La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

La Confrérie de la Dague Noire l'Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

Avis sur La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

Un autre tome très dense, très riche qui en annonce d’autres grâce à l’imagination fertile de JR Ward. Pas étonnant que je sois accro à cette série. Car 11 tomes déjà lus, deux autres à suivre et ce n’est pas fini. L’auteur ne s’attache plus tant que ça aux relations sexuelles détaillées, même si elles sont bien là. Les autres relations que peuvent éprouver les vampires sont de plus en plus présentes, pour mon plus grand bonheur. Cela faisait un petit moment que j’attendais le tome consacré à Blay et Vhif et je ne suis pas déçue. Même si je suis accro, je suis très honnête concernant mes avis. Ce tome 11 est un des plus aboutis. Personnellement, je n’ai rien à reprocher. A cela s’ajoute la grossesse de Layla qui ne se passe pas réellement bien et également le couple formé par Blay et le cousin de Vhif. Blay et Vhif vont devoir retrouver leur complicité d’antan, lorsqu’ils étaient jeunes et que Blay était là en soutien pour Vhif, lorsqu’il a été rejeté par sa famille pour cause de malédiction. En effet, ses yeux sont considérés comme une tare pour la haute société formée par les vampires.

J’écrivais que d’autres histoires s’annoncent. Est-ce qu’il y en a deux déjà parues ? Je ne le sais pas encore même si j’ai déjà un tome chez moi. Mais comme je ne lis pratiquement jamais les 4ème de couvertures, cela va me laisser la surprise. Parmi elles, nous avons le chef des Salopards, déjà présent dans le précédent tome, un autre vampire avec une humaine, et une Ombre avec une Elue. Malgré ces nombreux personnages, le lecteur ne se perd absolument pas. Bien sûr, nous avons toujours nos vampires préférés qui forment vraiment une très belle famille. J’utilise ce mot et vous comprendrez pourquoi en lisant ce tome. Car même s’ils vivent ensemble, s’ils sont soudés, s’ils sont Frères, les relations vont au-delà de tout ça.

J R Ward laisse la porte ouverte à l’imagination même si elle donne de nombreux détails concernant ses personnages, notamment celui de Trez. Quant à Sola, je pense qu’il faudra attendre un peu plus. Elle maîtrise l’art et la matière pour décrire les sentiments entre deux personnes, qu’ils soient homme et femme ou deux hommes. Humain ou vampire, ils ne sont pas différents. Difficile de se confier surtout lorsque le passé a été plus que difficile, que la personne est meurtrie. Mais le bien, l’amour triomphent-ils toujours ? A vous de le découvrir. Si J R Ward manie avec perfection l’humour et les références ironiques à certaines personnes évoluant dans le milieu musical, ils ne sont présents qu’au début du roman, à moins que je n’ai pas fait attention puisque j’étais plongée, avec délices, dans toutes les aventures.

Ce tome est tellement riche que je ne veux rien dévoiler mais les chapitres alternent entre les uns et les autres, les parties Confrérie, les parties éradiqueurs, les parties Salopards et bien d’autres. L’histoire n’en est pas gênée. Les rebondissements sont tellement nombreux que le lecteur veut toujours en savoir plus.

Pour information, l’auteur lance une nouvelle série consacrée aux enfants de la Confrérie. Cela promet et le premier tome sera pour cet automne.

Résumé La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

Vhif possède des yeux vairon. Malédiction pour sa famille donc il a été rejeté. Heureusement que son ami Blay a toujours été présent. Mais ce dernier est amoureux de Vhif et cela ne semble pas réciproque. Toutefois, Vhif, change. Il est toujours le premier à se battre, à sauver les membres de la Confrérie. Il doit également faire face à l’éventuelle fausse couche de Layla. Vhif veut avoir une famille et être aimé.

Quant aux Salopards, ils se savent pas si le Roi est toujours vivant. Cela n’empêche pas qu’ils veulent s’emparer du pouvoir et tuent les Eradiqueurs.

La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

date de sortie : 2014

Editeur : Bragelonne – Milady

Isbn : 978-2-35294-748-6

Nombre de pages : 621

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 10, L’Amant Ressuscité de J R Ward

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 10, L’Amant Ressuscité de J R Ward – Source Milady-Bragelonne

Tohr, depuis le décès de Wellsie, ne cherche qu’à mourir au combat. Ses Frères lui font confiance mais cela risque de devenir problématique pour la Confrérie de ne pas pouvoir compter sur un tels personnage. En plus, il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Xcor et ses hommes sont toujours à Caldwell. Ils font la chasse aux Eradiqueurs mais Xcor a un autre projet.

Ce tome 10, L’amant Ressuscité, est, à mon avis, le plus émouvant de la série déjà lue. Je ne sais pas ce qui m’attend pour les deux prochains qui sont dans ma PAL et que je lirai quand l’envie m’en prendra. Emouvant à plus d’un titre car il montre que vivre en couple n’est pas facile, que chacun doit faire des compromis même si la brutalité et la mort rôdent. Emouvant par rapport aux relations entre deux vampires masculins. Emouvant avec les Salopards et leurs histoires auxquelles se greffe Layla, L’Elue. Emouvant car le Roi a passé un sale moment et que ses Frères lui demandent de faire un geste, plus que symbolique, envers celui qui l’a sauvé. Emouvant au vu des relations entre une mère et sa fille. Emouvant pour deux vampires, un jeune et un adulte, le lien puissant qui les unit. Et continuons et finissons avec les répétitions ! Emouvant pour tout ce qui se trame entre PersOnne et Tohr mais aussi Lassiter. Sans trop en dévoiler, la Shellane de Tohr a été assassinée et il doit faire son deuil. Il a changé, physiquement et mentalement. Mais le salut de Wellsie et de son fils, pour qu’ils reposent en paix, doit venir de Tohr. Et ce n’est pas facile pour lui. Ce vampire, ce qu’il traverse, sa souffrance continuelle, ont fait que je me suis vraiment attachée à ce personnage et depuis les tomes précédents. Même si, dès le départ, le lecteur connaît plus ou moins le dénouement. Le lecteur prend également conscience de tout ce qu’a pu subir PersOnne, de ses liens passés avec Tohr qu’elle redécouvre et pour qui elle a le plus profond respect, même si elle accepte un peu trop de lui. Elle évolue grâce à Tohr mais il faudra, à un moment donné, qu’elle lui montre réellement que Wellsie ne doit pas faire partie de leur vie et rester un souvenir à chérir. Il y a également l’ange Lassiter et sa mission qui devient de plus en plus difficile car il n’arrive pas à comprendre ce que l’on attend réellement de lui malgré les efforts effectués.

Comme à son habitude, J R Ward est très efficace. Le rythme est rapide, les phrases sont courtes. Humour, jurons, sexe, renversements de situations, rebondissements, elle ne laisse pas le lecteur sur sa fin et même au bout du dixième tome, on ne s’ennuie pas. Tous les personnages de La Confrérie de la Dague Noire font partie de la famille. Et quelle famille ! Elle a ses bons et ses mauvais éléments, ceux avec qui on a envie de rester et ceux qui ne sont pas fréquentables.

Le lecteur apprend à mieux connaître les Salopards, comme les nomme la Confrérie. Ce sont des vampires tueurs, qui veulent que le monde des vampires bouge, que les Eradiqueurs soient éliminés et également Xcor veut prendre le pouvoir. Ce sera pour lui des questionnements, des bouleversements, surtout envers Affhres. Il commencera à montrer son bon côté et tentera de ne plus être plongé dans ce passé qui le tourmente. Je pense que ces deux personnages auront leur tome.

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 10, L’Amant Ressuscité de J R Ward

DATE DE SORTIE : 21 février 2014

EDITEUR : Milady

ISBN : 978-2-35294-665-5

NB DE PAGES : 620

La confrérie de la Dague Noire Tome 9 L’amant déchaîné de J.R. Ward

La confrérie de la Dague Noire Tome 9 L’amant déchaîné de J.R. Ward

En 1761, Xcor assiste à l’assassinat de son père, le Saigneur. Il veut absolument se venger de cette femme, dont on imagine très bien qui elle peut être. Au fil des années, des siècles, Xcor revivra en rêve cette agression.

Manny, de son côté, est toujours amoureux de Jane, la femme de Visz. Lorsqu’elle viendra le chercher pour soigner Souffhrance, qui est paralysée, il ne comprendra pas qu’elle revienne d’entre les morts. La pouliche de Manny devrait être euthanasiée après une mauvaise chute.

Je me suis plongée avec délices dans ce neuvième tome de la Confrérie de la Dague Noire. J’ai retrouvé donc mes vampires préférés. Je sais que je suis énormément en retard sur la série. Il me reste deux tomes à lire, achetés et donc at home, et d’autres sont parus ou à paraître. Le prologue m’a induit en erreur car j’avais imaginé vraiment autre chose. Voilà ce que c’est quand on ne veut pas se laisser porter par un roman.

Nous avions quitté Souffhrance, la soeur de Visz, en très mauvais état. Tous les deux sont les enfants de la Vierge Scribe. Visz et Souffhrance n’ont appris leur lien de parenté il y a peu mais de suite les jumeaux, même s’ils doivent apprendre à se connaître, seront très vite liés. Afin d’être sauvée, Souffhrance doit être opérée par un médecin humain. Et, bien entendu, l’amour fait surface. Etant donné qu’elle doit tout apprendre, Souffhrance ne comprend pas certains comportements mais concernant l’amour, c’est très vite fait. Sans entrer dans les détails, ni les révélations qui font l’objet de ce roman, Souffhrance et Mannie vont se retrouver, se quitter avant l’apothéose finale d’un roman riche en rebondissements.

Le roman ne concerne pas que ces deux personnages. J.R. Ward évolue bien avec cette série. Nous avons toujours ceux que nous connaissons et à qui il arrive pas mal d’inconvénients, comme Visz et Jane ou encore Visz et Butch. Mais il faut bien dire que les deux vampires sont parties prenantes de l’histoire qui arrive entre Souffhrance et Mannie, chacun à des degrés différents. Que ce soit pour un humain ou un vampire, la vie de couple n’est pas facile, surtout lorsque des tragédies, des tortures ont parsemé l’enfance.

Si les personnages sont nombreux ainsi que les situations, l’auteur prend le temps de tout nous expliquer car tout cela va, bien sûr, amener les autres tomes. J.R. Ward manipule à merveille son lecteur concernant les guérisons. Car on y croit. On se laisse porter par l’histoire avec ce ton humoristique propre à l’auteur, les nombreux jurons, la jalousie des uns et des autres. J.R. Ward a laissé un petit peu tomber les Eradiqueurs car un autre danger se profile pour les vampires qui doivent tout de même faire face à pas mal d’attaques quand ils s’en sortent, dont ils ne sortent pas toujours indemne.. Si la galerie de personnages est impressionnante, je ne me suis pas trop attachée à Souffhrance ni à Manny. Elle découvre le monde, son frère, l’amour. Visz est celui qui m’a le plus convaincu, toujours avec ses mauvais penchants dont il veut se débarrasser, son amour protecteur envers sa femme et sa soeur, tout comme Vhif qui s’est pratiquement trouvé mais cela ne sera pas facile pour lui. Layla, l’Elue, m’a également séduite dans ce tome.

Chez J.R. Ward, les liens du sang, les liens amoureux, les liens entre Frères, les liens familiaux sont très importants. La Confrérie est d’ailleurs comme ça. Même si leurs membres peuvent être brutaux entre eux, ne pas être d’accord jusqu’au point de se battre, ils arrivent toujours à faire face aux pires situations. De l’autre côté, les autres vampires réagissent de la même façon. Ils ont un chef et sont soudés.

De plus, une donnée non négligeable est à prendre en compte. J.R. Ward mêle son histoire de vampires avec une histoire d’humains et en particulier l’ex collègue de Butch qui doit faire face à des meurtres en série et un collègue, juste arrivé, dont le passé familial est plus que trouble et qui va révéler une face assez sombre.

Et les scènes de sexe ! Ne vous inquiétez pas, elles sont bien là. Mais comme je l’ai déjà remarqué, c’est beaucoup moins cru. 😉

La confrérie de la Dague Noire Tome 9 L’amant déchaîné de J.R. Ward

date de sortie : 12 juillet 2013

Editeur : Milady

ISBN : 9782811209575

Nb de pages : 672

La Confrérie de la Dague Noire, T8, L’amant réincarné de J.R. Ward

La Confrérie de la Dague Noire, T8, L’amant réincarné de J.R. Ward

Flhéau a enlevé Xhex. Elle est brutalisée, violée. Dans sa « prisone », elle se rend compte qu’elle est vraiment amoureuse de John. Mais son côté sympathe, son passé vont faire qu’elle ne voudra pas causer plus de tort au vampire, qui lui, est bien sûr amoureux mais qui en a pris son parti. Même s’il essaie de tout faire pour retrouver Xhex vivante, n’hésitant pas à se mettre en danger.

Flhéau semble amoureux de Xhex et il fera tout pour la retenir même si la guerre fait toujours rage entre les vampires de la Confrérie et les éradiqueurs.

Nous assistons donc à une lutte de pouvoir au sein des éradiqueurs, à la recherche de Xhex, à des retours vers le passé, à la venue de nouveaux personnages comme Souffhrance, fille de la Vierge Scribe et PersOnne, mais aussi aux malaises entre les deux amis de John.

Cela faisait un moment que je ne m’étais pas plongée dans un tome de mes vampires préférés, La Confrérie de la Dague Noire. Malgré tout ce que j’ai à lire, je vais tenter de ne pas laisser autant de temps entre chaque tome. Il m’en reste trois à lire plus une nouvelle série de 4 de J.R. Ward.

En un mot, mon enthousiasme pour cette série n’a pas baissé même si quelques tomes précédents n’avaient pas laissé une très bonne impression. Je me suis donc plongée avec délice dans cette nouvelle aventure entre John et Xhex, la sympathe dont il est profondément amoureux. Mais j’ai remarqué, cette fois-ci, plus d’intensité pour d’autres personnages, annonçant donc des suites où il y aura encore pas mal d’aventures. Il y a donc les deux amis de John, Blay et Vhif mais aussi Souffhrance. Cela fait donc trois personnes en plus dont l’auteur nous dévoile petit à petit leurs vies, leurs aspirations… On ne s’ennuie pas une seconde.

Par rapport aux tomes précédents, les pages ne sont pas émaillées de tonnes de sexe. C’est bien en soi. Attendez, je ne dis pas qu’il n’y en a pas mais c’est beaucoup moins cru qu’auparavant. Cela peut convenir donc à un public qui n’aime pas trop ça.

La guerre entre les éradiqueurs et la Confrérie continue. Bien entendu, c’est la trame de chaque roman, donc on n’y coupe pas. Depuis que Flhéau est devenu le chef des éradiqueurs et donc fils de l’Oméga, nous aurons une transformation de cette personnalité, à moitié vampire, à moitié éradiqueur. Un « homme » profondément mauvais s’il en est, capable vraiment du pire pour arriver à ses fins. Mais nous assisterons à sa transformation et elle n’est pas belle à voir, sans faire de spoiler.

Quant aux deux personnages principaux, John et Xhex, je les adore. Déjà John, ce gamin sans liens ni attaches, m’avait bouleversée auparavant. Il est devenu un homme puissant, qui sait se battre, qui veut avant tout se venger et venger sa femelle, mais il conserve cette part d’humanité, envers ceux qu’il aime, qui le rend profondément attachant. J.R. Ward a réussi pour John ce qu’elle réussit également pour Xhex. Les deux se sont bien trouvés. Mais le chemin sera long pour qu’ils arrivent à passer outre leur attirance et tenter de faire un bout de chemin à deux. Car la nature sympathe de Xhex et surtout ses profondes blessures bien ancrées en elle vont faire qu’elle ne voudra pas s’attacher à qui que ce soit, et surtout à un homme. C’est contre sa nature car c’est une battante, une guerrière. Elle ne veut pas devenir une femme et être prise en charge. Elle a toujours combattu seule pour arriver à ses fins même si elle n’est pas heureuse. Le lecteur connaissait déjà le caractère de John mais il en apprendra beaucoup plus sur Xhex, que l’on connaît quand même pas mal, mais plus en profondeur cette fois-ci.

John qui doit être protégé par Vhif est plutôt, dans l’absolu, à la recherche de celle qu’il aime, et même s’il ressent les tensions entre ses deux amis proches, cela ne semble pas son problème actuellement. Peut-être dans d’autres tomes.

Entre Xhex et John qui veulent se venger tous les deux de Fhléau, qui va l’emporter ? Qui lui fera le plus mal. Comment vont-ils travailler tous les deux pour que ce mauvais personnage soit définitivement mort ?

J.R. Ward nous offre des tomes de plus en plus intenses. Il faut vraiment aller jusqu’au bout de l’histoire car les retours vers le passé nous permettent de comprendre ce qui se passe et ce qui est important dans le futur. Me laissant happer par l’histoire, je n’ai franchement rien vu venir avec le vrai père de John et celui qui l’a recueilli au moment où il devait faire sa transition. En plus, l’auteur nous offre un très beau dénouement auquel on ne s’attend vraiment pas et là je suis ravie car en définitive, on pourrait bien que tout finit bien, que la boucle est bouclée.

Maintenant, il me tarde de lire les aventures de Blay et Vhif, celles de Souffhrance également. Que va nous réserver l’auteur d’exaltant.

La Confrérie de la Dague Noire T7 de J.R. Ward

La glyméra a décidé de tuer le roi, Kolher et de prendre le contrôle de l’espèce en revenant aux anciennes valeurs, tuer les éradiqueurs et récupérer leurs biens. Vhengeance doit le tuer.

Kolher a repris le combat contre les éradiqueurs en le cachant à sa femme. Ce qui n’est pas au goût de cette dernière dont la confiance a été bafouée. De plus, il refuse que sa femme ait un enfant, car il ne veut pas celui-ci devienne à son tour roi. En effet, Kolher n’accepte pas sa situation.

La vraie nature de Vhengeance est en passe d’être découverte. Son côté sympathe, tous ses trafics. Mais il préfère protéger ceux qu’il aime et tout détruire pour éviter de faire du mal comme il en a fait pendant des années aux autres.

Je continue la série de La Confrérie de la Dague Noire. Je ne pensais pas être aussi addict après le premier tome, mais voilà j’ai acheté les trois derniers et je vais donc me régaler.

Les romans commencent toujours de la même façon. Une partie sur l’homme qui va être le héros. Et une partie sur une femme que l’on connait pas. Donc, pour les habitués, nous savons en gros que l’un et l’autre vont se rencontrer d’une façon ou d’une autre.

Ce tome est consacré en partie à Vhengeance. Ce dernier est un sympathe. Il est à moitié vampire. Les sympathes ne doivent pas vivre dans le monde des vampires. Leur nature fait qu’ils sont automatiquement exclus et déportés. Mais pas Vhen. Il a l’appui du roi Kolher qui connait sa nature et avec qui il a passé un marché. Car Vhen est le chef de la Glymera et il est au courant de tout ce qui se passe. En particulier du fait que l’on veut assassiner le roi. Donc, c’est un échange de bons procédés. Toutefois, Vhen, pour sauver ses amis, a passé un marché avec sa demi-soeur. Il doit la retrouver tous les mois et se laisser abuser, si je puis dire. C’est pour cela qu’il n’a pas de relations intimes avec les autres femmes car il sait que cette femme aura accès à son esprit. Jalouse, autoritaire, Vhen est sa chose et lui appartient.

Il se passe plein de rebondissements dans ce tome. On apprend que Kolher doit faire face à la cécité. Pour un mâle de cette envergure, c’est difficile à vivre surtout qu’il a eu des problèmes de couple avec sa femme.

J’adore Vhen. Il oscille entre son mauvais côté et surtout son très bon qui est de protéger sa mère (qui va mourir), sa soeur, ses trois fidèles (qu’il a sauvés) et celle dont il est tombé amoureux. Il n’a aucune sensation, il ne ressent rien. Sauf qu’avec Ehlena, ça va changer. Son côté vampire va prendre le dessus. Vhen tente de se maîtriser à fond. Ah c’est vrai qu’il a fait beaucoup de mal mais à quoi c’est dû ? A ce qu’il a vécu lorsqu’il était jeune et qu’il voyait sa mère et l’emmenait à l’hôpital, suite à des coups.

Mais Ehlena ne connait pas encore tous ses mauvais côtés. Il les lui cache même s’il voudrait bien lui dire la vérité. Sauf que… Il a peur que celle qui le tient sous sa coupe (sa demi-soeur) s’en prenne à elle.

Ce tome est beaucoup  moins cru que les précédents même s’il y a quelques scènes de sexe.

Entre la guerre qui fait rage contre les Eradiqueurs et Fhléau qui tente par tous les moyens de se venger des vampires en les assassinant pour faire tomber le roi, prendre les marchés de la drogue, … la partie va être rude, surtout que tous vont savoir qu’il est en définitive vivant.

Outre les relations entre Vhen et Ehlena, nous avons celles de John et Xhex. John qui arrive en définitive à faire l’amour. Mais il est repoussé. Ce qu’il vit depuis toujours. Et le fait que Tohr soit revenu n’y change rien. Car il a eu trop mal lorsqu’il a disparu et que Tohr n’a rien fait pour le reprendre sous son aile.

Il me tarde de savoir ce que John va faire car là il semble mal parti dans ses relations avec autrui.

Je ne me lasse pas de la Confrérie. Tous les personnages sont attachants.

La dernière partie qui consiste à sauver Vhen est très prenante. Tous veulent le récupérer mais lui, en reprenant conscience, veut protéger celle qu’il aime.

J’aime les femmes chez JR. Ward qu’elles soient vampires ou pas. Elles ne s’en laissent pas compter. Elles sont forte et avec du caractère. Les couples formés avec les vampire sont très bien trouvés. Ce sont des compagnes, des amantes mais elles aident également. Et surtout il y a un respect l’un envers l’autre et surtout un respect du vampire envers sa femme que certains humains feraient mieux d’approfondir.

Depuis plusieurs tomes, je suis habituée au style de JR Ward. C’est fluide, ce n’est pas de la grande littérature certes mais au moins c’est cohérent dans l’histoire, son déroulé, ses personnages.

Il me reste deux tomes à lire. Mais je vais prendre mon temps pour faire durer le suspense en lisant autre chose entre.

La Confrérie de la Dague Noire T 6 de J.R. Ward

Il y a 25 ans l’Omega a eu un fils. Fils qu’il veut récupérer car il est temps. La mère de ce fils est une vampire qui est morte. Le but de l’Omega est de détruire cette société en donnant une part de lui-même dans le code des vampires. Et surtout obtenir une sacrée vengeance auprès de sa soeur, la Vierge Scribe.

Bella, la femme de Zadiste, doit accoucher.

Fhurie, le Primâle, oscille entre ses côtés obscurs, très nombreux, et le bien qu’il veut faire. Il a pris un engagement qu’il doit honorer mais ça lui pèse. Il doit enfanter les Elues afin que la race survive mais il s’est rendu compte qu’il est devenu amoureux.

Je me suis replongée avec délices dans les aventures de nos chers vampires et de ceux qu’ils combattent l’Omega.

Il faut dire que dans ce tome les choses se précisent bel et bien dans cette guerre, même si le tome est consacré à Fhurie, qui est devenu le Primâle. En effet, il a pris la place d’un de ses frères qui était devenu amoureux et il doit sauver l’espèce en engendrant des vampires avec les Elues.

Mais cela ne se passe pas comme prévu car Fhurie, toute comme son jumeau, a un drôle de passé. En plus, il est accro à l’herbe rouge et on a l’impression qu’il veut absolument se tuer. Surtout qu’il a des voix dans sa tête, surtout un sorcier qui le descend allègrement.

Bref, pauvre Fhurie. Enfin, on attendait avec impatience ses aventures. Car celui que l’on a connu dans les tomes précédents ne nous parait plus aussi sympathique. C’est ce que j’ai ressenti. Dans les tomes précédents, on avait l’impression que c’était un vampire qui voulait faire le bien, il était tombé plus que moins amoureux de Bella et il était un des seuls à pouvoir freiner les autres. Mais au sein de la Confrérie, même s’ils sont tous frères, on n’en a que faire de ceux qui ne tiennent pas leurs promesses. Et Fhurie ne tient pas ses promesses. Même s’il a permis à Cormia de venir vivre dans la maison parce qu’il ne voulait pas que la Première Elue soit prise comme une bête, il a fait tout le contraire, malheureusement.

Fhurie est un homme qui ne peut pas montrer ses sentiments. Il aime Cormia, il sent qu’elle l’aime mais ils ne savent pas comment se l’avouer. En plus, il doit satisfaire toutes les Elues, donc comment faire et être amoureux d’une seule personne alors qu’il s’est engagé.

J’ai été également prise dans l’engrenage de Vhengance, le frère de Bella. Il faut que je relise le roman car je n’ai pas trop compris ce qui lui arrive. Je sais que c’est un Sympathe, qu’il doit satisfaire ses besoins et surtout qu’il doit cacher sa nature mais je n’ai pas trop compris cette histoire avec la Princesse.

Comme je vous le disais, la guerre fait toujours rage avec l’Omega, surtout qu’il a enfin récupéré son fils. Et ça commence à saigner fort. Sans vous dire qui est le fils de l’Omega, on peut s’attendre à de sacrées prises de risques et de plus en plus de morts au sein des vampires.

Mais à mon avis, je ne pense pas que l’Omega sera le grand gagnant de tout ça, surtout qu’il y a Butch.

Nous avons également peur de Bella, qui attend un bébé vampire et on a l’impression qu’elle ne survivra pas à sa grossesse, plongeant ainsi son mari, le jumeau de Fhurie dans la folie, la prise de risques et les bains de sang.

Ah, et les quatre jeunes qui ont effectué leur transition. Ils sont jeunes, ils ont beaucoup à apprendre mais on se rend déjà compte qu’il ne faut pas les chercher. Surtout que Kohler a nommé Vhif, suite à un gros souci, protecteur de John. Mais entre John, Vhif et Fhléau, la Confrérie a un bel avenir devant elle. Même si je pense que le fils de l’Omega ne survivra pas grâce à John. Vhif, en protégeant John mourra. Mais cela ne vient que de moi qui me projette dans les futurs tomes.

Qui va revenir du Canada ? Celui que l’on attend tous, à savoir, le père de substitution de John, Thor ?

Si dans les précédents tomes, il y avait de nombreux personnages, chacun était consacré essentiellement à un vampire et à la femme qu’il aimait. Comme dans le tome précédent, on a moins de sexe. Dommage, J.R. Ward nous avait bien dévergondé, il va falloir qu’elle reprenne ses anciennes habitudes. Dans ce tome, le vampire n’est plus tellement le héros du roman. Cormia, celle qui lui est destinée, tient énormément de place également. Mais les autres personnages, décrits plus haut, aussi.

Je me suis lancée dans cette série, sans réelle envie au départ. Mais au fur et à mesure, je me surprends à attendre les prochains tomes avec impatience. En avril 2012 sort un guide de la Confrérie. Déjà 10 tomes sont parus, ce qui nous laisse pas mal de plaisirs, inavouables, à venir. Le septième tome s’annonce costaud puisqu’il sera surtout consacré à Vhen et aussi au roi Kohler.

La confrérie de la dague noire T3 de J.R. Ward

Les héros que nous avons quitté dans le second tome se retrouvent ici. Zadiste et BellaJ’ai moins apprécié que le Tome 2. Bella a été enlevée et le devoir de la Confrérie est d’absolument la retrouver car c’est une des leurs. Zadiste en fait lui même une priorité.

Zadiste est craint des humains mais aussi des vampires. Il est même accusé d’avoir tué des femmes en se nourrissant. C’est un homme grand mais maigre et sa rage se décuple quand il doit tuer. A croire qu’il ne veuille faire que ça. Mais Bella va essayer de le changer, malgré son refus à lui.

C’est un homme qui peut se révéler tendre quand il n’a personne autour. C’est un formidable chanteur. Il ne sait ni lire ni écrire et c’est une véritable frustration pour lui.

Le but de Zadiste est donc de tirer Bella des éradiqueurs. Mais il ne veut pas que la vampire s’attache à lui car il a une très mauvaise opinion de lui-même.

Zadiste a subi le pire du pire et ça l’a transformé. Il ne sent plus un homme. Il a enfoui tout au fond de lui tous les sentiments. Un rapt, esclave, objet sexuel de sa maîtresse qui lui a tout fait comme sévices sexuels. Il a été secouru par son frère mais il n’arrive pas à s’ouvrir. Il se sent comme un objet. Il veut que son frère le frappe pour qu’il continue à souffrir. Zadiste nous apparait comme un vampire qui a énormément souffert et qui préfère ne pas montrer qu’il est tombé amoureux pour ne pas que l’autre souffre. Zadiste est un vampire très en colère.

Entre lui et Bella, ce sera l’acte sexuel mais elle lui apprendra que l’amour ne fait pas souffrir et seront étroitement liés dans tout le roman à cause de la vengeance, de l’amour…

Belle a une très belle âme. Elle aussi a vécu le pire auprès de  l’éradiqueur mais elle sait qu’elle n’en aime qu’un. Elle appartient à l’aristocratie régie par des codes. S’unir à un vampire sans qu’il y ait mariage ne sera pas bon pour elle. Elle risque d’être bannie. Elle est sous la tutelle de son frère qui peut décider de tout. Mais tant qu’elle est à la Confrérie, elle est somme toute protégée.

Comme dans toutes histoires d’amour, ils ne se comprennent pas mais se retrouveront.

Si les 3 premiers quarts du roman sont un peu longs tout s’accélère dans le dernier quart et c’est ce qui sauve le roman.

L’auteur s’attache à la psychologie de ses héros : Zadiste, Bella, Fhurie et O. Un quatuor qui sera mêlé et à qui il arrivera de nombreuses aventures.

Si dans le précédent tome, on sentait qu’il pouvait arriver quoi que ce soit à O., ce n’est pas le cas là, il est obnubilé par Bella et par le fait de retrouver le grand balafré qui lui a volé sa « femme » pour se venger. S’il semblait dans le précédent tome prêt à quitter les éradiqueurs, ce n’est pas le cas ici.

Il y a tout de même de nombreux rebondissements dans ce roman en particulier pour de nombreux membres de la Confrérie dont celui qui nous semble être le plus sympathique, Tohr. Mais avec ce qu’il va vivre, cela annonce un autre roman, non ?

On fait plus ample connaissance avec John qui a rejoint la Confrérie et qui doit s’entraîner avant sa transition. Il doit faire face à des jalousies de ses condisciples car John est proche de certains membres de la Confrérie et surtout il porte sur lui des signes qui ne trompent pas et qui feront de lui un grand guerrier. Mais tout cela doit être élucidé.

La Confrérie subit de nombreuses pertes. Comment vont-ils faire pour perpétuer l’espèce.