Le règne des Illuminati de Giacometti et Ravenne

Le règne des Illuminati de Giacometti et Ravenne – Source Fleuve Editions

Le règne des Illuminati de Giacometti et Ravenne, Présentation

Kennedy rencontre le nouveau Pape en secret qu’il l’informe que la mort est proche.

Damien Heller tente de supprimer l’Abbé Emmanuel. Il est assassiné à son tour mais cela passe pour un suicide. La Juge Gardanne a mené son enquête qui risque de ne pas déboucher sur un procès. Mais un élément déconcertant l’oblige à contacter un ami Franc-Maçon qui fait appel à Antoine Marcas. Actuellement en congé, il peut se consacrer à ce début d’enquête. Il rencontre divers personnages hauts placés mais il est également suivi et la mort rode, très proche.

Avis Le règne des Illuminati de Giacometti et Ravenne

Il y a tellement à dire sur ce roman que je ne sais par où commencer sans trop en dévoiler car tel n’est pas le but du jeu, n’est-ce pas !

Pour commencer, lorsque le roman est paru, je pensais que c’était un document sur les Illuminati. La faute de ne pas lire les 4ème de couverture, même en les achetant. Avant de lire le roman, j’ai lu les avant pages et je me suis aperçue qu’il y avait déjà au moins huit enquêtes de Marcas. Mince ! Des achats en perspective (pas ça le mince), mais je n’aime pas lire des enquêtes avec un personnage déjà récurrent où il y a des références aux anciens romans. J’ai persévéré. Dans ce cas-là, cela ne gêne pas le lecteur.

Ce roman n’est pas un véritable coup de coeur (en avril 2020, si) même si j’ai aimé la trame de l’histoire et le sujet des sociétés secrètes, notamment des Franc-Maçons, un univers qui m’intéresse plus particulièrement. Il est fait de codes, de rites, de signes… Je ne sais pas si je peux dire que cela touche au mysticisme mais tout ce qui relève du monde de l’occulte, de ce qui peut être interdit, je suis preneuse. Est-ce mon côté original ? Très certainement. Curieux, encore plus. Ne pas faire partie du commun des mortels ? Oui. Vouloir faire partie d’une société secrète ? J’y ai pensé, figurez-vous. Il suffit juste d’être approché. Ce qui n’a pas été mon cas. Même les religions m’intéressent pourtant il n’y a pas plus athée que moi. Mais j’ai un esprit très curieux, ceci entraînant cela.

Le complot, les théories des complots sont une des composantes de ce roman, notamment l’assassinat du Président Kennedy et de nombreux évènements qui se sont passés ensuite, mais également bien en avant. Les auteurs nous permettent de nous interroger sur les grands de ce monde, politiques, chefs d’entreprise, financiers. Que font-ils réellement ? Je n’ai jamais pensé qu’ils étaient blancs comme neige et ce roman me conforte dans cette opinion.

Car nous sommes au XXIème siècle mais aussi pendant la Révolution, la Terreur, le XVIII ème siècle. D’un côté Marcas, de l’autre Ferragus, policiers. Ils ont énormément en commun. En premier, leur appartenance aux Franc-Maçons. De deux, une enquête pour chacun liée à la Franc-Maçonnerie et aux sociétés secrètes. En troisième, une femme. Pourquoi sont-ils liés de cette façon ? Les Illuminati ont traversé les siècles. La société secrète a toujours été vaillante, même avec peu de membres. Elle est toujours revenue et son but, à chaque fois, n’était pas le bien.

J’ai bien aimé les personnages évoluant dans ce roman, notamment Ferrages et Marcas dont les histoires, à plusieurs siècles d’intervalle, sont intimement liées. Un chapitre est consacré à l’un et un autre chapitre à l’autre, mais pas dans les dernières 100 pages. Ils ont un sacré caractère, ils sont excités par la traque ésotérique et connaissent à fond leur monde. Marcus a des soucis avec son fils, très certainement depuis son départ pendant un an en Afrique. C’est un homme seul après la mort des femmes qu’il a chéries. J’espère qu’il y a encore de l’espoir pour lutter contre tous les intégrismes contre lesquels ils ont lutté. En tous les cas, Marcas ira jusqu’au bout pour connaître la vérité même s’il doit tomber de haut et en subir les conséquence concernant la Franc- Maçonnerie.

Ce roman n’est pas un cours d’histoire mais celle-ci avec un grand H est bel et bien là. Ce qui permet au lecteur, en tous les cas moi, de s’interroger beaucoup plus sur ces évènements de la Terreur, les personnages qui l’ont composée, ce qu’ils ont fait, qui a pu tirer les ficelles et aussi les Francs Maçons, toujours accusés des pires mots.

Je ne donne jamais de conseils de lectures. Mais là, je vais le faire. Passez votre chemin si vous n’avez pas l’esprit ouvert, passez votre chemin si vous considérez les Franc-Maçons ou toute autre société secrète comme une secte. Si non, vous passerez un bon moment de lecture. Quant à moi, je n’en ai pas fini avec Marcas et l’obscur.

Edit du 4 avril 2020

Cela fait 5 ans, déjà, que j’ai lu ce roman. Je l’avais beaucoup aimé et je me suis dit que j’allais me faire toute la série des Antoine Marcas. Chose faite. Maintenant il me reste les deux dernières histoires à lire, avant que les auteurs continuent avec Antoine. Je sais pourquoi donc j’ai lu cette série. J’ai relu ma chronique et avoir lu ce roman une seconde fois me l’a fait apprécié encore plus.

Par rapport aux romans précédents, les chapitres sont beaucoup plus courts, en ce qui concerne la trame historique et la trame actuelle. Cela permet de passer de l’un à l’autre sans problème. Cela donne plus d’énergie au roman. Comme je l’écrivais plus haut, il y a bien un parallèle entre les deux périodes et les deux personnages principaux.

Lire Le règne des Illuminati, presque juste après le livre de Jacques Ravenne sur Robespierre donne encore plus de dimension à la période décrite. Moi qui voulais en savoir plus sur Saint-Just, l’Archange de la Terreur, je suis bien servie, même si ici, c’est romancé. Guillotin était-il un personnage aussi machiavélique qu’il est décrit ici ?

Etude du cerveau avec notamment le Eye Tracking et tout ce que cela peut engendrer de bien mais aussi de mal, comme faire regarder à des personnes des programmes, des évènements très durs et observer leurs réactions ou leur insuffler des actes. Mimétisme au niveau des réactions grâce à l’étude du cerveau. Certaines choses peuvent faire vraiment peur à ce sujet. Antoine reste tel qu’il est. Il prend ce dont il a besoin et reste toujours égal à lui-même. Il ne profite de personne même si cette histoire lui a porté un sacré coup, quant à certaines de ses convictions.

Le règne des Illuminati de Giacometti et Ravenne

date de sortie : 12 juin 2014

Editeur : Fleuve Editions

ISBN : 978-2-265-09370-6

Nb de pages : 550

La croix des Assassins d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne

La croix des Assassins de Giacometti et Ravenne

La croix des Assassins de Giacometti et Ravenne

Mon avis sur La croix des Assassins d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne

Ma mission est la suivante et je l’accepte bien volontiers. Finir toute la série des Antoine Marcas, j’avance, j’avance et me plonger dans la dernière qui m’attend bien sagement chez moi, L’Empire du Graal. Mais ce n’est pas tout, chroniquons sur La croix des Assassins. Depuis le début où j’ai découvert les aventures d’Antoine, je ne me lasse pas. Je lis toujours avec plaisir les romans de ces deux auteurs qui mêlent des parties historiques, forcément bien documentées et l’enquête d’Antoine. C’est la première fois que je vois autant le lien entre les deux parties qui sont vraiment liées à la lecture des chapitres qui se suivent.

Les auteurs ne laissent pas le lecteur s’endormir sur ses lauriers même si le rythme de ce roman n’est pas forcément enlevé. Une petite phrase, un mot et hop, le tour est joué. Le lecteur avance pour connaître la suite forcément. Que d’aventures encore pour Antoine dans ce roman ! Et il n’ira pas aux Etats-Unis mais au Brésil pour les besoins de ses enquêtes, celle commandée par la Franc-Maçonnerie et celle commandée par le Ministère de l’Intérieur. Les deux lient le même homme, la même organisation. Si dans la partie actuelle, nous voyageons, dans la partie historique également avec l’Histoire des Templiers, des Assassins. Les auteurs ont un sens du détail historique, descriptif très impressionnant. J’affectionne de plus en plus ce type d’ouvrages. De plus, j’apprécie également les différentes notes en fin de roman. Malheureusement, je n’ai pas le temps de trop m’y pencher en ce moment, puisqu’elles renvoient à des sites, mais elles sont notées dans un coin de ma tête pour plus tard. De plus, comme je garde le roman, cela me sera facile d’y revenir. Si je ne me trompe pas, nous avons quelques allusions à la Société Générale et son trader.

Dans La Croix des Assassins, nous en apprenons peu sur l’univers de la Franc-Maçonnerie, sauf sur la loge P2. A moins que mes différentes lectures à ce sujet ont fait de moi une personne qui en sait plus maintenant. C’est peut-être possible. En tous les cas, Antoine possède une sacrée santé. Malgré tout ce qui peut lui arriver, il n’en ressort pas forcément indemne, mais il est toujours prêt à aller de l’avant, dans une quête pour la vérité. Il reste égal à lui-même. Il ne s’embarrasse pas de faux semblants même s’il doit jouer le jeu pour prêcher le vrai. Bien entendu, une femme sera toujours là, une femme qu’il tentera de protéger, avec laquelle il nouera une relation, certes éphémère. Antoine est un véritable séducteur. D’ailleurs, il change de physionomie ici. Pour séduire ? Pour tenter de se sentir moins vieux ? En filigrane, toujours son ado de fils. Il semble qu’il ne doit pas rester un vieux crouton pour avoir des relations père-fils ou encore pour tenter de comprendre ce jeune garçon.

Je ne vais rien vous dévoiler des histoires, des intrigues, il y aurait tellement à raconter. Un thriller bien mené avec son lot de violence, de morts brutales, de gens qui essaient de prendre le pouvoir par tous les moyens?

Résumé de La Croix des Assassins de Giacometti et Jacques Ravenne

Les Templiers doivent faire face aux attaques des Infidèles qui tentent de prendre le bastion. Les attaques sont sanglantes. Le Grand Maître est pratiquement mort. Deux de ses fidèles décident de lui offrir la sépulture à laquelle il a droit. Mais les batailles font rage, tout comme les guerres intestines à l’intérieur des Templiers.

De son côté, à Paris, Antoine Marcas s’est remis de son aventure américaine. Lors d’une réunion à la F-M, il est chargé d’enquêter sur un des membres qui aurait ouvert une loge parallèle.

La croix des Assassins d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne

date de sortie : 11 juin 2009

Editeur : Pocket

Isbn : 9782266185448

Nombre de pages : 624

In Nomine d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne

In Nomine de Giacometti et Ravenne – Source Babelio

 Minerve, Comté de Toulouse en 1209, les Croisés prennent la ville et brûlent les Hérétiques. Raoul de Presles a un secret à transmettre à son fils.

Paris dans les années 1990 à une vente aux enchères, une jeune femme surenchérit sur une vente. De retour chez elle, elle a décidé de tout dévoiler à son amie Edith. Mais elle est sauvagement assassinée.

Londres, immolation par la feu, des centaines de morts.

Et voilà, nous y sommes. Nous commençons réellement la sage d’Antoine Marcas, même si j’ai déjà lu le suivant et le dernier, Le règne des Illuminati. Même si je connais déjà Antoine, là, nous le découvrons réellement avec sa première enquête. Je regrette, toutefois, le peu d’explications concernant son passage, j’utiliserai ce mot, à la Franc-Maçonnerie. Est-ce dû à sa rencontre avec Edith, les explications données par celui qu’il poursuivait ? J’imagine diverses raisons mais aussi son souci d’aller beaucoup plus loin dans son histoire personnelle puisqu’il est en instance de divorce, il se sépare également, avec pertes et fracas, de sa maîtresse.

In Nomine est sorti beaucoup plus tard que le premier opus. Cela n’enlève rien à la qualité du roman et des auteurs, Eric Giacometti et Jacques Ravenne. En un peu plus de 100 pages, les rebondissements sont nombreux. La fin est digne d’un des meilleurs polars et In Nomine est un très bon polar. Il y a tous les ingrédients. Un flic, Marcas, une anatomie parfaite, Wanda (j’adore ces deux mots), une journaliste, des personnages mystérieux, des personnages sur lesquels il ne faut pas compter, des morts… Le rythme est mené tambour battant, je ne me suis pas du tout ennuyée. Les deux auteurs entretiennent le suspense de suite, des noms ne sont pas révélés, un mot également ne doit pas être prononcé. Pour connaître les premiers, il faut se plonger dans le roman, pour le dernier suspense.

Je remercie, en tous les cas, Eric Giacometti et Jacques Ravenne pour les explications données en fin de roman. Ils sont coutumiers du fait et cela donne une autre dimension à ce que le lecteur a appris ou tente de comprendre.

Par contre, je vais faire ma mauvaise. J’en ai marre de lire des bouquins, c’est pratiquement le cas à toutes mes lectures maintenant, avec des fautes. J’en ai décelé trois ou quatre. Problème d’impression, de relecture…?

Je n’abandonnerai en aucun cas Antoine Marcas. Il est devenu un des mes personnages préférés, comme peut l’être Kay Scarpetta dans un autre domaine ou d’autres héros d’auteurs. La famille, également, va suivre. Ma fille s’était déjà plongée dans Le règne des Illuminatis, le sujet l’intéressant énormément, elle va commencer avec In Nomine. Quant à l’homme, vu sa PAL, ce sera fait mais à quelle date ?

In Nomine d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne

date de sortie : 8 avril 2010

Editeur : Pocket

ISBN : 978-2-266-19830-1

Nb de pages : 125