Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Naissance des coeurs de pierre d'Antoine Dole
Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Avis Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Un bon petit roman que Naissance des coeurs de pierre. J’écris petit car il contient peu de pages mais qui sont très efficaces pour les adolescents à qui ce roman est destiné, mais aussi pour les adultes. Et ce jusqu’au dénouement final. La 4ème de couverture que j’ai survolé vers la fin en dit peut-être un peu trop à mon goût.

L’auteur consacre, alternativement, des chapitres à Jeb, jeune garçon de 12 ans, et à Aude, qui a 16 ans. Le lecteur sait qu’à un moment ou un autre ils vont être liés. Mais comment ? Jeb est donc ce jeune garçon qui vit avec sa mère dans une communauté. Il doit subir une intervention car à son âge il doit absolument entrer dans le Programme. Toutes les personnes qui vivent dans cette communauté n’éprouvent plus aucun sentiment, c’est contraire à la Loi. Pourtant Jeb en éprouve et c’est difficile pour lui de ne pas les montrer. Sa mère est froide avec lui et elle n’a aucun geste tendre envers lui. Elle se conforme aux lois et pour Jeb, cela doit être pareil. Pourtant, au moment de l’intervention, un événement va se produire qui va conforter Jeb dans ce qu’il sent et ressent. Aude est une jeune fille de 16 ans. Elle entre au lycée et a de lourdes responsabilités sur ses frêles épaules. Elle subit moqueries, harcèlement de la part des autres élèves. Elle a décidé de s’isoler et rencontre un surveillant de son lycée. Ce sera sa bouffée d’oxygène, sa bouée de sauvetage. Cela lui permet de survivre, un temps, à tout ce harcèlement.

Le lecteur suit le cheminement de Jeb, d’Aude jusqu’à la révélation finale. Jeb s’est donné comme mission de sauver sa mère. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le manque d’amour qu’ils rencontrent. Je trouve Aude peu aimée par ses parents.  Outre la pression mise, ils pourraient être plus bienveillants envers elle. Aude s’isole de plus en plus, ne raconte rien de ses souffrances car cette jeune fille souffre énormément. Elle croit rencontrer l’amour mais ce ne sera pas le cas. Quant à Jeb, il veut tenter de faire réagir sa mère. Mais dans cette communauté, aucun geste tendre n’est permis. Ils sont abrutis par les cachets, ils ne doivent pas être un danger. J’ai perçu de nombreuses émotions mais aussi de la terreur car ils ne savent pas comment faire taire leurs pensées, l’un et l’autre. Ils ne doivent absolument rien montrer. L’auteur nous décrit très bien les affres par lesquels ils passent, leurs douleurs.

L’auteur dénonce les dérives que peuvent rencontrer les enfants, les adolescents qui ne sont pas protégés. Harcèlement moral, harcèlement scolaire de la part de leurs condisciples mais aussi ces prédateurs sexuels qui sont à l’affût de la moindre faiblesse. L’adolescence est un cap difficile si l’enfant n’est pas entouré. Il ne doit pourtant pas être étouffé pour se faire son propre avis, ses propres armes. Mais le danger est partout dans cette société arriviste, nombriliste où c’est chacun pour soi. Malgré tout, même si ce roman permet aux jeunes lecteurs de s’interroger, d’échanger, il reste de l’espoir car même une toute petite dose d’amour peut faire la différence.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior pour ce roman.

Résumé Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Jeb doit avoir un entretien avec le Préparateur. Cela va décider de son avenir. Il tente de communiquer avec sa mère mais rien ne sort. Elle ne semble pas avoir de sentiments pour lui.

Pour Aude, c’est la fin des vacances. Elle entre en seconde dans un lycée où elle ne connait personne. Elle n’a toujours pas préparé ses affaires, au grand dam de sa mère.

Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Date de sortie : 17 janvier 2018

Nb pages : 147

Editeur : Actes Sud Junior

ISBN : 978-2-330-08141-6

Publicités

Duchesses rebelles La dangereuse amie de la Reine d’Anne-Marie Desplat Duc

Duchesses Rebelles La dangereuse amie de la Reine d'Anne-Marie Desplat-Duc
Duchesses Rebelles La dangereuse amie de la Reine d’Anne-Marie Desplat-Duc

Avis Duchesses rebelles La dangereuse amie de la Reine d’Anne-Marie Desplat Duc

J’ai retrouvé avec un plaisir non dissimulé les Duchesses Rebelles et ce tome consacré à la Duchesse de Chevreuse. J’ai toujours adoré l’Histoire des Rois de France et de ceux qui gravitent autour. Quand ce sont des femmes, c’est encore mieux. Car outre le fait qu’elles aiment être bien apprêtées, qu’elles ont de l’éducation, ces femmes ont fait partie de l’Histoire. C’est ce que tente de faire l’auteur, avec Duchesses Rebelles. Tenter n’est pas le mot exact. Elle maîtrise avec succès son sujet pour le bonheur des adultes et encore plus des adolescents, même très jeunes, pour qui ces romans sont destinés.

Rappelons les faits, Mademoiselle a convié les duchesses en exil, comme elle, chez elle. Elle leur demande d’écrire leur histoire. La Duchesse de Chevreuse, la seconde donc, est heureuse d’avoir un an pour écrire les faits qui se sont déroulés et dont elle est responsable. Mais comme tout auteur, à la demande de Sophie, elle taira certaines choses et en enjolivera d’autres. Car ces Duchesses ne sont pas toutes amies, elles ont même été rivales.

On suit Marie-Aimée depuis pratiquement sa tendre jeunesse jusqu’à son exil à Dampierre. Elle a connu deux rois, Louis XIII et Louis XIV. Elle a connu Mazarin et Richelieu. Elle a tenté d’oeuvrer contre les deux. Son but était d’entrer à la Cour. Elle a réussi et est devenue amie avec les soeurs de Louis XIII, qu’elle retrouvera plus tard, et la Reine Anne, la femme de Louis XIII. Mais comme dans toute société, au cours des siècles, les amitiés se font et se défont selon les intérêts de chacun. C’est ce que démontre parfaitement l’auteur. Surtout que Marie-Aimée est une femme forte. Elle aime s’amuser et surtout elle aime le pouvoir, donc intriguer. Tout est narré à merveille, sans aucun ennui pour le lecteur. Mariée deux fois, elle s’est détachée de son second époux. En effet, ses deux maris étaient très proches du Roi et ont tout tenté pour qu’elle ne soit pas exilée. Mais ils n’ont pas pu tout réaliser. On fait connaissance, également, avec la fille de Marie-Aimée, jeune femme qu’elle n’a pas élevé. L’une et l’autre vont s’aimer profondément.

Duchesses Rebelles n’est pas un coup de coeur mais j’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteur et comme cela fait déjà un bon petit moment que je la lis, je ne m’en lasse pas. Comme à chaque fois, les mots utilisés à cette époque sont expliqués et il y en a beaucoup plus que sur le tome précédent. Ils peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre sans soucis.

Je remercie les Editions Flammarion Jeunesse de me permettre de m’instruire avec ce nouvel opus.

Résumé Duchesses rebelles La dangereuse amie de la Reine d’Anne-Marie Desplat Duc

Marie-Aimée de Rohan a été invitée par Mademoiselle. Elle hésite à y aller vu qu’elles ne sont pas trop amies. Mais toutes les deux ont été bannies de la Cour et exilées.

Suite à cette rencontre, à la demande de Mademoiselle, Marie-Aimée va écrire ses Mémoires.

Duchesses rebelles La dangereuse amie de la Reine d’Anne-Marie Desplat Duc

date de sortie : 15 février 2017

Editeur : Flammarion Jeunesse

Isbn : 978-2-0813-9424-7

Nombre de pages : 382

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Tu tueras le père Sandrone Dazieri
Tu tueras le père Sandrone Dazieri

Avis Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Les auteurs italiens sont vraiment prolifiques en matière de policiers, de thrillers. J’ai reçu le livre de cet auteur, que je ne connaissais pas, dans mon P’tit Colli. Je ne regrette pas le choix de cette box. Cela peut ressembler à du Donato Carrisi, si on lit la quatrième de couverture, sauf que ce n’est pas le cas. A ce compte-là, on pourrait dire que de nombreux auteurs noirs se ressemblent. Mais s’ils racontent quelque chose de noir, de très noir, l’histoire est amplement différente, tout comme les rebondissements et le style.

Avec Tu tueras le père, nous faisons connaissance avec deux personnages principaux. Colomba et Dante. Sans rien dévoiler, ce seront des héros récurrents chez Sandrone Dazieri puisque son prochain roman, au mois de mars 2017, les verra, à nouveau, à l’oeuvre. Sauf que là, Colomba et Dante font connaissance dans ce roman et nous avec eux. Que dire sur eux sans trop en dévoiler ? En plus de 700 pages, il y a de quoi faire. Ils se rencontrent au bon moment. Colomba, commissaire-adjoint, est en congés, aux prises avec des angoisses à cause d’un événement passé. Dante a vécu l’enfer pendant son enfance. Il a été enfermé dans un silo pendant onze ans. Les relations sociales, ce n’est pas son fort mais, à cause de ce passé, il a réussi à développer une certaine forme d’intuition en ce qui concerne le comportement des gens en face de lui. Son but est de retrouver les enfants disparus.

Colomba, mandatée par son chef, doit mener l’enquête en secret pour trouver ce petit garçon qui a disparu. Le seul qui peut l’aider est Dante. Leur rencontre ne sera pas facile. Outre le fait que Colomba est sceptique quant aux affirmations de Dante et ce pendant très longtemps, elle avancera dans son enquête malgré les embûches nombreuses. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages, forts et fragiles à la fois. Ils s’aident, s’entraident. Ils vont dans la même direction.

Entre luttes de pouvoirs au sein de la police, manoeuvres politiques, la difficulté des femmes à exercer ce métier dans un pays macho, un tueur qui sévit depuis de nombreuses années mais que tout le monde pense mort, l’auteur a fort à faire et réussit à merveille à nous entraîner dans son monde. Le livre ne souffre d’aucun temps mort. Les rebondissements arrivent à bon escient, sans que l’on s’y attende. Le lecteur suit la quête des deux personnages et leur course contre la montre pour sauver l’enfant de ce monstre que Dante appelle Le Père et pour qui il a éprouvé des sentiments. Les révélations arrivent petit à petit en ce qui concerne Colomba, Dante et ceux qui gravitent autour d’eux. Auront-ils assez de forces physiques et morales pour s’en sortir alors que Le Père semble toujours avoir de l’avance ? Peuvent-ils faire confiance à la police, à la justice ? Tous les milieux sont représentés, la loi et la justice mais aussi les petits malfrats ou encore l’armée, les secrets défense et la recherche sur le cerveau humain.

Résumé Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Un petit garçon a disparu alors que sa mère a été assassinée. Très vite, le père violent, est arrêté.

Colomba songe à donner sa démission mais son responsable lui demande de venir sur les lieux du crime et de prendre contact avec Dante pour mener une enquête en sous-main, car il ne fait pas confiance à la justice.

Que vont-ils découvrir ?

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

Date de sortie : 13 octobre 2016

Editeur : Pocket

Isbn : 978-2-266-25827-2

Nombre de pages : 726

Têtes de dragon de David Defendi

Têtes de dragon David Defendi
Têtes de dragon David Defendi

Avis de Têtes de dragon de David Defendi

Ceci est un de mes derniers livres lus en 2016, mais je préfère que la chronique soit pour janvier. Ce roman m’a été envoyé par Collibris grâce à mon abonnement à P’tit Colli. Cela me permet de découvrir des auteurs, ce qui n’est déjà pas mal. Je n’ai pas eu de véritable coup de coeur pour ce roman, pourtant très bien construit et aussi très instructif par rapport aux vols d’objets d’art et ce qui s’est passé en Chine il y a des années de ça avec la destruction du magnifique palais par la coalition franco-britannique. Un palais qui a été pillé, brûlé et dont de nombreuses oeuvres d’art font maintenant partie de collections privées et non rendues à la Chine. Cela rappelle un tant soit peu ce qui s’est passé avec les Allemands lors de la Seconde Guerre Mondiale. Difficile de restituer ces oeuvres qui valent des milliers, millions à ses propriétaires, un pays. Ceci est un des sujets du roman.

Ce roman est construit comme un scénario de cinéma. Les images viennent très facilement. Le lecteur suit les différents protagonistes et met très facilement un visage sur eux mais aussi sur les paysages parcourus, la partie de poker. Sans connaître la Chine, les détails sont tellement flagrants que je m’y serais crue avec Thomas. C’est également le cas lors de ses différentes rencontres, sa partie de poker et tout ce qu’il est obligé de réaliser en tant qu’indic ou pour s’immiscer dans ce groupe où il devra tuer.

Pour Thomas, cette mission ressemble vraiment à une partie de poker. Va-t-il réussir ou comme le laisse présager le début, va-t-il échouer ? Après le meurtre de son partenaire de partie, il se retrouve en prison et très vite, il sera embrigadé pour faire tomber un gros bonnet grâce à un de ses anciens amis. Thomas est un ancien de la Légion, il a fait la guerre. Il connaît la solitude. En prison, il ne doit pas faire de vagues pour que personne ne sache d’où il vient réellement. En quelques pages, l’auteur nous décrit l’univers carcéral. Ensuite, ce sera ce qu’il sera obligé de faire en tant qu’indic, la Chine mais aussi la guerre. Il n’est pas libre et doit rendre compte de tout, même en passant au détecteur de mensonge. Revoir son ami et profiter d’une belle vie, apprendre énormément au sujet de la Chine lui font découvrir de nouveaux horizons avec cette mission. Mais Thomas sait que le chemin sera long et rude surtout avec la torture de cette famille. L’auteur nous décrit bien ses état d’âme et sa plongée dans l’indicible, où tout lui reviendra en mémoire quoi qu’il fasse. Bien que soldat, Thomas n’est pas un homme fait pour tuer.

Résumé de Têtes de dragon de David Defendi

Thomas est en train de jouer au poker. Il sent que la partie lui échappe. Victime de triche, il tue un de ses partenaires de jeu.

Thomas est arrêté et jeté en prison. Un homme se présente à lui et commence à faire connaissance.

Têtes de dragon de David Defendi

date de sortie : 3 novembre 2016

Editeur : Albin Michel

Isbn : 978-2-226-32582-2

Nombre de pages : 216

La gestion du Patrimoine de Marc Duménil

La gestion du Patrimoine de Marc Duménil
La gestion du Patrimoine de Marc Duménil

La gestion du patrimoine 200 questions pour développer et gérer l’ensemble de ses biens de Marc Duménil.

Une étudiante en droit, qui entre en troisième année de licence, s’intéresse à divers sujets. Le patrimoine peut faire partie des sujets qu’elle pourrait choisir. Lorsque ce livre m’a été proposé et qu’il a été accepté, cela a fait une heureuse. Je remercie donc les éditions Gereso.

Présentation de La gestion du patrimoine 200 questions pour développer et gérer l’ensemble de ses biens de Marc Duménil.

Dans le contexte économique actuel, toujours très instable, chacun d’entre nous aspire à se constituer un patrimoine pour le transmettre à ses enfants, préparer sa retraite, anticiper l’avenir ou tout simplement faire face à l’imprévu…

Même si, ces dernières années, les placements financiers peu risqués restent le placement favori des ménages, l’assurance-vie conforte sa place, le plan épargne logement retrouve de son attractivité et la détention de biens immobiliers est en progression constante.

Être propriétaire est-il toujours intéressant ? Quelles sont les conséquences patrimoniales du mariage ? Comment sont imposés les revenus mobiliers ? Quels sont les avantages de l’assurance-vie ? Quelle est la fiscalité sur les cessions d’entreprise ?…

Intégrant toutes les nouveautés de la loi de finances 2016, cet ouvrage traite de façon précise, chacun des points à connaître pour bien gérer un patrimoine : droit immobilier, fiscalité, finance…

En 200 questions accessibles à tous, l’auteur partage son expertise en finance et gestion de patrimoine, et vous accompagne dans la mise en œuvre de votre propre stratégie patrimoniale, quels que soient votre âge, votre situation familiale, vos revenus et vos priorités.

Marc Duménil

Marc Duménil est consultant en finance et gestion de patrimoine, formateur en contrôle de gestion et pilotage de la performance économique. Associé dans un cabinet de formation, il conseille des PME en évaluation d’entreprise notamment dans le cadre de transmissions.

La gestion du patrimoine 200 questions pour développer et gérer l’ensemble de ses biens de Marc Duménil

date de sortie : 9 juin 2009

Editeur : Gerso

Isbn : 978-2-35953-357-6

Nombre de pages : 271

La bourgeoise de Gil Debrisac

La Bourgeoise de Gil Debrisac
La Bourgeoise de Gil Debrisac – Source La Musardine

Mon avis sur La bourgeoise de Gil Debrisac

Quatre personnages principaux avec Rebecca, Edouard, Gil et Clothilde. Le lecteur suit le cheminement de Rebecca, bourgeoise très riche mais lubrique pour qui le sexe est plus qu’important. Après avoir perdu très tôt sa virginité et pratiquement tout connu niveau sexe, elle se retrouve en sommeil de part son mariage. Mais la rencontre avec Gil D va la réveiller et son grand appétit sexuel sera pratiquement comblé. Elle devient la maîtresse de Gil et même sa soumise, heureuse de combler ses désirs à elle et ceux de son amant et plus. Toutefois, elle ne connait pas le marché passé entre Gil et son mari. Ses derniers seront de toutes façons surpris par par la décision de Rebecca qui a besoin d’un maître absolu en matière de sexe.

Oui, je lis de la littérature érotique. Quand elle tourne au porno soft, cela peut aller. Mais quand cela tourne au hard, je ne suis pas pour, en définitive. Chacun fait certes ce qu’il veut en matière de sexe, de pornographie, quand les adultes sont consentants, ce qui, ici est le cas. Mais quand il y a manipulation, autant de perversité, je n’aime pas trop ça. De plus, je suis carrément contre que tout ce sexe ait été réalisé sans précautions d’usage, sans protections.

L’auteur décrit ce qui est facilement envisageable dans n’importe quelle couche de la société, que ce soit chez les ouvriers et chez les bourgeois. Ces derniers ont l’argent et peuvent acheter qui ils veulent. Il se retrouve à transposer dans la réalité ce qu’il écrit dans les romans pour son profit et celui de Rebecca dont on apprend toute l’initiation au sexe dès le départ.

Je remercie les éditions La Musardine pour cette lecture que j’ai achevée.

Résumé de La bourgeoise de Gil Debrisac

Rebecca a 37 ans. Elle est mariée mais depuis son mariage, elle n’a pas retrouvé ce qui fait le sel de sa vie, des relations sexuelles comme elle les a expérimentées dès son adolescence.

Une de ses amies, Clothilde, auteur érotique, lui présente son auteur favori, à savoir Gil D.

La bourgeoise de Gil Debrisac

date de sortie : 26 mai 2016

Editeur : La Musardine

Isbn: 978-2-4271-883-1

Nombre de pages : 398

Manuel de survie en milieu judicaire de Jean-Philippe de Garate

Manuel de survie en milieu judicaire de Jean-Philippe de Garate

Manuel de survie en milieu judicaire de Jean-Philippe de Garate, Présentation de l’éditeur :

En vingt quatre lettres et cinq mille mots, Jean-Philippe de Garate, vieux routier du monde judiciaire mais d’abord esprit libre, nous livre son Manuel de survie en milieu judiciaire.

Abécédaire égrenant les définitions non conformes, ce vade-mecum aux vérités dérangeantes a pour but de permettre à celle ou celui confronté à un procès de comprendre ce monde bizarre, costumé et parlant une langue étrange, insensible et précieux, maniéré et brutal, inhumain mais satisfait.

Et surtout, en sortir ! Libre ! Vivant !

Le livre de Jean-Philippe de Garate mérite une préface
mais celle-ci ne pourra jamais être à la hauteur du livre lui-même. Roland Dumas.

Préface de Roland Dumas

Roland Dumas a été ministre des Affaires étrangères (1984-86 et 1988-1993), président du Conseil Constitutionnel (1995- 2000 ), et avocat du Barreau de Paris, depuis 1950.

Le livre de Monsieur Jean-Philippe de Garate mérite une préface mais celle-ci ne pourra jamais être à la hauteur du livre lui-même.
Ce livre, en effet, est très drôle.
Il traite, comme son titre l’indique, «de survie en milieu judiciaire» et dans ce domaine, il y a de quoi faire.
C’est un abécédaire «insolent» à l’usage des présents et futurs justiciables.
Tout est fantaisie. Tout est jeu de mots et tout attire la plaisanterie, donc le sourire.
A vous de l’apprécier.

A la rubrique « Rousseau et Robespierre », il est écrit : «L’un et l’autre ont en commun une vie enserrée dans la plus étroite des solitudes et une totale misanthropie voilée derrière les abstractions : l’Homme, le Droit Naturel. Avec en fin de course le tribunal révolutionnaire.»
La rubrique « Défense de rupture» est consacrée à mon ami défunt Jacques Vergès. Il est indiqué : « Système de défense formalisé et mis en oeuvre par Jacques Vergès, avocat, ancien membre des forces française libres, avocat du FLN puis «disparu» durant huit ans (1970-78, peut-être auprès de proches amis khmers rouges, peut-être pas)…»
Jacques Vergès s’en est allé avec son mystère, avec ses doubles mots, avec son sourire malicieux, son cigare immortel.
Et le livre est là, plein d’anecdotes, plein de simulations, plein de plaisanteries.

A vous de le lire, de l’apprécier.
Mon ami Marcel Aymé, disparu lui aussi, n’est pas en retard :
« Auteur entre autres pièces d ethéâtre de «La Tête des Autres», immense succès populaire qui lui valut de virulentes attaques de nombre de magistrats, sans doute touchés par tant de vérités.»
L’idée fait partie du dialogue.
Marcel Aymé, avec son sourire malicieux, son visage glabre, est immortalisé.

Mon avis sur Manuel de survie en milieu judicaire de Jean-Philippe de Garate.

Ayant une fille en études de droit, ce petit manuel m’intéresse fortement et lui est destiné également. Même si elle trouvera quelques informations sur l’Ecole Nationale de la Magistrature qui pourraient la faire réfléchir. La présentation de l’éditeur est très riche, forcément suffisante tout comme la préface de Roland Dumas.

Comme tout abécédaire, celui-ci commence à la lettre A pour finir à la lettre Z. Les mots consacrés concernent le milieu judiciaire mais également la vie courante de tout justiciable, qu’il soit innocent ou présumé coupable. Nombreuses définitions sont communes, les rappels sont également effectués sur chacune.

L’auteur nous permet d’apprendre comment aborder un procès, comment il peut se dérouler. Ses conseils doivent être suivis car, à la lecture, cela tombe sous le bon sens. Mais la personne est tellement prise par ce qui lui arrive qu’il est difficile de penser à soi, à ce qui pourrait être dit et entendu. Car tout est pratiquement joué avant un procès.

Malgré le milieu, l’auteur arrive à traiter certains éléments avec beaucoup d’humour, des anecdotes et des citations de grands auteurs comme Balzac avec Une ténébreuse affaire. Où le lecteur apprend que le système judiciaire français est très lourd, qu’il remonte aux Romains et que celui d’Angleterre semble mieux. En effet, celui qui est appelé à la barre, en France, reste debout et cela des heures durant.

L’auteur a été révoqué par Christine Taubira début 2015. Il la tacle assez souvent sans la nommer mais les dates permettent de la reconnaître tout comme les références à son livre. La justice est peu libre. Ceux qui tentent d’avoir un peu d’humanité en font les frais.

Je remercie les Editions Fortuna pour cette lecture.

Manuel de survie en milieu judicaire de Jean-Philippe de Garate

date de sortie : avril 2016

Editeur : Editions Fortuna

Isbn: 978-2-87591-101-8

Nombre de pages : 155

 

Duchesses Rebelles L’intrépide cousine du roi d’Anne-Marie Desplat Duc

Duchesses Rebelles L’intrépide cousine du roi d’Anne-Marie Desplat Duc

Résumé de Duchesses Rebelles L’intrépide cousine du roi d’Anne-Marie Desplat Duc

Mademoiselle est en exil à la campagne à cause de la Fronde à laquelle elle a participé. Paris, sa ville, lui manque, tout comme la Cour, les soirées. Elle est fidèle à son Roi.

Elle a décidé de revoir ses amies/ennemies, toutes Duchesses, qui ont joué un rôle dans cette Fronde. Elle décide de les réunir autour d’un livre, L’Astrée d’Honoré d’Urfé. Au cours de leur rendez-vous, Mademoiselle lance l’idée qu’elles écrivent leurs mémoires et qu’elles se retrouvent un an plus tard pour en discuter.

Lire la suite « Duchesses Rebelles L’intrépide cousine du roi d’Anne-Marie Desplat Duc »

A coeur pervers d’Octavie Delvaux

A coeur pervers d’Octavie Delvaux – Source La Musardine

Présentation d’A coeur pervers d’Octavie Delvaux par La Musardine

Dans le train, une femme belle et sophistiquée en face d′un garçon trop jeune pour savoir qu′il est désirable. Elle lui écrit, mais quoi ? Et lira-t-il cette lettre au parfum de soufre? 

Une femme invitée par son mari au restaurant pour la Saint-Valentin. Il lui offre un oeuf vibrant télécommandé, elle doit aller aux toilettes, le glisser dans son sexe et revenir tranquillement s′asseoir. Mais se doute-t-il, qu′en matière de provocation, sa femme est bien plus forte que lui ! Il a dit qu′il repasserait demain, qu′elle devait mettre une jupe plissée et l′attendre, qu′il n′aurait pas beaucoup de temps. Elle l′attend et se prend à rêver… A-t-elle vraiment besoin de lui ? 
Il voudrait être l » homme docile  » que cette femme autoritaire recherche par petites annonces. Mais le peut-il vraiment ? Malgré sa parfaite soumission au dressage, elle perçoit une résistance… 
Que cherche donc Gwen, en séduisant cet homme d′Église qu′elle a croisé par hasard à Palerme ? Et pourquoi se frotte-t-elle à lui pour trouver sa jouissance? Après tout, c′est un homme. 
 Entre Éros et Thanatos, 23 nouvelles puissamment érotiques et féminines par Octavie Delvaux, auteure de Sex in the Kitchen. 

Lire la suite « A coeur pervers d’Octavie Delvaux »

Apollinaire et les femmes d’Alexandre Dupouy

Apollinaire et les femmes d’Alexandre Dupouy

Présentation de l’éditeur La Musardine :

A l’occasion de l’exposition « Apollinaire, le regard du poète » (Musée de l’Orangerie de Paris, du 16 avril au 18 juillet 2016), La Musardine publie un livre qui renouvelle la compréhension de la vie et de l’œuvre de l’écrivain.

Dans Souvenirs sur Apollinaire (1945), Louise Faure-Favier intitule le dix-huitième chapitre de son ouvrage « Apollinaire et les femmes ou le chapitre impossible », en soulignant qu’il est encore bien trop tôt pour démêler l’écheveau des amours de son ami poète. Depuis, de nombreuses études et biographies sur Apollinaire sont parues, mais aucune sur la place essentielle qu’occupent la sexualité et les femmes dans la vie et l’œuvre de l’écrivain.

Qu’elles se soient appelées Mareye, Linda, Annie, Marie, Lou ou Madeleine, les femmes du « Mal-Aimé » n’ont jamais semblé pouvoir assouvir les désirs du poète. Il y faut davantage : des centaines de lettres et de poèmes où l’obscène le dispute à la splendeur du verbe, une œuvre érotique parmi les meilleures du siècle, une activité d’éditeur bravache pour faire découvrir Sade ou Nerciat au profane. Mais qu’est-ce qui fait courir Apollinaire, quel est donc ce feu sacré qui couve, ce désir qu’il s’agit de brûler ? 

Lire la suite « Apollinaire et les femmes d’Alexandre Dupouy »