La Petite Fabrique du bonheur d’Alice Quinn

La Petite Fabrique du bonheur d'Alice Quinn

La Petite Fabrique du bonheur d’Alice Quinn

La Petite Fabrique du bonheur d’Alice Quinn, Présentation

En 2006, Meryl est une petite fille dont le père, professeur de sport, n’arrête pas de l’entraîner afin qu’elle passe les concours pour intégrer les meilleures écoles de danse. Mais Meryl n’aime pas franchement la danse. Elle souhaite juste que son père lui dise qu’il l’aime. Le drame arrive, le père de Meryl meurt. Et elle veut le rejoindre, elle continue donc à s’entraîner seule et de plus en plus dur.

En 2020, pluies diluviennes. Amanda sort en trombe de La Petite Fabrique. Elle ramène Meryl et un chat, tous deux trempés.

Avis La Petite Fabrique du bonheur d’Alice Quinn

Je ne suis pas particulièrement attirée par les romans feel-good. J’en lis très peu par an. Je dois dire que, sur certaines lectures, j’ai été échaudée avec des personnages mièvres sans aucune consistance, aux comportements adolescents, même si la trame de l’histoire peut être bonne. Je suis une habituée des romans d’Alice Quinn et de ses personnages forts. Après la fin de deux séries, quand j’ai vu qu’elle proposait ce roman à la lecture, je me suis invitée et elle a accepté l’envoi de ce roman. Je remercie énormément Alice Quinn. Alors, oui, nous avons un roman feel-good avec de nombreux personnages aux passés cassés, qui se cachent et qui réagissent différemment à ce passé, sous fond de crise Covid-19.

En premier, l’héroïne, Meryl est une jeune femme, danseuse. Entraînée très durement par son père pour passer les meilleurs concours, entrer dans les meilleures écoles de danse, le drame arrive très vite lorsqu’il décède. Elle était encore une petite fille. Et toute cette souffrance accumulée, elle en fait une force pour essayer d’atteindre le plus haut niveau même si elle n’a pas le corps et le physique pour ça. Tout ça, pour atteindre son père et qu’il lui dise qu’il l’aime. Mais Meryl doit affronter un grave accident et remonter la pente est plus que difficile. Son objectif, danser absolument et vaincre sa souffrance. Pour ça, elle a tout quitté et elle trouve un emploi à La Petite Fabrique. Elle va s’ouvrir, elle va être de bon conseil, elle va aider, elle va tomber amoureuse. Tout ça, c’est nouveau pour elle qui n’a jamais voulu s’ouvrir.

Les personnages d’Alice Quinn font face à des expériences imposées par la vie, que ce soit un accident ou autre. Ils culpabilisent beaucoup mais il suffit d’une rencontre pour que ces personnages puissent montrer leur véritable caractère et leur volonté de vivre, de s’ouvrir. L’union fait la force. Cela se révèle encore ici. En distillant les informations de chacun au fur et à mesure, au gré des situations, Alice Quinn permet au lecteur d’aimer ses personnages et tous ses personnages même les influenceurs qui recherchent des like mais pour la bonne cause. Les réseaux sociaux, ce n’est pas que le mal. Le lecteur peut aussi s’identifier à eux car il y a toujours quelque chose que l’on peut reconnaître et qui peut concerner sa propre vie. 

Oui, l’actualité coronavirus est amplement détaillée et reprend tous les évènements, toutes les allocutions jusqu’aux tout début du confinement. Oui, l’actualité des hôpitaux est détaillée avec les manques qui existent et qui ont fait que tous s’étaient mis en grève avant la crise. Oui, l’actualité de ces fameuses élections municipales est détaillée et chacun donne son avis à ce sujet dans son roman. Avis qui rejoint le mien sur ce sujet. Oui, les personnages donnent leur avis sur la chloroquine et le Professeur Raoult. Oui, par la voix de Paola, on peut connaître la situation en Italie et comment le virus s’est développé, un peu avant nous. Oui, certains d’entre nous ont pu commencer tôt les gestes barrière afin de ne pas infecter les autres.

Alice Quinn, dans nombre de ses romans, détaille l’actualité. Et surtout, elle n’oublie pas ceux qui souffrent, comme les femmes et les enfants battus, qui font partie de son histoire, de ces entreprises également qui se sont endettées et qui doivent fermer. Cela était présent avant la crise sanitaire, cela sera encore plus le cas après, malheureusement.

J’ai adoré ces goûters littéraires autour d’une recette évoquée dans un livre, lu en public par Robin pour Amédée, le monsieur âgé non-voyant. Goûters qui ont amené du monde à La Petite Fabrique et qui permet à tous ces clients, patrons et employé d’être une grande famille. J’ai encore plus adoré Flora et Spritz, les deux animaux du roman. Pourquoi ? J’avais l’impression de les avoir sous les yeux. Animaux qui réagissent entre eux, comme tout animaux, mais aussi avec les êtres humains, les situations.

Je remercie Alice Quinn. Roman lu en trois jours, pressée, pressée de tourner les pages même si je ne voulais pas les quitter. Je suis repartie avec le baume au coeur. J’ai passé un très bon moment de lecture. Je souhaite à La Petite Fabrique du bonheur de faire encore des heureux parmi ses lecteurs.

La Petite Fabrique du bonheur d’Alice Quinn

Date de sortie : 10 mai 2020

Editeur : 

Nombre de pages : 337

ISBN : 978B088FWZJJK

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.