L’île des absents de Caroline Eriksson

L'Ile des absents de Caroline Eriksson

L’Ile des absents de Caroline Eriksson

Résumé L’île des absents de Caroline Eriksson

Greta accompagne Alex et Smilla lors d’une promenade. Mais elle préfère rester près de la barque. Alex et Smilla partent, la petite fille heureuse près de son père.

Greta attend et ils ne reviennent pas. Elle se lance à leur recherche.

Avis L’île des absents de Caroline Eriksson

Comment un mot, une simple phrase peut entraîner de graves conséquences et avilir une femme, mais aussi un homme, ici ce n’est pas le sujet, fort ? Mais, malgré tout, il faudrait pouvoir agir avec recul et penser à ceux qui restent ou les protéger d’une autre façon. Mais dans le feu de l’action, la personne qui subit en a marre tout simplement. Un détail, une révélation et c’est ce qui fait tout exploser. C’est ce qui arrive dans ce roman même si certaines révélations sont prévisibles.

Greta est partie avec Alex et la petite Smilla faire le tour d’une petite île sur un lac. Mais elle préfère rester près de l’embarcation. Toutefois, ils ne reviennent pas et elle les cherche. Cela va durer quelques jours jusqu’à ce qu’elle aille à la police avertir de la disparition de son mari et de sa fille. Greta oscille entre le désespoir, des souvenirs de son enfance et de sa relation avec Alex. Elle ne sait pas démêler du faux, du vrai. Elle est prête à plonger dans la folie. Son comportement est erratique. On peut comprendre pourquoi avec le drame qu’elle a vécu lorsqu’elle était jeune. Un drame qu’elle essaie d’occulter mais il remonte de plus en plus à la surface car elle a érigé des barrières pour se protéger. Dans la construction de son roman, l’auteur fait en sorte de rendre Greta coupable, d’insinuer le doute dans l’esprit du lecteur. Qu’a-t-elle fait ? Est-elle responsable de leur disparition ? Es-elle responsable de ce qui s’est passé dans son enfance ? Tout le laisse penser même les quelques rencontres qu’elle va faire dans sa quête de la vérité sur cette disparition et d’elle-même. Personnellement, je ne l’ai jamais jugée coupable de quoi que ce soit. Greta a été une enfant qui a vécu un drame, elle n’a pas reçu de soutien à ce moment-là, qu’il soit psychologique et familial. Elle a été heureuse quand elle a rencontré cet homme, Alex. Mais très vite, leur relation est devenue dure à cause de son emprise violente sur elle. Greta venait de prendre une décision. Mais arrive-t-on à partir lorsqu’un homme est manipulateur, dominateur ? Donc, Greta en est à un point où elle se sent épiée ? Est-ce que tout est réel ? Est-ce que tout se passe dans sa tête ? La frontière est bien mince lorsqu’un a un problème psychologique, une souffrance enterrée au plus profond de soi. Comment la vérité peut-elle émerger lorsque les évènements ont été enfouis au plus profond de soi.

L’auteur a choisi comme construction d’alterner le passé et le présent. Le passé de Greta enfant mais aussi avec sa relation avec Alex. D’ailleurs, ses deux passés, lointain et proche, sont également alternés. Des chapitres sont également en italique. A quoi et qui correspondent-ils ? La lumière sera faite vers la fin. Et ce sera comme une révélation pour cette personne, elle aussi manipulée.

L’auteur présente la mère de Greta comme une personnalité très forte, qui a également une forte emprise sur sa fille. C’est pour cela que cette dernière a plus ou moins coupé les ponts. Mais aussi parce que Greta n’a pas reçu le soutien qu’elle attendait d’elle, ni l’amour qui les liait avant le drame. D’ailleurs, je trouve que la partie de la révélation est un peu trop téléphonée. Greta semble pardonner trop facilement à sa mère.

J’ai passé un bon moment avec ce premier roman que j’ai lu très facilement et très rapidement car il ne se lâche pas.

Je remercie les Editions Presses de la Cité pour ce beau moment de lecture.

L’île des absents de Caroline Eriksson

Date de sortie : 7 juin 2018

Nb pages : 239 pages

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-258-13691-5

Publicités

Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood

Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood

Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood

Avis Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood

Elle disperse les cendres de sa soeur. Elle s’en veut car elle avait disparu et n’a pas su la protéger car une seule a survécu.

En avril 2015, Kate est en garde à vue. Elle est en proie à des hallucinations intérieures. Une psychologue de la police est en train de l’interroger mais elle ne veut pas trop en dire car elle sait que cela se retournera contre elle.

Résumé Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood

Je ne m’attendais pas à cette construction. Une partie est consacrée à Kate et l’autre à Sally. Elle démontre bien que les deux soeurs se sont complètement ratées, qu’elles n’ont pas su, pas pu, plutôt, conserver leurs âmes d’enfants et surtout leur connivence. Il faut dire que leur enfance n’a pas du tout été rose avec ce père violent et alcoolique. Tout commence par des obsèques, celles d’une femme. Sa soeur lui rend hommage. Au départ, on ne sait pas quelle femme est morte. Lors de l’histoire racontée par l’auteur, on pensera à une femme, puis ensuite à une autre. Mais telle est la magie des mots qui prend et qui nous bouscule.

J’étais partie presque sur un coup de coeur au départ pour finir, à l’arrivée, par un immense coup de coeur. Nous suivons l’histoire de Kate, grand reporter de guerre, qui revient sur les lieux de son enfance, dans la maison de sa mère, récemment décédée. Elle est accueillie par son beau-frère. Kate ne voulait pas revenir car elle a trop de mauvais souvenirs à cet endroit. Mais elle doit faire le deuil de sa mère car elle n’a pas assisté à ses obsèques. Cela fait quinze ans que Kate prend des somnifères et elle est sujette à des voix, des hallucinations. L’auteur coupe l’histoire de cette jeune femme par sa garde à vue où elle est interrogée par une psychiatre et ce qui lui est arrivée réellement, dans son enfance, au cours de sa vie et tout dernièrement car elle affirme avoir vu un petit garçon en danger. Mais personne ne la croit. Cette loi sur la santé mentale, en Angleterre, j’ai fait des recherches mais je n’ai rien trouvé. Je ne sais pas si elle existe, mais elle donne une sacrée dimension à ce roman. Kate est une femme qui a réussi mais qui a souffert. Il n’y a que sa mère qui a compté pour elle. L’auteur va nous révéler, petit à petit, de nombreux éléments avec de sacrés rebondissements.

Ensuite, il y a Sally, soeur de Kate, alcoolique notoire qui a eu une fille très jeune. Elle a été proche de sa soeur, puis ensuite jalouse car son père a distillé le poison qu’il fallait pour que les deux soeurs coupent les ponts. Sally s’est sentie rejetée par sa mère. Elle n’a eu aucune confiance en elle. Surtout que sa soeur a réussi et qu’elle n’est plus là pour l’aider.

Entre les deux soeurs, mon coeur balance. J’ai bien aimé les deux personnages. Si au départ, on prend fait et cause pour Kate car sa partie est plus importante, Sally est une jeune femme que l’on a envie d’aider. Mais elle se montrera très forte. Elle sait qu’elle a raté beaucoup de choses avec Kate, avec sa fille.

Les questions sont présentes tout le long du roman. L’auteur y répond au fur et à mesure. Que s’est-il passé à Alep, en Syrie ? Qui est Chris et que lui est-il arrivé ? Pourquoi Kate est si mal ? Pourquoi est-elle interrogée. Le dénouement ne m’a pas laissé sur ma faim. Le roman est un mélange de souffrances, de cris, de sang, de violences physiques et morales. J’ai vraiment été estomaquée par les découvertes faites par les deux soeurs, par les rebondissements qui permettent au roman de ne pas faiblir. Un très bon premier roman qui annonce de très grandes qualités pour la suite de l’oeuvre de l’auteur.

Je remercie Netgalley et les Editions Michel Lafon pour cette lecture.

Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood

Date de sortie : 8 février 2018

Nb pages : 366

Editeur : Michel Lafon

ISBN : 9782749934044

Coupée en deux de Charlotte Erlih

Coupée en deux de Charlotte Erlih

Coupée en deux de Charlotte Erlih

Résumé Coupée en deux de Charlotte Erlih

Camille est accompagnée de sa maman. Elles se rendent au tribunal.

Camille semble moins préoccupée que sa mère. Elles sont rejointes par le père.

Avis Coupée en deux de Charlotte Erlih

Un beau roman qui se lit très facilement, très rapidement. Le sujet concerne la prise de décision d’une jeune adolescente, scolarisée au collège qui peut voir un de ses rêves réalisé. Mais pas facile de choisir entre son père ou sa mère, couple de divorcés qui sont à couteaux tirés. L’un exerce de la pression, du chantage sur cette jeune fille. L’autre prendra une décision admirable pour le bien-être de sa fille.

L’auteur annonce de suite la couleur. Camille va au tribunal, accompagnée de sa mère. Son père va les rejoindre. Ils ont tous rendez-vous devant le juge. Petit à petit, l’auteur nous donne les informations quant à cette entrevue et pourquoi. Au départ, on pense au divorce, à la garde de Camille. Mais un élément va mettre le doute. L’auteur et donc Camille relatent la vie de cette jeune adolescente qui vit avec ses parents divorcés. Une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre. Le père a refait sa vie et a maintenant une autre petite fille. Camille semble avoir moins de complicité avec son père qu’avec sa mère. Cette dernière, sans que cela soit une relation fusionnelle, a vraiment un instinct maternel très développé. Camille est écartelée entre ces deux mondes, elle n’y trouve pas sa place. Pas facile de vivre chez l’un et ensuite chez l’autre, de dire au revoir à l’un et bonjour à l’autre. C’est une situation complexe qu’elle appréhende à chaque fois. En plus, malgré les nombreux contacts qu’elle a avec eux lorsqu’elle ne les voit pas, elle se sent comme une pièce rapportée dans la nouvelle vie de son père. Pourtant, tout semble se passer au mieux, malgré ce sentiment de rejet que le lecteur comprend tout à fait. Comme l’auteur l’écrit, ce sont deux mondes parallèles qui ne se rejoignent pas.

Camille prend enfin sa décision, comme la joueuse d’échecs qu’elle. Elle prouve sa grande maturité, une décision d’adulte. Car elle sait que la situation qu’elle vit ne durera que quelques années encore. Ensuite, elle sera libre et seule. Cette expérience permet, également, à Camille de grandir. Elle essaie de ne pas trop montrer de ses sentiments. Même si elle a droit à un avocat, ce sera elle qui parlera. Elle ne laisse le soin à personne de s’exprimer.

Avec des mots très simples, des descriptions réalistes des lieux, des personnes, l’auteur nous délivre un beau message d’espoir. Malgré un divorce, malgré des personnes qui ne s’entendent pas, l’un peut faire un pas gigantesque pour la réconciliation et pour le bonheur de son enfant. Chaque partie du livre est titrée avec des références aux échecs. Les mots de l’auteur sont forts en sensibilité, de sagesse.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior pour cette belle découverte.

Coupée en deux de Charlotte Erlih

Date de sortie : 3 janvier 2018

Nb pages : 96

Editeur : Actes Sud Junior

ISBN : 978-2-230-09236-8

Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

tous les livres sur Babelio.com

Avis Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

Je ne suis pas habituée des romans qui se passent au Moyen-Orient. J’ai dû en lire moins de cinq. S’ils ont été lus, c’est parce que l’occasion s’est présentée et qu’ils m’ont été envoyés dans le cadre de partenariats. Je n’ai jamais eu de soucis avec les auteurs et les histoires lus. Mais, j’en ai tellement dans ma PAL que ces romans ne sont pas mon domaine de prédilection. J’ai eu la chance d’être sélectionnée dans le cadre de Masse Critique de Babelio et j’ai reçu ce roman. Je ne regrette pas ma demande. Si je ne suis pas une habituée de ces romans, ces pays ne m’attirent pas particulièrement. N’y voyez aucun racisme de ma part. Pourtant, cette histoire me fait voir l’Egypte et ses habitants autrement. Je n’ai aucune idée préconçue sur les Musulmans, j’ai vécu à côté d’eux. Je les respecte comme ils me respectent. Même si je ne suis absolument pas croyante, leur religion ne me laisse pas indifférente, surtout lorsqu’elle n’est pas interprétée. Comme dans toute religion, il y a du bon et du mauvais. Mais ici, en définitive, il n’est pratiquement pas question, de religion.

J’ai été surprise par cette histoire et ces personnages qui se déroule sur trois générations. Trois générations de femmes, mais pas que. Il y a des hommes aussi. Sont-ils manipulés par les femmes ? Elles sont fortes, incroyablement fortes avec la première Injy, Egyptienne mais qui a vécu en Arabie Saoudite et qui est diplômée. Elle va rencontrer un lointain cousin. Sans trop y toucher, ils vont tomber amoureux. Leur fuite, après l’assassinat d’un homme, dans un quartier d’Alexandrie, ne leur permettra jamais de revenir. Injy, avec ses paroles, ses non-dits également, entraîne Ali pour qu’au fur et à mesure il venge la mort de son père. Entre assassinats, pouvoir, Inji et Ali vont devenir les maîtres, les héros de Karantina, un quartier où ils vont s’installer. Le lecteur suit donc Injy, Ali, leurs amis d’un jour et ennemis d’un autre jour. Alexandrie et ce quartier de Karantina verront des luttes, des meurtres et ce n’est pas fini avec les générations qui arrivent, soit Hamada, le fils d’Injy et Ali et ensuite leurs petites filles. Ce sont donc deux familles qui vont tenter d’évincer l’autre.

Ce que j’aime bien avec cet auteur est qu’il annonce des faits, des vérités mais aussi des contre-vérités car rien n’est simple dans la vie. Un jour, tout peut être conforme à ce que l’on attend et un autre jour, ce sera le contraire. Cette étude de la société égyptienne et surtout celle d’Alexandrie démontre cette lutte de pouvoirs, cette lutte contre le pouvoir qui ne peut ou ne veut rien faire, à cause des pots de vin. Lutte contre le fondamentalisme, contre le régime et contre la morale égyptienne. Car oui, Inji et Ali, sous couvert d’un café, de donner des cours, ont ouvert un endroit où ils ont embauché des prostituées. Les dialogues sont riches, ils peuvent faire sourire. Ils ne prennent pas de gants lorsqu’ils parlent. L’auteur prend le lecteur à témoin et préfère raconter l’histoire, avec  des rappels du passé, avant que quelqu’un d’autre ne le fasse.

Immoralité, rumeurs, héroïsme, Histoire également avec ces légendes. J’ai trouvé ces personnages assez libérés ce à quoi je ne m’attendais pas, en définitive. Ce qui veut dire que nous sommes, quand même, conditionnés, par ce que l’on peut entendre à la télévision ou dans les journaux. J’ai juste un petit reproche à faire à l’auteur, mais ce n’est rien de grave. Oui, les jumelles sont bien deux. Il n’était pas nécessaire d’écrire et répéter les deux jumelles.

Lu dans le cadre de masse critique Babelio avec Actes Sud que je remercie.

Résumé Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

2064 restera l’année la plus cruelle de l’histoire d’Alexandrie. Un chien meurt alors que sa femelle le cherche.

Beaucoup plus tôt, Ali, tient un magasin de vêtements avec son frère. Il rencontre Injy, qui se révèle être une lointaine cousine. Elle va l’amener à tomber amoureux d’elle.

Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

Date de sortie : 6 septembre 2017

Nb pages : 447

Editeur : Actes Sud

ISBN : 978-2-330-08184-3

La débauche d’Esparbec

La débauche Esparbec

La débauche Esparbec

Avis La débauche d’Esparbec

Tout est dans le titre d’Esparbec. La Débauche raconte au lecteur comment Esparbec, qui publie une sorte d’autobiographie consacrée à sa rencontre avec ce que peuvent être les relations sexuelles hard. Il a 17 ans et a été exclu de son lycée. Il se retrouve chez son frère, marié à Armande. En effet, ses parents qui l’ont eu sur le tard, ne veulent plus s’occuper de lui. L’exclusion de l’internat catholique ne correspond pas à leur vie très cloisonnée.

Esparbec a donc été un enfant qui n’a pas rencontré d’amour au sein de sa famille. Il se révolte contre cette société trop engoncée dans ses us et coutumes. La rencontre avec Armande lui ouvrira de très nombreuses possibilités en matière de sexe violent. En effet, dans ce qu’il raconte, il n’y a rien d’érotique. Hommes ou femmes sont tels des animaux. Mais n’est-ce pas le propre de l’être humain de se comporter de cette façon quand toutes les portes sont fermées ? On peut aimer le sexe, se faire plaisir ou faire plaisir avec diverses pratiques mais ne pas en être addict ou aimer l’amour vache, sale. Cela ne correspond pas trop à mes aspirations.

Esparbec ne se donne aucune excuse. Il nous relate sa rencontre avec ce type de relations où il n’y a aucun respect envers les hommes et les femmes. Cela peut, des fois, ressembler à des viols. Chaque être humain s’accomode de ses premières expériences, lesquelles peuvent influencer l’avenir. Esparbec dresse un portrait peu flatteur d’Armande, de son frère et de ceux qui gravitent autour. Pas étonnant qu’il la déteste. Il existe une violence physique mais aussi morale. Chacun semble, à un moment donné, y avoir trouvé son compte. Est-ce que cela veut dire qu’une éducation trop dure, trop basée sur la religion, entraîne certaines personnes à vouloir s’en détacher de façon aussi radicale ?

Je remercie les Editions La Musardine pour l’envoi.

Résumé La débauche d’Esparbec

Gérard a 17 ans. Il a été renvoyé de son internat.

Il arrive chez son frère et sa belle-soeur, Armande. Elle se révèle froide mais va très vite révéler son vrai visage à Gérard.

La débauche d’Esparbec

date de sortie : 19 janvier 2017

Editeur : La Musardine

Isbn : 978-2-84271-807-7

Nombre de pages : 521

Un coeur sombre R J Ellory

Un coeur sombre de R.J. Ellory

Un coeur sombre de R.J. Ellory

Avis Un coeur sombre R J Ellory

Voilà, j’ai fini le dernier Ellory et je n’ai plus rien à lire de cet auteur. Il va falloir attendre de nombreux mois avant de se plonger dans une nouvelle histoire. J’espère qu’il viendra en dédicaces à Marseille. Si ce n’est pas le cas, heureusement qu’il est actif sur les réseaux sociaux. Après cette entrée en matière, je vais me pencher sur Un coeur sombre et son personnage Vincent Madigan. Malgré les faits, la vie de Vincent, R J Ellory est très fort, comme à son habitude, car j’ai profondément aimé Vincent, je me suis attachée à lui. Personnellement, il me suffit d’une rencontre pour savoir à qui j’ai affaire et je ne me suis jamais trompée. Mais j’ai un petit côté qui revient toujours, à savoir qu’il peut toujours y avoir quelques chose de bon, même si c’est enfoui, en quelqu’un. Et c’est ce que j’ai trouvé chez Vincent. Pour moi ce n’est pas un mauvais bougre, il a fait ses choix de vie et ils sont ce qu’ils sont. Il oscille énormément entre culpabilité, sa peur, le fait de jouer sur plusieurs tableaux. Il pense énormément à ses enfants, ses ex-femmes et surtout sa fille aînée qui va fêter ses 18 ans. Le fait qu’il y ait cette petite fille à l’hôpital, qu’il va secourir la mère, Isabella, le plongent dans un dilemme qui semble insoluble. Peut-il y avoir rédemption ? Cet homme n’a pas eu ce qu’il voulait de par son métier. Il a été désabusé par le système. Est-ce ça qui l’a changé du tout au tout ? Pourtant, Vincent semble un bon enquêteur. Mais il fait à chaque fois les mauvais choix. Son coeur est devenu noir. Seule Isabella, jusqu’à ce qu’elle apprenne la vérité, semble avoir compris le personnage. Et c’est ce que j’ai ressenti également. Il oscille entre la dureté et ce qu’il a au fond de son coeur.

Comme à son habitude, Ellory fait souffler le chaud et le froid. Oui, son personnage sait comment il est, ce qu’il fait. D’ailleurs, il ne se donne aucune excuse. Il veut tenter de s’en sortir et il imagine des plans. Mais d’un autre côté, à quoi cela va-t-il servir ? Il ne veut pas mourir mais il sait que cela ne sera pas facile de rester en vie. Le lecteur se doute très bien de la fin. J’ai tout de même eu envie qu’il se passe autre chose. Cela a failli mais Ellory sait comment nous amener jusqu’au bout. Au dernier mot du roman, mon seul mot a été « merde ». Je suis désolée. J’ai été tellement prise par ce que je lisais que je n’ai pas pu m’en empêcher. Plus de 550 pages de pur bonheur car Ellory sait donner dans le psychologique. Il a fait mieux, je dois dire. Mais l’histoire, ici, est tellement différente de ce qu’il a pu écrire que l’action et le psychologique sont étroitement mêlés.

Ne nous attachons pas qu’au psychologique car il y a de l’action dans ce roman. Après ce vol et ces assassinats, que va-t-il se passer ? Entre les affaires internes, un homme qui fait régner la terreur dans de nombreux quartiers, les assassinats, ceux qui doivent de l’argent, Vincent va jongler seul et contre tous pour tenter de s’en sortir.

Ce que j’aime avec Ellory, c’est qu’il entraîne son lecteur là où il veut et ce dès le départ car de nombreux éléments m’ont surpris. Je dois être un très bon public pour ça. Le style d’Ellory est là. L’espoir est contrebalancé par le négatif, soit la vie elle-même en définitive. Avec lui, il existe plusieurs alternatives. Et chaque fin de roman change pour mieux nous éblouir et ne pas rester dans le même style de fin.

Résumé Un coeur sombre R J Ellory

Vincent Madigan est un homme violent lorsqu’il ingurgite ses cocktails d’alcool et de médicaments. Il a été marié deux fois et a quatre enfants. Il se sert de trois délinquants pour commettre un vol dans une maison. Il doit payer une dette.

Mais tout ne se déroule pas comme prévu. Un de ses comparses lui annonce qu’il sait qui il est. Vincent préfère les tuer tous.

Un coeur sombre R J Ellory

date de sortie : octobre 2016

Editeur : Sonatine Editionsson

Isbn : 978-2-35584-312-9

Nombre de pages : 560

Papillon de nuit de R J Ellory

Papillon de nuit R J Ellory

Papillon de nuit R J Ellory

Avis sur Papillon de nuit de R J Ellory

C’est le tout premier de R J Ellory et le dernier pour moi car j’ai lu tous ses livres. Vite, vite, une nouvelle publication ! Pour un premier roman, ce roman est très abouti. Il donnait le ton aux suivants avec ses dimensions psychologiques propres à l’auteur et surtout une très grande maîtrise des sujets abordés. Comme toujours, nous sommes aux Etats-Unis. Ellory a travaillé cette partie de l’histoire américaine, les années 60 avec les différents gouvernements, la haine raciale qui malheureusement perdure comme nous pouvons nous en rendre compte. Haine envers les Noirs mais maintenant haine envers les homosexuels. Sujet non traité dans ce roman. Ellory nous fait part également de tous les complots, toutes ces hypothèses de complots qui émaillent l’histoire des Etats-Unis.

Pour tout dire, je me fais avoir à chaque fois avec R J Ellory et son personnage principal. La situation dans laquelle il est plongé et le dénouement semblent courus d’avance. Mais je ne vais rien dévoiler, je vais vous laisser découvrir ce qui va se passer. Cela tient en peu de pages mais elles sont intenses. Comme toutes les autres d’ailleurs puisqu’elle nous explique comment Daniel en est arrivé là, en prison et dans le couloir de la mort puisqu’il attend son exécution. Outre le dénouement, il est important également de connaître l’état d’esprit de Daniel lorsqu’il apprend le jour de son exécution et qu’il est transféré dans la pièce où le condamné à mort ne vit qu’une semaine.

En prison, pour conjurer la peur, pour ne pas y penser, Daniel repense à sa vie et à son amitié avec Nathan. Un garçon blanc et un garçon à la peau noire, les meilleurs amis au monde, plus que deux frères. Ils vivent une enfance et une adolescence insouciantes. Dans cette petite ville des Etats-Unis, même s’ils sont au courant de ce qui se passe dans le reste du pays, il semble que rien ne les atteint. Jusqu’à cette mobilisation qui plane au-dessus de leurs têtes. Nathan a le pouvoir de convaincre n’importe qui et en particulier Daniel. Nathan pense toujours aux autres au contraire de Daniel. Tous les deux sont très différents mais complémentaires. Même si Nathan ne semble pas tenir compte de l’avis de son ami, il arrive à s’y ranger. Quand l’un part, l’autre le suit même s’il ne prend pas vraiment la décision.

Jusqu’à la fin, nous avons cette attente lancinante, émaillée de la confession de Daniel et de quelques éléments qui se passent en prison. Cela montre la vie très dure qu’ils mènent. Heureusement que certains gardiens montrent un tant soit peu d’humanité. Tout est très émouvant, surtout pour Daniel. Il avance sans pleurs. La torture mentale et la méchanceté sont bien présentes. Ellory nous décrit très bien l’univers carcéral avec cette odeur, cette peur toujours présente. L’espoir des appels oscille avec les rejets. Ces hommes qui ont tué veulent mourir.

Résumé sur Papillon de nuit de R J Ellory

Daniel a été condamné à mort pour la mort de son ami. Il est dans le couloir de la mort et il attend la date de son exécution.

Afin d’éviter la peur, de pleurer, il se remémore tous les instants de sa vie et notamment ceux passés avec Nathan.

Papillon de nuit de R J Ellory

date de sortie : juin 2015

Editeur : Sonatine

Isbn : 978-2-35584-295-5

Nombre de pages : 517