Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Trop de chefs, pas assez d'indiens de Marion Achard

Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Résumé Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Lally a 10 ans, elle est la fille d’un chef indien Cherokee. Mais ce n’est que dans ses rêves car elle a une imagination débordante qui lui joue énormément de tours dans sa vie quotidienne, à l’école.

D’ailleurs, tout cela déplaît aux adultes qu’elle côtoie.

Avis Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Un petit roman qui se laisse lire pour un adulte. Très facile. Cela prendre peut-être un peu plus de temps pour un enfant qui se retrouvera ou pas dans le personnage de Lally. Elle est en CM2 et cela ne se passe pas bien pour elle. Elle n’a pas de très bons résultats, va avec la boule au ventre à l’école et surtout les adultes ne la comprennent pas. Pourquoi ? Parce que Lally est une rêveuse, elle aime les histoires, notamment celles d’indiens. Si elle était interrogée en classe, elle obtiendrait de très bonnes notes. Mais Lally aime expérimenter et on comprendra pourquoi. On comprendra également la raison de ce mal-être, de cette envie de fuir, de connaître autre chose que son village où tout le monde se connait, a des opinions sur chacun.

Après analyse, Lally est, je trouve, une petite fille qui souffre. Heureusement qu’elle a sa meilleure amie, mais cela ne suffit pas. Elle recherche l’amour de ses parents, et notamment de sa mère. Cette brève rencontre avec Aldo va lui permettre de rencontrer quelqu’un qui va la comprendre. Bien sûr, elle échafaudera des hypothèses mais il lui fera un magnifique cadeau. Même si elle ne comprend pas tout, Lally sera extrêmement franche avec ce jeune homme. Elle avait besoin de lui et il a eu besoin d’elle. Quand une rencontre est magique et permet de changer le cours d’existences, c’est magnifique.

J’aime ces auteurs qui savent parler aux enfants, même les plus jeunes sans utiliser de mots trop difficiles. La lecture est plaisante et aborde les thèmes de l’amitié entre enfants, enfants et adultes. Autre thème celui de l’enfant qui ne se sent pas à sa place dans un monde trop régi par les lois, par la norme. On ne donne pas assez de place à ses enfants rêveurs, qui ont beaucoup d’imagination et qui s’instruisent d’un autre côté, grâce à leurs passions. Ces enfants peuvent être déstabilisés lorsqu’ils rencontrent une situation qui se révèle fausse. Comme le dit si bien l’auteur par la voix, l’écriture de Lally. Le cerveau prend du temps pour apprendre un fait, des données. Lorsque ces derniers sont faux et qu’il n’y a pas d’explications données, il est encore plus difficile à ce même cerveau d’annuler l’info apprise et d’en apprendre une autre.

Pour information, lorsque j’ai lu le titre, je m’attendais à une toute autre histoire. Il m’a fait penser à ces livres de développement personnel où l’on est en prise avec un Chef et que l’on est un indien qui doit suivre les idées de ce chef et ne pas montrer trop de résistances. Je pensais que ce serait une histoire de cour d’école avec ceux sont les stars de l’école, qui font et défont les amitiés et qui acceptent ou pas d’autres élèves. Je me suis trompée de bout en bout et ce n’est pas plus mal.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior pour cette lecture.

Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Date de sortie : mai 2018

Nb pages : 97

Editeur : Actes Sud Junior

ISBN : 978-2-330-10384-2

Le Dragon de Glace de George R.R. Martin

Le dragon de glace de George R.R. Martin – Source Flammarion

Pour le résumé, je vais recopier la 4ème de couverture ce que je ne fais pratiquement jamais. Déjà, que j’en écris pas mal dans la chronique plus bas.

Le dragon de glace est une créature légendaire ne laissant dans son sillage que peur et désolation. Il est si terrifiant qu’aucun homme n’a jamais réussi à le dompter. Pourtant Adara n’a pas peur : le dragon a toujours fait partie de sa vie. Tous les deux vont sauver le monde de la destruction.

Un tout petit roman, parfaitement illustré, qui nous emmène dans l’univers féérique, fantastique, fantasy de George R.R. Martin, le créateur de la saga ayant donné une série suivie par des millions de gens, Game of Thrones.

C’est donc l’histoire d’une petite fille, Adara,et d’un dragon de glace. Une petite fille pas comme les autres qui ne se lie pas facilement, qui semble avoir d’autres préoccupations que rire, sourire. Elle s’amuse seule, lorsque l’hiver est venu et surtout compte les jours jusqu’à son anniversaire car elle est sûre de voir revenir le Dragon de Glace avec lequel elle s’est lié. 

Le Dragon de Glace. Dans son esprit, c’est un animal hors du commun. Pour les autres, c’est juste un élément de la nature qui va apporter du gel tant et plus et retardera considérablement le printemps.

Mais le pays est en guerre et son père ne veut pas abandonner sa ferme. L’attaque de l’autre armée est sanguinaire, les dragons et les dragonniers tout puissants. Invoquant son ami, elle veut partir, se cache, elle veut aller là où elle se sent bien. Se rendant compte des désastres causés, le Dragon de Glace saura-t-il faire face pour sauver les siens, en plein été ? Qu’adviendra-t-il ensuite d’Adara ?

Un petit roman d’amitié avec un personnage féérique, imaginaire. Un petit roman d’amour entre des membres d’une même famille mais qui ne savent pas comment montrer cet amour face à cette petite fille différente. La peur de la disparition, les liens familiaux, souderont encore plus ces quatre membres. Un petit roman où les légendes, les contes sont bien présents.

En très peu de mots, l’auteur décrit bien la sensation de froid, les attaques, le sauvetage, la détresse et l’amour.

Une petite chronique pour un roman de quelques pages. J’en ai déjà trop dévoilé.

Je voulais également m’attarder sur les illustrations de Luis Royo qui parsèment pratiquement toutes les pages du roman et qui illustrent les éléments décrits. Elles sont absolument magnifiques, réalistes, nous transportant dans un monde ou imaginaire ou réel. Le talent de l’auteur est indéniable. Cela me rappelle également les personnages de Final Fantasy, un jeu vidéo cher à ma fille. J’aime dessiner et si je n’avais ne serait-ce qu’1 % de ce talent, je serais incroyablement heureuse !.

Je remercie les Editions Flammarion pour cette lecture.

Le Dragon de Glace de George R.R. Martin

date de sortie : 14 octobre 2015

Editeur : Flammarion Jeunesse

ISBN : 978-2-0813-6518-6

Nb de pages : 117

Les Incorrigibles enfants de la Famille Ashton En route pour Londres de Maryrose Wood

Les Incorrigibles enfants de la Famille Ashton En route pour Londres de Maryrose Wood – Source Babelio

Penelope est toujours la gouvernante des Incorrigibles enfants de la Famille Ashton. L’action se passe juste après le fameux bal où de nombreuses questions n’ont pas trouvé de réponse.

Penelope reçoit une lettre l’invitant à se rendre à Londres avec les enfants. Elle en fait part à Lady Constance qui décide, vu les travaux entrepris dans son domaine, de faire partir tout le monde.

Lire la suite

Les petits flaps – 3 tomes de Claudia Bielinsky, Bérengère Delaporte, Émile Jadoul

Les Editions Casterman lancent une série pour les petits. Une série signée par Claudia Belinsky, Les petits Flaps. Les petits Flaps de Claudia Bielinsky, ce sont j’enlève tout !, tome 2, où est maman éléphant de Bérengère Delaporte, tome 3.

Pour donner envie aux enfants de lire, il faut s’y prendre très tôt et leur raconter des histoires. Les livres, pour les plus petits sont nombreux. Il y a de tout. Cela leur permet de voir de belles images, de toucher également, d’apprendre. Ma fille, qui a maintenant 20 ans et qui est une lectrice assidue, aurait vraiment aimé ces petits livres. Lorsqu’elle était petite, nous avions énormément d’imagiers. Dès le début, un avait sa préférence. Il nous a fait de nombreuses années. Toute petite déjà, elle était très précautionneuse. Ses livres n’ont pratiquement jamais été abimés. Au fil des mois, des ans, sa collection de livres s’est énormément agrandie. Le livre a toujours fait partie de nos achats dans la famille. Et cela continue.

Lire la suite

Le journal de Nine, pourquoi c’est plus pareil ? de Géraldine Maillet

Le journal de Nine Pourquoi c'est plus pareil ? de Géraldine Maillet

Le journal de Nine Pourquoi c’est plus pareil ? de Géraldine Maillet

Dans son journal, Nine raconte la séparation de ses parents, comment s’organise sa nouvelle vie avec toutes les interrogations d’une petite fille qui va entrer dans la phase adolescente avec une entrée au collège.

Léopoldine, dite Nine, a près de 10 ans. Elle est au CM2 et va bientôt entrer au collège. Elle tient son journal, qui commence dans ce roman au 28 février et se finit pratiquement au moment de son 10ème anniversaire. Nine, dans ce journal, tient la chronique de la fin du mariage de ses parents, de ses interrogations face à ça et aussi celles de son frère. Comment faire avec deux maisons, retrouver des habitudes, les projets de famille qui ne seront plus à l’ordre du jour, une organisation à revoir… Comme la plupart des élèves de sa classe, elle sera enfant de divorcés.

Comme le démontre Nine, ce divorce fait partie des aléas de la vie. Comme tout enfant, elle pense être responsable de la séparation de ses parents, ils pensent ne plus être aimés. Pourtant, les parents n’ont pas pris en otage leurs enfants. Pour cela, l’auteur a bien réussi son coup. Les enfants se sont aperçus que les parents se disputaient souvent, que leur amour était mort mais pas l’amour pour leurs enfants. D’ailleurs, pour un enfant, il  semblerait que l’un ne va pas sans l’autre. Mais Nine s’apercevra du contraire au fil de la relation que vont entretenir ses parents divorcés. Comme tout enfant, la famille recomposée sera aussi difficile à accepter, comme un nouvel homme, une nouvelle femme, de nouveaux enfants. Mais ce que veut Nine, c’est que l’un et l’autre retombent amoureux. La loi des chiffres, elle ne veut pas de chiffres impairs chez elle. Nine est une adolescente qui aime la littérature, la poésie, les chiffres, qui sait prendre soin de son frère quand il en a besoin, être là pour sa maman quand elle sent qu’elle n’est pas bien ou pour l’encourage en lui disant qu’elle est belle avant une sortie.

Ce roman est mignon, tendre. Il traite d’un sujet difficile pour les enfants. Mais grâce aux illustrations de Line T., à l’écriture de cette petite fille, la pilule passe assez bien. Mais ça, c’est l’avis d’une adulte. Je ne sais pas ce qu’en penserait un jeune adolescent. L’auteur, avec l’écriture de Nine, démontre dès le départ que les parents n’ont pas grand chose en commun, mais cette différence n’entraîne pas forcément une rupture. La mère est un peu fantasque et le père assez terre à terre. Chaque page est ornée d’un petit dessin qui traite du sujet lu dans chaque page.

L’évolution dans la vie, anniversaire, divorce, grandir, ça change en mieux ou pas.

Merci aux Editions  Flammarion pour leur confiance. J’ai dévoré ce roman très court en peu de temps.

Le journal de Nine, pourquoi c’est plus pareil de Géraldine Maillet

date de sortie : 6 mai 2015

Editeur : Flammarion

ISBN : 978-2-0183-5945-1

Nb de pages : 128

La mode racontée aux enfants de Nathalie Azoulai et Delphine de Canecaude

tous les livres sur Babelio.com

Ce beau livre retrace l’histoire de la mode pour les petites filles ou les petits garçons de ses débuts à maintenant.
Lorsque j’ai eu la possibilité de choisir des livres en sélection jeunesse avec Babélio, mon choix s’est porté sur deux livres consacrés à la mode et un autre d’un auteur pour adolescent, auteur déjà et que j’avais apprécié.

J’ai reçu ce très beau livre des Editions de La Martinière, un beau livre de 2013.
Il permet aux enfants de connaître les éléments essentiels de la mode. Selon l’âge, je conseille de le lire avec un adulte car certains mots sont assez difficiles à comprendre.
La mode m’intéresse énormément mais j’ai tout de même appris deux ou trois choses importantes concernant les grandes maisons de Haute Couture, qui sont peu nombreuses. Elles sont nommées Maisons de Haute Couture car elles doivent, au moins, posséder deux ateliers.

Le livre est composé d’un petit lexique pour certains mots. Il y a des références au cinéma, à des dates, des chiffres importants (le nombre de maisons, le nombre de clientes Haute Couture, le temps qu’il faut pour créer une robe après un défilé aux mensurations de la cliente.

Bien entendu, les plus grands sont là comme Chanel, Dior, Yves Saint-Laurent. Jean-Paul Gaultier est juste nommé et je trouve dommage que rien n’ait été écrit sur lui. Il a quand même des années de métier derrière lui maintenant.

On part également à l’étranger avec la mode en Angleterre, en Italie. Mais je trouve que comparer Lady Gaga à Daphné Guiness, c’est complètement inapproprié. La seconde a inventé pas mal de choses mais Lady Gaga n’est pas anglaise, il me semble. Et niveau excentricité, Daphné Guiness est certes excentrique mais c’est toujours de bon goût, au contraire de Lady Gaga. Ce n’est pas parce que l’on s’adresse à des enfants que l’on doit citer Lady Gaga a tout bout de champ. L’étranger c’est également le Japon, la Belgique et les Etats-Unis et leur esprit marketing.

Le livre se penche sur les ateliers Haute-Couture, le défilé, le métier de mannequin, les magazines, les blogs mode et surtout le travail du photographe, important dans la mode puisqu’il crée une ambiance pour mettre en scène des vêtements. Toutes les photos présentes dans ce livre sont expliquées à la fin du livre.

Si on commence avec l’histoire de la mode et le luxe, on finit avec la mode vite faite et le cas Zara qui crée vite, peu, renouvelle constamment et qui a de nombreux clients. Entre une chaussure Zara et une chaussure Chloé, il n’y a pas photo. Je préfère vraiment ne pas acheter Zara et n’ayant pas les sous pour m’acheter une Chloé, je me rabats sur autre chose.

Bref, enfin, pas si bref que ça. Un très beau livre qui peut faire un joli cadeau. Il est ludique, bien écrit, avec de belles photos pour connaître l’univers de la mode avant d’en faire son métier ?