Trois coeurs d’Eric Jourdan

Trois coeur d'Eric Jourdan - Editions La Musardine

Trois coeur d’Eric Jourdan – Editions La Musardine

Résumé Trois coeurs d’Eric Jourdan

William est un jeune garçon qui ne sait pas qui il est. Il vit chez le vicaire au Pays Basque. Il ne manque de rien mais les signes d’affection sont peu nombreux.

Il veut être libre, connaître l’amitié éternelle.

Avis Trois coeurs d’Eric Jourdan

Trois coeurs, celui de William, celui de Marie-Antonia et celui de Johann. Trois coeurs indissociables l’un de l’autre. Dans ce roman mais également une partie autobiographie, Eric Jourdan se livre énormément avec des parts d’ombre et romancées. Il raconte l’histoire de son père William, enfant abandonné par sa mère et recueilli par son oncle, vicaire. Il raconte également l’histoire de sa mère Antonia, leur rencontre, leur amour exclusif, l’arrivée de leur petit garçon tant désiré. Eric Jourdan raconte également l’histoire de Johann, un petit garçon choyé par ceux qui l’entouraient, profondément gâté, qui se trouve en décalage avec tout ce qui l’entoure et qui annoncera, à son père, son homosexualité.

C’est l’histoire d’amours malheureux pour la mère de William, pour Marie Antonia et surtout pour Johann. Ce sont des histoires de secrets familiaux. S’ils avaient été révélés aux principaux intéressés, est-ce que cela aurait changé quelque chose pour eux ? Mais ces secrets ont engendré des pertes énormes, un amour malheureux car il aurait été incestueux. On peut également dire que le monde est petit. Du Pays Basque à l’Espagne, en passant par le Pays de Galles et Paris, certains se sont rencontrés, ont créé des liens, les ont distendus, ont été renoués. Ce roman est également l’histoire d’amitiés entre garçons. Ces amitiés sont restées malgré le nombre des années. Elles sont fortes mais elles peuvent être détruites à cause de la mort. William et Johann ont trouvé de véritables amis. Un seul pour William mais il l’accompagnera tout le long de sa vie. Plusieurs pour Johann qui fait ce que bon lui semble. Il les retrouve toujours avec autant de bonheur. Pourtant leurs amis ne sont pas du même monde. Ils ont des facilités pécuniaires indéniables mais ils n’ont jamais fait ressentir William et Johann ces écarts de rang.

C’est également une histoire d’incompréhension entre un père et son fils. William attendait énormément de Johann. Il l’aimait énormément car il a toujours voulu avoir sa propre famille et surtout un fils parfait. Il est exigeant et a peur de le perdre. Les coups pleuvent car Johann s’ennuie à l’école bien qu’il soit très intelligent. Il n’est pas fait pour entrer dans le moule de cette société où la différence n’est pas acceptée, où il veut être libre, sans contraintes, sans avoir à obéir. Johann est un garçon tendre, qui aime les siens. C’est un garçon séduisant qui attire mais il se sent toujours en décalage. Mais c’est également un être qui souffre par la bêtise des autres. Il souffre et pense qu’il n’est rien et garde tout pour lui. William n’a pas compris Johann. Ce dernier, malgré tout, n’a jamais ressenti de haine envers son père. Il s’est tourné vers son parrain, l’ami de William. Johann a, tout de même, rencontré de belles personnes, même si elles ont été dans sa vie qu’un temps. Il a peur de souffrir donc il évite de s’engager. Johann a su la vérité. Au départ, il l’a devinée. Il a voulu protéger son père et son amant.

C’est magnifiquement écrit, c’est tendre et bouleversant à la fois. J’ai été extrêmement touchée par ces histoires, racontées avec finesse, qui semblent vraies, très proches de nous. L’histoire peut sembler dure. Elle traduit également un mal toujours présent, ce que peuvent ressentir ces garçons qui annoncent leur homosexualité à leurs parents, qui ne sont pas compris et que la société bafoue. Comment vivre son homosexualité en restant libre, malgré la souffrance et la perte d’êtres chers.

Je ne m’attendais pas à un tel roman. Un véritable coup de coeur pour moi. Les explications en fin de roman sont également très importantes. Mais ne les lisez surtout pas avant d’avoir lu Trois coeurs. Je remercie les Editions La Musardine pour cet envoi.

Trois coeurs d’Eric Jourdan

Date de sortie : 27 septembre 2018

Editeur : La Musardine

Nombre de pages : 304

ISBN : 978-2-36490-507-8

Publicités

La rivière de l’oubli de Cai Jun

La rivière de l'oubli de Cai Jun

La rivière de l’oubli de Cai Junromansro

Résumé La rivière de l’oubli de Cai Jun

Shen Ming est professeur de chinois depuis trois ans. Il travaille dans le lycée où il a fait ses études. Il doit se marier et quitter cet emploi de professeur.

Il retrouve une de ses étudiantes assassinée. Des rumeurs ont couru sur eux deux. Shen est très vite suspecté. Après dix jours, il perd tout.

Avis La rivière de l’oubli de Cai Jun

Assez déstabilisant cette histoire de mort et de revenant, même si le sujet ne me déplait pas. Mais quand on s’y fait, cela passe surtout pour ce qui arrive à Shen Ming et sa réincarnation en Si Wang si j’ai bien compris. Hasard ? Destin ? Car pour ce passage, tous les souvenirs sont abolis, sauf peut-être la culture. Assez déstabilisant également ces retours en arrière et surtout ces nombreux personnages. Le problème avec une liseuse c’est que c’est difficile de revenir en arrière, au contraire des livres papiers pour se rappeler qui est qui et qui fait quoi. Pour relire ce livre j’attendrai qu’il sorte en poche et même pour le premier de l’auteur.

Une rencontre qui va révéler beaucoup de choses. Un enfant qui devient l’image de marque d’une société, le groupe d’éducation Erya. Une femme Gu Qiusha qui après avoir perdu son fiancé, auquel elle pense toujours, s’attache neuf ans plus tard à un enfant. De l’amour, beaucoup d’amour et surtout comme un sentiment de connaître Wang Er. Mais cela ne dure pas longtemps. Si Wang retourne chez sa mère et continue ses études. Enfant brillant mais qui ne se lie avec personne. Au cours de son enfance et de son adolescence il va rencontrer divers personnages qui ont jalonné la vie de Shen Ming. Rencontres fortuites ou préméditées ? Pareil pour les lieux. C’est un véritable retour en arrière, un retour en enfer, mais le présent est également très difficile. Je n’ai pas eu trop de mal à me faire à ce professeur, Shen Ming, et ensuite ce garçon qui grandit, Si Wang. La vie de Si Wang, enfant, avec sa véritable mère, He Qingying, on constate au fur et à mesure de sacrés changements. Une mère qui a essayé, toujours, de le protéger. Mais elle connaissait vraiment mal son fils.

Ce roman est le roman des secrets qui sont révélés au fur et à mesure et il y a en a beaucoup, jusqu’à la fin. C’est également le roman des trahisons, qui changent la donne pour tout le monde, de différents meurtres, d’amitiés qui se lient mais aussi de l’amour, interdit ou qui était prévisible. Les trahisons également et cela change absolument la donne pour tout le monde.

J’ai été vraiment déstabilisée par les noms chinois, qui commencent presque tous, dans ce roman, par Si et vu qu’ils sont en début de phrase, je vous laisse imaginer la suite. Il y a également le tutoiementPar contre, je dois reconnaître l’érudition de l’auteur. Je ne suis pas adepte des auteurs chinois, sauf celui de l’Inspecteur Chen, que j’adore et que je lis avec énormément de plaisir Qiu Xialong. Les deux auteurs ne sont pas comparables, sauf dans les nombreux vers de poésie, la littérature chinoise et aussi la littérature européenne ou même américaine.

Ma critique, si c’en est une, peut sembler décousue. Je le conçois mais il m’est difficile de l’écrire car je ne veux pas dévoiler ce qui se passe dans ce roman riche et très dense, qui ne se lit pas facilement et qu’il faut prendre le temps de bien lire. J’y reviendrai très certainement pour aller plus au fond des choses.

Je remercie Netgalley et XO Editions pour cette sélection, en avant première, de la rentrée littéraire.

La rivière de l’oubli de Cai Jun

Date de sortie : 13 septembre 2018

Editeur : XO Editions

Nombre de pages : 445

ISBN : 9782845639485

Wittgenstein à l’aéroport d’Husch Josten

Wittgenstein à l'aéroport d'Husch Josten

Wittgenstein à l’aéroport d’Husch Josten

Résumé Wittgenstein à l’aéroport de Husch Josten

Caren est à l’aéroport de Londres. Elle attend de partir pour Paris pour couvrir les attentats qui ont eu lieu la veille.

Depuis quelque temps, elle est sujette à des plafonds qui s’abaissent inexorablement sur elle.

Son avion est retardé. Elle fait la rencontre d’un homme qui lit Wittgenstein.

Avis Wittgenstein à l’aéroport de Husch Josten

Journaliste, elle en est à un stade où elle se pose beaucoup de questions. Par deux fois, elle a réchappé à des attentats, notamment les plus meurtriers aux Etats-Unis. Là, elle est censée couvrir celui qui s’est passé à Paris. Déjà, le lendemain de celui contre Charlie Hebdo, elle y était. Elle a pris conscience de ces morts lorsqu’elle était adolescente. Elle a beaucoup voyagé puisque son père était diplomate. Pendant un temps, elle a refusé de parler car les histoires du quotidien étaient vaines pour elle. Elle voulait avoir quelque chose à raconter qui sorte de l’ordinaire.

Et c’est cette rencontre à l’aéroport de Londres qui lui permet de s’interroger tant et plus. D’ailleurs pourquoi depuis quelques années n’importe quel plafond s’abaisse t il sur elle ? Est ce un signe ? Elle en cherche donc la signification.

Le roman nous plonge dans une partie de la vie de Caren pendant ces quelques heures à l’aéroport. Le lecteur en apprend sur sa vie, sa famille, son adolescence mais aussi son travail de journaliste. Il y a aussi sa rencontre amoureuse et son histoire, à trois, avec un homme avec qui elle partage sa vie quelques jours par semaine. Est-elle réellement responsable comme il le laisse entendre de ce non engagement ? Il va tenter de la rendre coupable. Car Caren, avec un collègue de travail, à trouvé en une nuit de véritables sentiments amoureux.

Comment raconter une histoire qui n’a jamais existé ? Pourquoi serait-elle plus lue qu’une autre ? La trouvera-t-elle ?

Malgré la qualité de ce roman, je n’ai pas pu me laisser porter par l’histoire, les mots. D’ailleurs, il m’est assez difficile d’en écrire une chronique. Je suis peut-être passée au travers de l’histoire, du message, de l’histoire véhiculée. Les attentats sont toujours en toile de fond mais aussi en sujet principal. L’analyse est réellement poussée que ce soit au niveau des auteurs de l’horreur de cette vie qui doit continuer malgré tout.

Je remercie Netgalley et les Editions Grasset pour cette lecture qui m’a sorti de mon ordinaire.

Wittgenstein à l’aéroport de Husch Josten

Date de sortie : 31 janvier 2018

Nb pages : 192

Editeur : Grasset

ISBN : 9782246814290

Les sorcières de Kinvar, Tome 1, La sorcière aux poupées de Marie-Laure Junier

Avis Les sorcières de Kinvar, Tome 1, La sorcière aux poupées de Marie-Laure Junier

Cette lecture fait partie d’une sélection masse critique pour adolescents. J’ai donc été sélectionnée sur ce premier tome. En effet, lorsque je ne connais pas les tomes précédents, je ne les choisis pas. Pour un jeune lecteur, le livre tient, je pense, toutes ses promesses. Pour un adulte, quelques points me gênent. En effet, j’ai remarqué quelques fautes, certes, peu. nombreuses, mais elles y sont. Ensuite, j’ai trouvé, les mentions à Emily et sa cousine, comme jolie blonde, petite blonde, un peu trop péjoratives. En tant que lectrice, même si cela fait répétition, les prénoms ne me gênaient pas tandis que ces adjectifs et noms, trop souvent répétés oui.

J’ai bien aimé la construction du roman avec ces passages en italique, explicatifs sur le monde des sorcières, en début de chapitres. J’aurais aimé en savoir plus sur la raison de la mort des parents d’Emily dans cet accident de voiture. Est-ce dû au fait que cela soit le premier tome ? Si c’est le cas, il faudra continuer la lecture. Si non, c’est un peu raté. Le roman est facile d’accès, se laisse lire. Il nous entraîne dans un monde, le destin des sorcières et celui d’une petite fille qui grandit.

Venons aux personnages. Emily est une petite fille de 9 ans quand elle perd ses parents. Elle se retrouve chez sa grand-mère, sa tante et sa cousine, toutes sorcières. Sa grand-mère ne lui est d’aucun réconfort. Sa tante ne l’aime pas. Il n’y a que sa cousine pour l’aider. Par contre, même si Charlotte est là, elle doit continuer son apprentissage pour devenir sorcière et remplacer la grand-mère. Cela prendra quelques années. Charlotte veut aider et protéger sa cousine.

Emily est une petite fille et ensuite une ado de son âge. Elle a été bercée par les contes racontés par son père. Le fait d’avoir trouvé quatre poupées de bois et leur parler lui permet de se rendre compte qu’elle a un don, mais ce n’est pas celui qu’elle croit. En effet, elle est blonde, au lieu d’être rousse, et elle a un oeil vert et l’autre bleu. Avec toutes les aventures qui lui arrivent, elle saura qui sont ses parents. Emily est une petite fille qui s’intéresse à tout, qui cherche la vérité et qui trouve de l’aide pour y parvenir. Mais qui en a après elle ? Savent-ils qui elle est réellement ? Les poupées savent aussi qu’Emily a un pouvoir. Vu qu’elle les a délivrées et qu’elles sont devenus de véritables amies, elles feront tout pour l’aider, chacune a son propre pouvoir. Entre ces quatre poupées, ce vampire qu’elle rencontre sur Internet, Emily tente d’assouvir sa soif de connaissances, sa tentative de savoir qui elle est réellement.

Résumé Les sorcières de Kinvar, Tome 1, La sorcière aux poupées de Marie-Laure Junier

Emily est une petite fille blonde qui possède un oeil vert et un oeil bleu. Elle est bercée par les contes racontés par son père. Elle est à l’affut de tout et arrive très bien à discerner l’humeur de ses parents. Dans un vide-grenier, elle voit un coffret avec quatre poupées de bois. Elles lui parlent.

Emily est victime d’un accident de la route. Elle tombe dans le coma. Ses parents sont morts.

Les sorcières de Kinvar, Tome 1, La sorcière aux poupées de Marie-Laure Junier

date de sortie : 9 décembre 2016

Editeur : Anyway Editions

Isbn : 978-2-37488-046-4

Nombre de pages : 184

La magie de l’intuition de Sylviane Jung

La magie de l'intuition Sylviane Jung

La magie de l’intuition Sylviane Jung

Avis La magie de l’intuition de Sylviane Jung

En lisant ce livre, j’ai dégrossi, si je peux écrire ce mot, toutes les clés données par Sylviane Jung. Il faut dire, également, que lire et appliqué un tel livre, quand tu as énormément de bruit chez tes voisins du dessus et du rez-de-chaussée, ce n’est pas le top. En tous les, ces sept clés me parlent énormément. Je prendrai le temps de relire petit à petit, de noter les nombreux conseils pour appliquer au mieux ce que propose Sylviane Jung pour développer l’intuition.

Chez moi, l’intuition ne demande qu’à émerger. Elle est bien présente dans mes relations humaines puisque, lorsque je rencontre quelqu’un, je sais immédiatement à qui j’ai affaire. Dans ces cas-là, mon intuition ne m’a jamais fait faux bond. Le dernier cas en date concerne un certain jeune homme. Cela m’a pris aux tripes dès le départ. Un an et demi après, tout cela s’est confirmé. J’aurais bien d’autres cas à révéler en matière de relations.

En ce qui concerne mon intuition et le travail, cela a été également le cas lors de mon dernier emploi. J’avais « senti » ce qui se tramait depuis déjà un moment avant l’annonce proprement dite. Un changement d’atmosphère, écouter, chercher et j’avais donc pris mes précautions. Tout cela est pas mal mais je pourrais faire mieux surtout au niveau de l’écoute autour de moi, lorsque je suis à l’extérieur. A ce moment-là, je me ferme, je suis dans mon monde mais je suis également vigilante. Bref, il est clair que je dois développer ce sens et je remercie Sylviane Jung pour plusieurs choses. 

Le livre se lit très facilement, il est abordable pour tous. Tout est très bien expliqué sans que cela soit rébarbatif. Sylviane Jung emploie des mots compréhensibles dans toutes les séquences. C’est ludique également. Il y a de nombreuses répétitions, mais c’est normal puisque tout est lié. Les protocoles doivent être respectés pour avancer ou pour choisir une séquence seule. Sylviane Jung est thérapeute et experte en communication. Elle offre une progression suivant une logique mais tous les exercices peuvent ne pas convenir. Ils demandent du calme. Les exercices se retrouvent très facilement grâce à l’annexe. Cela permet d’apprendre en s’amusant sans en avoir peur de se tromper. Les techniques vont devenir automatiques. Chacun a sa propre interprétation. Elle encourage tout le temps.

Elle nous conseille d’observer tout ce qui nous entoure, d’écouter, d’écrire le maximum, de chercher des associations d’idées et surtout d’y croire, de persévérer. Cela permet de mieux se connaître, de se développer personnellement. Il faut aussi éviter que notre cerveau prenne le contrôle.

La partie qui m’a passionné le plus est ce qui concerne le tarot psychologique et le tarot intuitif.

Je vais faire quelques reproches en ce qui concerne quelques fautes d’orthographe trouvées, des mots en trop ou qui manquent.

Je remercie Sylviane Jung pour l’envoi de son livre depuis le Portugal et de la dédicace et également Manuella qui m’a proposé la découverte.

Résumé La magie de l’intuition de Sylviane Jung

Pour découvrir l’intuition qui est en vous. Pour la travailler, qu’elle fasse partie de votre vie, les sept clés développées par Sylviane Jung deviendront indispensables.

La magie de l’intuition de Sylviane Jung

date de sortie : juin 2016

Editeur : Editions Sylviane Jung

Isbn : 978-989-20-6728-5

Nombre de pages : 541

Repose-toi sur moi de Serge Joncour

tous les livres sur Babelio.com

Avis de Repose-toi sur moi de Serge Joncour

Un autre roman de la rentrée littéraire pour moi. Cette année, c’est vraiment pas mal. Avant de commencer Repose-toi sur moi de Serge Joncour, j’ai appris qu’il était dans la liste pour un prix littéraire. Je ne sais pas s’il l’obtiendra. Pour ma part, c’est la première fois que je lis un roman de cet auteur et je ne suis pas déçue. Jusqu’à la fin, le lecteur ne sait pas ce qu’il adviendra de cette histoire entre Aurore et Ludovic, deux personnalités que tout oppose.

Ludovic a joué au rugby. Il en a la carrure. Il s’est occupé de la ferme de ses parents et des vins de son épouse, morte d’un cancer. Il est depuis quelque temps à Paris où il travaille pour recouvrir des dettes. Aurore, elle, est styliste, elle a sa propre maison. Elle est mariée, a deux enfants. Elle semble n’avoir pas confiance en elle, peut-être écrasée par un mari à qui tout réussit. Pourtant, Aurore semble avoir du talent. Mais elle est happée par ses peurs, ses innombrables questions. Elle réfléchit trop, elle est anxieuse et n’arrive pas à s’imposer. Tout semble bien aller pour elle sauf que dès le départ, le lecteur comprend que rien ne va dans la vie de cette femme. Les deux corbeaux qui hantent son immeuble montrent ses peurs qui vont aller en augmentant. Ludovic et Aurore vivent dans le même immeuble. Le premier dans la partie non rénovée et Aurore, là où tout est beau. Ils se sont déjà croisés, dit bonjour-bonsoir mais c’est tout. Jusqu’au moment où l’affaire des corbeaux les rapproche. Entre les valses hésitations de l’une et ses questionnements et le charme bourru, la force supposée tranquille de l’autre, Aurore et Ludovic se rencontrent et entament une histoire.

Comme Ludovic, le lecteur s’interroge vraiment sur Aurore. Est-ce qu’elle le manipule, même inconsciemment ? D’ailleurs Aurore se pose elle aussi des questions. Aurore se confie à Ludovic mais sur ses problèmes. Outre l’attraction physique, ces deux-là auraient peut-être besoin de se révéler intimement. Mais l’ambiance, pourtant noire, reste feutrée entre eux deux. L’auteur, avec des mots forts, sans paraître y toucher, nous montre que l’escalade, le geste de trop, peut très vite arriver. Même si ces hommes, qui semblent forts extérieurement sont prêts à aider grâce à leur carrure, ils sont tendres au fond de leur coeur. Eux aussi ont des sentiments et il leur est difficile de les avouer, surtout avec un vécu tel celui de Ludovic. Une histoire qui pourrait arriver à n’importe qui, n’importe quant. L’auteur dissèque admirablement leurs réactions, leurs attentes, leurs vies à Paris. C’est un roman où l’un découvre l’autre et inversement. Toutes leurs émotions sont détaillées.

Outre cette histoire d’amour, qui semble vouée à l’échec, Serge Joncour nous offre un tableau de la société française qui est vraiment malade. Entre ceux qui n’y arrivent pas financièrement et qui ont la visite de sociétés de recouvrement et tous ceux qui, à force de magouilles, de contacts, ne sont pratiquement jamais inquiétés. Le lecteur voit bien que Serge Joncour s’est informé et il fournit au lecteur texte de loi et toute cette étude de la vie à la campagne où les agriculteurs n’arrivent plus à vivre, de Paris où le beau côtoie le sordide, la banlieue si proche et si éloignée sans parler de cette affaire de pesticides.

Je remercie Babelio pour cette opération spéciale #massecritique et les Editions Flammarion.

Résumé Repose-toi sur moi de Serge Joncour

Ludovic  travaille dans un cabinet de recouvrement. Il n’aime pas la foule, vit seul et a 46 ans.

Aurore est styliste, elle court après le temps. Elle sent que tout va mal au sein de sa société.

Deux corbeaux ont élu domicile dans la cour de leur immeuble. Aurore en a peur. Ces oiseaux deviennent une véritable obsession.

Repose-toi sur moi de Serge Joncour

date de sortie : 17 août 2016

Editeur : Flammarion

Isbn : 978-2-813-0663-9

Nombre de pages : 427

Lieutenant Darmancour d’Eric Jourdan

Lieutenant Darmancour d'Eric Jourdan

Lieutenant Darmancour d’Eric Jourdan

Mon avis sur Lieutenant Darmancour d’Eric Jourdan

Je ne suis pas arrivée au coup de coeur pour ce roman mais presque. Je ne peux pas expliquer pourquoi car  il ne manque vraiment rien dans ce roman. J’ai fait des recherches sur Internet concernant le Lieutenant Darmancour, soit le troisième fils de Charles Perrault. Mais je n’ai pas trouvé grand chose. Rien n’est clairement dit concernant ses écrits repris et améliorés par son père. Mais je le crois bien volontiers. Ensuite, l’auteur relate un fait de la vie de Pierre Perrault. Un fait véridique, son arrestation. Il y a également le fait qu’il soit parti faire la guerre. Je n’en dirai pas plus à ce sujet pour vous laisser la possibilité de lire ce roman.

En tous les cas, l’auteur avec Lieutenant Darmancour nous plonge dans les souvenirs du fils de Charles Perrault. Souvenirs qui commencent lorsqu’il a été emprisonné. Il se raconte sans fioritures. Il sait qui il est. Il l’avoue lui-même, il a été provocateur, vif et rapide. Il aimait écrire et les jeunes garçons. Donc, en prison, toute sa vie défile. Ce sera pareil à l’armée où il se racontera.

Eric Jourdan a l’art et la manière pour nous raconter les sentiments, pour montrer l’amour entre deux hommes. Ses phrases sont belles, pleines de poésie, sans que ce roman ne tourne vraiment à la pornographie. Tout est dans le sens du détail, de ce qui n’est pas dévoilé. Pierre semble être un jeune homme épris de liberté et qui se sent seul. Il aime son père mais ce dernier est trop vieux et il semble y avoir de l’incompréhension. Pierre a toujours ressenti de la culpabilité vis à vis de la mort de sa mère. Mais libre il est, libre il sera. Le roman décrit très bien le rejet de tout ce qui n’est pas conforme à la morale et à ce qui n’est pas compris. Heureusement, toutefois, qu’en ce temps-là, de nombreuses femmes étaient prêtes à aider ces hommes.

La tournure des phrases est très riche et me rappelle de nombreux auteurs littéraires connus et étudiés au collège et au lycée. Eric Jourdan joue avec les synonymes pour décrire l’amour, les plaisirs. Ex : les baisers de l’air. Le lecteur visite Paris, son agrandissement, ses constructions. Il nous explique également l’achat d’un titre comme cela a été le cas pour le fils de Charles Perrault, comment il a pu éviter la prison.

Je dois avouer que la postface est très instructive puisque le neveu d’Eric Jourdan nous en dit plus sur son oncle.

Je remercie les Editions La Musardine pour l’envoi de ce roman.

Résumé de Lieutenant Darmancour d’Eric Jourdan

Pierre Perrault se retrouve arrêté suite à la blessure de son ami. Il passe quelques nuits en prison avant d’être relâché sous condition.

Pendant ces quelques jours, il voit sa vie défiler. Il demande pardon à son père.

Lieutenant Darmancour d’Eric Jourdan

date de sortie : 16 juin 2016

Editeur : La Musardine

Isbn : 978-2-84271-806-0

Nombre de pages : 206