Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Les huit montagnes de Paolo Cognetti
Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Avis Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Je ne sais pas par où commencer pour écrire cette chronique. J’ai été ravie au début mais après je me suis ennuyée. Peut être pas le bon moment j’écrirai même sûrement.

Outre l’histoire de ce garçon devenu un homme, la montagne, les montagnes sont les héroïnes de ce roman. Mais pas la montagne de ceux qui vont skier. Ce sont les montagnes qui font partie intégrante de ceux qui y vivent. Des montagnes qui reprennent leurs droits. On ne peut rien faire contre la nature. Elles peuvent se révéler très inhospitalières dès que quelqu’un monte pour aller jusqu’au sommet. Il faut être aguerri pour tenter de la vaincre. Et encore ! La montagne, certaines personnes ne peuvent pas s’en passer. La vie en ville, trop bruyante, devient difficile. En revenant vers ces montagnes, ils retrouvent une certaine plénitude, une joie de vivre. Mais la montagne est également un challenge. Toujours essayer de vaincre les différents sommets, pour laisser une trace. Ce livre est un bel hommage aux montagnes avec des paysages à couper le souffle, qui changent très vite selon les saisons et lorsqu’elles sont gravies. Pour ceux qui y vivent, cette vie n’est pas facile. Mais ils ne la changeront pas pour rien au monde. S’endetter pour tenter de produire, essayer d’avoir une vie de famille. Les montagnards sont des taiseux. Ils ne s’épanchent pas. Mais de belles amitiés peuvent surgir et rester toute la vie.

C’est également l’histoire de deux garçons, solitaires, Pietro et Bruno. Ils seront amis à la vie, à la mort. Même si les années passent, leur amitié survivra jusqu’à la fin. Bruno fait découvrir la montagne à Pietro, certains endroits inaccessibles. Ils n’ont pas besoin de beaucoup parler, même si Pietro aimerait que Bruno se confie lorsqu’il a des problèmes. Ils se comprennent. Ils seront là l’un pour l’autre, encore et toujours, malgré les kilomètres.

C’est l’histoire entre un père et son fils. Un père qui revit lorsqu’il est à la montagne. Mais c’est un homme toujours en colère et qui partage peu avec son fils. Il voudra toutefois lui faire aimer ces montagnes, ces randonnées. Mais Pietro est atteint du mal des montagnes. Il ne veut pas le montrer mais il aurait trouvé un père qui aurait fait attention à lui. Cet homme, toujours en colère, trouve en Bruno, un second fils avec qui il partagera plus qu’avec son fils propre. Ce sera une relation ratée pour les deux personnes de la même famille. Pietro aime aussi la montagne, mais l’escalade. Lorsque son père décède et lui laisse cet endroit, ce sera comme un pèlerinage pour lui, une façon de rendre hommage à cet homme qu’il n’a pas compris.

Comme je l’écrivais, j’ai ressenti de l’ennui en lisant ce livre, pourtant si bien commencé. Ce n’est pas la description de ces montagnes, de cette belle amitié. j’ai trouvé ça assez long, un peu trop long. Pourtant, ce n’est pas rendre hommage aux talents de conteur de l’auteur car il nous fait voyager, il nous fait aimer ces montagnes. Tout est bien réel, le lecteur a toutes les images devant les yeux même s’il ne se rend vraiment pas compte de cette immensité. La nature des relations humaines est difficile, compliquée, surtout lorsqu’elle concerne une famille. Des enfants, des parents pourront sûrement se retrouver dans ce livre.

Je remercie Netgalley et les Editions Stock de m’avoir permis de sortir de ma zone de confort en matière de lectures.

Résumé Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Les parents de Pietro vivent à Milan. Ils sont seuls. Ils ont été reniés par la famille de la jeune femme.

Le père est toujours en colère. Il revit lorsqu’il se retrouve à gravir des montagnes.

Pietro, en vacances, rencontrera Bruno, un petit garçon qui vit à Grana.

Les huit montagnes de Paolo Cognetti

Date de sortie : 23 août 2017

Nb pages : 304

Editeur : Stock

ISBN : 978-2-234-08320-2

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Hôtel Grand Amour de Sijoerd Kuyper

Hôtel Grand Amour Sijoerd Kuyper
Hôtel Grand Amour Sijoerd Kuyper

Avis Hôtel Grand Amour de Sijoerd Kuyper

Nous sommes aux Pays-Bas. C’est l’histoire de Vic, un jeune adolescent qui joue au football. Sa mère est décédée. Il a trois soeurs, dont deux plus âgées que lui. Lors d’un match très important, Vic tente un pénalty. Il voit son père s’effondrer dans les tribunes. Vic est également amoureux d’Isabel.

Avec ce roman, destiné aux adolescents, l’auteur nous immerge dans le quotidien de quelques jours de ce jeune homme qui tient un journal enregistré. Avec la maladie de son père, les enfants vont devoir faire tourner l’hôtel car celui-ci ne peut pas accueillir un remplaçant. Les situations vont être assez difficiles pour ces enfants, mais aussi cocasses. Ils devront se serrer les coudes, ce qui n’est pas facile. De plus, Vic, seul garçon, doit tenter de comprendre ses trois soeurs. Des filles ! Le malheur, pour lui.

De plus, Vic est amoureux d’Isabel. Mais l’un et l’autre sont jeunes. Si Isabel sait ce qu’elle veut, elle mène, un tant soit peu, par le bout du nez Vic qui ne sait pas trop sur quel pied danser. Ils jouent un peu au chat et à la souris. Amoureux oui ! Mais leurs paroles dépassent bien souvent leurs pensées. Il faudra plusieurs situations pour que tout rentre dans l’ordre. Dans ce roman où la parole est donnée à Vic avec ses enregistrements, on assiste à quelques paroles d’Isabel qui donne également des indications sur ce qui s’est passé entre eux.

En tant qu’adulte, j’ai eu du mal avec ce roman car je l’ai abordé avec mon vécu et mon passé d’adulte. J’y ai cherché ce qu’un jeune n’irait pas chercher forcément. Pour lui, cette lecture serait récréative. Cela n’a pas été le cas pour moi. J’ai eu du mal à y rester plongée, à le finir. Les personnages sont sympathiques, attachants. Les situations vécues sont racontées d’une manière cocasse.  L’auteur y aborde le thème de la mort, la perte d’un être cher, surtout une mère. Difficile pour des enfants d’y faire face. Ils réagissent à leurs façons. C’est le cas pour Vic et ses soeurs. Cette mère est très présente pour Vic, dans ses souvenirs, pour son avenir. C’est aussi la perte d’une épouse. Le mari tente, par tous les moyens, de protéger ses enfants. Ils ne doivent pas travailler même si la situation financière ne se révèle pas florissante. A cela s’ajoute, la peur de perdre le parent qu’il leur reste. Vic est très proche de son père. Ce père qui lui donne les meilleurs conseils. Mais pour que celui-ci ne s’inquiète pas, il va lui mentir, lui enjoliver la situation. Que ce soit Vic ou ses soeurs, ils trouveront la parade. Histoire d’amour entre frère et soeurs. Elle n’est pas facile cette relation. Chacun y va de sa petite réflexion. Mais au fur et à mesure de l’histoire, ils vivront une très belle aventure, en ressortiront grandis et encore plus unis. Cela n’empêchera en aucun cas qu’ils se disputeront encore à l’avenir. Amour entre jeunes, amour retrouvé. Le thème de l’amitié et de l’entraide sont également présents et démontre qu’on est plus fort à plusieurs.

Le thème de la maladie, de l’hôpital et de cette attente difficile qui fait resurgir de nombreuses émotions, des pensées. Le chagrin, même lointain, refait surface.

Je remercie Netgalley et les Editions Didier Jeunesse pour cette sélection.

Résumé Hôtel Grand Amour de Sijoerd Kuyper

Vic vit son dernier match de football de la saison.

Il voit son père s’effondrer.

Il tient un journal pour tout raconter.

Hôtel Grand Amour de Sijoerd Kuyper

Date de sortie : 4 octobre 2017

Nb pages : 224

Editeur : Didier Jeunesse

ISBN : 9782278085644

Révoltées de Carole Trébor

Révoltées de Carole Trébor
Révoltées de Carole Trébor

Avis Révoltées de Carole Trébor

C’est l’histoire des jumelles de 17 ans, Tatiana et Lena pendant cette semaine d’octobre de la révolution d’Octobre en Russie. Tatiana est l’aînée et elle semble plus posée, plus calme que sa soeur qui est engagée dans la révolution. Elles vivent avec leur grand-mère aveugle. Leur père est sur le front depuis de nombreux mois.

Ce récit raconte le quotidien pendant une semaine de ces deux jeunes filles, de leurs amis et tout ce qui se trame autour. Le tsar n’est plus. La Russie est engagée dans la première guerre mondiale. Nombreux sont ceux à être morts, soldats et civils. Mais les soldats ont commencé à déserter les rangs. Ceux qui sont revenus sont bien souvent mutilés. La colère gronde et s’amplifie jusqu’à l’insurrection. En effet, le gouvernent provisoire n’entend pas le peuple qui a faim, froid et qui veut du travail. Tatiana fait des ménages. Sa grand-mère est couturière. Tatiana, au contraire de sa soeur, sait lire. Elle est bercée par les paroles d’un grand poète, surtout que dans le théâtre où elle travaille, des étudiants préparent un spectacle. Lena, quant à elle, est une grande oratrice. Elle fait du trafic avec un de ses amis. Sa soeur et sa grand-mère vont craindre pendant de nombreux jours pour sa vie. Elles entendent les coups de canon, de feu des insurgés, qui combattent avec les moyens du bord, et ceux qui défendent encore la Russie.

Se promener dans les rues n’est pas facile. Les soldats, même très jeunes, sont à l’affut pour tirer, tuer, arrêter. Ceux qui sont recherchés sont traqués. Les dénonciations sont également nombreuses. La révolution est en marche, qu’elle soit politique ou dans le domaine des arts. L’une et l’autre, à leur façon, vont prendre part à cette révolution. Tatiana découvrira qu’elle sait chanter, qu’elle a cette oreille qui pourrait faire d’elle une merveilleuse chanteuse.

J’ai bien aimé ce récit de ces deux jeunes filles, de leurs amis. Rien n’a été facile. Mais, ils se révèlent soudés même s’ils ont peur. La mort de leur meilleur ami va rester au plus profond d’elles. Le lecteur ne doit pas zapper les 10% restants du récit. L’auteur donne des informations très importantes. Pour moi, qui suis avide de l’histoire de ce pays, ces piqûres de rappel ont été nécessaires. Cela me rappelle mes cours d’histoire mais aussi mon intérêt pour ce pays, la vie de ses habitants, sa politique pendant de nombreuses années. Les éléments importants de la société russe y sont expliqués, tout comme la révolution. D’ailleurs, je me suis demandée si ce pays aurait eu le destin qu’on lui connaît si le gouvernement provisoire avait entendu le peuple et ses cris. Comme quoi à tout âge, on peut apprendre, découvrir encore et toujours et se poser des questions.

La plume est fluide, le sujet n’est pas léger. Il démontre que plusieurs révolutions ont eu lieu, notamment celle d’éduquer le peuple par l’art. Tatiana a toujours peur pour sa soeur. Elles n’ont pas le même caractère mais d’un côté elles se ressemblent. L’une et l’autre veulent être libres et vivre. Ce qui est important également est que ce livre a été écrit pour le centenaire de la révolution russe.

Je remercie Netgalley et Rageot qui me font confiance depuis quelques mois.

Résumé Révoltées de Carole Trébor

1917, c’est la 1er guerre mondiale. De nombreux russes sont au front. Le pays compte des milliers de morts parmi les soldats et les civils.

Le peuple a faim et froid, tout comme Lena et Tatiana, jumelles de 17 ans.

Lena entraîne sa soeur à un meeting pour qu’elle comprenne ce qu’est la révolution.

Révoltées de Carole Trébor

Date de sortie : 4 octobre 2017

Nb pages : 250

Editeur : Rageot

ISBN : 978-2-7002-5623-9

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde
Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Avis Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Marche avec moi est un beau roman, intéressant à lire qui permet de voyager avec ces deux jeunes filles, Carly et Jen. Il est source également de rencontres et surtout de prise de conscience. Le but de ce voyage est de rejoindre Teddy, l’avant dernier petit ami de leur mère et que Carly considère comme son beau père.

Les deux adolescentes vont en faire des kilomètres à pied, très peu en stop. Carly ne veut absolument pas avoir à faire à la police, à des personnes qui vont trop les interroger. Elle ne veut pas être interrogée et surtout elle ne veut pas que les services sociaux s’en mêlent. Carly et Jen vont souffrir du soleil, de la chaleur. Elles ne vont pas pouvoir se laver et leurs pieds seront plus que malmenés. Les deux soeurs tiennent un journal de bord. Elles se sont fixées des limites. Si elles volent, elles notent tout dans un carnet afin de pouvoir rembourser plus tard.

L’auteur va alterner les parties entre ce qui se passe maintenant et quelques mois auparavant, jusqu’à ce que l’on apprenne réellement ce qui est arrivé à la mère.

Carly essaie de tenir émotionnellement pour ne rien montrer à sa soeur. Les appels à Teddy n’aboutissent pas. Cette route très longue va mettre à mal ses dernières forces mentales, surtout lorsqu’elles tentent de voler deux oeufs pour se nourrir. Mais Jen a trouvé son paradis, l’endroit où elle veut vivre. Par rapport à sa soeur, elle a moins de problème pour faire confiance. Elle attire la sympathie mais aussi l’amour. Elle révèlera tout à sa soeur mais Carly ne veut pas y croire malheureusement. Carly s’est fixée un but et elle veut l’atteindre. Elle mentira pour ça mais cela lui permettra de découvrir la vérité et de mettre à jour ce qu’elle a au plus profond d’elle. Carly semble une jeune fille qui a énormément besoin d’être aimée, de reconnaissance. Outre son sentiment de ne pas être aimée, éprouve-t-elle de la jalousie envers sa soeur ? Ses sentiments oscillent entre culpabilité, envie de protéger. Ses relations avec les autres sont toujours tendues. Cela a été le cas avec sa mère. Mais voir de nombreux hommes défiler dans une vie ne prête pas à la stabilité.

On apprend à tout âge, mais aussi quand on est jeune. Il faudra ces malheureuses expériences, voir sa soeur heureuse pour que Carly apprenne à faire confiance, à dire merci. Cela ne sera pas facile pour elle, le chemin sera long. Mais elle devra mettre de côté son entêtement, ses propres visions du monde qu’elle a et échanger. Avoir reçu de l’aide sans intéressement a commencé à l’aider en ce sens. Carly n’est pas seule, comme elle le pense. Même si elle s’est donné la mission de protéger sa soeur, elle ne peut pas tout affronter car elle est trop jeune.

Même si ce roman n’est pas un coup de coeur, j’ai eu plaisir à le lire. Je remercie Netgalley et Amazon Crossing.

Résumé Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Carly et Jen veulent rejoindre la Floride et leur beau-père Teddy.

Carly tente désespérément de le joindre mais il ne répond pas.

Elles vont marcher des kilomètres et des kilomètres pendant des jours et des jours pour traverser les Etats-Unis.

Marche avec moi de Catherine Ryan Hyde

Date de sortie : 14 novembre 2017

Nb pages : 413

Editeur : AmazonCrossing

ISBN : 978-15-4204-5063

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Chaman de Maxence Fermine

Chaman Maxence Fermine
Chaman Maxence Fermine

Résumé Chaman de Maxence Fermine

Après Le palais des ombres, j’avais toujours voulu lire un autre roman de cet auteur, Maxence Fermine. C’est le cas avec Chaman. Un roman court qui diffère complètement du premier lu. Et je ne regrette absolument pas ma lecture. En un peu plus de 130 pages, Maxence Fermine fait vraiment le tour du sujet dans cette quête d’identité, de racines. Bravo ! C’est très bien construit. Le sujet est de plus très intéressant et fait partie de ceux que j’affectionne assez. L’histoire des Indiens d’Amérique et le joug des Etats-Unis sur ces différents peuples. Maxence Fermine titre chacun de ses chapitres en anglais ou d’un terme indien que l’on retrouve dans le chapitre. De plus, des citations de personnalités permettent encore mieux de comprendre le thème.

Richard a 45 ans. Il est Indien par sa mère. Il se trouve à un instant de sa vie où il est prêt à basculer de l’autre côté. Mais il a fait une promesse. Mariée à un blanc, sa mère est devenue une paria au sein de sa communauté. Etant donné qu’elle vient de mourir, il veut respecter sa dernière volonté. Que ses cendres soient dispersées sur la terre de ses ancêtres. Ce sera pour lui une révélation. Très peu porté sur la famille, solitaire, il va rencontrer la jeune soeur de sa mère, sa famille mais aussi le Chaman et une femme, la Rêveuse. Il a eu quelques aventures, sans lendemain. Mais il n’a jamais voulu s’engager. Avec cette femme, il sent que c’est le grand amour. Mais comme il doit repartir, il ne veut rien promettre, rien dire. Et surtout, un évènement va tout faire basculer et on comprend mieux l’histoire du loup en début du roman.

Dans cette quête de ses ancêtres, ce rappel au passé, ce devoir de ne pas oublier, des événements, qu’il ne comprendra pas et les autres non plus, vont arriver. Ce métis ferait-il partie des leurs ? Il va retrouver donc sa vraie famille. Il va enfin savoir qui il est.

Ce roman a une visée politique. Maxence Fermine détaille bien le quotidien des Indiens, parqués dans des réserves. Ils ont été spoliés de tout par les différents gouvernements. Alcool, drogue, ils tentent de tenir, de vivre et de survivre. Certains sont toutefois heureux. Pique envers Donald Trump avec cet oléoduc qui va, encore plus, dénaturer ces paysages. Personne ne pense aux Indiens, ils sont devenus quantité négligeable. Toutefois, il reste encore de très beaux coins où la main de l’homme n’a pas encore été posée. Jusqu’à quand ?

Le roman donne également une belle part à la mort, à la façon de faire son deuil, lorsque cela touche une personne très proche, trop proche. On peut vite sombrer dans la dépression.

Je remercie Netgalley et les Editions Michel Lafon pour cette avant-première.

Résumé Chaman de Maxence Fermine

Richard est un charpentier du ciel. Il se trouve en hauteur et il pense à sauter.

Mais il se rappelle que sa mère vient de décéder et qu’il lui a fait une promesse sur son lit de mort.

Chaman de Maxence Fermine

Date de sortie : 12 octobre 2017

Nb pages : 131

Editeur : Michel Lafon

ISBN : 9782749932545

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan
La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Avis La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Après deux autobiographies, j’avais besoin de me plonger dans un roman, dans une histoire imaginée par un auteur, mais avec des éléments véridiques car bien étudiés. Bingo ! C’est le cas avec La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan. Un auteur qui m’emmène en Cornouailles a déjà pratiquement tout bon. Les descriptions de cette lande, de cet océan Atlantique, de ces changements de temps sont vraiment à couper le souffle et donne un ton au roman. D’ailleurs, ce paysage, bien étudié, connu, donne toute sa profondeur à l’histoire de cette ferme, où six générations ont vécu. En 2014, ce sont trois générations. La grand-mère Maggie, sa fille Judith et les enfants de celle-ci, une fille et un garçon.

Sarah Vaughan commence son roman de nos jours. Une dame âgée apprend que ses jours sont comptés. Le cancer la ronge. Elle veut accomplir ce qui la hante depuis 70 ans, surtout pour partir en paix. Son nom n’est pas donné mais au fur et à mesure de l’histoire, le lecteur, enfin moi, comprend qui est cette femme.

L’auteur nous déroule son histoire depuis la deuxième guerre mondiale jusqu’à nos jours. Les chapitres alternent donc. Les parents de Maggie ont accueilli des enfants qui ne pouvaient pas rester à Londres. Ce sera Will et sa soeur Alice, qui vont grandir avec Maggie. Will et Maggie sont très proches, trop proches pour la mère de celle-ci. Ils tombent amoureux. Mais leur avenir sera sombre. Alice a cinq ans de moins que Maggie et ce qu’elle voit la perturbe. De plus, face à cette femme forte qu’est la mère de Maggie, elle ne peut pas se taire. Maggie est maintenant une femme de 88 ans, qui attend depuis 70 ans, qu’un homme pousse la porte de chez elle.

Lucie vit à Londres. Elle a appris l’infidélité de son mari et elle a failli faire mourir un enfant. Elle est donc en arrêt de travail. Son refuge ? La ferme familiale. Là, elle apprendra que la ferme est énormément endettée, que son oncle veut la vendre. Entre secrets de famille qui seront révélés, faire le point sur sa vie, Lucie devra prendre des décisions pour aider son frère et sa famille et sauver la ferme et ceux qui y vivent.

L’auteur nous détaille très bien les conditions de vie dans les fermes dans les années 40, où tout le monde pouvait vivre. Mais il y a également cet opprobre qui pouvait régner. La réputation d’une famille était très importante. Ensuite, nous avons les conditions de vie de ces fermiers qui se sont dégradées, à cause des maladies et au fur et à mesure trop de dettes. En plus, le temps peut anéantir une récolte. Cela peut provoquer de nombreux drames. Il ne faut pas oublier cette seconde guerre mondiale. Les campagnes étaient peut-être plus protégées que Londres, mais la mort peut frapper partout. Découverte de tous ces avions.

Trois générations de femmes, fortes, qui ont toutes les trois vécu une très belle histoire d’amour. Les sentiments sont très forts, pas du tout mièvres. Il est souvent difficile de pardonner à quelqu’un, de comprendre quand on a souffert. Mais le message d’espoir est là. En famille, en se confiant, on peut surmonter bien d’obstacles.

Je remercie NetGalley et Préludes pour cette sélection.

Résumé La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Cette ferme de 300 ans est très isolée face à la mer, l’océan et elle garde ses secrets.

A Londres, une femme âgée de 83 ans, atteinte d’un cancer, décide de revenir sur les lieux de son enfance car elle veut faire la paix, arranger les choses.

La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan

Date de sortie : 5 avril 2017

Nb pages : 448

Editeur : Préludes

ISBN : 9782253107866

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Jusqu'au bout d'Alexandra Oliva
Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Avis Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Difficile d’écrire cette chronique. J’ai pris énormément de notes pour tenter de me retrouver dans les personnages. Ils ont leur nom de scène, de télé-réalité, mais aussi leurs prénoms donnés par l’héroïne. A part Traqueur, l’Exorciste, Serveuse et Zoo, j’ai un tant soit peu oublié les autres et surtout leurs prénoms. Bref, j’ai eu du mal à lire ce roman, mais pas que pour ça. Il a fallu que j’arrive aux 3/4 pour que j’arrive à y trouver un tant soit peu mon compte. C’est-à-dire au moment où l’héroïne accepte que ce qu’elle vit depuis qu’elle est en Solo n’est pas du tout un jeu.

Ce roman est construit comme une télé-réalité sur de nombreux chapitres. Ils alternent avec la survie de l’héroïne. Si personne n’a vu de télé-réalité de sa vie, vous allez tout comprendre. Une production et animateur qui bénéficient des meilleures conditions. Des candidats que l’on découvre au fur et à mesure et qui sont tous aussi différents les uns que les autres. D’ailleurs, on se demande comment certains peuvent être là mais le but est de faire de l’argent et du buzz. Donc, on les suit en équipes, en solo avec deux ou trois qui se démarquent du lot. Comme dans toute télé-réalité, même si celle-ci est destinée à l’aventure, des alliances peuvent se créer. La fatigue, la faim, les conditions de vie peuvent monter les gens les uns contre les autres. Mais la production est protégée par des contrats en béton. Sauf qu’ils n’ont pas prévu l‘impensable. Ce qui arrive à tous. Comment notre héroïne passe à travers les mailles du filet de ce rapatriement ? Je pense que c’est dû au fait qu’elle ait été malade à un moment donné.

Dans les autres chapitres, on assiste à la survie de notre héroïne qui a décidé d’aller Jusqu’au bout de son aventure et de ne pas prononcer la phrase magique. Son mari l’a laissée partir pour qu’elle vive cette aventure. Elle rencontrera un jeune garçon, la désolation partout mais elle pense que c’est compris dans le scénario. Elle ne veut pas se poser de questions sur ce qu’elle a vu et voit. Il faut qu’elle avance, qu’elle rallie le dernier point. Il faut qu’elle mange, qu’elle fasse front. Même si Brennan parle trop à son goût, ce sera son compagnon d’aventure. Jusqu’à ce qu’elle arrive chez elle et découvre la réalité. A ce stade-là, le roman est bien avancé. Un petit élément nous laisse espérer une fin heureuse. En effet, comme dans tout programme, les réseaux sociaux jouent un très grand rôle. Chacun y va de son commentaire bien protégé derrière son écran. Son moteur est donc son mari qu’elle aime par dessus tout. Il lui a permis de faire face à une mère assez difficile. Le seul hic est qu’elle ne veut pas d’enfant. Elle rêve pratiquement toutes les nuits qu’elle assassine son bébé.

L’action se passe aux Etats-Unis. Les paysages traversés ne sont pas magnifiques. Le cadre ne s’y prête pas du tout et ne donne pas envie. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai pas adhéré au roman. Ce n’est pas une question d’écriture. Peut-être le sujet de la télé réalité et de se perdre dans ce nombre de personnages. Les parties consacrées à l’héroïne m’ont le plus plu. L’écriture est de bonne qualité mais elle n’a pas suffi pour moi, malheureusement.

Je remercie les Editions Kero et Netgalley pour cette sélection.

Résumé Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

Un monteur est en train de travailler sur la diffusion du premier épisode d’une nouvelle télé-réalité. Mais il est malade et il sera parmi les premiers à mourir, même s’il ne le sait pas. La mort va intervenir dans les cinq jours.

Des candidats se retrouvent pour assister à cette aventure. Ils devront faire équipe mais aussi participer à des épreuves en solo.

Elle a faim, elle a soif. Elle a été malade. Mais elle doit repartir pour tenter de réaliser son Défi.

Jusqu’au bout d’Alexandra Oliva

date de sortie : 1er mars 2017

Editeur : Kero

Isbn : 9782366582482

Nombre de pages : 416

L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler

L'homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler
L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler

Avis L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler

Par quel bout prendre cette critique ? J’en ai mis partout sur mon cahier. Le premier point est que ce titre peut se lire indépendamment du premier, soit Neuroland. Mais si vous êtes comme moi et avoir tous les atouts en main, je pense qu’il vaut mieux lire Neuroland avant. Ce n’est pas mon cas et je le regrette car j’aurais pu faire connaissance avec les personnages, notamment Franck Corsa et Maria.

Nous avons une très belle palette de personnages, des plus véreux aux plus sympathiques. Commençons par Franck Corsa, dans l’attente de son jugement pour de nombreux meurtres. Une de ses victimes, Maria, est toujours vivante. Elle a subi l’horreur. Mais même si elle est meurtrie dans son corps, dans sa chair, elle tente de trouver des explications à ce qu’a pu faire Franck Corsa. Elle a vu même une part d’humanité en lui. Ce n’est pas pour plaire à son petit ami, Vincent, qui travaille à Neuroland. Maria et Vincent sont amoureux mais le viol a fait que Maria ne peut plus être touchée.

Vincent est brillant, thésard, mais trop jeune pour bousculer les uns et les autres. Le Prix Nobel est en vue. Malgré ses recherches, il fera les frais de ce qui se passe dans ce roman.

Franck Corsa n’a pratiquement plus de corps. Il doit continuellement se faire soigner. Son enfance et ce qu’il a vu jouent beaucoup dans l’homme qu’il est devenu. Psychopathe, il est un des premiers à subir cette intervention dans son cerveau. Comme il veut que la vérité éclate, il accepte. Mais attention à ceux en qui il a placé sa confiance. Ils ne feront pas long feu car, en plus, Franck Corsa, détient de nombreux secrets qui peuvent faire tomber des personnalités haut placées.

Le lecteur assiste à une véritable chasse à l’homme. Le temps presse pour que cessent des pratiques détestables, pour que la vérité éclate, pour qu’un attentat ne soit pas commis. De plus, le Prix Nobel se profile pour récompenser des chercheurs et leur travail.

Un roman tout à fait dans l’air du temps avec sa trame politique, les conflits d’intérêt, les rétro commissions. Le rythme ne faiblit pas. L’auteur réussi la prouesse de nous faire voyager, de nous narrer ces peuples qui souffrent, qui subissent la cupidité des nantis. Tout est bien agencé, il n’y a aucun temps mort. L’histoire, par étapes, coïncide parfaitement. Les personnages sont bien étudiés, tout comme leur évolution psychologique. Les éléments sont parfaitement liés, la politique, les lois, les cobayes, la médecine et le progrès. Le chantage est également bien présent tout comme le travail journalistique.

Je pense que l’auteur fait aussi référence à deux célèbres présentateurs du journal télévisé mais aussi au suicide d’un célèbre Premier Ministre.

Je remercie les Editions Robert Laffont et Netgalley France pour cette sélection.

Résumé L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler

Maria et Vincent tentent de vivre leur histoire d’amour. Mais elle voit que Franck prend possession de son esprit. Pourtant Franck Corsa est en prison, dans l’attente de son procès.

Olga est la psy de Maria. Lors d’une visite en prison, Franck leur promet de leur faire vivre un enfer.

Une réforme de la santé pénale doit être votée.

L’homme qui haïssait le bien de Sébastien Bohler

date de sortie : 20 avril 2017

Editeur : Robert Laffont

Isbn : 978-2-221-19238-2

Nombre de pages : 416

L’invité sans visage Tana French

L'invité sans visage Tana French
L’invité sans visage Tana French

Avis L’invité sans visage Tana French

Inspectrice à la criminelle qui doit faire face à un monde d’hommes. Personne ne lui fait de cadeaux car c’est une femme, donc un sacré sexisme, machisme mais aussi car elle a des origines différentes. De plus, son caractère entier ne joue pas pour elle. Mais pour y arriver, elle ne doit pas se laisser marcher sur les pieds. Ce roman révèlera vraiment à Antoinette ce qu’elle vaut réellement, en qui elle peut avoir confiance, si elle peut changer d’avenir.

Je peux vous dire que je me suis forcée pour lire ce roman. Je n’ai pas pour habitude de délaisser un roman qui ne me plait pas pour laisser une chance à l’auteur de me faire, un tant soit peu vibrer. Pour cause de départ de Mademoiselle, je lui ai laissé la Kobo pour qu’elle puisse l’emmener. Il me manquait donc à lire une centaine de pages. Est-ce que cet interlude a pu donner plus d’ampleur ? Il y a eu un moment, vers la page 150, où je me suis dit, ça y est, c’est parti. Sauf que c’est pratiquement vite retombé comme un soufflet. Et la reprise a été aussi dure. Ce n’est que mon avis de lectrice. Je suis une amatrice de policiers, polars et autres thrillers, certains avec des dimensions psychologiques. Là, je n’ai rien trouver outre cette enquête, vraiment trop longue où les possibilités s’éliminent au fur et à mesure. Les questionnements d’Antoinette, sa paranoïa, auraient pu vraiment être intéressants. Sauf que non, je ne me suis pas sentie concernée. La pression ne monte jamais.

Il faut dire que l’histoire ne prête pas à une montée de pression. Un appel pour cas de violence conjugale. La mort d’une jeune femme. Un petit ami très vite accusé car il ne dit pas tout. Une meilleure amie qui donne un indice dans lequel ne s’engouffrent pas Antoinette et Steeve. Entre eux deux, c’est une véritable partie de ping-pong verbal pour éliminer au fur et à mesure les indices. Font-ils fausse route ? Sont-ils vraiment aidés ? Les interrogatoires menés sont les parties les plus intéressantes du roman. Le lecteur voit que la qualité est là et quels que soientt les enquêteurs en place. Quel que soit le milieu, professionnel ou pas, les bleus sont plutôt attirés par ceux qui ont du charisme, qui répandent de fausses informations. En effet, ils ne veulent pas être laissés de côté, surtout lorsque leur héros a plus d’expérience dans la boîte qu’eux, qui a fait ses preuves. Comme dans toute enquête, le binôme est présent. Ici, c’est Antoinette et Steeve qui doit sa place car Antoinette l’a demandé. Malgré les coups et le caractère d’Antoinette, le binôme fonctionne très bien, il est complémentaire.

Je ne mets pas en cause les qualités de Tana French mais je suis vraiment passée à côté. Ce roman ne m’a pas du tout correspondu. Je ne connais Tana French que de nom, même si j’ai déjà lu beaucoup de bien en ce qui concerne cet auteur. Si ce premier essai n’est pas réussi, peut-être que les suivants le seront.

Je remercie Calmann Lévy et NetGalley pour cette sélection.

Résumé L’invité sans visage Tana French

Steeve et Antoinette se connaissent depuis l’école de police. Maintenant, ils sont à la Criminelle. Ils sont appelés pour un cas de violence conjugale. Ils découvrent une jeune femme morte.

Ils doivent faire affaire avec un autre inspecteur dont Antoinette se méfie. Ils essaient de prendre de l’avance dans leur enquête.

L’invité sans visage Tana French

date de sortie : 12 avril 2017

Editeur : Calmann Lévy

Isbn : 978-2-35953-488-7

Nombre de pages : 560

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Assez de bleu dans le ciel Maggie O'Farrell
Assez de bleu dans le ciel Maggie O’Farrell

Avis Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Avant de finir ce roman, j’ai lu une formidable critique qui l’encensait. Ne suis-je pas normale ? En effet, je n’ai pas été franchement transportée par l’histoire. Pourtant, quand je l’ai commencé, je me suis dit, super, je vais me balader en Irlande avec un auteur irlandais. J’ai été peut-être déstabilisée par ces retours en arrière, ces bons en avant sur les différents personnages qui ont gravité autour de Daniel. Et ils sont nombreux. Je n’avais jamais lu cet auteur. Mais je pense continuer avec elle car j’adore l’Irlande, même si je n’y suis jamais allée et j’aime le travail de conteur des auteurs, notamment Maggie O’Farrell.

Ce sont les histoires de couples de Daniel et de Claudette. Si les deux premières de Daniel sont celles que l’on peut trouver à peu près partout, celle qu’il forme avec Claudette est vraiment très bien trouvé. Il y a également l’histoire de Claudette. Là, par contre, les retours en arrière et les années qui passent ne sont pas du tout difficiles à suivre. Même si l’auteur arrive à nous démontrer la fin de leur couple, c’est passé assez vite. Je ne me suis pas du tout attachée à ces personnages, même si j’ai bien aimé Claudette, sa façon de vivre, son ascendant sur les autres. On peut comprendre la quête de Daniel pour savoir ce qui est arrivé à un de ses anciens amours. Mais il agit seul et met son couple en danger. C’est un homme en définitive très secret. J’ai aussi beaucoup aimé l’histoire sur sa mère.

J’ai par contre beaucoup aimé cet amour filial qui existe entre Daniel et ces quatre enfants et son beau-fils. L’amour est également présent entre Claudette et ses enfants. De plus, que ce soit Ari ou Niall, ils ont tous les deux des soucis de santé ce qui les rend encore plus attachants. Ce qui arrive aussi à la fille de Daniel va encore plus le perturber.

Avec ces retours en arrière, on suit donc les histoires des uns et des autres mais aussi la rencontre entre Daniel et Claudette. Même si, par certains moments, c’est assez difficile à suivre, il faut aller jusqu’au bout du roman car il est formidablement bien conté, les descriptions sont époustouflantes. Le lecteur voyage en Angleterre, en Irlande, en Inde, en Suède. Il s’imprègne d’odeurs, de paysages grandioses.

Je n’ai pas eu de coup de coeur, mais je ne regrette absolument pas ma lecture et je remercie Belfond et Negalley pour cette sélection.

Résumé Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

Daniel travaille en semaine à Belfast comme professeur de linguistique. Le week-end, il rentre dans le Donegal, un endroit solitaire en Irlande où il  rejoint sa femme et ses deux enfants.

Il doit partir sur New-York fêter l’anniversaire de son père.

Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell

date de sortie : 6 avril 2017

Editeur : Belfond

Isbn : 978-2-01-702648-8

Nombre de pages : 496