Rituels d’Ellison Cooper

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Rituels d’Ellison Cooper

Deux policiers sont appelés suite à de mauvaises odeurs dans une maison fermée. Un des policiers se rappelle d’un appel téléphonique d’une jeune fille. Il a un mauvais pressentiment.

Ils tentent d’entrer dans la maison, se dirigent vers la cave et là cela explose.

Le FBI est appelé sur les lieux.

Avis Rituels d’Ellison Cooper

Comment écrire une critique, un avis sur un roman aussi riche. Je me suis fait balader de bout en bout par l’auteur. Et ça, c’est un véritable point positif. Je me l’étais imaginé ce tueur en série, j’avais des doutes, je croyais avoir raison, sauf que non. Même si sur un des personnages, une parcelle de doute s’est vérifiée. Un policier blessé, un agent du FBI tué et l’autre également blessé. Ce sont les conséquences de l’explosion dans une maison abandonnée où une jeune fille disparue depuis de nombreux mois est retrouvée dans une cage, un animal à ses côtés. Mais cette jeune fille n’est pas n’importe quelle jeune fille, c’est la fille d’un sénateur qui brigue les plus hautes marches en politique. Sayer doit abandonner ses études sur les tueurs en série et elle est chargée de l’enquête. Mais Sayer ne plait pas à tout le monde. Elle est brute, abrupte et entretient des relations conflictuelles. Comment vont se passer ses relations avec son binôme ? Après un recul, ils vont s’ouvrir l’un à l’autre pour se connaître et se faire confiance.

Sayer étudie le cerveau des tueurs en série. Mais sur trois sujets, rien ne colle. Pourquoi ? Elle a toujours en ligne de mire ces résultats. Ces études sur le cerveau ne sont pas forcément bien vues car pour les autres c’est une perte de temps, surtout pour un agent du FBI. Mais le cerveau a beaucoup à révéler à ceux qui l’étudie et cela va être un des thèmes du roman.

Le FBI aura fort à faire avec ces découvertes, ces rituels qui changent, ces situations dangereuses pour eux et pour les jeunes filles enlevées, la drogue utilisée. Surtout lorsqu’un sénateur s’en mêle, qu’il révèle tout à la presse et qu’il menace le FBI. Mais il y a aussi des fuites. Le FBI n’a pratiquement pas de longueur d’avance face à ça. L’enquête piétine, peut partir dans tous les sens et faire des dégâts lorsque la presse s’en mêle. Tout le monde est suspect. Et à qui faire confiance pour avancer ?

J’ai pratiquement aimé tous les personnages, sauf celui du sénateur et du profiLeur du FBI. La trame du roman est absolument géniale et bien trouvée. Le lecteur va de rebondissements en rebondissements, de suspects en suspects, de découvertes en découvertes et de liens en liens . Mais le temps presse. Et il faut trouver ces jeunes filles enfermées. Au cours de son enquête, Sayer va se prendre de passion pour un petit chien. On fera connaissance avec sa grand-mère, un personnage haut en couleur. Le lecteur va voir Sayer évoluer, va comprendre sa colère continuellement présente et surtout cette souffrance. Personne ne sortira indemne de cette enquête, mais elle renforcera de nombreux liens, surtout entre collègues. Et puis le FBI devra rendre des comptes face à cette enquête et ses méandres.

La tension n’est pas forcément extrême mais ce roman permet de passer un très bon moment de lecture.  Il semblerait que Sayer soit un personnage récurrent de l’auteur.  Si j’ai l’occasion de la lire à nouveau, ce sera avec grand plaisir.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Pocket.

Rituels d’Ellison Cooper

Date de sortie : 10 octobre 2019

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 496

ISBN : 978-2-266-29339-6

L’arrangement de Sarah Dunn

tous les livres sur Babelio.com

Résumé L’arrangement de Sarah Dunn

Owen et Lucy passent une bonne soirée, chez eux, avec un couple. Ils discutent de la vie, des couples, de l‘adultère. Lorsque ce couple relate la possibilité d’avoir de chaque côté un amant, pour pimenter un couple, l’idée fait son chemin chez Owen et Lucy.

Ils notent tout sur un carnet sur un futur arrangement. Et ils sautent le pas.

Avis L’arrangement de Sarah Dunn

Suite à une soirée un peu arrosée qui a laissé des traces dans leur esprit, Owen et Lucy, parents de Wyatt, après concertation et notes, ont décidé de signer un arrangement. Qu’est-ce que cet arrangement ? Pendant six mois, leur couple est libre mais l’un et l’autre ne doivent pas savoir ce qui se passe dans la vie de l’autre. Liberté chérie, liberté sexuelle. Mais ils vivent toujours ensemble, s’occupent de leur fils. Qui va trouver en premier un autre partenaire sexuel ? Ils cherchent, vont-ils trouver ? Personne, dans leur entourage ne doit savoir. Mais Lucy se confie à celle qui peut être considérée comme sa meilleure amie. Est-ce que leur sexualité sera autant débridée ? Vont-ils s’attacher à ces autres personnes ? Leur couple va-t-il en souffrir ?

L’auteur, au fil des pages, nous relate leur rencontre, comment ils sont tombés amoureux, comment ils ont décidé de vivre à l’extérieur de New-York, par manque d’argent, pour avoir une vie plus simple, moins trépidante et surtout parce qu’ils attendent un enfant. C’est également dû au fait qu’Owen n’a pas pu évoluer professionnellement et qu’il a été licencié. La vie semblait toute rose. Mais l’arrivée de Wyatt et les soucis de cet enfant, dont ils n’ont pas compris au départ ce qui lui arrivait, ont obligé Lucy à ne plus travailler. Ils sont l’un et l’autre très proches de cet enfant qui se révèle autiste. A aucun moment, je n’ai senti que leur couple était prêt à s’effriter, malgré les problèmes de santé de leur fils qui prend énormément de temps et d’espace. Alors, oui, Lucy ne fait plus aussi attention à elle, la routine s’est installée dans leur couple, il semble y avoir moins d’amour, quelques frictions…

Une chronique des êtres humains, du couple, aux Etats-Unis dans une petite communauté conservatrice qui a vu arriver de nombreuses familles qui cherchent le bien-être. Personnalités féminines, masculines, où tout est mis en oeuvre pour le bien de la communauté. Frictions, jugements, surtout lorsque le maître d’école devient une femme. Mais il a fallu d’un seul homme, un riche homme, vivant dans cette petite ville pour que l’école prenne une décision. Mais c’est sans compter une mobilisation de tous et toutes. Un très bon point car cette ville est conservatrice, certes, mais elle est quand même capable d’accepter ce qui fait tout l’être humain. Par contre, elle n’est pas prompte à accepter qu’un riche homme d’affaire ne paie pas ses impôts quand il trouve des subterfuges.

Est-ce qu’un arrangement comme celui de Lucy et Owen est viable ? Pas pour tout le monde car l’être humain est tout de même versatile surtout lorsque les sentiments peuvent entrer en ligne de compte. Ce que j’ai bien aimé, en définitive, est cette fin menée par la maîtresse d’Owen qui a vécu le plus grand drame de sa vie et qui, en fin de compte, s’est rendue compte qu’elle lui doit la vie.

Dans ce roman, on suit les changements qui les affectent, qui affectent cette communauté d’hommes et de femmes aux nombreux jardins secrets. Même si le roman est bien écrit, constitue une analyse des couples, sans jugement émis, d’une petite ville des Etats-Unis, je ne peux pas dire que j’ai vraiment aimé ce roman. Il est lu mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Le Cherche Midi.

L’arrangement de Sarah Dunn

Date de sortie : 19 septembre 2019

Editeur : Le Cherche Midi

Nombre de pages : 396

ISBN : 978-2-7491-6048-1

Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola

Présentation de l’éditeur Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola Histoire du grand banditisme à la néo-voyoucratie

Ancien flic de la BAC de Marseille, Marc La Mola a grandi dans les quartiers Nord de la cité phocéenne, où il a vu le milieu traditionnel des voyous laisser la place à une horde de jeunes issus des cités. De la mairie aux couloirs crasseux de l’hôtel de police, une immersion dans le milieu du néo-banditisme.


Avis de l’éditeur Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola Histoire du grand banditisme à la néo-voyoucratie

Quand un Marseillais et ex-flic raconte Marseille et ses meurtres, ses trafics en tout genre et l’évolution des quartiers nord. Vraiment très intéressant à lire pour connaître cette ville unique en son genre que je n’aime absolument pas, même si j’y habite depuis plus de 10 ans. J’y vis, j’y travaille, je me suis fait agressée juste à côté de chez moi, dans un quartier dit chic, soit le 8ème arrondissement, juste à côté du commissariat. Mais les agressions, les meurtres ne se passent pas que dans les quartiers nord, ils descendent même dans les quartiers sud. Je n’aime pas Marseille à cause de sa saleté, à cause de son anarchie. Tout le monde se gare n’importe comment, gêne les autres et s’en moque. Difficile également de trouver un emploi. Déjà quand on est jeune, que l’on vient des quartiers nord, que l’on a aucune perspective d’avenir. Mais aussi quand on vient d’une autre région et que l’on ne connait personne parce que l’on préfère privilégier les gens que l’on connait même s’ils n’ont pas les bonnes compétences. Mais tous les Marseillais, les vrais Marseillais ne sont pas comme ça et heureusement.

Il a eu des témoignages de policiers, de magistrats, de ceux qui vivent dans ces quartiers délaissés, de ceux qui font des trafics et de lui-même. Il a tout vu, tout entendu. Il a constaté l’évolution de cette criminalité, au départ aux parrains corses et maintenant aux gens des cités. Les premiers ont travaillé, main dans la main, avec tout le monde et même les plus hautes instances. Ils avaient un code d’honneur, même dans leurs assassinats avec un colt. Les derniers sont en colère, ont la haine, et l’utilisation de la kalachnikov semble même très facile, même pour ceux qui ne savent pas tirer. Ils sont sûrs de leur coup à chaque coup, même s’il y a des dommages collatéraux.

Y a-t-il un avenir pour Marseille ? Pour faire baisser cette criminalité, ces réseaux ? Possible avec un changement de maire. Mais il va falloir qu’il prenne tous ces problèmes et s’y tenir, ne pas tomber dans le système des pots de vin pour plaire aux uns et aux autres. La montée du RN dans de nombreux quartiers change-t-elle quelque chose ? Les gens ont peur et le font savoir. Mais ce n’est pas avec ce parti politique que cela va changer. Car lui comme les autres n’est pas blanc comme neige.

Alors, oui, intéressant de lire comment cette criminalité a évolué, comment ils ont pu s’identifier à un seul homme pour mener à bien leur business basé sur la drogue, sur la prise de pouvoir des autres cités. Il y a également une analyse de la politique de la ville, de l’Etat envers les Marseillais, des quartiers pauvres, très pauvres, que ce soit dans le centre ville ou dans les quartiers nords. On se moque des Marseillais, rien n’est fait pour les associations, pour ceux qui peuvent aider ces populations en détresse. On s’en rend compte également avec l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne et tous les immeubles qui ont été déclarés en péril imminent. On reloge les habitants mais sous quelles conditions. La mairie ne fait pas son travail. La première mission d’un maire est de protéger ses administrés. Ce n’est pas le cas à Marseille.

Morale de ce document. L’avenir s’annonce bien sombre.

Encore un bémol, un livre émaillé de nombreuses fautes. Pas assez de relectures, notamment de l’éditeur. Vraiment dommage.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Fauves.

Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola

Date de sortie : 18 avril 2019

Editeur : Editions Fauves

Nombre de pages : 226

ISBN : 978-10-302-0285-4

Dans tes pas de Jessi Kirby

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Dans tes pas de Jessi Kirby

Ce sont deux cousines. Elles ont le même âge. Elles sont nées le même jour. Elles sont surnommées Les Etoiles jumelles. Elles fêtent leurs 13 ans.

Cinq ans plus tard, il ne reste que Mari. Mari qui met en scène sa vie sur les réseaux sociaux. Une vie parfaite pour obtenir le plus de like possible. C’est son anniversaire. Elle fête ses 18 ans. Sa mère rejoint sa soeur afin qu’elle ne passe pas ce jour funeste seule.

Avis Dans tes pas de Jessi Kirby

C’est l’histoire d’un hommage à une cousine mais c’est l’histoire, également, d’un dépassement de soi pour enfin se trouver, trouver un sens à sa vie. Bri et Mari étaient cousines très proches. Elles étaient comme deux soeurs, comme des jumelles car elles sont nées la même année, le même jour. Elles s’étaient promis d’être toujours là l’une pour l’autre, de réaliser leurs rêves, notamment à 18 ans. Bri était la plus intrépide des deux. Elle était très proche de la nature, casse-cou. Est-ce dû au fait qu’elle ne vivait pas en ville, au contraire de sa cousine ? En tous les cas, Mari s’est éloignée de sa cousine. Pour quelle raison ? L’auteur ne l’aborde jamais et c’est vraiment dommage. Mari a privilégié les réseaux sociaux et notamment Instagram pour mettre en scène sa vie, pour récolter le plus de like. Ses photos devaient être à la hauteur, donc le meilleur cliché devait être publié. Elle voulait montrer une vie de rêve. Mais ce n’était que du vent, tout comme ses relations. Alors, voilà, à quoi mènent les réseaux sociaux, tout beau, mais pas toujours tout gentil. Elle s’en rendra compte le jour de son anniversaire quand elle publiera cette fameuse vidéo qui va tout changer pour elle. En effet, sa tante lui envoie un gros colis qui correspond aux affaires de sa cousine, décédée et qui avait voulu faire une randonnée très importante. Bri décide donc de marcher dans les pas de sa cousine et de faire cette randonnée à sa place, comme un hommage.

Alors, comment une jeune fille qui n’a aucun entraînement, se lance dans cette épopée de centaines de kilomètres, même si au départ, elle est sur le point de repartir ? Un peu surréaliste, quand même. Enfin, c’est mon avis. Mais le roman est fait pour rêver, s’interroger avec le héros et vivre une belle aventure. Ce sera le cas. Bri sera seule pendant un grand moment. Elle va donc avaler des kilomètres, utiliser le sac de sa cousine pour dormir, manger, boire, se changer. Et surtout, elle va découvrir de magnifiques paysages. Au cours de son périple, elle va rencontrer toute une bande de jeunes, des garçons et une fille, qui veulent rejoindre la même destination qu’elle. Elle qui voulait être seule, aura encore besoin de moments de solitude, mais elle appréciera tant et plus leur compagnie et surtout leur entraide. Mais tout le monde a quelque chose à cacher, notamment Bri dont les secrets vont se dévoiler au fur et à mesure. Sera-t-elle jugée pour autant ? C’est ce qu’elle découvrira.

Lorsque l’on tente une telle aventure, qui va demander un dépassement de soi énorme, ce n’est pas que pour le fun. On tente de se recentrer, on tente de se connaître, on tente d’être vrai car face à la nature, face aux éléments, l’être humain est tout petit. Même si l’on est accompagné, tant mieux, cela démontre que l’on peut compter les uns sur les autres sinon on n’avance pas. En faisant cette randonnée, Mari voulait vivre l’aventure de sa cousine Bri, grâce à son carnet. C’est très dur pour elle émotionnellement et c’est tout à fait normal. Mais au fur et à mesure qu’elle va comprendre sa cousine, cette aventure, comme un hommage, révélera à la jeune fille de 18 ans, qui elle est réellement. Si elle est partie pour Bri, elle rentrera et finira son aventure pour elle-même.

J’ai aimé tous ces personnages, tous ces jeunes qui ont besoin d’être eux. Outre ces deux petites critiques du départ, les mots mis par l’auteur sur cette aventure, cette quête sont d’une sensibilité extrême. Même si Mari a toujours dans la tête sa cousine, ses affaires avec elle, son absence également, pour moi ce n’était pas l’élément principal de ce roman.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Fleurus.

Dans tes pas de Jessi Kirby

Date de sortie : 21 février 2019

Editeur : Fleurus

Nombre de pages : 298

ISBN : 978-2-2151-6755-6

Toute une vie et un soir d’Anne Griffin

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Toute une vie et un soir d’Anne Griffin

Juin 2014, Irlande, Comté de Meath, un homme de 84 ans se trouve dans un hôtel. Son fils, Kevin, est aux Etats-Unis. C’est à lui qu’il s’adresse pour raconter son histoire. Sa femme est morte il y a deux ans. Il a mis toutes ses affaires en ordre, sans en parler à son fils. Il va faire quelque chose lors de cette soirée.

Avis Toute une vie et un soir d’Anne Griffin

Toute une vie et un soir raconte la vie de Maurice qui prend la parole. Il a réservé une nuit dans le seul hôtel de sa petite ville et il a réservé la plus grande suite. Sauf que personne ne sait que c’est lui qui a réservé. En plus se tient une très grande soirée dans cet hôtel. Il va rester un grand moment à boire, Stout et whisky car Maurice est un amateur de très bons whiskys, surtout que son fils lui en envoie régulièrement. Maurice va se rappeler sa vie dans ce petit coin d’Irlande au sein de sa famille avec son frère aîné, son héros. Un héros qui ne restera pas très longtemps auprès de lui suite à la tuberculose. Un frère aîné qui l’a toujours aidé de son vivant car Maurice n’y arrivait pas à l’école. Il excellait en sport mais le reste, il ne pouvait pas suivre. Il comprendra pourquoi à la fin de sa vie. Donc, il est placé dans la grande maison de cette petite ville. Il subira la violence du maître de maison et de son fils. Jusqu’au jour où une pièce tombe et que Maurice ramassera et gardera pendant de nombreuses années. Cette pièce est un peu le fil rouge de ce roman, tout comme cette maison qui va devenir un hôtel. Au fur et à mesure de sa vie, Maurice va agrandir la ferme familiale. Il a pratiquement tout appris de son père et il va réussir, il va gagner beaucoup d’argent et se venger, au fur et à mesure, de cette famille qui lui a fait tant de mal lorsqu’il était plus jeune. Jusqu’à ce qu’il rencontre Emily.

Un autre chapitre est consacré à Molly, cet enfant mort-né. Est-ce la faute de Maurice s’il n’a pas écouté sa femme, pour l’emmener plus tôt à l’hôpital ? Il va se maudire, culpabiliser. Et comme pour son frère, Molly restera toujours à ses côtés. Il la verra grandir. Elle lui donnera des conseils ou lui démontrera qu’il a tort dans ses attitudes. Troisième gros chapitre consacré à la soeur de sa femme, Noreen. Cette dernière est placée dans une institution. Malgré la maladie de Noreen, ce sont pratiquement les seuls passages où l‘humour est bien là. Car de nombreuses situations rocambolesques arrivent à cause de Noreen, qui a accepté Maurice dès qu’elle l’a vu. Ensuite viennent Kevin et sa femme, son seul amour, sans qui il ne peut pas vivre et qui est décédée il y a deux ans. Alors, oui, il s’en veut de ce qu’il a pu faire subir à son fils et sa femme, de ne pas avoir été là quand il le fallait, de ne pas avoir compris ce fils qui voulait être journaliste, qui préférait les mots aux travaux de la ferme. Et puis ce chapitre consacré à sa femme est d’une beauté. On sent l’amour qu’il ressent pour elle, qui l’unit à elle, même si cela n’a pas toujours été facile.

Pratiquement dès le départ, j’ai su ce qui allait arriver. Il a suffi d’une phrase. Phrase qui s’est plus ou moins répétée. Pourquoi un tel ordre ? Pour son fils et sa femme qui arrivent avant-dernier et dernier, je peux le comprendre. Est-ce dû à l’arrivée du décès des trois premiers ? C’est tendre, drôle, introspectif, mais surtout le lecteur suit cette vie de Maurice qui accepte tout et fait le point sur ce qu’il a bien ou mal fait. Et ce comme tout être humain qui se respecte, qui ne veut pas trop montrer ses sentiments, ses douleurs. Un très grand respect est ressenti envers ses parents, notamment sa mère, qui a souffert de la mort de son aîné. Les mots sont pudiques pour décrire cette douleur lorsque l’on perd un enfant, l’amour d’une vie et que l’on ne peut pas vivre sans cette personne, être un poids mort pour ceux qui restent, même si la maison de retraite pourrait être la solution. 

Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains, notamment les candidats à ceux qui veulent partir sans souffrir et réussir leur coup. Cela peut réellement donner des idées.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Delcourt.

Toute une vie et un soir d’Anne Griffin

Date de sortie : 3 avril 2019

Editeur : Delcourt

Nombre de pages : 266

ISBN : 978-2-413-01750-8

Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

Il est tard, un jeune garçon est chez lui avec d’autres enfants. Il va réveiller sa mère. Elle descend et se met en colère pour faire partir ces enfants. Mais la peur s’installe car ils ont un dessein. Très vite, elle comprend ce qui va lui arriver.

L’enfant disparaît.

Avis Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

Je ne suis pas une lectrice de BD, à proprement parlé. Je dois en lire un maximum de cinq par an. Et toutes sont des SP ou de Masses Critiques Babelio. Pour ces dernières, je fais mon choix comme d’habitude, selon le titre. Et pour cette Masse Critique, j’ai reçu un exemplaire de Dylan Dog. Un magnifique livre. Oui, en BD, les livres peuvent être magnifiques et sont à garder. Cela sera le cas pour celui-là. Mon homme a lu Dylan Dog, en premier. Il a beaucoup aimé. Il devait en faire une critique mais il a n’a pas eu le temps. Donc, un dimanche soir, je me suis plongée dans l’histoire et dans les dessins.

Les dessins sont en noir et blanc. Les traits sont magnifiques, souvent durs et collent à l’histoire. Les traits des enfants les font paraître plus adultes qu’ils ne sont. Outre l’histoire racontée, le lecteur sent, dans ces dessins, l’urgence de la situation, l’atmosphère oppressante installée, la peur des uns et des autres. Dans ce monde dur, l’histoire du marionnettiste n’est pas décalée mais apporte un peu de douceur avec l’amour d’un père et d’une mère pour leur enfant et ce qui découle après leur disparition.

Dans cette BD, outre la nuit qui peut être peuplée de cauchemars, chez les uns et et les autres, un des thèmes abordés est la solitude engendrée car on est considéré comme différent. Les paroles font mal, même celle des enfants envers un autre enfant. Il y a aussi ces enfants, poussés par leurs parents, notamment la mère, à faire carrière et qui se trouvent aux prises d’hommes qui abusent d’eux. Pour moi, le thème principal est l’histoire, celle racontée aux enfants, celle que l’on transmet de générations en générations. Une histoire qui fait un peuple, une vie, qui permet d’appréhender le futur, qui est une transmission, qui construit un être humain. Sans histoires, les enfants ne sont plus des enfants. Ils deviennent adultes avant l’âge. Ils perdent, très vite, leur âme d’enfant, leur univers qui ne doit pas connaître la souffrance, la violence. L’imaginaire des enfants est friand d’histoires. Ils peuvent très vite tomber dans l’ami imaginaire, à cause de la solitude ou parce que ce qu’ils vivent ne correspond pas à ce qu’ils veulent. Il faut savoir raconter les histoires pour que les nuits soient belles.

Lorsque la nuit est racontée dans cette BD, à chaque page, à chaque situation, un petit texte d’introduction qui fait monter la pression. Un duo d’écrivain, dessinateur qui fonctionne à merveille.

Je remercie Masse Critique de Babelio et les Editions Mosquito.

Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

Date de sortie : 5 avril 2019

Editeur : Mosquito 

Nombre de pages : 100

ISBN : 978-2-335283-517-2

Anguilles démoniaques de Yû Takada

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Anguilles démoniaques de Yû Takada

Masaru a décidé de s’en sortir, d’avoir de l’argent. Il ne quitte pas son patron, Chiwaki, d’une semelle car il a l’impression d’apprendre énormément à ses côtés. Masaru veut évoluer.

Masaru a 33 ans, il est grand, bien bâti. Il est marié à Tomoko qu’il a connu au collège. Elle est une ancienne stripteaseuse.

Avis Anguilles démoniaques de Yû Takada

Ce roman japonais traite de nombreux sujets. Quand un homme se retrouve au service d’un patron pour effectuer les basses besognes. En effet, Masaru est extrêmement endetté. Il ne possède plus rien. Il est jeune marié, a une forte carrure. Mais Masaru n’a pas du tout confiance en lui. Son patron a racheté ses dettes mais tant qu’il n’aura pas remboursé, il devra obéir aux ordres. Pour Masaru, son patron est comme un dieu, il l’aide à réfléchir, à connaître ce Japon, le monde, qu’il ne connait, en définitive pas. Il a pratiquement une confiance aveugle en lui. Masaru est un personnage candide, malgré sa forte stature. Il fait confiance aux autres, mais se pose énormément de questions. C’est un personnage également très émotif. Il pleure très facilement. Il accepte pratiquement toutes les missions. Il veut également aider les autres, sans arrières pensées. Pourtant, le monde n’est pas aussi beau et aussi gentil qu’il l’imagine. Il s’en rendra très vite compte ou on lui ouvrira les yeux.

Dans ce roman, plus psychologique que policier, l’auteur nous démontre la force de persuasion que peuvent avoir certaines personnes sur d’autres. Il suffit juste de quelques phrases, de développements pour qu’une personne, qui ne connaît pas grand chose à la vie, ait des préjugés. La pensée est forte, tout comme les questionnements, mais les mots sont encore plus forts lorsqu’ils mis sur ce que l’on croît. Et donc, les peurs les plus horribles surgissent, tout comme les cauchemars, surtout lorsque l’on doit accomplir une mission, sans poser de questions, transporter un caisson dans un camion frigorifique.

Un bassin d’anguilles voraces, un incinérateur dernière génération, des hommes qui ne parlent pas, un endroit glauque, il en faut peu pour que l’imagination débridée de Tomita et Masaru prenne des chemins tortueux. Ont-ils raison, ont-ils tort ?

Sur ces entrefaites arrive une jeune fille, Miki, qui caresse Masaru dans le sens du poil. Bien entendu, il pense qu’elle se moque de lui, lui qui n’est pas séduisant. Celui lui fait plaisir, bien entendu, et très vite, ils vont échanger des mails. Masaru en tombe amoureux mais comme il est marié, il n’ira pas plus loin. Il suffit d’une goutte d’eau pour qu’il comprenne et apprenne tout. Là, sa colère sera terrible et aura des conséquences graves.

Nous ne sommes pas dans le Japon des cerisiers en fleurs. Nous sommes dans le Japon avec sa prostitution, bien souvent lycéenne. L’auteur aborde également le sujet de la pédophilie, de la mort d’humains destinés à être mangés par d’autres humains, le cannibalisme mais aussi ses yakusas.

Je ne lis pas beaucoup de romans orientaux, donc japonais ou chinois, même si j’ai un auteur chinois favori. Ce n’est pas la même culture, toutefois, même si chez l’un et chez l’autre, les rites, les coutumes comptent énormément. Sans m’avoir réellement plu, j’ai eu pas mal de plaisir à lire ce roman, surtout à partir du moment où cela s’est emballé, soit vers la moitié du roman. J’ai voulu connaître le sort réservé à Masaru. Allait-il continuer avec cet homme à qui il appartient ? Allait-il évoluer ? Il regarde beaucoup, écoute, se fait également sa propre opinion et ce sera en se dépassant, en s’ouvrant aux autres sans avoir peur. Masaru est un homme sur qui on peut compter, malgré tout. Mais il devra vivre les années qui lui restent avec un poids sur la conscience qui ne sera jamais enlevé.

L’auteur ne nous présente pas le Japon des cartes postales, des grands centres commerciaux, des mangas, mais celui des bas-fonds où les gens vivent en retrait, sans argent dans une société prompte à éliminer ceux qui sont étrangers, qui sont en marge de la société. Un Japon que j’ai déjà eu l’occasion d’aborder en littérature. Déjà, ce pays ne m’attire pas particulièrement. Je dois dire qu’avec ce roman, il m’attire encore moins.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique Polars et les Editions de Saxus.

Anguilles démoniaques de Yû Takada

Date de sortie : 7 juin 2018

Editeur : De Saxus

Nombre de pages : 348

ISBN : 978-2-37876-002-1