L’ombre de la baleine de Camilla Grebe

L'ombre de la baleine de Camilla Grebe - Editions Calmann Levy

L’ombre de la baleine de Camilla Grebe – Editions Calmann Levy

Résumé L’ombre de la baleine de Camilla Grebe

Manfred a la cinquantaine. Divorcé, il s’est remarié et a quatre enfants, dont une petite fille avec sa nouvelle femme. Il travaille comme policier à Stockholm. Lors d’un appel, il laisse sa petite fille seule. Ensuite, il la cherche et il n’a pas le temps de la récupérer. Elle tombe sur l’asphalte.

Avis L’ombre de la baleine de Camilla Grebe

Ils sont trois et tous les personnages qui gravitent autour. Manfred, Samuel et Pernilla détaillent leur vie, ce qui leur arrive à un instant T. Bien entendu, à un moment ou un autre, ils seront liés par une enquête.

Manfred est policier. Il est divorcé et remarié à une femme plus jeune avec laquelle il a une petite fille. Mais un matin, alors qu’il est chez lui avec sa fille et qu’il répond au téléphone, la petite fille passe par la fenêtre et il n’a pas le temps de la récupérer. Nadja tombe sur la chaussée. Elle est dans le coma. Passés les premiers jours, Manfred doit reprendre le travail et surtout faire face à des noyés et semble-t-il un gros trafic de drogue.

Samuel est un jeune homme qui vit chez sa mère. Il ne va plus au lycée, ne travaille pas. Il n’arrive pas à se concentrer et subit continuellement les reproches de sa mère. Mais, il a trouvé la facilité en volant, en faisant des trafics jusqu’à ce que cela soit trop gros pour lui et que sa mère le mette à la porte. Il devra se cacher pour ne pas mourir. Il trouve un travail, s’occuper d’un enfant handicapé. Mais dans quel piège est-il tombé ? Est-ce que cela sera le cas, ici ? Il semblerait que Samuel ne prenne jamais les bonnes décisions. Mais il subit certains événements. Pendant toute la durée de ce roman, outre le fait qu’il culpabilise beaucoup pour ses actions, ses décisions prises, qu’il se répète inlassablement qu’il n’est qu’un bon à rien, il tient en pensant à sa mère.

Pernilla est la mère de Samuel. Profondément bigote, immensément bavarde, ses actions doivent être en rapport avec Dieu. Elle est très impliquée au sein de sa congrégation. On apprend que sa mère est partie lorsqu’elle était jeune, que Pernilla est mère célibataire. Ah, oui, elle a toujours été là pour son fils, l’espionnant, toujours sur son dos. Mais lorsqu’elle prend la décision de le mettre dehors, elle va vite se mordre les doigts. Toutefois, Pernilla va évoluer. Elle va devoir prendre des décisions pour son fils qu’elle tente de retrouver envers et contre tout. Cela ne sera plus la femme qui accepte tout sans rien dire, qui respecte les lois.

Alors, oui, l’auteur nous emmène dans une histoire de trafic de drogue, d’argent avec des gros pontes qui font assassiner ceux qui n’obéissent plus. Est-ce que ces cadavres sont liés ? Mais l’auteur nous amène un élément, des personnages qui vont changer la donne de ce roman. Un événement auquel je ne m’attendais absolument pas. Roman addictif, certes, mais pas un coup de coeur pour moi, malheureusement, même si j’ai aimé la construction et là où nous a emmené l’auteur. Je croyais avoir lu son premier roman mais ce n’est pas le cas. Je l’ai toutefois dans ma PAL. Un roman nordique, suédois, comme je les affectionne. On passe de la ville, Stockholm, même si elle n’est pas très évoquée, à des paysages de bords de mer, des îles où il semble faire bon vivre. Le temps est également un élément important dans ce roman. Début de l’été avec ses pluies, ses averses et aussi le soleil ainsi que la fête préférée des Suédois, la Saint-Jean.

Des sujets sont traités dans ce roman. La perte d’un enfant et ce que cela change pour un être humain, pour une famille. Chacun réagit différemment à ce drame. Lorsque la personne a déjà des problèmes psychologiques, c’est encore pire. Autre sujet très important et qui prend toute son importance dans notre vie d’aujourd’hui. Les réseaux sociaux, les blogs. Montrer que tout va bien dans sa vie, faire des photos pour avoir des like, de plus en plus de like. Faire cette course pour être le meilleur. Les gens sont narcissiques et cela entretient ce narcissisme. Mais si on montre que tout va mal pour obtenir de la compassion, il faut l’entretenir également. Perversité de l’être humain pour tout ce qui touche les autres dans leur malheur. Se focaliser sur les gens qui souffrent et donc en rajouter. 

Ne pas avoir lu Sous la glace ne gêne pas franchement la lecture de ce roman, même si cela aurait été mieux pour connaître Manfred et Malin.

Je remercie Netgalley et les Editions Calmann Lévy pour cette lecture.

L’ombre de la baleine de Camilla Grebe

Date de sortie : 27 février 2019

Editeur : Calmann Lévy

Nombre de pages : 369

ISBN : 9782702165744

La punition qu’elle mérite d’Elizabeth George

La punition qu'elle mérite d'Elizabeth George - Editions Presses de la Cité

La punition qu’elle mérite d’Elizabeth George – Editions Presses de la Cité

Résumé La punition qu’elle mérite d’Elizabeth George

C’est la fin des examens. Ding pousse son amie Missa, jeune fille aux notes irréprochables, à sortir. La grand-mère de Missa est tout à fait d’accord. Elles se retrouvent dans un bar avec les colocs de Ding. Tout le monde boit.

Gaz Ruddock, îlotier, vit avec un vieil homme pour l’aider dans son quotidien. Il fait tout ce qui est possible afin que l‘ordre règne dans cette petite ville de Ludlow.

Avis La punition qu’elle mérite d’Elizabeth George

Plus de 550 pages à lire, un énorme pavé pour cette vingtième enquête de Linley et Havers. J’ai cru que jamais je n’allais en voir le bout. C’est ça le problème de la liseuse. Mais même si j’ai cru ne jamais en voir la fin, ces 550 pages sont un régal, un pur bonheur. Je n’ai pas lu toutes les enquêtes de ce duo, même si je sais à peu près ce qui est arrivé à chacun d’entre eux. Barbara est toujours sous le coup d’une mutation car elle n’obéit pas aux ordres. Mais depuis quelque temps, elle tente de se conformer et elle y sera encore plus obligée car elle devra travailler avec la commissaire, Isabelle, qui ne la porte pas dans son coeur et qui veut, absolument, s’en débarrasser. Toutefois, le naturel revient vite au galop mais Barbara fait attention. Elle enquête, un tant soit peu de son côté mais en fait part à Isabelle et surtout elle obéit. Mais ce sera sans compter sur Linley qui mettra les pieds dans le plat et qui permettra au duo de travailler ensemble pour tenter de démêler cette histoire de suicide.

La première partie est donc consacrée à Isabelle et Havers qui doivent enquêter et tenter de démontrer qu’il n’y a eu aucune erreur lorsqu’un détenu est mort en détention. La deuxième partie est consacrée à Havers et Linley car Barbara avait découvert un élément qui pouvait donner un autre tour à l’enquête mais elle allait plus loin que ce qui lui était demandé. Tout ne sera pas mis à plat, mais même s’ils sont pressés par le temps, ils pourront interroger les uns et les autres, se faire leurs idées, échanger et comme ce sont des pointures dans leur métier, ils y arriveront. Mais c’est un travail d’équipe entre Londres et eux.

Outre l’enquête, ce roman est consacré aux relations humaines. Les relations de travail, les relations amoureuses, le respect envers les uns et les autres. Les relations humaines ne sont pas faciles. Une mère et femme peut prendre le dessus sur son couple, sur ses enfants, imposer ses choix, surveiller. Mais la vie se charge de remettre les choses à leur place. Est-ce que cela sera trop tard pour faire machine arrière ? L’auteur s’est énormément renseigné sur la police britannique, sur ses fameuses coupes budgétaires qui empêchent d’avoir du personnel sur place pour pouvoir enquêter comme il le faut. Avec Isabelle, c’est l’alcoolisme qui est en ligne de mire. Mais il n’y a aucun jugement. L‘alcoolisme peut être dû à de nombreuses choses. Mais il est dévastateur pour ceux qui en sont atteints et ceux qui sont autour. Il anéantit une vie de famille, il peut anéantir un travail, des responsabilités. Il faut juste que le malade prenne conscience qu’il faut qu’il soit aidé. Elizabeth George s’attache également à ces jeunes, qui veulent prendre leur envol, qui continuent leurs études et qui boivent tant et plus, qui privilégient les relations sexuelles même si leur partenaire n’est pas d’accord. Mais s’ils peuvent être très vite soupçonnés, d’un autre côté, ce ne sont pas eux qui sont les principaux responsables.

Et toujours ce ton humoristique quand il le faut. Et cela passe par Barbara qui fait des claquettes et qui a été prise en charge par la secrétaire du département. Cette dernière ne s’en laisse pas compter et refuse toutes les excuses de Barbara. Surtout qu’il y a un spectacle, et bien entendu, Linley va s’en mêler. Je m’imagine ces personnages tout ce qu’il y a de plus british, surtout Linley. Ils sont toujours autant humains et cela fait du bien.

Je suis toujours autant surprise par Elizabeth George. Qu’une américaine, qui vit aux Etats-Unis, transpose ses histoires en Grande-Bretagne, dans des lieux autant reculés, cela me sidère toujours autant. Ce n’est pas la même culture même si les êtres humains, sur n’importe quel lieu de la planète, ont pratiquement tous les mêmes aspirations.

Je remercie Netgalley et les Editions Presses de la Cité pour m’avoir permis de lire cette vingtième enquête.

La punition qu’elle mérite d’Elizabeth George

Date de sortie : 7 mars 2019

Editeur : Presses de la Cité

Nombre de pages : 553

ISBN : 9782258117761

Adopteuntueur.com d’Enzo Bartoli

Adopteuntueur.com d'Enzo Bartoli - Editions Amazon Publishing

Adopteuntueur.com d’Enzo Bartoli – Editions Amazon Publishing

Résumé Adopteuntueur.com d’Enzo Bartoli

Deux jeunes adolescents découvrent dans la nuit le cadavre d’un homme.

Ils sont très  vite interrogés par les policiers sur place, avant que l’enquête ne soit confiée à la PJ.

Avis Adopteuntueur.com d’Enzo Bartoli

Vraiment agréablement surprise par ma lecture. J’ai eu peur quand j’ai lu les toutes premières pages. Je pensais vraiment m’ennuyer. En faisant quelques recherches sur le net, je me suis aperçue que c’était la cinquième enquête de ce duo, voire trio, car il faut compter le chef de tout ce beau monde. Une belle enquête à la française qui rappelle les films ou les séries que l’on peut voir. J’ai eu l’impression d’avoir les images devant les yeux tout le long de ma lecture. Je ne sais pas si je lirai les quatre premiers vu tout ce qu’il y a dans ma PAL, mais à l’occasion j’y penserai. Je ne pense pas que ne pas avoir lu les quatre premières enquêtes posent un réel problème puisque ce roman n’est pas une suite. On prend les personnages tels qu’ils sont, sans trop de références sur des éléments précédents.

Donc, nous sommes au 36, plus le Quai des Orfèvres, puisqu’ils ont déménagé. Nous avons affaire à toute une équipe, composée d’hommes et d’une femme. Tout ce beau monde est bien géré même si un lien particulier, de confiance notamment, unit le grand chef et Tonton, Pascal Guilbert. Lien moins évident avec le Beau gosse puisque Guilhem Lanternier semble être le personnage, même s’il est reconnu dans son travail comme un bon professionnel, le moins posé. Charles Maillard est plus abrupt avec lui, lui lance quelques petites piques, qui peuvent trouver de la répartie. Mais attention, Pascal peut prendre certaines décisions sur un coup de tête. Est-ce que ça paie ? A vous de le lire, vous ne serez pas déçu.

Le lecteur a affaire à un meurtre d’un homme. Les premiers éléments de l’enquête ne révèlent rien. C’est comme si cet homme n’existait pratiquement pas. Rien n’est trouvé sur sa vie professionnelle. Son assistante de direction est un véritable cerbère. Mais en creusant, en interrogeant les uns et les autres, avec une simple petite phrase, les enquêteurs vont mettre à jour tout un pan de la personnalité de cet homme au double jeu, à la double vie. Entre une femme, emprisonnée, car elle a tué son enfant, qui a de réels soucis psychologiques, des fraudes, des embauches de femmes pour assouvir le moindre de ses fantasmes, le personnage n’est pas bon à côtoyer. Violences physiques et psychologiques qui ont été vues par des proches, mais qui n’ont rien pu faire pour que cet homme arrête tout. Donc, que fallait-il faire ? Ils ont trouvé la solution, le bon pigeon, mais c’est sans compter les recoupements entre divers services, qui collaborent, les différents entretiens et l’opiniâtreté des uns et des autres.

Chose que j’ai apprise avec ce roman est qu’une perquisition pouvait être faite sans l’accord de la justice, mais il suffit juste de deux témoins. L’auteur connaît très bien Paris, ses environs et aussi la Grande Couronne.

Je remercie Netgalley et les Editions Amazon Publishing pour cette belle découverte.

Adopteuntueur.com d’Enzo Bartoli

Date de sortie : 12 février 2019

Editeur : Amazon Publishing

Nombre de pages : 246

ISBN : 9782919807277

 

Les âmes englouties de Susanne Jansson

 

Les âmes englouties de Susanne Jansson - Editions Presses de la Cité

Les âmes englouties de Susanne Jansson – Editions Presses de la Cité

Résumé Les âmes englouties de Susanne Jansson

Nathalie est installée dans le nord de la Suède. Elle a passé du temps avec Johannes mais elle ne reste jamais.

Celui-ci passe devant chez elle avec son vélo. Mais il est agressé. On remonte ensuite à trois semaines plus tôt.

Avis Les âmes englouties de Susanne Jansson

Nathalie est biologiste. Elle prépare une thèse sur le réchauffement climatique et notamment l’action des tourbières sur celui-ci. Elle décide donc de quitter Göteborg pour le nord de la Suède et surtout un endroit qu’elle connaît bien. Elle y a vécu jusqu’à l’âge de 12 ans. Avec cette étude, Nathalie décide d’affronter son passé. Elle rencontre un étudiant en art avec qui elle vit une relation. Elle le sauvera de la mort.

Au fur et à mesure de ce livre, des questionnements de Nathalie, de son retour vers le passé, vers son enfance, jusqu’à ses douze ans, il est question de tourbières. Le livre se situe au début de l’automne. Les jours sont courts, la luminosité peu intense. Le brouillard tombe vite et les éléments peuvent se déchaîner et disparaître tout d’un coup. Les tourbières sont des pièges. Elles peuvent engloutir quelqu’un en très peu de temps, surtout s’il ne fait pas attention. Piège, certes, mais les tourbières révèlent également des cadavres, anciens comme récents. Une région de légendes qu’un homme essaie depuis des années d’étudier. Les tourbières ont été le cadre de rituels, de sacrifices, d’offrandes. Est-ce pour cela que les cadavres sont transpercés d’un pieu ?

Nathalie va affronter son passé, la réalité. Elle va retrouver un de ses anciens voisins. Avec l’agression de Johannes et la découverte d’un cadavre, la police va devoir enquêter, notamment avec la photographe de renommée internationale, Maya, qui travaille de temps en temps pour la police. Maya, aussi, est fascinée par ce monde. Ses photos vont révéler des indices qui feront avancer le travail des enquêteurs. Elle prendra également quelques risques en interrogeant ceux qui vivent près des tourbières. Mais l’assassin est-il celui que l’on croit.

Avec ce voyage dans le passé, Nathalie fera-t-elle réellement la paix avec ce qui la taraude, avec ceux qu’elle a perdus ? En tous les cas, en rendant visite, à l’hôpital, à Johannes, elle va s’ouvrir, elle va lui raconter son passé, son amitié avec Julia, jusqu’à ce jour fatal qui reviendra avec force.

Le roman est vraiment très bien construit. Il ne m’a happé, toutefois, comme pourraient le faire les tourbières. Je ne suis pas tombée, à fond, dedans. Je me suis sentie déconnectée par rapport à cette histoire, vraiment très riche et fortement documentée, que ce soit d’un point de vue scientifique, écologique mais aussi de ces légendes, si je puis l’écrire. Susanne Jansson tranche également avec les autres auteurs nordiques que j’ai pu lire auparavant.

je remercie les Editions Presses de la Cité pour la découverte de cet auteur.

Les âmes englouties de Susanne Jansson

Date de sortie : 21 février 2019

Editeur : Presses de la Cité

Nombre de pages : 314

ISBN : 978-2-258-14819-2

November Road de Lou Berney

tous les livres sur Babelio.com

Résumé November Road de Lou Berney

Nouvelle-Orléans, Frank doit parler à Carlos d’affaires transmises par un de ses contacts. Il voit une belle femme mais, auparavant, un de ses amis veut se confier.

Dans une autre partie des Etats-Unis, Charlotte vit dans une petite ville auprès d’un mari qui boit et de ses deux filles.

Avis November Road de Lou Berney

J’aime ces romans qui deviennent addictifs sans que je m’en rende compte. Je ne fais pas un avec les personnages ou encore avec l’histoire. Mais je lis les pages au fur et à mesure et je ne le lâche pas. Ces romans ne sont toutefois pas des coups de coeur, à proprement parler. Mais il y a un je ne sais quoi, dans l’histoire, dans le style, que le roman me laissera un agréable souvenir.

L’auteur situe son histoire aux Etats-Unis, plus précisément à La Nouvelle-Orléans et l’Oklahoma, au tout début. Ensuite, ce seront des états traversés, jusqu’à Las Vegas et la Californie. L’auteur a choisi comme toile de fond, le meurtre de JFK. Il a pris le parti de rester sur la piste d’un tueur de la mafia. En effet, Oswald ne pouvait pas faire cela tout seul. Entre en scène Frank qui travaille pour Carlos. Il a dû véhiculer une voiture pour Dallas, quelques jours avant le meurtre. Dès qu’il l’apprend, il va énormément se questionner. Est-ce que cette voiture a servi à la fuite du tueur du Président des Etats-Unis ? Est-ce que sa vie est en danger parce qu’il le sait. Malgré des années de bons et loyaux services, on peut décider de la mort de quelqu’un sans regret, surtout avec ce type d’hommes. S’ensuit une fuite et tout tenter pour sauver sa peau.

D’un autre côté, il y a Charlotte qui vit dans une petite ville où tout le monde se connait. Mariée avec un alcoolique, deux filles, du jour au lendemain, elle décide de tout plaquer pour aller enfin vivre sa vie comme elle l’entend. Mais elle ne part pas sans ses filles. Au départ, elle éprouvera quelques regrets, elle culpabilisera. Mais Charlotte est une femme forte et lorsqu’elle a décidé quelque chose, elle s’y tient.

On sait, dès le départ, que la route de Frank et de Charlotte vont se croiser. Mais Frank ne dira pas la vérité à la jeune femme. Elle lui sert d’alibi, de famille. Mais, il sera pris à son propre piège. Car en définitive, même si c’est un homme à femmes, qui les jette quand il a eu ce qu’il a voulu, Charlotte le charme car elle est entière et ne joue aucun jeu. Que ce soit elle ou ses filles, ce sont des personnalités hors du commun. Et la fin du roman le démontrera sans contexte.

Autre personnage important du roman, l’homme chargé de tuer Frank, Barone. Il va éliminer, au fur et mesure, ceux qui le gênent. Mais un élément important va mettre à mal cette course poursuite et cette mort.

L’auteur nous entraîne dans cette course poursuite où chacun tente de berner l’autre, d’arriver avant, de prendre les contacts nécessaires. Mais dans ce milieu, il faut faire très attention. Même les proches peuvent en subir les conséquences. Tout est magnifiquement orchestré, même si j’ai eu du mal, aut tout début, avec tous les personnages qui gravitent autour de Charlotte. J’ai adoré ces deux petites filles, dont la cadette a pris le pas sur l’aînée. Elles ne font rien l’une sans l’autre. Et la fin de ce roman est magnifique. Elle nous apprend surtout si Charlotte a réussi à mener sa vie comme elle l’entendait, si elle a permis à ses filles de réaliser ses rêves. Si la dimension du meurtre de JFK est bien là, même si le roman ne tourne pas autour de ça, l’auteur fait quelques parenthèses quant à la condition des personnes de couleur dans les années 60 mais aussi la condition des femmes qui ne doivent pas s’émanciper.

Je remercie Babelio et les Editions Harper Collins pour cette lecture.

November Road de Lou Berneyr

Date de sortie : 6 février 2019

Editeur : Harper Collins Noir

Nombre de pages : 384

ISBN : 979-1-0339-0288-1

La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

La fille muette d'Hjorth & Rosenfeldt

La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt – Editions Actes Sud

Résumé La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Une famille prend son petit déjeuner. On sonne à la porte. Un coup de feu éclate.

C’est une petite fille qui fuit. Mais elle a décidé de s’enfermer en elle-même pour ne pas souffrir. Elle a décidé de se faire très petite et surtout de ne plus parler.

Avis La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Erik, qui vient juste d’avoir sa promotion, préfère demander de l’aide car il sait, que dans cette petite ville, qu’il n’arrivera pas à résoudre, tout seul, ce crime horrible. Arrive donc la fine équipe dont Sebastian et sa fille, qui ne sait pas qu’il est son père et qu’il n’a pas appuyé ses demandes pour Quantico, et deux de leurs collègues, dont un qui s’interroge énormément sur Sebastian puisque c’est dans son appartement qu’une de leurs collègues a été abattue par une maîtresse de Sebastian.

Une famille entière est assassinée, les époux et leurs deux enfants. Pourquoi ? Ce couple a d’importantes priorités, l’écologie et cela passe pas très bien auprès des habitants de leur petite ville. Un suspect est vite trouvé. Mais la police n’a rien contre lui même si elle pense qu’il cache quelque chose. Nous avons donc avoir la fine fleur de la police criminelle qui va tenter de résoudre ces meurtres et aussi la disparition de cette fillette qui aurait tout vu du drame. Et si tout n’était qu’une question d’argent avec ces forages dans le coeur de cette Suède qui rapportent des milliards aux entreprises. Pour y arriver, elles sont prêtes à dépenser des sommes folles. Mais entre ceux qui ne veulent pas vendre et ceux qui ont besoin d’argent pour diverses raisons, on peut dire que l’argent peut engranger les pires choses.

Un roman qui se lit sans soucis par la diversité des personnages et leurs caractères. Ca, c’est le point extrêmement positif de ce roman. Toutefois, j’ai trouvé que l’enquête était un peu bâclée, que la découverte du coupable était vraiment faite trop vite après des pages et des pages de tâtonnements et d’enquête. Heureusement que le final sauve les meubles. Premier roman pour moi de ces deux auteurs avec leur personnage récurrent, Sebastian. Il va donc falloir que je lise les premiers, même si j’ai eu une bonne vue d’ensemble de ce personnage. Dans ce roman, on en sait plus sur ce qui lui est arrivé et on peut comprendre son comportement. Psychologue qui travaille pour la police, il n’est franchement pas aimé, surtout qu’une de ses collègues de travail a été blessée, gravement, chez lui, par une de ses ex-maîtresses. Sebastian couche, est accro au sexe, ment, arrange la vérité à sa façon, ne suscite pas la sympathie des uns et des autres. Mais il s’en moque. Il est un pro dans son travail. Il veut se rapprocher de Vanja. Dans ce roman, il sauvera une petite fille et elle va, elle aussi, le sauver. Il a approché une qualité de vie qu’il ne connaissait plus. On retrouvera Sebastian dans un prochain roman et surtout la décision prise qui aura énormément de conséquences.

Vanja en veut à ses parents qui lui ont appris la vérité sur sa naissance même s’ils n’ont pas tout dit. La jeune femme, qui travaille dans la police, se sent trahie par eux et il lui est difficile de pardonner car elle sait qu’elle en apprendra encore plus. Et ce n’est pas la maladie de son père adoptif, qui l’aime toujours, qui va la changer. Vanja a voulu mettre sa confiance en Sebastian. Elle est pratiquement la seule à lui dire ce qu’elle pense. Mais elle risque d’avoir des surprises. Très bonne dans son boulot, elle veut aller à Quantico se former encore plus.

Les relations peuvent être tendues entre les membres de l’équipe, entre ceux qui sont amoureux et dont l’amour n’est pas payé en retour. Chacun essaie d’être honnête et quelque fois, cela peut payer. Et que dire de Billy, ce policier qui a déjà tuer deux fois mais qui a été lavé de tout soupçon. C’est le personnage qui m’a le plus impressionné par son caractère et ses actes.

Nicole est une petite fille qui a tout vu. Au début, quelques chapitres lui sont consacrés jusqu’à ce qu’elle soit retrouvée. Elle a tout vu et pour éviter d’avoir à parler, elle s’enfuit, elle se ferme en elle-même car elle sait qu’elle ne souffrira pas ou beaucoup moins.Elle arrivera à faire confiance à Sebastian et la thérapie ne passe pas par des mots. Nicole ne veut que ses proches souffrent comme sa famille. Ce personnage et ses affres sont extrêmement bien décrits et détaillés.

 La fille muette d’Hjorth & Rosenfeldt

Date de sortie : octobre 2018

Editeur : Actes Sud Actes Noirs

Nombre de pages : 478

ISBN :  978-2-330-10961-5

Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

 

Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit – Editions Flamant Noir

Résumé Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

Mois de février, c’est le départ de la Transjurassienne, célèbre course de ski de fond.

En janvier, à Besançon, Monceau, qui vient de Paris, ne se fait pas au froid.

Avis Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

C’est assez compliqué d’écrire une chronique sur un roman qui ne déçoit pas et qui plait sans plus. Malgré le nombre de pages, 206, je l’ai trouvé trop long à lire. Faute peut-être à ce sentiment de non urgence ressentie. Mais ce n’est que mon avis.

Le commissaire Morteau travaille à Besançon. Il est appelé par un ami d’enfance, si l’on peut dire, pour résoudre des appels téléphoniques menaçants en ce qui concerne la célèbre course de ski de fond La Jurassienne. Mais Morteau ne veut pas piétiner les traces de la gendarmerie et il attend le feu vert de la justice. Qu’il aura. Premier meurtre. Direction le Jura avec son lieutenant, jeune parisien, Monceau. Premier point, j’ai eu du mal à reconnaître l’un et l’autre. Il m’a fallu une centaine de pages. Les relations entre l’aîné et le jeune sont assez croustillantes. Monceau apprend le métier. Mais par rapport à son aîné, il veut aller vite. En soi, ce n’est pas trop mal mais il pourrait passer à côté de détails. Il ne supporte pas les éternelles réflexions de Morteau sur son intelligence, sur sa lenteur. Mais il y a tout de même du respect. L’un est là pour apprendre et l’aîné joue avec ça, il veut avoir la main mise sur tout. Mais d’un autre côté, cette forme d’apprentissage passe également par des compliments. Morteau cherche-t-il son futur successeur à former ? De plus, Morteau est tombé sous le charme de l’hôtelière. Et c’est vrai qu’entre celui qui a 50 ans et le plus jeune, les relations avec les femmes ne sont pas du tout les mêmes. Morteau s’interroge beaucoup à ce sujet. Passera-t-il à côté d’une relation car il n’ose pas ?

Personnellement, j’avais vite trouvé le coupable et je ne me suis pas trompée. L’auteur excelle pour nous faire visiter le Jura, ses magnifiques paysages, cette course célèbre dont plusieurs chapitres lui sont consacrés. Et puis, les références gastronomiques sont nombreuses et mettent l’eau à la bouche. Les références de personnalités plus ou moins connues de cette région. On sent l’auteur très érudit et c’est ce qui m’a plu. Il connaît son sujet à fond, même si son commissaire est un peu vieux jeu. Mais il a ses failles, comme tout un chacun. L’auteur développe des réflexions sur des thèmes de société qui se révèlent exacts de nos jours, sauf pour la guerre qui n’est pas encore là.

Et que dire de cette course, la Transjurassienne, qui fait froid dans le dos à cause de son climat. Elle demande beaucoup aux hommes, à ces champions mais aussi au simple participant. Elle permet d’aller au bout de soi-même, de voir ce dont le corps est capable.

Je remercie Netgalley et les Editions Flamant Noir.

Il y aura du sang sur la neige de Sébastien Lepetit

Date de sortie : 14 janvier 2019

Editeur : Flamant Noir

Nombre de pages : 206

ISBN : 979-10-93363-52-3