La frontière de Don Winslow

La frontière de Don Winslow - Harper Collins Noir

La frontière de Don Winslow – Harper Collins Noir

Présentation La frontière de Don Winslow

2017, Art Keller est aux Etats-Unis. Il est en butte contre toutes les autorités. Qui veut l’anéantir. Il est avec Mari, mais une fusillade éclate. Il tente de sauver un grand nombre de personnes.

Retour cinq ans en arrière au Guatemala, Art Keller traque son ennemi juré, Barrera, qui était devenu son allié dans le trafic de drogue pour éliminer une grand partie des narcos.

Avis La frontière de Don Winslow

Comment écrire une critique sur ce monstre, sur cet ovni de près de 850 pages ? Je n’en sais absolument rien tellement il y aurait à dire, mais ce serait dévoiler tant de choses et l’ultime. J’ai eu énormément de mal à lire La frontière dû à un énorme état de fatigue. Je ne lisais que quelques pages par jour, à mon grand désespoir. Je n’avançais pas, ce qui fait que je n’ai pas réellement apprécié ce roman, cette fin, à sa juste valeur. Mais je l’ai déjà dit, il va falloir que je lise le premier roman de la trilogie, avant tout, pour bien comprendre Art Keller, même si La frontière détaille à nouveau tout ce qu’il faut. Donc, quand je serai dans un état, sans stress, soit peut-être pendant trois semaines de vacances, je lirai la trilogie de bout en bout. Après ce petit aparté, place à, si je puis l’écrire, mon avis.

Art Keller a décidé que c’était sa dernière mission contre les cartels de la drogue. Il semble avoir eu ce qu’il voulait. Mais on lui propose le poste de directeur de la DEA. Il hésite à accepter. Il se marie à Marisol et ensemble ils vont partir à Washington. A la DEA, Art Keller se rend très vite compte qu’il n’a pas que des amis. Sa réputation sulfureuse fait qu’il doit bien choisir ceux en qui il peut avoir confiance. Lors de son travail, il se rend compte que la drogue fait encore plus de ravages au sein de la population américaine. L’héroïne est arrivée et elle tue. Il va essayer de s’entourer de personnes qui veulent combattre ce fléau. Entre missions d’infiltration, enquêtes au plus haut niveau, révélations à certaines personnes, il faut faire tomber ce cartel mexicain. Car le chef du cartel est semble-t-il mort. Et tous ceux qui veulent prendre sa place s’entretuent, aidés ou pas par les autorités américaines et mexicaines. Mais certains sont en prison et aussi en prison, ils ont du pouvoir. Mais, malheureusement pour Art Keller, les élections américaines sont proches et qui dit changement de président, dit changement au sein des nombreuses institutions américaines. Gardera-t-il son poste ou comme d’habitude, est-ce qu’il gêne ? Il va amasser tout ce qu’il lui faut pour démontrer que tout est une question de pouvoir et de politique. Mais face à ces pouvoirs, va-t-il dire la vérité sur tout ce qui s’est passé au cours de sa carrière, sur ces derniers mois passés au sein de la DEA et donc risquer la prison, ou va-t-il laisser filer ?

On assiste, encore et toujours, à des guerres de pouvoir, des guerres où la population paie énormément au niveau des meurtres, mais aussi les gens qui ont du pouvoir dans les cartels mexicains. Ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère quand il s’agit de faire mourir les gens, leurs ennemis ou leurs anciens amis.

Les décisions sont dures à prendre, surtout lorsque l’on a de nombreuses choses à se reprocher, que l’on a tenté de lutter contre le crime organisé, contre des instances très importantes. Ce roman est une charge contre une politique américaine qui a duré de nombreuses années et qui dure encore. Les alliances se sont créées. Des millions sont en jeu, tout comme des alliances. Et ce au mépris des êtres humains. Un roman très fort qui détaille encore et toujours ce qui se fait ou ce qui peut se faire. Un roman qui démontre très bien qu’il reste encore beaucoup à faire contre la drogue, qu’il faut prendre des décisions pour aider et non enfermer, puisque les trafics peuvent se réaliser, même en prison. De nombreux américains se droguent. Pourquoi ? La réponse est donnée et on peut la comprendre. Enfin, cela a été mon cas.

Quand un écrivain donne des pistes. Peuvent-elles être suivies d’effets ? Pas forcément, mais Don Winslow fait l’éducation de ses lecteurs, il les pousse à s’interroger, à appréhender d’une autre façon la drogue, les instances politiques, les cartels et tout cet argent qui transite. Quand ce sont des millions, voire des milliards qui sont en jeu et qui font vivre de nombreux gouvernements, bien entendu, malgré les beaux discours politiques, ils ne veulent pas que cette manne soit rompue. Et les gens souffrent, ils n’ont pas de travail, ils n’ont pas de quoi vivre décemment, on annonce que les pays sont endettés, qu’il faut travailler plus et plus longtemps – pour la France. Alors qu’il y a de l’argent et beaucoup d’argent qui permettrait aux citoyens de vivre décemment.

Dans son roman, il donne également une place à tous ceux qui fuient le Mexique, ces pays d’Amérique latine, pour trouver l’Eldorado aux Etats-Unis. Et comment cela se passe-t-il ? Cela fait froid dans le dos ce long voyage où nombreux sont ceux à mourir ou à être expulsés chez eux, s’ils arrivent à entrer. 

Je regrette les quelques coquilles, soit de la traduction, soit de l’impression, car je me suis aperçue, à certains moments, qu’il manquait des mots. Cela ne gêne pas la lecture. Mais bon,

Merci à Don Winslow d’avoir mis autant de temps à écrire cette trilogie, qui a demandé énormément de travail, de nombreuses références. 20 ans, c’est long pour écrire des livres, mais ce sont 20 ans qui permettent de voir l’évolution du monde, l’évolution de cette Amérique qui peut faire rêver mais qui est franchement contradictoire.

Je pense que Don Winslow va faire partie de mes auteurs favoris, suite à ses trois derniers romans lus. Et comme il est assez prolifique, cela donne un grand nombre de romans.

La frontière de Don Winslow

Date de sortie : 16 octobre 2019

Editeur : Harper Collins

Nombre de pages : 848

ISBN : 9791033903697

Corruption de Don Winslow

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Corruption de Don Winslow

Denny Malone est en prison, une prison fédérale. 

Denny Malone fait partie du NYPD et notamment son unité d’élite, la Task Force. New York et plus particulièrement son district sont son royaume. Denny Malone est le roi. Un roi déchu ? Un roi corrompu ?

Avis Corruption de Don Winslow

Denny Malone est un flic corrompu et bien plus. Il est le roi de la Task Force, l’unité d’élite du NYPD. Il est le roi de sa juridiction. Sera-t-il un roi déchu ? Denny Malone n’est pas un personnage antipathique, loin de là. Mais pas très sympathique, non plus. Dans ce roman, digne d’un scénario de cinéma – en cours d’adaptation – Don Winslow, maîtrise parfaitement son sujet. Il ne juge pas le héros. Et le lecteur non plus. Car qui sommes-nous pour juger les actes d’un policier, aux prises avec la pègre, la drogue, les hautes instances ? Le seul qui sera à même de juger, de se juger, est Denny. Car si Denny tombe, il ne tombera pas tout seul. 

Le roman commence avec Denny qui se trouve dans une prison fédérale. Pourquoi ? Ensuite, le lecteur le suit dans son travail quotidien, avec ses collègues, aux prises avec des trafiquants de drogue, des hommes armés, avec en toile de fond, ce qui peut mettre le feu aux poudres, les arrestations arbitraires et la mort de personnes de couleur. Denny veut que son quartier soit sûr. Et pour ça, il va mettre le paquet, même s’il franchit, bien souvent, la ligne jaune et une grosse ligne jaune. Denny veut, avant tout, protéger sa famille, ses coéquipiers qui sont comme des frères pour lui. Il a tout vu, tout entendu, de la part des uns et des autres. Il doit faire du chiffre et qu’importe les moyens, tant que personne ne s’entretue, tant que la drogue ne circule pas dans les rues. Au cours de sa carrière, il a eu affaire à quantité de mafieux, de familles. Il a noué des liens. Mais l’arrivée de nouvelles communautés change la donne et les échanges entre les uns et les autres. Denny défend la veuve et l’orphelin et il ne supporte pas que l’on s’en prenne aux femmes et aux enfants. Dans ces cas-là, il voit rouge.

Denny, dans ce roman, avec tous les rebondissements, se convainc que rien ne peut lui arriver, que de toutes façons, il retombera sur ses pattes, qu’il peut négocier, que rien ne lui sera refusé. Mais il va tomber de haut et les autres avec lui. Même s’il ne veut pas balancer ses collègues, les autres arrivent à être plus forts que lui. Jusqu’à quel point ? Cela, le roman nous le dira. Même s’il y a quelques retours en arrière, le roman ne faiblit jamais.

Avec déjà dix neuf romans publiés et seulement deux lus, Cartel et Corruption, vous savez ce qu’il me reste à faire. Tout lire de Don Winslow car je ne me lasse pas des histoires et du style de l’auteur. Comme je l’ai écrit sur Instagram et sans avoir lu les petites phrases qui émaillent la couverture, on dirait que Don Winslow a travaillé pour la police new-yorkaise tellement le réalisme est bien là. En tous les cas, un roman sur la corruption aussi intense, je n’avais jamais lu. C’est chose faite. On assiste à tous ces questionnements, ses prises de position et aussi de risques. Quand on est un simple flic, même protégé, avec de hauts faits d’armes, encensé par les uns et les autres, on n’est jamais à l’abri. Comme je l’écrivais, ce roman est brillant de réalisme, les personnages sont extrêmement fouillés. Même si je n’ai pas eu d’affection particulière pour Denny, j’ai suivi avec extrêmement d’attention toute son aventure. Ce roman ne se lâche qu’à la fin. 

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique spéciale et les Editions Harper Collins. Ce sont des épreuves non corrigées. Je ne sais pas ce que donne le roman réellement paru. Mais il n’y avait rien à jeter.

Corruption de Don Winslow

Date de sortie : 7 novembre 2018

Editeur : Harper Collins

Nombre de pages : 575

ISBN : 979-1-0399-0189-1

Cartel de Don Winslow

tous les livres sur Babelio.com

Avis de Cartel de Don Winslow

Plus de 700 pages c’est extrêmement long lorsque je n’en lis qu’une cinquantaine de pages par soirée. Malheureusement, actuellement, je ne peux pas faire plus. Et malgré la Cartel de Don Winslowde ce roman et le fait que je ne me sois pas du tout ennuyée, j’étais trop fatiguée pour lire plus. En tous les cas, j’ai adoré, même si je me suis un peu perdue dans les personnages de ces cartels de drogue, cette histoire du Mexique et cette histoire de vengeances entre deux anciens amis, un trafiquant mexicain et un Américain qui enquête.

C’est une quête de plusieurs années pour Art Keller contre Adan Barrera. Ici, elle dure plus de huit ans. Mais entre l’un et l’autre, c’est encore plus long. Les deux ont été amis, très amis, mais la mort par violence de nombreuses personnes très proches d’Art Keller vont faire qu’il veut se venger d’Adan et le mieux c’est la mort. Mais la tête d’Art Keller est mise à prix et le montant ne cesse d’augmenter. L’un et l’autre vont également faire à ceux qui vont les trahir, que ce soit au sein des cartels ou ceux, dans les gouvernements et agences d’état, préfèrent compter les cartels comme des alliés. Keller et Adan sont obsédés par cette vengeance. Le premier ressent énormément de culpabilité. Adan également car ils vont perdre des personnes auxquelles ils tiennent le plus.

Ce roman est dédicacé à tous les journalistes nommés, morts ou disparus au Mexique pendant la période du roman. Certains tentent de faire leur travail, de dénoncer. S’ils touchent des pots de vins mais qu’ils ne les utilisent pas, c’est comme si c’était le cas. Il y en a bien d’autres morts aussi. Personnellement, je donnerai une spéciale dédicace à tous ceux qui ont souffert de ces luttes contre les cartels de drogues, à ceux qui ont été exécutés sommairement, toute cette population qui tente de vivre malgré tout, qui voit son pays souffrir, les régions se vider. Personne ne sait à qui il doit faire confiance.  Une des morales, les Etats-Unis ne retiennent aucune leçon. Ils sont englués dans des guerres qui ne finissent jamais. Ils profitent de ces cartels de drogue, mais cela se tait. Je pense qu’il n’y a pas que les USA. L’Europe est également en cause puisque les marchés sont, eux aussi, florissants. Quand je pense à tout cet argent dû au trafic qui occasionne autant de morts alors qu’il pourrait servir à ce que le monde aille mieux. Il existe un parallèle entre ces cartels et la lutte contre le terrorisme des états. Tout cela est très loin de chez nous mais assez près tout de même.

Le roman nous offre une étude sociologique de ce pays avec l’économie, la description des endroits et cette lutte incessante. La police est corrompue, le gouvernement aussi. Le pays est grand et tout semble pouvoir être bien régi par régions. Mais ce n’est pas le cas. Personnellement, avec ce roman, ce pays, qui ne m’attirait pas, m’attire encore moins.

Lu dans le cadre d’une Masse Critique spéciale Babelio que je remercie ainsi que les éditions Seuil.

Résumé de Cartel de Don Winslow

Un homme vit dans un monastère, au Nouveau Mexique depuis quatre ans, où il s’occupe d’abeilles.

Adan Barrera a été arrêté. Il est à l’isolement. Tout le monde veut sa mort. Transféré au Mexique, il redevient, peu à peu, le baron de la drogue.

Une femme arrive, Magda, elle devient la protégée d’Adan. L’un et l’autre vont réussir à s’évader.

Deux hommes vont informer l’homme du monastère de cette évasion. C’est Art Keller.

Cartel de Don Winslow

date de sortie : 8 septembre 2016

Editeur : Seuil

Isbn : 978-2-02-121317-7

Nombre de pages : 718