La Cité des Méduses d’Emmi Itäranta

La cité des méduses - Emmi Itäranta
La cité des méduses – Emmi Itäranta

Avis La Cité des Méduses d’Emmi Itäranta

Beaucoup de choses à écrire, à dire en ce qui concerne ce roman. Mes notes sur mon carnet le prouvent. Mais cela pourrait donner des révélations que je ne veux pas communiquer. Personnellement, je ne savais pas à quoi m’attendre avec le deuxième roman de cet auteur. J’avais lu le premier et elle m’avait convaincu. Pour celui-ci, c’est encore le cas avec un univers différent mais dont les éléments naturels, soit l’eau, sont toujours aussi bien présents, tout comme des habitants qui n’ont le droit à rien, sous le joug du Conseil qui décide de tout. Une héroïne forte est également un des points communs aux deux romans.

Je n’ai pas l’habitude de lire ce type de romans, sans réellement d’actions. Pourtant, il y en a puisque nous suivons le destin de l’héroïne. Toutefois, ces actions se trouvent mêlées à de nombreuses descriptions, très souvent noires et aux interrogations d’Eliana.

Ce monde, pour nous, n’est pas réellement réel puisqu’il est peuplé d’humains. Avec un univers fantastique, de science-fiction, Emmi Itäranta arrive à nous le faire ressentir comme s’il était proche de nous. Mais nous n’aimerions pas y vivre. Les femmes sont analphabètes. Il existe des Palais ou chacun est assigné selon ses compétences. Le passé se mêle au présent. Tous peuvent sortir de ces palais, se rencontrer et surtout assister à ces fêtes annuelles organisées par le Conseil. Personne ne doit se révolter. Le Conseil donne les informations qu’il souhaite transmettre. La liberté n’a pas lieu d’être, surtout celle de penser. Ce qui relève de la pensée n’a pas droit de cité. Les gens se cachent donc de peur d’être enfermés dans des endroits qui font peur où ils travaillent comme des forçats.

Eliana est entourée de pas mal de monde. Son frère dont le lecteur fait la connaissance en milieu de roman. Il y a également La Tisseuse, celle qui règne sur le palais. Valeria qui a été agressée et qui devient très proche d’Eliana, même si leur relation, au départ, semble difficile. Alva, la guérisseuse, jouera un rôle prépondérant. Eliana est donc une jeune fille qui cache tout, la moindre de ses pensées. Elle ne montre rien et arrive à réagir selon les désirs de la personne qu’elle a en face d’elle. Tant mieux car déjà que son histoire est assez difficile à vivre, cela aurait pu être pire. Eliana dort très peu car elle a peur de ses rêves. Elle a été conditionnée par rapport à ça. Mais elle n’est pas un mouton. Le sort des autres l’importe beaucoup.

Cette société doit vivre, au mépris de tous et des éléments naturels. D’ailleurs, puisque l’eau est bien présente à cause de l’océan qui entoure l’île, la Nature reprendra ses droits. Avec ce message, Emmi Itäranta lance un signal d’alarme.

Je remercie les Editions Presses de la Cité pour l’envoi de ce roman

Résumé La Cité des Méduses d’Emmi Itäranta

Eliana a entre 20 et 25 ans. Elle vit sur une île dans un Palais où elle tisse depuis son plus jeune âge.

Lors de son tour de garde, elle découvre une jeune fille en sang qu’elle croît morte.

Mais Valeria est bien vivante et porte sur sa paume un tatouage qui mentionne le prénom d’Eliana.

La Cité des Méduses d’Emmi Itäranta

date de sortie : 12 janvier 2017

Editeur : Presses de la Cité

Isbn : 978-2-258-10798-4

Nombre de pages : 346

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s