Un évènement digne d’intérêt de Sara Barnard

Un évènement digne d’intérêt de Sara Barnard – Source Casterman Jeunesse

Présentation d’Un évènement digne d’intérêt de Sara Barnard

Caddy, alias Cadnen, vit à Brighton, au Royaume-Uni. Elle est dans un lycée privé. Ses parents ont de réelles attentes mais ils ne sont pas très présents. La meilleure amie de Caddy est Rosie.

Arrive Suzanne, une adolescente très belle et rebelle. Elle devient l’amie de Rosie. Caddy se sent un peu délaissée mais arrive à entrer dans le duo.

Lire la suite

Bodyguard Tome 3 L’embuscade de Chris Bradford

Source Casterman

Connor fête son anniversaire. Il doit passer quelques jours dans sa famille car il n’a pas de missions.

Il apprend à conduire et il apprend qu’il doit remplacer un de ses camarades pour une mission en tant que garde du corps auprès de deux jeunes Français. Il part pour le Burundi.

Le lecteur n’entre pas dans le vif du sujet et franchement j’ai eu un peu peur car, pour tout dire, je me suis ennuyée au cours des 100 premières pages. Heureusement que le reste du roman est mené tambour battant. Trop peut-être ? En effet, à un moment donné, j’ai dû m’arrêter et m’interroger. Pourquoi me focaliser sur tout ce que vivent Connor, Henri et Ambre alors que l’auteur décrit admirablement bien la savane, les animaux, la dureté de la vie ? J’ai bien fait de prendre un peu de recul car j’ai, alors, pu tout savourer. J’ai encore un petit bémol à rajouter. Ce ne sont pas des critiques négatives, loin de là, que ce premier paragraphe. Comment ont-ils pu vivre tout ce qu’ils ont vécu, sous la chaleur torride de la savane du Burundi, au milieu d’éléments hostiles, face à ceux qui les poursuivent, en vivant des aventures difficiles de cette façon ? Certes, à des moments, l’auteur nous les décrit très fatigués. Mais pour autant, quelques minutes après, ils repartent et les aventures continuent. Est-ce dû à l’adrénaline ? On pourrait le comprendre pour Connor, vu son entraînement d’élite. Moins pour Ambre, même si la jeune adolescente a quand même exercé l’escalade.

Je finis donc avec mes critiques et je m’intéresse aux personnages. Connor grandit. Il doit toujours faire face à la maladie de sa mère qui devient de plus en plus préoccupante. Sa grand-mère, dans la confidence, s’inquiète beaucoup pour lui. Elle ne veut absolument pas le voir mourir. Un dans la famille, ça suffit. Connor continue son apprentissage. Il a appris à conduire. Ses relations avec ses camarades sont de plus en plus fraternelles. Dans ce tome, l’auteur lui donne une nouvelle dimension. Il doit se débrouiller seul avec les deux jeunes adolescents qu’il doit protéger. Il doit prendre des décisions. Il se sent seul et vraiment responsable d’eux. D’ailleurs, il y a toujours cette peur d’échouer surtout que la situation est différente par rapport aux missions précédentes. Il se sent trop jeune face à ce milieu hostile, cette prise de pouvoir, ces rebelles, ces braconniers. De plus, il n’a rien pour se repérer.

Henri est, quant à lui, un tout jeune garçon, dont Connor devient le héros. Après quelques hésitations, Ambre lui fera confiance. Il faudra lire le roman pour savoir pourquoi. J’ai bien aimé ces deux enfants.

Le roman a également une dimension assez politique puisque nous avons l’histoire de la paix fragile au Burundi. Tout est fait pour éviter la guerre civile mais aussi pour se développer grâce à l’argent des puissances étrangères. Il faut également cacher ce qui pourrait faire la fortune du pays, mais aussi le déplacement des populations. Qui dit Savane, dit également braconniers qui tuent pour des trophées, pour faire commerce d’animaux…

Je remercie les Editions Casterman de me permettre de suivre les aventures de Connor. Il me tarde de lire le prochain.

Bodyguard Tome 3 L’embuscade de Chris Bradford
DATE DE SORTIE : 2 MARS 2016
EDITEUR : CASTERMAN JEUNESSE
ISBN : 978-2-203-09837-4
NB DE PAGES : 362

A la poursuite de ma vie de John Corey Whaley

A la poursuite de ma vie de John Corey Whaley – Source Casterman

Travis, 15 ans a une leucémie aigüe lymphoblastique. Grâce à la cryogénie, il revient à la vie cinq ans après. Il lui tarde de retrouver son meilleur ami, Kyle, et sa petite amie, Cate.

Mourir et renaître une seconde fois. Mourir en laissant derrière soi ceux que l’on aime le plus au monde. Revivre grâce à un donneur et la cryogénie. Mais la résurrection est difficile à vivre c’est ce que va apprendre Travis.  Malade, il a fait le choix de mourir à 15 ans, il revient 5 ans plus tard. Un laps de temps court certes mais chacun a tenté de continuer à vivre malgré la douleur. Travis est donc redevenu un adolescent mais son meilleur ami a grandi. La fille dont il était amoureux va se marier. La seule chose qui l’intéresse c est de la récupérer et il tentera tour pour le faire. Malgré les prises de conscience, l’aide de ses deux amis, la culpabilité, Travis devra se faire une place dans ce monde qui a évolué sans lui pendant 5 ans.
Le sujet de la cryogénie ne m’a pas choqué. Même si j’ai peur de mourir et souhaite vivre le plus longtemps possible, si je meurs je ne veux pas revenir. La science en est où dans ses progrès ? Le sujet fait un peu peur tout de même. L’espoir peut faire vivre mais le nombre d’années à attendre, le succès de l’opération ne sont jamais certains.

L’auteur ne nous entraîne pas dans le mélodrame, même en traitant la maladie de Travis, sa déchéance physique, avant l’opération. Pourtant, le jeune adolescent, revenu à la vie, se rappelle de certains bons moments passés avec ses deux amis et ses parents, malgré les pleurs, malgré la peau de l’inconnu. Il n’y a pas non plus de mélodrame face à cette curiosité, des fois malsaine, quand il tente de reprendre contact avec les uns et les autres. Travis est un adolescent qui se cherche, encore plus avec son opération. Tant qu’il n’aura pas réalisé que la vie a suivi son cours, il ne pourra pas faire face au retrait des uns et des autres. Eux ont aussi peur que lui. Eux ont peur de repasser par les affres de la souffrance psychologique, des pleurs, du fait d’avoir perdu quelqu’un que l’on aime.

C’est là toute la différence. Entre ceux qui restent, qui souffrent un sacré bout de temps, qui tente de survivre et ensuite de vivre et celui qui revient, comme si rien ne s’était passé, comme si seulement quelques jours s’étaient écoulés. Cela doit être dur à vivre pour les uns et  les autres. Surtout que l’auteur nous démontre que Travis ressent de la culpabilité, qu’il doit réapprendre à vivre, s’approprier son nouveau corps, se refaire des amis, comprendre ceux qu’il a laissé. Il a besoin de temps, tout comme les autres. Travis part à la découverte de tout, de son nouveau corps, de la vie même s’il se sent hors du temps, s’il a peur tout le temps. Il ne sent pas à sa place.

Tout le roman fait preuve de sensibilité, dans le traitement des émotions des uns et des autres, de la vie, des révélations. J’ai aimé me plonger dans cette histoire un peu rocambolesque, mais surtout imaginative. A noter que l’auteur finit un chapitre avec quelques mots ou une phrase qui sont le titre du chapitre suivant. Le lecteur suit dont bien la progression. D’ailleurs, je trouve que le titre du livre sonne bien. Il poursuit sa vie là où il l’a laissé ou tente de la poursuivre mais il devra s’accommoder des changements.

Je remercie Casterman pour l’envoi de ce joli roman.

A la poursuite de ma vie de John Corey Whaley

date de sortie : 7 octobre 2015

Editeur : Casterman

ISBN : 978-2-203-09727-8

Nb de pages : 397

Rush Contrat 6 Mise à mort de Phillip Gwynne

Rush Contrat 6 Mise à mort de Phillip Gwynne – Source Casterman

Dom est en vacances et il ne veut rien faire, sauf attendre son sixième contrat qui permettra de payer la dette de sa famille. Sa mère s’inquiète et pense qu’il est dépressif. Dom continue à s’interroger sur son père, ses activités.

PJ l’appelle au secours.

Et enfin c’est la rentrée en classe de seconde avec de nouveaux élèves dont une ancienne connaissance d’Italie qui veut le tuer.

Arrive le sixième contrat.

Et voilà, c’est fini. Dominic Silvagni, à 15 ans, aura-t-il réussi dans cet ultime opus, son dernier contrat pour l’organisation italienne et sera-t-il marqué au fer rouge de la lettre lettre du mot PAGATO ? Ou au contraire, échouera-t-il dans sa mission ? Pour le savoir, et sans donner des indices sur les cinq précédents tomes, si vous ne les avez pas lu, il suffit de se plonger dans ce dernier roman qui est également la quête ultime de la vérité pour ce jeune adolescent, devenu par la force des choses, un homme.

En un an, Dom a énormément grandi. Il sait comment s’en sortir, il prend seul ses décisions et toutes, qu’elles soient pour le bien de la famille, pour faire éclater la vérité, pour retrouver son amitié avec Imogen. Dom a décidé de savoir qui est derrière tout ça. On peut dire qu’il met les pieds dans le plat avec tout le monde et qu’il saura tout, ceux qui l’aident depuis les débuts, ceux qui lui en veulent ou en veulent à sa famille. Il n’a rien à cacher et les autres non plus. Il est reconnaissant toutefois à la Dette pour tout le savoir qu’il a pu acquérir sur le terrain et non à l’école, à son évolution mentale.

Phillip Gwynne n’a pas raté sa sortie. J’avais peur qu’il nous laisse sur notre faim pour traiter tous les éléments non élucidés au cours des cinq romans. Mais non. Il s’est bien débrouillé pour intégrer tout cela à l’histoire finale et sans se presser. Les évènements s’enchaînent mais sans précipitation. Il laisse le temps à Dom d’accomplir sa mission, de mettre fin à ses interrogations, qui étaient multiples. Les péripéties sont nombreuses. Les révélations également. Personnellement, je ne m’attendais pas à tout ça. De plus, l’auteur informe ses jeunes lecteurs de la fameuse crise immobilière et qui touche l’Australie et ceux qui ne peuvent plus rembourser leurs crédits. Le début commence fort avec cette odeur de chair brûlée que l’on peut ressentir.

Je ne regrette absolument pas d’avoir lu une telle série même si elle est destinée aux jeunes adolescents. Je me suis laissé prendre au jeu, à la quête de Dom et surtout au style de l’auteur qui marie à merveille le polar, les voyages, l’histoire, la quête et des personnages attachants.

Je remercie Casterman pour l’envoi de toute cette série. D’ailleurs, les romans sortent en format poche avec un nouveau visuel très attrayant et plus angoissant.

Rush Contrat 6 Mise à mort de Phillip Gwynne

date de sortie : 7 octobre 2015

Editeur : Casterman

ISBN : 978-2-203-09110-8

Nb de pages : 380

Les petits flaps – 3 tomes de Claudia Bielinsky, Bérengère Delaporte, Émile Jadoul

Les Editions Casterman lancent une série pour les petits. Une série signée par Claudia Belinsky, Les petits Flaps. Les petits Flaps de Claudia Bielinsky, ce sont j’enlève tout !, tome 2, où est maman éléphant de Bérengère Delaporte, tome 3.

Pour donner envie aux enfants de lire, il faut s’y prendre très tôt et leur raconter des histoires. Les livres, pour les plus petits sont nombreux. Il y a de tout. Cela leur permet de voir de belles images, de toucher également, d’apprendre. Ma fille, qui a maintenant 20 ans et qui est une lectrice assidue, aurait vraiment aimé ces petits livres. Lorsqu’elle était petite, nous avions énormément d’imagiers. Dès le début, un avait sa préférence. Il nous a fait de nombreuses années. Toute petite déjà, elle était très précautionneuse. Ses livres n’ont pratiquement jamais été abimés. Au fil des mois, des ans, sa collection de livres s’est énormément agrandie. Le livre a toujours fait partie de nos achats dans la famille. Et cela continue.

Lire la suite

Rush Eaux troubles de Phillip Gwynne

Rush Eaux Troubles Tome 5 de Phillip Gwynne

Dom est sûr que sa prochaine mission donnée par La Dette est de retrouver l’or de Yamashita mais il attend toujours cet ordre et ça dure. Suivant les conseils de son père et de son grand-père, il faut que ce soit lui qui provoque cet ordre. Ce qu’il fait en commençant à enquêter lui-même sur le lieu où se trouve cet or. Il se met, pour cela à la natation, ayant abandonné le demi-fond.

Je voulais mettre du temps, savourer ce cinquième tome de Rush. Mais lancée dans l’histoire, je n’ai pas pu arrêter, avalant les pages pour connaître les différents dénouements donnés à l’histoire principale et aux histoires annexes.

Cinquième tome de Rush. Et je me suis rendue compte qu’entre le premier et le cinquième, juste six mois se sont écoulés. Et quels mois ! Ils ont permis à Dominic de grandir, d’évoluer. Si auparavant, il fonçait, ne sachant pas trop à quoi s’attendre, là, tous ses actes dépendent pratiquement de La Dette et de ces contrats. Même s’il fonce dans ses missions, dans ses actes, je ne le trouve absolument pas tête brûlée. Il prend des risques, certes, mais les éléments extérieurs et surtout les personnages lui en font voir de toutes les couleurs, le mettent au pied du mur, le testent pour voir s’il est fiable, si on peut lui faire confiance.

Sans l’air d’y toucher, son père et son grand-père l’aident. Ils acceptent sans discuter les décisions prises par Dom, ses envies. Ils savent que c’est pour son bien et qu’il doit accomplir ses missions afin qu’on ne lui ôte pas la livre de chair.

Même si les tomes sont distincts les uns des autres, les histoires sont toutes liées et je pense qu’il faut tous les lire pour bien saisir ce qui se passe, même si un bref rappel est effectué au début. En effet, Dom est toujours harcelé par SMS avec des messages très inquiétants, concernant sa vie, en latin.

Phillip Gwynne instaure, sans souci, la tension au fil des pages. Chaque situation rencontre ces éléments de tension, assez différentes. Mais les éléments principaux du roman sont l’océan et également la tempête. Même, si à chaque fois, Phillip Gwynne nous fait voyager, je trouve que dans ce roman, c’est encore plus flagrant car les paysages, même sous les éléments déchaînés, sont absolument magnifiques sous sa plume.

Comme je le disais déjà auparavant, je vais quitter avec grand regret les aventures de Dom. Mais dans le dernier et sixième tome, il aura pas mal de choses à régler concernant le passé de sa famille, sa relation avec Imogen qui n’est vraiment pas au beau fixe.

Bravo encore une fois Mr Phillip Gwynne. Une série jeunesse qui ne connaît absolument aucun temps mort et les tomes sont aussi bien les uns que les autres.

Merci aux Editions Casterman pour leur confiance.

Rush Eaux Troubles Tome 5 de Phillip Gwynne

date de sortie : 6 mai 2015

Editeur : Casterman

ISBN : 978-2-203-09108-5

Nb de pages : 304

Refuges d’Annelise Heurtier

Refuges Annelise Heurtier

Mila habite à Rome avec ses parents. Elle est interne dans un lycée, par choix. C’est le temps des vacances. Son père, et elle a accepté, lui a proposé de retourner à Lampedusa, dans la demeure familiale, six ans après leurs dernières vacances là-bas. La grand-mère est morte et quelques travaux sont à effectuer.

Arrivée là-bas, Mila décide de fuir ses parents et de retrouver le Lampedusa de son enfance et de passer ses journées dehors pour visiter. Une rencontre avec une jeune fille lui permettra de se remettre en question. 

Lorsque l’on est jeune, on ne s’intéresse pas forcément à des faits d’actualité, surtout lorsqu’un évènement très important pour la vie de famille l’a en partie détruite. C’est le cas de Mila. Pourtant, il suffira d’une rencontre pour qu’elle fasse la paix avec elle-même, avec sa famille et devenir une jeune fille qui comprendra que le malheur peut arriver n’importe où et n’importe quand.

J’ai éprouvé énormément d’affection pour tous les personnages. Certains sont forts mais cachent également bien leurs faiblesses. Et il y a, ensuite tous ces jeunes, qui tentent de gagner l’Europe. Le prix à payer est énormément cher, coups, viols pour les filles, argent dérobé, arrestation, mer déchaînée, faim, soif, esprit qui s’évade pour tenter de survivre, perte de compagnons d’infortune. Ils ont ce rêve de vouloir mener une vie où ils ne seront pas arrêtés à tous les coins de rue, où ils ne seront pas obligés de servir l’armée pendant des décennies, où la peur est omniprésente. Il y en aurait tellement à dire de ces personnes qui viennent d’Erythrée et d’ailleurs. Dans ce roman, il y a une progression concernant l’histoire de ces jeunes qui veulent tenter de joindre Lampedusa, leur fuite. Les chapitres qui leur sont consacrés relate la vie de l’un en Erythrée, les tentatives de départ de l’autre… jusqu’à la tentative d’arrivée à Lampedusa. Rendons leur hommage en les nommant : Amir, Saafiya, Amanuel, Meron, Dietros, Mebata, Gebriel, Awat. Le jeune lecteur apprend donc qu’il faut des années pour préparer une fuite. Il faut mettre de l’argent de côté, ne pas tenter de partir sur un coup de tête. Il faut tenter de prévoir mais la réussite n’est pas assurée. Ceux qui partent laissent une famille derrière eux. Sans un regard en arrière mais toujours en pensée, ils savent que ceux qui restent peuvent être arrêtés. Les années à passer dans des camps de réfugiés jusqu’à avoir l’argent nécessaire pour payer payer le passeur sont le lot de pratiquement tous.

Mila se sent libre par rapport aux autres mais elle souffre également. Pour elle, son père est un héros. Elle est toujours en admiration, même s’il a mis en suspens son travail pour porter à bout de bras sa famille et surtout sa femme. D’ailleurs, Mila en veut énormément à sa mère et surtout à Michele. Elle était une petite fille heureuse jusqu’à ce fameux jour de juillet. Elle n’a jamais retrouvé les sourires, les rires et la douceur de vivre de son enfance. Elle n’a plus ses parents. 

Avec Mila et ces jeunes gens, l’auteur démontre à son lecteur que l’on ne souffre pas de la même façon. Certaines souffrances, toutefois, peuvent être comprises et transformées pour venir en aide, avec les moyens dont on dispose, pour ceux qui ne peuvent pas se défendre et qui souffrent encore plus.

J’ai lu une belle leçon de courage et je remercie Casterman pour cette magnifique découverte.

Refuges d’Annelise Heurtier

date de sortie : 15 avril 2015

Editeur : Casterman

ISBN : 978-2-203-09109-2

Nb de pages : 240