Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde
Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Avis Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi est un beau roman, intéressant à lire qui permet de voyager avec ces deux jeunes filles, Carly et Jen. Il est source également de rencontres et surtout de prise de conscience. Le but de ce voyage est de rejoindre Teddy, l’avant dernier petit ami de leur mère et que Carly considère comme son beau père.

Les deux adolescentes vont en faire des kilomètres à pied, très peu en stop. Carly ne veut absolument pas avoir à faire à la police, à des personnes qui vont trop les interroger. Elle ne veut pas être interrogée et surtout elle ne veut pas que les services sociaux s’en mêlent. Carly et Jen vont souffrir du soleil, de la chaleur. Elles ne vont pas pouvoir se laver et leurs pieds seront plus que malmenés. Les deux soeurs tiennent un journal de bord. Elles se sont fixées des limites. Si elles volent, elles notent tout dans un carnet afin de pouvoir rembourser plus tard.

L’auteur va alterner les parties entre ce qui se passe maintenant et quelques mois auparavant, jusqu’à ce que l’on apprenne réellement ce qui est arrivé à la mère.

Carly essaie de tenir émotionnellement pour ne rien montrer à sa soeur. Les appels à Teddy n’aboutissent pas. Cette route très longue va mettre à mal ses dernières forces mentales, surtout lorsqu’elles tentent de voler deux oeufs pour se nourrir. Mais Jen a trouvé son paradis, l’endroit où elle veut vivre. Par rapport à sa soeur, elle a moins de problème pour faire confiance. Elle attire la sympathie mais aussi l’amour. Elle révèlera tout à sa soeur mais Carly ne veut pas y croire malheureusement. Carly s’est fixée un but et elle veut l’atteindre. Elle mentira pour ça mais cela lui permettra de découvrir la vérité et de mettre à jour ce qu’elle a au plus profond d’elle. Carly semble une jeune fille qui a énormément besoin d’être aimée, de reconnaissance. Outre son sentiment de ne pas être aimée, éprouve-t-elle de la jalousie envers sa soeur ? Ses sentiments oscillent entre culpabilité, envie de protéger. Ses relations avec les autres sont toujours tendues. Cela a été le cas avec sa mère. Mais voir de nombreux hommes défiler dans une vie ne prête pas à la stabilité.

On apprend à tout âge, mais aussi quand on est jeune. Il faudra ces malheureuses expériences, voir sa soeur heureuse pour que Carly apprenne à faire confiance, à dire merci. Cela ne sera pas facile pour elle, le chemin sera long. Mais elle devra mettre de côté son entêtement, ses propres visions du monde qu’elle a et échanger. Avoir reçu de l’aide sans intéressement a commencé à l’aider en ce sens. Carly n’est pas seule, comme elle le pense. Même si elle s’est donné la mission de protéger sa soeur, elle ne peut pas tout affronter car elle est trop jeune.

Même si ce roman n’est pas un coup de coeur, j’ai eu plaisir à le lire. Je remercie Netgalley et Amazon Crossing.

Résumé Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Carly et Jen veulent rejoindre la Floride et leur beau-père Teddy.

Carly tente désespérément de le joindre mais il ne répond pas.

Elles vont marcher des kilomètres et des kilomètres pendant des jours et des jours pour traverser les Etats-Unis.

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Date de sortie : 14 novembre 2017

Nb pages : 413

Editeur : AmazonCrossing

ISBN : 978-15-4204-5063

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités

Chaman de Maxence Fermine

Chaman Maxence Fermine
Chaman Maxence Fermine

Résumé Chaman de Maxence Fermine

Après Le palais des ombres, j’avais toujours voulu lire un autre roman de cet auteur, Maxence Fermine. C’est le cas avec Chaman. Un roman court qui diffère complètement du premier lu. Et je ne regrette absolument pas ma lecture. En un peu plus de 130 pages, Maxence Fermine fait vraiment le tour du sujet dans cette quête d’identité, de racines. Bravo ! C’est très bien construit. Le sujet est de plus très intéressant et fait partie de ceux que j’affectionne assez. L’histoire des Indiens d’Amérique et le joug des Etats-Unis sur ces différents peuples. Maxence Fermine titre chacun de ses chapitres en anglais ou d’un terme indien que l’on retrouve dans le chapitre. De plus, des citations de personnalités permettent encore mieux de comprendre le thème.

Richard a 45 ans. Il est Indien par sa mère. Il se trouve à un instant de sa vie où il est prêt à basculer de l’autre côté. Mais il a fait une promesse. Mariée à un blanc, sa mère est devenue une paria au sein de sa communauté. Etant donné qu’elle vient de mourir, il veut respecter sa dernière volonté. Que ses cendres soient dispersées sur la terre de ses ancêtres. Ce sera pour lui une révélation. Très peu porté sur la famille, solitaire, il va rencontrer la jeune soeur de sa mère, sa famille mais aussi le Chaman et une femme, la Rêveuse. Il a eu quelques aventures, sans lendemain. Mais il n’a jamais voulu s’engager. Avec cette femme, il sent que c’est le grand amour. Mais comme il doit repartir, il ne veut rien promettre, rien dire. Et surtout, un évènement va tout faire basculer et on comprend mieux l’histoire du loup en début du roman.

Dans cette quête de ses ancêtres, ce rappel au passé, ce devoir de ne pas oublier, des événements, qu’il ne comprendra pas et les autres non plus, vont arriver. Ce métis ferait-il partie des leurs ? Il va retrouver donc sa vraie famille. Il va enfin savoir qui il est.

Ce roman a une visée politique. Maxence Fermine détaille bien le quotidien des Indiens, parqués dans des réserves. Ils ont été spoliés de tout par les différents gouvernements. Alcool, drogue, ils tentent de tenir, de vivre et de survivre. Certains sont toutefois heureux. Pique envers Donald Trump avec cet oléoduc qui va, encore plus, dénaturer ces paysages. Personne ne pense aux Indiens, ils sont devenus quantité négligeable. Toutefois, il reste encore de très beaux coins où la main de l’homme n’a pas encore été posée. Jusqu’à quand ?

Le roman donne également une belle part à la mort, à la façon de faire son deuil, lorsque cela touche une personne très proche, trop proche. On peut vite sombrer dans la dépression.

Je remercie Netgalley et les Editions Michel Lafon pour cette avant-première.

Résumé Chaman de Maxence Fermine

Richard est un charpentier du ciel. Il se trouve en hauteur et il pense à sauter.

Mais il se rappelle que sa mère vient de décéder et qu’il lui a fait une promesse sur son lit de mort.

Chaman de Maxence Fermine

Date de sortie : 12 octobre 2017

Nb pages : 131

Editeur : Michel Lafon

ISBN : 9782749932545

The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

The Blackstone Affair Ne t'enfuis pas Tome 3 de Raine Miller
The Blackstone Affair Ne t’enfuis pas Tome 3 de Raine Miller

Avis The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

Je suis absolument ravie d’avoir lu ces deux tomes de The Blackstone Affair à la suite et donc pour ainsi dire finir la saga. Je m’interrogeais par rapport au tome 1 non lu. Cela ne me pose pas de problème car des rappels sont faits dans ces deux tomes et notamment le dernier. Ce tome 3 est vraiment la suite du tome 2 sans aucune coupe.

Outre ces scènes de sexe, cette alchimie physique entre les deux héros, Brynne et Ethan, il n’y a pas que ça dans The Blackstone Affair. C’est la vie d’un couple qui se connait depuis peu mais qui sont déjà sur la même longueur d’ondes. Ils se complètent à merveille, se soutiennent. Bien sûr, il y a de la jalousie de part et d’autre, des zones d’ombre mais on ne peut pas tout connaître de quelqu’un au premier regard. Ils ont bâti leur relation sur la confiance. Et cette confiance ne doit pas faire défaut sinon ce sera la rupture.

Ces zones d’ombre sont difficiles à évacuer, à partager car on n’a pas envie que l’autre souffre, surtout lorsque l’on ne sait comment on va réagir, au plus d’une crise. Je l’avais déjà évoqué précédemment, Raine Miller aborde tout de même des sujets actuels et notamment le stress post-traumatique, expérimenté par les soldats au retour d’une guerre ou lors d’un évènement traumatisant comme un viol. Oui, les deux héros vont consulter, ce sera plus long pour Ethan qui doit trouver la bonne personne mais aussi la thérapie qui lui convient. TCC et autres doivent être présentées aux patients. Je confirme qu’il est indispensable de trouver le bon thérapeute pour se faire soigner. Cela ne fait pas de mal et surtout cela aide. Quand on sait que 75% de la population française a des troubles psychiques mais ne se fait pas suivre, on peut se poser des question.

Ethan et Brynne sont très forts mentalement, malgré les coups du sort. Il y en a quelques uns dans ce roman. Ils arrivent à remonter la pente mais cela ne se fait pas facilement. Un passage a été très émouvant pour moi lorsque je l’ai lu. Ce roman est d’une grande tendresse et elle se reflète dans toutes leurs relations familiales et amicales. Brynne doit apprendre à se sentir belle, apprendre à s’aimer. Et cela vaut pour les deux. La confiance en soi est donc très importante. De plus, Raine Miller commence et clôture son roman avec une partie de l’histoire de la maison où ils ont élu domicile et celle qui l’a habitée.

Je remercie Les Presses de la Cité et NetGalley pour cette sélection.

Avis The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

7 mai 1837, une jeune femme doit épouser un homme qui l’aime, qui l’adore, qui est prêt à tout faire pour elle. Mais elle se sent coupable..

Stonewell Court devient donc la demeure d’Ethan et Brynne, tout près de la soeur de celui-ci.

The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

Date de sortie : 6 juillet 2017

Nb pages : 448

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-258-14590-0

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan
La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Avis La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Après deux autobiographies, j’avais besoin de me plonger dans un roman, dans une histoire imaginée par un auteur, mais avec des éléments véridiques car bien étudiés. Bingo ! C’est le cas avec La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan. Un auteur qui m’emmène en Cornouailles a déjà pratiquement tout bon. Les descriptions de cette lande, de cet océan Atlantique, de ces changements de temps sont vraiment à couper le souffle et donne un ton au roman. D’ailleurs, ce paysage, bien étudié, connu, donne toute sa profondeur à l’histoire de cette ferme, où six générations ont vécu. En 2014, ce sont trois générations. La grand-mère Maggie, sa fille Judith et les enfants de celle-ci, une fille et un garçon.

Sarah Vaughan commence son roman de nos jours. Une dame âgée apprend que ses jours sont comptés. Le cancer la ronge. Elle veut accomplir ce qui la hante depuis 70 ans, surtout pour partir en paix. Son nom n’est pas donné mais au fur et à mesure de l’histoire, le lecteur, enfin moi, comprend qui est cette femme.

L’auteur nous déroule son histoire depuis la deuxième guerre mondiale jusqu’à nos jours. Les chapitres alternent donc. Les parents de Maggie ont accueilli des enfants qui ne pouvaient pas rester à Londres. Ce sera Will et sa soeur Alice, qui vont grandir avec Maggie. Will et Maggie sont très proches, trop proches pour la mère de celle-ci. Ils tombent amoureux. Mais leur avenir sera sombre. Alice a cinq ans de moins que Maggie et ce qu’elle voit la perturbe. De plus, face à cette femme forte qu’est la mère de Maggie, elle ne peut pas se taire. Maggie est maintenant une femme de 88 ans, qui attend depuis 70 ans, qu’un homme pousse la porte de chez elle.

Lucie vit à Londres. Elle a appris l’infidélité de son mari et elle a failli faire mourir un enfant. Elle est donc en arrêt de travail. Son refuge ? La ferme familiale. Là, elle apprendra que la ferme est énormément endettée, que son oncle veut la vendre. Entre secrets de famille qui seront révélés, faire le point sur sa vie, Lucie devra prendre des décisions pour aider son frère et sa famille et sauver la ferme et ceux qui y vivent.

L’auteur nous détaille très bien les conditions de vie dans les fermes dans les années 40, où tout le monde pouvait vivre. Mais il y a également cet opprobre qui pouvait régner. La réputation d’une famille était très importante. Ensuite, nous avons les conditions de vie de ces fermiers qui se sont dégradées, à cause des maladies et au fur et à mesure trop de dettes. En plus, le temps peut anéantir une récolte. Cela peut provoquer de nombreux drames. Il ne faut pas oublier cette seconde guerre mondiale. Les campagnes étaient peut-être plus protégées que Londres, mais la mort peut frapper partout. Découverte de tous ces avions.

Trois générations de femmes, fortes, qui ont toutes les trois vécu une très belle histoire d’amour. Les sentiments sont très forts, pas du tout mièvres. Il est souvent difficile de pardonner à quelqu’un, de comprendre quand on a souffert. Mais le message d’espoir est là. En famille, en se confiant, on peut surmonter bien d’obstacles.

Je remercie NetGalley et Préludes pour cette sélection.

Résumé La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Cette ferme de 300 ans est très isolée face à la mer, l’océan et elle garde ses secrets.

A Londres, une femme âgée de 83 ans, atteinte d’un cancer, décide de revenir sur les lieux de son enfance car elle veut faire la paix, arranger les choses.

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Date de sortie : 5 avril 2017

Nb pages : 448

Editeur : Préludes

ISBN : 9782253107866

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller
The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Avis The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Est-ce que ne pas avoir lu le tome 1 pose un problème pour la série The Blackstone Affair ? Je ne le pense pas mais je me trompe peut-être. Lorsque j’ai demandé cette sélection, je pensais commencer avec le premier tome. Ce n’est pas le cas. Je fais donc connaissance avec Brynne et Ethan. Leur relation a pris un tournant au bout de quelques mois de connaissance. Brynne est en danger et Ethan veut, à tout prix, la protéger. Outre leur relation physique très intense, l’un et l’autre sont profondément amoureux.

Lorsque l’on lit cette sorte de trilogie, le lecteur peut penser qu’il va trouver un mâle dominateur. Sauf qu’ici, ce n’est pas le cas. Brynne et Ethan ont souffert et le lecteur l’apprend au fur et à mesure. Mais les pistes sont données au compte goutte, ce qui ajoute du piment à l’histoire, même si cela pourrait être plus développé. Quelques rebondissements, assez difficiles à vivre, pour l’un et l’autre, font de The Blackstone Affair une série pas toujours basée sur le sexe. Je ne m’étendrai donc pas sur ça afin de ne pas donner trop d’indices aux futurs lecteurs. Mais en s’interrogeant, l’auteur aborde des sujets très importants, comme le retour de la guerre, le viol, la torture, la manipulation.

Les relations humaines sont très importantes, notamment les liens familiaux. Ethan est très proche de sa famille, père, soeur, cousin. Brynne est très proche de son père et beaucoup moins de sa mère, personnage que l’on n’a pas trop envie de rencontrer. Ethan est un homme dominateur mais seulement au lit et encore, tout est fait avec l’accord de sa partenaire. Toutefois, il a peur que sa violence, due à ses cauchemars, ne refasse surface et ainsi faire du mal à Brynne. Il sait que leur relation est basée sur la confiance mais cette partie obscure de sa vie est très difficile à raconter. Il a eu aussi la douleur de perdre sa mère alors qu’il était très jeune. Brynne, quant à elle, n’arrive pas à exprimer ses sentiments. Elle manque de confiance en elle mais c’est une jeune femme très forte. Ethan l’apaise, il la protège. Elle veut tout connaître de lui même cette partie obscure. Car elle sait qu’elle pourra sûrement l’aider ou lui permettre de se faire aider. Brynne sait aussi ce qu’elle veut et elle a de la suite dans les idées. Elle ne se laisse pas faire.

Ah oui, les scènes de sexe sont bien présentes, souvent crues, comme les termes employés. Mais j’ai lu beaucoup plus hard et cela ne m’a pas profondément dérangé. The Blackstone Affair n’est pas de la grande littérature, certes, mais il permet de passer un bon moment de lecteur car le roman se tient.

Je remercie Les Presses de la Cité et NetGalley pour cette sélection.

Résumé The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Juillet 2012, Brynne est à Londres. Cela fait sept ans qu’il ne l’a pas vue. Des photos lui ont permis de la retrouver.

Mais Brynne est accompagnée de Blackstone, son petit ami depuis 2 mois. Il ne la lâche pas.

The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Date de sortie : 1er juin 2017

Nb pages : 496

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-258-14589-4

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

De l'autre côté de la nuit de Sarah Hilary
De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Avis De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Que c’est compliqué d’écrire cette chronique ! Il y a tellement de choses à dire que ce serait vraiment trop en dévoiler. Et je ne le veux pas. Tout commence pour Marnie et Noah avec la découverte de ces deux enfants morts il y a cinq ans. Qui sont-ils ? Comment sont-ils morts ? Qui les a tués ? Voilà une partie des enjeux de ce roman. Mais ce n’est pas tout avec tous les personnages qui gravitent autour et le lieu, ce bunker.

Je ne sais pas si toutes ces constructions, ces bunkers existent bien à Londres. Ils permettaient de se cacher, de vivre et de survivre pendant la deuxième Guerre Mondiale. Dans ce roman, nous assistons à la souffrance d’un homme, d’une femme. Cette dernière est atteinte de dépression post-partum. Elle est un danger pour elle-même et pour les autres. Soignée avec des médicaments, son mari est chargé de s’en occuper ainsi que de ses enfants. Mais cela sera extrêmement dur pour lui car il aura toujours peur qu’elle passe à l’acte. Il devra tout éliminer de dangereux. Mais cela ne sera pas suffisant. L’un et l’autre vivront dans la culpabilité. Ils penseront ne pas pouvoir être à nouveau heureux. L’auteur nous détaille les affres de la maladie, qui et comment elle touche. La dépression peut toucher n’importe qui et à n’importe quel moment. Je ne souhaite à personne de connaître cet état. Oui, tout à fait, j’ai expérimenté la dépression d’un proche et la mienne par la même occasion, même si ce n’est pas la dépression d’une femme qui a eu un enfant. Elle est souvent méconnue, on parle d’hormones… Heureusement que certaines personnalités se confient à ce sujet pour que les prises de conscience existent et pas que celles des médecins. Le roman pointe du doigt, également, la non prise en charge des victimes. Elles souffrent elles aussi, même si elles sont adultes.

Ce roman n’est pas un coup de coeur pour moi. Pourtant, il bénéficie d’une bonne construction, d’un bon sujet et de très bons personnages. Le moment ne se prêtait peut-être pas à sa lecture pour que je l’apprécie à sa juste mesure. Je m’attendais peut-être à plus, à savoir plus de développements de la part de l’auteur sur cette culpabilité, surtout comment elle a été vécue. Les faits sont établis, Marnie les développe et fait parler ceux qui souffrent. Mais peut-être car il y a trop de personnes qui souffrent dans ce roman. Tout n’est pas éclairci à mon avis. Peut-être que ce sera le cas sur le prochain puisqu’il semblerait, lorsque j’ai lu, les dernières pages, que ce roman est le deuxième qui met en scène Marnie et Noah. Ce roman traite de la culpabilité, du jugement envers autrui. Certains personnages en sortiront grandis. Cela aura été une belle leçon de vie que la découverte de ces deux corps d’enfants et de l’histoire qui en découle. L’auteur distille ses informations au compte goutte pour permettre au lecteur de s’interroger. Certaines fois, je ne me suis pas assez interrogée et heureusement car sinon, je n’aurais pas eu le plaisir de la découverte.

Peut-on être un jour heureux même si on a vécu un drame dans sa vie ? Marnie tente même si elle cherche des réponses et qu’elle est manipulée. Même soignée, même condamnée, même réhabilitée, Esther portera toujours sur ses épaules le poids de ses actes. Et son mari, qui a refait sa vie ? S’il ne bénéficie pas d’une aide, il ne sera jamais heureux. Tout comme ce jeune adolescent que les parents n’ont jamais aimé.

Je remercie Netgalley et les Editions JC Lattès.

Résumé De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Cinq ans auparavant, deux garçons sont enfermés. Fred pleure mais ne veut pas le montrer à son petit frère.

Plus tard, à Londres, découverte de deux enfants morts dans un bunker. Pour Noah Jake, c’est sa première affaire avec des enfants disparus. Qui sont ces enfants ? Comment sont-ils décédés ? Le but est donc de trouver qui ils sont et les coupables.

De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Date de sortie : 31 mai 2017

Nb pages : 380

Editeur : JC Lattès

ISBN : 978-2-7096-45331

Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Nom de code Mémé Ruth d'Alice Quinn
Nom de code Mémé Ruth d’Alice Quinn

Avis Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Chère Cricri,
Pour tout vous dire, je vous aime toujours autant. J’ai raté le troisième épisode et je le regrette. Il est bien dommage que votre auteur Alice Quinn ne soit pas publiée par une maison d’édition. Mais elle persévère et se publie elle-même. Heureusement même si cela ne lui apporte pas beaucoup de sous. Heureusement qu’Alice a une communauté fidèle qui l’aime et vous aime beaucoup. Qu’est-ce qui ne plaît pas à un éditeur ? Vos phrases ? Très certainement car vous pouvez passer pour une jeune femme sans cervelle. Sauf que, à force de vous connaître, vous êtes une femme au coeur tendre. Alice Quinn, dans tous ses romans, fait passer de nombreux messages, avec des personnages hauts en couleur. Ici, cela concerne la Résistance et tous ces hommes et femmes qui ont oeuvré contre le nazisme. Bravo à Alice et à votre mémé Ruth.

Vous êtes une grande rêveuse, vous recherchez toujours le grand amour, un regard suffit parfois pour vous mettre dans tous vos états. Malgré tout, vous pouvez changer facilement d’avis car vous avez des principes. On s’en rend compte encore dans vos romans. L’amour, il n’y a que ça de vrai, surtout celui de vos enfants et ceux des autres. Pour eux, vous déplacerez des montagnes et ils vous le rendent bien. Rêveuse oui car vous rêvez d’un destin, d’argent. Dès que quelque chose pointe à l’horizon, vous établissez de nombreux plans. Ah oui, cela permettrait de mettre du beurre dans les épinards, mais vous serez économe et surtout vous aiderez les autres. C’est ce que j’aime chez Rosie, Cricri, elle ne pense pas qu’à elle.

Comme d’habitude, Rosie Maldonne attire les problèmes ou ceux-ci aiment la jeune femme. Ce sont toujours des enquêtes pour trouver quelque chose, des coupables… Elle conserve toujours ses amis fidèles qui sont là pour l’aider. Rosie reste elle-même, elle dit tout haut ce qu’elle pense, cache ce qu’elle souhaite. Elle ne se laisse pas malmener par qui que ce soit. Elle réarrange toujours les proverbes à sa façon. C’est une femme au grand coeur qui mériterait vraiment d’être connue. Outre la Résistance, Alice Quinn nous offre également une Rosie encore plus attachante, qui n’hésite pas à montrer sa faiblesse, à pleurer car c’est un retour vers le passé qu’elle a peu connu. Rosie est issue de deux femmes très fortes. Où il est question d’héritage moral.

Malgré quelques petites coquilles que je n’ai pas eu le temps de noter, Alice Quinn nous fait toujours passer un bon moment de détente, sans prise de tête avec son héroïne au grand coeur. Merci à l’auteur pour m’avoir offert son roman. Toujours de nombreuses références cinématographiques et chantées.

Résumé Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Rosie Maldonne sort d’une situation amoureuse. Des pluies diluviennes ont saccagé sa caravane. Dans une valise, elle essaie, avec ses enfants, de faire sécher ses papiers donc souvenirs. Elle voit la moitié d’une carte. Tout de suite, elle pense à un trésor.

Lorsqu’elle se rend dans un endroit pour cherche à manger, elle rencontre deux SDF. L’un lui confie une photo et l’autre une invitation pour se rendre à Monaco.

Nom de code Mémé Ruth, Rosie Maldonne 4 d’Alice Quinn

Date de sortie : 31 mai 2017

Nb pages : 347

Editeur : Alliage

ISBN : 978-2369100300

I hate u love me de Tessa Wolf

I hate u love me Tessa Wolf
I hate u love me Tessa Wolf

Avis I hate u love me

Après avoir lu tome 1 il y a peu de temps, grâce à Netgalley France et BMR, que je remercie ainsi que Tessa Wolf, j’ai pu me plonger dans ce deuxième volume de I hate u love me et retrouver Elena et surtout Fares. Si je n’avais pas été sélectionnée par BMR, j’aurais toutefois acheté l’ebook et ce sera le cas pour le troisième tome que j’attends avec grande impatience.

Comme je l’écris souvent car je le pense pour l’avoir expérimenté, les deuxièmes tomes sont souvent moins bons que les premiers et troisièmes. Ils semblent être une transition. Mais ce n’est pas le cas ici. Tessa Wolf réussit à merveille à encore, une fois, nous transporter dans cette histoire, pas tout le temps belle, il faut bien le dire. Elle a su insérer l’élément indispensable pour nous permettre d’avancer et de rester accro et fan.

Nous retrouvons Elena qui est mariée à Eric. Ils rentrent de voyage de noces. Elle emménage dans sa belle maison. Mais avant de quitter son appartement, la femme de Fares lui rend visite. Elle souhaite lui parler mais pour Elena, tout est fini. Toutefois, elle conserve les données de la femme de Fares. Elena reprend son travail chez Hermès. Elle a deux assistantes sur qui elle peut compter. Outre son travail sur un sac, elle est missionnée pour une publicité afin de rendre tout son aura aux parfums Hermès, dont la dernière publicité n’a pas été au top. Lors d’une fête donnée à son domicile, Fares s’est introduit car il veut récupérer un élément qui lui appartient et qui était destiné à Elena.

Elena et Fares vont-ils replonger ? Vont-ils s’aimer ? Vont-ils se haïr ? Outre cette attirance physique, l’un et l’autre se déclarent leur amour enfin. Mais c’est sans compter un odieux personnage. Je ne spoïlerai pas qui et ce qui arrivera. Mais ce qu’il faut savoir c’est que Fares n’abandonnera pas. Il veut la reconquérir mais il existe beaucoup d’interrogations. Il veut prouver à Elena qu’il l’aime, qu’il a besoin d’elle et qu’il respectera son choix, même si cela lui fait extrêmement mal. Tessa Wolf alterne entre les scènes d’amour, haine, de violences physique et verbale. Elle consacre des chapitres écrits au nom d’Elena et de Fares et aussi d’Eric.

J’ai constaté deux ou trois coquilles de fautes non corrigées. Bref, pour tout vous avouer, je suis toujours autant amoureuse de Fares. Comme dans le premier tome, les personnages ne sont pas niais, loin de là. Ils grandissent, les profils psychologiques sont bien étudiés. C’est le tome des grands bouleversements qui vont permettre de mieux appréhender le troisième qui semble alléchant, grâce au bonus à la fin du livre.

Résumé i hate u love me

 Elena rentre de voyage de noces. Elle doit reprendre le travail chez Hermès. Elle fait le point avec ses deux assistantes qui lui annoncent qu’une publicité doit être travaillée par elle.

Eric doit présenter un grand projet face à de grandes personnalités. Fares, l’ex d’Elena, est présent à cette soirée.

I hate u love me, tome 2, de Tessa Wolf

Date de sortie : 9 juin 2017

Nb pages : 394

Editeur : BMR

ISBN : 978-2-01-702649-5

EnregistrerEnregistrer

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Jusqu'au bout d'Alexandra Oliva
Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Avis Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Difficile d’écrire cette chronique. J’ai pris énormément de notes pour tenter de me retrouver dans les personnages. Ils ont leur nom de scène, de télé-réalité, mais aussi leurs prénoms donnés par l’héroïne. A part Traqueur, l’Exorciste, Serveuse et Zoo, j’ai un tant soit peu oublié les autres et surtout leurs prénoms. Bref, j’ai eu du mal à lire ce roman, mais pas que pour ça. Il a fallu que j’arrive aux 3/4 pour que j’arrive à y trouver un tant soit peu mon compte. C’est-à-dire au moment où l’héroïne accepte que ce qu’elle vit depuis qu’elle est en Solo n’est pas du tout un jeu.

Ce roman est construit comme une télé-réalité sur de nombreux chapitres. Ils alternent avec la survie de l’héroïne. Si personne n’a vu de télé-réalité de sa vie, vous allez tout comprendre. Une production et animateur qui bénéficient des meilleures conditions. Des candidats que l’on découvre au fur et à mesure et qui sont tous aussi différents les uns que les autres. D’ailleurs, on se demande comment certains peuvent être là mais le but est de faire de l’argent et du buzz. Donc, on les suit en équipes, en solo avec deux ou trois qui se démarquent du lot. Comme dans toute télé-réalité, même si celle-ci est destinée à l’aventure, des alliances peuvent se créer. La fatigue, la faim, les conditions de vie peuvent monter les gens les uns contre les autres. Mais la production est protégée par des contrats en béton. Sauf qu’ils n’ont pas prévu l‘impensable. Ce qui arrive à tous. Comment notre héroïne passe à travers les mailles du filet de ce rapatriement ? Je pense que c’est dû au fait qu’elle ait été malade à un moment donné.

Dans les autres chapitres, on assiste à la survie de notre héroïne qui a décidé d’aller Jusqu’au bout de son aventure et de ne pas prononcer la phrase magique. Son mari l’a laissée partir pour qu’elle vive cette aventure. Elle rencontrera un jeune garçon, la désolation partout mais elle pense que c’est compris dans le scénario. Elle ne veut pas se poser de questions sur ce qu’elle a vu et voit. Il faut qu’elle avance, qu’elle rallie le dernier point. Il faut qu’elle mange, qu’elle fasse front. Même si Brennan parle trop à son goût, ce sera son compagnon d’aventure. Jusqu’à ce qu’elle arrive chez elle et découvre la réalité. A ce stade-là, le roman est bien avancé. Un petit élément nous laisse espérer une fin heureuse. En effet, comme dans tout programme, les réseaux sociaux jouent un très grand rôle. Chacun y va de son commentaire bien protégé derrière son écran. Son moteur est donc son mari qu’elle aime par dessus tout. Il lui a permis de faire face à une mère assez difficile. Le seul hic est qu’elle ne veut pas d’enfant. Elle rêve pratiquement toutes les nuits qu’elle assassine son bébé.

L’action se passe aux Etats-Unis. Les paysages traversés ne sont pas magnifiques. Le cadre ne s’y prête pas du tout et ne donne pas envie. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas adhéré au roman. Ce n’est pas une question d’écriture. Peut-être le sujet de la télé réalité et de se perdre dans ce nombre de personnages. Les parties consacrées à l’héroïne m’ont le plus plu. L’écriture est de bonne qualité mais elle n’a pas suffi pour moi, malheureusement.

Je remercie les Editions Kero et Netgalley pour cette sélection.

Résumé Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Un monteur est en train de travailler sur la diffusion du premier épisode d’une nouvelle télé-réalité. Mais il est malade et il sera parmi les premiers à mourir, même s’il ne le sait pas. La mort va intervenir dans les cinq jours.

Des candidats se retrouvent pour assister à cette aventure. Ils devront faire équipe mais aussi participer à des épreuves en solo.

Elle a faim, elle a soif. Elle a été malade. Mais elle doit repartir pour tenter de réaliser son Défi.

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

date de sortie : 1er mars 2017

Editeur : Kero

Isbn : 9782366582482

Nombre de pages : 416

La dernière expérience d’Annelie Wendeberg

La dernière expérience d'Annelie Wendeberg
La dernière expérience d’Annelie Wendeberg

Avis La dernière expérience d’Annelie Wendeberg

Un changement d’époque, ça fait du bien. Avoir Sherlock Holmes, mais sans son acolyte de toujours, également., ou vraiment très peu. Le découvrir différemment, dans sa relation avec une femme, c’est très intéressant. Dommage pour moi de ne pas avoir lu le premier épisode, même si des rappels sont faits. Comme vous le savez, lorsque des séries sont créées, j’aime les lire dans l’ordre et il m’arrive bien souvent d’avoir un tome et de commander les premiers pour avoir le fin mot de l’histoire. Ce sera le cas pour les aventures de Sherlock et Anna.

La médecine, la recherche, un monde d’hommes pas encore ouvert aux femmes. Mais elle a trouvé la parade en s’habillant en homme depuis, déjà, de nombreuses années. Elle a bien été aidée par son père, ce héros pour elle, celui qui l’a élevée, à qui elle doit tout, elle orpheline de mère. Il lui a tout appris, il lui a permis d’être libre. Mais cette liberté a un prix, elle doit constamment lutter contre tous, les hommes, leur pouvoir, cet ascendant qu’ils ont sur les femmes, violences verbale et physique. Même si elle n’est pas attirée par les fanfreluches, les discussions futiles, Anna apprécie, à force, d’être bien habillée. Sauf ce corset qui la comprime. Dans ces rapports avec les hommes, elle tient tête, sans obligatoirement avoir l’ascendant. Mais le plus important est de faire valoir ses idées. Comme tout être humain et ici une femme, elle peut tomber amoureuse, sans que cela ne soit suivi d’effet. Avec Moriarty, même si elle veut le tuer, elle ne sera pas insensible à cet homme nanti, qui lui révèlera un fond de douceur, jusqu’à quel point. A moins que cela ne soit l’auteur qui nous entraîne sur de fausses pistes. Mais Anna n’est pas dupe. Elle n’a pas supporté d’être enlevée, que son père souffre, qu’elle soit prisonnière et obligée de travailler pour cet homme. Elle apprendra à le connaître. Culpabilité ressentie car elle se joue de lui alors qu’elle semble éprouver des sentiments, j’écris bien elle semble. Anna est franche, peut être trop franche. Elle ne supporte pas la médiocrité, surtout la sienne car son plan initial ne semble pas fonctionner. Elle poursuit son but inlassablement.

Le développement d’armes biologiques car la guerre est proche. Mais tout cela dans le dos de l’armée, du gouvernement. Toutefois, une poignée d’hommes est au courant et avance des fonds considérables. Jusqu’où cela peut-il mener lorsqu’une personne est malhonnête ? Nous en connaissons les conséquences. Certaines personnes veillent au grain mais elles sont peu nombreuses.

Anna est toujours en lien avec Sherlock Holmes à qui elle donne des informations sur son ennemi juré et surtout pour qu’il l’aide pour son père et pour qu’elle ne mène pas son travail jusqu’à bout car elle est surveillée tout le temps. Le premier tome manque car le lecteur sent bien qu’ils ne sont plus aussi proches même si Sherlock éprouve du respect pour Anna.

Roman très rafraîchissant où Sherlock Holmes n’est pas le héros de cette enquête. La partie n’est vraiment pas facile pour Anna. Elle a affaire à un adversaire vraiment coriace. Elle qui pense remporter quelques victoires doit revoir à chaque fois son scénario. La plume est dense, fluide. Annelie Wendeberg réalise un très bon opus. Par contre, je ne sais pas s’il y aura une suite à celle-ci. Avec l’imagination, tout est possible. En tous les cas, j’ai beaucoup aimé le personnage d’Anna. Il est bien étudié, il démontre une femme forte, indépendante, cultivée.

Je remercie les Presses de la Cité pour cette découverte.

Résumé La dernière expérience d’Annelie Wendeberg

Plusieurs mois se sont écoulés. Anna Kronberg est chez elle, en Angleterre. Elle a rompu tout lien avec Sherlock Holmes car elle a souffert.

Un homme s’introduit chez elle. Il l’a retrouvée. Il l’enlève et elle se retrouve prisonnière avec l’obligation de s’occuper de virus bactériologiques.

Si elle s’enfuit, si elle n’obéit, son père sera tué.

La dernière expérience d’Annelie Wendeberg

date de sortie : 11 mai 2017

Editeur : Presses de la Cité

Isbn : 978-2-258-13696-0

Nombre de pages : 304