Vindicta de Cédric Sire

Vindicta de Cédric Sire - Editions Métropolis Noir

Vindicta de Cédric Sire – Editions Métropolis Noir

Résumé Vindicta de Cédric Sire

Quatre jeunes gens, dont Audrey et Damien se préparent à changer de vie. Ils pensent avoir toutes les cartes en main. Damien ne force pas Audrey mais elle aime le garçon et ils feront tout ensemble.

Valentine interroge, encore et toujours, sa mère sur son père. Mais la jeune femme est inflexible. Elle ne dit rien car elle avoue avoir énormément à cacher. Valentine doit être gardée par une jeune fille mais, pour une fois, elle ne veut pas y aller. Pourtant, elle partira.

Avis Vindicta de Cédric Sire

Un changement de pseudo ou plutôt un premier pseudo inversé. Fini Sire Cédric, place à Cédric Sire. Je n’avais pas fait attention, c’est ma fille qui s’en est aperçue. Comme quoi, je ne fais pas souvent attention. Mais en lisant la dernière page, j’ai eu mon explication. Qu’est-ce que cela change ? Pas grand chose. Sauf que Cédric Sire devient de plus en plus un des maîtres du thriller français. Ce roman est hautement addictif. Personnellement, je n’ai rien vu venir quant à l’identité de ce tueur qui se venge de la mort de cette petite fille, Valentine, qui assassine, avec des sévices incroyables, tous ceux qui sont en responsables. Des surprises à pratiquement chaque page, sur des chapitres très courts.

Une planque pour tenter d’avoir des informations quant à un avocat véreux, mais on doit juste prendre des photos et ne pas sortir du véhicule. Quatre jeunes qui se préparent pour tenter le coup du siècle pour eux. Mais voilà, tout ne se passe pas comme prévu. Le bijoutier agressé et même blessé, tire des coups de feu contre le conducteur des véhicules des jeunes gens. C’est donc la jeune fille qui prend le volant et pour échapper à la police, doit monter sur un trottoir à toute allure. L’accident survient. Une petite fille est fauchée. Salva, qui voit le drame se dérouler sous ses yeux, ne peut pas se résoudre à ne rien faire. Il se rend au chevet de la petite fille jusqu’à l’arrivée des secours. Et là, tout s’enchaine.

La souffrance, autant physique que psychologique, émaille ce roman et pour de nombreux personnages et il faut avoir le coeur bien accroché à certains moments, surtout pour ceux qui n’aiment pas le gore en matière d’assassinats. Le personnage de Marie qui, on le sait très vite, a de nombreuses choses à cacher. Mais lesquelles ? Je ne m’attendais pas à ce que va nous révéler Cédric Sire. Audrey a fui un père alcoolique et qui lui a infligé des sévices sexuels. Elle pense avoir trouvé l’amour avec Damien mais les conséquences de leur acte vont changer, au plus profond, cette jeune fille. Elle va culpabiliser. Elle veut prendre ses responsabilités face à de drame car elle en a trop sur la conscience. On pense de suite au suicide. On sent qu’elle n’a pas fini de subir ses actes, surtout que pour tenter de survivre, elle va devoir révéler une facette encore plus sombre. Salva peut comprendre sa mise au placard puisqu’il n’a pas été franc dans son métier de policier. Mais il ne comprend pas qu’on puisse cacher des indices aux autres forces de police pour tenter de gagner de la reconnaissance. Alors, oui, il se drogue. Alors, oui, il va faire cavalier seul, il va encore une fois mentir et ce plusieurs fois car il veut que les coupables soient arrêtés ou sauvés. Cédric Sire va en faire un sacré héros, tout de même. 

En ce moment, je lis des romans qui ont des références à ce que j’ai pu lire ou voir auparavant. C’est le cas de Slender Man pour évoquer ce tueur de l’ombre, qui se venge. Slender Man est à l’origine de la tentative de meurtre d’une jeune écolière par deux de ses camarades. Cette affaire a fait grand bruit aux Etats-Unis, il y a quelques années. Je ne sais pas si cette référence à Henri Loevenbruck et J’irai tuer pour vous va plaire à Cédric Sire. Mais cette faction de l’armée, imaginée par l’auteur, qui va aller tuer dans des pays en guerre, sans que le gouvernement français ne soit au courant, m’a fait penser au roman, plutôt biographie romancée, de Loevenbruck. Mais cela s’arrête là. Un homme, un officier gradé est à l’origine de cette faction. Il les a formés, a révélé le plus sombre d’eux, sans toutefois les accompagner réellement dans leurs actes répréhensibles, qui ont viré au carnage. Ils étaient seuls mêmes s’ils ont tenté de se serrer les coudes.

Les grands chapitres de ce roman sont, eux aussi, toute une histoire et sont un avant-goût de ce qui va se passer : Passage(s) à l’acte, Irréversible, Un par un, Précipice, Des noeuds de vipères, Crépuscule, Châtiments, Face à face. Quant aux autres chapitres, ils sont courts, ils démontrent l’urgence, les révélations. Le rythme est haletant. Les mots sont durs, bruts, abrupts. Cédric Sire joue avec les mots car ils ont une réelle signification au fil des pages. Ce que l’on croit, au fil de la lecture, sera contrebalancé par les dernières pages qui vont tout révéler.

Même si je donne la note maximale à ce livre, je tiens à mettre un petit bémol quant aux quelques fautes, peu nombreuses toutefois, qui n’ont pas été corrigées après les nombreuses relectures et avant l’impression.

Par contre, un grand merci pour la dédicace de Cédric Sire, suite à mon achat, en ligne, à la librairie de Toulouse.

Vindicta de Cédric Sire

Date de sortie : 14 mars 2019

Editeur : Métropolis

Nombre de pages : 578

ISBN : 978-2-902324-2

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.