Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

tous les livres sur Babelio.com

Avis Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

Je ne suis pas habituée des romans qui se passent au Moyen-Orient. J’ai dû en lire moins de cinq. S’ils ont été lus, c’est parce que l’occasion s’est présentée et qu’ils m’ont été envoyés dans le cadre de partenariats. Je n’ai jamais eu de soucis avec les auteurs et les histoires lus. Mais, j’en ai tellement dans ma PAL que ces romans ne sont pas mon domaine de prédilection. J’ai eu la chance d’être sélectionnée dans le cadre de Masse Critique de Babelio et j’ai reçu ce roman. Je ne regrette pas ma demande. Si je ne suis pas une habituée de ces romans, ces pays ne m’attirent pas particulièrement. N’y voyez aucun racisme de ma part. Pourtant, cette histoire me fait voir l’Egypte et ses habitants autrement. Je n’ai aucune idée préconçue sur les Musulmans, j’ai vécu à côté d’eux. Je les respecte comme ils me respectent. Même si je ne suis absolument pas croyante, leur religion ne me laisse pas indifférente, surtout lorsqu’elle n’est pas interprétée. Comme dans toute religion, il y a du bon et du mauvais. Mais ici, en définitive, il n’est pratiquement pas question, de religion.

J’ai été surprise par cette histoire et ces personnages qui se déroule sur trois générations. Trois générations de femmes, mais pas que. Il y a des hommes aussi. Sont-ils manipulés par les femmes ? Elles sont fortes, incroyablement fortes avec la première Injy, Egyptienne mais qui a vécu en Arabie Saoudite et qui est diplômée. Elle va rencontrer un lointain cousin. Sans trop y toucher, ils vont tomber amoureux. Leur fuite, après l’assassinat d’un homme, dans un quartier d’Alexandrie, ne leur permettra jamais de revenir. Injy, avec ses paroles, ses non-dits également, entraîne Ali pour qu’au fur et à mesure il venge la mort de son père. Entre assassinats, pouvoir, Inji et Ali vont devenir les maîtres, les héros de Karantina, un quartier où ils vont s’installer. Le lecteur suit donc Injy, Ali, leurs amis d’un jour et ennemis d’un autre jour. Alexandrie et ce quartier de Karantina verront des luttes, des meurtres et ce n’est pas fini avec les générations qui arrivent, soit Hamada, le fils d’Injy et Ali et ensuite leurs petites filles. Ce sont donc deux familles qui vont tenter d’évincer l’autre.

Ce que j’aime bien avec cet auteur est qu’il annonce des faits, des vérités mais aussi des contre-vérités car rien n’est simple dans la vie. Un jour, tout peut être conforme à ce que l’on attend et un autre jour, ce sera le contraire. Cette étude de la société égyptienne et surtout celle d’Alexandrie démontre cette lutte de pouvoirs, cette lutte contre le pouvoir qui ne peut ou ne veut rien faire, à cause des pots de vin. Lutte contre le fondamentalisme, contre le régime et contre la morale égyptienne. Car oui, Inji et Ali, sous couvert d’un café, de donner des cours, ont ouvert un endroit où ils ont embauché des prostituées. Les dialogues sont riches, ils peuvent faire sourire. Ils ne prennent pas de gants lorsqu’ils parlent. L’auteur prend le lecteur à témoin et préfère raconter l’histoire, avec  des rappels du passé, avant que quelqu’un d’autre ne le fasse.

Immoralité, rumeurs, héroïsme, Histoire également avec ces légendes. J’ai trouvé ces personnages assez libérés ce à quoi je ne m’attendais pas, en définitive. Ce qui veut dire que nous sommes, quand même, conditionnés, par ce que l’on peut entendre à la télévision ou dans les journaux. J’ai juste un petit reproche à faire à l’auteur, mais ce n’est rien de grave. Oui, les jumelles sont bien deux. Il n’était pas nécessaire d’écrire et répéter les deux jumelles.

Lu dans le cadre de masse critique Babelio avec Actes Sud que je remercie.

Résumé Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

2064 restera l’année la plus cruelle de l’histoire d’Alexandrie. Un chien meurt alors que sa femelle le cherche.

Beaucoup plus tôt, Ali, tient un magasin de vêtements avec son frère. Il rencontre Injy, qui se révèle être une lointaine cousine. Elle va l’amener à tomber amoureux d’elle.

Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy

Date de sortie : 6 septembre 2017

Nb pages : 447

Editeur : Actes Sud

ISBN : 978-2-330-08184-3

Publicités

Le couple d’à côté de Shari Lapena

Le couple d'à côté de Shari Lapena
Le couple d’à côté de Shari Lapena

Avis Le couple d’à côté de Shari Lapena

C’est l’histoire d’un couple, invité à dîner dans la maison mitoyenne, qui laisse son bébé de six mois, seul. A leur retour, le bébé a disparu. C’est la panique, la douleur pour cet homme et cette femme. La police est appelée sur les lieux. Très vite, les soupçons se portent sur cet homme et cette femme. Elle est issue d’une famille riche. Elle possède des relations compliquées avec sa mère et son beau-père. Mais dès qu’elle a un problème, elle les appelle et peut compter sur eux. Des parents qui s’immiscent dans sa vie de couple. Ils n’ont pas accepté son union avec Marco.

Difficile d’écrire une chronique sur ce roman sans trop en dévoiler. Anne et Marco adorent leur fille, mais ils se sont éloignés l’un de l’autre. Auparavant, femme active, elle est atteinte de dépression post-partum. Elle se sent laide, a du mal avec son bébé. Cora est peut-être le seul lien qu’elle ait avec son mari. Elle n’imagine pas qu’il puisse faire du mal à leur fille. Pourtant, elle a des reproches à lui faire. Mais cela se passera entre eux, pas devant la police. Il semblerait que tout est fait dans ce roman pour que ce soit elle qui soit accusée, à cause de sa dépression. De plus, elle a des phases d’oubli. Elle se sent responsable de la disparition car elle a laissé sa fille toute seule. Elle culpabilise énormément. Anne n’est pas un personnage qui m’a forcément plus. Elle est une femme naïve. Outre sa dépression, elle a d’autres soucis psychiatriques.

Marco est un bel homme. Il a flirté avec sa voisine lors du dîner et provoqué la colère de sa femme. Cette dernière et sa fille sont tout pour lui. Mais il dépend de l’argent de ses beaux parents, qui ont injecté des fonds dans son entreprise. Jusqu’où est-il prêt à aller pour donner une belle vie à sa femme et sa fille ?

Quand une rencontre et ensuite une mauvaise idée vont révéler des secrets de famille, quelque chose qui était latent depuis de nombreuses années.

Ce roman se laisse lire. Mais l’auteur n’a pas fait preuve d’imagination, quant à l’histoire, les dialogues. Comme un sentiment de déjà lu, tout était prévisible. Même certains échanges me laissent un goût de téléphoné. Le roman n’est pas bâclé, loin de là. Toutefois, il ne remporte pas mon adhésion. En tant que lectrice, je ne suis pas arrivée à prendre fait et cause pour un des personnages. A un moment donné, j’ai pensé que la mère pouvait être en cause dans la disparition. L’auteur parsème son roman de quelques indices, mais je n’ai pas ressenti la tension monter, à aucun moment. Peut-être parce que le sujet a déjà été traité. On le sait que la cupidité et l’argent mènent à tout. Il aurait été bienvenu que le sujet autour d’Anne et de la mort de son vrai père soit beaucoup plus approfondi avec une dimension plus psychologique. Cela aurait permis de la connaître encore mieux, de voir son évolution au fil des années, ses problèmes de santé. Même l’objet de ce roman, à savoir la disparition de l’enfant et son dénouement est un peu passé à la trappe. Est-elle morte ? Est-elle vivante ? Cela ne prend que quelques lignes à l’auteur. C’est bien dommage.

Même si ma critique n’est pas forcément bonne, je remercie les Editions Presses de la Cité pour leur envoi.

Résumé Le couple d’à côté de Shari Lapena

Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins les plus proches.

Anne se sent laide face à cette femme qui flirte ouvertement avec son mari. Outre les reproches qu’elle se fait, il lui tarde de rentrer. Mais ça dure un peu trop à son goût.

La surprise sera de taille à leur retour au domicile.

Le couple d’à côté de Shari Lapena

Date de sortie : 21 septembre 2017

Nb pages : 331

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-258-13765-3

Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith

Avis Nulle part sur terre de Michael Farris Smith

Après un roman très long, que j’ai eu du mal à finir, que cela fait du bien de changer de registre, même si ce n’est pas un polar, un policier, un thriller, genre que j’affectionne plus particulièrement. Mais j’aime énormément me laisser porter par une histoire qui me permet de m’évader. C’est le cas ici avec le deuxième roman de l’auteur. Je n’ai pas lu le premier donc je n’ai pas de point de comparaison. A-t-il fait mieux, moins bien ? Son écriture s’affirme-t-elle ?

L’auteur nous donne les informations petit à petit et confirme les liens entre les personnages. Mais je ne devrais pas lire les 4èmes de couverture. Je ne le fais pas d’habitude ou quand j’ai bien avancé dans le roman car je me suis imaginé un scénario. Je me suis interrogée au fil de ma lecture, même si certains éléments donnés au compte goutte étaient assez prévisibles. Mais il y a toujours eu une part de suspense. Jusqu’à la fin, le lecteur ne sait pas ce qui arriver. Qui va aller ou retourner en prison, suite au meurtre de ce policier qui n’avait pas bonne réputation ? Est-ce que tous les personnages vont se retrouver ensemble ? Quelqu’un va-t-il mourir ?

C’est l’histoire d’un homme, Russell, qui a passé onze années de sa vie en prison, alors qu’il était sur le point de se marier avec Sarah. A son arrivée chez lui, outre son père, deux hommes l’attendent et le passent à tabac et lui promettent qu’il va souffrir encore plus. Il va tenter de reconstruire sa vie jusqu’au jour où il est dans un endroit où il ne devait pas se trouver, où il rencontre Maben et sa petite fille. Il ressent énormément de culpabilité pour ce qui s’est passé il y a onze ans. En plus, la vie en prison n’a rien arrangé. Il tentait de rester en vie face à des hommes beaucoup plus violents que lui. Tout le monde sait que Russell n’est pas un homme violent, même la police, même si après onze années passées en prison, il a pu changer. Mais il s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Quand il rencontre Maben, il va tout faire pour l’aider mais il ne veut pas retourner en prison. Très vite, il sait qui il est mais cela ne joue pas de rôle dans sa prise de décision.

Ensuite, il y a Maben qui est maman d’une petite fille. Elle tente de retourner là où elle a vécu. Mais elle fait une mauvaise rencontre et elle a peur pour la vie de sa fille. Maben a souffert. Elle a eu de nombreuses relations. Elle a touché à l’alcool, à la drogue mais elle va tout tenter pour protéger sa fille. Jeune fille, elle a souffert. Sans lui chercher d’excuses, d’ailleurs, elle-même ne s’en cherche pas, elle a tenté d’oublier une mort horrible.

Cet homme et cette femme semblent avoir fait les mauvais choix de vie. Mais ils les assument car ils sont bien obligés. Je ne dirai pas que c’est le destin car l’alcool ou autre chose ne sont pas des exécutoires. Ils peuvent briser comme faire oublier un vécu difficile. Ils sont un refuge mais un mauvais refuge. D’ailleurs, j’ai les gens conduisent en buvant ou avec de l’alcool à proximité. Mais que fait la police ? Nous sommes aux Etats-Unis, c’est vrai, je ne sais pas si la lutte contre l’alcool au volant est la même qu’en France. Et puis, il y a ces armes que l’on trouve très souvent, chargées. Quand on lit un roman après une telle tuerie – Las Vegas – certains éléments nous font nous interroger encore plus.

L’histoire racontée est fluide. Il n’y a aucun temps mort. Le lecteur suit les personnages au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire. J’ai passé un très bon moment de lecture. Il me tardait de le finir mais pas parce que je m’ennuyais, parce que je voulais connaître le dénouement. L’auteur détaille également très bien la colère de Larry, sa haine envers lui-même, sa fidélité envers ceux qu’il aime. Mais c’est un homme violent, qui boit. Il lui semble qu’il doive protéger sa famille, la venger. Mais il se fait des idées. Il n’accepte pas la vie. Ensuite, il y a l’ami de Russell, policier. Il se rappelle les bons souvenirs d’enfance, d’adolescence, mais il doit faire son travail en laissant une chance à son ami. Que dire du cadre ? Le Mississippi avec ses endroits magnifiques et ses petites bourgades où tout le monde se connaît, où l’alcool coule à flot, où les coups pleuvent entre hommes mais aussi la violence faite aux femmes.

Livre lu dans le cadre d’une masse critique spéciale. Je remercie Babelio et les Editions Sonatine.

Résumé Nulle part sur terre de Michael Farris Smith

Russel sort de prison. Il rentre chez lui en bus. Il est accueilli par deux hommes qui le passent à tabac.

Maben marche et marche encore avec sa petite fille. Un vieux monsieur l’amène à la gare routière. Il lui laisse un peu d’argent. Le but de Maben est de revenir là où elle a vécu pour tenter de changer de vie.

Nulle part sur terre de Michael Farris Smith

Date de sortie : août 2017

Nb pages : 362

Editeur : Sonatine

ISBN : 978-2-35584-609*-0

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le sympathisant de Viet Than Nguyen

Le sympathisant de Viet Thanh Nguyen
Le sympathisant de Viet Thanh Nguyen

Avis Le sympathisant de Viet Than Nguyen

Le peu de critiques lues sur ce livre ont toutes encensé ce livre. Personnellement, je vais me montrer plus critique. J’ai trouvé Le sympathisant long, trop long. Bien entendu, ce n’est pas mon domaine de prédilection mais j’aime et j’adore sortir de ma zone de confort. J’ai déjà lu des autobiographies, biographies puisque c’est ce dont il s’agit que j’ai jugées beaucoup plus intéressantes à lire.

Le Sympathisant n’est pas du tout inintéressant. C’est l’histoire d’un agent double, un homme qui travaille pour l’armée de son pays, le Vietnam, et qui de l’autre côté donne de nombreuses informations aux communistes qui tentent de prendre le pouvoir. Déjà, c’est un pan de l’histoire que je ne connais pas suffisamment. A part la Chine qui m’intéresse beaucoup, je n’ai pas trop d’atomes crochus avec les pays asiatiques. Est-ce pour cela que j’ai trouvé cette lecture trop longue ?

L’auteur explique tout. Il ne jette aucune fleur à cet homme. Il explique son passé d’agent double. Il ne justifie pas ses faits et gestes, il les explique. Comment, pourquoi, ce que cela a entraîné. Son passé n’est pas en cause, le fait qu’il soit un bâtard, que son père, prêtre, ne l’ait pas reconnu. Il a conservé toujours de l’amour pour sa mère qui est décédée. L’amitié pour ses deux frères de sang est importante pour lui. C’est un homme qui ne cherche pas à avoir une relation durable qui mène au mariage, même s’il aime les femmes. Il a pourtant la confiance de son général puisqu’il a vécu avec lui, il l’aide dans tout. Et même aux Etats-Unis, il continue. Il a fait des études là-bas et c’est là qu’a commencé son engagement pour le communisme, d’ailleurs, il y a ensuite vécu quand la défaite de l’armée était sans équivoque. Mais le fait que cet homme soit profondément cultivé ne l’aide pas avec les uns et les autres. Il doit être rééduqué pour prouver sa valeur et son engagement.

Ce que j’ai tout de même aimé est sa faculté à analyser le caractère de toute personne, qu’elles soient de son pays ou américaines. Cet homme de l’ombre sait comment sont les gens, ceux qui souffrent, ceux qui ont l’air d’être heureux. Il connait les différences entre les deux pays, comment les gens y vivent. Et surtout ceux qui sont devenus des réfugiés. Ils quittent un pays, leurs racines, leur foyer et ne trouvent pas l’Eldorado. Ils ne sont pas franchement bien accueillis. Eux aussi sont des ombres. Entre les caractères, la vie des uns et des autres, c’est tout un pan de communautés qui est passé au crible. Il montre très bien la souffrance des asiatiques, des boat-people qui ne sont plus considérés comme des être humains. Il montre très bien également ce que  l’on attend de lui. Il souffrira lui aussi et en sortira différent.

D’un autre côté, il, car on ne connait pas son nom, est obligé de tuer ou faire tuer. Ces morts resteront sur sa conscience. Agent de l’ombre, certes, qui donne des informations mais qui ne met pas les mains dans le plus difficile, à savoir prendre les décisions pour faire la guerre. Ce n’est pas un reproche, c’est juste un constat.

Agent double, certes, mais humain avant tout. Je comprends pourquoi ce livre a été encensé par les critiques et pourquoi il a reçu une récompense.

Je remercie Netgalley et les Editions Belfond.

Résumé Le sympathisant de Viet Than Nguyen

Cet homme est prisonnier. Il est en train d’écrire sa confession.

Il était le seul officier à vivre avec le Général. Le Vietnam est en proie à la guerre. Les Américains sont censés aider le pays. 

Mais d’un autre côté, le communisme tente de s’emparer du pouvoir.

Le sympathisant de Viet Than Nguyen

Date de sortie : 17 août 2017

Nb pages : 397

Editeur : Belfond

ISBN : 9782714475657

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde
Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Avis Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi est un beau roman, intéressant à lire qui permet de voyager avec ces deux jeunes filles, Carly et Jen. Il est source également de rencontres et surtout de prise de conscience. Le but de ce voyage est de rejoindre Teddy, l’avant dernier petit ami de leur mère et que Carly considère comme son beau père.

Les deux adolescentes vont en faire des kilomètres à pied, très peu en stop. Carly ne veut absolument pas avoir à faire à la police, à des personnes qui vont trop les interroger. Elle ne veut pas être interrogée et surtout elle ne veut pas que les services sociaux s’en mêlent. Carly et Jen vont souffrir du soleil, de la chaleur. Elles ne vont pas pouvoir se laver et leurs pieds seront plus que malmenés. Les deux soeurs tiennent un journal de bord. Elles se sont fixées des limites. Si elles volent, elles notent tout dans un carnet afin de pouvoir rembourser plus tard.

L’auteur va alterner les parties entre ce qui se passe maintenant et quelques mois auparavant, jusqu’à ce que l’on apprenne réellement ce qui est arrivé à la mère.

Carly essaie de tenir émotionnellement pour ne rien montrer à sa soeur. Les appels à Teddy n’aboutissent pas. Cette route très longue va mettre à mal ses dernières forces mentales, surtout lorsqu’elles tentent de voler deux oeufs pour se nourrir. Mais Jen a trouvé son paradis, l’endroit où elle veut vivre. Par rapport à sa soeur, elle a moins de problème pour faire confiance. Elle attire la sympathie mais aussi l’amour. Elle révèlera tout à sa soeur mais Carly ne veut pas y croire malheureusement. Carly s’est fixée un but et elle veut l’atteindre. Elle mentira pour ça mais cela lui permettra de découvrir la vérité et de mettre à jour ce qu’elle a au plus profond d’elle. Carly semble une jeune fille qui a énormément besoin d’être aimée, de reconnaissance. Outre son sentiment de ne pas être aimée, éprouve-t-elle de la jalousie envers sa soeur ? Ses sentiments oscillent entre culpabilité, envie de protéger. Ses relations avec les autres sont toujours tendues. Cela a été le cas avec sa mère. Mais voir de nombreux hommes défiler dans une vie ne prête pas à la stabilité.

On apprend à tout âge, mais aussi quand on est jeune. Il faudra ces malheureuses expériences, voir sa soeur heureuse pour que Carly apprenne à faire confiance, à dire merci. Cela ne sera pas facile pour elle, le chemin sera long. Mais elle devra mettre de côté son entêtement, ses propres visions du monde qu’elle a et échanger. Avoir reçu de l’aide sans intéressement a commencé à l’aider en ce sens. Carly n’est pas seule, comme elle le pense. Même si elle s’est donné la mission de protéger sa soeur, elle ne peut pas tout affronter car elle est trop jeune.

Même si ce roman n’est pas un coup de coeur, j’ai eu plaisir à le lire. Je remercie Netgalley et Amazon Crossing.

Résumé Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Carly et Jen veulent rejoindre la Floride et leur beau-père Teddy.

Carly tente désespérément de le joindre mais il ne répond pas.

Elles vont marcher des kilomètres et des kilomètres pendant des jours et des jours pour traverser les Etats-Unis.

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Date de sortie : 14 novembre 2017

Nb pages : 413

Editeur : AmazonCrossing

ISBN : 978-15-4204-5063

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Chaman de Maxence Fermine

Chaman Maxence Fermine
Chaman Maxence Fermine

Résumé Chaman de Maxence Fermine

Après Le palais des ombres, j’avais toujours voulu lire un autre roman de cet auteur, Maxence Fermine. C’est le cas avec Chaman. Un roman court qui diffère complètement du premier lu. Et je ne regrette absolument pas ma lecture. En un peu plus de 130 pages, Maxence Fermine fait vraiment le tour du sujet dans cette quête d’identité, de racines. Bravo ! C’est très bien construit. Le sujet est de plus très intéressant et fait partie de ceux que j’affectionne assez. L’histoire des Indiens d’Amérique et le joug des Etats-Unis sur ces différents peuples. Maxence Fermine titre chacun de ses chapitres en anglais ou d’un terme indien que l’on retrouve dans le chapitre. De plus, des citations de personnalités permettent encore mieux de comprendre le thème.

Richard a 45 ans. Il est Indien par sa mère. Il se trouve à un instant de sa vie où il est prêt à basculer de l’autre côté. Mais il a fait une promesse. Mariée à un blanc, sa mère est devenue une paria au sein de sa communauté. Etant donné qu’elle vient de mourir, il veut respecter sa dernière volonté. Que ses cendres soient dispersées sur la terre de ses ancêtres. Ce sera pour lui une révélation. Très peu porté sur la famille, solitaire, il va rencontrer la jeune soeur de sa mère, sa famille mais aussi le Chaman et une femme, la Rêveuse. Il a eu quelques aventures, sans lendemain. Mais il n’a jamais voulu s’engager. Avec cette femme, il sent que c’est le grand amour. Mais comme il doit repartir, il ne veut rien promettre, rien dire. Et surtout, un évènement va tout faire basculer et on comprend mieux l’histoire du loup en début du roman.

Dans cette quête de ses ancêtres, ce rappel au passé, ce devoir de ne pas oublier, des événements, qu’il ne comprendra pas et les autres non plus, vont arriver. Ce métis ferait-il partie des leurs ? Il va retrouver donc sa vraie famille. Il va enfin savoir qui il est.

Ce roman a une visée politique. Maxence Fermine détaille bien le quotidien des Indiens, parqués dans des réserves. Ils ont été spoliés de tout par les différents gouvernements. Alcool, drogue, ils tentent de tenir, de vivre et de survivre. Certains sont toutefois heureux. Pique envers Donald Trump avec cet oléoduc qui va, encore plus, dénaturer ces paysages. Personne ne pense aux Indiens, ils sont devenus quantité négligeable. Toutefois, il reste encore de très beaux coins où la main de l’homme n’a pas encore été posée. Jusqu’à quand ?

Le roman donne également une belle part à la mort, à la façon de faire son deuil, lorsque cela touche une personne très proche, trop proche. On peut vite sombrer dans la dépression.

Je remercie Netgalley et les Editions Michel Lafon pour cette avant-première.

Résumé Chaman de Maxence Fermine

Richard est un charpentier du ciel. Il se trouve en hauteur et il pense à sauter.

Mais il se rappelle que sa mère vient de décéder et qu’il lui a fait une promesse sur son lit de mort.

Chaman de Maxence Fermine

Date de sortie : 12 octobre 2017

Nb pages : 131

Editeur : Michel Lafon

ISBN : 9782749932545

The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

The Blackstone Affair Ne t'enfuis pas Tome 3 de Raine Miller
The Blackstone Affair Ne t’enfuis pas Tome 3 de Raine Miller

Avis The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

Je suis absolument ravie d’avoir lu ces deux tomes de The Blackstone Affair à la suite et donc pour ainsi dire finir la saga. Je m’interrogeais par rapport au tome 1 non lu. Cela ne me pose pas de problème car des rappels sont faits dans ces deux tomes et notamment le dernier. Ce tome 3 est vraiment la suite du tome 2 sans aucune coupe.

Outre ces scènes de sexe, cette alchimie physique entre les deux héros, Brynne et Ethan, il n’y a pas que ça dans The Blackstone Affair. C’est la vie d’un couple qui se connait depuis peu mais qui sont déjà sur la même longueur d’ondes. Ils se complètent à merveille, se soutiennent. Bien sûr, il y a de la jalousie de part et d’autre, des zones d’ombre mais on ne peut pas tout connaître de quelqu’un au premier regard. Ils ont bâti leur relation sur la confiance. Et cette confiance ne doit pas faire défaut sinon ce sera la rupture.

Ces zones d’ombre sont difficiles à évacuer, à partager car on n’a pas envie que l’autre souffre, surtout lorsque l’on ne sait comment on va réagir, au plus d’une crise. Je l’avais déjà évoqué précédemment, Raine Miller aborde tout de même des sujets actuels et notamment le stress post-traumatique, expérimenté par les soldats au retour d’une guerre ou lors d’un évènement traumatisant comme un viol. Oui, les deux héros vont consulter, ce sera plus long pour Ethan qui doit trouver la bonne personne mais aussi la thérapie qui lui convient. TCC et autres doivent être présentées aux patients. Je confirme qu’il est indispensable de trouver le bon thérapeute pour se faire soigner. Cela ne fait pas de mal et surtout cela aide. Quand on sait que 75% de la population française a des troubles psychiques mais ne se fait pas suivre, on peut se poser des question.

Ethan et Brynne sont très forts mentalement, malgré les coups du sort. Il y en a quelques uns dans ce roman. Ils arrivent à remonter la pente mais cela ne se fait pas facilement. Un passage a été très émouvant pour moi lorsque je l’ai lu. Ce roman est d’une grande tendresse et elle se reflète dans toutes leurs relations familiales et amicales. Brynne doit apprendre à se sentir belle, apprendre à s’aimer. Et cela vaut pour les deux. La confiance en soi est donc très importante. De plus, Raine Miller commence et clôture son roman avec une partie de l’histoire de la maison où ils ont élu domicile et celle qui l’a habitée.

Je remercie Les Presses de la Cité et NetGalley pour cette sélection.

Avis The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

7 mai 1837, une jeune femme doit épouser un homme qui l’aime, qui l’adore, qui est prêt à tout faire pour elle. Mais elle se sent coupable..

Stonewell Court devient donc la demeure d’Ethan et Brynne, tout près de la soeur de celui-ci.

The Blackstone Affair Tome 3 Ne t’enfuis pas de Raine Miller

Date de sortie : 6 juillet 2017

Nb pages : 448

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-258-14590-0

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan
La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Avis La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Après deux autobiographies, j’avais besoin de me plonger dans un roman, dans une histoire imaginée par un auteur, mais avec des éléments véridiques car bien étudiés. Bingo ! C’est le cas avec La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan. Un auteur qui m’emmène en Cornouailles a déjà pratiquement tout bon. Les descriptions de cette lande, de cet océan Atlantique, de ces changements de temps sont vraiment à couper le souffle et donne un ton au roman. D’ailleurs, ce paysage, bien étudié, connu, donne toute sa profondeur à l’histoire de cette ferme, où six générations ont vécu. En 2014, ce sont trois générations. La grand-mère Maggie, sa fille Judith et les enfants de celle-ci, une fille et un garçon.

Sarah Vaughan commence son roman de nos jours. Une dame âgée apprend que ses jours sont comptés. Le cancer la ronge. Elle veut accomplir ce qui la hante depuis 70 ans, surtout pour partir en paix. Son nom n’est pas donné mais au fur et à mesure de l’histoire, le lecteur, enfin moi, comprend qui est cette femme.

L’auteur nous déroule son histoire depuis la deuxième guerre mondiale jusqu’à nos jours. Les chapitres alternent donc. Les parents de Maggie ont accueilli des enfants qui ne pouvaient pas rester à Londres. Ce sera Will et sa soeur Alice, qui vont grandir avec Maggie. Will et Maggie sont très proches, trop proches pour la mère de celle-ci. Ils tombent amoureux. Mais leur avenir sera sombre. Alice a cinq ans de moins que Maggie et ce qu’elle voit la perturbe. De plus, face à cette femme forte qu’est la mère de Maggie, elle ne peut pas se taire. Maggie est maintenant une femme de 88 ans, qui attend depuis 70 ans, qu’un homme pousse la porte de chez elle.

Lucie vit à Londres. Elle a appris l’infidélité de son mari et elle a failli faire mourir un enfant. Elle est donc en arrêt de travail. Son refuge ? La ferme familiale. Là, elle apprendra que la ferme est énormément endettée, que son oncle veut la vendre. Entre secrets de famille qui seront révélés, faire le point sur sa vie, Lucie devra prendre des décisions pour aider son frère et sa famille et sauver la ferme et ceux qui y vivent.

L’auteur nous détaille très bien les conditions de vie dans les fermes dans les années 40, où tout le monde pouvait vivre. Mais il y a également cet opprobre qui pouvait régner. La réputation d’une famille était très importante. Ensuite, nous avons les conditions de vie de ces fermiers qui se sont dégradées, à cause des maladies et au fur et à mesure trop de dettes. En plus, le temps peut anéantir une récolte. Cela peut provoquer de nombreux drames. Il ne faut pas oublier cette seconde guerre mondiale. Les campagnes étaient peut-être plus protégées que Londres, mais la mort peut frapper partout. Découverte de tous ces avions.

Trois générations de femmes, fortes, qui ont toutes les trois vécu une très belle histoire d’amour. Les sentiments sont très forts, pas du tout mièvres. Il est souvent difficile de pardonner à quelqu’un, de comprendre quand on a souffert. Mais le message d’espoir est là. En famille, en se confiant, on peut surmonter bien d’obstacles.

Je remercie NetGalley et Préludes pour cette sélection.

Résumé La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Cette ferme de 300 ans est très isolée face à la mer, l’océan et elle garde ses secrets.

A Londres, une femme âgée de 83 ans, atteinte d’un cancer, décide de revenir sur les lieux de son enfance car elle veut faire la paix, arranger les choses.

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Date de sortie : 5 avril 2017

Nb pages : 448

Editeur : Préludes

ISBN : 9782253107866

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller
The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Avis The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Est-ce que ne pas avoir lu le tome 1 pose un problème pour la série The Blackstone Affair ? Je ne le pense pas mais je me trompe peut-être. Lorsque j’ai demandé cette sélection, je pensais commencer avec le premier tome. Ce n’est pas le cas. Je fais donc connaissance avec Brynne et Ethan. Leur relation a pris un tournant au bout de quelques mois de connaissance. Brynne est en danger et Ethan veut, à tout prix, la protéger. Outre leur relation physique très intense, l’un et l’autre sont profondément amoureux.

Lorsque l’on lit cette sorte de trilogie, le lecteur peut penser qu’il va trouver un mâle dominateur. Sauf qu’ici, ce n’est pas le cas. Brynne et Ethan ont souffert et le lecteur l’apprend au fur et à mesure. Mais les pistes sont données au compte goutte, ce qui ajoute du piment à l’histoire, même si cela pourrait être plus développé. Quelques rebondissements, assez difficiles à vivre, pour l’un et l’autre, font de The Blackstone Affair une série pas toujours basée sur le sexe. Je ne m’étendrai donc pas sur ça afin de ne pas donner trop d’indices aux futurs lecteurs. Mais en s’interrogeant, l’auteur aborde des sujets très importants, comme le retour de la guerre, le viol, la torture, la manipulation.

Les relations humaines sont très importantes, notamment les liens familiaux. Ethan est très proche de sa famille, père, soeur, cousin. Brynne est très proche de son père et beaucoup moins de sa mère, personnage que l’on n’a pas trop envie de rencontrer. Ethan est un homme dominateur mais seulement au lit et encore, tout est fait avec l’accord de sa partenaire. Toutefois, il a peur que sa violence, due à ses cauchemars, ne refasse surface et ainsi faire du mal à Brynne. Il sait que leur relation est basée sur la confiance mais cette partie obscure de sa vie est très difficile à raconter. Il a eu aussi la douleur de perdre sa mère alors qu’il était très jeune. Brynne, quant à elle, n’arrive pas à exprimer ses sentiments. Elle manque de confiance en elle mais c’est une jeune femme très forte. Ethan l’apaise, il la protège. Elle veut tout connaître de lui même cette partie obscure. Car elle sait qu’elle pourra sûrement l’aider ou lui permettre de se faire aider. Brynne sait aussi ce qu’elle veut et elle a de la suite dans les idées. Elle ne se laisse pas faire.

Ah oui, les scènes de sexe sont bien présentes, souvent crues, comme les termes employés. Mais j’ai lu beaucoup plus hard et cela ne m’a pas profondément dérangé. The Blackstone Affair n’est pas de la grande littérature, certes, mais il permet de passer un bon moment de lecteur car le roman se tient.

Je remercie Les Presses de la Cité et NetGalley pour cette sélection.

Résumé The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Juillet 2012, Brynne est à Londres. Cela fait sept ans qu’il ne l’a pas vue. Des photos lui ont permis de la retrouver.

Mais Brynne est accompagnée de Blackstone, son petit ami depuis 2 mois. Il ne la lâche pas.

The Blackstone Affair Tome 2 Ne juge pas de Raine Miller

Date de sortie : 1er juin 2017

Nb pages : 496

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 978-2-258-14589-4

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

De l'autre côté de la nuit de Sarah Hilary
De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Avis De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Que c’est compliqué d’écrire cette chronique ! Il y a tellement de choses à dire que ce serait vraiment trop en dévoiler. Et je ne le veux pas. Tout commence pour Marnie et Noah avec la découverte de ces deux enfants morts il y a cinq ans. Qui sont-ils ? Comment sont-ils morts ? Qui les a tués ? Voilà une partie des enjeux de ce roman. Mais ce n’est pas tout avec tous les personnages qui gravitent autour et le lieu, ce bunker.

Je ne sais pas si toutes ces constructions, ces bunkers existent bien à Londres. Ils permettaient de se cacher, de vivre et de survivre pendant la deuxième Guerre Mondiale. Dans ce roman, nous assistons à la souffrance d’un homme, d’une femme. Cette dernière est atteinte de dépression post-partum. Elle est un danger pour elle-même et pour les autres. Soignée avec des médicaments, son mari est chargé de s’en occuper ainsi que de ses enfants. Mais cela sera extrêmement dur pour lui car il aura toujours peur qu’elle passe à l’acte. Il devra tout éliminer de dangereux. Mais cela ne sera pas suffisant. L’un et l’autre vivront dans la culpabilité. Ils penseront ne pas pouvoir être à nouveau heureux. L’auteur nous détaille les affres de la maladie, qui et comment elle touche. La dépression peut toucher n’importe qui et à n’importe quel moment. Je ne souhaite à personne de connaître cet état. Oui, tout à fait, j’ai expérimenté la dépression d’un proche et la mienne par la même occasion, même si ce n’est pas la dépression d’une femme qui a eu un enfant. Elle est souvent méconnue, on parle d’hormones… Heureusement que certaines personnalités se confient à ce sujet pour que les prises de conscience existent et pas que celles des médecins. Le roman pointe du doigt, également, la non prise en charge des victimes. Elles souffrent elles aussi, même si elles sont adultes.

Ce roman n’est pas un coup de coeur pour moi. Pourtant, il bénéficie d’une bonne construction, d’un bon sujet et de très bons personnages. Le moment ne se prêtait peut-être pas à sa lecture pour que je l’apprécie à sa juste mesure. Je m’attendais peut-être à plus, à savoir plus de développements de la part de l’auteur sur cette culpabilité, surtout comment elle a été vécue. Les faits sont établis, Marnie les développe et fait parler ceux qui souffrent. Mais peut-être car il y a trop de personnes qui souffrent dans ce roman. Tout n’est pas éclairci à mon avis. Peut-être que ce sera le cas sur le prochain puisqu’il semblerait, lorsque j’ai lu, les dernières pages, que ce roman est le deuxième qui met en scène Marnie et Noah. Ce roman traite de la culpabilité, du jugement envers autrui. Certains personnages en sortiront grandis. Cela aura été une belle leçon de vie que la découverte de ces deux corps d’enfants et de l’histoire qui en découle. L’auteur distille ses informations au compte goutte pour permettre au lecteur de s’interroger. Certaines fois, je ne me suis pas assez interrogée et heureusement car sinon, je n’aurais pas eu le plaisir de la découverte.

Peut-on être un jour heureux même si on a vécu un drame dans sa vie ? Marnie tente même si elle cherche des réponses et qu’elle est manipulée. Même soignée, même condamnée, même réhabilitée, Esther portera toujours sur ses épaules le poids de ses actes. Et son mari, qui a refait sa vie ? S’il ne bénéficie pas d’une aide, il ne sera jamais heureux. Tout comme ce jeune adolescent que les parents n’ont jamais aimé.

Je remercie Netgalley et les Editions JC Lattès.

Résumé De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Cinq ans auparavant, deux garçons sont enfermés. Fred pleure mais ne veut pas le montrer à son petit frère.

Plus tard, à Londres, découverte de deux enfants morts dans un bunker. Pour Noah Jake, c’est sa première affaire avec des enfants disparus. Qui sont ces enfants ? Comment sont-ils décédés ? Le but est donc de trouver qui ils sont et les coupables.

De l’autre côté de la nuit de Sarah Hilary

Date de sortie : 31 mai 2017

Nb pages : 380

Editeur : JC Lattès

ISBN : 978-2-7096-45331