Cogito de Victor Dixen

Cogito de Victor Dixen - Editions Robert Laffont

Cogito de Victor Dixen – Editions Robert Laffont

Présentation Cogito de Victor Dixen

Malgré ses notes, son comportement, il est proposé à Roxane un stage qu’elle ne peut refuser car il lui ouvre toutes les portes pour avoir un avenir, un emploi. Roxane a 18 ans. Elle est donc majeure et n’a pas besoin de demander la permission à son père pour suivre ce stage de 7 jours.

Avis Cogito de Victor Dixen

Notre futur, proche, avec l’Intelligence Artificielle, va-t-il ressembler au roman Cogito de Victor Dixen ? Je n’ose le croire mais cela risque bien d’arriver. Les robots ont pris le pouvoir, le contrôle. Pas des humains, normalement. Mais ils accomplissent toutes les taches, tous les travaux qui étaient dévolus, avant, aux humains. Ce qui a entraîné des pertes d’emploi, des déclassements et une sacrée lutte des classes. Il y a, comme dans notre société actuelle, des très riches et ceux qui tentent de survivre. Les premiers ne se mélangent pas aux seconds et ne se côtoient pas du tout. Dans cette société, il y a de nombreuses interdictions, tout ce qui avait cours avant l’Intelligence Artificielle est proscrit, banni. Toute la vie de ces personnes est régentée par les robots. Cela plaît à certains, bien entendu. Il y a également ceux qui se révoltent ou qui ne font plus partie de cette société. Quelle est la meilleure option ? Victor Dixen y répond par la voix de ses personnages.

Cela devait être une semaine idyllique pour tous ces stagiaires. Une semaine de stage, dans un endroit paradisiaque, qui leur permet d’ingurgiter toute une année d’études afin de passer l’examen final et intégrer de grandes écoles pour avoir un travail à la fin. Mais cette semaine de stage est réservée aux nantis. Toutefois, le patron de la plus grande société d’IA a choisi trois boursiers, dont Roxane, pour suivre ce programme. Roxane qui n’utilise pas ses capacités intellectuelles à leurs pleines valeurs. Roxane qui a perdu sa mère il y a quelques années et qui en veut énormément à son père, devenu alcoolique. Roxane qui a préféré suivre la voie de la délinquance. Mais dans ces îles, Roxane et certains de ces camarades vont très vite avoir des doutes quant à ce programme. Ah oui, le matin ils se réveillent avec des facultés indéniables mais certains changements physiques leur mettent la puce à l’oreille. Ils ont à faire des choix et ces choix seront très importants pour l’histoire aux multiples rebondissements.

Trois boursiers et beaucoup d’adolescents très riches dont les relations ne vont vraiment pas être faciles, on s’en doute. Les derniers pensent avoir le pouvoir. Les autres, en particulier Roxane, préfèrent se cacher derrière la violence des mots. Cela peut marcher ou pas. De toutes façons, à un moment donné, ils seront obligés de s’entraider pour survivre, pour vivre, face à cette IA qui a pris le pouvoir, sans le consentement de son créateur. Et comment cela a-t-il pu se réaliser ? Tout est expliqué avec la plume de Victor Dixen. Un roman qui permet à tous ces adolescents d’évoluer, de donner le meilleur d’eux-mêmes, de croire en eux et dans les autres, qui leur permet de changer de trajectoire, car l’avenir est aux mains des jeunes, de ce qu’ils vont en faire.

Victor Dixen développe ce cerveau, ce fameux cerveau qui est toujours l’objet d’études car pas encore sondé entièrement. Ce cerveau qui permet de réfléchir, d’éprouver des sentiments et que personne n’a encore pu transposer dans une machine. Et on va dire, heureusement qu’il nous reste notre cerveau pour prendre le pas sur ce qui peut se révéler extrêmement dangereux.Victor Dixen écrit sur l’écologie, la lutte des classes, le changement climatique et toutes les adaptations qui en ont découlé.

J’ai rencontré Victor Dixen au Festival du Livre de Marseille, début décembre. Je ne connaissais pas l’auteur, ni son univers. Je lui ai demandé quel livre il me conseillait pour le découvrir, moi amatrice de policiers-polars. Il me conseillait une série ou un simple histoire. Vu tout ce que j’ai dans ma PAL et comme je ne voulais pas trop m’engager dans une série, j’en ai tellement à lire et finir, j’ai acheté Cogito, conseillée par Victor Dixen. Livre dédicacé par l’auteur et donc à conserver précieusement. Après la lecture de Cogito et cette rencontre, avec un homme très proche de ses lecteurs, je comprends pourquoi il a autant de succès parmi les adolescents et les moins jeunes. Victor Dixen offre un roman très riche et documenté et accessible à tous, que ce soit d’un point de vue scientifique et autre. Il permet au lecteur de s’interroger sur son futur, mais aussi avec de nombreuses références littéraires, cinématographiques et surtout ceux qui ont, au fil des siècles, participé à ce bouleversement de la société, à son évolution technologique.

J’ai tourné les pages de Cogito avec avidité. Je n’ai pas pu me détacher de ce roman avant de l’avoir fini. J’ai très bien imaginé ce qui se passait car tout était extrêmement vivant. Les rebondissements sont multiples et nombreux. Le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer. En plus, Victor Dixen termine son roman avec une véritable conclusion. Il ne laisse pas le lecteur sur sa faim. Ce roman, outre sa dédicace, est à garder précieusement car véritable objet de collection avec ses dessins, ses pages noires qui en font un objet d’art. Je finis 2019 avec cette chronique mais pas avec ce roman puisque j’en ai déjà un en cours.

Cogito de Victor Dixen

Date de sortie : 29 mai 2019

Editeur : Robert Laffont

Nombre de pages : 357

ISBN : 978-2-221-24172-1

Météore d’Antoine Dole

Météore d'Antoine Dole - Editions Actes Sud Junior

Météore d’Antoine Dole – Editions Actes Sud Junior

Présentation Météore d’Antoine Dole

Il fait beau, le soleil est revenu. Mais ce soleil revenu, qu’elle voit dans les sourires des gens qu’elle croise, est-il revenu dans son coeur ? Elle a osé porter une robe pour aller faire quelques courses.

Mais ce soleil s’assombrit car elle est agressée, insultée par trois garçons. Pourquoi encore cette agression ?

Avis Météore d’Antoine Dole

Toujours agressée verbalement et physiquement. On pourrait penser, en lisant les premières pages, à du harcèlement scolaire. Mais c’est pire que ça. L’auteur nous en dévoile les raisons vers le milieu de ce roman écrit à la première personne. Car le lecteur se pose la question. Pourquoi autant de violences ?

Quand un enfant se sait différent dès son plus jeune âge. Qu’il ne comprend pas pourquoi on essaie de le cantonner dans une case. Quand il ne comprend pas pourquoi toutes les autorités, notamment scolaires, évoquent une déviance et que ses parents doivent le remettre dans le droit chemin.

Outre tout cela, bien écrit, bien détaillé, Antoine Dole nous démontre par la force des mots ce corps que l’on hait, que l’on cache, qui ne correspond pas à ce que l’on est réellement, à ce que l’on ressent dans son coeur. Une grande souffrance pendant de très grandes années. Une grande souffrance parce que l’on ne s’aime pas et c’est cela le plus dur. Passent encore ce que peuvent nous faire subir les autres, quand on n’a pas confiance en soi, quand on n’a pas l’estime de soi, c’est ça le plus dur. Les coups des autres sont moins violents que les coups que l’on peut s’infliger à soi-même. Quand on se sent autre, quand on se croit autre, quand on se sait autre et que le corps est complètement différent, il est impossible de s’accepter. Il suffit d’une rencontre, d’une belle rencontre avec un professionnel qui comprend, qui explique que le chemin pourra être long, surtout lorsque l’on n’est pas majeur. Et ensuite, avec soi, avec sa propre volonté, avec le fait de s’accepter et surtout en étant accompagné de la famille, de la mère, le passage ne se fera pas en douceur mais ce passage permettra de vivre la vie que l’on souhaite.

Les préjugés ont la vie dure surtout lorsque l’on est adulte et qu’on les subit. Mais les préjugés sont encore pires, lorsque l’on est enfant et que l’on grandit. Comment voir le soleil alors que tout est néant autour de soi, en soi ?

Un véritable plaidoyer pour toutes les femmes, quelles qu’elles soient. Ces femmes qui font avancer le monde, ces femmes qui endurent les plus vils sévices, les femmes qui luttent pour toutes les conditions, les femmes qui ont en définitive le pouvoir, car elles donnent la vie, elles apportent l’amour. Un véritable plaidoyer pour tous ceux qui n’ont pas le corps qu’ils souhaitent, qui se sentent mal dans ce corps. Malgré cette violence, le déni face à ce corps, les violences infligées à ce corps, il n’y a jamais eu la pensée de passer à l’acte irréversible. Une très grande force de caractère, tout de même. Mais si cela avait duré au-delà de ses 16 ans, sans trouver l’aide adéquate, n’aurait-elle pas voulu en finir ?

Un livre qui démontre tout de même que l‘espoir est toujours là, qu’il faut continuer pour pouvoir croire en soi, s’accepter, s’aimer pour ce que l’on est réellement. Car comme l’écrit l’auteur par la voix de son personnage, le corps n’est qu’une enveloppe et ne démontre pas qui l’on est réellement, quelle personne on est.

Antoine Dole sait écrire pour les adolescents, mais également pour tous ceux qui lisent ces livres. Et ce sont des sujets d’actualité qui touchent aussi bien les jeunes que les adultes.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior et aussi l’auteur pour sa belle dédicace.

Météore d’Antoine Dole

Date de sortie : janvier 2020

Editeur : Actes Sud Junior

Nombre de pages : 65

ISBN : 978-2-330-13036-7

L’arrangement de Sarah Dunn

tous les livres sur Babelio.com

Résumé L’arrangement de Sarah Dunn

Owen et Lucy passent une bonne soirée, chez eux, avec un couple. Ils discutent de la vie, des couples, de l‘adultère. Lorsque ce couple relate la possibilité d’avoir de chaque côté un amant, pour pimenter un couple, l’idée fait son chemin chez Owen et Lucy.

Ils notent tout sur un carnet sur un futur arrangement. Et ils sautent le pas.

Avis L’arrangement de Sarah Dunn

Suite à une soirée un peu arrosée qui a laissé des traces dans leur esprit, Owen et Lucy, parents de Wyatt, après concertation et notes, ont décidé de signer un arrangement. Qu’est-ce que cet arrangement ? Pendant six mois, leur couple est libre mais l’un et l’autre ne doivent pas savoir ce qui se passe dans la vie de l’autre. Liberté chérie, liberté sexuelle. Mais ils vivent toujours ensemble, s’occupent de leur fils. Qui va trouver en premier un autre partenaire sexuel ? Ils cherchent, vont-ils trouver ? Personne, dans leur entourage ne doit savoir. Mais Lucy se confie à celle qui peut être considérée comme sa meilleure amie. Est-ce que leur sexualité sera autant débridée ? Vont-ils s’attacher à ces autres personnes ? Leur couple va-t-il en souffrir ?

L’auteur, au fil des pages, nous relate leur rencontre, comment ils sont tombés amoureux, comment ils ont décidé de vivre à l’extérieur de New-York, par manque d’argent, pour avoir une vie plus simple, moins trépidante et surtout parce qu’ils attendent un enfant. C’est également dû au fait qu’Owen n’a pas pu évoluer professionnellement et qu’il a été licencié. La vie semblait toute rose. Mais l’arrivée de Wyatt et les soucis de cet enfant, dont ils n’ont pas compris au départ ce qui lui arrivait, ont obligé Lucy à ne plus travailler. Ils sont l’un et l’autre très proches de cet enfant qui se révèle autiste. A aucun moment, je n’ai senti que leur couple était prêt à s’effriter, malgré les problèmes de santé de leur fils qui prend énormément de temps et d’espace. Alors, oui, Lucy ne fait plus aussi attention à elle, la routine s’est installée dans leur couple, il semble y avoir moins d’amour, quelques frictions…

Une chronique des êtres humains, du couple, aux Etats-Unis dans une petite communauté conservatrice qui a vu arriver de nombreuses familles qui cherchent le bien-être. Personnalités féminines, masculines, où tout est mis en oeuvre pour le bien de la communauté. Frictions, jugements, surtout lorsque le maître d’école devient une femme. Mais il a fallu d’un seul homme, un riche homme, vivant dans cette petite ville pour que l’école prenne une décision. Mais c’est sans compter une mobilisation de tous et toutes. Un très bon point car cette ville est conservatrice, certes, mais elle est quand même capable d’accepter ce qui fait tout l’être humain. Par contre, elle n’est pas prompte à accepter qu’un riche homme d’affaire ne paie pas ses impôts quand il trouve des subterfuges.

Est-ce qu’un arrangement comme celui de Lucy et Owen est viable ? Pas pour tout le monde car l’être humain est tout de même versatile surtout lorsque les sentiments peuvent entrer en ligne de compte. Ce que j’ai bien aimé, en définitive, est cette fin menée par la maîtresse d’Owen qui a vécu le plus grand drame de sa vie et qui, en fin de compte, s’est rendue compte qu’elle lui doit la vie.

Dans ce roman, on suit les changements qui les affectent, qui affectent cette communauté d’hommes et de femmes aux nombreux jardins secrets. Même si le roman est bien écrit, constitue une analyse des couples, sans jugement émis, d’une petite ville des Etats-Unis, je ne peux pas dire que j’ai vraiment aimé ce roman. Il est lu mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Le Cherche Midi.

L’arrangement de Sarah Dunn

Date de sortie : 19 septembre 2019

Editeur : Le Cherche Midi

Nombre de pages : 396

ISBN : 978-2-7491-6048-1

Mensonge de J.P. Delaney

Mensonge de J.P. Delaney

Mensonge de J.P. Delaney

Résumé Mensonge de J.P. Delaney

Suite dans un hôtel de Manhattan. Une femme de chambre découvre un cadavre.

Cinq jours plus tôt, une jeune femme bien habillée, dans un hôtel, semble attendre quelqu’un. Se prostitue-t-elle pour gagner sa vie ?

Avis Mensonge de J.P. Delaney

Est-ce que tout est un tissu de mensonge dans ce roman ou y a-t-il une part de vérité, mais laquelle ? L’auteur m’a sérieusement baladé dans ce roman addictif car le lecteur veut absolument savoir ce qui se passe réellement, qui est le réel coupable de la mort de cette femme, trouvée assassinée dans une chambre d’hôtel. Est-ce réellement le mari ? Est-ce Claire qui est soupçonnée ? Est-ce Claire qui joue le meilleur rôle de sa vie, dans la vie réelle, anéantissant peut-être toutes ses chances d’être la comédienne qu’elle souhaite ?

Ce roman joue le chaud et le froid. Il nous entraîne avec une jeune femme qui devra faire tomber un meurtrier. Mais, dès le départ, elle ne le croit pas coupable. D’ailleurs, elle va en tomber amoureuse. Pour les besoins de l’enquête ou réellement ? Seul l’avenir le dira. Un roman très psychologique car on voit Claire passer par tous les états. Elle se rebelle face aux forces de police. Elle semble mener le jeu par moments. Elle découvre un double-jeu, elle est excessive, semble peu fiable. Est-ce pour les besoins de son rôle ou est-elle réellement comme ça ? Claire a quitté la Grande-Bretagne suite à un scandale. Aux Etats-Unis, elle n’a pas de carte verte. Pour survivre, payer son loyer et ses cours d’art dramatique, elle aide un cabinet d’avocat et un enquêteur spécialisé dans les adultères. Mais tout prend un tour nouveau lorsqu’une femme est retrouvée assassinée. Claire est bien évidemment suspectée tout comme le mari. Pour se sortir de sa situation bancale, Claire est mise à contribution. Claire qui a eu une enfance difficile, qui a toujours joué un rôle car elle était toujours seule, sans amour.

Le passage dans l’hôpital psychiatrique est assez dur. On y voit des patients de toute sorte et des traitements très durs pour tenter de les soigner. Ce roman est construit comme une pièce de théâtre avec des dialogues, les lieux des situations, les analyses de Claire. En toile de fond et élément principal les poèmes de Charles Baudelaire et l’interprétation, par l’auteur et donc ses personnages, des Fleurs du Mal. Malgré les nombreuses notes prises au cours de ma lecture, il m’est assez difficile d’écrire cette chronique car je ne veux absolument rien dévoiler quant aux tenants et aboutissants de ce roman qui joue avec nos nerfs de bout en bout. Personnellement, je n’avais aucun doute quant à l’identité du tueur de cette femme. Mais pour faire avouer ou encore pour prendre ce tueur sur le fait. Ce roman démontre également le fait d’avoir confiance en une personne, que cette confiance ne faiblisse jamais au cours d’une enquête. Car comme au cinéma, comme au théâtre, faire confiance à un partenaire est une des bases du succès.

De nombreux rebondissements, pratiquement à chaque chapitre pour un roman qui ne souffre d’aucun temps mort, que ce soit dans l’étude des personnages, comme dans les faits.

Je n’ai pas lu le roman précédent de l’auteur, mais je pense que lorsque j’aurai bien avancé dans mes lectures, j’essaierai de le trouver en format poche. En effet, cela me permettra de connaître son évolution dans l’écriture. En effet, J.P. Delaney a écrit Mensonge il y a bien longtemps mais il a retravaillé son premier écrit.

Je remercie Netgalley et les Editions Fayard pour cette lecture.

Mensonge de J.P. Delaney

Date de sortie : 18 septembre 2019

Editeur : Fayard

Nombre de pages : 363

ISBN : 978-2-863-74159-9

Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski

Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski

Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski

Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski, présentation de l’éditeur

Le récit bouleversant et authentique de l’itinéraire semé de drames et d’obstacles qui a mené en France un jeune adolescent guinéen.

Vers l’âge de dix ans, Mamadou a quitté la Guinée avec sa mère pour rejoindre son père qui travaillait en Libye. Ils y ont passé quelques années paisibles jusqu’à la guerre civile. Les parents de Mamadou meurent dans une explosion et il se retrouve seul, à quatorze ans. Il va survivre deux ans en travaillant pour un exploiteur libyen, avant d’être embarqué sur un Zodiac bourré de migrants en partance pour la côte italienne. Recueilli par les Italiens, il entreprend ensuite la traversée clandestine des Alpes, résolu à venir en France. L’accueil des Français est mitigé. De Chambéry à Carpentras, Mamadou va connaître les foyers, les interrogatoires interminables, la radio du squelette pour déterminer s’il est mineur, sans compter l’obstacle de la langue, de l’administration et le handicap de ne savoir ni lire ni écrire. Car le souhait le plus cher de Mamadou, c’est d’étudier. Aidé par Nadia Goralski, il apprend à lire et à écrire, fréquente le collège, s’initie à un métier. Il ressent alors le besoin de raconter son périple, d’exprimer les douleurs retenues. C’est à Nadia qu’il se confie, c’est elle qui sera sa plume. Elle s’est attachée à restituer la voix de Mamadou dans sa simplicité, sa poésie, et même sa maladresse. Car rien mieux que cette voix ne peut nous faire comprendre la dureté de ce parcours et l’énergie de vivre qui habite ce jeune homme.

Avis Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski

Je n’ai pas pu apprécier ce témoignage autant que j’aurais dû. En effet, jusqu’à la page 31, 2 pages sur 4 étaient imprimées. D’autres étaient blanches. Donc, j’avais peu d’éléments quant à sa vie en Guinée, son arrivée en Lybie et les affrontements qui ont eu lieu lorsqu’il a perdu ses parents.

C’est donc l’histoire vraie d’un migrant, qui a tout perdu, notamment sa famille. Comment un jeune homme qui parle très peu le français peut arriver à s’en sortir ? Ce sont ses mots, des mots que l’on pourrait penser tirés d’un enfant. Mais ce sont les mots d’un jeune homme qui apprend une langue, qui garde ses souvenirs enfouis en lui.

De Lybie, il n’a su qu’au dernier moment où il partait. Il a vu les rues jonchées de morts à cause de la guerre. Il a vu la mer jonchée de morts à cause de ces bateaux remplis plus qu’il n’en faut de migrants. Ensuite, cela a été son arrivée en Italie où il ne comprenait pas la langue, où il a subi divers examens, tout comme en France. Franchement, en lisant cela, on peut comprendre ce que vivent ces personnes qui cherchent un meilleur avenir. Il y a, certes, la barrière de la langue, mais ils peuvent tomber sur des bureaucrates qui n’ont rien à faire dans ces bureaux, qui obéissent peut-être aux ordres, mais qui n’ont rien d’humain.

D’un autre côté, heureusement qu’il y a de belles rencontres, que les Français, mais aussi les Italiens, ont un sacré sens d’aide envers leurs prochains. Ce jeune homme, Mamadou, a su s’intégrer grâce à sa forte envie d’apprendre, de faire des études. Grâce à son sourire, ses rires, Mamadou a su se faire des amis.

Une très belle leçon de courage, une très belle leçon de vie, une très belle leçon d’aide. Je remercie les Editions Actes Sud Junior pour cet envoi.

Maintenant je vais raconter de Mamadou Alio Diallo et Nadia Goralski

Date de sortie : septembre 2019

Editeur : Actes Sud Junior

Nombre de pages : 90

ISBN : 978-2-330-12571-4

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy Editions Belfond

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy Editions Belfond

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy, présentation de l’éditeur

Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter.
Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme.
Les plus jolis monstres du monde.

Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé.

Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité. Au cœur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle. 

Avis Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy

Je découvre mon premier Julien Dufresne-Lamy dans un roman destiné aux adultes. J’ai déjà lu quelques uns de ses romans destinés à un jeune public. Quand un auteur ne se cantonne pas à un seul genre de public, cela permet de découvrir tous ses talents. Il est possible de faire passer de nombreux messages quand on écrit pour un jeune public. Et cela fonctionne très bien avec Julien Dufresne-Lamy. Il est également possible de faire passer de nombreux messages à un public adulte. Est-ce que cela fonctionne mieux ? Cela dépend de l’ouverture d’esprit de ce public adulte. Car le sujet développé par Julien Dufresne-Lamy concerne les drag queens, les jolis monstres, leur vie avant, pendant et après les années sida. Je mets après entre guillemets car la maladie n’est pas éradiquée, loin de là, même s’il y a des traitements et que le monde semble se protéger. Même si ces derniers temps, le recul sur la protection lors de rapports sexuels a été annoncé. D’ailleurs, l’auteur en fait état dans ce roman. Je remercie Julien Dufresne-Lamy de m’avoir contacté sur Facebook pour que son éditeur m’envoie son livre. Je le remercie également pour sa dédicace.

Bref, après ce long paragraphe, plongeons-nous dans ses Jolis, jolis monstres. Un roman qui rend hommage aux drag-queens, des hommes qui assurent le show, la nuit, et se transforment en femmes. Un roman qui leur rend hommage, qui permet de les comprendre, de savoir ce qu’elles ont vécu, bien souvent enduré, car en première ligne, lorsque la maladie est tombée. C’est un monde de fêtes, de drogues, de shows, de familles, d’amitiés également. Mais elles ont été vilipendées, chassées, tuées car elles ne correspondaient à aucun standard. Il y a également de la souffrance, mais des femmes qui se soutiennent mutuellement même si la rivalité peut être de mise, comme pour tout.

Par la voix de James-Lady Prudence et ensuite d’Hector, on assiste à un retour en arrière mais aussi ce présent où tous les deux se racontent et racontent l’autre. On peut être drag-queen mais rester un homme. Et pour cela, on assiste à la transformation de Victor. Ce n’est pas simple pour lui. Mais heureusement qu’il a trouvé celle qui va le révéler à lui-même et qui va jouer un rôle prépondérant dans sa future carrière et dans sa vie personnelle.

Pour moi, cela a été un régal de côtoyer tous ces personnages, d’entrer dans leur vie, de faire partie, grâce aux mots de Julien Dufresne-Lamy, de ces Jolis Monstres qui ne doivent pas rester enfermés. Même si en plus de 30 ans, les idées ont évolué, les gens semblent moins coincés, il restera toujours quelques personnes pour commettre des actes odieux contre ceux qui paraissent différents. Pour preuve, les différentes agressions et attentats. En quelques jours, j’ai vécu avec elles, j’ai remonté le temps au moment où j’étais une adolescente, fan de Madonna. Les mots sont percutants, sensibles. Outre cette culture drag-queen, il permet de démontrer à tout un chacun de vivre sa vie comme il l’entend et d’être soi malgré le quand dira-t-on. Une bouffée d’air frais qui fait du bien et qui permet de s’évader d’un quotidien pas toujours au top. Entrez dans cette culture drag-queen, vivez avec ces personnages aussi sensibles qu’attachants pour en sortir grandi avec des étoiles plein les yeux, un sourire aux lèvres, mais aussi en ayant appris encore quelque chose. C’est ça le pouvoir des livres.

Merci à Julien Dufresne-Lamy et aux Editions Belfond

Jolis jolis monstres de Julien Dufresne-Lamy

Date de sortie : 22 août 2019

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 416

ISBN : 9782714479853

 

La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

La vérité sur l'affaire Harry Quebert - Joël Dicker - Editions de Fallois

La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joël Dicker – Editions de Fallois

Résumé La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Le 30 août 1975, une jeune fille disparaît. Le meurtre d’une vieille dame a lieu.

33 ans après, Marcus a écrit sur l’affaire après la découverte d’ossements dans le jardin d’Harry Quebert, son ancien professeur d’université.

Avis La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Quand un écrivain prend la place d’un autre écrivain. C’est Joël Dicker qui devient Marcus Goldman et qui applique les conseils de son mentor, Harry Quebert, dispensés au fil de leur amitié, des cours donnés par l’un à l’autre. Ce sont donc 31 conseils qui vont dans l’ordre décroissant et qui correspondent à 31 chapitres. Conseils d’un écrivain à un autre.

Coup de coeur +++ pour ce roman, pour son auteur, pour son histoire, pour son style. Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Ce roman n’est pas réellement un polar, même s’il en a tous les ingrédients. Je ne m’attendais pas à lire ce type de sujet. En effet, ne lisant pas les 4ème de couverture, je n’étais pas trop au fait du sujet. J’étais partie dans l’idée que l’auteur avait réellement enquêté sur Harry Quebert et qu’il donnait les résultats de son enquête. Quelle surprise quand je me retrouve avec un autre auteur, dans le roman, Marcus Goldman. Passée cette surprise, je me suis lancée et avec addiction dans ce roman prêté par une collègue de travail.

J’ai adoré tous les personnages de ce roman, qu’ils soient d’Aurora et de New-York. On comprend très bien pourquoi Marcus a été ce qu’il a été lorsqu’il était plus jeune. Il avait décidé d’être le meilleur partout, d’avoir la reconnaissance de tous. Mais il n’a jamais voulu se frotter à plus fort que lui. Sa rencontre avec Harry Quebert, son professeur d’université et son mentor, va changer la donne. A force de conseils, Marcus deviendra l’écrivain qu’il souhaite être. Mais comme bon nombre d’entre eux, il n’arrivera pas à écrire ce fameux second roman. Il faudra, pour cela, cette enquête qui donnera vie à Nola et à ce qui s’est passé il y a trente ans. Ce roman est un polar car il en a tous les ingrédients avec ces menaces, cette arrestation, cette enquête qui semble piétiner et un lien entre un romancier et un enquêteur qui vont tenter de mettre en lumière toute l’affaire. Marcus, au fur et à mesure, veut écrire toute la vérité, mais il veut le faire à son rythme, sans être pressé. Sauf que le temps, c’est de l’argent. Des fuites vont mettre à mal ses nombreuses relations, des éléments du passé également mais aussi quelques phrases qu’il devra élucider et cela ne se fait pas comme ça.

Ce roman n’est pas un polar car il traite de nombreux sujets comme l’écriture d’un roman, le monde de l’édition, mais aussi l’amour entre un homme mur et une jeune fille de 15 ans. Il y a 30 ans, ils devaient se cacher et encore aujourd’hui, cela est mal perçu. Personne ne peut comprendre. Pourtant, qu’est-ce que les mots sont beaux pour décrire cet amour, comme celui entre cet homme qui a tout perdu quand il était jeune et cette jeune fille, Nola. Ce roman est un livre sur l’amour, en définitive car il concerne également celui de certains personnages secondaires. Le roman traite également des maladies psychologiques, psychiatriques. A ce moment-là, les Etats-Unis réagissaient comme la France. Il y a également l’élection de Barack Obama, les relations entre une mère, qui s’incruste, et son fils, les préjugés contre les Juifs et les homosexuels. On est prêt à encenser un génie mais lorsque les faits se liguent contre lui, il est vite descendu. Ce roman démontre encore que les Etats-Unis sont un pays bien prude avec de nombreux travers dans sa société.

L’auteur mêle avec brio passé et présent. Tout s’emboîte parfaitement, je n’ai jamais eu l’impression d’être perdue. D’ailleurs, on avance avec Marcus dans son enquête. On se dit qu’il a oublié quelque chose dans sa quête, comme il l’annonçait. Mais c’est pour mieux rebondir après. Aucun temps mort, les éléments s’emboitent parfaitement, les liens sont impeccables avec une narration parfaite.

Marcus Goldman et donc Joël Dicker ont réussi leur mission. Ils ont appliqué les 31 conseils et permettent à ce roman d’être inoubliable pour le lecteur. J’ai fermé la dernière page, certes, de ce roman, mais je n’ai pas fermé ma porte à l’auteur que j’ai découvert et je pense, c’est même sûr, que cela ne sera pas ma dernière lecture de Joël Dicker.

La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker

Date de sortie : 18 septembre 2012

Editeur : De Fallois

Nombre de pages : 670

ISBN : 978-2-87706-816-1