Le Droit des Contrats en 60 questions de Yann Mottura

Le Droit des Contrats en 60 questions de Yann Mottura

Le Droit des Contrats en 60 questions de Yann Mottura

Le Droit des Contrats en 60 questions Tout comprendre sur l’élaboration, l’application et la cessation d’un contrat de Yann Mottura.

Présentation de l’Editeur Gereso que je remercie :

Acheter une maison, recourir aux services d’un entrepreneur ou louer un appartement pour les vacances… des opérations souvent effectuées sans l’aide d’un professionnel du droit. Pourtant, quelques petits conseils pourraient parfois éviter de grands désagréments !

Aussi, de nombreuses difficultés rencontrées par les personnes qui se retrouvent aujourd’hui devant les tribunaux auraient pu être évitées si elles avaient eu l’occasion de comprendre le sens véritable et la portée de leur engagement.

Si ce guide pratique ne peut se substituer aux conseils avisés d’un avocat ou d’un notaire, il a pour objectif d’apporter les clés pour déchiffrer des termes juridiques qui nous dépassent, mais aussi de développer notre aptitude à avoir le bon réflexe au bon moment.

Véritable mode d’emploi construit sous forme de questions-réponses, cet ouvrage, 100 % à jour de la réforme du droit des contrats (loi de ratification du 20 avril 2018), vous permettra de comprendre les implications de vos engagements, pour aborder plus sereinement les différentes étapes d’une relation contractuelle.

Yann Mottura

L’auteur est avocat. Il travaille notamment sur les thématiques du droit des affaires, du droit civil et du droit social, auprès d’une clientèle de PME et de particuliers. Enseignant en droit des affaires au CNAM, il est aussi consultant-formateur dans le domaine du droit des contrats.

Le Droit des Contrats en 60 questions de Yann Mottura

Date de sortie : 17 janvier 2019

Editeur : Gereso

Nombre de pages : 183

ISBN : 978-2-37890-063-2

Publicités

Miss Crampon de Claire Castillon

Tue-moi si tu veux de Claire Castillon

Tue-moi si tu veux de Claire Castillon

Résumé Miss Crampon de Claire Castillon

Elle ne dit rien de ce qu’elle pense. Depuis l’âge de 5 ans, elle se tait, se chut. Camelia est sa belle-mère et  a tenté par tous les moyens de se faire accepter par cette petite fille.

Neuf ans plus tard, pour ne pas avoir de problèmes, elle se comporte comme les autres le souhaitent.

Avis Miss Crampon de Claire Castillon

Suzine, Suz, est une jeune adolescente qui est au collège. Ses parents ont divorcé mais ils ont l’air de s’entendre bien. Suzine ne dit jamais rien, elle se chut et ce depuis l’âge de cinq ans. Elle préfère ça à donner ses opinions car Suz est tout de même timide. On apprendra au fil des pages quel est ce petit problème qui a causé de grands dommages pour l’enfant, qui l’a recroquevillée sur elle-même. Pour avoir le moins de problèmes possible, elle se comporte comme les autres le souhaitent.

Suz a deux amies, toutes les deux amoureuses de Tom. Mais comme elle n’a pas su, pas voulu, donner sa propre opinion, ses amies n’ont plus confiance en elle. Suz est en vacances avec son père et sa belle-mère. Elle retrouve Tom au ski, ils partagent quelques moments qui ne plaisent pas forcément à la jeune fille. Entre une mère qui écrit des vers, un père qui ne la juge pas assez intelligente, Suz a fort à faire. Elle ne déteste pas sa belle-mère, elle trouvera tout de même une alliée en elle.

L’auteur développe le sujet de la non confiance en soi qui peut frapper de nombreux adolescents. Ils ne sont pas capables de s’affirmer face aux adultes, face aux amis. Ils se replient sur eux-mêmes, se retrouvent seuls et ne savent pas gérer les relations conflictuelles. Il y a également l’évasion par le mensonge, on s’invite un ami, un personnage. Ces mensonges peuvent résoudre les problèmes sur le court terme mais ils se retournent, à un moment, forcément contre celui qui raconte des histoires.

Suz va donc expérimenter les relations amicales qui se font, qui se défont, les premiers garçons qui tournent autour d’elle. Mais elle n’est pas prête. Ce qu’elle veut, c’est retrouver ses amies. Pourtant, les moqueries sont légion, à cause de son petit problème. Un garçon va la faire sortir de sa coquille, en l’inscrivant à Miss Crampon, la jeune fille qui représente le club de foot de la ville. Elle sera forcément entourée par tous les siens qui feront bloc pour elle et contre les autres. Cette expérience fera grandir Suz de bien des façons. Elle va apprendre à s’affirmer par rapport aux autres, à démontrer qu’elle ne restera plus en retrait et que les garçons, ce n’est pas pour le moment.

Je remercie les Editions Flammarion Jeunesse pour ce petit roman vraiment très sympathique à lire et qui s’adresse à un jeune public.

Miss Crampon de Claire Castillon

Date de sortie : 9 janvier 2019

Editeur : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 203

ISBN : 978-2-0814-3657-2

Tue-moi si tu veux d’Adam Croft

Tue-moi si tu veux d'Adam Croft - Editions Harper Collins

Tue-moi si tu veux d’Adam Croft – Editions Harper Collins

Résumé Tue-moi si tu veux d’Adam Croft

Tasha fait lever Nick et sa fille Ellie à 5 heures du matin. Elle doit partir au travail parce qu’elle a une réunion importante.

Nick s’endort, il est un peu en retard pour emmener Ellie à l’école. Il retourne dans la maison, à la demande de sa fille, car elle a oublié un dessin. De retour à la voiture, sa fille a disparu.

Avis Tue-moi si tu veux d’Adam Croft

Ecrire un livre demande énormément de temps et de recherches. Par respect, j’ai pratiquement toujours fini un livre. Cela m’est arrivé deux fois d’en abandonner un en cours de route. J’ai toujours voulu laisser la chance à l’écrivain de me surprendre. Je ne suis que lectrice qui partage ses avis sur les romans lus. Les critiques peuvent être bonnes, très bonnes ou encore moins bonnes. Mais c’est comme pour tout le reste, ces avis n’engagent que moi et c’est le cas ici.

Le titre m’avait plu, le début de l’histoire également. Mais j’ai, très vite, été submergée par les nombreuses répétitions de l’auteur. Une fois, encore deux, passent, mais là ce sont pratiquement les mêmes mots pour décrire l’état d’esprit de cet homme, ce qu’il pense du travail de la police, pourquoi il ne leur dit rien par rapport à ce mail. Alors, sur un livre de 300 pages, toutes ces répétitions gâchent l’esprit de ce roman qui aurait pu être beaucoup plus psychologique. Je pense que l’auteur a voulu faire monter la tension par rapport à Nick. Mais pour moi, cela n’a pas pris. Alors, oui, toutes ces interrogations, à chaque fois les mêmes, pourraient arriver à n’importe qui. Mais là, nous sommes dans un roman. Et même si un roman peut s’inspirer de faits réels, il relate une histoire et j’ai besoin de m’évader, de faire corps avec l’histoire et les personnages. Bref, d’être transportée.

Pour moi, Tue-moi si tu veux est la première déception de 2019, même si les 50 dernières pages sont assez bonnes. L’auteur de cet enlèvement a été facilement trouvé. Je n’ai pas trouvé les personnages transcendants. Je n’ai pas aimé cet homme qui n’arrête pas de se plaindre, qui en a toujours après sa femme, au fait qu’elle travaille tant et plus. De toutes façons, dans ce couple qui ne se parle pas, l’incompréhension est sûre d’être de mise. Nick s’apitoie tout le temps sur lui, il sait qu’il est responsable de tout. Il s’interroge énormément et sur tout, ce qu’il doit faire ou pas. Il tente de prendre les bonnes décisions même s’il sait qu’il y a une marge d’erreur. Ce qui joue contre lui est le fait que la police ne croit pas en lui et surveille ses agissements. Le lecteur pourrait se sentir concerné par le fait que ce couple a eu extrêmement de mal à avoir un enfant. Ils s’accusent mutuellement mais sans prononcer les mots. Tasha est une femme forte, en apparence. Elle veut tout contrôler. Elle veut offrir le meilleur à sa fille.

L’auteur consacrE énormément de chapitres à Nick, quelques uns à Tasha et deux ou trois en italique qui annoncent un dénouement. L’enlèvement d’Ellie est au centre de tout. L’un et l’autre veulent la retrouver. Va-t-elle sauver leur couple, comme au moment de sa naissance ? Le passé peut revenir très vite au galop puisqu’ils avaient fait le choix de ne rien se dire. Il suffit d’un événement pour que tout refasse surface.

Je remercie Negalley et les Editions Harper Collins pour cette lecture.

Tue-moi si tu veux d’Adam Croft

Date de sortie : 8 janvier 2019

Editeur : Harper Collins

Nombre de pages : 314

ISBN : 9781542046251

L’étranger dans la maison de Shari Lapena

L'étranger dans la maison de Shari Lapena

L’étranger dans la maison de Shari Lapena

Résumé L’étranger dans la maison de Shari Lapena

Tom Krupp rentre chez lui. Mais il trouve la maison ouverte sans sa femme à l’intérieur. Cela le surprend surtout qu’elle a tout laissé. Il commence à paniquer.

Une femme roule à vive allure, pour fuir quelque chose.

Avis L’étranger dans la maison de Shari Lapena

Pour moi, cela a été une histoire qui commence mal. En effet, le début m’a immédiatement fait penser à un livre lu il y a quelques années. Un mari rentre chez lui, cherche sa femme. Il apprend plus tard qu’elle a eu un accident de voiture. Ensuite, j’ai lu le premier roman de l’auteur. Au fil des premières pages, je me suis dit, encore une histoire de voisinage où il sera facile de démêler le vrai du faux. Les apparences sont trompeuses. Et cela a été le cas ici. Quel talent ! Car même si nous avons une histoire de voisinage, l’auteur a su m’embarquer dans son histoire et ce jusqu’à la fin car je n’ai absolument pas lâché ce roman, lu très rapidement, en trois jours, tellement je souhaitais connaître le dénouement.

Nous avons un couple marié depuis deux ans, Tom Krupp et sa femme Karen. Ils vivent dans une banlieue résidentielle et ont tout pour être heureux. L’accident de voiture de Karen va provoquer de nombreux questionnements. Que faisait-elle dans ce quartier mal famé ? Pourquoi conduisait-elle aussi vite ? Avec un choc à la tête, elle a perdu la mémoire immédiate. Cela peut revenir mais il faut attendre. Elle sera vite questionnée par la police car elle risque tout de même cher même si personne n’a été blessé. Malgré son amour pour sa femme, Tom a des soupçons, des doutes sur ce qui s’est réellement passé ce soir-là. Et lui, est-il blanc comme neige ? Un élément important, près des lieux de l’accident, va entraîner une enquête de police plus poussée. Qui est coupable dans cette histoire ?

Tom et sa femme sont terrifiés par ce qui se passe. Au fil de l’histoire, Tom va découvrir le passé de sa femme qui ne s’est jamais confié. D’ailleurs, lui non plus. Ils ont aboli leur passé car cela ne concernait pas leur couple. Tom va se rendre compte que sa femme Karen est tout de même forte malgré tout ce qui lui arrive. Ils vont se protéger l’un et l’autre face à la police, face à cette voisine, Brigid qui n’arrête pas de les épier. Elle est la meilleure amie de Karen. Tom, quant à lui, reste éloigné de Brigid.

Le lien est vite fait entre le prologue, l’accident et le cadavre. Shari Lapena dissèque les caractères des uns et des autres, leurs angoisses, leurs faiblesses, la suspicion qui s’installe. Car que cache Karen ? De quoi a-t-elle peur ? Est-elle réellement amnésique ? En tous les cas, la police et même son avocat ont des doutes. Le lecteur arrive même à douter du mari. Moins de Brigid, même si cette femme, en mal d’enfant, est instable et espionne continuellement ses voisins. Karen a peur, est terrifiée car elle ne se rappelle pas. Et on arrive à comprendre pourquoi lorsque l’on arrive à la fin du livre. De belles histoires de manipulation des uns et des autres. Une personne peut arriver à ses fins à moins qu’un élément ne se mette en travers de son chemin pour tout chambouler. En tous les cas, le couple n’est pas au bout de ses peines.

Personnellement, je n’a jamais su, jusqu’à la fin ce qui allait réellement se passer. Je n’ai pas pris fait et cause pour aucun des personnages, malgré les histoires des uns et des autres.

Je remercie les Editions Presses de la Cité pour l’envoi de ce deuxième roman.

L’étranger dans la maison de Shari Lapena

Date de sortie : 17 janvier 2019

Editeur : Presses de la Cité

Nombre de pages : 304

ISBN : 978-2-258-137666-0

Mentine on divorce ! de Jo Witek

Mentine On divorce de Jo Witek

Mentine On divorce de Jo Witek – Editions Flammarion Jeunesse

Résumé Mentine on divorce ! de Jo Witek

Mentine rentre du lycée. Elle est surprise de trouver sa mère à la maison. En pleurs. De suite, Mentine pense au plus grave, l’accident.

Mais sa mère lui annonce qu’elle divorce et que c’est la faute du père de Mentine.

Avis Mentine on divorce ! de Jo Witek

C’est agréable de retrouver Mentine même si l’histoire n’est pas agréable pour la jeune fille de 15 ans, qui est en classe de seconde. Ses parents divorcent. Elle va expérimenter divers états, être confrontées à diverses situations. En sortira-t-elle grandie ?

Pour ceux qui n’ont pas les tomes précédents, ne lisez pas la suite qui contient quelques références à Mentine, que l’on a vu grandir. Mentine a été diagnostiquée précoce, elle est suivie par un psy depuis l’âge de cinq ans. Elle a conservé sa meilleure amie Johanna. Mais Mentine a dû subir le harcèlement de la part de ses camarades de classe et surtout des personnes qui n’ont pas compris cette jeune fille, en avance intellectuellement. Ses parents sont son garde-fou. C’est une famille qui s’aime, qui s’adore. Mentine est leur rayon de soleil, elle est tout pour eux et ils ont déjà beaucoup traversé avec elle. Il ne faut pas oublier la grand-mère de Mentine.

Quand sa mère lui annonce le divorce, Mentine, caractère fort et entier, tombe des nues. Elle qui essaie de tout prévoir se sent démunie face à cette situation et surtout en colère contre le fautif, son père, celui qui était son héros. Mentine va endosser un rôle d’adulte, de nounou pour sa mère. Cela ne durera qu’un temps. Avec ce coup du sort, l’amitié est bel et bien là, surtout là où on ne l’attend pas. Mentine pourra compter sur ses amies, même si à un moment donné, elle se réfugiera dans le silence. Que c’est beau une telle amitié entre quatre jeunes filles. Ensuite, il va falloir prévoir comment et où vivre, car avec un divorce, le manque d’argent se fait sentir. L’auteur aborde le thème de la colocation entre adultes, pour faire face, un temps donné, à une situation bouleversante. Je ne savais pas que cela pouvait exister. Si c’est le cas, c’est un bel exemple d’entraide entre humains en difficulté.

Mentine veut toujours être parfaite, elle veut toujours tout prévoir, mais cette réalité inconnue lui fait peur. Durant cette courte période, Mentine va beaucoup grandir car elle va apprendre à ne plus être le centre de l’attention de sa famille. Elle va s’ouvrir aux autres, elle va les comprendre. Elle va avoir affaire à diverses personnalités, différents caractères et différentes situations. Avec des mots simples, que tout le monde, et notamment les adolescents pourraient prononcer, l’auteur est bienveillant et forme ses jeunes lecteurs avec des prises de position, notamment sur cette différence qui est mal perçue, vite jugée. On juge parce qu’on ne connaît pas et ces jugements font mal. Encore maintenant, trop de monde ne s’ouvre pas, mais les autres sont riches et peuvent nous apprendre beaucoup, notamment les réfugiés syriens qui, seuls, doivent tout recommencer et notamment apprendre une nouvelle langue. A tout âge, tout est un sacré apprentissage. Tous, adultes comme adolescents, peuvent ressortir grandis de cette lecture. Pour les premiers, c’est comme un rappel et pour les seconds, une tranche de vie qu’ils peuvent connaître.

Je remercie les Editions Flammarion Jeunesse pour cette lecture. On note également sur cet opus, comme pour les précédents, les illustrations de Margaux Mottin.

Mentine on divorce ! de Jo Witek

Date de sortie : 9 janvier 2019

Editeur : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 224

ISBN : 978-2-0814-4939-8

Personal Tattoo de Sophie Le Berre

tous les livres sur Babelio.com

Résumé de Personal Tattoo de Sophie Le Berre

Photographies de personnes tatouées, de tatoueurs, leur histoire à chacun, pour finir par le tatouage comme outil médical.

Avis de Personal Tattoo de Sophie Le Berre

Petite histoire en ce qui concerne la réception de cette monographie. Personal Tattoo fait partie de la dernière sélection Masse Critique Babelio consacrée aux beaux livres. Dans cette sélection, je m’étais positionnée pour recevoir des beaux livres sur les chats. Mais j’avais également demandé Personal Tattoo car je voulais me plonger dans cet univers, moi qui souhaite me faire faire un tatouage, mais qui n’ose pas passer le cap, tout simplement à cause de la douleur. De plus, j’ai une vague idée sur ce que je voudrais avoir comme tatouage. Voilà pour la petite histoire.

Personal Tattoo est absolument magnifique, quant aux photos prises par Sophie Le Berre mais aussi ses textes. A savoir, ce beau livre est écrit en français mais également en anglais. Il se destine donc à un large public, mais pas seulement aux tatoués. Cette mention m’a un peu chagriné. Sophie Le Berre s’est attachée à photographier des personnes tatouées, des tatoueurs. Une mention spéciale qui fait du bien et qui concerne l’art du tatouage comme une reconstruction après une maladie et ce pour les femmes. Avec ces personnes rencontrées, au fil des ans, qu’elle revoit quelques années plus tard, un lien s’est noué. Plus ou moins fort selon la personne rencontrée et ce qu’elle a pu raconter pour expliquer le pourquoi du tatouage. Sophie Le Berre a mis plus de sept ans pour proposer ce magnifique ouvrage.

Dans ce que j’ai pu lire, comprendre, le tatouage, outre l’art, est un hommage à une personne, à un lieu. On ne se fait pas tatouer la première fois forcément jeune. Quant on commence le tatouage, malgré la douleur (la plus forte dans le dos), on continue pour raconter une histoire, sa propre histoire, affronter ses démons, sa douleur, se libérer d’une certaine façon.

Les photos sont belles, bien mises en scène, les textes également. Tous ont une histoire avec elle, on sent une véritable communion mais aussi une véritable reconnaissance envers tous ceux qui sont dans ce livre, qui se sont livrés, par le dessin, mais aussi par la citation.

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique et les Editions Intervalles.

Personal Tattoo de Sophie Le Berre

Date de sortie : 3 octobre 2018

Editeur : Calmann Levy

Nombre de pages : 331

ISBN : 978-2-7021-5738-1