Le loup des Cordeliers d’Henri Loevenbruck

Le loup des cordeliers d'Henri Loevenbruck - XO Editions

Le loup des cordeliers d’Henri Loevenbruck – XO Editions

Présentation Le loup des Cordeliers d’Henri Loevenbruck

Une jeune femme est agressée en rentrant chez son employeur. Mais elle est sauvée par un loup et un personnage fantôme.

Gabriel arrive à Paris. Il a 23 ans. Il fait partie de la petite bourgeoisie d’Evreux. Il a déjà écrit un livre. Il veut devenir journaliste et se rend chez son oncle, le frère de sa mère.

Avis Le loup des Cordeliers d’Henri Loevenbruck

J’attendais avec grande impatience de me plonger dans le dernier Henri Loevenbruck. C’est chose faite mais j’ai eu du mal à entrer dans ce roman dû à une très grosse fatigue. Je n’arrivais à lire que quelques pages le soir. Mais dès le départ, j’ai été subjuguée, encore une fois, par le style de l’auteur dont l’écriture colle bien à l’époque de la Révolution. Un roman, dès le départ, qui explique très bien, ce qui se passe sur ces débuts de la fin du règne de Louis XVI, sans compter les notes de bas de pages qui donnent encore plus d’explications. Henri Loevenbruck a l’art de passer d’une époque actuelle, comme pour J’irai tuer pour vous, à de grandes fresques historiques, un régal comme L’Apothicaire, pour ne citer que ceux-là.

Qui sont ce loup et cette figure effrayante qui défendent les personnes dans le besoin, des personnes qui subissent des agressions ? Pourquoi exercent-ils une vengeance ? Lorsque j’ai découvert l’identité du Loup des Cordeliers, à la toute fin, cela a été comme une évidence, même si je n’avais aucune idée de son identité. Sauver, aider ceux qui sont dans le besoin, quoi de plus normal pour ce Loup des Cordeliers puisqu’il semble une quantité non négligeable et qu’on ne fait pas attention à lui, qu’il se fond dans le décor dans la vie de tous les jours.

Gabriel Joly a toujours voulu écrire. Il rêve de devenir journaliste. Il est en quête de vérité. Il arrive à Paris pour travailler dans le journal de son oncle et au grand dam de son père. Mais pour apprendre son métier, il est cantonné à la revue spectacle. Toutefois, au fil de ses rencontres, il va avoir affaire à des personnages importants, des personnes qui vont devenir ses amis. Et surtout il  a connaissance d’un horrible meurtre dont les principaux protagonistes sont un loup et une figure effrayante. Il n’aura de cesse que de découvrir la vérité. Car Gabriel oeuvre pour la vérité, pour que tout le monde sache. Il ne veut pas faire partie de ces journalistes à la solde d’un roi, d’un gouvernement… Il veut que les faits soient connus de tous. Mais il n’écrira que lorsqu’il sera sûr de lui. Il s’allie avec un policier pour cette enquête sur le loup mais aussi avec un pirate. Il a les yeux partout, il sait obtenir ce qu’il veut. Il est profondément érudit, il a beaucoup lu.

Même si Henri Loevenbruck donne une grande part à Gabriel, l’autre personnage principal est une femme et c’est Anne Josèphe Terwagne. Elle est une femme libre, libérée, qui semble avoir vécu pas mal d’aventures auparavant. Une femme qui semble avoir souffert et qui prend fait et cause pour la cause des femmes. Mais ici, juste aux prémices de la Révolution, elle sera de toutes les assemblées, elle suivra cette révolution de près. Et elle gêne beaucoup de monde. 

Au risque de blesser l’auteur, Henri Loevenbruck, je n’ai pas eu de réel coup de coeur pour ce roman, car je n’ai pas eu de réelle affinité avec les deux personnages principaux. Cela n’a pas été comme pour L’apothicaire ou encore J’irai tuer pour vous. Par contre, quel plaisir de lire toutes ces pages. J’ai visité Paris, en ce temps-là, j’ai assisté aux premiers temps de la Révolution, j’ai été au coeur du pouvoir et de ses intrigues. Car, Henri Loevenbruck sait raconter. Il a un talent indéniable pour se plonger dans cette époque et permettre à son lecteur de visualiser tout ce qui se passe. L’écriture respecte également le ton de l’époque. C’est ce que j’aime dans un roman, me faire mon film grâce aux écrits de l’auteur. Et si ce n’est pas un réel coup de coeur, Henri Loevenbruck nous fait partager de nombreuses situations humaines, politiques, sociétales. Situations que l’on peut, encore retrouver de nos jours. Car l’Histoire est un éternel recommencement, non ? Comme le journalisme, la cause des femmes et notamment des prostituées, les enfants victimes d’abus sexuels, notamment de l’Eglise, ces écarts entre les riches et les pauvres et ces derniers qui manifestent, se soulèvent. Un roman énormément riche en Histoire, en visites de Paris, à pratiquement tous les coins de rues.

Les personnages sont vivants, que ce soit par leurs actions, leurs paroles. Et qu’ils soient connus ou pas, j’avais l’impression de bien les connaître, de comprendre leurs états d’âme. Comme pour Louis XVI et Marie-Antoinette. Car les livres consacrés à la Révolution, comme les romans, ne les rendent pas aussi proches du lecteur.

Au fil des pages et à mesure que j’arrivais à la fin, je me disais cela ne va pas finir. Même si on arrive pratiquement au dénouement d’une histoire, l’auteur ne peut pas nous laisser comme ça. J’ai du flair car l’histoire est à suivre même si le lecteur connait l’identité du Loup des Cordeliers, identité, franchement que je n’ai pas vu venir. Je n’ai pas le flair, ni l’étude des détails de notre cher journaliste. Je devrais donc être obligée d’acheter et lire la suite. Et j’espère avoir l’occasion de rencontrer Henri Loevenbruck et de faire dédicacer un de ses romans en ma possession.

Le loup des Cordeliers d’Henri Loevenbruck

Date de sortie : 24 octobre 2019

Editeur : XO Editions

Nombre de pages : 554

ISBN : 978-2-84563-875-4

Putain de chat de Lapuss’

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de Putain de chat de Lapuss’

La vérité sur les chats enfin révélée! Vous aimez les chats? Ils sont mignons, joueurs et espiègles, et leurs yeux sont remplis de malice quand ils vous réclament une caresse ou des croquettes. En apparence seulement, car un funeste dessein les ronge au plus profond de leur âme et seul votre malheur les intéresse. Au péril de sa vie, Lapuss’ vous dévoile enfin ce qu’il se passe dans la tête de l’animal le plus maléfique de la création : Le chat. Faites attention à vous!

Avis Putain de chat de Lapuss’

Tous ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux, sur mon autre blog, savent qu’il y a deux ans et demi, nous avons adopté un chat à la SPA. Chat qui avait 1 an 1/2, deux ans. C’est lui qui nous a adoptés.

Je n’ai pas trouvé réellement de situations vécues avec Tigrou dans cette petite bande dessinée. C’est clair que Tigrou est chez lui. Il s’est approprié tous les endroits, toutes les vestes. Il nous mène à la baguette. Il est tellement chez lui et surtout très collé à nous qu’il a refusé la petite Perle lorsque nous l’avons trouvée sous une voiture. Pendant plus d’un an, des rituels ont été instaurés avec Maud. Mais bon, elle est partie à l’ENG, ces rituels n’ont plus cours, sauf les samedi et dimanche. Tigrou est un chat qui n’aime pas être tout seul. Il nous attend le soir.

Par rapport à la BD, Tigrou est bien élevé. A ce jour, il n’a jamais rien cassé, ni déchiré. Bon, le canapé et les chaises ont subi quelques griffures, mais par rapport à la plupart des chats, sur ce que je peux voir, nous sommes bien tombés.

Est-ce que Tigrou a toutes ces pensées lorsque l’on s’occupe de lui ? Certaines fois, je le pense, de la façon dont il remue la queue quand il est énervé ou qu’il nous chope quand il est énervé ou quand on joue.

Une petite bande dessinée dont les dessins sont très réalistes. Même pour les BD où il n’y a pas trop de détails, où ce n’est pas trop rempli, le talent de l’artiste doit être indéniable et ici c’est le cas. Le message passe vraiment très bien. Les dialogues sont courts et efficaces puisqu’ils font rire. Un petit ouvrage super sympa. Je suis contente de recevoir, pour une fois, malgré toutes mes demandes en Masse Critique, de recevoir mon premier livre sur les chats. Ce n’est pas une critique pour Babelio puisque la sélection se fait selon ce qui est demandé.

L’auteur Lapuss’ peut être suivi sur Facebook et Instagram. Il existe 5 tomes de Putain de chat.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique qui m’a fait passer un très bon moment.

Putain de chat de Lapuss’

Date de sortie : 25 août 2016

Editeur : Monsieur Pop Corn

Nombre de pages : 62

ISBN : 978-2-9758-0999-5

La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

 

La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

Présentation La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

C’est l’été, un SDF avec des problèmes mentaux est retrouvé mort. Dans sa poche, le numéro de Mikael.

Ce dernier s’est rendu compte que Lisbeth a vendu son appartement, mais sans rien lui dire.

Lisbeth est à Moscou. Elle ne dort plus et se prépare.

Avis La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

Suite et fin de Millenium avec ce sixième tome, lu peu de temps après le cinquième. J’attendais beaucoup de ce dernier tome après avoir été un peu échaudée par le cinquième. Qui va mourir entre Lisbeth et Camilla, sa soeur jumelle ? L’une et l’autre ont une haine tenace. Mais qui a le plus de haine ? Dès les premières pages, on se rend compte que Lisbeth n’y arrive pas. Des éléments du passé se mettent sur son chemin, dans ses pensées, avant de passer à l’action. Pourtant elle était prête à tuer sa soeur. Malgré la douleur vécue pendant ce grand nombre d’années, il semble qu’elle ne puisse pas passer à l’acte ? Pourquoi ? Lisbeth n’est pas un robot, elle est un être humain et comme elle a souffert, elle se rend compte qu’elle n’est pas la seule à souffrir. Pourtant, elle met tout en oeuvre en matière de surveillance pour contrôler sa soeur. C’est également une question de survie car elle le sait, si elle ne fait pas attention, elle sera assassinée. Mais il n’y a pas qu’elle. Il y a aussi tous les autres auxquels elle tient, dont Mikael. Et là, Lisbeth voit rouge. Elle va agir au mépris de toute prudence.

Un roman qui n’est pas forcément centré sur Lisbeth, Camilla et Mikael. En effet, un SDF a été retrouvé mort. Très vite, pour le médecin légiste, cette mort est suspecte. Elle contacte Mikael et fait part de ses soupçons. En effet, le SDF avait le numéro de téléphone de Mikael sur lui. Lors de cette enquête, sera mise à jour une participation à l’ascension de l’Everest, en 2008. Que s’est-il passé au cours de cette ascension qui a vu la mort de deux personnes et la folie émaner de leur guide ? Ce roman est centré sur cette enquête avec l’analyse des séquences ADN pour trouver l’identité du SDF, pourquoi un ministre suédois est mis en cause.

Je comprends que le lecteur doit être amené sur des chemins différents car Lisbeth et Mikael, même s’ils restent en contact, mènent leur vie chacun de leur côté. Lui, ses enquêtes pour son journal et elle, sa survie et sa quête contre Camilla. Mais j’ai trouvé dommage que ce roman ne soit pas plus centré sur les deux soeurs. Le round final est, pour moi, un peu tiré par les cheveux, notamment en ce qui concerne Mikael. J’ai eu du mal à m’imprégner, à croire ce que racontait l’auteur. Même si le mois de décembre n’est pas un mois tellement propice en matière de lectures, pas de vacances, énormément de travail, il me tardait de finir ce roman pour réellement passer à autre chose. Je me suis assez ennuyée, très certainement parce que j’en attendais plus. J’attendais plus avec des révélations sur Lisbeth et sa soeur, Camilla. J’attendais plus sur leur affrontement lequel est comme peau de chagrin. Elles ne sont mises face à face que très peu de temps, ce qui est vraiment dommage. La personnalité de Camilla est très bien comprise. Mais pour moi, tout cela n’a pas été suffisant.

Ce roman est également politique car il montre les dessous des personnes infiltrées pour obtenir des informations, les jeux de pouvoir où une personne est tenue par des dossiers montés de toute pièce. C’est également les campagnes pour descendre quelqu’un avec le pouvoir des réseaux sociaux. Il y a également la mafia russe, des personnes au passé peu recommandable qui ont l’argent maintenant mais qui ont torturé tant et plus. L’auteur, avec son histoire de l’Everest, démontre que personne ne tient compte de ceux qui aident les grimpeurs. Ces hommes, ces femmes, au péril de leur vie, vont tenter de sauver ces grimpeurs pris dans des conditions climatiques extrêmes. Et lorsque la mort est au bout du chemin, ils peuvent sombrer dans la folie pure et simple. Et comment sont-ils soignés, s’ils le sont. 

Ce dernier et sixième tome ne me laissera donc pas un souvenir impérissable, par rapport aux quatre premiers. C’est bien dommage.

La fille qui devait mourir Millenium 6 de David Lagercrantz

Date de sortie : août 2019

Editeur : Actes Sud

Nombre de pages : 368

ISBN : 978-2-330-12544-8

Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz

Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz

Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz

Résumé Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz

12 juin

Lisbeth est emprisonnée dans un quartier de haute sécurité. Il y a une dure à cuire qui fait régner la terreur. C’est Beatrice qui se fait appeler Benito.

Lisbeth est maintenant très connue mais elle veut trouver ce qui s’est passé dans son enfance.

Avis Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz

La Suède, un pays de rêve avec ses grands espaces, ses villes ? Pas son climat, car il peut faire très froid mais aussi très chaud. Ceux qui se sont intéressés plus ou moins à ce pays, en lisant des romans ou des documents savent que ce pays a fiché, pendant de nombreuses années ses habitants. Maintenant, pratiquement toutes les archives sont publiques et sont consultables par qui le veut. Est-ce que cette histoire de gémellité, sujet de ce Millenium 5, est réelle. Je n’ai pas fait de recherches à ce sujet, donc je prends le sujet comme il vient? En tous les cas, consulter des archives permet de découvrir pas mal de choses.

Ce tome 5 est moins bon que les quatre autres Millenium. Il y a beaucoup moins de violence même si le personnage de Lisbeth Salander en est presque le sujet central. Elle enquête, elle est telle qu’on a pu la connaître. Elle est toujours accompagnée de Mikael. Mais cela s’arrête pratiquement là. Ce qui est bien dommage à mon goût. J’espère que le tome 6 viendra contrecarrer celui-là car j’avais estimé que la plume de l’auteur qui a repris la saga était vraiment bonne dans le 4. Pour tout dire, j’étais un peu perdue dans ce tome 5. Tout se décante et tout devient plus rapide aux 2/3 du roman. Lisbeth a pris le taureau par les cornes, à ses risques et périls, bien entendu et Mikael, en interrogeant les uns et les autres, va mettre à jour une histoire effroyable. Tout a commencé lorsque l’ancien avocat de Lisbeth, en qui elle avait toute confiance, donne à celle-ci d’anciens documents et que Lisbeth charge Mikael d’enquêter à ce sujet. Cela concerne des jumeaux, vrais ou faux, et Lisbeth est amplement concernée par ce sujet.

Quelle souffrance vécue par Lisbeth, même si tout n’est pas détaillé, ici. On en avait déjà de nombreuses pistes dans les romans précédents. Une jumelle, un père violent envers sa mère, séparée de sa mère, internée et bourrée de médicaments, la petite fille de 7 ans a grandi, s’est endurcie pour tenter de vivre et surtout se venger, par tous les moyens mis à sa disposition, même ceux de la justice.

Lisbeth a été emprisonnée quelques jours par décision du tribunal mais aussi pour la protéger car elle est en danger. Que trouve-t-elle dans cette prison ? Une jeune femme terrorisée par une autre. Que va faire Lisbeth, elle qui protège les plus faibles ? Mais bien sûr, cela ne sera pas sans conséquences pour elle et pour cette jeune femme. Entre ces menaces, Lisbeth a chargé Mikael de tenter de trouver des pistes suite à des documents laissés. Comme d’habitude, leurs conversations seront cryptées. Maintenant, en Suède, tous les deux sont célèbres. De plus que Millenium est un véritable succès. Entre deux enquêtes, Mikael essaie de se détendre, mais il est vite rattrapé par ce qui est demandé. Et là, c’est une toute autre histoire. Il va chercher tant et plus, jusqu’à pouvoir interroger les protagonistes de cette histoire qui concerne les jumeaux. Histoire réelle ou pas, en tous les cas, cela fait froid dans le dos toutes ces études sur les êtres humains, sur les enfants, sur ces séparations.

Le fond financier et l’étude de la bourse, de possibles krachs m’a moins intéressé. Mais il concerne un personnage essentiel à ce roman.

En tous les cas, il me tarde de me plonger dans le tome 6 car je comprends pourquoi l’auteur a la confiance de la famille de Stieg Larsson.

Millenium 5 La fille qui rendait coup sur coup de David Lagercrantz

Date de sortie : septembre 2017

Editeur : Actes Sud

Nombre de pages : 401

ISBN : 978-2-330-08181-2

Traquée de Melinda Leigh

Traquée de Melinda Leigh - Editions Amazon Publishing

Traquée de Melinda Leigh – Editions Amazon Publishing

Résumé Traquée de Melinda Leigh

Beth est terrorisée par Richard. Un paquet arrive, elle ne sait pas comment faire. Doit-elle le lui remettre ? Elle prend son courage à deux mains. Mais elle est très vite agressée et ne s’en sort qu’en le blessant sévèrement.

Dix mois plus tard, Beth arrive dans un endroit où elle doit occuper un poste d’intendante. Mais il y a un corbillard devant la maison. Elle tente quand même.

Avis Traquée de Melinda Leigh

Quand une jeune femme, mère de deux enfants, fuit un mari violent et se cache car elle est terrorisée, elle se réfugie dans un endroit, car elle a un emploi à la clé. Mais rien ne se passe comme prévu. Beth pensait devenir intendante dans une grande maison où son mari ne pourrait pas la retrouver. Mais quand elle arrive, le propriétaire est mort et elle se trouve face à ses trois neveux, dont Jack, flic mis sur la touche car blessé. Les trois hommes ont beaucoup bu, en l’honneur de leur oncle. Prête à partir, Jack demande à Beth de rester, du moins jusqu’au lendemain. Heureusement qu’il y a le chien, chien policier qui n’en fait qu’à sa tête, pour dérider les enfants.

Beth devra prendre une décision. Rester dans cette maison sans être toujours sur le qui vive. L’attirance entre elle et Jack est très forte. Ce dernier sait qu’elle cache quelque chose. Mais quoi, il souhaite percer son secret car il sait qu’il doit la protéger. En plus, les enfants sont apeurés, ils ont peur des hommes, notamment la petite fille. Il faudra énormément de patience à Jack pour gagner leur confiance et surtout des évènements qui montrent que Beth est toujours en danger.

Quand un politique, promis à un bel avenir, issu d’une grande famille a quelque chose à cacher. Il ne veut pas que son secret, découvert par sa femme, soit découvert. Richard est un monstre. Le roman le démontre bien. Mais gagnera-t-il, même avec l’immense fortune de sa famille, qui utilise son argent pour éliminer les plus gênant ? Quand une famille proche se serre les coudes, c’est le cas de Jack et de ses deux cousins. L’un est médecin et l’autre installe des systèmes de sécurité. Les trois hommes arriveront à savoir ce qui est arrivé, réellement à Beth. Cette dernière, même si elle ne veut pas baisser sa garde, ne veut pas rendre malheureux Jack et surtout le mettre en danger, saura, à un moment donné, qu’elle ne peut pas faire autrement, qu’elle ne peut pas s’en sortir seule. Et puis, pour Jack, hériter de cette grande maison, c’est prendre conscience que son passé est bien là et qu’il ne demande qu’à resurgir avec ceux qui reste et avec qui il a passé du bon temps.

Roman extrêmement prenant, pas tellement nouveau au niveau du sujet, de la trame, mais franchement j’ai passé un très bon moment avec cette lecture, lue en avant-première. Il faut dire qu’après quelques romans assez difficiles à lire, il me fallait un bon divertissement, polar qui mêle histoire d’amour, ce qui est souvent le cas. L’auteur s’est attaché à bien décrire les personnages, leurs psychologies, surtout pour ce politicien, ce tueur en série et surtout les affres par lesquels passe Beth, une femme qui a vécu des années noires, heureuses et qui avait pensé avoir trouvé l’amour avec son mari politicien. C’est une femme qui fera tout pour ses enfants, pour qu’ils ne lui soient pas enlevés. Facile de faire en sorte d’enfermer une femme, de payer des médecins, de démontrer qu’elle est un danger pour elle-même et ses enfants. Rien n’a été bâclé dans ce roman dense. Tout s’enchaîne parfaitement. Même au péril de sa vie quand elle est agressée, Beth possède les ressources pour se défendre. Même si on manque de confiance en soi à cause de sombres évènements, qu’il est bon de retrouver l’amour, de retrouver de la tendresse pour quelqu’un, de se sentir femme à nouveau et désirée. Et puis détail non négligeable, un tueur en série rode.

J’ai pris fait et cause pour le couple formé par Jack et Beth et surtout pour cette jeune femme qui sait ce qu’elle fuit mais qui ne sait pas comment cela va finir. Les violences physiques sont dures, mais les violences psychologiques sont encore plus insidieuses, surtout en présence d’enfants qui voient ce qui se passe et qui comprennent plus ou moins. Un bel endroit que cette propriété et on le sait, les chevaux, les chiens pansent beaucoup de plaies.

Je remercie Netgalley et les Editions Amazon Publishing.

Traquée de Melinda Leigh

Date de sortie : 10 décembre 2019

Editeur : Amazon Publishing

Nombre de pages : 353

ISBN : 9781503953635

Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola

Présentation de l’éditeur Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola Histoire du grand banditisme à la néo-voyoucratie

Ancien flic de la BAC de Marseille, Marc La Mola a grandi dans les quartiers Nord de la cité phocéenne, où il a vu le milieu traditionnel des voyous laisser la place à une horde de jeunes issus des cités. De la mairie aux couloirs crasseux de l’hôtel de police, une immersion dans le milieu du néo-banditisme.


Avis de l’éditeur Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola Histoire du grand banditisme à la néo-voyoucratie

Quand un Marseillais et ex-flic raconte Marseille et ses meurtres, ses trafics en tout genre et l’évolution des quartiers nord. Vraiment très intéressant à lire pour connaître cette ville unique en son genre que je n’aime absolument pas, même si j’y habite depuis plus de 10 ans. J’y vis, j’y travaille, je me suis fait agressée juste à côté de chez moi, dans un quartier dit chic, soit le 8ème arrondissement, juste à côté du commissariat. Mais les agressions, les meurtres ne se passent pas que dans les quartiers nord, ils descendent même dans les quartiers sud. Je n’aime pas Marseille à cause de sa saleté, à cause de son anarchie. Tout le monde se gare n’importe comment, gêne les autres et s’en moque. Difficile également de trouver un emploi. Déjà quand on est jeune, que l’on vient des quartiers nord, que l’on a aucune perspective d’avenir. Mais aussi quand on vient d’une autre région et que l’on ne connait personne parce que l’on préfère privilégier les gens que l’on connait même s’ils n’ont pas les bonnes compétences. Mais tous les Marseillais, les vrais Marseillais ne sont pas comme ça et heureusement.

Il a eu des témoignages de policiers, de magistrats, de ceux qui vivent dans ces quartiers délaissés, de ceux qui font des trafics et de lui-même. Il a tout vu, tout entendu. Il a constaté l’évolution de cette criminalité, au départ aux parrains corses et maintenant aux gens des cités. Les premiers ont travaillé, main dans la main, avec tout le monde et même les plus hautes instances. Ils avaient un code d’honneur, même dans leurs assassinats avec un colt. Les derniers sont en colère, ont la haine, et l’utilisation de la kalachnikov semble même très facile, même pour ceux qui ne savent pas tirer. Ils sont sûrs de leur coup à chaque coup, même s’il y a des dommages collatéraux.

Y a-t-il un avenir pour Marseille ? Pour faire baisser cette criminalité, ces réseaux ? Possible avec un changement de maire. Mais il va falloir qu’il prenne tous ces problèmes et s’y tenir, ne pas tomber dans le système des pots de vin pour plaire aux uns et aux autres. La montée du RN dans de nombreux quartiers change-t-elle quelque chose ? Les gens ont peur et le font savoir. Mais ce n’est pas avec ce parti politique que cela va changer. Car lui comme les autres n’est pas blanc comme neige.

Alors, oui, intéressant de lire comment cette criminalité a évolué, comment ils ont pu s’identifier à un seul homme pour mener à bien leur business basé sur la drogue, sur la prise de pouvoir des autres cités. Il y a également une analyse de la politique de la ville, de l’Etat envers les Marseillais, des quartiers pauvres, très pauvres, que ce soit dans le centre ville ou dans les quartiers nords. On se moque des Marseillais, rien n’est fait pour les associations, pour ceux qui peuvent aider ces populations en détresse. On s’en rend compte également avec l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne et tous les immeubles qui ont été déclarés en péril imminent. On reloge les habitants mais sous quelles conditions. La mairie ne fait pas son travail. La première mission d’un maire est de protéger ses administrés. Ce n’est pas le cas à Marseille.

Morale de ce document. L’avenir s’annonce bien sombre.

Encore un bémol, un livre émaillé de nombreuses fautes. Pas assez de relectures, notamment de l’éditeur. Vraiment dommage.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Fauves.

Marseille du Colt 45 à la Kalachnikov de Marc La Mola

Date de sortie : 18 avril 2019

Editeur : Editions Fauves

Nombre de pages : 226

ISBN : 978-10-302-0285-4

Sur le fil du coeur de Théo Lemattre

 

Sur le fil du coeur de Théo Lemattre - Editions Amazon Publishing

Sur le fil du coeur de Théo Lemattre – Editions Amazon Publishing

Résumé Sur le fil du coeur de Théo Lemattre

Quatre meilleures amies sont dans un bar. Elles vont fêter la reprise des cours. Elles sont trois à continuer leurs études et l’une travaille déjà. Le lendemain, l’une manque à l’appel, c’est Tamalou. Malgré les nombreux SMS de Constance, celle-ci ne répond pas. Quant à Mélanie, elle a retrouvé une ancienne amie et passe beaucoup de temps avec elle, au désespoir de Constance qui se retrouve seule. De plus, elle apprend que Tamalou est partie en Australie continuer ses études. Et le stage qu’elles devaient faire ensemble ?

Avis Sur le fil du coeur de Théo Lemattre

Ils sont jeunes, ils sont en Master 1 de psychologie et doivent travailler ensemble. Après quelques péripéties, c’est leur dernier recours. Mais voilà, ils ne s’entendent pas et c’est un peu la guerre entre eux. Que va donner ce stage en entreprise pour Weaver et Constance ? Un début qui a eu énormément de mal à se mettre en place pour ma part. Par le ton employé dans le livre. Il faut chercher entre les lignes pour trouver matière à réflexion. C’est ce que j’ai fait et les messages de l’auteur sont passés. Mais j’ai franchement trouvé lourd cet humour auquel je n’ai pas adhéré. Cela m’est déjà arrivé sur un autre roman et c’est pareil avec celui-ci. Si les deux personnages ont, au départ, des comportements de gamins, cela se ressent dans les mots du texte. Ensuite, il y a une évolution car ils deviennent adultes. Ce n’est pas plus mal et c’est ce qui sauve un tant soit peu le roman. Est-ce une histoire d’amour qui va bien tourner, car c’est un des thèmes du livre ? Quand on ne se comprend pas, que l’on traîne un passé qui ne permet pas d’avoir confiance en soi, quand les premiers instants d’une rencontre tournent presque au cauchemar, quand on essaie de se cacher derrière une façade, difficile de faire évoluer une situation, une relation. Mais apprendre à côtoyer quelqu’un permet de changer d’opinion mais cela ne permet, pas toujours, d’avouer des sentiments qui sont en train de naître. Les deux personnages principaux ne sont pas désagréables. Ce sont eux qui racontent l’histoire de cette rencontre, à la troisième personne, de son évolution et de ce qu’elle peut amener, ce qu’ils ressentent. Pourtant ils étaient bien mal partis.

L’auteur aborde donc le thème de la souffrance qui se cache derrière une façade, de la façon dont sont appréhendées les relations avec les autres. Quand on fait des études, cela peut ne pas porter à conséquence mais dans le milieu du travail, on est obligé de composer avec des collègues avec qui on ne s’entend pas forcément. Mais l’entreprise doit avancer et chacun doit mettre de côté ses différents. L’auteur aborde le thème des rêves, des rêves d’enfants qui ne se réalisent pas forcément à cause de la vie. Mais ces rêves peuvent évoluer, tout comme l’être humain. Il faut une sacrée dose de courage pour dire stop, pour changer de profession, pour se retrouver pour être enfin soi. Même une relation, qui débute mal, peut évoluer, en s’intéressant à l’autre, en le questionnant, en échangeant. Avec ce ton humoristique, qui a du mal à passer avec moi, l’auteur donne donc des conseils à ses lecteurs. Le thème de l’amitié est également abordé. L’amitié qui s’arrête à la fin du lycée, l’amitié nouée pendant les études universitaires mais qui peut très vite s’arrêter également par de nouvelles rencontres, l’amour mais aussi la carrière professionnelle.

Quand je sors de ma zone de confort, soit  les polars et thrillers, je souhaite passer un bon moment, un moment d’évasion, rire ou sourire selon les situations. Je ne garderai pas un souvenir impérissable de ce roman car ce roman n’a pas été un moment de détente pour moi, même si je l’ai lu en entier.

Je remercie Netgalley et Amazon Publishing pour cette avant-première.

Sur le fil du coeur de Théo Lemattre

Date de sortie : 30 juillet 2019

Editeur : Amazon Publishing

Nombre de pages : 271

ISBN : 9782919805488