Refuges d’Annelise Heurtier

Refuges Annelise Heurtier

Mila habite à Rome avec ses parents. Elle est interne dans un lycée, par choix. C’est le temps des vacances. Son père, et elle a accepté, lui a proposé de retourner à Lampedusa, dans la demeure familiale, six ans après leurs dernières vacances là-bas. La grand-mère est morte et quelques travaux sont à effectuer.

Arrivée là-bas, Mila décide de fuir ses parents et de retrouver le Lampedusa de son enfance et de passer ses journées dehors pour visiter. Une rencontre avec une jeune fille lui permettra de se remettre en question. 

Lorsque l’on est jeune, on ne s’intéresse pas forcément à des faits d’actualité, surtout lorsqu’un évènement très important pour la vie de famille l’a en partie détruite. C’est le cas de Mila. Pourtant, il suffira d’une rencontre pour qu’elle fasse la paix avec elle-même, avec sa famille et devenir une jeune fille qui comprendra que le malheur peut arriver n’importe où et n’importe quand.

J’ai éprouvé énormément d’affection pour tous les personnages. Certains sont forts mais cachent également bien leurs faiblesses. Et il y a, ensuite tous ces jeunes, qui tentent de gagner l’Europe. Le prix à payer est énormément cher, coups, viols pour les filles, argent dérobé, arrestation, mer déchaînée, faim, soif, esprit qui s’évade pour tenter de survivre, perte de compagnons d’infortune. Ils ont ce rêve de vouloir mener une vie où ils ne seront pas arrêtés à tous les coins de rue, où ils ne seront pas obligés de servir l’armée pendant des décennies, où la peur est omniprésente. Il y en aurait tellement à dire de ces personnes qui viennent d’Erythrée et d’ailleurs. Dans ce roman, il y a une progression concernant l’histoire de ces jeunes qui veulent tenter de joindre Lampedusa, leur fuite. Les chapitres qui leur sont consacrés relate la vie de l’un en Erythrée, les tentatives de départ de l’autre… jusqu’à la tentative d’arrivée à Lampedusa. Rendons leur hommage en les nommant : Amir, Saafiya, Amanuel, Meron, Dietros, Mebata, Gebriel, Awat. Le jeune lecteur apprend donc qu’il faut des années pour préparer une fuite. Il faut mettre de l’argent de côté, ne pas tenter de partir sur un coup de tête. Il faut tenter de prévoir mais la réussite n’est pas assurée. Ceux qui partent laissent une famille derrière eux. Sans un regard en arrière mais toujours en pensée, ils savent que ceux qui restent peuvent être arrêtés. Les années à passer dans des camps de réfugiés jusqu’à avoir l’argent nécessaire pour payer payer le passeur sont le lot de pratiquement tous.

Mila se sent libre par rapport aux autres mais elle souffre également. Pour elle, son père est un héros. Elle est toujours en admiration, même s’il a mis en suspens sont travail pour porter à bout de bras sa famille et surtout sa femme. D’ailleurs, Mila en veut énormément à sa mère et surtout à Michele. Elle était une petite fille heureuse jusqu’à ce fameux jour de juillet. Elle n’a jamais retrouvé les sourires, les rires et la douceur de vivre de son enfance. Elle n’a plus ses parents. 

Avec Mila et ces jeunes gens, l’auteur démontre à son lecteur que l’on ne souffre pas de la même façon. Certaines souffrances, toutefois, peuvent être comprises et transformées pour venir en aide, avec les moyens dont on dispose, pour ceux qui ne peuvent pas se défendre et qui souffrent encore plus.

J’ai lu une belle leçon de courage et je remercie Casterman pour cette magnifique découverte.

Refuges d’Annelise Heurtier

date de sortie : 15 avril 2015

Editeur : Casterman

ISBN : 978-2-203-09109-2

Nb de pages : 240

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s