Une seconde de trop de Linda Green

Une seconde de trop de Linda Green

Une seconde de trop de Linda Green

Résumé Une seconde de trop de Linda Green

Lisa passe l’après-midi avec sa fille au parc. Elle veut la voir monter au toboggan et jouer à cache cache avec elle.

Mais Ella disparaît. Lisa devient vite inquiète car cela ne ressemble pas à sa fille de ne pas revenir au bout d’un certain temps.

Avis Une seconde de trop de Linda Green

Dès le départ, le lecteur sait qui a enlevé Ella. Mais la question est de savoir pourquoi. Et cela, nous le saurons vers la fin.

L’histoire est donc construite autour de Lisa, la mère d’Ella, de Muriel et quelques chapitres consacrés à Matthew, le fils de Muriel. En premier lieu, la maman, Lisa, qui est mère de trois enfants. Deux filles, dont une jeune adulte, qu’elle a eu très jeune, un fils et une fille, eus avec Alex. La famille est très unie même s’ils ne roulent pas sur l’or. Lisa est une femme active, qui ne peut pas assister à tous les événements de ses enfants. Pourquoi est-elle autant fâchée avec sa fille Chloé. Lors d’un moment d’inattention, Une seconde de trop, sa fille va disparaître. Tout le long de ce roman, elle sent au plus profond d’elle que sa fille est vivante. Je pense que cela lui permet de ne pas s’effondrer. Elle doit jongler avec toute sa famille, être aussi un support pour son mari, et inversement, et surtout que son fils puisse continuer à vivre. Lorsque Chloe reviendra, la situation sera tout de même tendue entre la mère et la fille. L’auteur détaille très bien les sentiments des uns et des autres, leurs angoisses, les bêtises faites. On sent de toutes façons, très bien, tout l’amour qui est porté à cette petite fille. Malgré tout, même si les personnages m’ont plu car tous amplement différents et bien qu’ils soient très unis, je n’ai pas éprouvé de coup de coeur pour eux.

Muriel est professeur de musique à domicile. Elle semble être une femme avec des idées vraiment préconçues sur l’éducation des enfants. De toutes façons, tout ce que font les autres parents, c’est mal. Ils donnent trop de liberté, ils écoutent trop les enfants… Elle est psychorigide. C’est pour cela qu’elle veut garder cette petite fille et l’éduquer. Muriel passe par des phases où elle prend cette petite fille pour son fils. Cette femme est malade psychologiquement. Elle a toujours pensé que son fils était le meilleur, elle l’a fait dépendre d’elle. Elle ne l’a pas laissé grandir. Elle va distiller, petit à petit, dans l’esprit de cette petite fille, que sa mère est une femme mauvaise qui ne sait pas l’élever. Ce personnage est vraiment bien construit. L’auteur ne laisse rien au hasard et avance petit à petit dans les découvertes faites sur ce personnage et ce qui lui est arrivé. Mais, malgré les révélations, Muriel est une femme profondément antipathique. Pourquoi d’ailleurs a-t-elle enlevé Ella ? A cause des prétendues négligences vues ?

Quant aux chapitres consacrés à Matthew, le jeune garçon relate sa vie avec sa mère dès que le père est parti. Il va nous faire connaître Muriel de son point de vue et comment il a tout fait pour qu’elle ne lui en veuille jamais. Mais il arrive que certains événements anéantissent tout surtout lorsque l’on est amoureux.

Et Ella dans tout ça ? La petite fille respire la joie de vivre. Elle a vite reconnu celle qui l’a enlevée. Ella pleure, elle est triste et veut vite retrouver ses parents. Elle subit son sort. Heureusement qu’il y a le chat. Ella veut vite retrouver toute sa famille et surtout aller à la grande école. Un coup de coeur pour cette jolie gamine qui, j’espère, ne gardera pas de traumatismes sur ce qui lui est arrivé et des mensonges qu’elle a entendus.

Je ne repars pas de ma lecture avec un véritable coup de coeur même si le roman, très bien construit, est prenant. Je ne pensais pas que les révélations allaient m’amener jusque là. L’auteur est assez forte et même très forte. En effet, à force, elle est arrivée à me faire douter de la mère d’Ella. Cela venait, cela repartait. J’en ai lu des histoires d’enlèvements d’enfants. J’ai peur, à chaque fois, de retrouver une même matrice quant aux déroulés des faits et des réactions des uns et des autres. Là, il n’y a aucun souci. Jusqu’à la fin, je n’ai pas su où elle allait m’entraîner. Les quelques lignes du début sont assez dures à lire. Elles mettent dans l’ambiance et peuvent faire monter les larmes aux yeux. Mais à qui s’adressent-elles ?

Je remercie Netgalley et les Editions Préludes pour cette sélection.

Une seconde de trop de Linda Green

Date de sortie : 23 mai 2018

Nb pages : 448

Editeur : Préludes

ISBN : 9782253905073

Publicités

La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

La mort d'Hitler de Jean-christophe Brisard, Lana Parshina

La mort d’Hitler de Jean-christophe Brisard, Lana Parshina

La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina Présentation éditeur

Le 8 mai 1945, les nazis capitulent. Hitler s’est suicidé une semaine plus tôt, dans son bunker berlinois. Les Alliés et les Soviétiques fêtent ensemble la victoire. Voilà pour la version connue. En réalité, dès le 1er mai, Staline ordonnait à ses services d’enquêter sur la mort du Führer et de récupérer son corps. Cherchait-il une pièce à conviction ou un trophée de guerre prouvant au monde entier que son pays avait vaincu Hitler  ?
Après deux ans d’interminables négociations auprès des autorités russes, Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina ont pu accéder aux dossiers confidentiels concernant l’incroyable traque du corps d’Hitler par les espions soviétiques, ainsi qu’aux interrogatoires des témoins des derniers jours du Führer. Surtout, Moscou a accepté de leur présenter des restes humains  : un morceau de crâne avec un impact de balle et une mâchoire. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les auteurs ont obtenu l’autorisation d’effectuer des examens scientifiques sur ces ossements. Le Kremlin prétend qu’ils appartiennent à Hitler. Qu’en est-il vraiment  ?
Cette enquête fascinante, digne d’un roman d’espionnage, met un point final aux ultimes questionnements sur la mort d’Hitler.

Grand reporter, Jean-Christophe Brisard est réalisateur de documentaires, principalement sur les dictatures. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages dont Enfants de dictateurs (First Histoire, 2014) avec Claude Quétel.

Lana Parshina est journaliste indépendante et réalisatrice de documentaires. Elle partage sa vie entre la Russie et les États-Unis.

Avis La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

Un des grands mystères de l’histoire. Hitler est-il mort ou a-t-il pu s’enfuir de son bunker ? S’est-il suicidé et comment ? Par balle ou par poison ? Les deux auteurs vont tenter d’y répondre. Et cela passe par la Russie, qui tout le monde le sait, cache de nombreuses archives, pratiquement jamais rendues publiques, et encore moins maintenant avec Poutine. La Russie ou ses anciens noms donnent ce qu’elle veut bien donner. Dans ce pays, la méfiance a toujours été de mise, envers les Occidentaux mais aussi au sein même du pays puisque les services de l’Etat se font tous la guerre. Chacun garde ses informations, tout est cloisonné. Le lecteur apprend que les archives sont redevenus secrètes depuis que Poutine est au pouvoir. Pourtant en 2000, une grande exposition avait eu lieu.

Les Soviétiques ont eu de la chance de libérer Berlin avant les forces occidentales. Ils ont pratiquement pu arrêter qui ils voulaient et mettre la main sur des cadavres. Si les prisonniers avaient été interrogées par l’Occident, auraient-ils avoué ce qui est arrivé à Hitler ? Pas forcément. Malgré les interrogatoires plus que musclés, l’URSS n’a rien à envier au nazisme, ils n’ont pratiquement pas dévier. Mais ils étaient les plus proches d’Hitler et forcément des nazis plus que convaincus.

Encore une fois, même si je connais pas mal de choses sur cette période de l’Histoire, j’ai encore, forcément appris, notamment sur les derniers jours d’Hitler, les arrestations qui ont suivi, les interrogatoires, ceux qui en sont sortis vivants ou pas, comment ils ont réagi. La Deuxième Guerre Mondiale couplée à l’URSS, ce sont deux deux événements et pays qui m’intéressent depuis fort longtemps.

Les éléments sont bien séparés grâce aux parties. Le lecteur sent qu’il y a une réelle motivation pour trouver la vérité. Et franchement cela n’a pas été facile. Entre rendez-vous avortés, rendez-vous tenus mais personnes sur le qui-vive, travailler sur des documents officiels, classés secret défense, n’est pas donné à tout le monde. Même des preuves comme un crâne ou des dents. Ensuite, il faut tout étudier, les notes, les photos prises pour ne rien laisser au hasard. Le temps leur était souvent compté car le dossier est toujours confidentiel. Pendant plus de 70 ans, l’URSS et ensuite la Russie a toujours annoncé qu’Hitler était mort sans apporter de véritables preuves puisque les cadavres ne sont plus là.

Par contre, je ne sais pas si je regarderai le documentaire de France 2 qui s’inspire de ce document, Le mystère de la mort d’Hitler. Je ne sais pas ce qu’il peut m’apporter de plus par rapport à ce formidable travail, même si certains éléments sont répétés. Je ne dévoilerai pas les résultats de leur enquête. Ils ont été aidés par un véritable spécialiste français qui a réalisé ce qu’il a pu avec les éléments présentés. Outre cette enquête, nous avons de réels faits historiques racontés et surtout vérifiables.

Merci à Netgalley et Fayard pour ce formidable moment de lecture. Je n’ai pas vu le temps passer.

La mort d’Hitler de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

Date de sortie : 7 mars 2018

Nb pages : 372

Editeur : Fayard

ISBN : 9782213706467

EnregistrerEnregistrer

Qui je suis de Mindy Mejia

Qui je suis de Mindy Mejia

Qui je suis de Mindy Mejia

Résumé Qui je suis de Mindy Mejia

Hattie veut partir à New York. Elle se rend à l’aéroport mais quand le personnel est pris de suspicion, elle ne s’envole pas.

Quelques jours plus tard, elle est retrouvée morte après sa participation à une pièce de théâtre. Qui a pu la tuer ? Son petit ami ?

Avis Qui je suis de Mindy Mejia

Je sors plus que mitigée de ma lecture. L’auteur ne donne aucun beau rôle à ses personnages, sauf peut-être à Del, le shérif et les parents d’Hattie. Il aurait mérité qu’on en sache un peu plus sur lui. Les autres ne m’ont fait ni chaud, ni froid. J’aurais pu me prendre d’affection pour Hattie, mais l’auteur ne répond à aucune de mes questions. Je sais bien que les adolescents se cherchent, jouent un rôle. Malgré des parents aimants, présents, qui la laissent libres car ils ont confiance en elle, elle joue même un rôle avec eux. A cause de son frère qui est parti faire la guerre ? Pourtant, cela remonte à beaucoup plus loin, le fait de vouloir être acceptée par tous. Voilà, je ne sais pas pourquoi elle est comme ça et cela me dérange fortement car cela n’est pas assez expliqué. Est-elle une manipulatrice ou est-elle réellement amoureuse ? Ce qui est sûr, c’est qu’elle veut partir par tous les moyens. Ensuite, nous avons Peter, le prof marié qui a suivi sa femme pour qu’elle s’occupe de sa mère dans ce coin perdu. Au fur et à mesure, l’un et l’autre se sont éloignés. Il a tenté de faire des efforts pour se rapprocher d’elle, sauf qu’il n’a eu aucun retour. Alors, la maxime que l’homme est faible se vérifie ici. Au détour de conservations sur le Net, il tombe amoureux. Et cela s’amplifiera lorsqu’il rencontrera cette personne même s’il fait tout, tout ?, pour ne pas succomber. Il en va de son honneur, de son travail. Prend-il le beau rôle en s’effaçant de cette façon ? Non. Même s’il n’est pas accepté dans cette famille et bien plus tard dans cette petite ville, il pourrait refaire sa vie ailleurs. Quant à Del, l’auteur donne quelques informations sur ce shérif qui veut trouver le meurtrier de la fille de ses meilleurs amis. Malgré le peu de moyens à sa disposition, il se trouve obligé de  mentir pour trouver la vérité. Est-ce que cette amitié en souffrira ? En tous les cas, il ne permettra pas que son ami se fasse justice lui-même. Il le protègera de la meilleure façon qu’il soit.

J’ai été assez surprise par le dénouement, notamment en ce qui concerne le meurtre de Hattie, mais en définitive, les évènements qui en découlent sont, plus ou moins, prévisibles dès qu’ils arrivent. Je n’ai trouvé aucun suspense. Je n’ai trouvé aucune dimension psychologique dans ce roman. Hattie et Peter racontent l’histoire jusqu’à la fin, de leur point de vue. Tandis que du côté de Del, c’est plutôt son enquête, son amitié avec le père de Hattie. Pour les deux premiers, cela permet d’avoir le point de vue de l’un et de l’autre. Cette construction à trois est pas mal. Elle ne donne pas de défauts au livre. Elle est censée permettre de comprendre Hattie mais comme je l’écrivais plus haut, cela n’a pas été mon cas. Pour Peter, c’est beaucoup plus simple pour le lecteur. Et comme je l’écrivais aussi plus haut, il manque quelques éléments pour Del. Pour sa vie privée, c’est annoncé. Quant à la guerre, je n’en ai pas su assez. Sauf qu’il est revenu, pas démoli, mais profondément changé. Mais comment ? L’auteur a voulu fouiller le caractère de ses personnages. Soit elle a voulu trop en faire mais elle ne s’est pas concentrée sur l’essentiel, soit les explications.

Le seul élément qui a trouvé grâce à mes yeux est cette malédiction en ce qui concerne la pièce de Shakespeare, Macbeth. Serait-elle maudite ? Elle donne une des raisons au roman puisque les lycéens l’interprètent pour leur spectacle de fin d’année. Malédiction, légende, c’est un des seuls points qui m’a intéressé car je ne connaissais pas ce qui est arrivé à tous ces acteurs au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Je remercie Netgalley et les Editions Mazarine de m’avoir permis de lire ce roman même si je m’attendait à mieux.

Qui je suis de Mindy Mejia

Date de sortie : 21 mars 2018

Nb pages : 400

Editeur : Mazarine

ISBN : 9782863744024

EnregistrerEnregistrer

Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes

Au petit bonheur la chance ! d'Aurélie Valognes

Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes

Résumé Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes

Marie emmène son fils Jean chez sa grand-mère. Elle souhaite réussir à Paris.

La cohabitation entre la grand-mère et le petit-fils s’avère assez difficile. Il n’arrête pas de tomber et pose de nombreuses questions.

Avis Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes

1968, Jean est laissé par sa mère Marie chez sa grand-mère. Marie veut trouver un emploi à Paris et promet de revenir très vite chercher Jean. Mais les mois passent et Marie ne revient pas. Bien qu’aimé, Jean se sent seul, abandonné. Il est très souvent triste. Il veut revoir sa mère et vivre avec elle. La grand-mère, après une carte postale reçue, trouve un subterfuge avec son ami postier. Mais Jean commencera à haïr sa mère lorsqu’il ira à Paris pour un baptême.

Le lecteur est à Granville. La grand-mère de Jean a élevé de nombreux enfants. Elle a peu de moyens mais elle fera tout pour que son petit-fils soit heureux et à l’aise. Jean trouvera l’amour, l’amitié chez elle. Sa tante, Françoise, sera d’un grand secours. Ses yeux sont émerveillés lorsqu’il va, pour la première fois, chez elle et qu’il voit tout cet appartement dans lequel il ne manque rien et où ses cousins ont de nombreux jouets et livres. Jean a trouvé une famille qu’il va chérir encore et encore. Sa première rentrée est assez difficile. Jean est un garçon maladroit, qui pose beaucoup de questions. Mais il est franchement débrouillard. Le lecteur va suivre Jean pendant pratiquement dix ans de sa vie. Il va grandir malgré lui. Les expériences, même malheureuses, forment tout un chacun. Cela lui permettra également de réfléchir. 

Mon deuxième Aurélie Valognes et ce ne sera pas le dernier. Après les première pages lues, je pensais que Nos adorables belles-filles serait mon préféré. Sauf que non, les pages se sont succédées et avec elles, je me suis prise d’affection pour les personnages de ce roman, Jean, sa mémé Lucette, sa tante, ses cousins, sa maman Marie et tous les autres. Aurélie Valognes, un des auteurs français qui vend le plus de formats poches, a l’art et la manière de nous faire aimer ses personnages. Elle a un réel talent de conteuse. Et puis, ce que j’adore avec Aurélie Valognes, c’est qu’elle utilise des expressions de tous les jours, dans ses titres, ses dialogues, ses titres, qui ne sont pas du tout surjoués, ils coulent de source. Cela me change du roman que j’ai lu en fin d’année 2017 et début d’année 2018. Ils correspondent vraiment au style d’Aurélie Valognes, on ne sent aucun effort, une écriture vraiment fluide qui permet d’avaler les pages.

Dans ce roman, j’ai retrouvé des éléments qui m’ont fait sourire, comme la décoration psychédélique, des éléments de mon enfance, de l’école. Il y a aussi ce fameux catalogue des Bergères de France avec ses fils de laine. Même si mai 68 est passé, les femmes n’ont pas encore trouvé leur place. Elles ne sont pas encore libres. Pourtant, elles sont nombreuses à aspirer à autre chose, à aller à contre courant de cette société masculine. C’est le cas de Marie. Mais ce sera très dur pour elle. Elle abandonnera ce qu’elle a de plus cher au monde. Jeune, belle, même si elle est très maternelle, elle a dû faire un choix. Ce n’est pas facile également pour les grands-parents et surtout pour les grands-mères. Elles ne veulent pas voir la société évoluer mais elles se taisent, elles ne montrent pas leurs sentiments. Cela a été partout en France dans pratiquement toutes les familles. Il y a également ce point scolaire. Arrêter l’école à 13 ans pour aller travailler. Puisque cela a été le cas des parents, ce sera le cas des enfants. On se plaint, de nos jours, d’une école de plus en plus élitiste – ce qui est le cas -, auparavant, c’était pire. Il semblerait que faute de moyens, les enfants ne pouvaient pas continuer leurs études. Les enseignants, en plus, avaient des idées préconçues à ce sujet. Si la différence entre Paris et la province est toujours marquée de nos jours, elle était encore plus visible il y a près de 50 ans. Il y a aussi cette souffrance de ces enfants gauchers que l’on forçait à écrire de la main droite. Beaucoup d’humour, beaucoup de tendresse, d’émotion pour ce petit garçon qui attendra sa mère, pour cette grand-mère bourrue.

Je remercie Netgalley, les Editions Mazarine-Fayard pour ce roman sensible, un véritable coup de coeur, une bouffée d’amour. Et surtout l’auteur. Vivement le prochain ! D’ailleurs, j’ai commandé deux anciens romans

Au petit bonheur la chance ! d’Aurélie Valognes

Date de sortie : 7 mars 2018

Nb pages : 342

Editeur : Mazarine

ISBN : 9782863744536

La fille du roi des marais de Karen Dionne

tous les livres sur Babelio.com

Résumé La fille du roi des marais de Karen Dionne

Helena est en train de vendre ses confitures avec sa dernière fille. Elle est mariée et a deux enfants.

Elle entend à la radio qu’un prisonnier, condamné à la prison à vie, s’est évadé. C’est son père. Elle a peur car c’est elle qui l’a fait condamner.

Helena annonce qu’elle va raconter son histoire et non celle de sa mère.

Avis La fille du roi des marais de Karen Dionne

Helena et son père sont au centre de cette histoire. Un père qu’elle a fait arrêter il y a quinze ans et qui vient de s’évader. Lors de cette véritable chasse à l’homme, Helena se rappellera tout ce qu’elle a connu avec lui, dans son enfance, ce qu’il lui a appris, dans cet endroit des marais si reculé où ils vivaient sans électricité, ni eau courante. Elle ne cherche pas d’excuses à cet homme même si elle l’aime car elle sait ce qu’il a fait. Pourtant, elle peut arriver à nous le rendre plus ou moins attachant. Il a été peu aimé par ses parents, il semble avoir de graves problèmes psychologiques, il n’accepte pas d’être contredit. Mais auprès de lui, Helena a su comment survivre dans un milieu naturel hostile, malgré une bonne partie de violence. Helena ne se considère pas comme une victime car elle est née en captivité et n’a jamais su ce qui s’était passé pour sa mère. Elle le révèle, elle a plus aimé son père que sa mère car pour cette dernière, difficile d’être proche de sa fille, surtout qu’elle a été très malade juste après l’accouchement. Face à la violence de cet homme, elle ne s’est jamais interposée entre lui et Helena. En quinze ans, Helena a su faire la part entre le pour et le contre et comprendre pourquoi sa mère n’a jamais cherché à s’enfuir, s’est enlisée dans cette vie.

Malgré tout l’amour qu’elle porte à son mari et il semblerait qu’il lui ait pardonné, Helena culpabilise de ne pas avoir tout raconté dès le départ. Mais difficile quand on a été sous les feux des projecteurs pendant de nombreuses années. Pourtant, il semble qu’il aurait été un formidable soutien même si la dernière partie de l’histoire doit se jouer entre le père et la fille, face à face, sans personne autour. Qui va gagner dans cette lutte mortelle ? La fille sera-t-elle plus forte que le père ? Pour le comprendre et pour comprendre l’évolution d’Helena, le roman nous donne des éléments de l’histoire d’Andersen.

Le roi des marais sait se sortir pratiquement de tout. Il connait ces marais comme sa poche. Quelle peut être sa faiblesse ? Sa fille ? Une relation amour-haine pour la fille car cet homme l’a rendue très malheureuse lorsqu’éprise de liberté, elle s’est enfuie avec sa mère. Elle a dû apprendre ce que c’était de vivre au milieu de personnes civilisées avec des us et des coutumes. Et au fil des pages, à des moments inattendus, Helena fait des découvertes, des présents, matériels et humains, si l’on peut dire, laissés par son père. Cela permet à la tension de monter petit à petit. Tout le long de ce récit d’Helena où elle se rappelle sa vie dans les marais, c’est la traque entre entre elle et son père. Ces rappels, ce présent vont lui permettre de se rendre compte de la personnalité de cet homme. Helena, pratiquement heureuse maintenant, va vouloir tout faire pour sauver sa famille, surtout ses filles. Elle ne veut absolument pas qu’elles vivent ce qu’elle a vécu. Elle souhaite qu’elles soient libres et que plus tard, elles comprennent d’où elles viennent.

Le roman est servi par de magnifiques paysages, sublimés par la plume de l’auteur, qui a vraiment l’art du détail. Le lecteur peut parfaitement les imaginer. Ces endroits sont vierges mais ne me donnent franchement pas trop envie d’y passer la journée. Un roman très psychologique où le décor joue un très grand rôle. Personnellement, malgré toutes ces qualités, ce n’est pas un coup de coeur. J’ai eu quelquefois du mal à m’y plonger. J’ai eu un soubresaut à un moment donné suite à un acte, j’espérais ce dénouement, mais la tension n’a pas été assez forte pour moi.

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique, Netgalley et les Editions JC Lattès

La fille du roi des marais de Karen Dionne

Date de sortie : 7 mars 2018

Nb pages : 400

Editeur : JC Lattès

ISBN : 9782709658782

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le week-end de Natasha Preston

Le week-end de Natasha Preston

Le week-end de Natasha Preston

Résumé Le week-end de Natasha Preston

Mackenzie est heureuse. Elle passe le week-end avec ses amis. Sauf qu’il y a Joshua, un garçon qu’elle n’aime pas. Lorsqu’elle les rejoint, elle fait la connaissance de Blake. Elle est très vite attirée par le jeune homme.

Dans cette maison isolée, les jeunes gens boivent, énormément. Mackenzie et Blake vont passer la nuit ensemble. A son réveil, elle découvre l’horreur.

Avis Le week-end de Natasha Preston

Mackenzie est une jeune fille de près de 18 ans qui a une confiance aveugle en ses amis. Pour moi, ce n’est pas le problème. Dans cette petite ville, ils se connaissent depuis des années et ils ont vécu le meilleur comme le pire. Ils ont énormément partagé. Elle semble savoir à qui elle a affaire. Mais connait-on réellement ses amis ? Le roman tentera de le prouver. Lors de ce fameux week-end, elle rencontre Blake et pour elle, ce sera comme une évidence. Elle tombe très vite amoureuse et partagera toute son enquête avec lui. Par rapport aux autres, elle le juge innocent. Elle le défendra comme elle défendra ses trois amis restants. Mais elle devra se rendre à l’évidence. La police les considère tous comme suspects. Mackenzie va tout faire pour prouver leur innocence. Blake tentera de lui ouvrir les yeux. Malgré les menaces, la mort, Mackenzie apprendra beaucoup sur elle, sur les autres et elle aura besoin d’aide. Même si ce sont de jeunes adultes, qui passent du temps à boire lorsqu’ils font la fête, se droguent, pour certains, les parents de Mackenzie lui font confiance et ils peuvent avoir raison. Même si ce roman n’est pas centré sur les relations entre parents et enfants, cela fait du bien de lire une famille qui n’est pas à couteaux tirés.

D’un autre côté, il y a Blake, le très beau garçon ténébreux – cliché quant tu nous tiens – grand et fort, qui protège – encore un autre cliché. Mais Blake, frère de Joshua, a pour ainsi dire été abandonné par sa mère lors du divorce. Il vit donc avec son père et n’a eu, pratiquement aucune relation avec son frère et sa mère. Lors de ce week-end, il est comme une pièce rapportée dans ce groupe. Très vite, les soupçons vont se porter sur lui. Pourtant Blake, malgré les clichés, est un jeune homme qui cache sa détresse sous de l’humour noir, de l’ironie quand elle n’a pas lieu d’être. Il semble ne pas vouloir s’engager mais Mackenzie a le pouvoir pour qu’il montre ses bons côtés.

La photo de couverture, le résumé m’ont tout de suite plu. Mais cela s’arrête là. Car ma lecture n’a pas été aussi enrichissante que ça. Je m’attendais vraiment à mieux. Le week-end peut être classé dans les thrillers mais vraiment pour de jeunes lecteurs. Pas assez stressant à mon goût. La tension n’a jamais monté. Je suis assez difficile quant à mon style favori. Malgré le final assez machiavélique, j’ai comme l’impression que l’auteur ne nous a pas tout raconté et nous a mené en bateau quant à la culpabilité des uns et des autres. Comme tout bon auteur, elle sait faire durer le suspense quant à ce que Mackenzie cache. Le lecteur ne peut pas juger cette jeune fille qui a appréhendé seule, sans ses amis, cet évènement et les suites qui en ont découlé. Bien entendu, comme dans tout bon roman, il y a le personnage qui rebute complètement. C’est Joshua. Pourquoi est-il comme ça, aussi imbu de lui-même ? Cela aurait mérité quelques explications. Ce roman démontre que tout le monde a des secrets, souvent inavouables. Le coupable est, comme toujours, très proche.

Je remercie Netgalley, les Editions Hachette Romans pour cette lecture.

Le week-end de Natasha Preston

Date de sortie : 28 février 2018

Nb pages : 378

Editeur : Hachette Romans

ISBN : 9782016269398

EnregistrerEnregistrer

La fille sous la glace de Robert Bryndza

La fille sous la glace de Robert Bryndza

La fille sous la glace de Robert Bryndza

Résumé La fille sous la glace de Robert Bryndza

Andrea Douglas Brown a trop bu. Après une dispute, elle fuit dans les rues désertes mais elle s’aventure trop loin. Elle souhaite appeler le chauffeur de son père mais elle n’a pas plus de réseau.

Une voiture noire la suit. Andrea essaie de fuir mais elle est enlevée.

Avis La fille sous la glace de Robert Bryndza

Ce n’est pas un coup de coeur mais cela y ressemble fortement. J’ai été ravie de lire ce roman de cet auteur. Roman qui annonce une très belle série car j’aimerais beaucoup suivre les nouvelles aventures d’Erika, femme-flic, DCI, en Angleterre. Erika est une écorchée dû au décès de son mari, dont elle était profondément amoureuse. Elle se juge responsable de la mort de celui-ci, flic comme elle et des coéquipiers qui l’accompagnaient. Elle avait été mise sur la touche à cause de cela. Mais une ancienne connaissance de Londres la rappelle pour cette enquête. Car Erika, malgré tout, connaît son métier. Cela ne sera pas facile surtout lorsqu’on s’approche un peu trop près de l’establishment anglais qui se juge intouchable, que ce soit ses pairs ou la famille de ceux-ci.

Cette arrivée à Londres est vue par certains d’un mauvais oeil, mais pour d’autres cela sera une bouffée d’oxygène car malgré son caractère, Erika sait manager ses hommes et femmes. Peut-être un peu cliché l’enquêtrice homosexuelle qui vit en couple et qui a un enfant ou encore l’enquêteur de couleur. Mais heureusement que l’auteur n’en fait pas trop à ce sujet. Juste quelques mots et puis c’est tout. Cela permet de mieux les connaître car ils tiennent une place importante dans ce roman et sûrement dans le prochain car Erika sait pouvoir compter sur eux.

Erika ne mènera pas son enquête de bout en bout. Cela ne plait pas qu’elle s’en prenne à un élu, surtout qu’elle ne prend pas de gants avec la famille. Normal, elle a été toisée dès le départ. Elle aurait dû avancer sur la pointe des pieds, mais c’est mal connaître cette jeune femme, fonceuse, qui aime le travail bien fait. Malgré la suspension, elle continuera au fur et à mesure, à interroger. Et c’est là qu’elle découvre d’autres cadavres. Sont-ils un lien avec le meurtre sur lequel Erika enquête ? Malgré cette sensation d’être espionnée, de subir des violences, elle ne baissera jamais les bras. Car elle veut faire toute la lumière sur ce décès. Elle le doit à Andrea. Bien qu’Andrea soit une gosse de riches, qu’elle mène sa vie comme elle l’entendait, l’auteur a la faculté de ne pas nous faire détester cette jeune fille.

Robert Bryndza, outre l’enquête menée et bien développée, démontre très bien les affres par lesquels Erika passe. Il développe très bien ses angoisses, ses malaises et comment ils surviennent, sa peur. Il nous la rend extrêmement attachante même si elle est très dure, trop dure envers elle-même.  Et comme elle le dit elle-même, son boulot lui a tout pris, mais il ne lui reste que ça. Mais son boulot ne lui a pris en aucun cas son intégrité. Même son boulot ne sera pas tendre avec elle. Et comme tout bon flic, elle a des doutes même si elle suit son instinct et qu’elle rue dans les brancards.

Entre ceux qui ont tout, qui veulent passer par les mailles du filet, il y a le Londres des faubourgs où nombreux sont ceux à tenter de vivre, à survivre. Politique, richesses, quartiers qui périclitent mais aussi ce racisme anglais envers les étrangers.

Le nom du coupable m’a surpris mais j’aurais dû m’en douter. Cela prouve que j’étais à fond dans ce roman, comme Erika à la recherche du coupable. En tous les cas, je ne ferai pas un bon détective.

Je remercie Netgalley et Belfond pour cette formidable lecture.

La fille sous la glace de Robert Bryndza

Date de sortie : 25 janvier 2018

Nb pages : 448

Editeur : Belfond

ISBN : 9782714475930