Platine de Vincent Brunner

Platine de Vincent Brunner

Eva est en seconde, elle est fan de musique. Sa meilleure amie est Samia.

Le véritable père d’Emma est mort. Elle vit avec sa mère et son beau-père mais elle conserve des relations avec ses grands-parents paternels qui en déménageant lui confient des vinyles ayant appartenu à leur fils.

Vraiment très long à se mettre en place jusqu’à cette agression. On navigue entre la petite vie d’une adolescente avec ses questions, sa musique, ses soucis avec sa mère et son beau-père et surtout ce père décédé avant sa naissance dont elle elle récupère les vinyles lorsque ses grands-parents déménagent.

Pas transcendant pour un public adulte. Même si je n’ai pas franchement adhéré au roman par son histoire, par son ton, et même si je me suis ennuyée, par respect pour l’auteur j’ai continué ma lecture. Je n’aime pas laisser en plan, en suspens, un roman. Cela ne m’est arrivé qu’une seule fois et vu le pavé et que je ne comprenais pas grand chose, j’avais préféré arrêté les frais.

Je regrette beaucoup qu’il ait fallu autant de temps avant que l’action ne se mette en place et concerne l’exclusion d’Eva. Auparavant, comme après, il faut bien le dire, Eva vit sa petite vie d’adolescente entre son père et sa mère. Elle n’est pas franchement une élève studieuse, a une seule véritable amie et elle adore la musique. Mais pas n’importe laquelle, le rock. C’est vrai qu’elle a perdu les disques. Mais étant assez heureuse dans sa famille, le fait qu’ils soient de son véritable père n’a pas eu l’air trop de la concerner. On peut le comprendre. Elle n’a jamais vécu avec l’ombre de cet homme trop tôt décédé. Il n’y a eu aucune sensation de manque.

Le personnage de la mère est exécrable je trouve. Qu’elle soit fâchée contre sa fille à cause de la perte de ces vinyles, pas encore, mais elle ne doit pas lui faire porter le chapeau. Qu’elle joue son rôle de parent lorsque sa fille est exclue. Ok également. Mais franchement, c’est un peu tiré par les cheveux.

Oh, bien sûr, Eva est en butte à la méchanceté des gens quand son secret est découvert. Ce n’est pas beau c’est vrai. Mais ce que l’on peut dire c’est qu’elle sort grandie de cette histoire. Elle peut faire la paix avec son passé, trouver des amis sur lesquels elle peut compter, connaître la véritable personnalité de certains et surtout faire que son héritage musical perdure.

Platine est le premier roman pour adolescent de Vincent Brunner qui est un spécialiste musical. Ce que je reproche aux auteurs qui tentent de se mettre à la place de ces jeunes, c’est ce langage, ce mode de pensée. Car tous les adolescents ne parlent pas comme ça, ne pensent pas comme ça. Cela ne permet pas de les voir sous leurs meilleurs jours. Vincent Brunner n’est pas le seul à tomber dans le panneau. Références également à de nombreuses séries actuelles, des groupes de rock vieux ou actuels.

Roman pour ado lu, très facilement, par une adulte. Cela peut être réalisable mais personnellement, il ne donne pas toute sa plénitude. Maintenant il faudrait un autre regard et surtout un public plus jeune pour rédiger un avis.

Je remercie en tous les cas Flammarion pour cette découverte.

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s