La Tour Sombre – Le Pistolero de Stephen King

Roland est le Pistolero. Cela fait deux mois, voire plus, qu’il poursuit l’homme en noir dans le désert, un sorcier qui a pas mal d’avance.

Il fera des rencontres, des hommes, des femmes, un jeune garçon qui ont déjà eu affaire à cet homme avec plus ou moins de succès pour certains car l’homme en noir est maléfique, il piège les gens dont Jake, un jeune garçon qui sait l’avenir qui l’attend, en suivant le Pistolero.

Grâce aux Editions J’ai Lu, que je remercie pour l’envoi de ce premier tome et du dernier, je me replonge avec délices dans Stephen King. Je ne connaissais pas la Tour Sombre mais je retrouve, après Dome 1 & 2, dans l’univers de Stephen King. Un univers que l’on retrouve facilement avec une écriture, une intrigue et tout ce qui fait que l’on aime, que l’on adore Stephen King, pour ceux qui l’ont déjà lu.

Stephen King a commencé  cette saga alors qu’il était âgé d’une vingtaine d’années, au moment des romans de Tolken et du film de Sergio Leone. N’ayant pas lu les romans, je n’ai aucune idée de leur univers fantastique mais le film a marqué mon esprit et je me suis imaginé Roland sous les traits du héros du film. Dommage que Stephen King en ait parlé avant le début du roman, mais ces images sont vite parties lorsque j’ai été plongée dans l’univers.

Stephen King a mis de nombreuses années pour La Tour Sombre, de 1967 à 2003. Il voulait faire le roman le plus long de l’histoire merveilleuse. Il a repris ses écrits pour les retravailler et offrir ces versions.

L’histoire merveilleuse, c’est l’Autre Monde. Un Monde qui semble être le futur de ce que l’on peut connaître actuellement. Cet Autre Monde est-il celui des morts ? J’en ai l’impression avec Kevin.

Le lecteur est vite plongé dans l’histoire. Stephen King a le talent de ne pas le faire abandonner. Il se passe toujours quelque chose, un imprévu aux fils des pages avec peu de gens, des malades, des fous, dans ce désert, mais des rencontres également bizarres avec des morts qui se sont transformés.

Stephen King manie le surnaturel à merveille, surtout avec cette fusillade. On se demande comment Roland peut faire pour tuer toutes ces personnes, recharger ces pistolets en même temps, mais ces mains souffrent. Donc, ce n’est vraiment pas facile pour lui.

Stephen King allie présent, avec cette quête de La Tour Sombre, et passé, avec l’histoire de Roland, sa jeunesse, son apprentissage comme Pistolero et comment il a décidé de braver le destin. Un jeune homme courageux, terre à terre, qui ne veut pas que ses émotions se montrent, reviennent à la surface, car elles pourraient être désastreuses pour lui. Reverra-t-on Jake dans les prochains tomes ? J’aimerais bien car Roland n’en a pas fini avec ce garçon, il me semble. Ce n’est pas la première fois qu’il semble éprouver des sentiments pour quelqu’un, de l’amour. Roland ne veut pas reconnaître les sentiments qu’il éprouve. Avec son passé, dont on ne connait pas toutes les parties, cela peut se comprendre. Cet amour de père à fils (?) pourrait perdurer même si Jake a de nombreuses raisons d’en vouloir au Pistorlero.

Alors, et cette quête de la Tour Sombre. Roland a maintenant des informations, pas toutes. Il sait seulement que des cartes vont être importantes, que cela sera difficile d’y accéder et surtout d’être mis en présence de ce roi Rouge, dont l’homme en noir était l’émissaire, l’homme à tout faire.

Allez, maintenant, il faut que je commande les autres tomes pour finir l’histoire que j’ai commencé.

Publicités

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s