Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

tous les livres sur Babelio.com

Résumé Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

Il est tard, un jeune garçon est chez lui avec d’autres enfants. Il va réveiller sa mère. Elle descend et se met en colère pour faire partir ces enfants. Mais la peur s’installe car ils ont un dessein. Très vite, elle comprend ce qui va lui arriver.

L’enfant disparaît.

Avis Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

Je ne suis pas une lectrice de BD, à proprement parlé. Je dois en lire un maximum de cinq par an. Et toutes sont des SP ou de Masses Critiques Babelio. Pour ces dernières, je fais mon choix comme d’habitude, selon le titre. Et pour cette Masse Critique, j’ai reçu un exemplaire de Dylan Dog. Un magnifique livre. Oui, en BD, les livres peuvent être magnifiques et sont à garder. Cela sera le cas pour celui-là. Mon homme a lu Dylan Dog, en premier. Il a beaucoup aimé. Il devait en faire une critique mais il a n’a pas eu le temps. Donc, un dimanche soir, je me suis plongée dans l’histoire et dans les dessins.

Les dessins sont en noir et blanc. Les traits sont magnifiques, souvent durs et collent à l’histoire. Les traits des enfants les font paraître plus adultes qu’ils ne sont. Outre l’histoire racontée, le lecteur sent, dans ces dessins, l’urgence de la situation, l’atmosphère oppressante installée, la peur des uns et des autres. Dans ce monde dur, l’histoire du marionnettiste n’est pas décalée mais apporte un peu de douceur avec l’amour d’un père et d’une mère pour leur enfant et ce qui découle après leur disparition.

Dans cette BD, outre la nuit qui peut être peuplée de cauchemars, chez les uns et et les autres, un des thèmes abordés est la solitude engendrée car on est considéré comme différent. Les paroles font mal, même celle des enfants envers un autre enfant. Il y a aussi ces enfants, poussés par leurs parents, notamment la mère, à faire carrière et qui se trouvent aux prises d’hommes qui abusent d’eux. Pour moi, le thème principal est l’histoire, celle racontée aux enfants, celle que l’on transmet de générations en générations. Une histoire qui fait un peuple, une vie, qui permet d’appréhender le futur, qui est une transmission, qui construit un être humain. Sans histoires, les enfants ne sont plus des enfants. Ils deviennent adultes avant l’âge. Ils perdent, très vite, leur âme d’enfant, leur univers qui ne doit pas connaître la souffrance, la violence. L’imaginaire des enfants est friand d’histoires. Ils peuvent très vite tomber dans l’ami imaginaire, à cause de la solitude ou parce que ce qu’ils vivent ne correspond pas à ce qu’ils veulent. Il faut savoir raconter les histoires pour que les nuits soient belles.

Lorsque la nuit est racontée dans cette BD, à chaque page, à chaque situation, un petit texte d’introduction qui fait monter la pression. Un duo d’écrivain, dessinateur qui fonctionne à merveille.

Je remercie Masse Critique de Babelio et les Editions Mosquito.

Dylan Dog, Berceuse macabre de Roi et Baraldi

Date de sortie : 5 avril 2019

Editeur : Mosquito 

Nombre de pages : 100

ISBN : 978-2-335283-517-2

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.