Sang maudit d’Ange

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Sang maudit d’Ange

Angie est avec son ami Matt lorsqu’elle est agressée dans le métro. Ils arrivent à repousser les assaillants mais on lui annonce qu’elle va mourir dans la semaine.

Elle porte plainte. Dès que son nom qui lui vient de sa mère est connu, la police ne veut pas faire grand chose.

Avis Sang maudit d’Ange

Je n’ai pas franchement adhéré au concept de Sang Maudit. Le roman n’est pas mauvais malgré tout. J’ai été déstabilisée dès le départ et cette impression s’est ressentie tout le long du roman. Pourtant l’idée était vraiment bonne. Un roi, Louis XXIV, 15 ans, qui va être couronné à Paris, donc un gouvernement monarchique. Mais l’histoire se passe de nos jours avec tout ce que cela implique à Paris, comme les métros et une société qui ne peut pas se passer de toute la technologie. Entre un château de Versailles dont les murs semblent sur le point de sombrer et des téléphones portables et tout le reste, cela crée un sacré décor.

Les différences sont énormes entre tous ces riches de la Cour et le peuple, même si certains veulent la République. Cela donne des situations où ceux qui ont l’argent méprisent ceux qui ont peu, même s’ils sont instruits. D’ailleurs, pour ces derniers, les accès aux écoles, aux hautes fonctions n’arrivent pas. Entre décadence, perversité, le monde de la Cour n’est pas beau à voir. Et cela nous rappelle d’autres temps. En plus, il y a un autre ingrédient, les vampires. Cela fait beaucoup pour un seul roman. Ce qui m’a déstabilisé également est de retrouver tous ces noms connus historiquement avec deux familles françaises qui ont intrigué tant et plus pour avoir le pouvoir. Mais peut-être que les auteurs ont privilégié ce type d’histoire pour un public jeune, pas trop intéressé à l’Histoire. Cela leur permet peut-être d’apprendre leurs cours.

Angélique/Angie est une jeune fille élevée par son père. Elle descend des Noailles et n’a plus aucun contact avec sa mère. Mais cette dernière lui annonce qu’elle doit être présentée à la Cour. Angie se rebelle et refuse qu’on lui donne des ordres, surtout qu’elle vient d’apprendre qu’elle est marquée. Elle a été victime d’une tentative de meurtre et doit mourir dans la semaine. A Versailles, Angélique va se faire des amis, connaître beaucoup de choses sur la royauté et surtout elle va assister à des meurtres, des effusions de sang. Angélique a la particularité de ressentir, d’entendre les émotions des autres, les pensées. Elle va avoir un lien particulier avec un homme, un d’Orléans. Et surtout elle apprendra qu’il y a des vampires. Elle est souvent accompagnée de sa meilleure amie. Quant à son meilleur ami dont elle est tombée amoureuse, leur relation va souffrir de ce beau monde rencontré.

Angélique va donc tenter de sauver le Roi, se sauver, car on le voit bien la Monarchie est en réel danger. Surtout qu’une maladie tue et pas que les gens du peuple. L’histoire est tout de même assez rocambolesque. Elle se laisse lire. Les ingrédients sont tout de même là avec de la magie, des connexions de pensées, le sang, des morts et surtout une Révolution qui n’a jamais eu lieu. A vous de découvrir pourquoi.. Mais un roman un peu trop dense auquel il manque une explication, notamment concernant Matt. Par contre, j’ai beaucoup aimé le personnage de Louis, ce jeune roi. Il parle peu mais il écoute beaucoup. Même s’il parait ne pas pouvoir tenir sa fonction, le roman démontrera que ce jeune homme a vraiment l’étoffe d’un grand homme. Pourtant…

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique et les Editions Castelmore.

Sang maudit d’Ange

Date de sortie : 16 août 2017

Nb pages : 414

Editeur : Castelmore

ISBN : 978-2-36231-293-9

Publicités

Mes critiques de livres

Pourquoi je chronique mes livres.

J’ai commencé à publier des critiques de livres lorsque j’ai ouvert mon premier blog. Cela remonte à des années et des années. Au fur et à mesure, j’ai ouvert ce blog pour consacrer l’autre blog aux sujets essentiels traités. Je partage ces critiques sur divers sites, comme Babelio, Sens critique, Booknode et Goodreads. De temps en temps, quand j’y pense, c’est sur le site Amazon.fr. Suite à la déconvenue avec ce dernier site, je vais faire cette petite mise au point. En effet, Amazon, suite à un signalement d’abus sur une ou deux de mes critiques, les avait toutes supprimées. J’ai retrouvé ma liberté d’expression et heureusement. J’espère seulement savoir quelle critique et qui a signalé comme abus.

Pourquoi j’émets des critiques

  • Je lis un livre jusqu’au bout car je veux laisser une chance à l’auteur. Sur le nombre incalculable de livres lus, deux ou trois ont été abandonnés.
  • Une critique est subjective. Elle dépend du lecteur, de son état d’esprit, du temps consacré lorsqu’il lit son livre.
  • Mes jugements ne sont jamais diffamatoires.
  • Que j’ai jugé un livre bon ou mauvais, mes critiques sont toujours détaillées.
  • Un livre où de nombreuses fautes sont présentes, qu’elles soient d’orthographe, de grammaire et autres, ne sera pas du tout encensé.
  • J’ai mes auteurs fétiches et même eux peuvent avoir des critiques négatives. Cela a été le cas pour Harlan Coben et Patricia Cornwell.
  • Même si je sors, maintenant très souvent, de ma zone de confort, je prends chaque livre lu avec le même enthousiasme.
  • Les Services Presse sont traités de la même façon que mes achats.
  • Cela me permet de laisser une trace de mes lectures, d’y revenir lorsque je le souhaite.
  • Cela me permet d’échanger également avec ceux et celles qui sont pour ou contre moi, qui me permettent de voir autre chose.
  • Cela me permet d’échanger avec des auteurs, même si un, deux ne sont pas contents des critiques émises.
  • Cela permet à certaines personnes de venir sur ce blog même si la critique a été publiée il y a longtemps de cela.
  • J’adore lire, je ne lis pas assez et je partage ainsi ma passion.
  • Cela peut m’être difficile d’écrire une chronique surtout lorsque je n’ai pas aimé le roman.
  • J’essaie de ne pas trop en révéler lors d’une chronique pour laisser le suspens en cours.

Esclave du rythme Le rythme #1 de Jane Harvey-Berrick

Esclave du Rythme Le Rythme #1 de Jane Harvey-Berrick

Esclave du Rythme Le Rythme #1 de Jane Harvey-Berrick

Résumé Esclave du rythme Le rythme #1 de Jane Harvey-Berrick

Laney part en week-end à Las Vegas pour retrouver ses amies. Comme elle se déplace en fauteuil roulant tout est bien préparé. Lors d’une soirée, un jeune homme l’aborde et l’invite à danser.

Ash vient de Slovénie. Il a obtenu un travail pour danser à Las Vegas. Il est rejoint par trois jeunes filles. Mais on leur demande passeport et portable. Ash sent que cela ne va pas se passer comme il le souhaite.

Avis Esclave du rythme Le rythme #1 de Jane Harvey-Berrick

Complet est ce roman. Pourtant ce n’était pas gagné à la lecture des toutes premières lignes mais l’auteur a su rendre son histoire addictive avec les thèmes de l’amitié, de l’amour, de l’entraide, de la mafia russe, de la prostitution, de la violence et de la danse abordés. La danse qui permet de faire passer énormément d’émotions, de révéler le beau comme le mal, de déclarer ses sentiments.

D’un côté, nous avons Laney, une jeune femme de 29 atteinte de polyarthrite. Malgré le fait que son compagnon l’infantilise, et elle a horreur de ça car elle est foncièrement indépendante, elle part à Las Vegas passer un week-end entre copines. Leur but est de passer du bon temps malgré la fauteuil roulant qui a nécessité, toutefois, une préparation minutieuse de son voyage et séjour.

De l’autre il y a à Ash, danseur venu de Slovénie, qui a obtenu un visa d’un mois pour danser à Las Vegas. C’est son rêve. Il espère obtenir la gloire et ainsi rester mais il déchante très vite, s’interroge lorsqu’on lui prend passeport et portable. De plus, il tombe dans un endroit où il ne faut poser aucune question car les sanctions seront forcément très dures. Le destin va faire se rencontrer Laney et Ash et ils vont vivre une histoire difficile mais aussi fabuleuse.

Ce roman pourrait paraître léger mais ce n’est absolument pas le cas. Laney et Ash vont s’aider mutuellement. Elle va l’accompagner, l’aider à affronter sa douleur, cette noirceur qu’il a vécu à Las Vegas mais aussi avant. Laney va prendre des décisions qui vont changer leur vie à tous les deux. Ils se sont rencontrés. Si la magie n’a pas opéré dès le départ, elle était latente. Bien que différents tous les deux, ils souffrent l’un et l’autre. Laney est malade mais c’est une battante. Avec Ash, elle va se sentir à nouveau une femme car il ne sera pas envahissant. On pourrait penser qu’il profite d’elle mais je ne l’ai jamais ressenti en lisant ce roman. Entre ce beau gosse ténébreux et cette jeune femme, tout est possible. L’amitié est très forte. Laney souhaite aider son prochain, même si elle ne le connait pas afin que ce prochain trouve quelqu’un à aider. Ash cache une noirceur terrible. Ses réactions peuvent être très violentes et on peut comprendre pourquoi avec ce qu’il a vécu, surtout qu’il se juge responsable d’avoir laissé ses amis là-bas pour sauver sa peau. Il se sent aussi sale par ce qu’il a subi.

J’ai franchement adoré ce roman. A un moment donné, je me suis demandé si l’auteur allait revenir sur cette mafia qui est tout de même importante. Cela valait le coup d’attendre. Les explications sont très bien données. Les rebondissements arrivent à point nommé. Il manquera juste la suite par rapport à un des événements car on le sait, aux Etats-Unis, le meurtre même s’il n’y a pas préméditation, est puni par la loi. Je me suis laissée, tout le long, agréablement surprendre. Je ne suis pas une fan de la danse, qu’elle soit classique ou encore de salon. Mais Jane Harvey-Berrick, avec toutes ses explications, ses spectacles, a su rendre tout cela vraiment très sexy. Le personnage principal y est pour beaucoup aussi. Mais la danse, ce n’est pas que ça, c’est aussi un monde de préjugés, avec de nombreuses bassesses entre danseurs.  D’un autre côté, elle démontre bien qu’à Las Vegas, tout n’est pas rose, malgré les lumières. Il existe des travailleurs clandestins, des personnes que l’on a fait venir en leur promettant monts et merveilles alors qu’il y aura de la prostitution, de la drogue, de la violence.

La morale est que malgré les coups bas, la souffrance, il existe toujours de belles personnes qui nous permettent d’avancer.

Je remercie Netgalley et les Editions Juno Publishing pour cette lecture. Il semblerait qu’il y ait d’autres tomes.

Esclave du rythme Le rythme #1 de Jane Harvey-Berrick

Date de sortie : 3 mai 2018

Nb pages : 342

Editeur : Juno Publishing

ISBN : 978-2-37676-292-8

Commentaires littéraires sur Amazon.fr

Quand quelqu’un met comme abus une chronique élaborée sur Amazon, qui n’est absolument pas diffamatoire, les commentaires sont donc supprimés. Mais battez-vous car j’ai retrouvé mes droits. Je dis Fuck à celui ou celle qui a fait ça

Libre de Dire

Quand on touche à ma liberté d’expression, je vois rouge.

Il m’arrive, lorsque j’y pense de laisser des commentaires littéraires sur Amazon.fr. Cela a été le cas ce samedi. Mais ô surprise, je n’ai pas pu.

Commentaires sur Amazon.fr

Les commentaires laissés par les clients sur le site Amazon.fr sont accompagnés de notes. Ils sont ensuite validés par le site. Cela permet aux clients de noter des vendeurs lorsqu’ils font un achat. Vendeurs qui ont une vitrine sur Amazon. Ces notes et commentaires leur permettent de s’améliorer, de prendre en compte tous les avis sur les commandes.

Commentaires littéraires sur Amazon.fr

Pas besoin d’avoir acheté un livre sur Amazon.fr pour laisser un commentaire. Il faut juste être client et avoir déjà acheté quelques articles.

Amazon.fr tient un classement de livres. Ce classement varie selon le nombre de commentaires laissés sur un livre. Plus il y a de commentaires, positifs ou…

View original post 417 mots de plus

7 ans de silence de JoAnn Chaney

Sept ans de silence de JoAnn Chaney

Sept ans de silence de JoAnn Chaney

Résumé 7 ans de silence de JoAnn Chaney

Hoskins et Loren ont décidé de suivre un homme. Ils estiment qu’il a quelque chose à cacher. Ils obtiennent un mandat de perquisition et découvrent un véritable charnier.

Sammie, journaliste, est très vite sur les lieux et assiste à tout.

Avis 7 ans de silence de JoAnn Chaney

Durant les cinquante premières pages, l’auteur pose les fondations de son roman. Elle explique le caractère des trois héros qui se retrouveront sept ans plus tard. Elle développe la découverte de ces nombreux corps et un tueur en série qui n’avoue pas. Des pages qui ne sont pas de trop car elles permettent d’entrer dans le vif du sujet et donnent déjà un bel avant-goût de ce qui va suivre.

L’auteur, dans ce roman psychologique, s’évertue à expliquer, avec brio, les caractères et la vie de Sammie, Hoskins, Loren, Gloria mais aussi Jackie avant et après. Cette histoire les a profondément changés et on s’en rend compte sept ans plus tard.

Hoskins et Loren sont inspecteurs. Ils travaillent ensemble et font du très bon travail. Ils se complètent mais n’ont rien en commun et ne sont pas du tout amis. Hoskins est violent, peu apprécié, il n’a pas d’humour. Loren, quant à lui, est plus posé. Mais n’est-ce pas l’arbre qui cache la tempête ? Hoskins a une relation avec Sammie, qui est mariée. Journaliste, elle veut tout faire pour arriver à ses fins et elle n’hésite pas à utiliser les uns et les autres. Ils devront faire face à Seever, ce fameux tueur en série qu’ils vont arrêter et qui va les manipuler. Sept ans plus tard, alors que Seever est dans le couloir de la mort, les meurtres reprennent et concernent les proches de Seever, tous ceux qu’il a côtoyés. La vie n’a pas épargné Hoskins, Loren, Sammie et encore moins Gloria, la femme de Seever. Hoskins et Loren ne sont plus coéquipiers depuis ans. Sammie n’est plus journaliste. Gloria est restée dans l’ombre de cet époux, charismatique. Elle l’a aimé et l’aime toujours. Elle a perdu toute la fortune dont elle disposait. Elle est la victime d’insultes car tout le monde pense qu’elle savait ce qui se passait, vu que cela se passait chez elle. A-t-elle fait l’autruche ? L’auteur va tenter d’y répondre dans ce roman. Car tout tournait autour de son mari. Tous les personnages sont beaucoup moins humains. On ne sort pas indemne d’une telle histoire. Les quelques personnages, que l’on pourrait juger secondaires, tiennent une place importante. J’ai bien apprécié celui de Carrie qui avait survécu en s’échappant. Cette histoire lui a laissé des traces. Elle a tenté d’avancer, elle a évolué certes mais ce passé reste toujours présent. Elle vit un stress post-traumatique permanent.

Les chapitres sont consacrés à ces personnages principaux où on suit leur évolution et ce qu’ils subissent. Ils font tenir le roman de bout en bout et le sauvent en définitive. Je passe pas loin du coup de coeur mais je trouve la fin pas assez travaillée. J’aurais dû me douter de l’identité du second tueur. Personnellement, je trouve qu’il n’est pas assez développé, surtout vers la fin. Comme tout bon auteur, JoAnn Chaney fait bien monter la tension. Vers les cinquante dernières pages, les chapitres sont de plus en plus courts. Ce premier roman est quand tout même très réussi. Le suivant risque d’être encore mieux car ici, il n’y a aucune lenteur, le rythme est très bien soutenu.

Je remercie les Editions Presses de la Cité pour cette lecture car je lirai avec plaisir un prochain roman.

7 ans de silence de JoAnn Chaney

Date de sortie : 16 mai 2018

Nb pages : 410

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-25-14237-4

Un mariage anglais de Claire Fuller

Un mariage anglais de Claire Fuller

Un mariage anglais de Claire Fuller

Résumé Un mariage anglais de Claire Fuller

Gil trouve une lettre dans un livre. Par la fenêtre, il voit une femme. Il veut en avoir le coeur net. Il sort et tente de suivre cette silhouette aperçue ou rêvée. Le temps est exécrable. Gil tombe.

A Londres, Flora est avec Richard. Elle reçoit un appel de sa soeur Nan qui l’informe que leur père est à l’hôpital.

Avis Un mariage anglais de Claire Fuller

Pourquoi Ingrid a disparu il y a plus de 10 ans, laissant deux filles adolescentes seules avec leur père ? Le lecteur le saura en lisant les lettres laissées par Ingrid à son mari. Lettres qu’il n’a jamais lues, sauf une, celle qui est à l’origine de son accident. Ces lettres ont été disséminées dans les centaines de livres présents dans la maison où ils habitaient. Dans ces lettres, elle raconte leur rencontre et ce qui s’est passé par la suite. Elle fait état de sa vie auprès de lui et surtout sans lui. Elle s’interroge sur ce mariage, sur ce lien, cet amour qui s’est distendu.

Disparition ? Mort ? Nul ne le sait, ni son mari, ni ses filles, ni ses amis. Ingrid retrace donc son histoire, de sa rencontre avec Gil alors qu’elle était une étudiante de 20 ans. Lui était son professeur. Il avait 20 ans de plus qu’elle. Malgré son envie de faire sa vie, Ingrid va tomber amoureuse de cet homme, cet écrivain. Un homme à femmes, qui aime séduire et qui attire les femmes. Un homme qui achète des livres compulsivement et pas n’importe lesquels, ceux qui sont annotés par leurs précédents propriétaires. Pour Gil, est-ce que posséder Ingrid était voulu, était-elle une nouveauté, un trophée à rajouter à son tableau de chasse ? Personnellement, je pense qu’il n’a pas su la retenir, lui dire qu’il l’aimait. On le sait, en couple, on rate beaucoup de choses par la force de l’habitude, parce qu’on se sent invincible, que l’on ne voit pas que l’autre souffre, change. Et on ne peut pas revenir en arrière. Entre culpabilité et trahisons, la vie d’Ingrid, qu’elle a choisie, n’a pas été franchement rose.

Flora et Nan sont les filles de Gil et Ingrid. Flora a 22 ans. Elle avait donc une dizaine d’années lorsque sa mère a disparu. Tout comme son père, elle ne croit pas à la mort d’Ingrid. Elle la cherche. Elle lui manque. Elle est beaucoup moins effacée que Nan, qui, elle, cache sa douleur. Flora n’a pas compris la gravité de la situation de son père. Elle ne veut pas qu’il meure. Bien que Nan ait été plus âgée lors de la disparition de sa mère, elle s’est retrouvée, du jour au lendemain, à avoir à gérer son père et sa soeur. Un rôle de grande soeur et surtout de femme avant l’heure. Dans ce roman, à travers ses lettres, on sent une mère qui n’a pas su s’y prendre avec Flora, la fille de son père. Le lecteur sent que les filles sont très attachées, également à leur père, surtout Flora. Pour Nan, c’est plutôt un devoir, car elle a vu sa mère souffrir et elle connait la situation de leur union.

Souvent, dans ce roman, il est indiqué que c’est le lecteur qui fait le roman, avant son auteur. C’est le lecteur qui en assure le succès. Je veux bien le croire et je l’ai toujours cru. J’ai lu ce roman sans déplaisir, mais le plaisir n’était pas au rendez-vous également. Je ne me suis pas laissée embarquer par cette histoire. Je ne pense pas que cela soit le fait de cette liaison entre un prof et son élève. La première question de cette chronique reflète cette impression. Connaître cette disparition, dès le départ, a gâché, je pense, ce plaisir de lecture.

L’auteur oscille donc entre ces phases du présent où Flora, surtout, Nan et Gil sont bien présents, et ce passé composé de lettres. Nous avons un grand nombre de descriptions, d’une nature belle, forte, qui peut reprendre ses droits à tout moment. Une nature, par les mots de l’auteur, qui se trouve magnifiée et dont le parallèle est fait avec les personnages, leurs sentiments, leur vie. Les éléments du quotidien trouvent également leur place.

Je remercie Netgalley et les Editions Stock pour cette lecture.

Un mariage anglais de Claire Fuller

Date de sortie : 2 mai 2018

Nb pages : 325

Editeur : Stock

ISBN : 9782234083042

EnregistrerEnregistrer