Les îles de Philippe Lançon

Les îles de Philippe Lançon - Source J'ai Lu
Les îles de Philippe Lançon – Source J’ai Lu

J’ai pour habitude de faire un petit résumé de présentation du livre que j’ai lu. Mais là, cela m’est impossible. Je vais donc prendre le résumé de l’éditeur J’ai Lu, que je remercie vivement pour l’envoi.

Les îles C’est l’histoire d’une femme élégante et éduquée, avocate à Hong-Kong, et qui devient folle lors d’un voyage à Cuba. C’est l’histoire de l’effet de cette folie sur celui qui la raconte et l’imagine : ses souvenirs, ses amours, ses amis, ses rêveries. C’est l’histoire d’un homme dont le coeur est attaché à ces deux îles où rien n’aurait jamais dû le conduire, sinon l’obscur et capricieux désir de vivre l’instant, de n’en plus sortir, de l’écrire et d’aimer. C’est l’histoire de gens qui vivent à Hong-Kong, à Paris, à Cuba, en Inde. Ils sont seuls et voyagent parce qu’ils sont seuls. Ce sont eux, les îles. « Lançon se révèle un remarquable styliste, capable de provoquer l’émotion là où on ne l’attend pas. » Baptiste Liger (Lire) – L’Express

Le lecteur se trouve plongé dans la vie de Philippe, cet éternel voyageur, écrivain avec son mariage, la fin de celui-ci, ses différentes liaisons. Mais est-ce vraiment indispensable de tout raconter ? Est-ce que cela change quelque chose à la finalité de cette autobiographie/biographie ? Je ne le pense pas car cela nous fait perdre un peu notre temps. Il veut s’attacher à ses nombreux personnages, dont certains noms ont été changés, comme ceux de Jad et de Jun, qui sont parties toutes les deux à Cuba, car les personnes ne sont pas au courant de l’écrit. Mais Philippe Lançon, en définitive, ne parle pratiquement que de lui, de ses rencontres qui sont tout de même importantes dans sa vie. Il nous détaille ses personnages, leurs traits de caractère, leurs défauts, leurs faiblesses. Les personnages sont en définitive seuls, sauf peut-être les Cubains.

Paris, Espagne, Cuba, Hong-Kong, Etats-Unis, il nous emmène assez loin, nous fait voyager en nous donnant ses impressions sur ses voyages, les lectures qui les accompagnent, les gens qu’il rencontre et qui deviennent ses amis, pour ainsi dire. Mais on se rend compte que les amis de voyages, qui nous reçoivent, ne sont pas des amis, même si les liens sont conservés, souvent distendus. Les liens se tissent, se défont et se retissent. En amitié, il faut laisser l’autre libre. Et peu de gens le font.

Je n’ai pas du tout été sensible à cette histoire racontée par Philippe Lançon. Ce n’était peut-être pas le bon moment pour la lire. Cela n’enlève rien au style de l’auteur, loin de là, à ses mots. Mais j’ai trouvé le livre trop long, extrêmement long pour arriver à la fin de l’histoire où on en sait, en définitive peu, sur Jad et comment elle a fait pour s’en sortir de cette dépression. Il m’a fallu un peu plus de 150 pages pour m’intéresser réellement à ce qui se passer car la situation semble se décanter. Car était-ce vraiment une dépression pour Ali, un moment de folie qui lui est tombé dessus pendant son voyage à Cuba ? Rien ne le laisse présager dans les mots de l’auteur lorsqu’il raconte le caractère de son amie, qu’il voit lors de ses voyages en Chine. Sauf lorsqu’elle vient à Paris avant de partir où il note un changement dans son attitude. On aurait pu penser que ce serait Ali qui aurait eu ses problèmes psychologiques, elle qui a changé du tout au tout au fil des années.

On sait que lorsque l’on retranscrit des faits qui nous touchent, quand on échange avec une personne, rien n’est tout à fait réel. Il y a toujours une part qui arrange la personne qui parle, qui écrit. Elle peut enjoliver les faits ou au contraire ne pas dire la vérité car elle a vécu la situation et ce n’est pas avec détachement qu’elle en parle. Les faits sont donc réels mais aussi fictifs, afin que certaines personnes ne puissent pas se reconnaître. Jad, si elle était au courant, ne serait sûrement pas d’accord. On peut la comprendre. Elle est la première concernée et si elle a perdu l’emprise d’elle-même dans cette situation, vu qu’elle ne se rappelle de rien, selon l’auteur, elle trouverait que cela ne lui correspond pas.

Alors est-ce que Cuba rend dépressif ou soigne ceux qui vivent une dépression. Dans sa description de Cuba, j’ai pu retrouver ce qu’a pu m’en dire ma belle-soeur, Cubaine, ou mon homme lorsqu’il est parti en voyage là-bas. La misère, les habitants, les paysages … une île qui pourrait être paradisiaque grâce à son panorama. Il vaut mieux ne pas tomber malade là-bas.

Philippe Lançon est un auteur érudit qui lit beaucoup. En effet, il fait référence à grand nombre de ses lectures. La descriptif de tous les paysages passe par ses yeux et je trouver que c’est très bien réussi car très vivant.

Donc, pas franchement un coup de coeur. Peut-être parce que ce n’est pas trop mon genre de lectures, même si j’aime découvrir de nouveaux auteurs et d’autres univers.

Publicités

Un commentaire sur « Les îles de Philippe Lançon »

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s