L’Institut de Stephen King

L'institut de Stephen King

L’institut de Stephen King

L’Institut de Stephen King, Présentation

En partance vers New-York, à bord d’un avion, un passager entre et il lui faut une place. Après une sacrée surenchère pour savoir qui va lui lancer, cet homme décide de laisser sa place.

Il va voyager pour rejoindre New-York, va s’arrêter dans de nombreux endroits où il effectuera des petits boulots. Comme à chaque fois, il agit sur une impulsion.

Avis L’Institut de Stephen King

Un ancien flic qui a décidé de rallier New-York pour devenir veilleur de nuit. Mais, comme il n’a pas d’attaches, pas de limites, pas de contraintes, il décide de laisser sa place dans l’avion et de rallier New-York par la voie terrestre en s’arrêtant dans des endroits où il exerce des petits boulots. C’est là qu’il est embauché dans une petite ville comme veilleur de nuit.

Luke est un jeune garçon très intelligent, le seul enfant d’une famille. Son père et sa mère l’aiment énormément. A 12 ans, il décide de postuler pour entrer dans deux universités. Outre son intelligence, Luke arrive à faire voler quelques objets. Après avoir été enlevé, Luke se réveille dans un institut.

Après avoir consacré de nombreuses pages à Tim et encore plus de pages à Luke, Stephen King va les faire se rencontrer et agir ensemble contre cet Institut. Même si c’est très long à se mettre en place, plus de la moitié du roman, j’ai eu plaisir à lire ces nombreuses pages. Car on le sait, avec Stephen King, il faut lire entre les lignes, entre ces nombreuses descriptions.

Le lecteur est horrifié par tout ce qui arrive à Luke et à ces nombreux enfants dans cet Institut. Violences physiques et psychologiques pour des enfants souvent très jeunes. Ceux qui arrivent sont pris en charge par ceux qui sont déjà là et qui expliquent, en faisant attention, tout ce qui se passe. Luke, à qui on a fourni un ordinateur pour des activités de récréation, arrive à contourner l’installation de l’Institut. Même s’il s’en doute, il mettra du temps à savoir ce qui est réellement arrivé à ses parents. Luke, dans l’Institut, a décidé de ne pas se rebeller, car cela ne sert à rien, juste à recevoir des coups, des décharges. Il accomplit ce qu’on lui demande mais les adultes ne sont pas forcément dupes.

Ces enfants télépathes mais aussi pouvant faire de la télékinésie sont classés par l’Institut. Ils subissent de tout avant de passer à l’Arrière, un endroit encore plus horrible. Ils servent qui, ils servent quoi ? Les abréviations m’ont un peu gêné avant qu’elles ne soient expliquées. Ces enfants s’aident, s’unissent. Est-ce que cette union va fonctionner pour tous les libérer ? En tous les cas, avec la fuite de Luke, une très longue fuite, détaillée, par Stephen King, ils ont la possibilité que tout soit révélé au grand jour. Mais l’Institut a des hommes et des femmes qui travaillent pour lui, chaque jour, même dans les régions les plus reculées des Etats-Unis. Un enfant très intelligent est devenu adulte avant l’heure. On lui a tout pris. On en a fait un cobaye comme tous les autres. Comment des adultes, médecins, peuvent entrer dans un tel processus ? Tous ceux qui ont été choisis pour travailler dans l’Institut ont un passé censé servir leur pays. Mais comme pour tout être humain, il y a ceux qui suivent les règles et les autres. Heureusement que, parmi eux, un être humain se détache. Et ce grâce à un jeune garçon.

Même si j’aime beaucoup Stephen King, même si j’ai énormément de plaisir à le lire, chaque fois, L’Institut n’est pas le meilleur de l’auteur, selon moi. Après le passage consacré à Tim, Stephen King nous laisse imaginer qu’il va se passer quelque chose dans cet endroit où il s’est arrêté, DuPray. Personnellement, sauf les 200 dernières pages, je n’ai pas eu assez de rebondissements. Cela concerne ce qui est entrepris après la rencontre entre Tim et Luke. Bien entendu, Stephen King sait critiquer la société américaine et son président actuel. Il sait démontrer ce qu’est un pouvoir totalitaire qui peut s’apparenter à ce qui s’est passé en Allemagne pendant la Seconde Guerre Mondiale et ceux qu’ont subi des millions d’hommes et de femmes. C’est ce qui attend les jeunes enfants de l’Institut. Ils vivent dans la peur, constamment. 

Critique de Stephen King de la société américaine et de ses entreprises qui ont permis à des millions d’Américains de s’endetter et qui se retrouvent à rembourser des sommes folles. Et ces Américains ne connaissent pas forcément les lois et ces sociétés de recouvrement qui agissent illégalement.

J’ose espérer qu’il n’existe aucun endroit dans le monde où de jeunes enfants sont utilisés, pour ensuite mourir, pour rendre le monde meilleur selon un petit pourcentage de personnes.

L’Institut de Stephen King

Date de sortie : 29 janvier 2020

Editeur : Albin Michel

Nombre de pages : 601

ISBN : 978-2-226-44327-4

La maison des Fragrances Le parfum du pouvoir de Corbeyran – Mot – Kowalski

la maison des Fragrances de Corbeyran - Mot - Kowalski

la maison des Fragrances de Corbeyran – Mot – Kowalski

Présentation La maison des Fragrances Le parfum du pouvoir de Corbeyran – Mot – Kowalski

Les Tropiques, quête de l’ambre gris pour un homme. Il vient de trouver un gros bloc. Il appelle son contact et il garde précieusement après les avoir vendus très cher.

A Monaco, un homme prend du bon temps avec une jeune femme. Mais il fait un arrêt cardiaque.

Avis La maison des Fragrances Le parfum du pouvoir de Corbeyran – Mot – Kowalsk

Lorsque le patriarche de la famille Capella est victime d’un accident cardiaque alors qu’il passe du bon temps avec une escort-girl, la famille Capella, et notamment ses enfants, doit prendre des décisions pour annoncer cet accident et pour continuer à faire tourner l’entreprise. Là se greffe le frère qui a été évincé et qui refait surface pour tenter de reprendre les rênes de l’entreprise.

Entre-temps, une fragrance de la famille Capella n’est pas sûre de sortir. Le client fait savoir que tout, maintenant, va se passer par appels d’offres. La famille Capella et son entreprise vont devoir évoluer, se conformer aux lois du marché. Les Maîtres-Parfumeurs, déjà bien installés, vont devoir évoluer et surtout se conformer aux nouvelles lois européennes sur les matières premières.

Relations familiales qui démontrent qu’il faut se méfier de tout un chacun. Une jeune femme qui tente de se faire une place dans l’entreprise familiale mais qui est freinée dans ses élans par son père ou par des personnes extérieures. Une comptabilité qui révèle des malversations mais lesquelles ? La quête de l’or en matière première. Une matière première très chère et très convoitée.

Je ne suis pas une amatrice de bandes dessinées. J’ai pourtant pratiquement lu tous les Boule & Bill, mais le reste très peu, sauf quand j’ai la possibilité d’en recevoir, comme cela a été le cas pour celle-ci. Pourquoi l’ai-je demandée ? Elle regroupe tous les ingrédients que j’affectionne, en premier lieu le monde de la parfumerie. Il y a bien entendu ces intrigues, intrigues familiales, intrigues économiques, une grande famille de Grasse qui doit évoluer pour continuer à être au top.

Lorsque je travaillais pour le cabinet de formation, j’ai été au fait de ses nouvelles lois européennes qui imposent tant et plus aux grandes maisons de parfumerie. Pratiquement plus de matières premières naturelles qui peuvent provoquer allergies et autres, place à la chimie pour tenter de reproduire une odeur. Et là, les Maîtres-Parfumeurs, les chimistes doivent être à la pointe du progrès et ne pas rester sur les acquis, même s’ils font partie d’une entreprise côtée. Le monde change, le monde évolue et les personnes avec. 

Les dessins sont très réalistes, les couleurs flamboyantes, les traits des personnages sont bien marqués et reflètent leurs émotions, leurs états d’âme et également ce qu’ils vivent sur le moment. Dans une bande dessinée, les dialogues doivent être courts et percutants. C’est le cas ici. Ils donnent réellement une très belle dimension à la bande dessinée. Ils la rendent, eux aussi, très addictive et donnent envie de lire la suite de ce premier tome.

J’ai lu cette BD en avant-première. Je remercie l’éditeur et l’agence Pierre Laporte qui m’ont permis de me plonger dans cet univers. Un beau projet qui a vu grâce aux différents acteurs, une rencontre et l’implication de tous.

La maison des Fragrances Le parfum du pouvoir de Corbeyran – Mot – Kowalski

Date de sortie : 26 février 2020

Editeur : Robinson

Nombre de pages : 56

 

Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Sleeping Beauties de Stephen King et Owen King - Editions Le Livre de Poche

Sleeping Beauties de Stephen King et Owen King – Editions Le Livre de Poche

Présentation Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Ree et Jeanette sont en prison. La seconde prend des médicaments. Elle a un fils qu’elle voit peu.

Clint Norcross a abandonné, au début de sa carrière, une belle situation dans le privé. Il est psychologue à la prison. Il a vieilli et s’en empâté. Mais il aime toujours sa femme.

Evie est dans une cabane. Elle se venge des hommes.

A l’autre bout du monde, en Australie, les femmes sont atteintes d’une épidémie de sommeil.

Avis Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Près de 950 pages, soit une dizaine de jours de lecture pour Sleeping Beauties de la famille King, soit le père, Stephen, et le fils, Owen. Un roman dans la lignée de Dome mais pour ma part en moins bien. Il me tardait de finir Sleeping Beauties car il était un peu trop long pour ma part, il aurait dû être coupé en deux tomes, comme Dome. Car même si ce dernier je l’ai lu d’affilée, cela m’a paru moins loin, pourtant le nombre de pages était pratiquement équivalent.

Dans ce roman, nous avons la part de surnaturel indispensable à l’univers des King mais aussi une chronique de la société. Comment vont se débrouiller les hommes sans femmes et comment vont se débrouiller les femmes sans hommes ? Qui va gagner, si l’on peut écrire, la partie ?

Partout dans le monde, les femmes s’endorment, elles sont enveloppées d’un cocon. Le phénomène est appelé Aurora. Personne ne sait d’où ça vient. On pense à une épidémie. Cet endormissement a été précédé de l’arrivée de papillons de nuit. Dans le même temps, dans une petite ville des Etats-Unis, une femme tue, de manière abominable, deux hommes. Lila, le shérif, va l’arrêter et l’envoyer dans la prison pour femmes de la ville. Cette femme, très belle, est surnommée Evie. Elle n’arrive pas à donner son nom. Est-ce elle qui est à l’origine de tout ça ? Les hommes le pensent et ils vont tenter de tout faire pour l’éliminer, mais elle sera protégée.

Dans ce roman, on voit de nombreuses femmes qui essaient de ne pas s’endormir. Tous les moyens sont bons pour retarder l’inéluctable. Certains hommes tentent de déchirer ces cocons, mais c’est à leurs risques et périls. Les femmes se révoltent. On assiste également à des scènes d’une rare violence, partout dans le monde. Les hommes ne peuvent pas vivre sans les femmes, soit parce qu’ils les aiment, soit parce que leur souffre-douleur n’est plus là. Certains vont s’entraider. Le monde de la prison de cette petite ville des Etats-Unis, Dooling, montre un large panel de femmes emprisonnées parce qu’elles ont tué pour diverses raisons. La palette de personnages, qu’ils soient masculins ou féminins, est absolument impressionnante. On peut trouver tout ce qui fait le monde. Des hommes qui ne savent pas montrer comment ils peuvent aimer les autres et qui réagissent par la violence à cause du danger présenté par certaines personnes. Des êtres humains qui font le commerce de la drogue et qui entraînent dans cette spirale infernale les autres, notamment des femmes. Des personnes volontaires qui veulent oeuvrer pour le bien. Des couples où tout n’est pas rose, où les secrets peuvent mettre mal des années de vie commune. Alors, oui, tous les hommes ne sont pas violents, certaines femmes le sont aussi. Toutefois, malgré leurs différences, elles arriveront à mettre en commun tout ce qu’elles savent faire pour vivre, des savoir-faire occultés pendant qu’elles étaient en couple.

Le fil rouge est Evie. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Que veut-elle ? Pourquoi tout cela vient d’elle ? Elle assiste à tout, elle a toujours un temps d’avance. Oui, elle a besoin d’être protégée pour éviter que le monde ne vive pas sans femmes, mais ce seront ces dernières qui auront le pouvoir de décision. C’est clair que c’est surnaturel avec cet arbre, ces papillons de nuit, ce renard, ce perroquet et ce tigre. Ils sont là pour montrer la voie, le chemin. Mais personne ne doit imposer ses décisions. Ce qui est dommage, à mon sens, est de ne pas en savoir plus sur elle. Car vu le nombre de pages et l’histoire du tout un chacun, on pourrait en savoir plus sur ce personnage, à moins qu’il n’existe que dans l’esprit de ceux qui l’ont vue.

Outre l’histoire, les histoires de chacun, bien écrites à deux mains, mais qui a écrit sur quoi ? C’est un peu dommage de ne pas le savoir. Mais c’est le propre du duo. Et quand cela fonctionne, c’est vraiment pas mal. Même si ce n’est pas mon meilleur King à l’heure actuelle, j’ai pris du plaisir à cette lecture. Une véritable chronique du quotidien de tout un chacun, avec son passé, des rencontres, une vie pas forcément facile, de la colère. Ce roman montre également que ce qui est différent n’est pas forcément accepté. La cupidité peut être un maître mot dans tout ça. Etre le premier à trouver la solution. L’univers carcéral est forcément bien dépeint. Ces femmes, malgré les crimes, malgré le fait que certaines ne soient pas du tout fréquentables, même en prison, vont comprendre et tenter de s’unir. Et il y a forcément l’après Aurora. Comment vivre avec certains actes ? Comment la vie peut changer ?

Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Date de sortie : 4 septembre 2019

Editeur : Livre de Poche

Nombre de pages : 951

ISBN : 978-2-253-26036-3

La cité lagune le pouvoir des soeurs d’Anne Kalicky

La cité lagune le pouvoir des soeurs d'Anne Kalicky - Editions Flammarion Jeunesse

La cité lagune le pouvoir des soeurs d’Anne Kalicky – Editions Flammarion Jeunesse

Résumé La cité lagune le pouvoir des soeurs d’Anne Kalicky

Cadacise, peste noire. Les portes sont verrouillées, les façades marquées. Les plus riches sont partis ailleurs. Cadacise est un grand port et même le commerce subit de plein fouet la peste noire. Nombreuses denrées sont brûlées et décontaminées tout comme les bateaux.

Avis La cité lagune le pouvoir des soeurs d’Anne Kalicky

La peste noire a décimé une grande partie de la population de cet endroit qui ressemble à Venise. Dès qu’elle peut sortir, Simonetta décide d’aller se ravitailler. Ses pas la conduisent près du fleuve. Elle entend pleurer et découvre deux bébés qui se révèlent être des filles, des jumelles. Elles portent chacune à leur poignet un lien avec leur prénom mais aussi de la cendre s’échappe. Simonetta les cache mais très vite le peintre pour qui elle travaille et plus les découvre. Après un instant de colère, il décide de garder les enfants.

Dix ans plus tard, les jumelles ont grandi, heureuses. Elles vont bientôt fêter leur anniversaire. Une grande fête doit avoir lieu ce jour-là. C’est le carnaval. Toute la famille est invitée au palais. Simonetta remet aux jumelles le lien avec le prénom. Si le début de la journée commence sous les meilleurs auspices, il n’en sera rien de la suite.

Un très bon premier tome pour de jeunes lecteurs qui assisteront à une partie de la vie de la jumelle, entre leur découverte, les liens créés par leur famille d’adoption, leur ami et aussi leur préparation au bal dans les plus belles robes et surtout le masque créé pour chacune des jumelles. Est-ce que le lien remis par Simonetta le jour de leur anniversaire va déclencher ces bouleversements ? Il semblerait car seule une des jumelles se souvient de tout. Tous ceux qui vivent dans la ville ont repris leur vie comme avant, même s’ils ont le sentiment d’avoir comme un blanc.

Même en ce temps-là, malgré les avis des gens, ils se plient tout de même à une évolution de la société. Qu’une servante devienne la maîtresse de son employeur, c’est monnaie courante, mais ils s’y plient sans problèmes, sauf les nantis et les commerçants. L’auteur nous fait découvrir Cadacise qui ressemble à Venise. Bien entendu, elle a pris des libertés dans son roman, ce qui est normal pour essayer de faire découvrir un endroit à ses lecteurs. Une part de fantastique avec ces jumelles, aux cheveux roses dont l’une a des yeux vairons. Bien entendu, Mahaut et Nella ont des caractères différents, mais elles se complètent et sont là l’une pour l’autre. Elles ont des liens indéfectibles et le roman nous le prouvera. Deux jolies petites filles à la joie de vivre, aimées et aimantes. Carlo, le peintre, leur passe tout. Mais elles n’en profitent pas tant que ça.

Une très belle part d’explications quant à la peste noire, comment elle a affecté toute une population. Une part de fête avec la préparation au grand carnaval et toutes les préparations qui en découlent. Une part d’irréel avec ce qui se passe pendant ce carnaval et le lien des jumelles sur le moment et après.

Je remercie les Editions Flammarion Jeunesse pour ce premier avant-goût.

La cité lagune le pouvoir des soeurs d’Anne Kalicky

Date de sortie : 9 octobre 2019

Editeur : Flammarion Jeunesse

Nombre de pages : 144

ISBN : 9782081451131

Dans tes pas de Jessi Kirby

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Dans tes pas de Jessi Kirby

Ce sont deux cousines. Elles ont le même âge. Elles sont nées le même jour. Elles sont surnommées Les Etoiles jumelles. Elles fêtent leurs 13 ans.

Cinq ans plus tard, il ne reste que Mari. Mari qui met en scène sa vie sur les réseaux sociaux. Une vie parfaite pour obtenir le plus de like possible. C’est son anniversaire. Elle fête ses 18 ans. Sa mère rejoint sa soeur afin qu’elle ne passe pas ce jour funeste seule.

Avis Dans tes pas de Jessi Kirby

C’est l’histoire d’un hommage à une cousine mais c’est l’histoire, également, d’un dépassement de soi pour enfin se trouver, trouver un sens à sa vie. Bri et Mari étaient cousines très proches. Elles étaient comme deux soeurs, comme des jumelles car elles sont nées la même année, le même jour. Elles s’étaient promis d’être toujours là l’une pour l’autre, de réaliser leurs rêves, notamment à 18 ans. Bri était la plus intrépide des deux. Elle était très proche de la nature, casse-cou. Est-ce dû au fait qu’elle ne vivait pas en ville, au contraire de sa cousine ? En tous les cas, Mari s’est éloignée de sa cousine. Pour quelle raison ? L’auteur ne l’aborde jamais et c’est vraiment dommage. Mari a privilégié les réseaux sociaux et notamment Instagram pour mettre en scène sa vie, pour récolter le plus de like. Ses photos devaient être à la hauteur, donc le meilleur cliché devait être publié. Elle voulait montrer une vie de rêve. Mais ce n’était que du vent, tout comme ses relations. Alors, voilà, à quoi mènent les réseaux sociaux, tout beau, mais pas toujours tout gentil. Elle s’en rendra compte le jour de son anniversaire quand elle publiera cette fameuse vidéo qui va tout changer pour elle. En effet, sa tante lui envoie un gros colis qui correspond aux affaires de sa cousine, décédée et qui avait voulu faire une randonnée très importante. Bri décide donc de marcher dans les pas de sa cousine et de faire cette randonnée à sa place, comme un hommage.

Alors, comment une jeune fille qui n’a aucun entraînement, se lance dans cette épopée de centaines de kilomètres, même si au départ, elle est sur le point de repartir ? Un peu surréaliste, quand même. Enfin, c’est mon avis. Mais le roman est fait pour rêver, s’interroger avec le héros et vivre une belle aventure. Ce sera le cas. Bri sera seule pendant un grand moment. Elle va donc avaler des kilomètres, utiliser le sac de sa cousine pour dormir, manger, boire, se changer. Et surtout, elle va découvrir de magnifiques paysages. Au cours de son périple, elle va rencontrer toute une bande de jeunes, des garçons et une fille, qui veulent rejoindre la même destination qu’elle. Elle qui voulait être seule, aura encore besoin de moments de solitude, mais elle appréciera tant et plus leur compagnie et surtout leur entraide. Mais tout le monde a quelque chose à cacher, notamment Bri dont les secrets vont se dévoiler au fur et à mesure. Sera-t-elle jugée pour autant ? C’est ce qu’elle découvrira.

Lorsque l’on tente une telle aventure, qui va demander un dépassement de soi énorme, ce n’est pas que pour le fun. On tente de se recentrer, on tente de se connaître, on tente d’être vrai car face à la nature, face aux éléments, l’être humain est tout petit. Même si l’on est accompagné, tant mieux, cela démontre que l’on peut compter les uns sur les autres sinon on n’avance pas. En faisant cette randonnée, Mari voulait vivre l’aventure de sa cousine Bri, grâce à son carnet. C’est très dur pour elle émotionnellement et c’est tout à fait normal. Mais au fur et à mesure qu’elle va comprendre sa cousine, cette aventure, comme un hommage, révélera à la jeune fille de 18 ans, qui elle est réellement. Si elle est partie pour Bri, elle rentrera et finira son aventure pour elle-même.

J’ai aimé tous ces personnages, tous ces jeunes qui ont besoin d’être eux. Outre ces deux petites critiques du départ, les mots mis par l’auteur sur cette aventure, cette quête sont d’une sensibilité extrême. Même si Mari a toujours dans la tête sa cousine, ses affaires avec elle, son absence également, pour moi ce n’était pas l’élément principal de ce roman.

Je remercie Babelio pour cette Masse Critique et les Editions Fleurus.

Dans tes pas de Jessi Kirby

Date de sortie : 21 février 2019

Editeur : Fleurus

Nombre de pages : 298

ISBN : 978-2-2151-6755-6

Le tableau de Frédérique de Keyser

Le tableau de Frédérique de Keyser

Le tableau de Frédérique de Keyser

Résumé Le tableau de Frédérique de Keyser

Séraphine est en train de montrer son tableau à son amant du moment. Mais l’un et l’autre se rendent compte qu’ils vont se séparer. Après un gros coup d’éclat dans ce restaurant, Séraphine part.

Dans le hall, Gabriel, qui a tout entendu, fait exprès de la bousculer alors qu’elle est plongée dans ses pensées.

Avis Le tableau de Frédérique de Keyser

Pas de déplaisir, ni de réel plaisir à la lecture de cette histoire. Peut-être que le moment ne s’y prêtait tout simplement pas. Je n’ai pas eu de mal à entrer dans l’histoire, à suivre son déroulement, mais pour une fois, je ne me suis prise d’affection pour aucun des personnages principaux, que ce soit Séraphine ou encore Gabriel. Arthur a pu trouver quelques grâces à mes yeux.

Gabriel rencontre Séraphine dans le hall d’un grand hôtel après qu’elle ait rompu avec son amant du moment. Séraphine est accompagnée d’un magnifique grand chien. Cette rencontre va les bouleverser l’un et l’autre. L’alchimie, notamment sexuelle, est bel et bien là. Mais ils vont être pris à leur propre piège, notamment Gabriel.

Séraphine est peintre, jeune, belle, rousse, aux formes affriolantes. Elle est libre, a des idées bien arrêtées sur la condition des hommes et des femmes. Elle veut que ces dernières ne restent pas sous le joug des hommes. Séraphine vit sa sexualité comme elle l’entend, même si cela ne plait pas aux communs des mortels. Elle vit à Montmartre, le quartier des artistes. Lorsque Gabriel lui commande ce tableau, elle hésite mais ce tableau de Gabriel, qui doit faire ressortir tout ce qu’ils vont vivre ensemble, passionnément, sera-t-il achevé ?

Gabriel est le fils d’un banquier. Il aime tous les plaisirs, notamment ceux de la chair. Il ne veut pas se laisser embarquer dans une histoire d’amour. Il veut vivre comme bon lui semble. Mais la personnalité de Séraphine, sa vie vont tout bouleverser. Je dois avouer que les sentiments de l’un et de l’autre sont vraiment bien décrits. Ce sont deux personnalités très fortes qui devront mettre de côté certains éléments de leurs caractères pour se comprendre ou alors se les expliquer. Heureusement qu’il y a Arthur, le meilleur ami de Séraphine, et occasionnellement amant, qui va étudier Gabriel et un tant soit peu l’aider à faire la lumière en lui. Personnage haut en couleur mais adorable qui veut protéger, avant tout, sa meilleure amie, pour qu’elle ne souffre pas. Car Séraphine, mais aussi Gabriel, vont souffrir face à cette nouveauté qui bouleverse le marché qu’ils ont passé.

Outre cette histoire, l’auteur s’attache à nous décrire Paris, ses habitants et surtout Montmartre, ce fameux quartier des artistes. Des peintres, oui. Mais s’ils sont comme Séraphine, leur art les rend d’autant plus sensibles et ils peuvent être incompris par le commun des mortels. Paris change entre le jour et la nuit. Si la société est policée le jour, qu’elle fait face à ses us et coutumes, juge, bien-pensante et très conservatrice, la nuit tous se libèrent et font face à leurs désirs. Entre sociétés secrètes, maisons closes, bars et restaurants, le beau monde s’encanaille à l’extérieur avec ceux qu’ils ne côtoient pas la journée. De nombreux rappels historiques sont également présents, comme la Commune. Et surtout n’oublions pas que les chapitres sont tous nommés, via un tableau et un peintre.

Je remercie Netgalley et les Editions Erato pour cette lecture.

Le tableau de Frédérique de Keyser

Date de sortie : 4 avril 2018

Nb pages : 335 pages

Editeur : Erato

ISBN : 978-2-37447-377-2

Réussir son oral d’examen ou de concours de Gérard Kirady

Que l’on soit étudiant, à la recherche d’un emploi ou même si l’on doit prendre la parole en public, avoir tous les outils pour mener à bien ces périodes stressantes peut être un atout.
Je me rappelle de mon épreuve de bac de français à l’oral. J’ai eu un 6 car j’ai été déstabilisée. Quand j’ai cherché mes premiers emplois également. Même avec certains outils, la personne en face de soi peut déstabiliser une personne stressée. Mais voilà, ils n’ont pas Réussir son oral d’examen ou de concours. 

Réussir son oral d’examen ou de concours de Gérard Kirady, Présentation

Préparation et déroulement : les clés du succès

Vous devez passer un examen ou un concours pour entrer dans une grande école ou dans la Fonction publique ? Vous serez alors reçu ou recalé en fonction de vos connaissances, mais pas seulement…

Le plus souvent, la réussite se jouera à l’oral ! Il vous faudra alors vous surpasser pour convaincre, et apprendre à maîtriser votre stress pour être meilleur que vos concurrents. Mais avez-vous pensé à préparer ces épreuves orales ?

Ce livre constitue un véritable guide de préparation aux entretiens. Et plutôt que d’énoncer une liste de conseils, l’auteur choisit de vous présenter de nombreuses expériences vécues tant par les candidats que par les examinateurs, en différenciant les situations d’examen et de concours.

Vous comprendrez les erreurs à ne pas commettre et les pièges à éviter, vous verrez les comportements à adopter pour développer votre confiance et mettre en valeur les traits marquants de votre personnalité, et vous disposerez de tous les outils nécessaires pour élaborer votre programme de préparation personnalisé.

C’est maintenant à vous de persuader vos interlocuteurs que vous êtes un excellent candidat pour intégrer leur école ou la Fonction publique !

Gérard Kirady

Il est inspecteur de l’Éducation nationale.

Il a fait passer plus de 2 000 entretiens pour des concours et le recrutement de professeurs et personnes de statut privé. Il est spécialiste de l’enseignement du français, il est très impliqué dans l’étude des moyens à mettre en œuvre pour maîtriser la langue orale.

Réussir son oral d’examen ou de concours de Gérard Kirady

Date de sortie : 12 avril 2018

Nb pages : 205

Editeur : Gereso, que je remercie vivement

ISBN : 978-2-35953-582-2