La peau du monstre de Stella Tanagra

La peau du monstre de Stella Tanagra - Is Edition

La peau du monstre de Stella Tanagra – Is Edition

La peau du monstre de Stella Tanagra, présentation de l’éditeur

Et si nous franchissions la frontière qui à la fois nous lie et nous sépare du monstre ?

Au fil de ce recueil, l’auteur dissèque les différentes peaux du monstre, de transfigurations en métamorphoses, lui rendant tantôt son humanité ou sa bestialité, révélant aussi bien sa suprématie que ses bassesses.

Quelle que soit sa forme, la monstruosité de l’Homme se donne en représentation là où vous ne la soupçonneriez peut-être pas… C’est ce que vous découvrirez dans ce livre hors normes.

Avis La peau du monstre de Stella Tanagra

Stella Tanagra dans l’introduction a détaillé ce monstre que l’on peut connaître par la science, la littérature. Ce sont des monstres qui peuvent connus et qui ont été catalogués de cette façon. Ils ne sont pas forcément laids mais les mots sont tenaces et restent, tout comme certaines actions. Elle s’attaque donc au mythe du monstre dans ce recueil de nouvelles ou de contes (un conte finit-il toujours bien ?) contemporains.

Dans ce recueil de nouvelles, Stella Tanagra change un peu de registre, mais certaines fois l’érotisme n’est pas très loin. Elle étudie le monstre, monstre humain, qui peut prendre diverses formes, enfant, adulte, animal, dans des situations qui peuvent être inédites avec un ton mordant qui peut déstabiliser un lecteur. Le recueil est court et les nouvelles forcément. L’auteur doit aller à l’essentiel tout en expliquant une situation, un personnage et faire passer son message. Le but est réellement atteint avec Stella Tanagra. Et cela m’a rappelé une autre lecture de Stella Tanagra que j’avais également critiqué. Les mots écrits pour Sexe Primé sont pratiquement les mêmes que pour La peau d’un monstre. Dans La peau du monstre, elle m’a entraîné dans ses mots, dans ses descriptions, très détaillées, réalistes et rythmées, et surtout je ne m’attendais jamais à cette chute, qui des fois m’a fait sourire ou encore qui m’a bouleversé, car Stella Tanagra m’a bien eu. Elle est une formidable conteuse. Elle a un talent indéniable. Elle sait raconter ses histoires, le lecteur met des images sur ses mots. Elle nous fait imaginer des choses qui se révèlent autres. Certaines scènes sont difficiles car un monstre revêt différentes formes, comme un embryon atteint de maladie, et celle qui subit est vraiment à l’agonie. Stella Tanagra s’adapte à tous ses personnages et bien entendu son lecteur.

Je remercie Stella Tanagra de m’avoir contacté sur FB pour me proposer l’envoi de ce recueil qui est arrivé, bien emballé, pendant la période de confinement.

La peau du monstre de Stella Tanagra

Date de sortie : mars 2020

Editeur : IS Edition

Nombre de pages : 138

ISBN : 978-2-36845-283-7

Les dessous de l’innocence de Stella Tanagra

Les dessous de l'innocence de Stella Tanagra

Les dessous de l’innocence de Stella Tanagra

Résumé Les dessous de l’innocence de Stella Tanagra

Tilda est seule dans sa grande maison. Elle attend le retour de son mari, Thomas, militaire.

Pour pallier à cette absence et au manque d’amour, notamment physique, elle se masturbe, pense à Thomas, à ce qu’il lui ferait, s’invente des amants.

Avis Les dessous de l’innocence de Stella Tanagra

Quelle conteuse, quelle magicienne des mots que Stella Tanagra. J’ai déjà lu Sexe Primé de la jeune femme et j’avais été subjuguée par sa poésie, trouver des parallèles entre des objets de tous les jours et des moments de sexe pur. C’est encore le cas ici. Ce roman, très érotique, mais pas que, est à l’image de Stella, ou de ce que je m’en fais, et ce qu’elle veut laisser bien voir, ou ce qu’elle peut laisser voir, sur son blog et les réseaux sociaux.

Tilda est une jeune femme d’une trentaine d’années. Elle est mariée avec Thomas, militaire, très souvent absent, depuis une dizaine d’années. Elle vit dans une grande demeure, comme une châtelaine, qui lui vient de sa grand-mère. Tilda est également institutrice pour de jeunes enfants en difficulté. Tilda se sent seule physiquement et émotionnellement. Elle se meurt à petit feu. Elle s’invente des amants imaginaires. Elle n’est pas seule dans sa tête, elle a des fantasmes. Et elle souhaite les réaliser. Tilda semble une jeune femme prude, qui a eu peu d’amants mais elle veut donner libre cours à toutes ses envies. Tilda est très belle, les hommes se retournent sur son passage. Mais elle a dû subir, jeune, le port d’un corset à cause de sa scoliose.

Stella Tanagra montre les désirs, les souffrances de la jeune femme. Les mots riment. Elle manie l’humour également, fait un parallèle entre l’acte sexuel et la musique, entre autres. La lectrice se prend pour l’héroïne, ce qui a été mon cas. Tilda est une jeune femme par toutes les pores de sa peau, comme dans son comportement. Elle est une jeune femme attendrissante. Elle souhaite une relation sincère, sans fauter. Mais est-ce que cela sera le cas ? Est-ce que ses désirs vont prendre le pas sur l’amour et l’attente qu’elle éprouve envers son mari ? Ses rêves deviendront-ils réalité ou un cauchemar ? Des mois d’attente à tenter de vivre sans un homme pour la combler. Pour le savoir, n’hésitez pas à vous plonger dans le roman de Stella Tanagra. Vous serez servis par une magnifique histoire, une superbe plume. Car Tilda, comme de nombreuses jeunes femmes, doit subir une société très prude, qui juge encore et toujours.

Je remercie Stella Tanagra et Tabou Editions pour l’envoi de ce roman.

Les dessous de l’innocence de Stella Tanagra

Date de sortie : 27 mars 2018

Nb pages : 153

Editeur : Tabou Editions

ISBN : 978-2-36326067-3

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Sexe primé de Stella Tanagra

Sexe primé Stella Tanagra

Sexe primé Stella Tanagra

Avis Sexe primé de Stella Tanagra

Qui a dit qu’un lecteur laissait courir son imagination en lisant un roman, des mots ? Qui a dit qu’un auteur manipule son lecteur avec ses mots ? On pourrait répondre à la première question que ce sont tous les lecteurs, et à la seconde que ce sont tous les auteurs. Mais là, j’en ai la preuve flagrante avec Stella Tanagra. La coquine ! Elle entraîne son lecteur très loin. Elle déroule son histoire, ses mots mais attention à la chute. Le lecteur continue son histoire car il est toujours partie prenante de ce qui est écrit. Stella est vraiment surprenante. Elle a une sacrée imagination pour évoquer, écrire sur le sexe.

La lectrice que je suis ne s’est pas du tout attendue à la chute de ses histoires, de ses scénarii. Je dirai également que Stella Tanagra est philosophique. Les mots de Stella sont profondément étudiés, recherchés. Les combinaisons sont surprenantes, entre poésie, sexe, le toucher, le goûter. Ce n’est pas du sexe crash, dur. Il est rythmé par des connotations, des échos, un cheminement, un fil rouge.

Je n’ai pas aimé toutes les histoires, certes. Je n’ai pas compris où Stella voulait m’emmener mais celles qui m’ont le plus marqué sont celles avec les fruits et légumes, la cuisine et le boucher. 

Sexe Primé est le tome 2 de Stella Tanagra après Sexe Cité. Ce sont en tout dix nouvelles qui commencent et finissent avec une sorte de poème.

Je remercie Stella Tanagra qui m’a proposé cette lecture ainsi que Tabou Editions. Cela m’a permis d’aller jeter un oeil, voire  plus, sur le magnifique site de Stella.

Sexe primé de Stella Tanagra, Présentation de l’éditeur

Des corps se mélangent et se perdent, d’autres s’adonnent à des étreintes trop soutenues… Aussi roses que noires, les pulsions (in)humaines qui s’expriment dans ces dix nouvelles sont dangereusement excitantes.
Chaque page tournée dévoile des transgressions sexuelles et des désirs interdits qui se croisent et s’entrechoquent au fil des lignes dans la décadence de fantasmes indicibles. Passages à l’acte déraisonnables, pulsions morbides ou vices obsédants… Les désirs s’expriment mais à quel prix le sexe prime ?

Sexe primé de Stella Tanagra

date de sortie : 24 avril 2017

Editeur : Tabou Editions

Isbn : 978-2-36326-054-3

Nombre de pages : 345