Les morts renaîtront un jour de Christoph Ernst

Berlin, tentative de meurtre sur Maje qui enquête sur la mort de sa tante, Käthe. Mais c’est son amie Caroline qui héberge Maje qui est au plus mal.

Mate revient donc sur ce qui a pu entraîner cette tentative de meurtre puisqu’elle a été appelée par sa mère de la mort de sa tante, dont elle est la seule héritière.

Avec ce roman, j’ai appréhendé une autre vision de la Seconde Guerre Mondiale vue par les Juifs et ce qui en a découlé en Allemagne. Cela change complètement de ce que j’ai pu lire auparavant. Ceux qui ont souffert par le régime d’Hitler, qui sont restés en Allemagne ou qui ont pu revenir ont préféré devenir communistes. Je ne parle pas pour tous mais pour certains. En effet, ils ne voulaient pas qu’à nouveau Hitler gagne. Ils n’y ont pas gagné au change. Mais avant d’être Juifs, ils étaient Allemands. Cela a entraîné de nombreuses dissensions dans les familles, en particulier les jeunes qui ne comprenaient pas. Pour eux, Israël était devenu le pays idéal. Pourtant, les parents, qui cachaient, bien entendu, leur peine car ils n’en parlaient pas, dénigraient Israël car ils pensaient aux Palestiniens qui se faisaient également tuer. Pour eux, toute la faute revenait à ce pays créé, soutenu par de grandes nations occidentales. Cela donne matière à réfléchir. L’auteur nous donne les deux points de vue. Ils valent ce qu’ils valent, je ne suis pas là pour juger qui que ce soit, mais la dimension historique est sacrément importante, surtout lorsque cette période intéresse une personne comme moi. Je sais qu’un auteur va romancer des faits, pour servir son intrigue, même s’il s’appuie sur des livres pour raconter son histoire. J’ai donc eu un peu de mal avec le fait que certains Juifs ont été des collabos du régime d’Hitler et ensuite du régime de la RDA, sous la coupe de l’URSS. Faire la chasse à leurs compatriotes et ensuite faire la chasse aux nazis. Mais cela peut être plausible. Torturés, ont-ils eu juste la possibilité de collaborer pour ne pas faire souffrir. Ensuite, se venger de leurs tortionnaires avec d’autres tortionnaires ? Dans tous les romans concernant cette période, ce qui revient toujours, c’est la honte des survivants. Survivre à l’indicible alors que de nombreux membres de leur famille n’ont pas pu rentrer des camps. Si cette dimension historique de la seconde guerre mondiale est bien présente, il y a également la dimension de ceux qui ont vécu en RDA avant la chute du mur de Berlin et après avec ce rejet de l’Ouest. L’extrême droite est également bien présente.

Pour ma part, j’ai été un peu perdue dans le Berlin d’hier et de celui de la chute du mur.

Le but de est clair, elle veut démontrer que sa tante, dont elle est l’héritière, a été assassinée car elle voulait faire valoir ses droits sur une maison que son père possédait et qui est revenue aux nazis lorsqu’ils ont lancé toute leur propagande et extermination contre les Juifs. Pour cela, elle ne va pas prendre de gants et être réellement face à l’ennemi, lui démontrant, sans fioritures son projet et ce qu’elle sait sur lui. Elle va retracer tout le parcours de sa tante dans Berlin, entre présent et passé. Elle constitue donc un véritable danger et semble, pour la police, le suspect idéal, à moins qu’elle ne veuille la protéger. D’ailleurs, elle ne sait plus à qui elle doit faire confiance, à ce jeune homme dont elle est tombée amoureuse, à la police. Elle se tourne plutôt vers celui qui détient, semble-t-il la vérité, malgré les mises en garde de la fille de celui-ci. Maje, avec cette quête, souhaite connaître la vérité sur sa famille. Elle en a marre des mensonges. Elle veut tenter de savoir ce qui est arrivé aux membres de sa famille. 

Je n’ai pas été réellement dans l’ambiance d’un thriller avec cette quête de . J’ai plutôt été touchée par l’ambiance dramatique de ce qui se dégage par ceux qui ont vécu l’indicible, les questionnements, la vie de ces Juifs déportés, certains qui sont revenus en RDA et qui n’ont pas vécu au mieux avec ce régime qui a suivi la guerre jusqu’à la chute du mur qu’ils ont vu avec effroi.

Ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable malgré la dimension historique. Cette dernière, très et peut-être trop présente, gâche en définitive toute la partie noire de l’enquête de Maje.

Lu dans le cadre de #massecritique Babelio.

Les morts renaîtront un jour de Christoph Ernst

date de sortie : 4 juin 2015

Editeur : Piranha

ISBN : 978-2-37119-020-7

Nb de pages : 332

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s