Mato Grosso de Ian Manook

Mato Grosso de Ian Manook
Mato Grosso de Ian Manook

Résumé Mato Grosso de Ian Manook

Jacques Haret, écrivain, retourne au Brésil, 30 ans après pour faire la promotion de son roman.

Il est accueilli par un jeune homme qui l’emmène dans la maison où a vécu et mort Stefan Zweig.

Passé le premier choc de cette découverte, Jacques Haret en aura une autre.

Avis Mato Grosso de Ian Manook

Exit la Mongolie, ses coutumes, ses paysages, ses mets et la trilogie consacrée à Yerulbdegger. Place au Brésil. Cela fait un petit moment que ce roman est paru. Mais voilà, j’y suis. En plus, je le lis après un navet, donc je suis sûre que Ian Manook saura réellement me transporter.

Dès le départ, l’auteur annonce la couleur. Retour au Brésil de Jacques Haret, 30 ans après, mais il ne sait pas qu’il va mourir. Jacques est auteur.

Hommage à Stefan Zweig, dès le début avec la citation, mais aussi avec la ville Petrópolis où il s’est donné la mort avec sa femme. Et cela va prendre tout son sens pour Jacques Haret quand il apprendra où il va loger. En annonçant dès le départ la mort de son personnage, le lecteur fait de suite le parallèle entre les deux auteurs. Ambiance. Egalement ambiance avec la découverte d’un personnage, ex-policier, qu’a connu Haret.

Descriptions qui mêlent comme toujours les odeurs, les lieux grandioses ou pas avec un sens du détail qui permet au lecteur de voyager, d’être dans ces lieux visités. Cette structure du roman est originale. Après une sorte d’introduction, faire lire à un écrivain son roman. Oui, il a tué un homme, il l’avoue de suite. Mais prendra-t-il toutes ses responsabilités ? Au lecteur de le découvrir au fil des pages. Mais comme tout écrivain, la vérité est un tant soit peu travestie. En tous les cas, c’est un formidable voyage qui s’offre au lecteur. Un voyage pas qu’idyllique même si cela y ressemble un peu. Haret a énormément voyagé. Il a pratiquement toujours été par monts et par vaux. Ian Manook offre de véritables cartes postales, des atmosphères oppressantes, humides, selon les lieux visités, sans oublier la pauvreté, la difficulté des habitants mais aussi ces sourires qui peuvent trôner sur les visages. Pays où il est difficile de vivre lorsqu’on est étranger. La corruption règne. Jacques semble envoûté par ce pays, cette femme. Mais on lui reproche de travestir la vérité. Peut être en tous les cas, le lecteur le suit dans toutes ses aventures, ses rencontres. Personnellement, j’ai eu tendance à le croire grâce à Ian Manook. Est-il si mauvais que ça ? Le roman nous le dira.

Si vous vous attendez à retrouver le Ian Manook de Yeruldegger, vous serez forcément déçus. Faites comme moi, balayez (mais pas trop), la Mongolie et découvrez un tout autre univers avec le talent de conteur de l’auteur. Ian Manook, avec ce roman, peut surprendre. Et il réussit. Toutefois, même si j’ai passé un bon moment avec Mato Grosso, ce roman n’est pas un coup de coeur, malgré ses qualités indéniables. Ce roman se révèle, en définitive, très psychologique, par rapport aux personnages mis en scène. Il démontre tout ce qui fait un être humain avec ses nombreuses faiblesses, ses prises de position mais aussi par rapport à l’endroit où il vit.

Je remercie énormément la femme de Ian Manook, Françoise. Elle nous fait partager le quotidien de son mari, ses voyages, quelques séances d’écriture (en photos). J’ai l’impression de connaître un peu l’auteur, de cette façon. J’espère que j’aurai l’occasion de le rencontrer cette année si la séance de dédicaces se fait sur Marseille.

Mato Grosso de Ian Manook

Date de sortie : 4 octobre 2017

Nb pages : 313

Editeur : Albin Michel

ISBN : 978-2-226-40025-3

Publicités

Têtes de dragon de David Defendi

Têtes de dragon David Defendi
Têtes de dragon David Defendi

Avis de Têtes de dragon de David Defendi

Ceci est un de mes derniers livres lus en 2016, mais je préfère que la chronique soit pour janvier. Ce roman m’a été envoyé par Collibris grâce à mon abonnement à P’tit Colli. Cela me permet de découvrir des auteurs, ce qui n’est déjà pas mal. Je n’ai pas eu de véritable coup de coeur pour ce roman, pourtant très bien construit et aussi très instructif par rapport aux vols d’objets d’art et ce qui s’est passé en Chine il y a des années de ça avec la destruction du magnifique palais par la coalition franco-britannique. Un palais qui a été pillé, brûlé et dont de nombreuses oeuvres d’art font maintenant partie de collections privées et non rendues à la Chine. Cela rappelle un tant soit peu ce qui s’est passé avec les Allemands lors de la Seconde Guerre Mondiale. Difficile de restituer ces oeuvres qui valent des milliers, millions à ses propriétaires, un pays. Ceci est un des sujets du roman.

Ce roman est construit comme un scénario de cinéma. Les images viennent très facilement. Le lecteur suit les différents protagonistes et met très facilement un visage sur eux mais aussi sur les paysages parcourus, la partie de poker. Sans connaître la Chine, les détails sont tellement flagrants que je m’y serais crue avec Thomas. C’est également le cas lors de ses différentes rencontres, sa partie de poker et tout ce qu’il est obligé de réaliser en tant qu’indic ou pour s’immiscer dans ce groupe où il devra tuer.

Pour Thomas, cette mission ressemble vraiment à une partie de poker. Va-t-il réussir ou comme le laisse présager le début, va-t-il échouer ? Après le meurtre de son partenaire de partie, il se retrouve en prison et très vite, il sera embrigadé pour faire tomber un gros bonnet grâce à un de ses anciens amis. Thomas est un ancien de la Légion, il a fait la guerre. Il connaît la solitude. En prison, il ne doit pas faire de vagues pour que personne ne sache d’où il vient réellement. En quelques pages, l’auteur nous décrit l’univers carcéral. Ensuite, ce sera ce qu’il sera obligé de faire en tant qu’indic, la Chine mais aussi la guerre. Il n’est pas libre et doit rendre compte de tout, même en passant au détecteur de mensonge. Revoir son ami et profiter d’une belle vie, apprendre énormément au sujet de la Chine lui font découvrir de nouveaux horizons avec cette mission. Mais Thomas sait que le chemin sera long et rude surtout avec la torture de cette famille. L’auteur nous décrit bien ses état d’âme et sa plongée dans l’indicible, où tout lui reviendra en mémoire quoi qu’il fasse. Bien que soldat, Thomas n’est pas un homme fait pour tuer.

Résumé de Têtes de dragon de David Defendi

Thomas est en train de jouer au poker. Il sent que la partie lui échappe. Victime de triche, il tue un de ses partenaires de jeu.

Thomas est arrêté et jeté en prison. Un homme se présente à lui et commence à faire connaissance.

Têtes de dragon de David Defendi

date de sortie : 3 novembre 2016

Editeur : Albin Michel

Isbn : 978-2-226-32582-2

Nombre de pages : 216