Cartel de Don Winslow

tous les livres sur Babelio.com

Avis de Cartel de Don Winslow

Plus de 700 pages c’est extrêmement long lorsque je n’en lis qu’une cinquantaine de pages par soirée. Malheureusement, actuellement, je ne peux pas faire plus. Et malgré la Cartel de Don Winslowde ce roman et le fait que je ne me sois pas du tout ennuyée, j’étais trop fatiguée pour lire plus. En tous les cas, j’ai adoré, même si je me suis un peu perdue dans les personnages de ces cartels de drogue, cette histoire du Mexique et cette histoire de vengeances entre deux anciens amis, un trafiquant mexicain et un Américain qui enquête.

C’est une quête de plusieurs années pour Art Keller contre Adan Barrera. Ici, elle dure plus de huit ans. Mais entre l’un et l’autre, c’est encore plus long. Les deux ont été amis, très amis, mais la mort par violence de nombreuses personnes très proches d’Art Keller vont faire qu’il veut se venger d’Adan et le mieux c’est la mort. Mais la tête d’Art Keller est mise à prix et le montant ne cesse d’augmenter. L’un et l’autre vont également faire à ceux qui vont les trahir, que ce soit au sein des cartels ou ceux, dans les gouvernements et agences d’état, préfèrent compter les cartels comme des alliés. Keller et Adan sont obsédés par cette vengeance. Le premier ressent énormément de culpabilité. Adan également car ils vont perdre des personnes auxquelles ils tiennent le plus.

Ce roman est dédicacé à tous les journalistes nommés, morts ou disparus au Mexique pendant la période du roman. Certains tentent de faire leur travail, de dénoncer. S’ils touchent des pots de vins mais qu’ils ne les utilisent pas, c’est comme si c’était le cas. Il y en a bien d’autres morts aussi. Personnellement, je donnerai une spéciale dédicace à tous ceux qui ont souffert de ces luttes contre les cartels de drogues, à ceux qui ont été exécutés sommairement, toute cette population qui tente de vivre malgré tout, qui voit son pays souffrir, les régions se vider. Personne ne sait à qui il doit faire confiance.  Une des morales, les Etats-Unis ne retiennent aucune leçon. Ils sont englués dans des guerres qui ne finissent jamais. Ils profitent de ces cartels de drogue, mais cela se tait. Je pense qu’il n’y a pas que les USA. L’Europe est également en cause puisque les marchés sont, eux aussi, florissants. Quand je pense à tout cet argent dû au trafic qui occasionne autant de morts alors qu’il pourrait servir à ce que le monde aille mieux. Il existe un parallèle entre ces cartels et la lutte contre le terrorisme des états. Tout cela est très loin de chez nous mais assez près tout de même.

Le roman nous offre une étude sociologique de ce pays avec l’économie, la description des endroits et cette lutte incessante. La police est corrompue, le gouvernement aussi. Le pays est grand et tout semble pouvoir être bien régi par régions. Mais ce n’est pas le cas. Personnellement, avec ce roman, ce pays, qui ne m’attirait pas, m’attire encore moins.

Lu dans le cadre d’une Masse Critique spéciale Babelio que je remercie ainsi que les éditions Seuil.

Résumé de Cartel de Don Winslow

Un homme vit dans un monastère, au Nouveau Mexique depuis quatre ans, où il s’occupe d’abeilles.

Adan Barrera a été arrêté. Il est à l’isolement. Tout le monde veut sa mort. Transféré au Mexique, il redevient, peu à peu, le baron de la drogue.

Une femme arrive, Magda, elle devient la protégée d’Adan. L’un et l’autre vont réussir à s’évader.

Deux hommes vont informer l’homme du monastère de cette évasion. C’est Art Keller.

Cartel de Don Winslow

date de sortie : 8 septembre 2016

Editeur : Seuil

Isbn : 978-2-02-121317-7

Nombre de pages : 718

Le dernier seigneur de Marsad de Charif Madjalani

Nous sommes en mai 64. La fille de Chakib Khattar a disparu. Elle a été « enlevée » par son amoureux, employé de son père, Hamid. Son père va tout faire pour tenter de la récupérer. Mais il sera obligé de lâcher du lest, face à cette fille qui lui ressemble énormément.

Nous sommes en plein coeur du Liban avec des retours dans le passé pour bien comprendre comment la situation a évolué. Sous fond de guerre, c’est l’histoire d’un homme, Le Dernier seigneur de Marsad. Car les hommes riches, vivant dans les quartiers chrétiens de Beyrouth, sont considérés comme des personnes à qui on doit respect, honneur et allégeance.

Dans le cadre du prix littéraire Fnac, c’est le deuxième roman que j’ai décidé de lire. Il est en librairie ce jour, soit le 22 août 2013.

Ce roman ou biographie pourrait-on dire narre la vie d’une famille à Beyrouth, et en particulier du père.

Tout commence avec l’enlèvement de sa fille adorée par son employé. Enlèvement, un bien grand mot pour décrire deux jeunes gens amoureux qui veulent se marier. Tout se finit avec un des protagonistes de l’histoire, Hamid, qui nous éclaire enfin sur ce qui s’est réellement passé entre sa mère et Chakib Khattar.

L’auteur est un ami de la famille. Il narre ce qu’il a vu, entendu. Y a-t-il du romancé dans cette biographie ? Peut-être. De la haine ? Je ne trouve pas. Car on apprend qu’ami des enfants de Chakib, il a éprouvé des sentiments proches de la haine pour celui qui a détruit la fortune de son père.

Dans ce roman, nous retrouvons l’histoire de Beyrouth pendant des décennies. Lorsque certains quartiers de la ville étaient « aux mains » des familles chrétiennes orthodoxes, avant de basculer vers l’islam et se nombreuses guerres pour les prises de pouvoir. Chakib est un homme riche. Il doit sa fortune à son père mais il a su la faire fructifier. Il est comme un pacha dans son quartier. On l’écoute, on vient le voir, on veut avoir son aval. Il a également de nombreuses accointances politiques pour continuer à rester celui qui il est. Mais il cache un profond malaise. Il n’est pas assez cultivé et cela lui pèse même s’il tente de ne pas le montrer.

Comme tout père d’une nombreuse famille, Chakib ne veut pas que sa fille, en se mariant, descende d’un rang. Mais au fur et à mesure, on se rend compte qu’il existe un secret. Et ce secret, qui sera plus ou moins révélé, hantera le père toute sa vie. D’ailleurs, il ne connaîtra jamais la vérité. Chakib a plusieurs enfants. Et celui qui doit hériter ne le comble pas. Le plus jeune s’engage dans la révolution, ce qui ne plait pas à son père et les filles, n’en parlons pas. Ces enfants profitent de la fortune familiale. Un seul aurait pu s’en sortir, Hamid, ce garçon à qui il a permis de venir vivre chez lui, de faire des études, et de trouver sa place dans l’entreprise familiale. L’éducation est rigide, très stricte.

Les auteurs étrangers me permettent de découvrir une culture, une vie différentes. Mais cela se rapproche de la notre, tout de même, de ce qui a pu se vivre dans les campagnes, lorsqu’un père fait la pluie et le beau temps, que sa femme n’ose pas parler, qu’elle acquiesce à tout, qu’il ne peut rien faire contre ses enfants, ses héritiers et qui tente d’être le seigneur dans son village. Mais il y a également ces croyances, cette religion, beaucoup d’histoires, mais aussi des légendes.

Mais il y a cette dimension historique qui est hautement appréciable. Car on vit vraiment de l’intérieur ce qui a pu se passer, même si ce n’est pas détaillé comme dans les livres d’histoire. Il n’y a aucun parti pris de l’auteur. Il narre, il raconte, les colères, ceux qui ont tenté de prendre le pouvoir, les changements de régimes pas si faciles que ça, le déplacement des populations qui s’installent dans les maisons vacantes, ceux qui ont fui en laissant tous leurs biens. Le Liban change avec les forces de gauche et les Palestiniens qui sont de plus en plus forts. Chakib, jusqu’au bout, restera le pacha de son quartier. Il ne cédera rien malgré les menaces.

Il y a également ces histoires de rivalité entre quartiers, entre seigneurs de quartiers. Ils se détestent, se font la guerre mais ont tout de même un profond respect l’un envers l’autre.

Pour tout vous dire, je lui ai attribué une très bonne note. Un 9/10, ce qui en soi est vraiment très bien. J’ai vraiment adoré. Le roman est très bien construit, il n’y a pas de temps mort. Au départ, je pensais que l’histoire ne tournerait qu’autour d’Hamid et de Simone, donc je ne comprenais pas trop le titre. Mais ce dernier prend toute sa signification tout le long du roman jusqu’à la fin. L’auteur nous fait traverser les années, avec des retours dans le passé, pour nous expliquer les caractères des uns et des autres, le déroulé de l’histoire, du passé. Mais tout est bien mené. Les faits se déroulent mais il faut tout de même les comprendre/