Le souffle de la nuit d’Alexandre Galien

Le souffle de la nuit d'Alexandre Galien - Editions Michel Lafon Polar

Le souffle de la nuit d’Alexandre Galien – Editions Michel Lafon Polar

Le souffle de la nuit d’Alexandre Galien, présentation

2004, Nigéria, une jeune adolescente doit partir en France pour ramener de l’argent aux siens. Mais elle voit de la froideur dans un regard. 

Meurtre horrible dans les Bois de Vincennes, il s’avère que c’est un ex-collègue de Valmy. Ce dernier a été détaché au Nigeria, comme adjoint de la sécurité à l’ambassade. C’est pour le protéger suite aux nombreuses menaces reçues. Mais Valmy n’en peut plus de vivre.

Avis Le souffle de la nuit d’Alexandre Galien

Après un premier roman couronné par le Prix du Quai des Orfèvres, Alexandre Galien revient avec ce deuxième roman, dont la couverture est belle, très belle et a un air de ressemblance avec son précédent roman. Alexandre Galien maîtrise réellement son sujet soit des enquêtes policières et l’union d’une équipe pour la résoudre. L’union aussi des forces de l’ordre puisque les premiers meurtres sont des meurtres de flics. La grande famille de la police veut retrouver les meurtriers, surtout lorsqu’un des morts a été l’ami et le binôme de Valmy. Valmy, rencontré dans Les cicatrices de la nuit, qui reprend du service ici, à la demande de son chef. Mais le lecteur assiste également à une guerre entre services, la Crim et la DGSI. La première peut être déchargée d’une affaire à cause d’affaires au sommet de l’état. Heureusement que le responsable de l’enquête ne s’en laisse pas compter et qu’il manage ses hommes avec une grande dextérité pour leur remonter le moral. Il sera également d’une grande aide et ne restera pas planqué dans son bureau.

J’ai beaucoup aimé retrouver Valmy. Il ne change pas, il reste toujours égal à lui-même, un super bon flic mais qui a trop souffert dans sa vie, notamment lors de l’enquête précédente. Un homme qui a souffert parce qu’il n’a pas su sauver la femme qu’il aimait, parce qu’il n’a pas pu avoir d’enfants et qui reste plus que sensible face aux autres qui souffrent. Mais il reste un flic, un éternel flic pour qui la vérité doit éclater. Il connait bien Paris, il a ses indics, et en plus son année passée au Nigeria lui sera bien utile, même s’il ne connait pas tout des coutumes de ce pays, des groupuscules présents en France qui sont des groupes, pour ainsi dire, terroristes. Alexandre Galien dénonce la prostitution de ses jeunes filles, vendues dans leur pays, qui croient partir en France pour une meilleure vie. Ce ne sera que prostitution, pendant quelques années, sous le joug de proxénètes qui n’en ont rien à faire d’elles. Entre drogue, vente des corps pour un peu d’argent qu’elles n’auront jamais. La police tente de faire tomber ces réseaux, tenter de protéger ces femmes, lorsqu’elles le veulent bien car elles ont moins peur. Mais ils ont un sacré ascendant sur elles.

Valmy est là en observateur mais prendra part à l’enquête car il a des renseignements qu’il peut communiquer. Tous ont peur de lui, de ses réactions car son regard est froid, mort. Dans cette équipe soudée, arrive Victor qui cache à tous son homosexualité par peur de subir ce qu’il a déjà vécu de la part de ses anciens collègues. Mais certains peuvent être sensibles à cet homme. 

Jusqu’à un moment, le lecteur se questionnera pour savoir qui est ce tueur, qui est Michimaou. 

Alexandre Galien connaît très bien la grande famille de la police qui est soudée quand l’un des leurs tombe. Cette famille peut éprouver des sentiments face à la douleur, surtout d’une mère.

Est-ce que les intérêts d’Etat son plus importants que les intérêts humains, qu’une enquête de police pour faire tomber ceux qui sont des meurtriers ?

Une écriture fluide, hautement documentée, qui a pris de l’amplitude et même une écriture beaucoup plus sûre. Les phrases sont percutantes tout comme les dialogues. Alexandre Galien a grandi en tant que romancier et le talent qui ne demandait qu’à éclore se confirme vraiment ici. Certains termes du jargon policier sont expliqués. Le beau gosse – et ce n’est pas péjoratif – devient un grand du roman policier français. Je vais, comme pour certains auteurs que j’aime beaucoup, attendre son prochain roman avec grande impatience. Pour moi, c’est un véritable coup de coeur.

Le souffle de la nuit d’Alexandre Galien

date de sortie : 24 septembre 2020

Editeur : Michel Lafon Polar

Isbn : 978-2-7499-4415-9

Nombre de pages : 318

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.