Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Avis Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Pour tout dire, je me suis laissée embarquer par cette belle histoire, malgré un début difficile et qui ne me plaisait pas tant que ça. Lorsque j’ai vite compris les liens qui unissent Sabrina et Fergus, cela a donné une toute autre dimension au Joueur de billes. L’auteur construit son roman autour du père et sa fille. Pour le premier, cela commence lorsqu’il était enfant après la mort de son père lorsque sa famille rejoint l’Irlande. On va le suivre jusqu’à son AVC. Pour sa fille, on la retrouve maître nageuse dans une maison de retraite. Il ne se passe pratiquement sauf qu’au détour d’un café, elle rate un sauvetage. Elle prendra sa journée et c’est là qu’elle découvrira la collection de son père.

Pour une fois, je ne me suis pas laissée happer par l’Irlande. Pourquoi parce que nous sommes en ville, à Dublin et loin de cette nature venteuse, verte, près de la mer ? Mais les Irlandais sont des personnes à connaître. C’est le cas avec Fergus et sa grande famille. Lorsqu’il arrive en Irlande, il se retrouve dans une école où il est souvent puni parce qu’il ne parle pas irlandais. Un jeune prêtre lui donnera des billes lors d’une punition. Et c’est là que le jeu deviendra une véritable passion qu’il cachera lorsqu’il sera marié. En effet, Fergus est un homme qui ne mélange pas sa vie de famille et le reste. Il est très secret. Il faut dire que si cela avait été accepté par celle qu’il a épousé, il n’y aurait pas eu matière pour ce roman. En décrivant Fergus, sa vie, ses relations familiales avec sa mère, son beau-père et ses frères et ensuite sa femme et sa fille, l’auteur nous offre un homme assez complexe mais qui pourrait ressembler à n’importe qui. Il a choisi de ne pas trop en dire, de rester secret, de cloisonner sa vie et sa passion. Cet homme ne se livre pas. Fergus est un homme fier, qui veut toujours gagner. S’il est plus ou moins proche de ses frères, un seul restera à jamais son double. Au fil des années, cette passion lui causera du remords, il veut prendre une décision pour que cela n’affecte plus sa relation avec les autres.

Sabrina est mariée, mère de trois enfants. Son père compte énormément pour elle. Mais elle est à un moment de sa vie où elle se pose beaucoup de questions. Découvrir cette collection va lui permettre, en une journée, de tenter de connaître cet homme qui a caché beaucoup de choses à sa femme avec laquelle il est divorcé et sa fille. Pour Sabrina, au fur et à mesure de son avancée dans la journée, elle va éprouver beaucoup de colère. Il est vrai qu’un enfant ne connaît jamais totalement ses parents. Mais Fergus n’a jamais raté un moment important de la vie de sa fille. Ce sera aussi pour Sabrina une révélation quant à son caractère à elle. On pourrait dire que les chats ne font pas des chiens. Pourtant, cela fait mal à Sabrina de ne pas connaître cet homme.

J’ai eu du mal au début avec cette histoire de billes. Mais elle prend toute son importance au fil des pages grâce à la plume de l’auteur. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas tellement toutes leurs différences, cela permet d’apprendre énormément. Une passion, une collection prend énormément de temps. Elle peut valoir énormément d’argent.

Entre une belle histoire familiale, des liens père-fille, une passion, une collection, Cecelia Ahern nous brosse de magnifiques portraits d’hommes, de femmes. Entre une famille où il y a plusieurs enfants et une famille où un seul enfant est né, la vie est différente et les caractères également. Le lecteur est pris au jeu des mots. Il ne peut en vouloir à Fergus. Les relations familiales sont complexes, l’auteur le démontre très bien. Pourtant, ici, malgré l’éloignement, les membres de cette famille sont très proches, se sont retrouvés.  Et quel magnifique cadeau d’une fille à son père pour l’aider à se rétablir, pour qu’il puisse retrouver cette mémoire qui lui fait défaut.

Je remercie Milady et Net Galley pour cette sélection.

Résumé Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Sabrina a de nombreux souvenirs que les autres ne se rappellent pas. Elle évite très souvent de respirer. Son élément, naturel, est l’eau. Il n’y a que là qu’elle se sent bien.

Fergus a 5 ans. Il vient d’arriver en Irlande après la mort de son père. Un prêtre lui fait don de billes.

Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Date de sortie : 17 novembre 2017

Nb pages : 304

Editeur : Milady

ISBN : 9782811238933

La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

La Confrérie de la Dague Noire l'Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

Avis sur La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

Un autre tome très dense, très riche qui en annonce d’autres grâce à l’imagination fertile de JR Ward. Pas étonnant que je sois accro à cette série. Car 11 tomes déjà lus, deux autres à suivre et ce n’est pas fini. L’auteur ne s’attache plus tant que ça aux relations sexuelles détaillées, même si elles sont bien là. Les autres relations que peuvent éprouver les vampires sont de plus en plus présentes, pour mon plus grand bonheur. Cela faisait un petit moment que j’attendais le tome consacré à Blay et Vhif et je ne suis pas déçue. Même si je suis accro, je suis très honnête concernant mes avis. Ce tome 11 est un des plus aboutis. Personnellement, je n’ai rien à reprocher. A cela s’ajoute la grossesse de Layla qui ne se passe pas réellement bien et également le couple formé par Blay et le cousin de Vhif. Blay et Vhif vont devoir retrouver leur complicité d’antan, lorsqu’ils étaient jeunes et que Blay était là en soutien pour Vhif, lorsqu’il a été rejeté par sa famille pour cause de malédiction. En effet, ses yeux sont considérés comme une tare pour la haute société formée par les vampires.

J’écrivais que d’autres histoires s’annoncent. Est-ce qu’il y en a deux déjà parues ? Je ne le sais pas encore même si j’ai déjà un tome chez moi. Mais comme je ne lis pratiquement jamais les 4ème de couvertures, cela va me laisser la surprise. Parmi elles, nous avons le chef des Salopards, déjà présent dans le précédent tome, un autre vampire avec une humaine, et une Ombre avec une Elue. Malgré ces nombreux personnages, le lecteur ne se perd absolument pas. Bien sûr, nous avons toujours nos vampires préférés qui forment vraiment une très belle famille. J’utilise ce mot et vous comprendrez pourquoi en lisant ce tome. Car même s’ils vivent ensemble, s’ils sont soudés, s’ils sont Frères, les relations vont au-delà de tout ça.

J R Ward laisse la porte ouverte à l’imagination même si elle donne de nombreux détails concernant ses personnages, notamment celui de Trez. Quant à Sola, je pense qu’il faudra attendre un peu plus. Elle maîtrise l’art et la matière pour décrire les sentiments entre deux personnes, qu’ils soient homme et femme ou deux hommes. Humain ou vampire, ils ne sont pas différents. Difficile de se confier surtout lorsque le passé a été plus que difficile, que la personne est meurtrie. Mais le bien, l’amour triomphent-ils toujours ? A vous de le découvrir. Si J R Ward manie avec perfection l’humour et les références ironiques à certaines personnes évoluant dans le milieu musical, ils ne sont présents qu’au début du roman, à moins que je n’ai pas fait attention puisque j’étais plongée, avec délices, dans toutes les aventures.

Ce tome est tellement riche que je ne veux rien dévoiler mais les chapitres alternent entre les uns et les autres, les parties Confrérie, les parties éradiqueurs, les parties Salopards et bien d’autres. L’histoire n’en est pas gênée. Les rebondissements sont tellement nombreux que le lecteur veut toujours en savoir plus.

Pour information, l’auteur lance une nouvelle série consacrée aux enfants de la Confrérie. Cela promet et le premier tome sera pour cet automne.

Résumé La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

Vhif possède des yeux vairon. Malédiction pour sa famille donc il a été rejeté. Heureusement que son ami Blay a toujours été présent. Mais ce dernier est amoureux de Vhif et cela ne semble pas réciproque. Toutefois, Vhif, change. Il est toujours le premier à se battre, à sauver les membres de la Confrérie. Il doit également faire face à l’éventuelle fausse couche de Layla. Vhif veut avoir une famille et être aimé.

Quant aux Salopards, ils se savent pas si le Roi est toujours vivant. Cela n’empêche pas qu’ils veulent s’emparer du pouvoir et tuent les Eradiqueurs.

La Confrérie de la Dague Noire l’Amant Désiré Tome 11 de J R Ward

date de sortie : 2014

Editeur : Bragelonne – Milady

Isbn : 978-2-35294-748-6

Nombre de pages : 621

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 10, L’Amant Ressuscité de J R Ward

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 10, L’Amant Ressuscité de J R Ward – Source Milady-Bragelonne

Tohr, depuis le décès de Wellsie, ne cherche qu’à mourir au combat. Ses Frères lui font confiance mais cela risque de devenir problématique pour la Confrérie de ne pas pouvoir compter sur un tels personnage. En plus, il n’est plus que l’ombre de lui-même.

Xcor et ses hommes sont toujours à Caldwell. Ils font la chasse aux Eradiqueurs mais Xcor a un autre projet.

Ce tome 10, L’amant Ressuscité, est, à mon avis, le plus émouvant de la série déjà lue. Je ne sais pas ce qui m’attend pour les deux prochains qui sont dans ma PAL et que je lirai quand l’envie m’en prendra. Emouvant à plus d’un titre car il montre que vivre en couple n’est pas facile, que chacun doit faire des compromis même si la brutalité et la mort rôdent. Emouvant par rapport aux relations entre deux vampires masculins. Emouvant avec les Salopards et leurs histoires auxquelles se greffe Layla, L’Elue. Emouvant car le Roi a passé un sale moment et que ses Frères lui demandent de faire un geste, plus que symbolique, envers celui qui l’a sauvé. Emouvant au vu des relations entre une mère et sa fille. Emouvant pour deux vampires, un jeune et un adulte, le lien puissant qui les unit. Et continuons et finissons avec les répétitions ! Emouvant pour tout ce qui se trame entre PersOnne et Tohr mais aussi Lassiter. Sans trop en dévoiler, la Shellane de Tohr a été assassinée et il doit faire son deuil. Il a changé, physiquement et mentalement. Mais le salut de Wellsie et de son fils, pour qu’ils reposent en paix, doit venir de Tohr. Et ce n’est pas facile pour lui. Ce vampire, ce qu’il traverse, sa souffrance continuelle, ont fait que je me suis vraiment attachée à ce personnage et depuis les tomes précédents. Même si, dès le départ, le lecteur connaît plus ou moins le dénouement. Le lecteur prend également conscience de tout ce qu’a pu subir PersOnne, de ses liens passés avec Tohr qu’elle redécouvre et pour qui elle a le plus profond respect, même si elle accepte un peu trop de lui. Elle évolue grâce à Tohr mais il faudra, à un moment donné, qu’elle lui montre réellement que Wellsie ne doit pas faire partie de leur vie et rester un souvenir à chérir. Il y a également l’ange Lassiter et sa mission qui devient de plus en plus difficile car il n’arrive pas à comprendre ce que l’on attend réellement de lui malgré les efforts effectués.

Comme à son habitude, J R Ward est très efficace. Le rythme est rapide, les phrases sont courtes. Humour, jurons, sexe, renversements de situations, rebondissements, elle ne laisse pas le lecteur sur sa fin et même au bout du dixième tome, on ne s’ennuie pas. Tous les personnages de La Confrérie de la Dague Noire font partie de la famille. Et quelle famille ! Elle a ses bons et ses mauvais éléments, ceux avec qui on a envie de rester et ceux qui ne sont pas fréquentables.

Le lecteur apprend à mieux connaître les Salopards, comme les nomme la Confrérie. Ce sont des vampires tueurs, qui veulent que le monde des vampires bouge, que les Eradiqueurs soient éliminés et également Xcor veut prendre le pouvoir. Ce sera pour lui des questionnements, des bouleversements, surtout envers Affhres. Il commencera à montrer son bon côté et tentera de ne plus être plongé dans ce passé qui le tourmente. Je pense que ces deux personnages auront leur tome.

La Confrérie de la Dague Noire, Tome 10, L’Amant Ressuscité de J R Ward

DATE DE SORTIE : 21 février 2014

EDITEUR : Milady

ISBN : 978-2-35294-665-5

NB DE PAGES : 620

La confrérie de la Dague Noire Tome 9 L’amant déchaîné de J.R. Ward

La confrérie de la Dague Noire Tome 9 L’amant déchaîné de J.R. Ward

En 1761, Xcor assiste à l’assassinat de son père, le Saigneur. Il veut absolument se venger de cette femme, dont on imagine très bien qui elle peut être. Au fil des années, des siècles, Xcor revivra en rêve cette agression.

Manny, de son côté, est toujours amoureux de Jane, la femme de Visz. Lorsqu’elle viendra le chercher pour soigner Souffhrance, qui est paralysée, il ne comprendra pas qu’elle revienne d’entre les morts. La pouliche de Manny devrait être euthanasiée après une mauvaise chute.

Je me suis plongée avec délices dans ce neuvième tome de la Confrérie de la Dague Noire. J’ai retrouvé donc mes vampires préférés. Je sais que je suis énormément en retard sur la série. Il me reste deux tomes à lire, achetés et donc at home, et d’autres sont parus ou à paraître. Le prologue m’a induit en erreur car j’avais imaginé vraiment autre chose. Voilà ce que c’est quand on ne veut pas se laisser porter par un roman.

Nous avions quitté Souffhrance, la soeur de Visz, en très mauvais état. Tous les deux sont les enfants de la Vierge Scribe. Visz et Souffhrance n’ont appris leur lien de parenté il y a peu mais de suite les jumeaux, même s’ils doivent apprendre à se connaître, seront très vite liés. Afin d’être sauvée, Souffhrance doit être opérée par un médecin humain. Et, bien entendu, l’amour fait surface. Etant donné qu’elle doit tout apprendre, Souffhrance ne comprend pas certains comportements mais concernant l’amour, c’est très vite fait. Sans entrer dans les détails, ni les révélations qui font l’objet de ce roman, Souffhrance et Mannie vont se retrouver, se quitter avant l’apothéose finale d’un roman riche en rebondissements.

Le roman ne concerne pas que ces deux personnages. J.R. Ward évolue bien avec cette série. Nous avons toujours ceux que nous connaissons et à qui il arrive pas mal d’inconvénients, comme Visz et Jane ou encore Visz et Butch. Mais il faut bien dire que les deux vampires sont parties prenantes de l’histoire qui arrive entre Souffhrance et Mannie, chacun à des degrés différents. Que ce soit pour un humain ou un vampire, la vie de couple n’est pas facile, surtout lorsque des tragédies, des tortures ont parsemé l’enfance.

Si les personnages sont nombreux ainsi que les situations, l’auteur prend le temps de tout nous expliquer car tout cela va, bien sûr, amener les autres tomes. J.R. Ward manipule à merveille son lecteur concernant les guérisons. Car on y croit. On se laisse porter par l’histoire avec ce ton humoristique propre à l’auteur, les nombreux jurons, la jalousie des uns et des autres. J.R. Ward a laissé un petit peu tomber les Eradiqueurs car un autre danger se profile pour les vampires qui doivent tout de même faire face à pas mal d’attaques quand ils s’en sortent, dont ils ne sortent pas toujours indemne.. Si la galerie de personnages est impressionnante, je ne me suis pas trop attachée à Souffhrance ni à Manny. Elle découvre le monde, son frère, l’amour. Visz est celui qui m’a le plus convaincu, toujours avec ses mauvais penchants dont il veut se débarrasser, son amour protecteur envers sa femme et sa soeur, tout comme Vhif qui s’est pratiquement trouvé mais cela ne sera pas facile pour lui. Layla, l’Elue, m’a également séduite dans ce tome.

Chez J.R. Ward, les liens du sang, les liens amoureux, les liens entre Frères, les liens familiaux sont très importants. La Confrérie est d’ailleurs comme ça. Même si leurs membres peuvent être brutaux entre eux, ne pas être d’accord jusqu’au point de se battre, ils arrivent toujours à faire face aux pires situations. De l’autre côté, les autres vampires réagissent de la même façon. Ils ont un chef et sont soudés.

De plus, une donnée non négligeable est à prendre en compte. J.R. Ward mêle son histoire de vampires avec une histoire d’humains et en particulier l’ex collègue de Butch qui doit faire face à des meurtres en série et un collègue, juste arrivé, dont le passé familial est plus que trouble et qui va révéler une face assez sombre.

Et les scènes de sexe ! Ne vous inquiétez pas, elles sont bien là. Mais comme je l’ai déjà remarqué, c’est beaucoup moins cru. 😉

La confrérie de la Dague Noire Tome 9 L’amant déchaîné de J.R. Ward

date de sortie : 12 juillet 2013

Editeur : Milady

ISBN : 9782811209575

Nb de pages : 672