J’veux du Souchon et du Voulzy de Béatrice Pannier

J’veux du Bouchon et du Voulzy de Béatrice Pannier – Source Fortuna Editions

Béatrice Pannier a adoré Claude François. Puis, elle découvre Alain Souchon et Laurent Voulzy. Elle les suit, fidèle et tient un journal de bord de ce qu’elle a pu vivre en tant que fan pendant plus de 30 ans. Elle nous dévoile sa passion pour ces deux artistes.

 C’est vraiment un carnet de bord, rien n’est romancé. On y retrouve, très souvent, un peu trop à mon goût à force, pratiquement toujours les mêmes expressions et à un moment cela m’a vraiment ennuyé toutes ces répétitions. Mais cela permet de se rendre compte de sa passion, de la disponibilité, de la gentillesse de ces deux artistes. Elle est devenue une de leurs amies, selon les propos retranscrits, ce dont je ne doute pas ? A-t-elle été trop envahissante ? Je n’en ai pas l’impression. Elle a fait tout ce qu’elle a pu pour les voir, pour passer quelques moments avec eux. Mais quand ce n’était pas possible, elle n’a pas cherché à s’incruster outre mesure, même quand elle a pu les saluer. Elle a toujours été extrêmement polie malgré sa passion. Après, il faut avoir du temps à consacrer à cette passion, même si cela ne s’est pas fait au détriment de sa vie familiale, mais aussi de l’argent, car les voyages coûtent chers comme les séjours. Quant aux places, au fur et à mesure de ses rencontres, elle a pu faire jouer ses relations. Quoi de plus normal ? Elle a osé et cela a finalement payé. Tant mieux. Elle a quand même pu avoir accès à pas mal de choses, les coulisses, les balances, des concerts au plus près ou pas trop mal placée, les loges… Ses efforts ont bien souvent payé, tout comme l’attente. Chapeau car de mon côté, et avec ma patience légendaire, je n’aurais pas pu attendre aussi longtemps pour une minute, voire une bise…

Même si ce récit parle de deux artistes, Souchon et Voulzy, une grande part est consacrée au premier qui sort des albums tous les 5 ans, alors que le second tous les 10. Mais cela n’engage, en aucun cas, la qualité humaine. A la lecture, pour ma part, j’ai trouvé Laurent Voulzy beaucoup plus proche qu’Alain Souchon. Mais ce n’est que mon avis personnel. Je ne peux pas me mettre à la place de la fan qui nous montre des personnages profondément humains, attachants, proches du public, de leurs fans, malgré des salles qui peuvent sembler froides et ne pas vibrer. Quelle horreur ces concerts où les gens restent assis sur leur chaise, sans bouger et qui râlent car certains sont debouts. J’en ai fait l’amère expérience et comme elle, je n’aime absolument pas ça.

Cette passion lui a permis de mettre en oeuvre pas mal de choses. Ce livre, réédité, une exposition qui lui a pris énormément de temps pour tout rassembler, avoir les accords nécessaires, des interviews de la part des médias…

Un petit bémol à noter sur quelques fautes dans ce livre et notamment, Monsieur Tiéfaine ne serait vraiment pas content de voir son nom mal orthographié. Pas de Ph svp à HFT.

Je remercie les éditions Fortuna pour cette découverte.

J’veux du souchon & du Voulzy de Béatrice Pannier

DATE DE SORTIE : JANVIER 2016

EDITEUR : FORTUNA

ISBN : 978-2-87591-099-8

NB DE PAGES : 260

Publicités