Ueno Park d’Antoine Dole

Ueno Park Antoine Dole

Ueno Park Antoine Dole

Résumé Ueno Park d’Antoine Dole

C’est Hanami, la fête des Cerisiers. A Ueno Park, tout le monde s’y rend de bonne heure pour pouvoir profiter de l’arrivée du printemps et de l’éclosion des fleurs. C’est le cas également de huit jeunes japonais qui ne se connaissent pas.

Avis Ueno Park d’Antoine Dole

Nouveau roman pour moi d’Antoine Dole. Un roman qui nous emmène au Japon au moment de la fête des cerisiers, Hanami. Il nous retrace une tranche de vie de huit jeunes, garçons et filles. Huit jeunes qui souffrent dans ce Japon, loin d’être idyllique comme on pourrait le croire.

  • Ayumi est une jeune fille qui a passé deux ans de sa vie enfermée sans voir personne. Elle ne pouvait plus assurer ce que l’on demandait d’elle, d’être la petite fille parfaite.
  • Sora se maquille. Garçon, fille, il veut vivre comme il l’entend sans le regard méprisant des autres qui le jugent différent.
  • Fuko est une jeune fille atteinte de leucémie. Elle va mourir mais elle veut laisser de la joie à sa soeur et des souvenirs qu’elle pourra chérir.
  • Natsuko se fait payer par des hommes. Mais attention elle ne couche pas. Elle est en butte contre la concupiscence de ces derniers.
  • Haruko a vécu un tremblement de terre et un tsunami en 2001. Avec un père disparu, on attend beaucoup de lui, qu’il fasse aussi bien.
  • Daïsuké vend des crêpes. Il ne voulait pas étudier.
  • Aïri souhaite déclarer à Makoto qu’elle l’aime. Mais elle l’attend tant et plus. Viendra-t-il ?
  • Nozomi est SDF. Il a décidé de partir de chez lui pour éviter que sa mère s’échine tant et plus pour lui et sa soeur.

Beaucoup de pression sur les épaules de ces jeunes, beaucoup trop de pression. Cela me rappelle celle de la France dès le plus jeune âge pour les enfants, à l’école. Conditionnés pour réussir sinon ils sont laissés sur le carreau. Pas étonnant qu’il y ait autant de monde en pédopsychiatrie et psychiatrie. Beaucoup ne s’amusent pas, ils intériorisent énormément, comme dans Ueno Park.

Toujours être parfait, ne pas broncher, ne pas se révolter, toujours se taire. De toutes façons, personne ne comprendrait. Ce serait une mise au ban de la société, déjà régie par de nombreux codes. Selon l’histoire familiale, il est impossible de vivre leur comme ils l’entendent. C’est être seul mais entouré de beaucoup de monde. Est-ce propre aux pays d’Asie de ne pas se parler, surtout en famille ? Certains adultes travaillent beaucoup pour que leurs enfants puissent vivre. Ces derniers ont vite compris que leur destin était déjà écrit et qu’ils ne doivent pas  se confier. Seraient-ils de toutes façons entendus ? Difficile donc de faire valoir ce que l’on est, ce que l’on ressent au plus profond. Ces jeunes démontrent qu’ils ont une vie à laquelle ils doivent se soumettre.

L’arrêt des études et un petit boulot entraîne la perte des amis, l’impossibilité de prendre son indépendance et surtout ne plus être pris en considération par tous et le gouvernement. Ils ne comptent plus. Sont-ils plus malheureux que ceux qui travaillent de nombreuses heures et ne profitent pas de leur argent ?

Est-ce que ce renouveau de la nature peut être un renouveau d’une vie, d’une situation ? Ou est-ce que c’est vraiment éphémère comme cette floraison qui dure très peu de temps ? Antoine Dole dénonce l’absurdité, le fait que l’on n’accepte pas celui qui est différent, une violence qui peut être gratuite. Si jeunes, les peurs ne doivent pas être montrées. Et il y a également les situations vécues par les jeunes filles et les femmes. Ce qui aurait pu passer pour un moment merveilleux, à partager, soit Hanami, se trouve vraiment gâché par ces histoires qui font réfléchir. Mais le roman finit sur une note positive avec une très belle lueur d’espoir. J’ai beaucoup aimé lire ces histoires, réfléchir pas mal à tout ce que j’ai lu, à trouver des parallèles aussi. Petite question pour l’auteur. Chaque chapitre est dédié à un personnage. Est-ce que les inscriptions en dessous du nom correspondent au prénom japonais ?

Je remercie Actes Sud Junior pour cette lecture de la rentrée littéraire 2018 et surtout Antoine Dole pour la belle dédicace.

Ueno Park d’Antoine Dole

Date de sortie : 22 août 2018

Editeur : Actes Sud Junior

Nombre de pages : 128

ISBN : 978-2-330-10827-4

Publicités

Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Naissance des coeurs de pierre d'Antoine Dole

Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Avis Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Un bon petit roman que Naissance des coeurs de pierre. J’écris petit car il contient peu de pages mais qui sont très efficaces pour les adolescents à qui ce roman est destiné, mais aussi pour les adultes. Et ce jusqu’au dénouement final. La 4ème de couverture que j’ai survolé vers la fin en dit peut-être un peu trop à mon goût.

L’auteur consacre, alternativement, des chapitres à Jeb, jeune garçon de 12 ans, et à Aude, qui a 16 ans. Le lecteur sait qu’à un moment ou un autre ils vont être liés. Mais comment ? Jeb est donc ce jeune garçon qui vit avec sa mère dans une communauté. Il doit subir une intervention car à son âge il doit absolument entrer dans le Programme. Toutes les personnes qui vivent dans cette communauté n’éprouvent plus aucun sentiment, c’est contraire à la Loi. Pourtant Jeb en éprouve et c’est difficile pour lui de ne pas les montrer. Sa mère est froide avec lui et elle n’a aucun geste tendre envers lui. Elle se conforme aux lois et pour Jeb, cela doit être pareil. Pourtant, au moment de l’intervention, un événement va se produire qui va conforter Jeb dans ce qu’il sent et ressent. Aude est une jeune fille de 16 ans. Elle entre au lycée et a de lourdes responsabilités sur ses frêles épaules. Elle subit moqueries, harcèlement de la part des autres élèves. Elle a décidé de s’isoler et rencontre un surveillant de son lycée. Ce sera sa bouffée d’oxygène, sa bouée de sauvetage. Cela lui permet de survivre, un temps, à tout ce harcèlement.

Le lecteur suit le cheminement de Jeb, d’Aude jusqu’à la révélation finale. Jeb s’est donné comme mission de sauver sa mère. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le manque d’amour qu’ils rencontrent. Je trouve Aude peu aimée par ses parents.  Outre la pression mise, ils pourraient être plus bienveillants envers elle. Aude s’isole de plus en plus, ne raconte rien de ses souffrances car cette jeune fille souffre énormément. Elle croit rencontrer l’amour mais ce ne sera pas le cas. Quant à Jeb, il veut tenter de faire réagir sa mère. Mais dans cette communauté, aucun geste tendre n’est permis. Ils sont abrutis par les cachets, ils ne doivent pas être un danger. J’ai perçu de nombreuses émotions mais aussi de la terreur car ils ne savent pas comment faire taire leurs pensées, l’un et l’autre. Ils ne doivent absolument rien montrer. L’auteur nous décrit très bien les affres par lesquels ils passent, leurs douleurs.

L’auteur dénonce les dérives que peuvent rencontrer les enfants, les adolescents qui ne sont pas protégés. Harcèlement moral, harcèlement scolaire de la part de leurs condisciples mais aussi ces prédateurs sexuels qui sont à l’affût de la moindre faiblesse. L’adolescence est un cap difficile si l’enfant n’est pas entouré. Il ne doit pourtant pas être étouffé pour se faire son propre avis, ses propres armes. Mais le danger est partout dans cette société arriviste, nombriliste où c’est chacun pour soi. Malgré tout, même si ce roman permet aux jeunes lecteurs de s’interroger, d’échanger, il reste de l’espoir car même une toute petite dose d’amour peut faire la différence.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior pour ce roman.

Résumé Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Jeb doit avoir un entretien avec le Préparateur. Cela va décider de son avenir. Il tente de communiquer avec sa mère mais rien ne sort. Elle ne semble pas avoir de sentiments pour lui.

Pour Aude, c’est la fin des vacances. Elle entre en seconde dans un lycée où elle ne connait personne. Elle n’a toujours pas préparé ses affaires, au grand dam de sa mère.

Naissance des coeurs de pierre d’Antoine Dole

Date de sortie : 17 janvier 2018

Nb pages : 147

Editeur : Actes Sud Junior

ISBN : 978-2-330-08141-6