas parce qu’il compte 28 jours. J’ai mis pratiquement quinze jours pour lire un roman. Et c’était vraiment nul. Mais comme il m’en faut vraiment beaucoup pour laisser tomber un roman, par respect pour l’auteur, je l’ai fini.

Le nombre de livres lus en janvier est de 5. J’espère faire mieux le mois prochain.

Je vous les rappelle :

Pas celle que tu crois de Mhairi McFarlane

Vendre le luxe Techniques et psychologie pour une vente (plus) efficace de René Moulinier et Francis Scrun

Duchesses rebelles La dangereuse amie de la Reine d’Anne-Marie Desplat Duc

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Adieu sans fin de Wolfgang Hermann

Du feu de l’enfer de Sire Cédric

Du feu de l'enfer Sire Cédric
Du feu de l’enfer Sire Cédric

Nouveauté de mars avec Sire Cédric et son nouveau roman Du feu de l’enfer.

Je vais faire de la publicité à un auteur que j’adore, soit Sire Cédric. Surtout qu’il propose, sur sa page Facebook, une possibilité d’avoir son roman dédicacé.

Faire travailler les libraires indépendants

Il y a quelques mois de ça, Sire Cédric offrait la possibilité de faire dédicacer ses romans. Il réitère la semaine dernière pour la commercialisation de son dernier roman, par les Editions Presses de la Cité, Du feu de l’enfer.

Il m’a parlé un petit peu du sujet lorsque je l’ai rencontré au Salon littéraire de Fuveau.

Sire Cédric est de la région de Toulouse, donc il connaît très bien ses libraires.

Pour son nouveau roman, il a posté un message sur sa page Facebook. Commander chez un de ses libraires amis et avoir la possibilité d’avoir son roman dédicacé, en laissant un simple message lors de la commande. Vu qu’il va passer assez souvent chez son libraire, il dédicacera au fur et à mesure.

Aussitôt dit, aussitôt fait. J’ai commandé et je recevrai mon roman dédicacé. J’attendrai peut-être mais cela vaut vraiment le coup car je ne sais pas, encore, quand je pourrai le rencontre

Une très belle initiative de l’auteur qui permet de faire travailler les libraires indépendants.

Pour commander le nouveau Sire Cédric et l’avoir dédicacé, direction la Librairie de la Renaissance.