Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier

tous les livres sur Babelio.com

Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier, présentation de l’éditeur

Abandonnées dès leur naissance, les jumelles Grenier sont restées à la crèche plus de deux ans sans que personne les adopte ? jusqu’à ce qu’un couple décide de les accueillir. L’histoire aurait pu se terminer là et avoir une fin heureuse, mais ce fut loin d’être le cas… Dans cette maison, les fillettes ont été martyrisées, physiquement et sexuellement, et confinées dans le noir le plus complet, dans de minuscules couchettes. Durant des années, elles ont vécu dans un climat de terreur perpétuel. Pourquoi les Services sociaux ne sont-ils pas intervenus plus tôt ? Encore aujourd’hui, la question se pose ? Cinquante ans plus tard, les deux femmes témoignent du véritable enfer auquel elles ont survécu, avec une résilience hors du commun et la volonté de changer la société dans laquelle on vit. L’histoire des jumelles Grenier est véridique et appuyée par des faits notés dans les rapports officiels des Services sociaux, entre 1967 et 1973. Elles ont choisi de rompre le silence pour se libérer enfin de ce boulet qu’elles traînent depuis trop longtemps, mais, surtout, pour éviter que ce qu’elles ont subi se répète, dans l’espoir d’un monde plus humain. Tous connaissent Aurore l’enfant martyre, cependant personne ne veut croire que de tels drames se produisent encore. Ce livre est le vibrant témoignage d’une enfance brisée. Un cri du coeur qui nous bouleverse et nous laisse sans mots.

Avis Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier

Autobiographie de jumelles qui ont été abandonnées à la naissance par leur mère et qui ont été élevées par l’Etat, placées dans des familles dans le but d’une adoption.

Premier placement à l’âge de deux ans et plus. C’est déjà un âge important pour trouver une famille d’adoption. Ces jumelles avaient un caractère différent mais elles recherchaient avant tout de l’affection que l’orphelinat n’a pu donner. Elles sont parties dans cette famille et là, pendant de nombreuses années elles ont vécu les plus grands sévices. Violences sexuelles, violences physiques et psychiques. Comment se construire quand on est un enfant face à tout ça ?

Face à l’introduction, je pensais que j’aurais été plus choquée par ce qui est arrivé à ces jumelles ? Je pensais que j’aurais eu les larmes aux yeux en lisant l’indicible, en lisant toutes ces violences. Alors, même si je ne supporte pas que l’on fasse du mal aux plus faibles, même si je me range de leur côté, je n’ai pas eu les larmes qui sont montées aux yeux. Car il n’y a pas que cela, ces violences dans cette autobiographie. Les jumelles racontent également les différents épisodes de leur vie lorsqu’enfin, elles ont été sorties de ce foyer, qu’elles ont été chez une autre personne et lorsqu’elles ont été adoptées.

Cette violence a fait qu’elles se sont trouvées rabaissées. Elles n’avaient plus confiance en elle et surtout elles n’avaient plus confiance dans les autres. Elles croyaient que ce qu’elles vivaient était le lot de tous les enfants. La porte de salut a été, en partie, leur scolarisation. Mais là aussi, endoctrinées par leur bourreau, elles n’ont rien dit. Elles étaient également une véritable manne financière.

Dans cette autobiographie, elles dénoncent les services sociaux qui n’ont pas fait leur travail. Elles veulent démontrer qu’il faut que les gens réagissent lorsque les plus faibles sont en situation de danger, que la personne connaît cette situation de danger. Il faut que cela soit dénoncé. Dénoncé, oui, tout à fait d’accord. Mais en face, est-ce qu’il y a du répondant ? Pas toujours. Que ce soit dans leur pays ou en France, ou partout ailleurs, ce n’est pas toujours évident aux services sociaux, à l’Etat de réagir lorsqu’une personne est en danger.

Cette autobiographie démontre qu’elles ont pu s’en sortir. Comment ? Elles ne peuvent l’expliquer. Peut-être parce qu’elles étaient deux et qu’elles se sont épaulées, soutenues et malgré les drames elles savaient qu’elles pouvaient compter l’une sur l’autre, malgré leurs différences de caractère.

En fin de livre, certains rapports des services sociaux et aussi un écrit de leur part envers celle qui les a mises au monde. Cela a servi, tout de même, à quelque chose, d’écrire, de mettre les mots sur les maux. Cela a permis d’avancer.

Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier

Date de sortie : 3 octobre 2018

Editeur : Editions de Mortague

Nombre de pages : 269

ISBN : 978-2-89662-893-3

Le Temple noir de Giacometti et Ravenne

Le temple noir de Giacometti et Ravenne - Editions Pocket

Le temple noir de Giacometti et Ravenne – Editions Pocket

Le Temple noir de Giacometti et Ravenne, présentation

Sacré Coeur, l’abbé ne pense pas qu’il faut autant de temps pour effectuer des travaux de réhabilitation. Il veut en avoir le coeur net. Il décide de s’introduire dans son église et ce qu’il trouve n’est pas fait pour le rassurer et surtout le conforte dans son opinion. Le Sacré Coeur est en travaux, certes, mais pas de réhabilitation.

Après avoir trouvé le trésor, Antoine est parti en vacances avec Gabrielle. Il est heureux et amoureux. Mais, voilà, il va devoir très vite rentrer à Paris.

Avis Le Temple noir de Giacometti et Ravenne

Et un nouveau Marcas de fini. J’avance, j’avance dans ma série et j’en suis bien contente. Maintenant, à savoir si je vais relire Le Règne des Illuminati ou pas. Je pense puisque je voulais connaître l’évolution des personnages. Avec ce roman, la suite du Septième Templier. Alors si je me suis bien ennuyée sur le précédent, ne l’ayant pas trouvé réellement au top, celui-là, je dois dire, relève vraiment le niveau. Toujours une mention spéciale qui donnent très explications très instructives en fin de roman. Explication au début de roman pour lire ce roman. Il y a en trois. Je n’y aurais pas pensé. Lire la partie historique, d’une traite, lire la partie actuelle d’une traite ou laisser filer les pages. Depuis les débuts d’Antoine Marcas, je privilégie celle-ci. Pour moi, tout est lié, que ce soit ce qui se passe de nos jours ou en 1232, dans ce roman.

Dans Le Temple noir, Antoine Marcas est bien revenu. Il est amoureux de Gabrielle, il est en congés et passe du bon temps en vacances. Mais on le rappelle très vite car après la découverte d’un fabuleux trésor au Sacré Coeur, un homme est encore mort, un homme d’église. Il est sommé de rentrer à Paris. Et très vite, Antoine Marcas va mener l’enquête. Il va très vite découvrir qu’il va être mis en présence, de nouveau, avec la Louve, femme qu’il hait au plus haut point. Et Antoine devra partir à Londres, car c’est là que l’enquête le mène et notamment chez les franc-maçons anglais. Si Antoine découvre des trésors, il est, comme toujours, celui à abattre, celui dont on se sert pour avoir des informations. En plus, la femme qu’il aime est enlevée. Bien entendu, ceux qui lui en veulent, tapent là où ça fait mal.

Pour la période actuelle, Le Temple noir se déroule au moment où vont s’ouvrir les JO de Londres. Et celui qui veut le pouvoir sur le monde a pratiquement trouvé comment devenir le maître du monde. Il élimine au fur et à mesure ses adversaires. Et même s’il arrive à trouver la clé des énigmes, aidé en cela par un chercheur ou par Antoine, il doit être absolument arrêté. Et pour cela, c’est le compte à rebours.

Pour la grosse partie londonienne, c’est une véritable visite de la capitale, siège de la franc-maçonnerie britannique avec ses nombreux symboles, ses personnages qui ont oeuvré pour la franc-maçonnerie et une certaine transparence qu’il n’y a pas en France. Mais la franc-maçonnerie souffre de ragots, d’informations distillées de complots… Certaines personnes s’y engouffrent sans problème. Et ce fameux trésor des Templiers, a-t-il été réellement découvert ? Lui aussi, tout comme ces Templiers, sont l’objet de spéculations, encore et toujours, même de nos jours.

La partie historique leur est, en partie, consacrée. Tout commence avec Roncelin qui fait partie d’une bande de pillards qui tue et vole sans vergogne. Ils sont assez bien préparés. Et leur dernier coup d’éclat semble bien fonctionner. Mais voilà, un homme au sein de l’Eglise, le Légat du pape, va mener une action d’envergure. Se faire délivrer cette somme et Roncelin se trouve emprisonné. Si personne ne connaissait ce dont étaient capables l’Eglise, des pillards et autres en matière de tortures humaines, le lecteur sera servi, ici. Roncelin, emprisonné, torturé, veut absolument en finir. Mais son compagnon de cellule va, en quelque sorte, le révéler à lui-même. Cet homme emprisonné est Juif et il détient, grâce à ses recherches, un secret. Les Templiers vont faire, en sorte, de le libérer. Mais bien entendu, cela ne se passe pas comme prévu. Roncelin va devoir gagner la confiance des uns et des autres, et franchement je ne m’attendais pas à un tel destin pour cet homme.

Les Juifs ont toujours été les hommes à abattre et cela continue encore. Pas étonnant que le monde soit toujours en guerre, les années précédentes et il y a bien longtemps montrent que tout est un éternel recommencement pour des jeux de pouvoirs, des trésors à trouver… Les populations, quelles qu’elles soient, ont souffert, sont mortes et cela continue encore et encore. Et l’Eglise dans tout ça. Elle n’a jamais le beau rôle et cela se voit, ici, encore.

Comment travaillent Eric Giacometti et Jacques Ravenne ? Comment se partagent-ils le travail ? J’aimerais, un jour, avoir une réponse à cette question, que je me pose depuis les débuts. J’espère avoir, un jour, l’occasion de les rencontrer, ensemble, ou l’un ou l’autre afin de leur poser la question.

En tous les cas, encore une fois, grâce à eux, j’ai énormément appris sur des parties historiques, très intéressantes, mais on le sait romancées. Je pense que je continuerai à lire les 2-3 Antoine Marcas qui me restent en laissant filer les pages. J’aime bien passer d’une époque à l’autre, même si j’ai un peu perdu le fil une ou deux fois.

Le Temple noir de Giacometti et Ravenne

Date de sortie : 13 juin 2013

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 730

ISBN : 978-2-266-24150-2

Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

 

Le journal de Claire Cassidy d'Elly Griffiths

Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

Présentation Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

Voyage dans un train, une histoire vraie est racontée. Ils semblent être seuls dans ce wagon. 

Claire est professeur, elle écrit la biographie d’un auteur, Holland. On lui apprend l’assassinat de son amie, collègue, Ella.

Avis Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

Dans ce roman, très long, trop long à se mettre en place, est-ce dû au fait que ce soit un journal et qu’il soit raconté comme un journal ?, les trois personnages principaux féminins alternent. En premier, Claire, qui tient un journal. En second, Harbinder, qui s’occupe de l’enquête de police. Et pour finir, Georgie-Georgia, la fille de Claire. Pourquoi un e ou un a qui alternent selon les moments ? Fautes de traduction, d’impression ?

Claire est professeur d’anglais. Elle est divorcée et a une fille adolescente. Elle travaille dans une école où a vécu un écrivain qu’elle adore. D’ailleurs, elle a le projet d’écrire un livre sur lui.

Harbinder travaille dans la police. Elle a 35 ans, vit toujours chez ses parents. Elle est sikh et homosexuelle. Lorsqu’elle sera appelée sur les lieux du crime, ce sera à son ancienne école, où plane toujours l’aura de l’ancien maître des lieux et des histoires de fantômes qui ont perduré à cause de morts violentes.

Georgie est la fille de Claire. Elle vit chez sa mère et va, un week-end sur deux, chez son père à Londres, remarié et avec deux enfants en bas âge. Elle trompe bien son monde en laissant voir, sans détromper les adultes, qu’elle est comme tous les adolescents de son âge, accro à son portable, les réseaux sociaux… En plus, elle a un petit ami qui ne plait pas à ses parents, car il est déjà adulte. Les parents ont de mauvaises relations. Le père veut s’immiscer dans la vie de sa fille et la coupable, toute trouvée, est bien entendu Claire car elle ne sait pas élever leur fille.

Tout va changer lorsque la meilleure amie de Claire, Ella, professeur d’anglais, comme elle, est assassinée. Très vite, Claire sera interrogée par la police puisqu’elle avait des liens très forts avec Ella. Et comme bien souvent, le meurtrier fait partie de l’entourage, immédiat de la victime. Qui peut-il être ? Un ancien amant ? Interrogée, Claire ne dira pas tout. Car dans cette petite communauté de professeurs, il s’en passe des choses, des jalousies, des liaisons, du harcèlement. Lors de son premier interrogatoire, Claire ne fait pas bonne impression à Harbinder, car trop propre sur elle et franchement différente. Mais qu’est-ce qui va les rapprocher ? Un deuxième meurtre ou autre chose de plus personnel et qui concerne Claire ? En filigrane, les écrits de cet auteur, très peu lu, qui a habité cette école et qui sont rapportés tout le long du roman. Surtout que certaines de ses phrases se retrouvent dans des endroits qui devraient être cachés, près des corps des victimes.

Au final, j’ai lu ce roman sans réel plaisir, ni déplaisir, je suis entrée dans l’histoire mais elle ne me laissera pas de souvenirs impérissables. Je n’ai trouvé aucun rebondissement notoire, même si l’auteur nous présente, au fil des pages, tous les protagonistes du roman comme des suspects, face à ces trois meurtres. Même le dénouement n’est pas forcément haletant. Oui, cela se passe comme ça, le coupable est trouvé. Et alors ? Rien de plus à se mettre sous la dent. Des clichés, trop de clichés qui ne rendent pas les personnages antipathiques, ni très sympathiques non plus. Je ne me suis identifiée à aucun des trois personnages, ni pris fait et cause pour elles. Réellement dommage. La fin, une répétition de ce qui se passe au cours du roman lorsque un auteur raconte son histoire, dans un train, clôt ce livre avec bien entendu un dénouement, mais qui sert à quoi ? Deux histoires en une ? Bien entendu, il y a un élément qui pourrait faire froid dans le dos. Mais pour moi, cela n’a pas été le cas. Malgré tout, il n’y a aucun temps mort qui permettrait de laisser tomber le livre. Je n’ai trouvé aucune dimension psychologique également.

Par contre, j’ai beaucoup aimé le rôle d’Herbert, le chien, un animal aimé par Claire, Georgie et par ricochet, Hardibert.

Je remercie Netgalley et les Editions Hugo Thriller pour cette lecture.

Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

Date de sortie : 2 janvier 2020

Editeur : Hugo Thriller

Nombre de pages : 370

ISBN : 9782755649543

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel - Editions Belfond

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel – Editions Belfond

Présentation Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

C’est l’effervescence dans ce commissariat. Tout le monde est aux aguets, tout le monde est aux abois. Un drame a eu lieu, mais quoi, que s’est-il passé ?

Le commandant a été arrêté ainsi qu’un lieutenant. Ils doivent être interrogés, séparément, sur ce drame qui s’est produit. Leur histoire va-t-elle concorder ? Y aura-t-il des failles ? Une longue nuit s’annonce où ils vont se mettre à nu.

Avis Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Karine Giebel a gagné son tour de force. Ne pas me faire détester Richard. Pourtant, ce n’était pas gagné, au départ. Mais au fur et à mesure des pages, je me suis retrouvée comme celui qui l’interrogeait, gagnée par le dégoût de ce qu’il a fait subir à Laëtitia mais aussi par l’envie de comprendre cet homme, comment cet amour l’a fait basculer. En ces temps où les hommes qui abusent de leurs forces, de leur autorité pour obtenir ce qu’ils veulent sexuellement, Karine Giebel nous démontre, par la force des mots, lors de cet interrogatoire de Richard et Laëtitia, que l’amour recouvre différentes formes. Richard sait dès le départ, de cet interrogatoire, qu’il a tout perdu.

J’ai été plus éloignée de Laëtitia au départ. Mais pareil au fil des pages, j’ai été plus que touchée par sa souffrance, par toute la perte qu’elle subit à cause d’un homme même si c’était entre dégoût mais aussi plaisir. Je comprends cette haine farouche, qu’elle veuille le faire payer.

Les deux officiers qui interrogent Richard et Laëtitia vont, avec cette histoire, en apprendre beaucoup sur eux-mêmes car la vie de leurs suspects est mise à nu, ils racontent tout. Ils vont laisser dérouler l’histoire, sans poser trop de questions. Ils seront assez proches des suspects, n’hésitant pas, toutefois, à les remettre dans le droit chemin quand cela est nécessaire. Ils ne sont pas là pour juger mais savoir si Richard et Laëtitia racontent la même histoire.

Ce que j’ai fait de toi est profondément addictif. J’ai avalé les pages pour connaître tout ce que Richard et Laëtitia avaient à raconter, pour savoir pour quelle raison ils se sont retrouvés à être interrogés. Et encore une fois, même si je savais que les héros de Karine Giebel ne s’en sortent pratiquement jamais, j’ai été scotchée par la fin, encore une fois très bien trouvée et par ce qu’elle nous apporte comme réponse. Car est-ce qu’il y a bien une réponse ? L’amour que Richard a éprouvé pour Laëtitia lui a tout fait perdre. Il a perdu son sang-froid, sa faculté de réflexion, sa famille. Il a été violent, surtout envers elle, il n’a pas voulu l’écouter, ni écouter qui que ce soit. Quant à Laëtitia, a-t-elle joué un double jeu ? Dans toutes ces pages, on a pu ressentir, sa souffrance, sa peur extrême, son envie de se venger, de le voir mort. Mais le lecteur a pu ressentir l’amour qu’elle pouvait porter à cet homme. Un amour teinté, en premier de grande admiration, un amour teinté de haine farouche. Et tout cela avec une grande lucidité quand même. Jamais ils ne pourront pas être heureux. Richard voulait lui faire de mal si elle n’était pas à lui. Il a abusé d’elle, de son pouvoir, de la confiance que les autres éprouvaient pour lui. Il voulait lui faire du mal lorsqu’elle l’a repoussé. Laëtitia voulait lui faire du mal car à cause de lui, elle a perdu ce qui comptait le plus pour elle. Auraient-ils pu être heureux ? Un tel amour est comme une drogue. Richard avait besoin d’elle à chaque instant. Il avait besoin qu’elle l’aime comme lui l’aimait. Mais cet amour a fait peur à Laëtitia. Le geste ultime de Richard envers Laetitia, lorsqu’ils se retrouvent face à face, est une dernière preuve d’amour. Mais amène-t-elle quelque chose de bon pour l’un et l’autre?

Ce roman est fort, grandiose. Il ferait un très bon film, même si je pense que je ne le regarderai pas car j’étais avec eux, j’étais eux également. Je me suis fait mes images, j’ai leurs voix, j’ai leurs corps face à moi, dans ma tête. Je les ai imaginés. J’ai également visualisé toutes les images de ce roman choc, hautement psychologique. Karine Giebel ne s’embarrasse pas de fioritures, elle raconte les faits bruts. Il y a de la magie dans ces mots, il y a de la poésie également. Je ne veux pas trop en dévoiler, je ne sais pas trop comment présenter ce roman. Des fois, quand on aime trop, on ne sait pas en parler, écrire. Mais je sors bousculée, littéralement accro, encore une fois, de Karine Giebel. Je ne sais pas si quelqu’un a déjà expérimenté le genre d’amour éprouvé par Richard envers Laëtitia, mais ce que je sais, c’est qu’un rien peut faire basculer une personne. J’ai fait un parallèle entre ce roman et une histoire qui a défrayé l’actualité, il y a quelques années et qui défraye encore l’actualité. Je ne nommerai pas les personnes, mais peut-être que certains lecteurs y penseront.

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Date de sortie : 21 novembre 2019

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 551

ISBN : 978-2-7144-8196-2

Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien

Les cicatrices de la nuit d'Alexandre Galien - Editions Fayard

Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien – Editions Fayard

Présentation Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien

Il court, il court pour tenter d’empêcher un meurtre. Arrivera-t-il à temps ? Laissera-t-il vivre l’assassin ou le tuera-t-il ce qui fera que sa carrière sera entachée d’un meurtre ?

Philippe est policier. Il a la cinquantaine. Il travaillait toutes les nuits à Paris. Mais, à sa demande, il intègre un autre service où il aura une nouvelle équipe et faire ses preuves.

Avis Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien

Lorsque je suis allée au Festival du Livre de Marseille, début décembre, c’était pour rencontrer mes auteurs favoris. En lisant le programme, Alexandre Galien était annoncé. Ce qui m’a plu a surtout été, moi amatrice de policiers, est le fait que son roman a été primé Prix du Quai des Orfèvres 2020. Ce prix est un gage de qualité. Après avoir tourné et attendu, j’ai pu rencontrer Alexandre Galien avec qui j’ai discuté un peu. Il m’en a dit un peu plus sur lui et son roman. Dédicace faite, quelques semaines plus tard, je me plonge dans Les cicatrices de la nuit.

Ce roman est le policier classique français par excellence. Le 36 Quai des Orfèvres n’est plus, il a déménagé mais toujours au 36. Les vieux de la vieille côtoient les plus jeunes. Philippe a passé pratiquement toute sa carrière de policier à arpenter les rues de Paris, mais surtout la nuit. Il a changé d’affectation pour plaire à sa compagne Elodie qui souhaite le voir plus souvent et avoir un enfant. Philippe est donc un bleu lorsqu’il intègre cette nouvelle équipe. Malgré son grade, il sait qu’il a tout à apprendre, à réapprendre. Et pas question de guéguerre interne. Il sait manager ses hommes et femmes et les mettra en avant lorsqu’il le faudra. Mais qu’est-ce que Philippe a à cacher, comme tous ceux qu’il côtoie dans son équipe ?

Philippe est vite plongé dans l’horreur avec le cadavre de cette jeune fille atrocement mutilée. Et cette jeune fille, il la connaît, elle faisait partie de ses indics lorsqu’il s’occupait des nuits parisiennes. Un premier cadavre, puis deux. Il faut arrêter celui qui comment ces crimes avant qu’il ne devienne un serial killer.

Avec son équipe, il va avancer dans son enquête, se tromper, mais aussi collaborer avec d’autres services pour enfin arriver à connaître cet homme qui tue des femmes. Surtout que pour la future dernière victime, j’ai su pratiquement dès le départ qui elle serait.

Le métier de policier n’est pas facile, dans n’importe quel service. Philippe en est la preuve. Heures de nuit pour échapper à sa propre vie, fatigue continuelle pour traquer un meurtrier car le temps presse, même si les instances supérieures peuvent aider. Alexandre Galien nous décrit toutes ces nouvelles techniques qui permettent aux enquêteurs d’avancer mais c’est un véritable travail de fourmi pour tout recouper, comme les écoutes téléphoniques, les ordinateurs et autres, savoir où peut borner un téléphone. Mais l’humain est bien là, également, surtout lors d’un interrogatoire. Avec l’expérience mais aussi le relationnel, le policier sait à qui il a affaire. Et surtout, il apprend. Car que ce soit il y a 20, 30 ans ou maintenant, un suspect peut toujours prendre le dessus. Et est-ce qu’il va le prendre dans ce cas-là même après son arrestation, même après son procès ? Comment peut-on vivre après la mort d’un être cher, tué par les mains de quelqu’un qui semble exercer une vengeance, qui n’aura de cesse de revenir hanter jours et nuits ?

On en apprend beaucoup sur ce qui se passe lors de ces nuits parisiennes avec sa prostitution, surtout de jeunes filles qui veulent faire ça un temps pour payer leurs études ou les objets dernier cri. Mais sont-elles en danger face à ce beau monde qui recherche le plaisir, bien souvent cruel ? Réseau de prostitution qui vient également d’autres pays. Un monde également d’indics qui renseigne la police pour ne pas avoir à être arrêté. Des policiers qui peuvent avoir leurs entrées partout ou pas .et qui doivent faire en sorte que rien ne se passe de grave à Paris ou dans d’autres villes de province 

Une enquête bien menée, qui ne souffre d’aucun temps mort avec le jargon policier bien expliqué en notes de bas de page. Le suspense est mis dès le départ entre cette urgence et ce secret qu’il doit avouer à sa femme. Les chapitres et les phrases sont très courts, donc percutants et bien ficelés. Tous les personnages sont bien décrits et le lecteur a l’impression de les connaître. Alors bravo Alexandre Galien pour ce premier roman reconnu par vos anciens pairs. Il me tarde réellement le prochain comme vous me l’avez annoncé. Un bon petit coup de coeur pour moi.

Je remercie Alexandre Galien pour les mots échangés et la dédicace. Vivement le prochain.

Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien

Date de sortie : 6 novembre 2019

Editeur : Fayard

Nombre de pages : 357

ISBN : 978-2-213-71312-0

Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio

 

Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio

Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio – Editions Flammarion jeunesse

Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio

Sam est au collège. Il passe son temps à dessiner. Dessiner le futur et ses dessins sont prémonitoires.

Un jour, dans une ruelle, il se fait agresser par des camarades qui veulent un dessin pour les servir. Ce qu’il dessine, deux jeunes adolescents qui se transforment et c’est ce qui arrive dans cette ruelle.

Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio

En tant qu’adulte, passer un bon petit moment de lecture avec les personnages, les héros de ce premier tome, de ce roman. En tant qu’adulte, je me suis attachée, forcément, à ces personnages. Forcément puisque, dans la vie réelle, ils sont rejetés. En tant que jeune ado, à qui ce roman est destiné, ils aimeront le contexte, les personnages également, les situations auxquelles ils doivent faire face.

Je donne mon point de vue d’adulte. Je n’aime pas que les enfants soient privés de liberté. C’est le cas au Repaire, tenu par une femme, dont le but est de donner à ces jeunes, un endroit où ils ne seront plus mis à l’écart, par la société, à cause de leurs dons. Mais mise à l’écart dans le monde réel ou obéir aux ordres d’une sorte d’école, c’est un petit peu la même chose pour moi. Elle souhaite qu’ils apprennent à contrôler leurs dons et surtout leurs émotions. Un programme futuriste leur est consacré. Ils sont également soumis à des sortes de compétitions où ils doivent gagner s’ils veulent participer à des missions. Tout comme Sam, le dernier arrivé au Repaire, tout le monde doit pouvoir participer et ne pas être mis de côté. Il en donne la preuve.

Etant donné que l’on a affaire à de jeunes adolescents, l’attrait de l’extérieur est évidemment grand. Et obéir tout le temps aux règles, ils ne veulent pas. Donc, ils vont essayer d’en profiter. Mais c’est le drame. Une jeune fille est enlevée. Ils vont tout faire pour la libérer et à ce moment-là, ils vont décider de former leur famille où ils n’obéiront pas forcément aux adultes. Dans toute famille, il y a tous les caractères, celui qui réfléchit, celui qui se croit supérieur aux autres, celui qui est un peu fou, celui qui n’accepte pas ses dons. Jeunes, certains ont vu leur don évoluer mais pas dans le bon sens. Cela leur crée donc des angoisses. Surtout que nombreux, à l’extérieur, souhaitent en profiter pour faire le mal.

Un roman bien écrit qui ne souffre d’aucun temps mort. Entraide, amitié, amour naissant sont évidemment bien présents. Un petit peu de science fiction, des compétitions, des missions, du suspense donnent de l’adrénaline. Et puis, pourquoi pas de la rivalité et de la désobéissance pour corser aussi le tout. Car même jeunes, ce ne sont pas des moutons. Ils réfléchissent et unis, ils seront bien évidemment plus forts que les adultes.

Je remercie les Editions Flammarion Jeunesse pour cette découverte.

Super-Héros tome 1 Origines de Maxime Gillio

Date de sortie : 18 septembre 2019

Editeur : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 224

ISBN : 9782081423893

La nuit du mal d’Eric Giacometti & Jacques Ravenne

La nuit du mal de Giacometti & Ravenne - Editions JC Lattes

La nuit du mal de Giacometti & Ravenne – Editions JC Lattes

Résumé La nuit du mal d’Eric Giacometti & Jacques Ravenne

Octobre 1941, en Crète, des fouilles sont entreprises. Mais il y a des morts parmi les Allemands, car Fylaques, les gardiens, tuent.

Au même moment, en Angleterre, un bateau doit partir pour les Etats-Unis. A son bord, un passager qui n’est pas au goût du capitaine. Mais Malorley explique tout à Killdare.

Avis La nuit du mal d’Eric Giacometti & Jacques Ravenne

Deuxième cycle, deuxième tome du duo Giacometti-Ravenne, bien connu pour ses enquêtes d’Antoine Marcas. La nuit du mal met en scène les personnages du précédent opus, mais avec plus de densité à mon avis. Personnellement, j’ai beaucoup plus apprécié ce deuxième roman avec toutes ses dimensions historiques, bien entendu romancées.

Crète, Angleterre, Autriche, Allemagne et Venise sont les destinations de ces personnages. On retrouve Laure, Erika et aussi Tristan. Ils sont entourés de personnages hauts en couleur, comme Crowley. Mais entourés également de personnages qui font froid dans le dos et que tout le monde connaît car ce sont eux qui ont tué des millions de gens. Le lecteur évolue dans le monde des agents des services secrets, des agents doubles qui tentent, par tous les moyens, d’inverser le cours des évènements de cette seconde Guerre Mondiale. L’action se situe en 1941. L’Europe est en guerre. L’Allemagne étend de plus en plus ses territoires vers le Nord et l’Est mais aussi vers le Sud avec l’Italie à qui elle prête main forte. Même si ce roman est sorti bien avant Sous un ciel écarlate, lu il y a peu, il démontre que les Italiens ont, eux aussi, résisté contre le fascisme, le nazisme. Heureusement qu’ils étaient là et bien souvent au péril de leur vie.

Le but est de trouver les swastika. Elles sont quatre. Elles peuvent changer le cours de la guerre. Pour le moment, une est aux mains des américains, une autre aux mains des Allemands. Tristan, agent double, fait tout pour trouver les autres. Il essaie de donner les renseignements aux forces alliées et d’induire en erreur les Allemands, notamment Erika, archéologue. Amoureux d’elle ? A vous de juger. En tous les cas, son personnage est bien pensé. Et pour les fans d’Antoine Marcas, le lecteur trouvera des traits de caractère d’Antoine dans Tristan. Quant à Erika, elle s’interroge beaucoup sur Tristan. Il lui avouera la vérité, mais quelle option choisira-t-elle même si elle est amoureuse. Laure, elle, veut absolument venger la mort de son père, tué par les Allemands. Elle a accepté d’être formée pour être agent secret. Elle sait qu’elle joue sa vie, mais elle est animée par une profonde humanité envers ceux qui souffrent.

Les auteurs, Eric Giacometti et Jacques Ravenne, offrent, une nouvelle fois, un roman magistral. J’ai trouvé qu’il était beaucoup plus riche en dialogues, beaucoup plus rythmé, toujours autant documenté. Certaines fois, on n’arrive pas à démêler la part de vrai et de faux. Heureusement qu’ils nous donnent quelques explications en fin de livres. Entre ésotérisme, magie noire, des histoires de malédiction, d’occultisme, de sorcellerie, la seconde Guerre Mondiale n’est pas encore finie pour nos héros. Références cinématographiques avec Fleming et le fameux 007 qui ne sont pas encore créés, ou encore la Mostra de Venise qui a déjà vu passer quelques célèbres acteurs. Comment travaillent-ils tous les deux pour ne jamais se tromper, pour que cette histoire ne subisse aucune césure, que les faits rapportés s’unissent parfaitement entre eux ? Je lirai avec énormément de plaisir le troisième tome, avant de retrouver leur personnage fétiche. Je ne m’attendais pas à trouver Crowley, comme personnage, aussi sympathique. On peut connaître l’homme si l’on s’intéresse un tant soit peu à l’occultisme. Le personnage n’est pas du tout sympathique, en général. Mais ici, il est vraiment très intéressant. Il semble incontrôlable mais il aura quand même fort à faire.

Je dis bravo pour cette construction, pour cette étude bien approfondie des évènements, cette imagination et cette belle palette de personnages.

La nuit du mal d’Eric Giacometti & Jacques Ravenne

Date de sortie : 15 mai 2019

Editeur : JC Lattes

Nombre de pages : 427

ISBN : 978-2-7096-5609-2