Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres, présentation

Ce livre retrace la guerre du Vietnam pour les appelés et tous les autres.

L’auteur, en 2017, décide d’écrire des années après avoir passé un séjour aux Etats-Unis où il logeait chez la mère de Clive, un jeune homme mort au combat, à 19 ans.

La guerre du Vietnam a toujours intéressé l’auteur.

Avis de Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

En racontant l’histoire de Clive, l’auteur donne vie à Clive, à ses amis, à sa famille et à tous ces jeunes hommes qui sont partis faire la guerre au Vietnam, ceux qui sont revenus, avec toutes les horreurs qu’ils ont vu et qu’ils ne peuvent pas dépasser, et à tous ceux qui sont morts, très jeunes car ils ont dû subir cette guerre. Un pan de l’Histoire américaine, certes, mais qui doit être lu par tous et toutes pour ce devoir de mémoire très important qui touche aussi bien les Etats-Unis que le monde entier. J’espère que ce livre peut être traduit en anglais car il est vraiment très important pour les Américains. S’ils sont comme moi, ils vont être profondément émus par tous les mots de l’auteur.

Pour tout dire, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Mais cela n’a duré que les 30 premières pages et après, je n’ai pas traîné. J’ai été accro à toute l’histoire, au style de l’auteur. J’avais l’impression de connaître toutes ces personnes, d’assister aux évènements quels qu’ils soient. Je n’ai pas pleuré au sort de Clive, à sa mort, mais cela a été tout comme. Combien de soldats, de héros sont morts peu de temps avant d’être démobilisés, un jour avant la fin de leur mission réelle. Je sais, je dévoile un pan énorme de ce livre. Ils attendent cette démobilisation jour après jour, nuit après nuit. Les souvenirs leur permettent de tenir dans cet enfer quotidien. Ces jeunes hommes pleurent, peuvent haïr, font ce pour quoi ils sont missionnés, tuer, mais surtout essayer de rester en vie. L’auteur nous dépeint très bien ces relations entre tous ces jeunes hommes. Ce sont des amis, des frères, ils peuvent compter les uns sur les autres pour tenter de survivre, de vivre, de faire attention. Mais des fois, cela ne suffit pas. Ces soldats partagent tout, les courriers, les colis…

Peut-on en vouloir à ces jeunes qui sont restés au pays, qui ont profité des relations parentales, du fait qu’ils devaient faire des études ou à ces jeunes qui ont préféré déserter ? Non et non. Clive n’en veut pas à son ami, son frère, Simon. Clive sait qu’il est « le bouseux » comme tous ceux qui ont fait la guerre au Vietnam. ils ont été choisis parce qu’ils n’avaient pas franchement d’avenir. Mais Clive, au sein de l’armée, révèle des qualités qu’on ne lui soupçonnait pas.

A 18 ans, on laisse bien souvent un premier amour. A 18 ans, on laisse une famille. Ici, c’est une mère. Clive et sa mère n’ont pas eu une vie facile. Mais elle a su élever son fils envers et contre tous, après la mort de son mari et donc le père de Clive. A cela s’ajoute cette histoire, véridique, du patron d’une entreprise, où le père de Clive a trouvé la mort. Il a décidé d’être là pour le jeune garçon. Et quand son propre fils se lie d’amitié avec Clive, qu’il le considère comme son frère, il laissera faire, tout comme il laissera faire la relation entre Clive et sa propre fille. C’est le seul personnage que je n’ai pas trop aimé, mais sans le haïr non plus. S’il avait agi d’une autre façon, il n’y aurait pas eu cette histoire bouleversante parce que c’est l’histoire vraie d’un jeune homme que j’ai trouvé solaire, qui a accepté, par force, ce destin, qui n’a pas voulu profiter de passe-droits, qui a accepté son sort dignement, qui a souffert, qui savait que ce qu’il vivait dépassait l’entendement et que son retour ne serait pas facile et surtout qui avait l’espoir de revoir son unique et seul amour.

Je vous laisse découvrir le livre quant à la photo de couverture. Il faut savoir que l’auteur a mis des années avant de raconter l’histoire de Clive. Il a pu rencontrer la mère du jeune homme, il a passé du temps avec elle, comme il a pu rencontrer aussi des relations du jeune homme quand il était vivant. Le souvenir de Clive va perdurer jusqu’à ce qu’ils soient tous morts.

Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

Date de sortie : 21 août 2019

Editeur : Editions du Toucan

Nombre de pages : 350

ISBN : 978-2-8100-0901-5

Une réflexion sur “Tout ce que nous n’avons pas fait de Bruno Veyres

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.