Une mer si froide de Linda Huber

Une mer si froide Linda Huber
Une mer si froide Linda Huber

Avis Une mer si froide de Linda Huber

Quel roman magnifique ! Par deux fois, j’ai eu les larmes qui sont montées. C’est donc l’histoire de deux couples qui perdent un enfant, une petite fille très jeune. Le parallèle est fait et les deux histoires vont s’imbriquer lorsque le lecteur retrouve Olivia, la petite fille disparue, en premier, dans l’histoire, auprès de l’autre mère.

Pour la disparition d’Olivia, le lecteur croit, comme ses parents, que la petite fille disparait, noyée. C’est la veille de son anniversaire. Elle est en vacances avec ses parents et son frère. Malgré les recherches, elle n’est pas retrouvée. La culpabilité ronge le couple et en particulier la mère qui aurait dû la surveiller, c’est ce que tout le monde pense, même sur cette plage vide, alors que Livvy rejoignait son père et son frère. Culpabilité également de cette mère qui pense qu’elle a mal agi en grondant sa fille, qui se rappelle que celle-ci semble n’aimer que son père. Pourtant, Maggie est vraiment bien présente chez Olivia. Elle sera le seul lien pour cette petite fille qui ne comprend pas ce qui lui arrive, qui est brutalisée par une femme malade. Maggie va rester des semaines dans cette maison de vacances, à attendre sa fille, en vain. Elle aurait pu sombrer. Mais non, malgré la douleur, l’éloignement avec son mari, elle va faire face à la douleur,  à la perte pour élever son fils et tenter de retrouver une vie de famille. Ils ne feront jamais leur deuil de la perte de leur fille. Joe, le fils du couple, est également dans la douleur. Il est aidé psychologiquement et cela lui permet, également, de s’en sortir. Maggie refuse à son mari d’avoir un autre enfant, même s’ils sont encore jeunes. Elle ne veut pas se précipiter. Il est clair que pour l’un et l’autre, cela ne remplacera jamais Olivia. Mais il faut du temps, surtout lorsque l’histoire a été médiatisée et que les commentaires, lettres les font encore plus culpabiliser car ils ont failli à leur devoir de parents.

De l’autre côté, il y a Jennifer et Phillip qui ont, eux aussi, perdu leur petite fille. Alors qu’ils étaient en vacances. Jennifer sombre dans la dépression. Elle reste seule car son mari doit assister sa grand-mère mourante. Enceinte, elle cache sa grossesse à son mari. Elle le met devant le fait accompli concernant l’achat d’une nouvelle maison. Plus dure sera la chute pour ce couple lorsque Phillip rentrera chez lui et qu’il découvrira la vérité.

Je ne blâme aucun des deux couples, je ne les juge pas. Chacun réagit différemment. Jenifer a refusé de continuer à prendre ses médicaments pour faire à sa dépression. Elle est devenue violente. Elle a changé. Elle a voulu remplacer sa petite fille perdue. Certains passages sont assez durs à lire par rapport à l’enfant. Certains rappels du passé tentent de frayer son chemin dans sa mémoire.

Est-ce que la présence de Katie, la maîtresse d’Hailey, joue un grand rôle dans l’histoire ? Oui, elle est vraiment impliquée avec ses élèves de maternelle. Elle se pose de nombreuses questions, en fait part à ses collègues. Malgré les nombreuses peurs de la petite fille, elle sera le rempart, l’adulte sur qui elle pourra compter, même si l’arrivée de Phillip joue un grand rôle pour cette petite fille.

Malgré quelques maladresses ou éléments irréalistes comme la maîtresse, seule personne appelée pour s’occuper d’Hailey, le roman, construit, comme un polar, avec ses rebondissements, ne se lâche pas. J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec des personnages très attachants. D’ailleurs, de qui parle le prologue ? Hailey ou Olivia ?

Je remercie les Editions Presses de la Cité pour leur confiance sur cette belle découverte.

Résumé Une mer si froide de Linda Huber

Une enfant joue sur le bord de la plage. Elle nettoie un coquillage qu’elle souhaite offrir à sa grand-mère. Les vagues l’emportent.

Olivia a disparu. Ses parents la cherchent et font appel à la police.

Phillip est aux Etats-Unis auprès de sa grand-mère, atteinte d’un cancer, mourante.

Une mer si froide de Linda Huber

date de sortie : 4 mai 2017

Editeur : Presses de la Cité

Isbn : 978-2-258-11884-3

Nombre de pages : 364

Comité d’Entreprise : Les Bonnes Pratiques d’Olivier Sévéon

Comité d'Entreprise : Les Bonnes Pratiques d'Olivier Sévéon
Comité d’Entreprise : Les Bonnes Pratiques d’Olivier Sévéon

Comité d’Entreprise : Les Bonnes Pratiques d’Olivier Sévéon

Guide pour une appropriation réelle des attributions économiques du CE

L’élu du comité d’entreprise se doit de maîtriser l’analyse financière et stratégique, l’économie, le droit du travail, etc. Pourtant, il n’est pas nécessaire qu’il se jette à corps perdu dans une course effrénée à l’acquisition de connaissances pour mener à bien sa mission.

Parfaire ses savoirs est évidemment indispensable, mais encore faut-il cerner ce que l’on recherche et à quelles fins.

Replacer les bonnes pratiques au coeur de la démarche de l’élu, c’est lui donner une vision claire de sa fonction et l’aider à sélectionner. En effet, s’il aborde sans nuance tous les sujets qui s’offrent à lui, il sera vite débordé !

À jour des lois Rebsamen et Travail, cet ouvrage apporte, de façon simple et accessible à tous, les réponses aux questions que se posent les membres des CE au quotidien. Centré sur les bonnes pratiques, il donne les repères qui leur permettront de cultiver une relation de qualité avec les salariés.

Un livre indispensable pour comprendre la fonction des élus et relever tous les défis du comité d’entreprise !

Je remercie les Editions Gereso pour cet envoi.

Olivier Sévéon

L’auteur est diplômé de HEC. Il est Consultant et formateur, il met son expertise au service des élus depuis plus de trente ans, et a déjà accompagné un millier d’instances représentatives du personnel.

Comité d’Entreprise : Les Bonnes Pratiques d’Olivier Sévéon

date de sortie : 11 mai 2017

Editeur : Gereso

Isbn : 978-2-35953-438-2

Nombre de pages : 313

Mieux Communiquer avec soi-même et avec les autres de Céline Blondel

Mieux Communiquer avec soi-même et avec les autres de Céline Blondel
Mieux Communiquer avec soi-même et avec les autres de Céline Blondel

Mieux Communiquer avec soi-même et avec les autres de Céline Blondel

Lâchez prise… Soufflez !

La voix et le ton, les postures et les gestes, les regards ou les silences peuvent révéler en partie notre état, notre humeur
Il nous arrive aussi d’être surpris, émus ou décontenancés par un comportement ou une parole et nous perdons pied face à l’inattendu. Suffirait-il de se dire « lâche prise ! » pour éviter de s’emporter ? Ou bien « fais-toi confiance ! » pour oser s’exprimer ?

Notre mental, seul aux commandes, se révèle parfois notre pire ennemi

Alors, comment éviter de se laisser submerger par ses émotions ? Comment recréer une complicité entre corps et mental et retrouver aisance et assurance ? Ou comment être acteur parmi les autres acteurs de notre vie en société ?

Pour trouver vos propres réponses, l’auteur vous invite à partager sa réflexion, qui s’appuie en partie sur l’improvisation théâtrale. Des anecdotes professionnelles, des exercices ludiques et de relaxation vous feront découvrir comment lâcher prise et souffler, afin de mieux communiquer avec soi-même et avec les autres !

Je remercie les Editions Gereso pour cet envoi qui me servira ainsi qu’à ma fille.

Céline Blondel

Elle a une expérience de 30 ans de pratique théâtrale, et parallèlement une expérience de plus de 20 ans dans le domaine des sciences humaines et de la pédagogie. Consultante elle accompagne managers et équipes dans leurs relations interpersonnelles, en utilisant les techniques de l’acteur comme outil pédagogique.

Mieux Communiquer avec soi-même et avec les autres de Céline Blondel

date de sortie : 18 mai 2017

Editeur : Gereso

Isbn : 978-2-35953-488-7

Nombre de pages : 165

Les cent-onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir

Les Cent Onze parfums qu'il faut sentir avant de mourir
Les Cent Onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir

J’ai hésité avant de présenter ce livre sur ce blog et non l’autre, consacré aux parfums. Mais étant donné que j’ai déjà lu les 101 parfums à découvrir de Nicolas de Barry, dans ce livre ils sont dix de plus. Vu tous les parfums qui sont commercialisés d’année en année, les formules des grands classiques changées, l’important est donc d’arriver à les connaître.

Les cent-onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir Présentation de l’éditeur

Loin d’être une simple liste, cet ouvrage de référence propose une véritable Histoire des parfums, à travers 130 ans de créations. Qu’ils soient « chefs de le », précurseurs, déroutants ou révolutionnaires, Jeanne Doré et son équipe — tous issus du mouvement culturel olfactif initié par auparfum.com et la revue Nez — ont ouvert des centaines de acons, avant de n’en retenir que 111 !

De Jicky (1890) à Tabac Tabou (2015), cette sélection aussi subjective que raisonnée est classée en 7 périodes marquant les grandes transformations de l’industrie. Les notices, sensibles, curieuses et documentées, s’adressent aux meilleurs experts comme aux simples curieux, aux jeunes amateurs comme aux grands passionnés. Les cent-onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir contribue indiscutablement à l’émergence d’une culture olfactive exigeante et waccessible, indispensable pour se comprendre et comprendre le monde qui nous entoure.

Sommaire

  • 1870—1930

Des débuts de la parfumerie moderne aux années folles

  • 1 9 4 0 — 1 9 6 0

Des couturiers aux hippies

  • 1 9 7 0 — 1 9 7 9

Un parfum de liberté

  • 1980—1989

Le règne du marketing

  • 1990—2000

Une parfumerie de n de siècle

  • 2 0 0 0 — 2 0 1 0

L’éveil de la niche

  • 2 0 1 0 — Aujourd’hui

Pour chaque parfum : une critique, ses ingrédients clés, son succès, sa descendance, ses utilisateurs célèbres…

Je remercie Anne et les Editions Le Contrepoint de parfaire ma culture parfumée.

Les cent-onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir

date de sortie : 11 mai 2017

Editeur : Le Contrepoint

Isbn : 9782370630537

Nombre de pages : 256

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Assez de bleu dans le ciel Maggie O'Farrell
Assez de bleu dans le ciel Maggie O’Farrell

Avis Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Avant de finir ce roman, j’ai lu une formidable critique qui l’encensait. Ne suis-je pas normale ? En effet, je n’ai pas été franchement transportée par l’histoire. Pourtant, quand je l’ai commencé, je me suis dit, super, je vais me balader en Irlande avec un auteur irlandais. J’ai été peut-être déstabilisée par ces retours en arrière, ces bons en avant sur les différents personnages qui ont gravité autour de Daniel. Et ils sont nombreux. Je n’avais jamais lu cet auteur. Mais je pense continuer avec elle car j’adore l’Irlande, même si je n’y suis jamais allée et j’aime le travail de conteur des auteurs, notamment Maggie O’Farrell.

Ce sont les histoires de couples de Daniel et de Claudette. Si les deux premières de Daniel sont celles que l’on peut trouver à peu près partout, celle qu’il forme avec Claudette est vraiment très bien trouvé. Il y a également l’histoire de Claudette. Là, par contre, les retours en arrière et les années qui passent ne sont pas du tout difficiles à suivre. Même si l’auteur arrive à nous démontrer la fin de leur couple, c’est passé assez vite. Je ne me suis pas du tout attachée à ces personnages, même si j’ai bien aimé Claudette, sa façon de vivre, son ascendant sur les autres. On peut comprendre la quête de Daniel pour savoir ce qui est arrivé à un de ses anciens amours. Mais il agit seul et met son couple en danger. C’est un homme en définitive très secret. J’ai aussi beaucoup aimé l’histoire sur sa mère.

J’ai par contre beaucoup aimé cet amour filial qui existe entre Daniel et ces quatre enfants et son beau-fils. L’amour est également présent entre Claudette et ses enfants. De plus, que ce soit Ari ou Niall, ils ont tous les deux des soucis de santé ce qui les rend encore plus attachants. Ce qui arrive aussi à la fille de Daniel va encore plus le perturber.

Avec ces retours en arrière, on suit donc les histoires des uns et des autres mais aussi la rencontre entre Daniel et Claudette. Même si, par certains moments, c’est assez difficile à suivre, il faut aller jusqu’au bout du roman car il est formidablement bien conté, les descriptions sont époustouflantes. Le lecteur voyage en Angleterre, en Irlande, en Inde, en Suède. Il s’imprègne d’odeurs, de paysages grandioses.

Je n’ai pas eu de coup de coeur, mais je ne regrette absolument pas ma lecture et je remercie Belfond et Negalley pour cette sélection.

Résumé Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Daniel travaille en semaine à Belfast comme professeur de linguistique. Le week-end, il rentre dans le Donegal, un endroit solitaire en Irlande où il  rejoint sa femme et ses deux enfants.

Il doit partir sur New-York fêter l’anniversaire de son père.

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

date de sortie : 6 avril 2017

Editeur : Belfond

Isbn : 978-2-01-702648-8

Nombre de pages : 496

I hate u love me tome 1 de Tessa Wolf

I hate u love me de Tessa Wolf
I hate u love me de Tessa Wolf

Avis I hate u love me tome 1 de Tessa Wolf

J’ai choisi I hate u love me par rapport à son titre et sa couverture. Dès les premières pages lues, je me suis dit, « Encore un énième roman qui conte les émois d’adolescents ». Je me suis trompée. Ce n’est pas du tout ça. Le lecteur se plonge, avec délices, et tourne les pages, ici de la Kobo, très rapidement, pour connaître les péripéties de la relation entre Elena et Fares. La dimension de cet amour a été plus intense lorsque Tessa Wolf a inséré, pour la première fois, le point de vue de Fares, vers la page 80. Le lecteur oscillera donc entre les deux. Personnellement, je n’ai jamais pu me faire à l’idée que Fares avait deux ans de moins qu’Elena. Est-ce dû à ses tourments ?

Ecrire une chronique sur I hate u love me est assez compliqué. En effet, je n’ai pas envie de trop en dire puisque les rebondissements sont nombreux mais j’aimerais également donner l’envie de lire ce premier tome.

Elena et Fares se rencontrent au lycée. Elle est en train de passer le bac et est déjà fiancée, prête à se marier. Rencontrer ce jeune homme la bouscule tant et plus.

Elena n’a pas conscience de sa beauté. Tous les garçons souhaitent avoir une relation avec elle. Fares la révèlera à elle-même. Il est le seul qu’elle aimera, avec qui elle se sent bien, en sécurité. Mais il sera le seul à la faire souffrir de nombreuses fois. Malgré la douleur qu’ils éprouvent, la haine ressentie, l’envie de faire souffrir, ils se retrouveront, vivront de très bons moments ensemble, même si tout n’est pas dit. Jusqu’à ce quelques secrets soient révélés et ils se feront encore plus de mal. C’est une relation belle mais destructrice. Ils s’aiment mais ce roman n’aurait pas été écrit si tout avait été révélé dès le départ. Elena aurait-elle accepté Fares avec ce qu’il est réellemen ?. Il n’y a pas que l’attraction physique entre eux, même si cela joue énormément. Elena sait que Fares est secret. Elle aimerait pouvoir percer cette carapace mais elle ne lui donne pas une chance de s’expliquer. Et inversement.

Fares est un jeune homme qui souffre. Cette souffrance trouve un exécutoire, la violence. Qui a dit que je suis tombée amoureuse de ce beau jeune homme ? Je ne suis pas une cougar mais franchement, Tessa Wolf m’a fait adorer cet homme.

Outre cette histoire de New Romance, l’auteur aborde des thèmes très rapidement, mais ils y sont, du racisme, du terrorisme, de différences de cultures, les préjugés, la jalousie. La souffrance de deux êtres qui s’aiment est également bien là. Tous les deux sont fragiles, ils n’osent pas tout s’avouer. Le final nous laisse augurer une très belle suite.

Voilà, maintenant, je suis accro. Ma PAL va, encore, augmenter, car il me faut les deux tomes suivants.

Je remercie BMR et NetGalley pour cette sélection.

Résumé I hate u love me tome 1 de Tessa Wolf

Elena est une jeune fille de 18 ans qui vit sa dernière année de lycée. Elle est très sage, studieuse et prête à se marier. Ses parents, d’origine espagnole, sont catholiques.

Les meilleures amies d’Elena sont Katy et Julia, aussi différentes l’une que l’autre.

Elle rencontre Fares, qui vient d’arriver au lycée. Le jeune adolescent provoque un sérieux émoi chez Elena.

I hate u love me tome 1 de Tessa Wolf

date de sortie : 21 avril 2017

Editeur : Black Moon Romance

Isbn : 978-2-01-702648-8

Nombre de pages : 320