Bal in my Pal #23-2016

La rentrée littéraire est en place.

Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin
Ainsi fleurit le mal de Julia Heaberlin

Un roman sur Sade

Les 7 vies du marquis de Sade de Jacques Ravenne
Les 7 vies du marquis de Sade de Jacques Ravenne

Et enfin, reçu mais en très bon état le treizième tome de La Confrérie de la Dague Noire.

Confrérie de la Dague Noire JR Ward
Confrérie de la Dague Noire JR Ward

Et des lectures pour adolescents, un de mes genres préférés

Un coupable presque parfait Robin Stevenson
Un coupable presque parfait Robin Stevenson
Suis-moi Sophia de Fleur Hitchcock
Suis-moi Sophia de Fleur Hitchcock

 

Le Livre des âmes de Glenn Cooper

Le Livre des âmes de Glenn Cooper
Le Livre des âmes de Glenn Cooper

Avis de Le Livre des âmes de Glenn Cooper

Ravie de retrouver cet auteur et ce second tome des aventures de Will Piper. Au début, toutefois, j’ai été surprise car j’avais eu l’impression de ne pas avoir quitté le premier et même de le relire. Mais ce sentiment a été vite balayé car j’ai plongé dans ce roman qui nous fait voyager historiquement mais aussi actuellement.

Le Livre des Ames est donc la suite puisque cela concerne toujours la Zone 51 et ces fameux livres qui notent les dates de mort et décès dans toutes les langues. Surtout qu’un livre est vendu aux enchères et il semble que cela soit le dernier puisque la date est 2027.

Will Piper est donc chargé par Spence d’aller à Londres pour cette vente. Mais il refuse et accepte de récupérer le livre chez lui.  Des découvertes ont lieu. Cela oblige Will à aller en Grande-Bretagne chez le vendeur de ce fameux livre. Il y reste quelque temps et avance bien dans l’enquête confiée. Mais Will sait qu’il est surveillé. Lors de son retour, il apprend l’impensable.

Will doit apprendre à jongler entre sa vie de retraité du FBI, sa vie de jeune marié avec Nancy et père d’un enfant en bas âge. Il essaie de ne plus boire mais cela est difficile. Ses démons refont vite surface. Avec cette enquête, il y a des soucis avec Nancy. Mais Will ne veut pas faire de concessions. Nancy a peur qu’il ne mette sa vie en danger mais elle sera prête à l’aider. Will se sent investi d’une mission car il est coriace, entêté et n’abandonne pas. L’auteur nous dévoile que les morts vont jalonner le livre. Sa famille compte plus que tout, notamment ses deux enfants. Will est, en définitive, très famille. Il doit garder le secret sur ce qu’il a trouvé. Et si sa survie dépendait des révélations qu’il a à faire.

D’enquêtes en rebondissements multiples, l’intérêt ne faiblit absolument pas. L’auteur plonge dans le monde actuel mais retourne dans le passé, là où tout a commencé et où tout semble finir. De plus, il se plonge dans l’histoire de la famille Cantwell pendant de nombreuses années avec des personnages connus comme Shakespeare, Nostradamus mais aussi Calvin. Même si l’histoire est romancée, c’est très intéressant de connaître ces personnages qui connaîtront la célébrité. Glenn Cooper nous rappelle certains éléments importants du livre précédent. Indispensables pour le suivi de l’histoire. Le lecteur, enfin moi, passe un très bon moment avec ce roman. Les pages ont défilé sans problème et surtout sans ennui.

Résumé Le Livre des âmes de Glenn Cooper

Toby Parfitt travaille pour une maison de ventes aux enchères. Il est spécialisé dans les livres rares. Il reçoit des livres dont un qui traite des morts et des naissances et daté de 1527. Il n’a aucune idée de ce que cela peut être.

Will Piper est retraité du FBI. Il est marié à Nancy et a un petit garçon. Il tente de ne plus boire. Il est suivi par un curieux 4×4 qui l’aborde. Les deux hommes à l’intérieur lui proposent une étrange mission. Mener à bien une mission à Londres, soit acheter un livre. Ils font tous les deux partie du Club 2027. Un a travaillé pour la zone 51 et sait qu’il va mourir d’ici une semaine.

Le Livre des âmes de Glenn Cooper

date de sortie : 17 février 2011

Editeur : Cherche Midi

Isbn : 978-2-7491-1672-3

Nombre de pages : 394

Chiens de sang de Karine Giébel

Chiens de sang de Karine Giébel
Chiens de sang de Karine Giébel

Avis de Chiens de sang de Karine Giébel

Avec Karine Giébel, le lecteur n’a guère de surprises concernant le final. Il sait dès le début le sort réservés aux personnages principaux. Dans ce roman, c’est le cas. Et même si à chaque roman, une partie de ce final change, je vais laisser passer un peu de temps pour me replonger dans un roman de l’auteur. Cela m’a empêché d’apprécier ce livre à sa juste valeur. Pourtant, nous avons de nombreux ingrédients. Toutefois, le lecteur doit faire attention à tout ce qui est écrit, chaque élément à son importante. Pour Diane, je me suis fait quand même avoir.

Je ne peux pas dire que l’auteur manque d’imagination, surtout dans le domaine de l’insoutenable. Une imagination couplée à une étude profonde de la société, à toutes ses dérives et à une analyse très poussée de ceux qui ont rencontré des problèmes dans leur vie ou la situation des migrants. Chez Karine Giébel, les dates et surtout les heures sont très importantes, notamment dans Chiens de sang car le lecteur suit au fil des pages les traques de Diane et de Rémy dans deux endroits différents mais qui pourraient pratiquement se ressembler. La première est en Lozère dans des forêts majestueuses, aux parcours difficiles avec des montées et des descentes. Rémy et ses quatre amis d’infortune sont, eux, dans un immense domaine fermé par de hauts murs, entre arbres et plans d’eau qui peuvent prendre leur importance. L’eau peut effacer les traces. Les arbres permettent de se cacher et d’écouter.

Ce qui peut différer entre Rémy et Diane et qu’à un moment donné, l’un capitule. Pourtant ils sont l’un et l’autre blessés. Mais Rémy a décidé que celui qui reste avec lui doit vivre, s’en sortir car il est le seul valide. Pourtant tous font preuve d’une immense force de caractère même s’ils ont été malmenés par la vie, même si les souvenirs sont plus que durs à supporter. Pendant de nombreuses heures, ils n’abandonnent pas même s’ils connaissent l’issue. L’adrénaline permet de vaincre la peur, la douleur. Elle donne un coup de fouet et elle constitue un dernier baroud d’honneur pour puiser dans ses dernières forces pour démontrer que ceux qui pistent ne s’en sortiront pas comme ça. Entre la peur, le mal, les souvenirs du passé, ils vivent et souffrent.

J’ai été un peu perdue avec les quatre chasseurs, les noms et leurs histoires. Comme dans toute traque, il y a un chef et ceux qui suivent. Le premier a pratiquement toujours le dessus sur les autres, même s’ils tentent de se rebeller. L’auteur nous décrit bien et a eu le temps de nous narrer l’histoire de chacun et les personnages sont nombreux. A chaque meurtre, c’est tout un défilé de phrases dure qui interrogent pour arriver au but ultime qui est de tuer.

Outre ces traques, Chiens de sang est un véritable roman de société. L’auteur aborde la politique du chiffre des services de police, les histoires familiales des migrants et de cette société de consommation qui en fait rêver plus d’un.

Résumé Chiens de sang Karine Giébel

Tout commence le 3 octobre. Diane est photographe et est partie dans les Cévennes pour travailler.

Rémy est SDF. Il n’a plus rien. Il voit un homme riche se faire agresser et lui porte secours. Cet homme lui propose un travail de jardinier dans son domaine.

Chiens de sang de Karine Giébel

date de sortie : 9 septembre 2010

Editeur : Pocket

Isbn : 978-2-266-20798-0

Nombre de pages : 283

Apocalypse de Giacometti et Ravenne

Apocalypse de Giacometti et Ravenne
Apocalypse de Giacometti et Ravenne

Avis sur Apocalypse de Giacometti et Ravenne

Depuis que j’ai commencé à lire les aventures du célèbre Antoine Marcas, c’est la première fois que je ne suis pas transportée par le roman et les aventures du commissaire. Il fallait bien un début à tout. Je l’ai trouvé moins entraînant que les précédents. J’aime bien quand la partie historique de l’histoire est suivie, qu’elle soit un roman dans le roman. Ici, nous traversons plusieurs périodes toutes en lien avec Judas et Marie Madeleine et un secret détenu par les Rois de France jusqu’à la mort de Louis XVI qui le transmet. J’ai dû aussi être influencée par des lectures précédentes sur l’abbé Saumière et Rennes le Château, même si je sais que toutes ne sont pas forcément la vérité. De plus, ici, le lecteur sait que c’est romancé. Cette critique ne met nullement en cause la qualité de la plume d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne. L’histoire n’est pas assez mouvementée à mon goût.

Pour la partie historique, elle commence à Jérusalem avec Ponce Pilate à Jérusalem. Nous avons ensuite Jésus qui meurt sur la croix et qui charge Marie Madeleine d’une mission. Ensuite, ce sera Rouen et Jeanne d’Arc, la mort de Louis XVI et ce secret autour de Rennes Le Château et son prêtre. Nous passons également à Napoléon.

L’oeuvre de Poussin, les Bergers d’Arcadie est au centre de toutes les préoccupations. Les 17 janvier sont une date importante. Il revêt le sceau de l’Apocalypse.

Giacometti et Ravenne se chargent de nous raconter les dangers de ceux qui se prennent pour le Messie. Certains ne feraient pas de mal à une mouche mais d’autres, quelles que soient les religions, se sentent chargés d’une mission, bien souvent sanglante. D’ailleurs, pour cela, nous voyageons, de l’Inde, au Soudan, en passant par New York et Jérusalem et d’autres villes. En ligne de mire, ce genre de sectes qui veut régner sur le monde. Ici, elle se nomme les Judas Brothers dont le but est de retrouver ce fameux dessin, quitte à tuer.

Passons à Antoine Marcas qui a été nommé commissaire. Il est toujours aussi impatient et abuse de son autorité quand ça lui chante même s’il s’en mord les doigts. Cela a été difficile pour lui de se relever suite à la mort d’Aurélia. Mais ses frères et son fils l’ont aidé. Les relations avec ce dernier sont au beau fixe. Le lecteur sent tout l’amour qui existe entre deux. Mais Marcas sent qu’il vieillit et se sent moins séduisant. Un comble pour lui. L’aventure, d’ailleurs, le mettra en présence d’une ancienne compagne. Le but d’Antoine est de rendre ce fameux dessin de Poussin à une vieille dame qui a été spoliée par les Allemands. Mais cela ne se passe pas comme prévu. Il sera entraîné de nombreuses aventures et péripéties. Par rapport aux autres romans, sa vie est moins mise en danger. Les symboles sont très importants. Ici, faire attention à ce corbeau qui semble suivre Antoine partout.

Joli clin d’oeil à la Ligue Imaginaire et à son gang de Bagnolet Chattam-Thilliez.

Allez, je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin. Même si mon temps de lecture sera moins long, je vais m’acheter l’opus suivant puisque le dernier m’attend bien sagement.

Résumé Apocalypse de Giacometti et Ravenne

A Bombay, en Inde, une rave party est organisée. Sept personnes ont été invitées. Elles sont toutes nées un 17 janvier et sont sous haute surveillance. Une jeune fille est reconnue et retenue prisonnière.

A Paris, un Canadien et un autre homme se sont donnés rendez-vous. Mais le Canadien, lors de son passage aux toilettes, est arrêté et remplacé par un autre homme pour cet échange.

Apocalypse de Giacometti et Ravenne

date de sortie : 10 juin 2010

Editeur : Pocket

Isbn : 978-2-266-23152-7

Nombre de pages : 469

Viscères de Mo Hayder

Viscères Mo Hayder
Viscères Mo Hayder

Avis Viscères de Mo Hayder

J’étais ravie de retrouver ce roman de Mo Hayder mais au final, cela ne s’avère pas aussi prenant que je l’escomptais. Il est clair que la dimension psychologique est très importante, qu’elle est bien amenée, que le lecteur assiste à des dénouements. Ils étaient somme toute prévisibles et même sans trop m’interroger, je n’ai guère été surprise par la tournure des évènements. Le style est toutefois bien là puisque j’ai voulu continuer à lire ces pages pour connaître la suite. Ce n’est qu’après le dernier mot lu que la partie concernant Caffery est, pour moi, la plus intéressante. Elle concerne la disparition de son frère alors qu’ils étaient jeunes enfants. Il a toujours voulu savoir ce qui était arrivé à son frère. La vérité lui apportera-t-elle plus de bien que de mal ? Je ne le pense pas. Caffery se sentira encore plus responsable. Mais c’est le propre de tous ces personnages de romans, bons flics, qui ont un passé douloureux qui rejaillit sur le présent.

Caffery aura sur sa route une petite chienne Ourse et Le Marcheur, un homme qui a décidé de tout quitter car sa fille a été victime d’un pédophile. Malgré tout ce que peuvent dire les gens, Caffery sait ce qu’est la douleur de ne pas savoir. Au moment des faits de Viscères, il est en proie à l’insomnie, aux migraines. Il est en butte avec l’autorité représentée par son chef. La quarantaine, séduisant, les femmes, dont une de ses collègues, essaient de l’approcher. Mais il pense à une seule. Et il ne veut pas la mêler à ses déboires, ses enquêtes. Il a tellement vu le mal, la cruauté et il connait tellement bien les gens qu’il ne se laisse pas berner.

Passons à la famille Anchor-Ferrers. Oliver est très riche, il a subi une transplantation. Il est donc fatigué. Mathilda sa femme et sa fille, Lucia, sont avec lui dans leur propriété après avoir quitté. Dès leur arrivée, ils trouvent des viscères. Cela leur rappelle le drame d’il y a quinze ans. Le téléphone est coupé et l’arrivée de deux hommes va susciter un espoir. Mais à leur retour, le cauchemar commence. Ils sont prisonniers. Oliver, affaibli, ne va pas se battre. Toutefois, il va laisser des traces de ce qui s’est passé. Quant à Mathilda, enfermée dans une autre pièce, elle a décidé, par tous les moyens, de renverser la situation. Mais ils sont, tous les deux, torturés psychologiquement. Oliver arrivera à savoir ce que veulent les deux hommes. Quant à Lucia, elle sait que ses parents ne l’aiment pas. Ce qui s’est passé, il y a quinze ans, l’a profondément bouleversé psychologiquement. Mais elle sait où sont les caméras et elle va jouer le jeu. L’auteur nous démontre bien les perversités de l’âme humaine.

Honig et Molina sont ces deux hommes qui ont pris en otage la famille. Ils ont une mission. Au fur et à mesure des heures qui passent, Honig se rend compte que son acolyte n’a pas préparé la mission comme il se doit. De plus, Honig ne supporte pas les odeurs, la saleté. Il souhaite arrêter après tout ça et retourner aux Etats-Unis tranquillement avec sa femme. La situation se renverse et ce sont eux qui commencent à avoir peur au point qu’Honig décide de partir lorsqu’il a le fin mot de la part de Molina.

Mo Hayder enchaîne les chapitres, très courts, pour donner du rythme. D’un côté, nous avons ce qui se passe avec la famille et de l’autre Caffery qui a décidé de se mettre en retrait jusqu’à ce que la petite chienne soit sur sa route. Je n’ai pas trouvé que la dimension psychologique, le côte noir augmentaient au fur et à mesure de l’histoire. Je n’ai pas eu cette sensation de peur pour les personnages, d’étouffement. Dans chaque chapitre, nous retrouvons le titre de celui-ci.

Résumé Viscères de Mo Hayder

Amy avait disparu depuis de nombreuses heures. Dans les bois, elle a rencontré un petit chien accompagné d’un homme.

Les Anchor-Ferrers sont arrivés dans leur résidence secondaire. Mathilda, sitôt arrivée, décide d’aller s’occuper du jardin. Elle trouve l’insoutenable et demande à son mari de venir sans leur fille.

Quant à Caffery, il s’était occupé de la disparition d’une jeune fille et il assiste à l’hommage rendu par sa mère.

Viscères de Mo Hayder

date de sortie : 19 juin 2016

Editeur : Pocket

Isbn : 978-2-266-26469-3

Nombre de pages : 507

100 recettes de PRALINE Pascal Caffet

Pascal Caffet offre de belles créations chocolatées, mais aussi pralinées.

Livre 100 recettes de PRALINE Pascal Caffet
Livre 100 recettes de PRALINE Pascal Caffet

Pourquoi ne pas découvrir de nouvelles recettes Praline, pour tous les amateurs de chocolat et de praliné, grâce à Pascal Caffet et ses 100 recettes.

Ce livre sera disponible à l’automne 2016. Ce qui permettra déjà de tester des recettes pour Noël.

Bilan de lectures en juillet 2016

Un auteur m’a contacté ce mois-ci. Ma lecture du mois de juillet en est où ?

Je pense que cela va être le dernier mois de l’année vraiment prolifique par rapport au nombre de livres lus. En effet, un emploi à plein temps à partir du mois d’août et tout ce qui gravite autour, je vais avoir le temps de moins lire d’ici les prochains mois. Peut-être qu’à partir d’octobre ce sera mieux. On verra. 

Nombre de livres lus en juillet est de 9.

Je vous les rappelle :

Thormäe Livre 1 Le Cantique du soleil de William Riverlake
Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre
Nekromantia La prison de glace épisode 5 de Rose Berryl 

Papillon de nuit de R J Ellory

La forêt des ombres de Franck Thilliez

L’écorchée de Donato Carrisi

Miséricorde de Jussi Adler Olsen

Psychanalyse et pornographie d’Eric Bidaud

 Lieutenant Darmancour d’Eric Jourdan

Thormäe Livre 1 Le Cantique du soleil de William Riverlake

Thormäe Le cantique du soleil Livre 1 - William Riverlake
Thormäe Le cantique du soleil Livre 1 – William Riverlake

Mon avis sur Thormäe Livre 1 Le Cantique du soleil de William Riverlake

Ce premier tome et premier roman sont particulièrement aboutis. L’univers de la Fantasy met toujours en scène les forces du mal qui ont pris le pouvoir et d’autres forces qui tentent de les contrer et elles oeuvrent pour le bien. L’enfant est souvent le sujet de cet univers. Il doit accomplir de grandes choses. C’est le cas ici mais William Riverlake offre toutefois de magnifiques personnages et possède une plume de conteur vraiment splendide.

L’auteur nous entraîne dans des endroits magnifiques mais aussi très sombres. Ces descriptions sont en adéquation avec l’histoire narrée. Les créatures rencontrées sont nombreuses et très bien détaillées. Toutefois, cela ne provoque pas un sentiment de trop à l’histoire. L’auteur a énormément d’imagination. Tout est bien amené et ne souffre d’aucune lenteur. On se rend compte que tout est lié mais l’auteur a tellement de vocabulaire qu’il peut raconter un événement, un paysage avec différents mots. Le lecteur peut facilement tout se représenter, imaginer le décor.

En premier lieu, les deux histoires se chevauchent même si elles ne se passent pas au moment. Entre les deux elfes et le narrateur. Toutefois, ils arriveront à se rencontrer et unir leurs forces avec les autres personnages en présence. Le lecteur s’attache à tout ce monde aux personnalités et aux parcours très différents et également à cette quête de ce jeune homme qui découvre le monde tel qu’il ne l’a jamais vu et dont il ne soupçonne pas l’existence. Ce sera une expérience plus qu’initiatique.

A mon avis, ce roman sera apprécié par les jeunes car il permet de s’interroger sur les actes, sur le sens de la vie. Pourquoi les humains réagissent de telle façon et les animaux d’une autres. Si le lecteur s’interroge, il pourra se faire son avis car rien n’est imposé.

Le Cantique du Soleil est le Livre 1. J’espère qu’il sera suivi d’un voire plusieurs autres car il est important de connaitre cette histoire jusqu’à son final.

J’ai toutefois une petite remarque concernant quelques pages, à partir de la 197 pendant une vingtaine de pages où j’ai constaté quelque fautes de frappe, des mots en trop et également des fautes d’orthographe.

Je remercie vivement William Riverlake de m’avoir contacté et de m’avoir offert son roman. J’espère qu’il recevra le prix qu’il convoite car il le mérite.

Résumé de Thormäe Livre 1 Le Cantique du soleil de William Riverlake

Une créature à été libérée. Elle doit ramener un enfant.

Le narrateur nous raconte sa vie, ce qui s’est passé depuis son départ avec son oncle car il a quitté son village.

D’un autre côté, deux elfes, sont en compagnie d’un sorcier mal en point. Ils sont poursuivis mais rencontrent Markandé qui sait beaucoup de choses.

Thormäe Livre 1 Le Cantique du soleil de William Riverlake

date de sortie : 19 juin 2016

Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform

Isbn : 978-1533480460

Nombre de pages : 424

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre
Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Mon avis sur Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut est un roman très bien écrit. Le sujet est également bien trouvé mais je suis restée sur ma faim. Ceci est mon deuxième roman de Pierre Lemaitre. J’avais lu Alex qui m’avait littéralement transporté. Je sais que certaines critiques n’ont pas été bonnes pour Alex mais personnellement, je n’avais eu rien à dire. Je ne m’attendais pas à retrouver une atmosphère sombre avec Au revoir là-haut. Je pense que je me dirigerai plus à l’avenir vers des romans plus psychologiques, plus sombres de Pierre Lemaitre. Ils correspondent plus à mes tendances de lecture même si je n’hésite pas à me diriger vers d’autres univers.

La période de la Première Guerre Mondiale n’est pas un sujet souvent traité par les auteurs. D’ailleurs, mes souvenirs d’école sont loin à ce sujet. A part quelques évènements emblématiques, les Poilus, je n’étais pas trop informée sur ces mois de démobilisation, ce retour plus que difficile à la vie civile. Je sais que ces hommes avaient souffert. Pierre Lemaitre le démontre même s’il s’attache plus avec ses trois personnages principaux à s’étendre sur leurs traits de caractère. Ce sont trois hommes amplement différents. Un, d’Aulnay Pradelle, s’en sort très bien, en plus gradé. Mais ce qu’il a révélé à la guerre et son appât du gain, coûte que coûte, en font un personnage plus que détestable. Albert, quant à lui, n’est pas un personnage qui inspire de l’affection sauf pour ce qu’il réalise pour celui qui lui a sauvé la vie. Albert n’a jamais pris de décisions par lui-même. Il a toujours été mené par sa mère qui a énormément d’ascendant et qui ne lui a pas apporté de réconfort, ni de confiance en lui. Il est extrêmement généreux. En revenant de la guerre et avec ce qui lui est arrivé, il est de plus en plus méfiant et peureux. Edouard Péricourt, quant à lui, est un jeune homme qui a toujours eu extrêmement de chance et de l’argent. Mais ili n’a jamais été compris par son père. Il a un côté artiste très scabreux. Mais il sera grièvement blessé et il charge Albert d’actes que ce dernier n’aurait pas réalisé tout seul.

A côté d’eux gravitent divers personnages peu recommandables, ou qui sont entraînés dans diverses histoires. Le père d’Edouard se rend compte, trop tard, de ce qu’il n’a pas pu faire pour son fils. Heureusement, il y a Madeleine, une femme qui sait ce qu’elle veut et je la trouve admirable.

Le roman traite de cette démobilisation, de ces morts qu’il a fallu enterrer pour que les familles puissent faire leur deuil. L’Etat a été floué, volé par ces histoires de cimetières, de Monuments aux Morts. Je ne sais pas si c’est la réalité, et j’espère que non. Ce roman démontre, également, que certaines personnes qui ont de l’argent, qui sont riches, mais qui se rappellent de leurs origines.

Résumé sur Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Novembre 1918, la fin de la guerre est proche. Ils savent que l’Armistice doit être signé mais les hauts placés veulent un dernier baroud d’honneur et envoient les hommes au combat.

Albert se rend compte que deux de ses camarades ont été assassinés. Le lieutenant d’Aulnay Pradelle le jette dans un trou.

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

date de sortie : 22 avril 2015

Editeur : Le Livre de Poche

Isbn : 978-2-253-19461-3

Nombre de pages : 620