Une femme en bleu { Voyage en mère inconnue } de Michèle Jullian

Une femme en bleu Voyage en mère inconnue de Michèle Jullian – Source Fortuna Editions

Amata a été adoptée à l’âge de 4 ans. Elle vient de fêter ses 18 ans. Elle a décidé de se couper de ses parents, un peu trop envahissants en investissant le sixième étage.

Ses parents et sa grand-mère ont décidé de fêter son anniversaire quelques jours plus tard. Mais Amata ne se présente pas au restaurant. Elle a pris l’avion pour la Thaïlande à la recherche de sa mère biologique.

Grâce à l’auteur ou à cause de l’auteur, au choix, si je devais me rendre en Thaïlande, ce qui n’est pas prévu puisque ce n’est pas un pays qui sur ma liste, je ne le considérerai pas comme le pays du sourire. Car le sourire peut être de façade et cacher toute une misère humaine, de nombreux soucis pour vivre. Le voyage pourrait certes être agréable avec ses paysages mais le lecteur se rend compte, en définitive, de ce qu’il voit. Des endroits pratiquement inaccessibles, des endroits reculés où la misère est bien présente et des endroits qui attirent énormément de monde chaque week-end. De véritables temples de la consommation inaccessibles à la majeure partie des Thaïlandais. La Thaïlande, c’est d’un côté les très riches et les plus pauvres. Ces derniers attendent avec ferveur la mousson pour pouvoir travailler. La Thaïlande, c’est ce pays où les filles sont obligées de subvenir aux besoins de la famille. Cela prend encore plus de poids lorsqu’elles reviennent dans leur pays, vivant dans un pays où elles ont les moyens. La Thaïlande est un pays de traditions, archaïque par certains côtés, où les jeunes sont en quête de leur identité, où ils se cherchent sexuellement. La Thaïlande, c’est ce pays où la prostitution est omniprésente, où les femmes veulent se marier avec un homme qui peut leur apporter l’aisance. En tous les cas, nombreux sont ceux à vouloir fuir ce pays.

J’ai beaucoup aimé la finesse de tous les personnages, l’étude faite par l’auteur. Chacun a ses défauts, ses aspérités mais aussi ses qualités car un être humain n’est pas foncièrement mauvais. L’histoire d’Amata nous révèlera l’histoire de ses parents, lesquels avec le départ de leur fille, seront obligés de s’interroger, de ne plus vivre le petit confort dans lequel ils étaient installés. Amata grandit, devient une adulte mais ses parents grandissent également. Le fait qu’ils n’aient pas eu le droit de la contacter pendant son périple fait qu’ils peuvent s’interroger encore plus. Nous avons aussi les personnes rencontrées en Thaïlande. Heureusement qu’Amata a eu Nong qui lui a permis d’en savoir plus sur ce pays, ses habitants, ses coutumes, la vie en général. Grâce à elle, Amata a pu prendre la décision de continuer à avancer car elle n’était pas sûre de ce qu’elle voulait réellement, idéalisant cette mère qui a été obligée de l’abandonner à l’orphelinat. Heureusement aussi qu’Amata a Shanti, ce jeune garçon qui est tout le contraire d’elle. Mais les contraires s’attirent. Adopté lui aussi, il ne le vit pas de la même façon. Il a très bien cerné le personnage de son amie. Il est un véritable support, un pilier.

Difficile pour Amata de se positionner face à ses parents illustres, un savant qui vit dans les nuages, érudit, peu enclin à montrer ses sentiments et une mère, belle, ancienne actrice de cinéma qui a eu le succès avec un seul film et qui vit dans le passé tentant de démontrer ce n’est pas altéré. Mata n’a jamais fait de vagues, pensant que c’est ce que ses parents voulaient. Elle a toujours été renfermée, ne montrant pas ses sentiments, reconnaissante en définitive de cette adoption. Son salut semble donc être le retour vers ses racines pour connaître qui elle est réellement, pour grandir.

C’est un très beau roman où se mêlent la quête, l’espoir, la prise de conscience de soi et tout ce que peuvent ressentir les enfants adoptés à la recherche de leur famille, de leurs parents. Cela me rappelle d’ailleurs un reportage vu il y a quelques années où des jumelles avaient été séparées, l’une adoptée et l’autre restant près de ses parents. La rencontre avait été bouleversante, magnifique. Sans réellement connaître le sentiment éprouvé par les enfants adoptés, venant d’un autre pays, grâce à l’auteur, on peut se projeter dans cette quête, cette découverte de lieux, ces rappels.

J’ai beaucoup écrit sur mon cahier pour écrire cette chronique. Je vous en ai communiqué certaines informations. Mais ce roman est tellement riche que je ne peux pas tout dévoiler.

Les Editions Fortuna m’avaient proposé ce roman. Je les en remercie chaleureusement.

Une femme en bleu { Voyage en mère inconnue } de Michèle Jullian

date de sortie : mars 2015

Editeur : Fortuna Editions

ISBN : 978-2-87591-050-9

Nb de pages : 372

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s