Le bruissement des feuilles de Karen Viggers

Le bruissement des feuilles de Karen Viggers - Editions les Escales

Le bruissement des feuilles de Karen Viggers – Editions les Escales

Résumé Le bruissement des feuilles de Karen Viggers

Incendie dans une maison où tout le monde dort. Seuls le frère et la soeur en réchappent.

Leon a 25 ans. Il quitte la maison familiale. Il va travailler dans le sud de la Tasmanie comme garde forestier.

Avis Le bruissement des feuilles de Karen Viggers

Combien peut-on avoir de coups de coeur en un mois ? Ce mois de mai est vraiment extra en matière de lectures. La dernière ne déroge pas à cette règle. C’est mon premier Karen Viggers et ce ne sera pas mon dernier. Je suis tombée amoureuse. Déjà, avec le pays, il en fallait peu. L’Australie, un de mes pays favoris en matière de littérature. Mais là, l’action se situe dans un endroit que je ne connaissais pas, la Tasmanie. Superbe avec ces forêts immenses où ça grimpe, où ça descend. D’ailleurs, un des sujets abordés dans ce roman est l’écologie et le travail des bûcherons, des gardes forestiers. Les premiers sont de moins en moins nombreux et ils doivent aller là où ils sont demandés. De plus, il y a de moins en moins de scieries. Donc beaucoup moins de travail. Les gardes forestiers, ici Leon, tentent de laisser cette nature propre car la forêt est le poumon de notre humanité. Mais elle est trop dévastée. Cela ne repousse pas. Et ensuite, il y a ces arbres centenaires qui sont détruits mais qui sont le refuge de la faune et la flore.

J’ai adoré les personnages. Le premier est Leon, garde-forestier. Les hommes de la famille sont tous bûcherons mais lui n’a pas suivi la tradition. Il a vécu quelques années avec ses parents pour aider sa mère à affronter l’alcoolisme et la violence de son père envers sa femme. En arrivant dans cette petite ville, il devra s’acclimater surtout à ses voisins, aux gens qu’il va côtoyer. Cela ne sera pas facile car il sera facilement rejeté, même s’il intègre l’équipe de footy. Heureusement, cela lui permet de se rapprocher de son grand-père mais aussi d’un petit garçon Max à qui il va apprendre le footy. D’ailleurs, il va aider Max de nombreuses fois, lorsque sa chienne aura des petits, aura un accident où quand le jeune garçon subira la violence et le harcèlement d’un de ses camarades.

Ensuite, il y a Mikki, cette jeune fille de près de 18 ans, qui a perdu ses parents dans l’incendie de leur ferme. Là, elle vit avec son frère et l’aide dans le restaurant qu’ils ont ouvert. Si elle a vécu auparavant, coupée des autres, sans aller à l’école, c’est encore le cas avec son frère. Il la séquestre et il lui interdit de sortir. Seules leurs randonnées dans la forêt, une fois par semaine, sont une bouffée d’oxygène pour elle. Mais Mikki a une passion pour les livres. Elle en possède trois. Elle les a énormément lus et s’est identifiée à leurs héroïnes, tout en analysant leurs caractères, ce qu’elles ont fait de leur vie. Mikki veut être libre, expérimenter pour faire ses propres erreurs. Elle va enfin trouver comment, à l’insu de son frère. Elle devra toujours faire attention. A elle, la liberté, les rencontres. Mais le prix à payer sera-t-il énorme ? 

Un roman très intense quant à la qualité des personnages, des situations vécues. Car outre le harcèlement scolaire subi par Max, les difficultés pour vivre pour les ouvriers ou encore celles de Leon pour se faire accepter, Karen Viggers développe le thème des violences familiales, des femmes battues, ou encore ces endroits où tout le monde sait mais où on se tait. Car tout se voit, tout est compris, comme pour le cas de Mikki enfermée par son frère. J’étais extrêmement bien dans cette forêt à certains moments, j’étais bien avec ces personnages, j’étais extrêmement bien avec Karen Viggers qui m’a fait voyager, qui m’a démontrer que, malgré tout, nous ne sommes pas franchement libres, que les mêmes problèmes existent partout, qu’avec de la volonté, on y arrive. Mais il est difficile de pardonner. Personnellement, je ne peux pas pardonner à ceux qui m’ont fait du mal ou qui en ont fait à mes proches. Et puis, outre la flore, Karen Viggers s’est attachée à nous décrire le diable de Tasmanie et ses différents problèmes pour survivre.

Je remercie Anne & Arnaud ainsi que les Editions Les Escales pour ce fabuleux roman.

Le bruissement des feuilles de Karen Viggers

Date de sortie : 11 avril 2019

Editeur : Les Escales

Nombre de pages : 427

ISBN : 978-2-36569-433-9

2 réflexions sur “Le bruissement des feuilles de Karen Viggers

  1. Il est dans ma wishlist et j’ai la mémoire des embruns dans ma PAL, j’aime beaucoup cette auteure et sa façon de décrire les paysages, il y a toujours de petites références écologiques avec la faune ou la flore. J’ai lu la maison des hautes Falaises c’etait vraiment chouette.

    1. Je viens de me rendre compte que ce n’est pas le premier que je lis. Mais il ne m’avait pas trop marqué. Sauf que celui-là oui.

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.