Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac

Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac, Présentation

Marie France a 70 ans. Après un rendez-vous elle rentre chez elle, dans son château entouré de vignes. Depuis la mort de son mari, elle veut vendre son domaine mais elle souhaite un acheteur qui se conforme à ce qui s’est passé auparavant au niveau du vignoble. En entrant elle trouve son personnel de maison assassiné.

A Bordeaux, Lazare Servent se réveille avec une gueule de bois. Il est dépressif, boit beaucoup et va travailler quand il veut. Un appel va le remettre en selle.

Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac, Avis

Je ne regrette pas ma sélection Masse Critique Babelio Polars, que je remercie d’ailleurs pour cette sélection, avec ce premier tome d’une trilogie bordelaise. Je garderai cet auteur dans le coin de ma tête pour acheter les deux autres tomes. La maison d’édition publie des romans d’auteurs dont l’action se passe dans le Sud-Ouest, ma région natale, que je connais pas mal pour avoir visité quelques lieux. Outre les villes, le lecteur peut retrouver l‘histoire de la région, d’une ville et de hauts lieux de cette ville. Dans Violence, l’action se passe, essentiellement, à Bordeaux, ville dans laquelle j’ai vécu à peu près vingt ans, que j’ai quitté il y a 30 ans et que je retrouve de temps en temps. Je connais assez bien Bordeaux. Avec ma mère, nous avons pas mal parcouru ses rues à pied. Donc, dans Violence, j’ai retrouvé pas mal de lieux connus. Et j’ai appris l’histoire de Castéja, le 36 Quai des Orfèvres de Bordeaux. Je ne connaissais pas du tout les faits anciens de ce bâtiment bordelais. Comme quoi, on apprend à tout âge.

Après cette introduction, nous retrouvons le lieutenant Lazare Servent. Que cache cet homme ? Pourquoi vient-il travailler quand il veux ? Pourquoi boit-il autant ? Pourquoi ses collègues ont une mauvaise opinion de lui ? Pourquoi est-il en dépression ? Pourquoi le grand chef lui fait confiance, lui qui l’a amené dans ses bagages depuis la région parisienne, il y a un an ? Au fur et à mesure des pages qui se tournent, on en apprend beaucoup plus sur son passé, pourquoi il est devenu ce qu’il est, ce qui s’est passé réellement il y a un an. Une histoire familiale bien entendu d’un jeune garçon qui avait un héros, son père, et qui jeune, adolescent, voit ce héros énormément baisser dans son estime. Lazare a donc pris de nombreuses décisions par rapport à ce rejet. Mais le plus dur est de comprendre que l’on est pas aimé de sa famille. Par contre, est-ce que ce sont toutes ses expériences très dures qui lui font faire des cauchemars, qui lui procurent cette peur et ainsi il donne le meilleur de lui-même dans son métier ? Une femme va tout changer, sa nouvelle coéquipière. Et elle, est-ce qu’elle cache quelque chose ? Je suis sceptique à ce sujet. En tous les cas, la rencontre est assez explosive. Lazare ne sait pas lui parler et elle, elle hésite entre le croire ou croire ce qu’ont dit ses collègues. En tous les cas, l’attraction physique est bien là. J’ai fait un parallèle entre leurs deux débuts de carrière. Lazare, grâce à sa très bonne vision des lieux d’un crime, a eu sa chance. Quant à Sonia, il semblerait qu’elle soit dans le même cas. En plus, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense.

Grâce aux talents de Lazare, l’enquête est très rapide. Le suspect est très vite connu mais une course contre la montre s’engage car cet homme tue effroyablement et il faut sauver sa prochaine victime. Une enquête très rapide mais je n’ai pas trouvé la dimension que je recherche dans les polars, soit des sentiments d’urgence. J’ai toutefois tourné les pages très facilement afin de faire vraiment connaissance avec tous les personnages, qui se révèleront au fur et à mesure de la série, je le pense. J’ai voulu savoir si l’enquête de Lazare tourne en sa faveur, si ce qu’il avance est vrai. Mais aussi, comment tourne sa relation avec Sonia, s’il arrivera à s’ouvrir à elle, à être moins abrupt, s’il en aura réellement le temps.

J’ai aimé les personnages de ce roman sans, toutefois, avoir de réels atomes crochus avec eux même s’ils sont bien décrits, que ce soit physiquement ou psychologiquement.

Le dénouement est très rapide, juste quelques pages. Je ne m’y attendais pas du tout, certainement pas de cette manière. En tous les cas, Lazare n’a pas fini de souffrir.

Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac

Date de sortie : 9 mars 2020

Editeur : Cairn

Nombre de pages : 245

ISBN : 9782350688633

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.