Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel - Editions Belfond

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel – Editions Belfond

Présentation Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

C’est l’effervescence dans ce commissariat. Tout le monde est aux aguets, tout le monde est aux abois. Un drame a eu lieu, mais quoi, que s’est-il passé ?

Le commandant a été arrêté ainsi qu’un lieutenant. Ils doivent être interrogés, séparément, sur ce drame qui s’est produit. Leur histoire va-t-elle concorder ? Y aura-t-il des failles ? Une longue nuit s’annonce où ils vont se mettre à nu.

Avis Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Karine Giebel a gagné son tour de force. Ne pas me faire détester Richard. Pourtant, ce n’était pas gagné, au départ. Mais au fur et à mesure des pages, je me suis retrouvée comme celui qui l’interrogeait, gagnée par le dégoût de ce qu’il a fait subir à Laëtitia mais aussi par l’envie de comprendre cet homme, comment cet amour l’a fait basculer. En ces temps où les hommes qui abusent de leurs forces, de leur autorité pour obtenir ce qu’ils veulent sexuellement, Karine Giebel nous démontre, par la force des mots, lors de cet interrogatoire de Richard et Laëtitia, que l’amour recouvre différentes formes. Richard sait dès le départ, de cet interrogatoire, qu’il a tout perdu.

J’ai été plus éloignée de Laëtitia au départ. Mais pareil au fil des pages, j’ai été plus que touchée par sa souffrance, par toute la perte qu’elle subit à cause d’un homme même si c’était entre dégoût mais aussi plaisir. Je comprends cette haine farouche, qu’elle veuille le faire payer.

Les deux officiers qui interrogent Richard et Laëtitia vont, avec cette histoire, en apprendre beaucoup sur eux-mêmes car la vie de leurs suspects est mise à nu, ils racontent tout. Ils vont laisser dérouler l’histoire, sans poser trop de questions. Ils seront assez proches des suspects, n’hésitant pas, toutefois, à les remettre dans le droit chemin quand cela est nécessaire. Ils ne sont pas là pour juger mais savoir si Richard et Laëtitia racontent la même histoire.

Ce que j’ai fait de toi est profondément addictif. J’ai avalé les pages pour connaître tout ce que Richard et Laëtitia avaient à raconter, pour savoir pour quelle raison ils se sont retrouvés à être interrogés. Et encore une fois, même si je savais que les héros de Karine Giebel ne s’en sortent pratiquement jamais, j’ai été scotchée par la fin, encore une fois très bien trouvée et par ce qu’elle nous apporte comme réponse. Car est-ce qu’il y a bien une réponse ? L’amour que Richard a éprouvé pour Laëtitia lui a tout fait perdre. Il a perdu son sang-froid, sa faculté de réflexion, sa famille. Il a été violent, surtout envers elle, il n’a pas voulu l’écouter, ni écouter qui que ce soit. Quant à Laëtitia, a-t-elle joué un double jeu ? Dans toutes ces pages, on a pu ressentir, sa souffrance, sa peur extrême, son envie de se venger, de le voir mort. Mais le lecteur a pu ressentir l’amour qu’elle pouvait porter à cet homme. Un amour teinté, en premier de grande admiration, un amour teinté de haine farouche. Et tout cela avec une grande lucidité quand même. Jamais ils ne pourront pas être heureux. Richard voulait lui faire de mal si elle n’était pas à lui. Il a abusé d’elle, de son pouvoir, de la confiance que les autres éprouvaient pour lui. Il voulait lui faire du mal lorsqu’elle l’a repoussé. Laëtitia voulait lui faire du mal car à cause de lui, elle a perdu ce qui comptait le plus pour elle. Auraient-ils pu être heureux ? Un tel amour est comme une drogue. Richard avait besoin d’elle à chaque instant. Il avait besoin qu’elle l’aime comme lui l’aimait. Mais cet amour a fait peur à Laëtitia. Le geste ultime de Richard envers Laetitia, lorsqu’ils se retrouvent face à face, est une dernière preuve d’amour. Mais amène-t-elle quelque chose de bon pour l’un et l’autre?

Ce roman est fort, grandiose. Il ferait un très bon film, même si je pense que je ne le regarderai pas car j’étais avec eux, j’étais eux également. Je me suis fait mes images, j’ai leurs voix, j’ai leurs corps face à moi, dans ma tête. Je les ai imaginés. J’ai également visualisé toutes les images de ce roman choc, hautement psychologique. Karine Giebel ne s’embarrasse pas de fioritures, elle raconte les faits bruts. Il y a de la magie dans ces mots, il y a de la poésie également. Je ne veux pas trop en dévoiler, je ne sais pas trop comment présenter ce roman. Des fois, quand on aime trop, on ne sait pas en parler, écrire. Mais je sors bousculée, littéralement accro, encore une fois, de Karine Giebel. Je ne sais pas si quelqu’un a déjà expérimenté le genre d’amour éprouvé par Richard envers Laëtitia, mais ce que je sais, c’est qu’un rien peut faire basculer une personne. J’ai fait un parallèle entre ce roman et une histoire qui a défrayé l’actualité, il y a quelques années et qui défraye encore l’actualité. Je ne nommerai pas les personnes, mais peut-être que certains lecteurs y penseront.

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Date de sortie : 21 novembre 2019

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 551

ISBN : 978-2-7144-8196-2

Paz de Caryl Férey - Editions Gallimard

Bilan de lectures 2019

Qu’ai-je lu et combien toute cette année 2019 ?

Le chant de l'assassin de R.J. Ellory

Le chant de l’assassin de R.J. Ellory

En gras, ceux que j’ai le plus aimé.

JANVIER – 10

  • La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt
  • Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit 
  • Oiseau de nuit de Robert Bryndza 
  • Miss Crampon de Claire Castillon
  • Tue-moi si tu veux d’Adam Croft
  • L’étranger dans la maison de Shari Lapena
  • Mentine on divorce ! de Jo Witek Personal
  • Tattoo de Sophie Le Berre
  • Prends ma main de Megan Abbott
  • L’égarée de Donato Carrisi

FEVRIER – 6

  • Quelque chose dans ton regard d’Amabile Guisti 
  • Quand on n’a que l’amour de Nick Alexander
  • Sugar Daddy Sugar Bowl tome 1 de Sawyer Bennett
  • November Road de Lou Berney
  • S’inventer une île d’Alain Gillot
  • La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

MARS – 8

  • Sorcières & Chasseurs, Tome 3, Silence de Charlotte Munich 
  • Emily Brontë Une vie de Denise Le Dantec
  • Adopteuntueur.com d’Enzo Bartoli
  • Punir d’aimer d’Octavie Delvaux
  • Ma vie n’est pas un roman d’Alina Bronsky
  • Les âmes englouties de Susanne Jansson
  • Les aventures étonnantes du merveilleux minuscule Benjamin Berlin de Julien Dufresne-Lamy
  • Le mystère Lagerfeld de Laurent Allen-Caron

AVRIL – 7

  • Anguilles démoniaques de Yû Takada
  • Sugar Rush, Sugar Bowl tome 2 de Sawyer Bennett
  • Le portrait brisé Une enquête à la Belle-Epoque tome 2 d’Alice Quinn
  • Juste avant de mourir de S.K. Tremayne
  • Mers mortes d’Aurélie Wellenstein
  • Sans mon ombre d’Edmonde Permingeat
  • La punition qu’elle mérite d’Elizabeth George

MAI – 10

  • Fantômes de papier de Julia Heaberlin
  • Le nouveau féminisme de Barbara Polla
  • Le saut de l’ange de Lisa Gardner
  • Sugar Free Sugar Bowl Tome 3 de Sawyer Bennett
  • Le bruissement des feuilles de Karen Viggers
  • L’ombre de la baleine de Camilla Grebe
  • La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker
  • Rattrapage de Vincent Mondiot
  • Face nord de Jean-Marie Defossez
  • Alex fils d’esclave de Christel Mouchard

JUIN – 7

  • Je sais que tu sais de Gilly Macmillan
  • Dans tes pas de Jessi Kirby
  • Oxygène de M.J. Arlidge
  • Sur le fil du coeur de Théo Lemattre
  • Vindicta de Cédric Sire
  • La cerise sur le gâteau d’Aurélie Valognes
  • Toute une vie et un soir d’Anne Griffin

JUILLET – 5

  • Studio 6 de Liza Marklund
  • De si bonnes amies d’Amy Gentry
  • Les 12 vies d’Anna de Régine Quéva
  • Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola
  • Le droit et la morale de Marcia Clark

AOUT – 8

  • La femme à la fenêtre d’A.J. Finn
  • Aigre-Doux de Wilfried N’Sondé
  • Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski
  • Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy
  • J’ai tué un homme de Charlotte Erlih
  • Premier arrêt avant l’avenir de Jo Witek
  • Traquée de Melinda Leigh
  • Sous un ciel écarlate de Mark Sullivan

SEPTEMBRE – 9

  • L’arrangement de Sarah Dunn
  • Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz
  • Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio
  • Liquide inflammable de Robert Bryndza
  • Mortelle tentation de Christophe Ferré
  • Mensonge de J.P. Delaney
  • Crow de Roy Braverman
  • Le chant de l’assassin de R.J. Ellory
  • La nuit du mal d’Eric Giacometti & Jacques Ravenne

OCTOBRE – 9

  • Rituels d’Ellison Cooper
  • Une vérité à deux visages de Michael Connelly
  • Askja d’Ian Manook
  • Le jeu du chuchoteur de Donato Carrisi
  • Ne t’enfuis plus d’Harlan Coben
  • Formation d’élite de Lee Child
  • La cité lagune le pouvoir des soeurs d’Anne Kalicky
  • Les points de fuite de Frédérique Molay
  • Kill Screen de Joel A. Sutherland

NOVEMBRE – 5

  • Ecorché d’Isabelle Boisvert
  • 17° suspect de James Patterson et Maxine Paetro
  • Paz de Caryl Férey
  • Le chant du crime de David Swinson
  • Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

DECEMBRE – 7

  • Cogito de Victor Dixen
  • Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien
  • Météore d’Antoine Dole
  • Le Loup des Cordeliers d’Henri Loevenbruk
  • Putain de chat de Lapuss’
  • La coupure de Fiona Barton
  • La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

Une belle moisson que cette année 2019 avec 91 lectures.

Cogito de Victor Dixen

Bilan de lectures en décembre 2019

Qu’ai-je lu en ce mois de décembre ?

 

Cogito de Victor Dixen - Editions Robert Laffont

Cogito de Victor Dixen – Editions Robert Laffont

Je ne finis pas l’année avec un très grand nombre livres lus en ce mois de décembre, pour cause de grosse fatigue. J’ai retrouvé Henri Loevenbruck et son réel talent, même si ce n’est pas un coup. J’ai adoré cette petite BD. Pas ravie du dernier Millenium, ni du roman de Fiona Barton. En revanche, heureuse d’avoir lu le Prix du Quai des Orfèvres 2020. Découvrir deux auteurs, Alexandre Galien et Victor Dixen, qui devient mon coup de coeur de ce mois de décembre. Retrouver la plume d’Antoine Dole. Nombre total de livres lus en décembre : 7.

Je vous les rappelle :

Cogito de Victor Dixen

Les cicatrices de la nuit d'Alexandre Galien

Météore d'Antoine Dole

Le Loup des Cordeliers d'Henri Loevenbruck

Putain de chat de Lapuss’

La coupure de Fiona Barton

La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

 

Cogito de Victor Dixen

Cogito de Victor Dixen - Editions Robert Laffont

Cogito de Victor Dixen – Editions Robert Laffont

Présentation Cogito de Victor Dixen

Malgré ses notes, son comportement, il est proposé à Roxane un stage qu’elle ne peut refuser car il lui ouvre toutes les portes pour avoir un avenir, un emploi. Roxane a 18 ans. Elle est donc majeure et n’a pas besoin de demander la permission à son père pour suivre ce stage de 7 jours.

Avis Cogito de Victor Dixen

Notre futur, proche, avec l’Intelligence Artificielle, va-t-il ressembler au roman Cogito de Victor Dixen ? Je n’ose le croire mais cela risque bien d’arriver. Les robots ont pris le pouvoir, le contrôle. Pas des humains, normalement. Mais ils accomplissent toutes les taches, tous les travaux qui étaient dévolus, avant, aux humains. Ce qui a entraîné des pertes d’emploi, des déclassements et une sacrée lutte des classes. Il y a, comme dans notre société actuelle, des très riches et ceux qui tentent de survivre. Les premiers ne se mélangent pas aux seconds et ne se côtoient pas du tout. Dans cette société, il y a de nombreuses interdictions, tout ce qui avait cours avant l’Intelligence Artificielle est proscrit, banni. Toute la vie de ces personnes est régentée par les robots. Cela plaît à certains, bien entendu. Il y a également ceux qui se révoltent ou qui ne font plus partie de cette société. Quelle est la meilleure option ? Victor Dixen y répond par la voix de ses personnages.

Cela devait être une semaine idyllique pour tous ces stagiaires. Une semaine de stage, dans un endroit paradisiaque, qui leur permet d’ingurgiter toute une année d’études afin de passer l’examen final et intégrer de grandes écoles pour avoir un travail à la fin. Mais cette semaine de stage est réservée aux nantis. Toutefois, le patron de la plus grande société d’IA a choisi trois boursiers, dont Roxane, pour suivre ce programme. Roxane qui n’utilise pas ses capacités intellectuelles à leurs pleines valeurs. Roxane qui a perdu sa mère il y a quelques années et qui en veut énormément à son père, devenu alcoolique. Roxane qui a préféré suivre la voie de la délinquance. Mais dans ces îles, Roxane et certains de ces camarades vont très vite avoir des doutes quant à ce programme. Ah oui, le matin ils se réveillent avec des facultés indéniables mais certains changements physiques leur mettent la puce à l’oreille. Ils ont à faire des choix et ces choix seront très importants pour l’histoire aux multiples rebondissements.

Trois boursiers et beaucoup d’adolescents très riches dont les relations ne vont vraiment pas être faciles, on s’en doute. Les derniers pensent avoir le pouvoir. Les autres, en particulier Roxane, préfèrent se cacher derrière la violence des mots. Cela peut marcher ou pas. De toutes façons, à un moment donné, ils seront obligés de s’entraider pour survivre, pour vivre, face à cette IA qui a pris le pouvoir, sans le consentement de son créateur. Et comment cela a-t-il pu se réaliser ? Tout est expliqué avec la plume de Victor Dixen. Un roman qui permet à tous ces adolescents d’évoluer, de donner le meilleur d’eux-mêmes, de croire en eux et dans les autres, qui leur permet de changer de trajectoire, car l’avenir est aux mains des jeunes, de ce qu’ils vont en faire.

Victor Dixen développe ce cerveau, ce fameux cerveau qui est toujours l’objet d’études car pas encore sondé entièrement. Ce cerveau qui permet de réfléchir, d’éprouver des sentiments et que personne n’a encore pu transposer dans une machine. Et on va dire, heureusement qu’il nous reste notre cerveau pour prendre le pas sur ce qui peut se révéler extrêmement dangereux.Victor Dixen écrit sur l’écologie, la lutte des classes, le changement climatique et toutes les adaptations qui en ont découlé.

J’ai rencontré Victor Dixen au Festival du Livre de Marseille, début décembre. Je ne connaissais pas l’auteur, ni son univers. Je lui ai demandé quel livre il me conseillait pour le découvrir, moi amatrice de policiers-polars. Il me conseillait une série ou un simple histoire. Vu tout ce que j’ai dans ma PAL et comme je ne voulais pas trop m’engager dans une série, j’en ai tellement à lire et finir, j’ai acheté Cogito, conseillée par Victor Dixen. Livre dédicacé par l’auteur et donc à conserver précieusement. Après la lecture de Cogito et cette rencontre, avec un homme très proche de ses lecteurs, je comprends pourquoi il a autant de succès parmi les adolescents et les moins jeunes. Victor Dixen offre un roman très riche et documenté et accessible à tous, que ce soit d’un point de vue scientifique et autre. Il permet au lecteur de s’interroger sur son futur, mais aussi avec de nombreuses références littéraires, cinématographiques et surtout ceux qui ont, au fil des siècles, participé à ce bouleversement de la société, à son évolution technologique.

J’ai tourné les pages de Cogito avec avidité. Je n’ai pas pu me détacher de ce roman avant de l’avoir fini. J’ai très bien imaginé ce qui se passait car tout était extrêmement vivant. Les rebondissements sont multiples et nombreux. Le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. En plus, Victor Dixen termine son roman avec une véritable conclusion. Il ne laisse pas le lecteur sur sa faim. Ce roman, outre sa dédicace, est à garder précieusement car véritable objet de collection avec ses dessins, ses pages noires qui en font un objet d’art. Je finis 2019 avec cette chronique mais pas avec ce roman puisque j’en ai déjà un en cours.

Cogito de Victor Dixen

Date de sortie : 29 mai 2019

Editeur : Robert Laffont

Nombre de pages : 357

ISBN : 978-2-221-24172-1