Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Sleeping Beauties de Stephen King et Owen King - Editions Le Livre de Poche

Sleeping Beauties de Stephen King et Owen King – Editions Le Livre de Poche

Présentation Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Ree et Jeanette sont en prison. La seconde prend des médicaments. Elle a un fils qu’elle voit peu.

Clint Norcross a abandonné, au début de sa carrière, une belle situation dans le privé. Il est psychologue à la prison. Il a vieilli et s’en empâté. Mais il aime toujours sa femme.

Evie est dans une cabane. Elle se venge des hommes.

A l’autre bout du monde, en Australie, les femmes sont atteintes d’une épidémie de sommeil.

Avis Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Près de 950 pages, soit une dizaine de jours de lecture pour Sleeping Beauties de la famille King, soit le père, Stephen, et le fils, Owen. Un roman dans la lignée de Dome mais pour ma part en moins bien. Il me tardait de finir Sleeping Beauties car il était un peu trop long pour ma part, il aurait dû être coupé en deux tomes, comme Dome. Car même si ce dernier je l’ai lu d’affilée, cela m’a paru moins loin, pourtant le nombre de pages était pratiquement équivalent.

Dans ce roman, nous avons la part de surnaturel indispensable à l’univers des King mais aussi une chronique de la société. Comment vont se débrouiller les hommes sans femmes et comment vont se débrouiller les femmes sans hommes ? Qui va gagner, si l’on peut écrire, la partie ?

Partout dans le monde, les femmes s’endorment, elles sont enveloppées d’un cocon. Le phénomène est appelé Aurora. Personne ne sait d’où ça vient. On pense à une épidémie. Cet endormissement a été précédé de l’arrivée de papillons de nuit. Dans le même temps, dans une petite ville des Etats-Unis, une femme tue, de manière abominable, deux hommes. Lila, le shérif, va l’arrêter et l’envoyer dans la prison pour femmes de la ville. Cette femme, très belle, est surnommée Evie. Elle n’arrive pas à donner son nom. Est-ce elle qui est à l’origine de tout ça ? Les hommes le pensent et ils vont tenter de tout faire pour l’éliminer, mais elle sera protégée.

Dans ce roman, on voit de nombreuses femmes qui essaient de ne pas s’endormir. Tous les moyens sont bons pour retarder l’inéluctable. Certains hommes tentent de déchirer ces cocons, mais c’est à leurs risques et périls. Les femmes se révoltent. On assiste également à des scènes d’une rare violence, partout dans le monde. Les hommes ne peuvent pas vivre sans les femmes, soit parce qu’ils les aiment, soit parce que leur souffre-douleur n’est plus là. Certains vont s’entraider. Le monde de la prison de cette petite ville des Etats-Unis, Dooling, montre un large panel de femmes emprisonnées parce qu’elles ont tué pour diverses raisons. La palette de personnages, qu’ils soient masculins ou féminins, est absolument impressionnante. On peut trouver tout ce qui fait le monde. Des hommes qui ne savent pas montrer comment ils peuvent aimer les autres et qui réagissent par la violence à cause du danger présenté par certaines personnes. Des êtres humains qui font le commerce de la drogue et qui entraînent dans cette spirale infernale les autres, notamment des femmes. Des personnes volontaires qui veulent oeuvrer pour le bien. Des couples où tout n’est pas rose, où les secrets peuvent mettre mal des années de vie commune. Alors, oui, tous les hommes ne sont pas violents, certaines femmes le sont aussi. Toutefois, malgré leurs différences, elles arriveront à mettre en commun tout ce qu’elles savent faire pour vivre, des savoir-faire occultés pendant qu’elles étaient en couple.

Le fil rouge est Evie. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Que veut-elle ? Pourquoi tout cela vient d’elle ? Elle assiste à tout, elle a toujours un temps d’avance. Oui, elle a besoin d’être protégée pour éviter que le monde ne vive pas sans femmes, mais ce seront ces dernières qui auront le pouvoir de décision. C’est clair que c’est surnaturel avec cet arbre, ces papillons de nuit, ce renard, ce perroquet et ce tigre. Ils sont là pour montrer la voie, le chemin. Mais personne ne doit imposer ses décisions. Ce qui est dommage, à mon sens, est de ne pas en savoir plus sur elle. Car vu le nombre de pages et l’histoire du tout un chacun, on pourrait en savoir plus sur ce personnage, à moins qu’il n’existe que dans l’esprit de ceux qui l’ont vue.

Outre l’histoire, les histoires de chacun, bien écrites à deux mains, mais qui a écrit sur quoi ? C’est un peu dommage de ne pas le savoir. Mais c’est le propre du duo. Et quand cela fonctionne, c’est vraiment pas mal. Même si ce n’est pas mon meilleur King à l’heure actuelle, j’ai pris du plaisir à cette lecture. Une véritable chronique du quotidien de tout un chacun, avec son passé, des rencontres, une vie pas forcément facile, de la colère. Ce roman montre également que ce qui est différent n’est pas forcément accepté. La cupidité peut être un maître mot dans tout ça. Etre le premier à trouver la solution. L’univers carcéral est forcément bien dépeint. Ces femmes, malgré les crimes, malgré le fait que certaines ne soient pas du tout fréquentables, même en prison, vont comprendre et tenter de s’unir. Et il y a forcément l’après Aurora. Comment vivre avec certains actes ? Comment la vie peut changer ?

Sleeping Beauties d’Owen King et Stephen King

Date de sortie : 4 septembre 2019

Editeur : Livre de Poche

Nombre de pages : 951

ISBN : 978-2-253-26036-3

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.