November Road de Lou Berney

tous les livres sur Babelio.com

Résumé November Road de Lou Berney

Nouvelle-Orléans, Frank doit parler à Carlos d’affaires transmises par un de ses contacts. Il voit une belle femme mais, auparavant, un de ses amis veut se confier.

Dans une autre partie des Etats-Unis, Charlotte vit dans une petite ville auprès d’un mari qui boit et de ses deux filles.

Avis November Road de Lou Berney

J’aime ces romans qui deviennent addictifs sans que je m’en rende compte. Je ne fais pas un avec les personnages ou encore avec l’histoire. Mais je lis les pages au fur et à mesure et je ne le lâche pas. Ces romans ne sont toutefois pas des coups de coeur, à proprement parler. Mais il y a un je ne sais quoi, dans l’histoire, dans le style, que le roman me laissera un agréable souvenir.

L’auteur situe son histoire aux Etats-Unis, plus précisément à La Nouvelle-Orléans et l’Oklahoma, au tout début. Ensuite, ce seront des états traversés, jusqu’à Las Vegas et la Californie. L’auteur a choisi comme toile de fond, le meurtre de JFK. Il a pris le parti de rester sur la piste d’un tueur de la mafia. En effet, Oswald ne pouvait pas faire cela tout seul. Entre en scène Frank qui travaille pour Carlos. Il a dû véhiculer une voiture pour Dallas, quelques jours avant le meurtre. Dès qu’il l’apprend, il va énormément se questionner. Est-ce que cette voiture a servi à la fuite du tueur du Président des Etats-Unis ? Est-ce que sa vie est en danger parce qu’il le sait. Malgré des années de bons et loyaux services, on peut décider de la mort de quelqu’un sans regret, surtout avec ce type d’hommes. S’ensuit une fuite et tout tenter pour sauver sa peau.

D’un autre côté, il y a Charlotte qui vit dans une petite ville où tout le monde se connait. Mariée avec un alcoolique, deux filles, du jour au lendemain, elle décide de tout plaquer pour aller enfin vivre sa vie comme elle l’entend. Mais elle ne part pas sans ses filles. Au départ, elle éprouvera quelques regrets, elle culpabilisera. Mais Charlotte est une femme forte et lorsqu’elle a décidé quelque chose, elle s’y tient.

On sait, dès le départ, que la route de Frank et de Charlotte vont se croiser. Mais Frank ne dira pas la vérité à la jeune femme. Elle lui sert d’alibi, de famille. Mais, il sera pris à son propre piège. Car en définitive, même si c’est un homme à femmes, qui les jette quand il a eu ce qu’il a voulu, Charlotte le charme car elle est entière et ne joue aucun jeu. Que ce soit elle ou ses filles, ce sont des personnalités hors du commun. Et la fin du roman le démontrera sans contexte.

Autre personnage important du roman, l’homme chargé de tuer Frank, Barone. Il va éliminer, au fur et mesure, ceux qui le gênent. Mais un élément important va mettre à mal cette course poursuite et cette mort.

L’auteur nous entraîne dans cette course poursuite où chacun tente de berner l’autre, d’arriver avant, de prendre les contacts nécessaires. Mais dans ce milieu, il faut faire très attention. Même les proches peuvent en subir les conséquences. Tout est magnifiquement orchestré, même si j’ai eu du mal, aut tout début, avec tous les personnages qui gravitent autour de Charlotte. J’ai adoré ces deux petites filles, dont la cadette a pris le pas sur l’aînée. Elles ne font rien l’une sans l’autre. Et la fin de ce roman est magnifique. Elle nous apprend surtout si Charlotte a réussi à mener sa vie comme elle l’entendait, si elle a permis à ses filles de réaliser ses rêves. Si la dimension du meurtre de JFK est bien là, même si le roman ne tourne pas autour de ça, l’auteur fait quelques parenthèses quant à la condition des personnes de couleur dans les années 60 mais aussi la condition des femmes qui ne doivent pas s’émanciper.

Je remercie Babelio et les Editions Harper Collins pour cette lecture.

November Road de Lou Berneyr

Date de sortie : 6 février 2019

Editeur : Harper Collins Noir

Nombre de pages : 384

ISBN : 979-1-0339-0288-1

Publicités

S’inventer une île d’Alain Gillot

tous les livres sur Babelio.com

Résumé S’inventer une île d’Alain Gillot

Dani est en Chine. Il travaille sur un gros chantier.

Sa belle-soeur l’appelle et l’informe de la mort de son fils suite à une noyade. Très vite, il part pour rejoindre sa famille et surtout sa femme, Nora.

Avis S’inventer une île d’Alain Gillot

Daniel et Nora ont tout pour être heureux. Ils sont amoureux, ont choisi leur vie et ont un petit garçon. Dani part souvent à l’étranger, plusieurs mois, pour travailler sur des chantiers colossaux. Il est en Chine lorsqu’il reçoit l’appel qui va bouleverser sa vie et celle de son couple. Tom, en vacances chez sa grand-mère, s’est noyé. Il est mort. Dani rentre très vite en France. Préparation des obsèques, jour J, accueil de la famille et des amis, Dani n’a pas le temps de faire son deuil et surtout de réaliser que son fils est mort. Il ne peut pas pleurer. Il ne veut pas le voir dans son cercueil. Dani veut s’approprier son deuil.

Le livre s’attache à raconter l’expérience d’un deuil, surtout lorsque cela touche un enfant. Beaucoup de culpabilité est ressentie. Pourquoi avoir laissé Tom à sa grand-mère, femme qui ne s’est jamais préoccupée de ses filles ? Pourquoi ne pas avoir passé de temps avec son enfant car le travail à l’étranger était trop prenant ? Pourquoi avoir dit non à certaines de ses demandes, lesquelles, en définitive, n’étaient que la possibilité de passer un moment entre père et fils ? Nora veut tenter très vite d’oublier les traces de son fils. Elle entreprend un grand ménage dans la maison. Pour Dani, c’est trop tôt, mais il laisse faire. Incompréhension du couple, colère de Nora envers son mari, l’un et l’autre s’éloignent jusqu’à l’hospitalisation de Nora. Elle souffre trop donc elle n’a pas tenu le coup. Le roman s’attache à raconter leur amour, comment il a débuté, comment ils ont choisi de vivre.

Dani a peur que les souvenirs de son fils s’estompent, qu’il ne se rappelle plus sa voix, son visage, son odeur. Quand celui-ci lui apparait, il le rejette. Mais l’esprit de Dani est le plus fort. Il va réaliser ce qu’il a promis à son fils, aller sur une île et vivre des instants rien qu’à eux. Tom est extrêmement présent. Tendre, il a besoin de son père, de lui montrer qu’il est fort. Toutes les scènes sont issues de l’imagination de Dani. Il va lui parler, il va le serrer dans ses bras. Un mirage, certes, mais Dani a besoin de tout ça pour qu’il prenne conscience que sa vie n’en est pas une, que l’on est conditionné dès le départ et que l’on ne prend jamais le temps de vivre selon ses désirs et ses aspirations. Bien sûr, il cache tout ça à Nora. Par peur de sa réaction alors qu’elle est si fragile ? Toute cette aventure lui permet de ne pas sombrer, de dire pardon à son fils pour ses absences. Il suffit d’un drame pour se rendre compte que tout arrive trop tard, mais cela permet de changer de cap.

Outre le fait que ce livre raconte le deuil, comment il est vécu, le message d’espoir est bien présent. Il se traduit par la force de l’amour, de l’amitié entre deux couples très proches, entre deux soeurs. Tous se serrent les coudes pour aller de l’avant, pour enfin se révéler, être qui on est vraiment et ce que l’on veut être.

Deux mots me marquent dans ce roman sensible, aux personnages très attachants, c’est Mon papa. Même si on ressent de l’empathie pour les personnages, je suis restée extérieure à leur vie, je ne me suis pas immiscée dans leur drame, je n’ai pas fait corps avec l’un ou l’autre. Même si lire un tel sujet, on fait preuve un peu de voyeurisme. Je me suis senti détachée car je n’ai pas vécu un tel drame. Je ne sais pas comment je réagirai, même si j’ai quelques pistes quant à mes réactions, vu mon vécu.

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique et les Editions Flammarion.

S’inventer une île d’Alain Gillot

Date de sortie : 20 février 2019

Editeur : Flammarion 

Nombre de pages : 208

ISBN : 978-2-0814-1837-0

La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

La fille au sourire de perles La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil – Editions Les Escales

Présentation de l’Editeur La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

Un témoignage nécessaire qui nous incite à regarder au-delà du statut de victime. Clemantine Wamariya livre une histoire poignante et inspirante qui révèle l’importance de chaque existence et la puissance du récit.
Rwanda, 1994. Clemantine a six ans lorsqu’elle doit fuir les massacres avec sa grande soeur Claire. Sans nouvelles de leur famille, déplacées de camps de réfugiés en camps de réfugiés, elles affrontent la faim, la soif, la misère et la cruauté pendant six ans avant d’arriver aux États-Unis.
À Chicago, Clemantine est recueillie par un couple aisé et découvre soudain une toute autre réalité. Projetée dans un véritable rêve américain, l’adolescente est pourtant plus perdue que jamais. Une question s’impose alors : comment se reconstruire et donner un sens à son histoire après avoir vécu l’enfer ?

Sincère, urgent et bouleversant, La Fille au sourire de perles examine la question de l’identité et de l’appartenance, des cicatrices laissées par un traumatisme, mais aussi du rapport à l’autre quand celui-ci ne voit en vous qu’une victime.
Un témoignage actuel et plus que jamais nécessaire.
 

Avis La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

Ceci est l’autobiographie de Clemantine qui vivait dans une famille assez aisée au Rwanda.

L’histoire alterne les passages de la vie de Clemantine au Rwanda, son arrivée aux Etats-Unis, la fuite avec sa soeur dans de nombreux pays d’Afrique et son évolution en tant qu’adolescente puis adulte aux Etats-Unis. 

Clemantine est toute jeune. Elle a une soeur beaucoup plus âgée. Elles partiront toutes les deux chez leur grand-mère. Mais très vite, elles devront prendre la route, diverses routes, pour gagner des pays. Difficile pour Claire de prendre soin de cette petite soeur. Claire a toujours eu à l’esprit qu’elle était l’égale des autres. Elle a toujours su se débrouiller pour tenter d’améliorer, un tant soit peu, son quotidien. Et cela a continué aux Etats-Unis. Même si elle a souffert de toutes les expériences traversées. Claire n’est pas anéantie. Est-elle en colère ? Peut-être contre tous ceux qui ne la considèrent pas comme un être humain. Clemantine perdra de nombreuses choses personnelles, même si elle emmène peu à chaque fois. Et cela lui fera extrêmement mal. A chaque fois qu’elle peut aimer quelqu’un, elle devra vite partir. Est-ce que cela aurait changé quelque chose, son caractère, si sa soeur avait été beaucoup plus proche d’elle ?

Suis-je la seule à qui ce livre laisse une sensation désagréable ? Ce n’est pas dû à cette colère que Clemantine ressent continuellement. Ce n’est pas dû au fait qu’elle ne peut pas faire confiance aux autres. En tous les cas, elle a fait confiance à de nombreuses personnes pour écrire cette autobiographie. De plus, la page des remerciements est extrêmement longue. Je n’ai jamais eu l’impression qu’elle profitait des personnes qu’elle a rencontrées en Amérique, comme Oprah Winfrey, de sa famille d’accueil. Ils l’ont aidé à devenir une jeune fille, une jeune femme instruite. Je conçois tout à fait que Clemantine se cherche car pendant des années, elle n’a été plus rien. Elle a survécu à l’horreur. Est-il possible que Clemantine ne ressente aucun amour pour personne, comme elle l’écrit ? Pas d’amour pour ces neveux avec lesquels elle est restée pratiquement tout le temps. Pas d’amour pour ceux qui ont partagé sa vie. Quand on est arraché à une famille, famille que l’on retrouve des années plus tard et qui a continué à vivre, malgré tout, à avoir des enfants, n’y a-t-il pas un sentiment de jalousie face à ça ? Car Clemantine, même si elle a retrouvé les siens, n’a pas retrouvé sa famille telle qu’elle l’a laissée. Je comprends que Clemantine ne soit pas d’accord avec tous ceux qui pensent que les réfugiés ont tous vécu la même chose. Ils sont déshumanisés en quelque sorte. Elle doit également faire avec une autre façon de vivre, une autre culture, tenter de faire comprendre aux autres toute cette souffrance même si c’est difficile pour elle d’y mettre les mots de façon correcte. Ses réactions peuvent choquer. Livre témoignage mais aussi livre écrit pour que la mémoire ne s’efface pas. Je ne suis pas choquée par les réactions de Clemantine mais pourquoi accepter toutes ces conférences, témoigner autant alors qu’elle connait les réactions des uns et des autres ?

Toutes ces personnes ont souffert et de la plus horrible des façons. Elle a raison quand elle dit que chaque souffrance est différente. Elles ne sont pas comparables, que ce soit ceux qui ont subi l’holocauste ou encore ceux qui ont été victimes de génocides. Certaines lectures lui ont été profitables, car elle a trouvé des réponses à ses questions. On apprend tout de même énormément de choses au niveau de la politique du Rwanda, comment a été colonisé ce pays par la Belgique, ce que ce pays a fait pour séparer les différentes personnes rwandaises. 

Je remercie les Editions Les Escales et l’agence Anne & Arnaud pour cette lecture.

La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

Date de sortie : 10 janvier 2019

Editeur : Les Escales

Nombre de pages : 312

ISBN : 9782365694186

Bilan de lectures en janvier 2019

Qu’ai-je lu en ce mois de janvier ?

L'égarée de Donato Carrisi

L’égarée de Donato Carrisi

Un premier mois de 2019 très riche en matière de lectures. J’avais écrit que je voulais moins demander de livres sur Netgalley, cela n’a pas été le cas. J’ai eu ma première grosse déception, j’ai lu un deuxième très bon roman. J’en ai lu un autre, deuxième également, où le début m’a fait un peu peur. Il y a eu également un superbe ouvrage de photos accompagnées de textes magnifiques. Et puis, un auteur qui me comble à chaque fois que je le lis. Je suis contente de moi pour ce mois de janvier avec le nombre de livres lus, soit 10, un nombre de livres pratiquement plus important que lorsque je suis en vacances.

Je vous les rappelle :

La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit 

Oiseau de nuit de Robert Bryndza  Miss Crampon de Claire Castillon Tue-moi si tu veux d’Adam Croft L’étranger dans la maison de Shari Lapena Mentine on divorce ! de Jo Witek Personal Tattoo de Sophie Le Berre Prends ma main de Megan Abbott L’égarée de Donato Carrisi

 

La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

La fille muette d'Hjorth & Rosenfeldt

La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt – Editions Actes Sud

Résumé La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Une famille prend son petit déjeuner. On sonne à la porte. Un coup de feu éclate.

C’est une petite fille qui fuit. Mais elle a décidé de s’enfermer en elle-même pour ne pas souffrir. Elle a décidé de se faire très petite et surtout de ne plus parler.

Avis La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Erik, qui vient juste d’avoir sa promotion, préfère demander de l’aide car il sait, que dans cette petite ville, qu’il n’arrivera pas à résoudre, tout seul, ce crime horrible. Arrive donc la fine équipe dont Sebastian et sa fille, qui ne sait pas qu’il est son père et qu’il n’a pas appuyé ses demandes pour Quantico, et deux de leurs collègues, dont un qui s’interroge énormément sur Sebastian puisque c’est dans son appartement qu’une de leurs collègues a été abattue par une maîtresse de Sebastian.

Une famille entière est assassinée, les époux et leurs deux enfants. Pourquoi ? Ce couple a d’importantes priorités, l’écologie et cela passe pas très bien auprès des habitants de leur petite ville. Un suspect est vite trouvé. Mais la police n’a rien contre lui même si elle pense qu’il cache quelque chose. Nous avons donc avoir la fine fleur de la police criminelle qui va tenter de résoudre ces meurtres et aussi la disparition de cette fillette qui aurait tout vu du drame. Et si tout n’était qu’une question d’argent avec ces forages dans le coeur de cette Suède qui rapportent des milliards aux entreprises. Pour y arriver, elles sont prêtes à dépenser des sommes folles. Mais entre ceux qui ne veulent pas vendre et ceux qui ont besoin d’argent pour diverses raisons, on peut dire que l’argent peut engranger les pires choses.

Un roman qui se lit sans soucis par la diversité des personnages et leurs caractères. Ca, c’est le point extrêmement positif de ce roman. Toutefois, j’ai trouvé que l’enquête était un peu bâclée, que la découverte du coupable était vraiment faite trop vite après des pages et des pages de tâtonnements et d’enquête. Heureusement que le final sauve les meubles. Premier roman pour moi de ces deux auteurs avec leur personnage récurrent, Sebastian. Il va donc falloir que je lise les premiers, même si j’ai eu une bonne vue d’ensemble de ce personnage. Dans ce roman, on en sait plus sur ce qui lui est arrivé et on peut comprendre son comportement. Psychologue qui travaille pour la police, il n’est franchement pas aimé, surtout qu’une de ses collègues de travail a été blessée, gravement, chez lui, par une de ses ex-maîtresses. Sebastian couche, est accro au sexe, ment, arrange la vérité à sa façon, ne suscite pas la sympathie des uns et des autres. Mais il s’en moque. Il est un pro dans son travail. Il veut se rapprocher de Vanja. Dans ce roman, il sauvera une petite fille et elle va, elle aussi, le sauver. Il a approché une qualité de vie qu’il ne connaissait plus. On retrouvera Sebastian dans un prochain roman et surtout la décision prise qui aura énormément de conséquences.

Vanja en veut à ses parents qui lui ont appris la vérité sur sa naissance même s’ils n’ont pas tout dit. La jeune femme, qui travaille dans la police, se sent trahie par eux et il lui est difficile de pardonner car elle sait qu’elle en apprendra encore plus. Et ce n’est pas la maladie de son père adoptif, qui l’aime toujours, qui va la changer. Vanja a voulu mettre sa confiance en Sebastian. Elle est pratiquement la seule à lui dire ce qu’elle pense. Mais elle risque d’avoir des surprises. Très bonne dans son boulot, elle veut aller à Quantico se former encore plus.

Les relations peuvent être tendues entre les membres de l’équipe, entre ceux qui sont amoureux et dont l’amour n’est pas payé en retour. Chacun essaie d’être honnête et quelque fois, cela peut payer. Et que dire de Billy, ce policier qui a déjà tuer deux fois mais qui a été lavé de tout soupçon. C’est le personnage qui m’a le plus impressionné par son caractère et ses actes.

Nicole est une petite fille qui a tout vu. Au début, quelques chapitres lui sont consacrés jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée. Elle a tout vu et pour éviter d’avoir à parler, elle s’enfuit, elle se ferme en elle-même car elle sait qu’elle ne souffrira pas ou beaucoup moins.Elle arrivera à faire confiance à Sebastian et la thérapie ne passe pas par des mots. Nicole ne veut que ses proches souffrent comme sa famille. Ce personnage et ses affres sont extrêmement bien décrits et détaillés.

 La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Date de sortie : octobre 2018

Editeur : Actes Sud Actes Noirs

Nombre de pages : 478

ISBN :  978-2-330-10961-5