Je t’aime de Barbara Abel

Je t'aime de Barbara Abel

Je t’aime de Barbara Abel

Résumé Je t’aime de Barbara Abel

Quatre prénoms féminins, Maude, Solange, Nicole et Alice. Elles ont toutes vécu une première fois, un premier amour.

Maude rentre chez elle. Elle est victime d’une migraine et elle découvre sa belle-fille, Alice, en train de fumer un joint.

Avis Je t’aime de Barbara Abel

Trois femmes et une jeune fille qui vont être liées, plus ou moins, après un drame fatal, pour lequel Barbara Abel nous offre des paragraphes très courts pour faire monter la pression. L’une d’entre elles s’en sortira plus ou moins bien, en tous les cas mieux que les trois autres. Deux femmes qui vont perdre chacune leur enfant unique. Une jeune fille qui va perdre son premier amour et la dernière qui devra faire face à une fin de relation.

Nicole est greffière. Son métier lui prend énormément de temps mais elle a élevé seule son fils, Bruno, un jeune homme bien sous tous rapports. Mais Bruno fume des joints de temps en temps. Et Bruno est amoureux d’une jeune fille. Sa mère les surprend tous les deux. Et cette jeune fille ne lui plait pas. Lorsque Bruno ramène Alice, il lui déclare son amour mais Alice ne répond pas comme il le souhaite. Pas dans son état normal, il provoque un grave accident. Nicole perd son fils et Alice son premier amour. La première veut que la mémoire de son enfant ne soit pas ternie par le fait qu’il ait fumé. Pour elle, il n’y a qu’une seule responsable, c’est Alice. Et si la justice ne fait pas son travail, elle s’en chargera. En plus, Alice, par son comportement, sa tenue, ne possèdent pas les bons atouts pour être une bonne petite amie. Elle vient d’un milieu aisé et a donc tout ce qu’elle souhaite. Nicole décide donc qu’elle est comme tous ces délinquants qu’elle côtoie tous les jours. Il n’y a rien à tirer d’Alice.

Jusqu’où peut aller un père, une mère pour protéger son enfant, son honneur ? Très loin, semble-t-il. Simon, malgré la colère envers sa fille, Alice et ses soupçons, tentera de la sauver. Pour cela, il mettra plus que son couple, formé avec Maude, en danger. Il changera du tout au tout. Il révèlera ses plus mauvais côtés. Mais il n’y a que sa fille qui compte, une enfant qui est orpheline de mère. Déjà, avec son ex-femme, ils ont protégé cette petite fille du désastre de la fin d’un mariage mais pas de la mort. Maude, quant à elle, avec cette famille recomposée, a tenté de se rapprocher d’Alice. C’est pour cela qu’elle n’a pas confié à Simon qu’elle avait vu Alice en train de fumer un joint. Un mensonge par omission, un secret qui la torturera énormément. Surtout lorsque la famille sera la cible de l’enquête sur le trafic d’herbe. Mais Maude, après un divorce difficile, veut sauver son couple car elle a enfin trouvé l’amour, l’homme avec qui elle semble tout partager. Toutefois, pour elle aussi, elle fera tout pour protéger ses deux enfants, son fils et sa fille.

Quant à Alice, c’est son premier amour. La jeune fille qui a du mal à avouer ses sentiments, se trouve anéantie par la mort de Bruno. Elle plonge dans le désespoir le plus complet. Et la garde à vue, le fait qu’elle soit accusée, ne vont rien arranger du tout pour cette jeune fille. La garde à vue d’Alice est relatée. Est-elle responsable de ce dont on l’accuse, elle qui proclame son innocence ? En tous les cas, la police n’y va pas avec le dos de la cuillère. Même si la jeune fille est déjà au plus mal, elle affronte le début sûre de son fait. Mais la douleur, la fatigue la font basculer.

Des destins qui se croisent. Une façon de raconter indéniable. On ne juge personne ici. Tous les personnages basculent, à des degrés divers, et le lecteur avec eux. La souffrance est là indéniable. Quand l’amour vire donc à la haine car l’un et l’autre ne sont jamais bien loin. On aime, on n’aime plus pour aimer à nouveau après avoir apaisé des souffrances. Mais certains amours restent profondément ancrés en soi car ils sont le vecteur du développement, de la vie future. On est tous à la recherche de l’amour. On ne peut pas vivre sans. Et quand il s’en va, on se trouve démuni et chacun réagit à sa façon. Chacun veut préserver l’amour ressenti même si on cache certains faits. De là, la culpabilité et le manque de confiance peuvent naître car on sait que l’autre se sentira trahi. Même en amour, les mots prononcés à un moment de colère peuvent faire mal, très mal. Les phrases qui blessent peuvent être irrémédiables. Peut-être est-ce parce que Solange n’a pas une grande part dans ce roman par rapport aux autres qu’elle clôture ce roman. Pourtant, elle a attendu tellement d’années pour avoir cet enfant qu’elle n’espérait plus. Je ne m’attendais pas à ce développement que l’on trouve vers la fin du livre. En tous les cas, un roman profondément addictif.

Je t’aime de Barbara Abel

Date de sortie : 18 septembre 2018

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 462

ISBN : 978-2_7144-7633-3

Publicités

Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Trop de chefs, pas assez d'indiens de Marion Achard

Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Résumé Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Lally a 10 ans, elle est la fille d’un chef indien Cherokee. Mais ce n’est que dans ses rêves car elle a une imagination débordante qui lui joue énormément de tours dans sa vie quotidienne, à l’école.

D’ailleurs, tout cela déplaît aux adultes qu’elle côtoie.

Avis Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Un petit roman qui se laisse lire pour un adulte. Très facile. Cela prendre peut-être un peu plus de temps pour un enfant qui se retrouvera ou pas dans le personnage de Lally. Elle est en CM2 et cela ne se passe pas bien pour elle. Elle n’a pas de très bons résultats, va avec la boule au ventre à l’école et surtout les adultes ne la comprennent pas. Pourquoi ? Parce que Lally est une rêveuse, elle aime les histoires, notamment celles d’indiens. Si elle était interrogée en classe, elle obtiendrait de très bonnes notes. Mais Lally aime expérimenter et on comprendra pourquoi. On comprendra également la raison de ce mal-être, de cette envie de fuir, de connaître autre chose que son village où tout le monde se connait, a des opinions sur chacun.

Après analyse, Lally est, je trouve, une petite fille qui souffre. Heureusement qu’elle a sa meilleure amie, mais cela ne suffit pas. Elle recherche l’amour de ses parents, et notamment de sa mère. Cette brève rencontre avec Aldo va lui permettre de rencontrer quelqu’un qui va la comprendre. Bien sûr, elle échafaudera des hypothèses mais il lui fera un magnifique cadeau. Même si elle ne comprend pas tout, Lally sera extrêmement franche avec ce jeune homme. Elle avait besoin de lui et il a eu besoin d’elle. Quand une rencontre est magique et permet de changer le cours d’existences, c’est magnifique.

J’aime ces auteurs qui savent parler aux enfants, même les plus jeunes sans utiliser de mots trop difficiles. La lecture est plaisante et aborde les thèmes de l’amitié entre enfants, enfants et adultes. Autre thème celui de l’enfant qui ne se sent pas à sa place dans un monde trop régi par les lois, par la norme. On ne donne pas assez de place à ses enfants rêveurs, qui ont beaucoup d’imagination et qui s’instruisent d’un autre côté, grâce à leurs passions. Ces enfants peuvent être déstabilisés lorsqu’ils rencontrent une situation qui se révèle fausse. Comme le dit si bien l’auteur par la voix, l’écriture de Lally. Le cerveau prend du temps pour apprendre un fait, des données. Lorsque ces derniers sont faux et qu’il n’y a pas d’explications données, il est encore plus difficile à ce même cerveau d’annuler l’info apprise et d’en apprendre une autre.

Pour information, lorsque j’ai lu le titre, je m’attendais à une toute autre histoire. Il m’a fait penser à ces livres de développement personnel où l’on est en prise avec un Chef et que l’on est un indien qui doit suivre les idées de ce chef et ne pas montrer trop de résistances. Je pensais que ce serait une histoire de cour d’école avec ceux sont les stars de l’école, qui font et défont les amitiés et qui acceptent ou pas d’autres élèves. Je me suis trompée de bout en bout et ce n’est pas plus mal.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior pour cette lecture.

Trop de chefs, pas assez d’indiens de Marion Achard

Date de sortie : mai 2018

Nb pages : 97

Editeur : Actes Sud Junior

ISBN : 978-2-330-10384-2

Sang maudit d’Ange

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Sang maudit d’Ange

Angie est avec son ami Matt lorsqu’elle est agressée dans le métro. Ils arrivent à repousser les assaillants mais on lui annonce qu’elle va mourir dans la semaine.

Elle porte plainte. Dès que son nom qui lui vient de sa mère est connu, la police ne veut pas faire grand chose.

Avis Sang maudit d’Ange

Je n’ai pas franchement adhéré au concept de Sang Maudit. Le roman n’est pas mauvais malgré tout. J’ai été déstabilisée dès le départ et cette impression s’est ressentie tout le long du roman. Pourtant l’idée était vraiment bonne. Un roi, Louis XXIV, 15 ans, qui va être couronné à Paris, donc un gouvernement monarchique. Mais l’histoire se passe de nos jours avec tout ce que cela implique à Paris, comme les métros et une société qui ne peut pas se passer de toute la technologie. Entre un château de Versailles dont les murs semblent sur le point de sombrer et des téléphones portables et tout le reste, cela crée un sacré décor.

Les différences sont énormes entre tous ces riches de la Cour et le peuple, même si certains veulent la République. Cela donne des situations où ceux qui ont l’argent méprisent ceux qui ont peu, même s’ils sont instruits. D’ailleurs, pour ces derniers, les accès aux écoles, aux hautes fonctions n’arrivent pas. Entre décadence, perversité, le monde de la Cour n’est pas beau à voir. Et cela nous rappelle d’autres temps. En plus, il y a un autre ingrédient, les vampires. Cela fait beaucoup pour un seul roman. Ce qui m’a déstabilisé également est de retrouver tous ces noms connus historiquement avec deux familles françaises qui ont intrigué tant et plus pour avoir le pouvoir. Mais peut-être que les auteurs ont privilégié ce type d’histoire pour un public jeune, pas trop intéressé à l’Histoire. Cela leur permet peut-être d’apprendre leurs cours.

Angélique/Angie est une jeune fille élevée par son père. Elle descend des Noailles et n’a plus aucun contact avec sa mère. Mais cette dernière lui annonce qu’elle doit être présentée à la Cour. Angie se rebelle et refuse qu’on lui donne des ordres, surtout qu’elle vient d’apprendre qu’elle est marquée. Elle a été victime d’une tentative de meurtre et doit mourir dans la semaine. A Versailles, Angélique va se faire des amis, connaître beaucoup de choses sur la royauté et surtout elle va assister à des meurtres, des effusions de sang. Angélique a la particularité de ressentir, d’entendre les émotions des autres, les pensées. Elle va avoir un lien particulier avec un homme, un d’Orléans. Et surtout elle apprendra qu’il y a des vampires. Elle est souvent accompagnée de sa meilleure amie. Quant à son meilleur ami dont elle est tombée amoureuse, leur relation va souffrir de ce beau monde rencontré.

Angélique va donc tenter de sauver le Roi, se sauver, car on le voit bien la Monarchie est en réel danger. Surtout qu’une maladie tue et pas que les gens du peuple. L’histoire est tout de même assez rocambolesque. Elle se laisse lire. Les ingrédients sont tout de même là avec de la magie, des connexions de pensées, le sang, des morts et surtout une Révolution qui n’a jamais eu lieu. A vous de découvrir pourquoi.. Mais un roman un peu trop dense auquel il manque une explication, notamment concernant Matt. Par contre, j’ai beaucoup aimé le personnage de Louis, ce jeune roi. Il parle peu mais il écoute beaucoup. Même s’il parait ne pas pouvoir tenir sa fonction, le roman démontrera que ce jeune homme a vraiment l’étoffe d’un grand homme. Pourtant…

Je remercie Babelio pour cette sélection Masse Critique et les Editions Castelmore.

Sang maudit d’Ange

Date de sortie : 16 août 2017

Nb pages : 414

Editeur : Castelmore

ISBN : 978-2-36231-293-9

Trois soeurs d’Aude dite Orium

Trois soeurs d'Aude dite Orium

Trois soeurs d’Aude dite Orium

Résumé Trois soeurs d’Aude dite Orium

Camille et Catherine, enceinte, se rendent dans leurs maison achetée en Normandie.

Clémence tente de réparer la chaudière de sa maison. Elle manque d’argent pour la changer complètement. Clémence est bien rejoint par ses deux soeurs plus jeunes.

Avis Trois soeurs d’Aude dite Orium

Une lecture érotique avec quelques scènes de sexe. Je découvre Aude dite Orium et ses qualités d’écriture. Je ne trouve rien à redire à ce roman. J’ai vraiment passé un bon moment de lecture.

Aude dite Orium nous fait découvrir ces trois soeurs, Clémence, Cassandre et Cléo. Elles sont les filles de Catherine, artiste peintre, et Camille qui ont acheté, avant leur naissance, cette maison, ancienne maison close en Normandie. Mais la maison tombe en décrépitude depuis la mort du père il y a dix ans et celle de la mère, il y a deux ans. Clémence, la plus posée, a décidé de retourner vivre dans la maison de leur enfance. Mais le manque d’argent est bien présent pour que la maison soit réellement habitable. Elle ne veut pas trop donner l’alarme face à ses soeurs. On assiste à une relation où ces femmes sont réellement très proches. Elles sont unies, elles retrouvent certains gestes de leur enfance. Comme dans toute famille, il peut y avoir des frictions vite balayées. Chacune a son propre caractère, un passé pas souvent facile. Elles vivent leur deuil seules sans le montrer aux une et aux autres.

Cassandre est une femme dominatrice, que ce soit en amour ou dans sa vie, qui n’a pas son pareil pour tomber comme un cheveu sur la soupe. Quant à Cléo, la plus jeune, elle se cherche encore. C’est ce que j’ai ressenti à la lecture. Mais les trois soeurs vont devoir faire face à une riche famille qui veut récupérer leur maison. La somme est colossale mais elles ne sont pas vénales. Aidées, elles vont aller de surprises en surprises et faire des découvertes qui seront indispensables pour elles. Dans une petite ville où tout le monde se connaît, elles subissent les rumeurs quant à leurs parents, au fait qu’elles aient vécu libres de toutes contraintes. Cette société riche, bien pensante, est dénoncée par l’auteur. Mais derrière cette richesse, ces murs hauts, que se cache-t-il ?

Le personnage du comte est effroyable par sa perversité, sexuelle, et surtout son comportement envers les autres êtres humains. Lui donner les traits de Donald Trump, c’est ce que j’ai trouvé, m’a bien fait sourire. Et les deux Suédois, quel jeu jouent-ils face aux jeunes femmes ? Pour tout savoir sur Trois soeurs, je vous encourage vivement à lire ce texte.

Je remercie les Editions La Musardine pour cette découverte.

Trois soeurs d’Aude dite Orium

Date de sortie : 6avril 2018

Nb pages : 245

Editeur : La Musardine

ISBN : 978-2-36490-503-0

Sans elle d’Amélie Antoine

Sans elle d'Amélie Antoine

Sans elle d’Amélie Antoine

Résumé Sans elle d’Amélie Antoine

Patricia emmène sa fille Jessica voir le feu d’artifice. La jumelle de Jessica, Coline, est punie.

Lors de cette soirée, Jessica disparaît.

Avis Sans elle d’Amélie Antoine

Pour ces deux histoires écrites à quatre mains le sujet est la gémellité. Elles débutent de la même façon mais finissent-elles pareil ? Pour le savoir a vous de lire ces deux romans.

Patricia a emmené sa fille voir le feu d’artifice. Coline la jumelle de Jessica est punie. Dans Sans elle Jessica disparaît. Cela plonge la famille dans le désespoir, la culpabilité, la suspicion, la quête de cette petite fille de six ans pendant plus de dix ans. J’avais reproché au précédent roman de trop se focaliser sur la mère et pas assez sur les filles. Ici, c’est pire. Ma lecture n’a pas été franchement extraordinaire. Ce qui m’a fait tenir est le sort de Jessica. J’ai été franchement déçue à ce sujet. La fin m’a un tant soit peu scotchée mais cet élément très important me laisse vraiment un goût d’inachevé et forcément d’interrogations.

Comme dans l’autre roman, la mère, malgré sa douleur, ne ma fait ni chaud ni froid. Comme dans l’autre roman, elle laisse de côté Coline a cause de sa douleur, de sa quête. Que son couple explose, on peut le comprendre. Mais peut-on laisser de côté un enfant, le seul enfant qui reste ? Peut-on passer à côté de ce qui peut lui arriver ? Malgré la douleur, la colère, la culpabilité, ne voit-on pas son autre enfant souffrir. Après des années de souffrance, le père a décidé de partir. Sage décision, il s’est sauvé. Il a voulu sauver sa fille mais elle a refusé de le suivre. Elle voulait rester avec sa mère, elle ne voulait pas abandonner Jessica. Elle s’est fait plus de mal que de bien.

Coline a été une enfant peu écoutée. Elle devait se taire pour ne pas raviver la douleur. D’ailleurs, pourquoi ne révèle-t-elle pas un élément vu quand elle était petite ? Cela n’aurait peut-être rien donné, mais comme elle a toujours de l’espoir, même des années plus tard, adolescente, elle aurait pu tenter. Elle vit sa douleur seule et plus tard la seule chose quelle pourra maîtriser c’est son corps. Je me suis moins investie pour Coline car l’auteur ne détaille pas assez cette souffrance. Ce qui est vraiment dommage.

Dans quel ordre lire Avec elle ou Sans elle ? Je dirai celui ci en premier puisque je l’ai peu aimé. Autre point qui me chagrine énormément. Pourquoi les auteurs, les correcteurs ne font-ils pas attention ? Les deux jumelles sont un véritable non sens. On le sait que les jumelles sont deux, inutile de le rajouter.

Ma critique n’est pas très élaborée, les mots ne sont pas nombreux mais je ne trouve pas grand chose à dire sur une lecture difficile, très longue, trop à mon goût.

Je remercie Netgalley et les Editions Bookelis pour cette lecture.

Sans elle d’Amélie Antoine

Date de sortie : 17 novembre 2017

Nb pages : 368

Editeur : Bookelis

ISBN : 9791022764353

Femmes Merveilleuses de Manuella Arnold

Femmes merveilles de Manuella Arnold

Femmes merveilles de Manuella Arnold

Présentation de Femmes Merveilleuses de Manuella Arnold

Parce que toutes les femmes sont exceptionnelles, l’auteure a souhaité mettre en avant dans ce livre, les personnages féminins clés ayant rythmés sa vie et qui continuent de l’inspirer. Un hommage aux femmes donc, mais aussi un rappel de la difficulté qu’elles ont eu et qu’elles continuent d’avoir à trouver leur place dans le monde. L’auteure rappelle ici que le combat pour une plus grande égalité en droit entre hommes et femmes est loin d’être terminé. Ce n’est pas un fait nouveau, mais nous devons le garder à l’esprit pour ne pas régresser !

« J’ai coutume de dire que nous sommes l’ensemble des personnes rencontrées, qui ont croisé un jour notre chemin et qui nous ont inspiré. » – Manuella Arnold

Manuella Arnold

Manuella Arnold est une professionnelle de la communication, engagée dans la défense du droit des femmes. Elle crée en 2017 la page Facebook Femmes Merveilleuses et y partage des actualités au sujet du droit des femmes à travers le monde, ainsi que des portraits de femmes qui gagnent à être connues. Présidente de l’association Maman Yogi, elle organise des événements dédiés au bien-être des femmes et des mères. Passionnée par le monde de l’édition dans lequel elle évolue professionnellement, Manuella publie ici son premier livre.

Merci Manuella pour l’envoi de votre ouvrage. Je vais le lire très bientôt.

Femmes Merveilleuses de Manuella Arnold

Date de sortie : mars 2018

Nb pages : 112

Editeur : Owen Publishing

ISBN : 9782956000082

Stéréotypes de Gilles Abier

Stéréotypes de Gilles Abier

Stéréotypes de Gilles Abier

Résumé Stéréotypes de Gilles Abier

Val est sortie de sa retraite pour aller accoucher d’une petite fille dans la forêt. Elle est aidée par une vieille femme qui ressemble à une sorcière.

Val ne veut pas mettre en danger les siens.

Mais trois hommes sont dans cette forêt. Ils sont malgré tout menaçants. Val se demande qui ils sont.

Avis Stéréotypes de Gilles Abier

Nouveauté de ce mois de février 2018 pour un roman destiné, avant tout, aux adolescents. J’ai vraiment passé un bon moment, je ne me suis pas ennuyée à suivre les aventures des personnages qui vivent dans une société qui est censée n’apporter que le bien. Le thème n’est pas réellement nouveau. J’ai déjà lu précédemment un roman de ce type mais l’histoire, ici, est complètement différente.

Même si je n’ai pas eu de coup de coeur réel pour les personnages, j’ai bien aimé Val qui ouvre ce roman en accouchant d’une petite fille. Cela faisait sept mois qu’elle avait disparu. Lors de son aventure, elle rencontrera différentes personnes. Val a énormément de caractère même si elle est très jeune. Elle est prompte à la colère. Elle tuera également. Mais elle arrivera aussi à se contenir pour que la société, dans laquelle elle vit, évolue dans le bon sens du terme. Roscoff est lié à Val car ils sont avant tout amis. Même s’il lui a caché des choses, il est comme un petit frère pour elle. La vérité sera difficile à entendre, certes, mais le souvenir de ce jeune adolescent permettra à Val mener son combat.

Les personnages sont nombreux, souvent très jeunes. Ils subissent ce qui leur a été imposé, ce marquage de types. Ils sont donc censés évoluer avec ceux du même type. Leur vie est toute tracée. Pareil pour ceux qui n’appartiennent à aucun de ces types. Ceux-là sont pratiquement exclus définitivement.

Sans être un véritable coup de coeur, l’histoire est rondement menée. Le style de l ‘auteur nous permet de tourner les pages facilement avec la volonté de tout connaître réellement de cette histoire. Pas réellement de coup de coeur, non  plus, pour les personnages, même si beaucoup sont attachants par ce qu’ils vivent, par leur désir de retrouver une certaine liberté.

Dans cette aventure, l’auteur fait passer des messages. Il n’est pas facile d’avoir la société que l’on souhaite. Il faut faire avec toutes les forces en présence, trouver des compromis. Même si l’objectif est, à priori, le même, retrouver une certaine liberté, il faut s’unir et tenter une révolte pacifiste. Il faut savoir mettre de côté certains projets qui semblaient réalistes et surtout se méfier, toujours, de celui qui est au pouvoir. Car ce dernier essaiera de trouver toujours le moyen d’anéantir ce qui sont contre lui en tapant là où cela fait le plus mal. La résistance s’est organisée depuis des années. Elle doit toujours attendre le bon moment avant de se mettre en place et faire valoir son point de vue. Même si la violence peut être possible à certains moments, on peut se rendre compte, toutefois, qu’elle ne mène pas à grand chose puisque la mort qu’elle engendre cause bien des dommages.

Je remercie les Editions Actes Sud Junior de m’avoir permis de découvrir cette pépite littéraire. Après avoir consacré une longue partie à Val et ses aventures, l’auteur nous plonge dans le destin d’un couple très uni. Tout le monde se retrouvera, ensuite, jusqu’au grand final et cette fameuse fête de cette société. Le roman, ainsi construit, permet de voir le déroulement, les forces en présence, les combats menés depuis des années et les moyens plus ou moins importants.

Stéréotypes de Gilles Abier

Date de sortie : 7 février 2018

Nb pages : 448

Editeur : Actes Sud Junior

ISBN : 978-2-330-09256-6