Le lambeau de Philippe Lançon

Le lambeau de Philippe Lançon - Editions Gallimard

Le lambeau de Philippe Lançon – Editions Gallimard

Le lambeau de Philippe Lançon, présentation de l’éditeur

Lambeau, subst. masc. 1. Morceau d’étoffe, de papier, de matière souple, déchiré ou arraché, détaché du tout ou y attenant en partie.

2. Par analogie : morceau de chair ou de peau arrachée volontairement ou accidentellement. Lambeau sanglant ; lambeaux de chair et de sang. Juan, désespéré, le mordit à la joue, déchira un lambeau de chair qui découvrait sa mâchoire (Borel, Champavert, 1833, p. 55).

3. Chirurgie : segment de parties molles conservées lors de l’amputation d’un membre pour recouvrir les parties osseuses et obtenir une cicatrice souple. Il ne restait plus après l’amputation qu’à rabattre le lambeau de chair sur la plaie, ainsi qu’une épaulette à plat (Zola, Débâcle, 1892, p. 338). (Définitions extraites du Trésor de la Langue Française).

Philippe Lançon est journaliste à Libération et Charlie Hebdo, et écrivain.

Avis Le lambeau de Philippe Lançon

Donner un avis sur une telle autobiographie, ce n’est pas possible. Le lecteur n’est pas là pour critiquer le style de l’auteur, comment il amène tel ou tel évènement. Ce sont donc des sentiments de lecture que je vais donner. C’est l’homme qui a voulu que j’achète Le lambeau car il voulait le lire. Donc, personnellement, cela a été fait après pour moi, entre des lectures plus réjouissantes, si je puis l’écrire, pour moi.

Tout le long de cette autobiographie, j’ai trouvé Philippe Lançon avec un grand manque de confiance en lui, en son talent. Toutes les références, qu’elles soient littéraires ou musicales montrent un homme profondément érudit. Pourtant, chez Charlie, il se sentait comme une pièce rapportée, il ne s’intégrait pas forcément au groupe composé de telles pointures. Même dans son passé de journaliste, pour ses papiers, il ne se sentait pas à la hauteur. C’est le premier sentiment que m’a apporté cette lecture.

Philippe Lançon nous détaille donc tout, sa dernière soirée et sa dernière matinée en tant qu’homme avant l’attentat. Il nous décrit ce qu’il a entendu et puis vu. Il ne nous parle pas de douleur physique. L’attentat contre Charlie Hebdo a coupé sa vie en deux, il y a eu une cassure entre ses deux vies. Il devra réenclencher ses souvenirs. Il y a eu avant et il y aura forcément l’après avec ces semaines passées à l’hôpital où il subira de nombreuses opérations pour retrouver une partie de sa mâchoire. Philippe Lançon s’inquiète des uns, des autres, mais aussi de ses affaires. Il sera forcément très entouré, notamment par son frère qui prendra tout en charge et avec qui il retrouvera une complicité plus que fraternelle. Il y aura aussi ses parents, ses amis, ses femmes, surtout des personnes fortes. Les relations ne seront pas faciles entre cet avant, ce pendant et cet après. Il n’a plus son corps, il n’a plus sa vie;.Philippe Lançon tisse également de belles relations avec le personnel soignant, sa chirurgienne et également les policiers qui assurent sa protection. Il leur rend un très bel hommage car, sans eux, il n’aurait pas pu affronter tout cela. Il a très vite compris que pour affronter tout ce qu’il doit subir, il doit les écouter, être un patient idéal, que souffrir permet de guérir et même si les opérations ne sont pas toujours couronnées de succès, il prend son mal en patience. Il sait qu’il ne peut pas faire autrement. Il y a également cette culpabilité du patient qui dépend de tous et de tout, mais le patient devra également faire les choses par lui-même pour préserver sa dignité et celle des autres.

La peur est là, continuelle, elle lui fait faire des cauchemars, il les revoit tout le temps. Mais aucune haine, aucune envie de se venger de ces hommes qui ont tué et qui ont blessé. Et cette peur sera là lorsqu’il fera ses premiers pas dehors, lorsqu’il sera au milieu des passants, quand il retournera chez lui.

J’ai l’impression que Philippe Lançon ne veut pas s’attirer forcément la sympathie de ses lecteurs, leur compassion, il veut laisser un témoignage de ce qu’il a expérimenté, de ses réactions.

Le lambeau de Philippe Lançon

Date de sortie : 3 janvier 2020

Editeur : Gallimard

Nombre de pages : 511

ISBN : 978-2-07-268907-9

Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier

tous les livres sur Babelio.com

Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier, présentation de l’éditeur

Abandonnées dès leur naissance, les jumelles Grenier sont restées à la crèche plus de deux ans sans que personne les adopte ? jusqu’à ce qu’un couple décide de les accueillir. L’histoire aurait pu se terminer là et avoir une fin heureuse, mais ce fut loin d’être le cas… Dans cette maison, les fillettes ont été martyrisées, physiquement et sexuellement, et confinées dans le noir le plus complet, dans de minuscules couchettes. Durant des années, elles ont vécu dans un climat de terreur perpétuel. Pourquoi les Services sociaux ne sont-ils pas intervenus plus tôt ? Encore aujourd’hui, la question se pose ? Cinquante ans plus tard, les deux femmes témoignent du véritable enfer auquel elles ont survécu, avec une résilience hors du commun et la volonté de changer la société dans laquelle on vit. L’histoire des jumelles Grenier est véridique et appuyée par des faits notés dans les rapports officiels des Services sociaux, entre 1967 et 1973. Elles ont choisi de rompre le silence pour se libérer enfin de ce boulet qu’elles traînent depuis trop longtemps, mais, surtout, pour éviter que ce qu’elles ont subi se répète, dans l’espoir d’un monde plus humain. Tous connaissent Aurore l’enfant martyre, cependant personne ne veut croire que de tels drames se produisent encore. Ce livre est le vibrant témoignage d’une enfance brisée. Un cri du coeur qui nous bouleverse et nous laisse sans mots.

Avis Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier

Autobiographie de jumelles qui ont été abandonnées à la naissance par leur mère et qui ont été élevées par l’Etat, placées dans des familles dans le but d’une adoption.

Premier placement à l’âge de deux ans et plus. C’est déjà un âge important pour trouver une famille d’adoption. Ces jumelles avaient un caractère différent mais elles recherchaient avant tout de l’affection que l’orphelinat n’a pu donner. Elles sont parties dans cette famille et là, pendant de nombreuses années elles ont vécu les plus grands sévices. Violences sexuelles, violences physiques et psychiques. Comment se construire quand on est un enfant face à tout ça ?

Face à l’introduction, je pensais que j’aurais été plus choquée par ce qui est arrivé à ces jumelles ? Je pensais que j’aurais eu les larmes aux yeux en lisant l’indicible, en lisant toutes ces violences. Alors, même si je ne supporte pas que l’on fasse du mal aux plus faibles, même si je me range de leur côté, je n’ai pas eu les larmes qui sont montées aux yeux. Car il n’y a pas que cela, ces violences dans cette autobiographie. Les jumelles racontent également les différents épisodes de leur vie lorsqu’enfin, elles ont été sorties de ce foyer, qu’elles ont été chez une autre personne et lorsqu’elles ont été adoptées.

Cette violence a fait qu’elles se sont trouvées rabaissées. Elles n’avaient plus confiance en elle et surtout elles n’avaient plus confiance dans les autres. Elles croyaient que ce qu’elles vivaient était le lot de tous les enfants. La porte de salut a été, en partie, leur scolarisation. Mais là aussi, endoctrinées par leur bourreau, elles n’ont rien dit. Elles étaient également une véritable manne financière.

Dans cette autobiographie, elles dénoncent les services sociaux qui n’ont pas fait leur travail. Elles veulent démontrer qu’il faut que les gens réagissent lorsque les plus faibles sont en situation de danger, que la personne connaît cette situation de danger. Il faut que cela soit dénoncé. Dénoncé, oui, tout à fait d’accord. Mais en face, est-ce qu’il y a du répondant ? Pas toujours. Que ce soit dans leur pays ou en France, ou partout ailleurs, ce n’est pas toujours évident aux services sociaux, à l’Etat de réagir lorsqu’une personne est en danger.

Cette autobiographie démontre qu’elles ont pu s’en sortir. Comment ? Elles ne peuvent l’expliquer. Peut-être parce qu’elles étaient deux et qu’elles se sont épaulées, soutenues et malgré les drames elles savaient qu’elles pouvaient compter l’une sur l’autre, malgré leurs différences de caractère.

En fin de livre, certains rapports des services sociaux et aussi un écrit de leur part envers celle qui les a mises au monde. Cela a servi, tout de même, à quelque chose, d’écrire, de mettre les mots sur les maux. Cela a permis d’avancer.

Les jumelles martyres d’Isabelle et Mireille Grenier

Date de sortie : 3 octobre 2018

Editeur : Editions de Mortague

Nombre de pages : 269

ISBN : 978-2-89662-893-3

La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

La fille au sourire de perles La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil – Editions Les Escales

Présentation de l’Editeur La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

Un témoignage nécessaire qui nous incite à regarder au-delà du statut de victime. Clemantine Wamariya livre une histoire poignante et inspirante qui révèle l’importance de chaque existence et la puissance du récit.
Rwanda, 1994. Clemantine a six ans lorsqu’elle doit fuir les massacres avec sa grande soeur Claire. Sans nouvelles de leur famille, déplacées de camps de réfugiés en camps de réfugiés, elles affrontent la faim, la soif, la misère et la cruauté pendant six ans avant d’arriver aux États-Unis.
À Chicago, Clemantine est recueillie par un couple aisé et découvre soudain une toute autre réalité. Projetée dans un véritable rêve américain, l’adolescente est pourtant plus perdue que jamais. Une question s’impose alors : comment se reconstruire et donner un sens à son histoire après avoir vécu l’enfer ?

Sincère, urgent et bouleversant, La Fille au sourire de perles examine la question de l’identité et de l’appartenance, des cicatrices laissées par un traumatisme, mais aussi du rapport à l’autre quand celui-ci ne voit en vous qu’une victime.
Un témoignage actuel et plus que jamais nécessaire.
 

Avis La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

Ceci est l’autobiographie de Clemantine qui vivait dans une famille assez aisée au Rwanda.

L’histoire alterne les passages de la vie de Clemantine au Rwanda, son arrivée aux Etats-Unis, la fuite avec sa soeur dans de nombreux pays d’Afrique et son évolution en tant qu’adolescente puis adulte aux Etats-Unis. 

Clemantine est toute jeune. Elle a une soeur beaucoup plus âgée. Elles partiront toutes les deux chez leur grand-mère. Mais très vite, elles devront prendre la route, diverses routes, pour gagner des pays. Difficile pour Claire de prendre soin de cette petite soeur. Claire a toujours eu à l’esprit qu’elle était l’égale des autres. Elle a toujours su se débrouiller pour tenter d’améliorer, un tant soit peu, son quotidien. Et cela a continué aux Etats-Unis. Même si elle a souffert de toutes les expériences traversées. Claire n’est pas anéantie. Est-elle en colère ? Peut-être contre tous ceux qui ne la considèrent pas comme un être humain. Clemantine perdra de nombreuses choses personnelles, même si elle emmène peu à chaque fois. Et cela lui fera extrêmement mal. A chaque fois qu’elle peut aimer quelqu’un, elle devra vite partir. Est-ce que cela aurait changé quelque chose, son caractère, si sa soeur avait été beaucoup plus proche d’elle ?

Suis-je la seule à qui ce livre laisse une sensation désagréable ? Ce n’est pas dû à cette colère que Clemantine ressent continuellement. Ce n’est pas dû au fait qu’elle ne peut pas faire confiance aux autres. En tous les cas, elle a fait confiance à de nombreuses personnes pour écrire cette autobiographie. De plus, la page des remerciements est extrêmement longue. Je n’ai jamais eu l’impression qu’elle profitait des personnes qu’elle a rencontrées en Amérique, comme Oprah Winfrey, de sa famille d’accueil. Ils l’ont aidé à devenir une jeune fille, une jeune femme instruite. Je conçois tout à fait que Clemantine se cherche car pendant des années, elle n’a été plus rien. Elle a survécu à l’horreur. Est-il possible que Clemantine ne ressente aucun amour pour personne, comme elle l’écrit ? Pas d’amour pour ces neveux avec lesquels elle est restée pratiquement tout le temps. Pas d’amour pour ceux qui ont partagé sa vie. Quand on est arraché à une famille, famille que l’on retrouve des années plus tard et qui a continué à vivre, malgré tout, à avoir des enfants, n’y a-t-il pas un sentiment de jalousie face à ça ? Car Clemantine, même si elle a retrouvé les siens, n’a pas retrouvé sa famille telle qu’elle l’a laissée. Je comprends que Clemantine ne soit pas d’accord avec tous ceux qui pensent que les réfugiés ont tous vécu la même chose. Ils sont déshumanisés en quelque sorte. Elle doit également faire avec une autre façon de vivre, une autre culture, tenter de faire comprendre aux autres toute cette souffrance même si c’est difficile pour elle d’y mettre les mots de façon correcte. Ses réactions peuvent choquer. Livre témoignage mais aussi livre écrit pour que la mémoire ne s’efface pas. Je ne suis pas choquée par les réactions de Clemantine mais pourquoi accepter toutes ces conférences, témoigner autant alors qu’elle connait les réactions des uns et des autres ?

Toutes ces personnes ont souffert et de la plus horrible des façons. Elle a raison quand elle dit que chaque souffrance est différente. Elles ne sont pas comparables, que ce soit ceux qui ont subi l’holocauste ou encore ceux qui ont été victimes de génocides. Certaines lectures lui ont été profitables, car elle a trouvé des réponses à ses questions. On apprend tout de même énormément de choses au niveau de la politique du Rwanda, comment a été colonisé ce pays par la Belgique, ce que ce pays a fait pour séparer les différentes personnes rwandaises. 

Je remercie les Editions Les Escales et l’agence Anne & Arnaud pour cette lecture.

La fille au sourire de perles de Clemantine Wamariya et Elizabeth Weil

Date de sortie : 10 janvier 2019

Editeur : Les Escales

Nombre de pages : 312

ISBN : 9782365694186

L’enfant et le dictateur de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot

L'enfant et le dictateur de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot

L’enfant et le dictateur de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot

Résumé L’enfant et le dictateur de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot

Ana a 17 ans. Elle vit une relation difficile avec sa mère. Elle rencontre un jeune homme, joueur de football, Nicolae, un véritable séducteur.

Ils couchent ensemble et au bout de quelques semaines, Ana est enceinte. Elle tentera d’avertir le jeune homme qui se détourne d’elle.

Avis L’enfant et le dictateur de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot

De la Roumanie, je ne connais pas grand chose, sauf le régime totalitaire mais aussi lorsque Nicolae Ceaușescu et son épouse sont, le jour de Noël 1989, condamnés à mort et exécutés. La Roumanie, c’est aussi Dracula. Mais ce n’est pas le but et le thème de ce livre.

C’est le témoignage de Marion, adoptée à l’âge de six ans, alors qu’elle a été abandonnée par sa mère dans un orphelinat de Roumanie. Je mets bien abandonnée en italique car en lisant ce document, vous vous rendrez compte que le mot abandon dans la dictature de Ceaușescu n’est pas au sens propre. Le témoignage est construit autour de Marion et des personnages principaux de sa vie, ses parents adoptifs mais aussi ses parents qu’elle n’aura de cesse de chercher pour tenter de comprendre cet abandon.

Les faits décrits dans ce livre nous renvoient à des images fortes vues à la télévision avec la mort du dictateur et la découverte de ces nombreux orphelinats où survivaient des enfants. Ceaușescu n’a rien à envier à Hitler. Il savait se montrer plus qu’affable lors de réunions internationales mais il, et sa femme, avaient organisé la terreur dans leur propre pays. Famine, misère, politique familiale pour avoir le plus d’enfants possibles qui serviraient la Roumanie et surtout de nombreux interdits pour les femmes. Mais les images ont peu à voir avec la réalité avec ce qu’ont enduré tous ses enfants et les parents de surcroît. Dans le cas de Marion, on apprend ce qui s’est passé pour sa mère biologique, les détails de son adoption et toute sa vie en France. Une vie pas facile pour une enfant qui ne se rappelle pas, qui a enfoui au plus profond de sa mémoire, les six premières années de sa vie. Six ans sous les cris avec sous les yeux des enfants non désirés, parqués dans des endroits comme des bêtes. Ce sera aussi une vie assez difficile en France, malgré l’amour et les soins dispensés par cette famille française. Car Marie a toujours peur de l’abandon, ne fait pas confiance aux femmes et sa mère adoptive en subit les conséquences. Marie est en colère, elle a de la haine, elle n’a pas confiance en elle. Cela peut se comprendre avec un tel bagage. Son corps se révolte donc car elle garde tout en elle. A force de volonté et même si elle garde beaucoup au fond d’elle, elle arrivera à s’en sortir. Elle rencontrera sur son chemin des personnes qui vont compter. Cette quête de sa famille biologique ne sera pas facile, bien entendu, car elle devra, mettre de côté ce qu’elle ressent, ses sentiments, pour tenter de comprendre ce qui s’est passé pour sa mère biologique.

Est-ce que tous les enfants qui ont vécu des conditions extrêmement difficiles comme Marie réagissent de cette façon ? Coupés de leur pays, de leurs racines, de leurs parents, une vie d’adopté ne doit pas être facile à appréhender surtout lorsque cette adoption a lieu à un âge déjà avancé dans la vie d’un enfant, qui a tenté de se construire. Se rendre compte qu’ils ne vont manquer de rien mais réagissent comme si cela pouvait très vite s’arrêter, cumuler les possessions et les cacher.

Outre la recherche de ses racines, ce témoignage explique tout à fait la vie en Roumanie dans les années 70 et bien plus tard, lorsque Marion y reviendra de nombreuses fois. Ce livre est également un véritable témoignage historique de ceux qui ont vécu au coeur de ce pays, de cette dictature. 

Je remercie Marion Le Roy Dagen de m’avoir envoyé un message sur Facebook pour me faire une présentation de ce livre et d’avoir accédé à ma demande pour le recevoir. On ne ressort pas indemne d’une telle lecture.

L’enfant et le dictateur de Marion Le Roy Dagen et Xavier-Marie Bonnot

Date de sortie : 15 février 2018

Editeur :Belfond

Nombre de pages : 222

ISBN : 9782714478313

Femmes Merveilleuses de Manuella Arnold

Femmes merveilles de Manuella Arnold

Femmes merveilles de Manuella Arnold

Présentation de Femmes Merveilleuses de Manuella Arnold

Parce que toutes les femmes sont exceptionnelles, l’auteure a souhaité mettre en avant dans ce livre, les personnages féminins clés ayant rythmés sa vie et qui continuent de l’inspirer. Un hommage aux femmes donc, mais aussi un rappel de la difficulté qu’elles ont eu et qu’elles continuent d’avoir à trouver leur place dans le monde. L’auteure rappelle ici que le combat pour une plus grande égalité en droit entre hommes et femmes est loin d’être terminé. Ce n’est pas un fait nouveau, mais nous devons le garder à l’esprit pour ne pas régresser !

« J’ai coutume de dire que nous sommes l’ensemble des personnes rencontrées, qui ont croisé un jour notre chemin et qui nous ont inspiré. » – Manuella Arnold

Manuella Arnold

Manuella Arnold est une professionnelle de la communication, engagée dans la défense du droit des femmes. Elle crée en 2017 la page Facebook Femmes Merveilleuses et y partage des actualités au sujet du droit des femmes à travers le monde, ainsi que des portraits de femmes qui gagnent à être connues. Présidente de l’association Maman Yogi, elle organise des événements dédiés au bien-être des femmes et des mères. Passionnée par le monde de l’édition dans lequel elle évolue professionnellement, Manuella publie ici son premier livre.

Merci Manuella pour l’envoi de votre ouvrage. Je vais le lire très bientôt.

Femmes Merveilleuses de Manuella Arnold

Date de sortie : mars 2018

Nb pages : 112

Editeur : Owen Publishing

ISBN : 9782956000082

Aphorismes d’un Parfumeur de Dominique Ropion

Aphorismes d'un Parfumeur de Dominique Ropion

Aphorismes d’un Parfumeur de Dominique Ropion

Dominique Ropion est un Maître Parfumeur, il se confie dans Aphorismes d’un Parfumeur.

Après Jean-Claude Ellena, place à Dominique Ropion, un des plus grands Maîtres Parfumeurs, Nez au monde. Il m’en manque encore quelques uns mais deux, c’est déjà pas mal. A lire et conserver précieusement parmi tous mes dossiers parfumés.

Présentation d’Aphorismes d’un Parfumeur de Dominique Ropion

Il y a toujours un parfum ou des odeurs associés à un événement, un lieu ou une rencontre, comme un aide-mémoire infaillible et fidèle, une formule pas forcément reconnue mais toujours disponible, en cas de besoin. 

Dominique Ropion est souvent décrit comme un personnage discret, surdoué, facétieux, et un travailleur acharné. Lui se définit comme un compositeur, un arithméticien des parfums, mû par l’idée qu’« une même formule raconte sur les peaux de chacun des histoires différentes ». Au fil des chapitres, il décompose les odeurs qui ont jalonné son enfance, celles qu’il aime croiser au détour d’une rue ou au gré d’une rencontre, ou encore celles des fleurs —rose, narcisse, tubéreuse—, pour nous en livrer les secrets olfactifs et émotionnels. Explorant les notions d’addiction, d’animalité et d’attirance, il tente de « se saisir de n’importe quelle existence, et d’en épouser l’intimité, forcément étrangère ». À travers ce témoignage unique, il nous transmet une approche sensible et singulière de son métier.

Dominique Ropion

avec la participation de Marie-Bénédicte Gauthier

Dominique Ropion est maître parfumeur au sein de la maison de composition International Flavors & Fragrances (IFF), à Paris, depuis 2000. Il est l’auteur de grands succès de la parfumerie des trente dernières années : Ysatis et Amarige de Givenchy, La vie est belle de Lancôme, Aliende Thierry Mugler, ou encore, pour Frédéric Malle, Portrait of a Lady et Carnal Flower.

Marie-Bénédicte Gauthier est journaliste, et auteure de plusieurs livres, dont Parfums mythiques (éd. La Martinière, 2011).

Préface de Frédéric Malle

Petit-fils du fondateur des parfums Christian Dior, Frédéric Malle fonde en 2000 ses « Éditions de parfums ». On compte parmi les parfumeurs de la maison Dominique Ropion, Jean-Claude Ellena, Michel Roudnitska ou encore Sophia Grojsman.

Aphorismes d’un Parfumeur de Dominique Ropion

Date de sortie : 15 mars 2018

Nb pages : 128

Editeur : Le Contrepoint, que je remercie énormément pour cet envoi qui me transporte

ISBN : 9782370630605

Seper Hero de Marine Barnérias

Seper Hero Marine Barnérias

Seper Hero Marine Barnérias

Avis Seper Hero de Marine Barnérias

J’ai lu cet ouvrage en deux fois. En effet, nous n’avons qu’une seule liseuse et, à un moment donné, j’ai dû la laisser quelques jours. Donc, cela a été une coupure. Je ne peux pas dire que je n’ai pas adhéré aux mots écrits et à l’histoire racontée par Marine. Ce n’est pas cela mais ils ne sont peut-être pas tombés au mauvais moment. Je n’ai pas réussi à avoir l’écho voulu. Pendant cette lecture est arrivée le suicide de Chester Bennington. Donc, cela a pratiquement donné moins de valeur aux conseils et au vécu de Marine. S’écouter, écouter son corps, son âme et son esprit pour être en paix et surtout s’aimer.

Mais tout cela n’ôte, en aucun cas, ce qu’a vécu cette jeune femme atteinte de sclérose en plaque. Elle a décidé d’entreprendre un très long voyage, visiter trois pays mais pas comme une touriste. Elle a été très volontaire. Du stop pour se déplacer, atteindre les objectifs fixés, rencontrer des gens, être en communion avec la nature.

Nouvelle-Zélande, Birmanie, Mongolie, chaque destination avait un but précis. Le corps, l’âme et l’esprit. Elle est passée par de nombreux moments de doute. Mais Marine a un caractère fort et avait la volonté d’y arriver, pour elle et pour sa Rosy. Rosy, le prénom donné à sa maladie pour qu’elles vivent toutes les deux en osmose.

Ce livre est un message d’espoir pour tous, malades et bien portants. Le but est d’aider, que les forces soient mises en commun. Marine relate ses nombreuses expériences. Il est vrai qu’elle donne des conseils mais parce qu’elle les a ressentis comme cela. Lors de son retour à Paris, cela a été très difficile pour elle. Un trop plein et comment mettre en place tout ce qu’elle a vécu pour ne pas retomber dans ses travers. Même si elle affirme que la vie est belle, qu’elle doit être vécue, que l’on doit faire attention à soi pour faire attention aux autres, le quotidien rattrape les uns et les autres. C’est vrai que la vie est différente en France par rapport à d’autres pays, d’autres cultures, d’autres peuples. Ils ont l’air plus heureux que nous mais pour combien de temps ? Car les gouvernements peuvent tout faire basculer. J’ai aimé ses nombreuses descriptions qui donnent des paysages à couper le souffle, des personnes que l’on a envie de rencontrer, avec lesquelles on a envie de partager.

Un mauvais point en ce qui concerne le milieu médical. Tous ces médecins sont des êtres humains. Certains n’ont pas une once d’empathie. Ils assènent leur verdict, sans prendre en compte les émotions des patients. C’est vrai que ce ne sont pas des psy et qu’ils voient énormément de laideur. Mais un ton beaucoup moins dur pourrait être mieux accueilli. Certains ne prennent pas en compte les désirs de leurs patients, surtout lorsqu’un traitement médical est unique.

Une dernière chose à rajouter. Je sature de trouver des fautes dans les livres. Celui-ci n’est pas une exception à la règle, et c’est toujours aux derniers 3/4 du roman, et cela ne sera pas le dernier. Cela reste toujours mon point critique et m’empêche vraiment de donner une note maximale à un roman, un livre. Je sais que les livres sont lus et relus, corrigés et recorrigés. Quand, en plus, ils sont édités par une grande maison, je ne vois pas pourquoi autant de fautes d’orthographe passent avant l’impression.

Je remercie les Editions Flammarion de m’avoir permis de lire cet ouvrage.

Résumé Seper Hero de Marine Barnérias

Marine est à Marseille où elle poursuit ses études. Elle est une jeune fille très active, impliquée dans les associations. 

Lors d’une manifestation, sa vue baisse inexorablement. Après des examens, elle apprend qu’elle est atteinte de sclérose en plaque. Pour elle, ce sera le déni et elle refuse pour le moment un traitement.

Elle écoute sa petite voix qui la conseille et la décision est prise. Prendre plus de six mois pour visiter trois pays et connaître son corps, son esprit et son âme. Grâce à la mobilisation de tous, elle peut entreprendre son voyage.

Seper Hero de Marine Barnérias

Date de sortie : 24 mai 2017

Nb pages : 464

Editeur : Flammarion

ISBN : 978-2-0814-1362-7

EnregistrerEnregistrer

Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Le journal de la métamorphose Tome 1 L'adolescence de Marine Rose

Le journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Avis Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Je tiens à remercier Marine Rose de m’avoir contacté via FB pour me permettre de lire le premier tome de son Journal. Je tiens également à m’excuser de l’avoir lu si tard et donc écrire la critique plusieurs semaines après l’envoi. Je tiens aussi à la féliciter, ainsi que le papa, pour la naissance de son premier enfant. J’espère qu’elle trouvera ce bonheur auquel elle aspire tant. J’ai l’impression que c’est en bonne voie.

Dans ce premier tome, le lecteur suit la vie de Marine entre 17 et 19 ans, une période qui peut être assez difficile pour une jeune fille, qui est encore une adolescente et pas tout à fait une femvbme. Elle passe par tous les états d’âme, du plus profond désespoir au bonheur le plus total. Marine est une jeune fille qui se cherche. Elle ne sait pas encore quoi faire mais elle ne veut pas échouer, dans tout. Marine est une jeune fille très perfectionniste. J’ai retrouvé certains traits de caractère sur une personne qui m’est très chère. Douter, douter et encore douter. Penser ne rien valoir malgré les encouragements, les félicitations des proches. Et les crises de désespoir sont profondément intenses. Mais Marine arrive à s’en sortir après ces périodes de doute, il y a ces périodes d’euphorie. Elle raconte qu’elle cherche au plus profond d’elle-même pour être une personne meilleure. Mais comment fait-elle ? Comment y arrive-t-telle ? Les arts, tous autant qu’ils sont l’aident beaucoup. La musique, l’équitation, la mode et surtout l’écriture. Car cette dernière est une véritable passion. Je pense que ce journal a été retravaillé pour être publié mais les mots sont choisis avec soin et je pense, dès le départ. Pour des personnes comme Marine qui recherchent l’idéal et surtout à cet âge, le gris est difficile à accepter. Mais c’est en grandissant que l’on fait des concessions sans abandonner ses idéaux. Est-ce que tous ses changements d’humeur sont dus à ce qu’elle nous apprend en fin de Journal ? Le perfectionnisme peut être la cause de beaucoup de soucis médicaux.

Les amis, vrais ou faux, ceux qui restent ou pas, ceux qui évoluent mais pas dans la même direction que soi. Marine en fait l’expérience. Ce dont elle ne doute pas, c’est l’amour de sa famille, de ses parents et de ses frères. D’ailleurs, notamment avec l’aîné, elle a une très belle relation même si elle s’inquiète beaucoup pour lui.

Le lecteur peut se demander, en lisant pratiquement toujours la même chose, comment elle n’arrive pas à tirer des conclusions de ses erreurs. Mais dans toute quête personnelle, le cheminement est long, très long. A chaque expérience, on en ressort grandi. J’écrirai aussi, et sans jugement, que l’alcool n’arrange pas les choses, loin de là. Même si elle semble se rappeler beaucoup en ayant beaucoup bu. Marine va expérimenter les aléas de la vie. Elle va s’écouter, essayer de penser à elle pour se trouver et savoir qui elle est. Elle doit être actrice, la faire et se préoccuper des petites choses pour y prendre du plaisir. Elle doit échanger mais aussi donner car elle attend beaucoup trop des autres. D’ailleurs dans ses principes de recherche d’elle-même, arrive-t-elle à donner ? Elle doit s’aimer. Dans ses écrits, on sent beaucoup de culture. Ces mots sont pensés et maîtrisés.

Résumé Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

De 17 à 19 ans, Marine Rose nous raconte sa vie de lycéenne et d’étudiante.

Elle est à la recherche d’elle-même, du bonheur mais pas que. Questions existentielles sur la vie, sur soi.

Journal de la métamorphose Tome 1 L’adolescence de Marine Rose

Date de sortie : 8 mars 2017

Nb pages : 601

Editeur : Electrons Libres

ISBN : 979-10-348-0095-7

Partie de rien d’Hapsatou Sy

Partie de rien Hapsatou Sy

Partie de rien Hapsatou Sy

Avis Partie de rien d’Hapsatou Sy

Cette autobiographie débute et finit avec son père. Son père, ce héros ! Sans lui, elle ne serait rien. Il a immigré en France depuis le Sénégal. Tout ce que l’on peut lire et voir sur ces migrants qui tentent d’arriver en Europe est vrai pour son père. Il a trouvé du travail, fait vivre sa famille et surtout semble l’avoir entourée d’amour. Avec l’amour, le meilleur peut arriver mais il suffit de s’accrocher. Ce père qui lui a bien fait comprendre qu’il serait, pratiquement, toujours là mais qu’il ne fallait pas qu’elle le rate et qu’elle remette à plus tard de l’appeler et de le voir.

Elle nous livre, en détail, les débuts de son entreprise, un véritable parcours du combattant. Chaque fin de chapitre donne une fiche destinée aux lecteurs avec des questions mais aussi la parole à des personnalités qui donnent des conseils pour tous ceux qui veulent monter leur entreprise. Elle nous démontre qu’à force de volonté, on peut y arriver même si tout n’est pas rose. Les heures passées à l’entreprise ne se comptent pas. Les budgets sont difficiles à tenir. Il suffit de rencontres, bailleur, tribunal, réseau qui s’agrandit, pour avoir de l’aide et ne pas la négliger. Un entrepreneur doit savoir tout faire. Hapsatou l’a appris, elle qui n’a pas de diplôme d’une grande école de commerce. Comme tous, elle a fait des erreurs qui l’ont menée au burn-out. Comme tous, elle n’a pas su s’entourer d’employés modèles, fiers de travailler pour son entreprise. Mais comme tout être humain, il arrive de se tromper. Et c’est en apprenant de ses erreurs, que l’on avance, que l’on peut repartir de zéro. Je m’interroge sur la cessation de sa première activité. Sa centaine d’employés a été licenciée. Mais quelques mois plus tard, elle lance, à nouveau, une entreprise. En a-t-elle rappelé certains qui ont fait du bon boulot pour elle auparavant.

Je suis tout à fait d’accord avec elle concernant le marché de l’emploi. Il y a du travail. Il suffit de s’impliquer pour en trouver. Il ne faut pas arriver en terrain conquis et avoir la politesse de s’habiller correctement. Le futur employé est en demande, tout comme l’employeur. Des lettres bourrées de fautes d’orthographe, des gens qui n’en ont rien à faire, cela existe et de plus en plus. Mais ceux qui veulent s’impliquer, même si ce n’est pas leur domaine d’activités, il y en a aussi et ceux-là ne doivent pas passer à côté des opportunités offertes. J’en suis la preuve vivante. Difficile pour un patron, s’il n’y connaît rien de faire le tri. De plus, la réorientation professionnelle peut s’effectuer à tout âge.

Personnellement, je trouve que le titre ne correspond pas trop à l’autobiographie. Oui, elle est partie de rien, financièrement et parce qu’elle n’y connaissait rien. Mais Hapsatou avait déjà, pour elle, son éducation, ses rêves, ses envies, ses projets, sa ténacité et j’en passe. Personnellement, je trouve que c’est déjà beaucoup. Elle est débrouillarde, écoute son intuition, elle a une très grande force de caractère. Hommage également porté à son compagnon, Vincent Cerrutti, et à sa petite fille.

Présentation de l’éditeur

« J’ai pleinement décidé d’être entrepreneure quand mon père m’a  raconté pour la première fois son histoire. J’ai juré de réussir, d’honorer  son parcours et tous ses sacrifices. Je voulais être libre, indépendante  et forte. Je voulais surtout que mon père n’ait pas enduré tout  cela pour rien. »
Hapsatou Sy a 24 ans quand elle se lance dans l’aventure entrepreneuriale.  Issue d’une famille de huit enfants, d’origine sénégalo-mauritanienne,  elle raconte comment elle a choisi cette voie, les idées et  les rencontres qui lui ont permis de franchir le pas et créer sa marque  de cosmétiques. Les premiers succès, les joies, la reconnaissance,  mais aussi les doutes, les difficultés et les échecs, elle livre sans tabou  son expérience de créatrice et chef d’entreprise.
Et vous, qu’attendez-vous pour vous lancer et changer le monde ?

Je remercie les Editions Dunod pour l’envoi de ce livre.

Partie de rien d’Hapsatou Sy

date de sortie : 5 avril 2017

Editeur : Dunod

Isbn : 978-2-10-076196-8

Nombre de pages : 184

Aventures d’amour à travers l’Europe de Casanova

Aventures d'amour à travers l'Europe de Casanova

Aventures d’amour à travers l’Europe de Casanova

Avis Aventures d’amour à travers l’Europe de Casanova

Cela faisait un petit moment que je voulais lire Casanova. Grâce à La Musardine, que je remercie, c’est chose faite et j’en suis ravie. Ce livre ne comporte que 500 pages sur les nombreuses écrites par l’auteur et détaille les souvenirs de Casanova mais cela peut être suffisant pour connaître l’homme, ce grand séducteur et une partie de sa vie consacrée aux femmes, à l’amour et au jeu.

Je dirai autres temps, autres moeurs mais cela je n’en doute pas un instant. J’en connaissais déjà pas mal grâce à d’autres lectures. Quand je vois la société réac dans laquelle nous vivons, où elle semble revenir à moins de liberté, où le catholicisme devient de plus en plus présent avec beaucoup moins de liberté, qu’elle revienne en arrière et se rende compte de qui s’est fait avant. Il est vrai qu’à notre époque Casanova aurait été taxé de pédophilie puisque les toutes jeunes filles avaient également sa faveur. Mais il ne les a jamais forcées à quoi que ce soit. Il se contenait mais le jeu amoureux était très important pour lui.

Casanova était un grand séducteur, il aime l’amour sous toutes ses formes. Il lui suffit de peu pour tomber amoureux, un regard, une poitrine, de beaux cheveux. Il retrouvera certaines femmes rencontrées auparavant. Certaines femmes seront même plus fortes que lui à ce jeu de la séduction et de l’argent. Il est respectueux envers les femmes mais il fait également preuve de violence, autant physique que verbale. Il ne raconte pas tout. Les noms sont tronqués pour ne pas être reconnus. Casanova promet l’amour, le mariage mais il ne veut pas s’engager. Il ne veut pas perdre sa liberté. Pour cela, il n’est pas très honnête. Est-ce parce qu’il veut profiter au maximum de la femme aimée ou a-t-il peur de blesser ? Il connaît son caractère et il ne cherche pas à ce que le lecteur lui donne des excuses. L’amour fatigue Casanova car il dort beaucoup.

Avec ce livre, nous voyageons à travers l’Europe au gré des déplacements de Casanova et de ses nombreuses rencontres. Il a rencontré quelques déboires, surtout financiers. Des points qui me confortent également dans mon idée. L’Eglise prêche l’abstinence pour tous ses hommes et ses femmes, mais ils savent trouver où, quand et comment se libérer. J’ai beaucoup aimé cette partie historique par tout ce qu’il détaille de ces rencontres, des personnes qu’il a plus ou moins connues, les moeurs, les us et coutumes des pays.

Résumé Aventures d’amour à travers l’Europe de Casanova

Casanova voyage partout en Europe.

Il rencontre des femmes, souvent très jeunes, les séduit et joue pour avoir de l’argent.

Aventures d’amour à travers l’Europe de Casanova

date de sortie : 17 novembre 2016

Editeur : La Musardine

Isbn : 978-2-84271-888-6

Nombre de pages : 508