La dame de l’ombre de Richard North Patterson

Stella Marz est substitut du procureur. Elle est célibataire et a 38 ans.

Vu que son patron se présente à l’élection de la mairie, elle espère que ce dernier lui donnera un coup de pouce pour qu’elle soit élue.

C’est la première histoire de cet auteur que je lis et je trouve que ce n’est pas si mal que ça en définitive. Je le garde dans un coin car j’ai encore pas mal de romans à lire et d’autres auteurs dont j’aimerais acheter les livres.

L’auteur nous livre une belle description de la ville de Steelton et de ses habitants. Ceux qui sont arrivés par bateau pour semble-t-il faire fortune et qui ont été embauchés dans les usines de la ville, jusqu’à ce que le grand patron décide de s’en aller, faisant de cette ville une ville de misère.

Il y a également une belle analyse de toutes les populations qui vivent dans cette ville et qui ne se lient pas. Le racisme, la ségrégation sont profondément ancrées et partout. D’ailleurs, on profite plus que tout des minorités noires de la ville. D’ailleurs, la ville est coupée en deux par le fleuve. Une rive est riche et l’autre pauvre. Pourtant, le procureur va tenter de se présenter comme maire. Il sait qu’il y a peu de chances et pour cela il va tenter de s’allier avec Stella Marz, son adjoint. Elle aussi a besoin de l’appui de Bright car s’il est élu, elle peut prétendre au poste de procureur.

Lors de cette enquête menée de main de maître par Stella, nous avons divers personnages qui poursuivent tous un but. Rester au plus haut niveau, chacun dans son domaine. La corruption, l’argent, la justice, les élections. Cela fait une belle palette me direz-vous.

De plus, même si la ville n’est pas si petite, pratiquement tous les habitants ont au moins un lien avec celui qui fait régner, pour ainsi dire, la terreur. D’ailleurs, dans son enquête, Stella va se sentir bien seule car elle ne saura pas à qui se confier et même si elle se lie avec diverses personnes, elle sera toujours sur le qui-vive et certains éléments feront qu’elle doit prendre des décisions lui faisant perdre de précieuses amitiés, voire l’amour.

Le but de Stella est de trouver la vérité concernant les deux morts dont on lui a confié l’enquête. Deux morts distinctes qui se révèlent être des meurtres et surtout des meurtres plus ou moins liés. Surtout que l’un des cadavres correspond à son ancien amant, un avocat de la défense. Entre flics ripoux, procureurs ripoux, avocats ripoux, il y a de quoi faire. On se rend compte que quoi qu’on fasse, on se sert très souvent des autres.

Des secrets seront mis à jour au fur et à mesure, secrets qui vont détruire un grand nombre de personnes.

Deux morts vont la plonger dans deux enquêtes, surtout qu’un des décès est celui de son ex-amant, avocat. Avec les circonstances de sa mort, elle se rappellera ce qu’elle a connu avec lui et la vie qu’il menait. D’ailleurs cette vie va être au centre également de l’enquête.

Stella veut donc résoudre l’enquête de la mort de Jack et même si elle semble ébranlée par ce qu’elle découvre, elle continuera malgré les menaces.

La dame de l’ombre, Stella, est bien trouvée. Car Stella, même si elle rend pratiquement compte de tout au procureur, agit par elle-même, cachant des informations par suspicion. Et surtout Stella traîne un passé qui lui fait mal. Un père qui l’a reniée car elle voulait réussir et une soeur, jalouse, qui ne veut plus la voir lorsque Stella a décidé de placer son père en maison pour qu’il soit soigné, suite à la maladie d’Alzheimer. Stella a toujours voulu réussir pour ne pas faire comme les siens. Pourtant elle est attachée à son quartier, à sa religion et à ses racines. Stella est très secrète concernant sa vie mais la rencontre avec son collègue va faire qu’elle va s’ouvrir un petit peu et lui raconter des pans de son passé. Mais le naturel de méfiance revient au galop surtout lorsqu’on pense qu’on ne peut pas faire confiance.

Malgré le fait qu’elle veut être élue procureur, elle a très peu d’argent et le fait qu’on lui en propose contre des services va la faire réfléchir, mais malgré tout elle veut connaître la vérité.

Je pensais avoir quelques soucis à écrire cette chronique car j’ai écrit peu de choses pendant ma lecture et surtout ce post a été écrit plus d’une semaine après la lecture. Je n’aime pas attendre pour écrire car j’aime quand c’est encore frais dans ma tête, mais faut croire que ça va encore.

Publicités

3 thoughts on “La dame de l’ombre de Richard North Patterson

  1. Eh bien tu me tentes 🙂

    Pareil pour moi, généralement, j’écris mes chroniques littéraires dès que je referme le livre, en plus je ne prends pas beaucoup de notes pendant la lecture.
    Bisous

    1. @ Cla, très souvent, j’écris plus dans mes petits carnets. Cela me permet d’ordonner mes idées et de ne rien oublier

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s