L’Empire du Graal de Giacometti et Ravenne

L'Empire du Graal de Giacometti & Ravenne - Editions JC Lattès

L’Empire du Graal de Giacometti & Ravenne – Editions JC Lattès

L’Empire du Graal de Giacometti et Ravenne, présentation

Forêt de Brocéliande, Antoine Marcas est en train de mourir.

Une semaine plus tôt, au Vatican, les six grands plus cardinaux sont réunis à la demande du pape. Une présentation est fait aux cinq autres par Theobald. Il leur montre que le nombre de fidèles décroit de seconde en seconde et ce grâce à des algorithmes spécialement conçus pour le Vatican. Comment faire face à cette chute ? En donnant du merveilleux, du miracle aux croyants.

Mary est étudiante. Elle assiste au meurtre de son professeur.

Avis L’Empire du Graal de Giacometti et Ravenne

Pour Antoine Marcas, il suffit d’une vente et de l’arrestation d’une personne pour qu’il rencontre un écrivain qui a acheté un sarcophage avec un vampire à l’intérieur. Très vite, Stanton se révèle un frère et demande à Antoine de l’aider dans sa quête du Graal. Ce dernier oscille. Il a assez consacré de temps à rechercher des trésors. Mais à force de persuasion et bien entendu, tout ce qui relève de l’inconnu plaît toujours autant à Antoine Marcas.

De l’autre côté, le Vatican, avec son pape, a commandé une étude basée sur des analyses très poussées. Le nombre de fidèles baisse de seconde en seconde, au profit d’autres religions, notamment l’Islam. Les plus grands cardinaux se réunissent et que faut-il faire pour que les fidèles reviennent ? Leur donner du rêve, du merveilleux, un miracle. Et donc, trouver le Graal.

Marcas et Stanton vs le Vatican. Qui va trouver le Graal en premier ? Et est-ce vraiment le Graal qui est trouvé ?

Le lecteur se balade, apprend avec les uns et les autres sur les différents monuments visités, les différentes légendes, les différents écrits. De ce côté-là, comme à chaque fois, les auteurs nous offrent un roman très riche. Pour Antoine, comme toujours, c’est une véritable course contre la montre. Est-ce que les relations avec son fils, maintenant étudiant, vont s’apaiser ? J’aime toujours autant ce héros qui n’est toujours pas apaisé. Tout à fait normal avec ce qu’il a vécu. Il connaît ses faiblesses, mais ne sait pas toujours comment réagir, surtout face à ceux qu’il aime.

Je suis catholique car baptisée. Mais je ne suis pas du tout croyante et me considère comme athée. Cela fait de nombreuses années que je considère l’Eglise catholique comme une secte où pouvoir et argent sont plus importants qu’autre chose. Et de plus, certaines prises de position me hérissent franchement le poil. Dans ce roman, les auteurs nous en donnent une belle tranche où la foi, en elle-même, ne vaut pratiquement plus grand chose. C’est seulement mon avis et ce qui est décrit, même romancé, valide de plus en plus cette opinion.

Big Brother, encore et toujours et maintenant Big Data. Nous sommes pistés, harcelés via nos écrans quels qu’ils soient. On nous propose tout et n’importe quoi car les algorithmes sauraient mieux que quiconque ce qui convient à chacun. Je surfe énormément, mon smartphone est tracé, google sait tout de moi et c’est amplement suffisant. C’est ce que j’ai choisi. Mais lorsque je surfe, j’ai des oeillères, je sais que tous les bandeaux publicitaires concernent mes recherches précédentes, mais ce n’est pas pour autant que je clique dessus pour acheter. Ces bandeaux sont là et point barre et je rétrécis mon champ de vision pour me consacrer à ce que je suis en train de faire.

Allez plus qu’une enquête d’Antoine Marcas à lire, avant que les auteurs reprennent le cycle, en espérant qu’ils le reprennent. J’aurai donc fini la boucle en plusieurs années depuis la découverte du Règne des Illuminati. Dans L’Empire du Graal, quand tu as l’impression que l’histoire est finie et que tu vois qu’il te reste 100 pages à lire, tu te demandes ce qui peut encore se passer. C’est sans compter l’imagination d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne. Car c’est une autre histoire qu’ils racontent, une sorte de conte qui devrait éclairer Antoine Marcas quant à ce qu’il a vécu. J’ai été bien surprise sur ce point. Pour tout dire, L’Empire du Graal n’est pas mon préféré. Au cours des autres tomes, j’ai été bien habituée, trop peut-être, à des histoires parallèles, entre passé et présent. Cela m’a tout de même manqué ici. Même s’il existe une bonne partie historique quant à ce fameux Graal, objet de toutes les convoitises et une recherche d’Antoine et Stanton avec Perceval, les Chevaliers de la Table Ronde et le Roi Arthur, des contes, des légendes, bien réelles ou tout simplement imaginaires.

Même s’il ne veut plus résoudre d’énigmes historiques, le challenge plaît toujours à Antoine Marcas car cela lui permet de s’interroger, de mettre à l’oeuvre ses nombreuses connaissances, même si là, il en apprend beaucoup de la part de cet écrivain. En plus, il ne peut pas abandonner car ce qu’il a de plus cher au monde peut être assassiné. Personnellement, je me suis toujours interrogée sur un des personnages du roman. Et pour une fois, je ne me suis pas trompée.

Comme d’habitude, je ne sais pas qui a écrit quoi. Dois-je conserver ce mystère ? J’aimerais bien le savoir quand même. Oserais-je interroger les auteurs lorsque je l’enverrai lors d’une séance de dédicaces ?

Un conseil, il vaut mieux conserver son âme d’enfant et croire dans le merveilleux.

L’Empire du Graal de Giacometti et Ravenne

Date de sortie : 18 mai 2016

Editeur : JC Lattès

Nombre de pages : 587

ISBN : 978-2-7096-5606-1