Les nuits de Reykjavik d’Arnaldur Indridason

Les nuits de Reykjavik d’Arnaldur Indridason – Source Editions Points

Trois jeunes garçons découvrent le cadavre d’un homme.

Un an après, Erlendur, jeune policier, patrouille de nuit avec deux collègues, étudiants en droit. Il s’interroge sur cette mort intervenue, qui ressemble à un accident. A la même époque, il y a eu plusieurs disparitions de femmes.

Si je dois commencer une série, autant la débuter dans l’ordre. En effet, il m’arrive bien souvent, trop souvent ?, de lire un roman et de me rendre compte que le personnage est récurrent. Cela m’oblige (non, vilain mot) à acheter les romans précédents pour connaître l’évolution du personnage. Ce n’est pas le cas ici. Après ce premier tome, j’achèterai le second et je verrai si je continue. Car mon avis est assez mitigé concernant Les nuits de Reykjavik. Pourtant, j’adore les auteurs du Nord de l’Europe. J’aime l’atmosphère froide dégagée, la critique de la société du pays dans lequel il se trouve. Mais je vais laisser une chance à Erlendur. Il semble avoir du potentiel. Seul l’avenir me le dira. L’auteur nous le présente tout le long du livre. Il nous donne au fil des pages des traits de caractère de son héros. En écrivant dans mon petit carnet pour établir cette chronique, j’en ai mis un petit peu partout. Je vais donc tout bien arranger pour que ce post soit lisible et compréhensible.

Nous allons découvrir un personnage solitaire de 28 ans, opiniâtre, tenace, qui devra prendre une décision dans sa vie personnelle. Il n’a pas de diplôme, veut reprendre ses études, a une liaison avec Halldora. Il parle peu et est profondément honnête. Il cache quelque chose et il le cache bien. Mais un SDF, en discutant avec lui, mettra le doigt sur ce sujet sensible. Je n’ai pas eu de coup de cœur particulier pour Erlendur. Pourtant, j’ai bien aimé cet homme, comment il s’est immiscé dans cette enquête, comment il veut rendre hommage à Hannibal en découvrant pourquoi il est mort. Erlendur sera un très bon policier. Il est méticuleux, ne néglige rien, s’interroge encore et encore, met bout à bout toutes les pistes trouvées et n’hésite pas à bousculer certains témoins. A côté de ça, on voit que l’homme est bon, qu’il a du cœur et qu’il est prêt à aider son prochain. S

Ce roman a mis énormément de temps à se mettre en place. Est-ce dû au quotidien du héros, jeune, non aguerri, qui patrouille la nuit et qui enquête sur son temps libre ? Est-ce dû à l’atmosphère, à la ville ? Je ne sais pas trop. C’est lancinant, latent, il n’y avait pas assez d’action, pas assez de psychologie. Il a fallu que j’arrive vraiment à la moitié du roman pour m’y intéresser réellement, c’est-à-dire au moment où l’enquête d’Erlendur commence à avoir des effets. J’avais d’ailleurs compris qu’il y avait un lien avec une femme disparue.

L’auteur dénonce les nombreuses violences conjugales, une société qui boit beaucoup, où les policiers sont appelés pour des rixes, des cambriolages et qui doivent établir de nombreux PV qui leur prennent énormément de temps. D’ailleurs, ils semblent être assez mal vus par la population islandaise.

Si l’auteur nous en dit un peu plus au fil des pages sur le caractère d’Erlendur, c’est pareil concernant la relation que son héros a eu avec Hannibal. Pour Erlendur, cela devient vite une obsession.

Nous sommes en Islande et les noms sont assez durs à lire. Il faut prendre son temps mais concernant les personnages, ça va, je ne me suis pas trop perdue.

Les nuits de Reykjavik d’Arnaldur Indridason

DATE DE SORTIE : 7 JANVIER 2016

EDITEUR : EDITIONS POINTS

ISBN : 978-2-7578-5796-0

NB DE PAGES : 352

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s