La prime de Janet Evanovich

Stephanie Plum a 30 ans, elle est divorcée, n’a plus de job. Sa mère veut à tout prix la remarier.

N’ayant pas d’argent, elle prend un travail de détective pour retrouver ceux qui n’honorent pas leurs convocations devant le tribunal.

Stephanie est très souvent en contact avec celui qu’elle doit arrêter mais elle n’a pas encore trouvé le moyen de le faire. De plus, il la sauve d’un mauvais pas.

La Prime est donc le premier tome de la série mettant en scène Stephanie Plum. Cela fait un moment que j’en avais entendu parler et il a fallu que je gagne sur Facebook pour le lire. J’ai mis du temps avant de m’y mettre car j’avais plus important à lire. Et c’est vrai car ce premier tome n’est vraiment pas couronné de succès, même si un film a été tiré de La Prime.

Bon, on va dire qu’il faut que cela se mette en place progressivement, que l’on fasse connaissance avec l’héroïne et sa famille.

Stephanie n’a rien à perdre. Elle a perdu son travail, elle est divorcée et elle n’arrive même plus à payer ses factures, donc elle est obligée de vendre ses biens. A qui s’adresser quand on n’a plus de travail ? A un membre de sa famille que l’on n’aime pas trop et qui tient une agence de cautionnement.

Stephanie va donc s’improviser chasseuse de prime. Sans rien savoir et surtout elle s’attaque à un très gros morceau. Un flic, qu’elle connait plus ou moins depuis l’enfance, qui s’est enfui alors qu’il est jugé responsable de la mort d’un homme. Mais Stephanie est tenace, elle n’a pas la langue dans sa poche. De plus, elle fait la connaissance d’un boxeur très violent avec les femmes à qui elle résiste. On sent que Stephanie joue un personnage, qu’elle n’est pas 100% naturelle, sauf qu’elle a peur. Vivant pratiquement seule, elle se fait des films comme tout le monde. Elle prend les opportunités lorsqu’elles arrivent. Elle est assez débrouillarde également et n’écoute personne.

L’histoire est bien racontée, elle fait sourire, voire rire mais je peux vous assurer que tout est prévisible et même la fin. Le ton est vraiment humoristique.

Donc, à part passer un petit bon moment de lecture, La Prime n’est vraiment pas transcendante et elle est très vite à oublier. On peut être amusé par l’arrestation qu’elle veut faire à tout prix. Stephanie a eu un coup de chance et un coup de génie.Peut-être qu’un nouveau tome sera plus prenant.

Au niveau personnage, ils ne m’ont en aucun cas dérangé. On trouve des gens comme ça partout, même si je trouve que leurs aventures sont plus ou moins exagérées. Que Stephanie retrouve un homme qu’elle connait, on va dire que c’est le pur hasard pour ne pas écrire autre chose. Et peut-être qu’il van mieux qu’elle ait affaire à quelqu’un qu’elle connait plus ou moins. De toutes façons, même si Stephanie a peur, elle avance tout de même parce qu’il le faut bien et surtout parce qu’il y a de l’argent au bout qui va lui permettre de renflouer son compte.

Bien entendu, dans cette ville, il y a de tout. Des méchants (très méchants), des prostituées (que l’on frappe), des personnes de la middle-class pour reprendre un terme américain. La police également puisque Stephanie entretient un rapport assez étroit avec quelques agents, dont un lui apprendra le maniement des armes. Car Stephanie se rend bien compte qu’elle a tout à apprendre, si elle veut réussir. Les cas peuvent être difficiles ou faciles.

Si la série vous intéresse, j’ai trouvé ça :

  • 1995 : La PrimeOne For the Money, Adapté en film (sortie française Février 2012)
  • 1996 : Deux fois n’est pas coutumeTwo For the Dough
  • 1997 : À la une, à la deux, à la mortThree to Get Deadly (ISBN 978-2228892490)
  • 1998 : Quatre ou double , Four to Score
  • 1999 : Cinq à sexeHigh Five
  • 2001 : Six-AppealHot Six
  • 2004 : Septième cielSeven Up
  • 2005 : Le Grand Huit , Hard Eight
  • 2006 : Flambant neuf , To the Nines
  • 2004 : Ten Big Ones, non traduit en français
  • 2005 : Eleven on top, non traduit en français
  • 2006 : Twelve Sharp, non traduit en français
  • 2007 : Lean Mean Thirteen, non traduit en français
  • 2008 : Fearless Fourteen, non traduit en français
  • 2009 : Finger Lickin’ Fifteen, non traduit en français
  • 2010 : Sizzling Sixteen, non traduit en français
  • 2011 : Smokin Seventeen, non traduit en français
  • 2011 : Explosive eighteen, non traduit en français
Publicités

Un commentaire sur « La prime de Janet Evanovich »

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s