L’enfant de mon mari de Deborah O’Connor

L'enfant de mon mari - Deborah O'Connor

L’enfant de mon mari – Deborah O’Connor

Résumé Avis L’enfant de mon mari de Deborah O’Connor

Un enfant est enlevé par une femme

Heidi s’arrête pour acheter une bouteille de vin dans un quartier qu’elle ne connaît pas et où elle ne se rend jamais.

Elle voit un jeune garçon. Pour elle, c’est l’enfant disparu de son mari.

Avis L’enfant de mon mari de Deborah O’Connor

Toujours pas un coup de coeur, mais presque. Pourtant j’ai vraiment bien aimé ma lecture. Mais qui a pu enlever Barney ? Tout le long du livre, je me suis interrogée. Le père, la mère, l’officier de police ? Les indices peuvent s’accumuler contre l’un, l’autre. Mais rien n’est facile. D’ailleurs, Heidi s’en rend très vite compte, surtout qu’on lui met des bâtons dans les roues, que ce soit dans sa vie professionnelle et privée. Mais elle est tenace. Elle veut suivre son intuition. Elle n’aura de cesse que de découvrir la vérité lorsqu’elle rencontre cet enfant. Elle y arrivera. Pour cela, elle fera des découvertes chez elle, auprès de son mari, auprès de l’ex-femme de son mari et des gens qu’elle va rencontrer.

J’ai suivi le périple de ce couple qui semble s’aimer, Heidi plus que Jason. Ce dernier est un personnage tout de même assez froid, secret. Bien entendu, on peut le comprendre avec la perte d’un enfant dont les recherches sont toujours en cours. Mais il reste trop campé sur ces positions. Pour son fils, il tient un véritable journal de bord sur toutes les pistes qu’il a fallu remonter et qui se sont révélées fausses. Il lui reste les portraits robots effectués par la police et qui montrent Barney à différents âges. Mais ces portraits ne sont qu’une esquisse. Il pense qu’il reconnaîtra automatiquement son fils et inversement car les liens sont trop forts. Au fur et à mesure de l’avancée du livre, on en sait plus sur la vie de Jason, de Barney et de Vicky. Un mariage très jeune, un enfant rapidement. Même sans la perte de leur enfant, auraient-ils continué à vivre ensemble ?

L’auteur nous détaille avec force détails les sentiments d’Heidi et de Jason. Comment on peut essayer de se reconstruire après la perte d’un enfant. D’ailleurs, pour Heidi, les détails de la mort de sa fille sont donnés au compte goutte. On en apprend aussi sur leur rencontre, sur ces disparitions qui ont été médiatisées et comment ils doivent gérer cela au quotidien. Car ils sont connus et les profiteurs, de tout bord, sont bien là. Elle apprendra, également, à connaître son mari, avec cette histoire. Je peux imaginer très bien ces quêtes, l’espoir qui fait revivre ou qui s’anéantit. Il y a également ce quotidien fait de condoléances. La vie doit reprendre le dessus, les gens qui ont perdu un enfant doivent travailler, subvenir à leurs besoins.

Heureusement qu’Heidi a son souvenir fétiche qu’elle peut utiliser à tout moment qui lui permet de se calmer quand la situation est trop tendue. Sa fille est en elle et avec elle. Les souvenirs, que l’on pensait oublier, peuvent également affluer. Ils sont comme une petite bouffée que l’on chérit et que l’on garde bien précieusement. Très psychologique, ce roman débute par l’enlèvement d’un enfant. On saura à la fin quel enfant c’est mais aussi la situation de cette fuite. L’auteur joue avec nos nerfs avec ce prologue mais aussi la fin. D’ailleurs, j’ai dû en relire quelques pages avant de bien comprendre qui était concerné. L’auteur nous offre aussi une réflexion sur ceux qui ont été enlevés et qui sont aimés par leur nouvelle famille. Ont-ils oublié l’ancienne ? Je ne le pense pas pour ma part.

Il y a un petit hic toutefois. Comment Heidi peut-elle fait autant de bruit avec ses talons pour se sauver alors qu’elle sait qu’un homme est dans le couloir, même s’il ne la voit, pour attendre l’ascenseur ? Excuse de premier roman mal relu par les éditeurs ?

Je remercie Netgalley et les Editions Presses de la Cité.

L’enfant de mon mari de Deborah O’Connor

Date de sortie : 18 janvier 2018

Nb pages : 352

Editeur : Presses de la Cité

ISBN : 9782258138391

Publicités