Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac

Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac, Présentation

Marie France a 70 ans. Après un rendez-vous elle rentre chez elle, dans son château entouré de vignes. Depuis la mort de son mari, elle veut vendre son domaine mais elle souhaite un acheteur qui se conforme à ce qui s’est passé auparavant au niveau du vignoble. En entrant elle trouve son personnel de maison assassiné.

A Bordeaux, Lazare Servent se réveille avec une gueule de bois. Il est dépressif, boit beaucoup et va travailler quand il veut. Un appel va le remettre en selle.

Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac, Avis

Je ne regrette pas ma sélection Masse Critique Babelio Polars, que je remercie d’ailleurs pour cette sélection, avec ce premier tome d’une trilogie bordelaise. Je garderai cet auteur dans le coin de ma tête pour acheter les deux autres tomes. La maison d’édition publie des romans d’auteurs dont l’action se passe dans le Sud-Ouest, ma région natale, que je connais pas mal pour avoir visité quelques lieux. Outre les villes, le lecteur peut retrouver l‘histoire de la région, d’une ville et de hauts lieux de cette ville. Dans Violence, l’action se passe, essentiellement, à Bordeaux, ville dans laquelle j’ai vécu à peu près vingt ans, que j’ai quitté il y a 30 ans et que je retrouve de temps en temps. Je connais assez bien Bordeaux. Avec ma mère, nous avons pas mal parcouru ses rues à pied. Donc, dans Violence, j’ai retrouvé pas mal de lieux connus. Et j’ai appris l’histoire de Castéja, le 36 Quai des Orfèvres de Bordeaux. Je ne connaissais pas du tout les faits anciens de ce bâtiment bordelais. Comme quoi, on apprend à tout âge.

Après cette introduction, nous retrouvons le lieutenant Lazare Servent. Que cache cet homme ? Pourquoi vient-il travailler quand il veux ? Pourquoi boit-il autant ? Pourquoi ses collègues ont une mauvaise opinion de lui ? Pourquoi est-il en dépression ? Pourquoi le grand chef lui fait confiance, lui qui l’a amené dans ses bagages depuis la région parisienne, il y a un an ? Au fur et à mesure des pages qui se tournent, on en apprend beaucoup plus sur son passé, pourquoi il est devenu ce qu’il est, ce qui s’est passé réellement il y a un an. Une histoire familiale bien entendu d’un jeune garçon qui avait un héros, son père, et qui jeune, adolescent, voit ce héros énormément baisser dans son estime. Lazare a donc pris de nombreuses décisions par rapport à ce rejet. Mais le plus dur est de comprendre que l’on est pas aimé de sa famille. Par contre, est-ce que ce sont toutes ses expériences très dures qui lui font faire des cauchemars, qui lui procurent cette peur et ainsi il donne le meilleur de lui-même dans son métier ? Une femme va tout changer, sa nouvelle coéquipière. Et elle, est-ce qu’elle cache quelque chose ? Je suis sceptique à ce sujet. En tous les cas, la rencontre est assez explosive. Lazare ne sait pas lui parler et elle, elle hésite entre le croire ou croire ce qu’ont dit ses collègues. En tous les cas, l’attraction physique est bien là. J’ai fait un parallèle entre leurs deux débuts de carrière. Lazare, grâce à sa très bonne vision des lieux d’un crime, a eu sa chance. Quant à Sonia, il semblerait qu’elle soit dans le même cas. En plus, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense.

Grâce aux talents de Lazare, l’enquête est très rapide. Le suspect est très vite connu mais une course contre la montre s’engage car cet homme tue effroyablement et il faut sauver sa prochaine victime. Une enquête très rapide mais je n’ai pas trouvé la dimension que je recherche dans les polars, soit des sentiments d’urgence. J’ai toutefois tourné les pages très facilement afin de faire vraiment connaissance avec tous les personnages, qui se révèleront au fur et à mesure de la série, je le pense. J’ai voulu savoir si l’enquête de Lazare tourne en sa faveur, si ce qu’il avance est vrai. Mais aussi, comment tourne sa relation avec Sonia, s’il arrivera à s’ouvrir à elle, à être moins abrupt, s’il en aura réellement le temps.

J’ai aimé les personnages de ce roman sans, toutefois, avoir de réels atomes crochus avec eux même s’ils sont bien décrits, que ce soit physiquement ou psychologiquement.

Le dénouement est très rapide, juste quelques pages. Je ne m’y attendais pas du tout, certainement pas de cette manière. En tous les cas, Lazare n’a pas fini de souffrir.

Violence La trilogie bordelaise 1 de Philippe Charrac

Date de sortie : 9 mars 2020

Editeur : Cairn

Nombre de pages : 245

ISBN : 9782350688633

Ainsi soit-il tome 1 Expiation de Sylvie Lopez

Ainsi soit-il tome 1 Expiation de Sylvie Lopez, présentation

Sa mère est française, son père anglais. Jesse est révérend d’une église anglicane en France. Il vient de Brighton. Il a choisi les ordres pour expier mais aussi pour mener à bien une mission.

Maria emménage. Au cours d’une fête, elle rencontre Jesse. Très vite, ils sont attirés l’un par l’autre.

Avis Ainsi soit-il tome 1 Expiation de Sylvie Lopez

D’habitude ce genre de romans ne me dérange absolument pas. Beaucoup de sexe, de l’action, une histoire, des personnages sympathiques, beaux. Des fois, le personnage féminin est un peu niais. Mais là, comment dire, j’ai lu et cela a été sans grande conviction.

Le personnage masculin est pasteur pour la communauté anglophone dans une ville du sud. Il a choisi d’entrer dans les ordres et aussi il a une mission. Mais quand va-t-on voir quelque chose de cette mission ? A part se flageller car il est accro au sexe, s’en référer toujours à son Dieu, avoir des érections continuellement surtout la nuit, au bout d’un moment, j’en ai eu marre de ces situations qui n’évoluent absolument pas. Jesse est quand même très respectueux envers Maria. Il ne la force pas. Il sait qu’il ne va rien lui apporter de bon. Mais la voir avec d’autres hommes le met carrément hors de lui. Elle va le pousser dans ses retranchements. En tous les cas, Jesse est un homme qui veut faire du bien, dans cette communauté. Outre ces deux missions, dont l’une cachée, il souhaite que ces jeunes, qui n’ont rien, qui sont malmenés par la vie, puissent se construire, se reconstruire.

Maria n’est pas un personnage nunuche, malgré ses 21 ans. On apprend dans ce roman ce qu’elle a vécu. On comprend pourquoi elle se cache, elle n’a pas confiance en elle, pourquoi elle ne fait pas le premier pas avec Jesse. Elle pourrait accepter de nombreuses choses de sa part, mais elle veut vivre une relation d’égal à égal et ne pas être celle qui passe en second.

Cette mission, trouver celui qui s’en prend à des enfants sexuellement et qui doit être mis hors circuit, est très peu évoquée. Le thème aurait pu donner plus de dimension à ce roman, même s’il bascule dans l’érotique, mais aucune tension qui aurait permis d’avoir un roman agréable à lire.

Le langage véritablement adolescent pour ces personnages de 21 et 26 ans, on repassera. Marre de ces auteurs et Sylvie Lopez n’est pas la seule dans ce cas à utiliser ce genre de termes pour tenter d’accrocher le lecteur. Mais cela fait passer les personnages pour plus bêtes qu’ils ne le sont. Pour information, tous les adolescents ne s’expriment pas de cette façon et encore moins les jeunes adultes. Et que dire aussi des quelques fautes trouvées dans ce roman.

Tout n’est pas à jeter. Mais ces quelques éléments dévoilés du passé de l’un et de l’autre ne sont pas assez développés à mon goût. Les chapitres alternent entre Jesse et Maria donc le lecteur a le point de vue des deux personnages.

Alors, si c’est comme ça pour les deux autres tomes, ce sera sans moi, franchement. Normalement, lorsqu’il y a une série, je commande les tomes suivants pour les lire quand j’en ai envie mais je passe carrément mon chemin.

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique et Evidence Editions.

Ainsi soit-il tome 1 Expiation de Sylvie Lopez

Date de sortie : 30 mai 2018

Editeur : Evidences Editions

Nombre de pages : 273

ISBN : 979-10-348-1358-2

Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres, présentation

Ce livre retrace la guerre du Vietnam pour les appelés et tous les autres.

L’auteur, en 2017, décide d’écrire des années après avoir passé un séjour aux Etats-Unis où il logeait chez la mère de Clive, un jeune homme mort au combat, à 19 ans.

La guerre du Vietnam a toujours intéressé l’auteur.

Avis de Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

En racontant l’histoire de Clive, l’auteur donne vie à Clive, à ses amis, à sa famille et à tous ces jeunes hommes qui sont partis faire la guerre au Vietnam, ceux qui sont revenus, avec toutes les horreurs qu’ils ont vu et qu’ils ne peuvent pas dépasser, et à tous ceux qui sont morts, très jeunes car ils ont dû subir cette guerre. Un pan de l’Histoire américaine, certes, mais qui doit être lu par tous et toutes pour ce devoir de mémoire très important qui touche aussi bien les Etats-Unis que le monde entier. J’espère que ce livre peut être traduit en anglais car il est vraiment très important pour les Américains. S’ils sont comme moi, ils vont être profondément émus par tous les mots de l’auteur.

Pour tout dire, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Mais cela n’a duré que les 30 premières pages et après, je n’ai pas traîné. J’ai été accro à toute l’histoire, au style de l’auteur. J’avais l’impression de connaître toutes ces personnes, d’assister aux évènements quels qu’ils soient. Je n’ai pas pleuré au sort de Clive, à sa mort, mais cela a été tout comme. Combien de soldats, de héros sont morts peu de temps avant d’être démobilisés, un jour avant la fin de leur mission réelle. Je sais, je dévoile un pan énorme de ce livre. Ils attendent cette démobilisation jour après jour, nuit après nuit. Les souvenirs leur permettent de tenir dans cet enfer quotidien. Ces jeunes hommes pleurent, peuvent haïr, font ce pour quoi ils sont missionnés, tuer, mais surtout essayer de rester en vie. L’auteur nous dépeint très bien ces relations entre tous ces jeunes hommes. Ce sont des amis, des frères, ils peuvent compter les uns sur les autres pour tenter de survivre, de vivre, de faire attention. Mais des fois, cela ne suffit pas. Ces soldats partagent tout, les courriers, les colis…

Peut-on en vouloir à ces jeunes qui sont restés au pays, qui ont profité des relations parentales, du fait qu’ils devaient faire des études ou à ces jeunes qui ont préféré déserter ? Non et non. Clive n’en veut pas à son ami, son frère, Simon. Clive sait qu’il est « le bouseux » comme tous ceux qui ont fait la guerre au Vietnam. ils ont été choisis parce qu’ils n’avaient pas franchement d’avenir. Mais Clive, au sein de l’armée, révèle des qualités qu’on ne lui soupçonnait pas.

A 18 ans, on laisse bien souvent un premier amour. A 18 ans, on laisse une famille. Ici, c’est une mère. Clive et sa mère n’ont pas eu une vie facile. Mais elle a su élever son fils envers et contre tous, après la mort de son mari et donc le père de Clive. A cela s’ajoute cette histoire, véridique, du patron d’une entreprise, où le père de Clive a trouvé la mort. Il a décidé d’être là pour le jeune garçon. Et quand son propre fils se lie d’amitié avec Clive, qu’il le considère comme son frère, il laissera faire, tout comme il laissera faire la relation entre Clive et sa propre fille. C’est le seul personnage que je n’ai pas trop aimé, mais sans le haïr non plus. S’il avait agi d’une autre façon, il n’y aurait pas eu cette histoire bouleversante parce que c’est l’histoire vraie d’un jeune homme que j’ai trouvé solaire, qui a accepté, par force, ce destin, qui n’a pas voulu profiter de passe-droits, qui a accepté son sort dignement, qui a souffert, qui savait que ce qu’il vivait dépassait l’entendement et que son retour ne serait pas facile et surtout qui avait l’espoir de revoir son unique et seul amour.

Je vous laisse découvrir le livre quant à la photo de couverture. Il faut savoir que l’auteur a mis des années avant de raconter l’histoire de Clive. Il a pu rencontrer la mère du jeune homme, il a passé du temps avec elle, comme il a pu rencontrer aussi des relations du jeune homme quand il était vivant. Le souvenir de Clive va perdurer jusqu’à ce qu’ils soient tous morts.

Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

Date de sortie : 21 août 2019

Editeur : Editions du Toucan

Nombre de pages : 350

ISBN : 978-2-8100-0901-5

Putain de chat de Lapuss’

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de Putain de chat de Lapuss’

La vérité sur les chats enfin révélée! Vous aimez les chats? Ils sont mignons, joueurs et espiègles, et leurs yeux sont remplis de malice quand ils vous réclament une caresse ou des croquettes. En apparence seulement, car un funeste dessein les ronge au plus profond de leur âme et seul votre malheur les intéresse. Au péril de sa vie, Lapuss’ vous dévoile enfin ce qu’il se passe dans la tête de l’animal le plus maléfique de la création : Le chat. Faites attention à vous!

Avis Putain de chat de Lapuss’

Tous ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, sur mon autre blog, savent qu’il y a deux ans et demi, nous avons adopté un chat à la SPA. Chat qui avait 1 an 1/2, deux ans. C’est lui qui nous a adoptés.

Je n’ai pas trouvé réellement de situations vécues avec Tigrou dans cette petite bande dessinée. C’est clair que Tigrou est chez lui. Il s’est approprié tous les endroits, toutes les vestes. Il nous mène à la baguette. Il est tellement chez lui et surtout très collé à nous qu’il a refusé la petite Perle lorsque nous l’avons trouvée sous une voiture. Pendant plus d’un an, des rituels ont été instaurés avec Maud. Mais bon, elle est partie à l’ENG, ces rituels n’ont plus cours, sauf les samedi et dimanche. Tigrou est un chat qui n’aime pas être tout seul. Il nous attend le soir.

Par rapport à la BD, Tigrou est bien élevé. A ce jour, il n’a jamais rien cassé, ni déchiré. Bon, le canapé et les chaises ont subi quelques griffures, mais par rapport à la plupart des chats, sur ce que je peux voir, nous sommes bien tombés.

Est-ce que Tigrou a toutes ces pensées lorsque l’on s’occupe de lui ? Certaines fois, je le pense, de la façon dont il remue la queue quand il est énervé ou qu’il nous chope quand il est énervé ou quand on joue.

Une petite bande dessinée dont les dessins sont très réalistes. Même pour les BD où il n’y a pas trop de détails, où ce n’est pas trop rempli, le talent de l’artiste doit être indéniable et ici c’est le cas. Le message passe vraiment très bien. Les dialogues sont courts et efficaces puisqu’ils font rire. Un petit ouvrage super sympa. Je suis contente de recevoir, pour une fois, malgré toutes mes demandes en Masse Critique, de recevoir mon premier livre sur les chats. Ce n’est pas une critique pour Babelio puisque la sélection se fait selon ce qui est demandé.

L’auteur Lapuss’ peut être suivi sur Facebook et Instagram. Il existe 5 tomes de Putain de chat.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique qui m’a fait passer un très bon moment.

Putain de chat de Lapuss’

Date de sortie : 25 août 2016

Editeur : Monsieur Pop Corn

Nombre de pages : 62

ISBN : 978-2-9758-0999-5

Ecorché d’Isabelle Boisvert

tous les livres sur Babelio.com

Présentation Ecorché d’Isabelle Boisvert

Antoine et sa femme Lydia ont accepté d’accueillir le fils adoptif de Pierre. En effet, celui-ci doit partir aux Etats-Unis. C’est en toute connaissance de cause car Félix est un jeune homme qui a eu de nombreux problèmes dû à son passé. Il est en rébellion constante.

L’arrivée de Félix, majeur dans quelques mois, ne sera pas de tout repos. Frédérique, la fille d’Antoine et Lydia, ne sait pas comment se comporter avec lui. Mais elle est subjuguée par le charme du jeune homme.

Avis Ecorché d’Isabelle Boisvert

Comment un enfant, devenu un adolescent, peut-il survivre, vivre lorsqu’il a vécu l’indicible, soit les violences envers sa mère, la mort de celle-ci et les violences perpétrées par son père à son encontre ? Ce garçon avait un voisin chez qui il se réfugiait. Il s’y réfugie toujours, seule personne à ne pas le juger. Ce garçon, Félix, à la mort de sa mère, a été adopté par le frère de sa mère. Mais vu la souffrance vécue, il n’a jamais su montrer tout l’amour qu’il pouvait ressentir, le fait qu’il soit enfin en sécurité. Car un enfant qui vit tout ce que Félix a vécu ne veut pas s’engager pour ne pas tout perdre. Donc, Félix s’est drogué, a eu des problèmes avec la police, s’est rebellé face à toutes les institutions, les ordres donnés. Ce que veut Félix ? Avoir 18 ans et son indépendance financière pour pouvoir vivre enfin pour lui, sans personne. Mais son oncle a dû partir aux Etats-Unis, il a demandé à son meilleur ami d’accueillir Félix au sein de sa famille. Une famille composée d’un père, d’une mère et d’une jeune fille du même âge que Félix, Frédérique.

Les relations ne sont pas faciles surtout avec une mère, Lydia, qui mène tout son monde à la baguette. Elle ne supporte pas le comportement de Félix, ses paroles et malgré les règles imposées, ce dernier n’en fait qu’à sa tête. Lydia a le même comportement avec sa fille. Mais avec elle, elle n’a jamais eu de problèmes. Frédérique s’est toujours conformée aux désirs de sa mère et ne s’est jamais soulevée. D’ailleurs, elle préfère se confier à son père qu’à sa mère. L’arrivée de Félix va tout chambouler. Frédérique va prendre des décisions qui ne plaisent pas à sa famille. Mais cette dernière est unie, le père joue un rôle de médiateur pour faire accepter à Lydia que sa fille grandit et qu’elle n’a pas les mêmes aspirations que sa mère. D’ailleurs, cette dernière devrait se rappeler sa jeunesse.

Félix est très sensible sous ses dehors de dur. Il ne sait pas comment exprimer sa souffrance, il préfère foncer dans le tas. Il ne veut pas s’ouvrir, il ne veut pas montrer ses faiblesses, sa douleur. Il a peur d’être déçu par les autres, il ne veut plus souffrir.

Avec Félix, Frédérique va trouver une sensation de liberté. Elle va côtoyer un jeune homme qui ne pense pas qu’à lui. Elle va tenter de connaître son passé afin de l’aider. Mais les barrières paraissent infranchissables avec un garçon qui ne veut pas s’engager, qui a peur de faire mal, malgré tout l’amour qu’il peut éprouver. Cela créera des tensions entre eux. Mais Frédérique devra faire preuve de patience et Félix comprendre qu’il peut s’ouvrir. Frédérique, même si elle éprouve beaucoup d’amour, est comme une éponge. Elle absorbe tout le mal-être de ce jeune homme, elle n’est plus la jeune fille qui semblait heureuse. Elle devra faire des choix quant à cette relation, son avenir. Elle se trouve impuissante face à ce jeune homme qui souffre. En cela, elle est aidée par sa meilleure amie, ses parents, notamment son père qui ne lui impose aucun choix mais qui a un rôle de conseil. Des décisions difficiles à prendre, à faire comprendre à l’autre. Mais cela permet à Félix et Frédérique de grandir. Lui à faire des choix pour surtout aller mieux et elle, à vivre sa vie.

Ce que j’ai aimé dans ce roman, ce sont les passages en italique où Félix raconte sa vie. J’ai également aimé l’échange entre Antoine et Félix. J’ai beaucoup moins aimé les dialogues, surtout ceux de Félix. Car oui, c’est un jeune homme rebelle mais ses paroles quand il souhaite montrer son point de vue, tout comme certains de ses actes face à cette famille, surtout Lydia, ne sont pas assez explicites. J’ai également été extrêmement déroutée, et je pense que des lecteurs adolescents français pourraient l’être, par tournures de phrases, mots de cette ville de Montréal. J’ai essayé de les transcrire en français mais avec plus ou moins de succès. Autrement, toute personne qui souffre, notamment les adolescents, tous les adultes qui peuvent être au fait de ces souffrances, trouveront matière avec ce roman.

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique.

Ecorché d’Isabelle Boisvert

Date de sortie : 4 septembre 2013

Editeur : Editions de Mortagne

Nombre de pages : 312

ISBN : 978-2-89662-275-7

Rituels d’Ellison Cooper

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Rituels d’Ellison Cooper

Deux policiers sont appelés suite à de mauvaises odeurs dans une maison fermée. Un des policiers se rappelle d’un appel téléphonique d’une jeune fille. Il a un mauvais pressentiment.

Ils tentent d’entrer dans la maison, se dirigent vers la cave et là cela explose.

Le FBI est appelé sur les lieux.

Avis Rituels d’Ellison Cooper

Comment écrire une critique, un avis sur un roman aussi riche. Je me suis fait balader de bout en bout par l’auteur. Et ça, c’est un véritable point positif. Je me l’étais imaginé ce tueur en série, j’avais des doutes, je croyais avoir raison, sauf que non. Même si sur un des personnages, une parcelle de doute s’est vérifiée. Un policier blessé, un agent du FBI tué et l’autre également blessé. Ce sont les conséquences de l’explosion dans une maison abandonnée où une jeune fille disparue depuis de nombreux mois est retrouvée dans une cage, un animal à ses côtés. Mais cette jeune fille n’est pas n’importe quelle jeune fille, c’est la fille d’un sénateur qui brigue les plus hautes marches en politique. Sayer doit abandonner ses études sur les tueurs en série et elle est chargée de l’enquête. Mais Sayer ne plait pas à tout le monde. Elle est brute, abrupte et entretient des relations conflictuelles. Comment vont se passer ses relations avec son binôme ? Après un recul, ils vont s’ouvrir l’un à l’autre pour se connaître et se faire confiance.

Sayer étudie le cerveau des tueurs en série. Mais sur trois sujets, rien ne colle. Pourquoi ? Elle a toujours en ligne de mire ces résultats. Ces études sur le cerveau ne sont pas forcément bien vues car pour les autres c’est une perte de temps, surtout pour un agent du FBI. Mais le cerveau a beaucoup à révéler à ceux qui l’étudie et cela va être un des thèmes du roman.

Le FBI aura fort à faire avec ces découvertes, ces rituels qui changent, ces situations dangereuses pour eux et pour les jeunes filles enlevées, la drogue utilisée. Surtout lorsqu’un sénateur s’en mêle, qu’il révèle tout à la presse et qu’il menace le FBI. Mais il y a aussi des fuites. Le FBI n’a pratiquement pas de longueur d’avance face à ça. L’enquête piétine, peut partir dans tous les sens et faire des dégâts lorsque la presse s’en mêle. Tout le monde est suspect. Et à qui faire confiance pour avancer ?

J’ai pratiquement aimé tous les personnages, sauf celui du sénateur et du profiLeur du FBI. La trame du roman est absolument géniale et bien trouvée. Le lecteur va de rebondissements en rebondissements, de suspects en suspects, de découvertes en découvertes et de liens en liens . Mais le temps presse. Et il faut trouver ces jeunes filles enfermées. Au cours de son enquête, Sayer va se prendre de passion pour un petit chien. On fera connaissance avec sa grand-mère, un personnage haut en couleur. Le lecteur va voir Sayer évoluer, va comprendre sa colère continuellement présente et surtout cette souffrance. Personne ne sortira indemne de cette enquête, mais elle renforcera de nombreux liens, surtout entre collègues. Et puis le FBI devra rendre des comptes face à cette enquête et ses méandres.

La tension n’est pas forcément extrême mais ce roman permet de passer un très bon moment de lecture.  Il semblerait que Sayer soit un personnage récurrent de l’auteur.  Si j’ai l’occasion de la lire à nouveau, ce sera avec grand plaisir.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Pocket.

Rituels d’Ellison Cooper

Date de sortie : 10 octobre 2019

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 496

ISBN : 978-2-266-29339-6

L’arrangement de Sarah Dunn

tous les livres sur Babelio.com

Résumé L’arrangement de Sarah Dunn

Owen et Lucy passent une bonne soirée, chez eux, avec un couple. Ils discutent de la vie, des couples, de l‘adultère. Lorsque ce couple relate la possibilité d’avoir de chaque côté un amant, pour pimenter un couple, l’idée fait son chemin chez Owen et Lucy.

Ils notent tout sur un carnet sur un futur arrangement. Et ils sautent le pas.

Avis L’arrangement de Sarah Dunn

Suite à une soirée un peu arrosée qui a laissé des traces dans leur esprit, Owen et Lucy, parents de Wyatt, après concertation et notes, ont décidé de signer un arrangement. Qu’est-ce que cet arrangement ? Pendant six mois, leur couple est libre mais l’un et l’autre ne doivent pas savoir ce qui se passe dans la vie de l’autre. Liberté chérie, liberté sexuelle. Mais ils vivent toujours ensemble, s’occupent de leur fils. Qui va trouver en premier un autre partenaire sexuel ? Ils cherchent, vont-ils trouver ? Personne, dans leur entourage ne doit savoir. Mais Lucy se confie à celle qui peut être considérée comme sa meilleure amie. Est-ce que leur sexualité sera autant débridée ? Vont-ils s’attacher à ces autres personnes ? Leur couple va-t-il en souffrir ?

L’auteur, au fil des pages, nous relate leur rencontre, comment ils sont tombés amoureux, comment ils ont décidé de vivre à l’extérieur de New-York, par manque d’argent, pour avoir une vie plus simple, moins trépidante et surtout parce qu’ils attendent un enfant. C’est également dû au fait qu’Owen n’a pas pu évoluer professionnellement et qu’il a été licencié. La vie semblait toute rose. Mais l’arrivée de Wyatt et les soucis de cet enfant, dont ils n’ont pas compris au départ ce qui lui arrivait, ont obligé Lucy à ne plus travailler. Ils sont l’un et l’autre très proches de cet enfant qui se révèle autiste. A aucun moment, je n’ai senti que leur couple était prêt à s’effriter, malgré les problèmes de santé de leur fils qui prend énormément de temps et d’espace. Alors, oui, Lucy ne fait plus aussi attention à elle, la routine s’est installée dans leur couple, il semble y avoir moins d’amour, quelques frictions…

Une chronique des êtres humains, du couple, aux Etats-Unis dans une petite communauté conservatrice qui a vu arriver de nombreuses familles qui cherchent le bien-être. Personnalités féminines, masculines, où tout est mis en oeuvre pour le bien de la communauté. Frictions, jugements, surtout lorsque le maître d’école devient une femme. Mais il a fallu d’un seul homme, un riche homme, vivant dans cette petite ville pour que l’école prenne une décision. Mais c’est sans compter une mobilisation de tous et toutes. Un très bon point car cette ville est conservatrice, certes, mais elle est quand même capable d’accepter ce qui fait tout l’être humain. Par contre, elle n’est pas prompte à accepter qu’un riche homme d’affaire ne paie pas ses impôts quand il trouve des subterfuges.

Est-ce qu’un arrangement comme celui de Lucy et Owen est viable ? Pas pour tout le monde car l’être humain est tout de même versatile surtout lorsque les sentiments peuvent entrer en ligne de compte. Ce que j’ai bien aimé, en définitive, est cette fin menée par la maîtresse d’Owen qui a vécu le plus grand drame de sa vie et qui, en fin de compte, s’est rendue compte qu’elle lui doit la vie.

Dans ce roman, on suit les changements qui les affectent, qui affectent cette communauté d’hommes et de femmes aux nombreux jardins secrets. Même si le roman est bien écrit, constitue une analyse des couples, sans jugement émis, d’une petite ville des Etats-Unis, je ne peux pas dire que j’ai vraiment aimé ce roman. Il est lu mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Le Cherche Midi.

L’arrangement de Sarah Dunn

Date de sortie : 19 septembre 2019

Editeur : Le Cherche Midi

Nombre de pages : 396

ISBN : 978-2-7491-6048-1