Embrasement d’Anne Swärd

tous les livres sur Babelio.com

Lou nait pendant l’été. C’est une petite fille brune que sa mère prénomme Angela Raphaëla. Mais pour faire plaisir à sa famille, le prénom de Lou est accolé. Lou grandit entourée de sa famille. Jusqu’à ce fameux été d’incendie où elle rencontre un jeune garçon, beaucoup plus âgé qu’elle, Lukas.

Et là, elle commence à vivre sa vie de solitaire avec ce garçon. Elle se tait, cache des choses, ment, n’est pas brillante à l’école. Avec Lukas, elle brave pratiquement tous les interdits. Mais elle note tout dans un carnet.

On verra Lou grandir et au fil des romans, les passages dans le passé se font de plus en plus nombreux.

La plupart du temps, j’aime beaucoup les auteurs Suédois. Enfin, pour ce que j’en connais puisque je n’ai lu que des auteurs de polars. En recevant ce roman, je ne m’attendais pas du tout à un polar bien évidemment puisque j’ai lu la quatrième de couverture et qu’il faisait partie de mon choix.

Au fil des pages, ma lecture s’est faite à reculons, il faut bien le dire et lorsque j’ai tourné la dernière page, j’ai enfin pu prononcer le mot « Ouf ».

Je ne renie pas la qualité de l’écriture de l’auteur. Mais je me demande où elle a bien voulu nous emmener. Nous ne le savons qu’à la fin. En effet, nous apprenons les éléments au compte goutte. Et je n’aime pas trop ça parce que cela semble ne pas être dans la logique du roman. Des éléments, qui ont été bien narrés, concernent la mort du père de Lukas. Une mort lente due à un cancer des os et qui va durer de nombreux mois où Lou et Lukas vont tenter par tous les moyens possibles de rendre le quotidien de cet homme moins difficile.

Par contre, ce que je regrette est que nous ne savons absolument pas ce qui s’est passé entre Lou et Lukas à Copenhague. Etant donné que Lou est la narratrice et qu’elle n’a aucun souvenir de la nuit qu’ils ont passé ensemble, cela  conserve le mystère. Est-ce que cette sortie est à la base de ce qui se passe par la suite ? Lorsqu’elle abandonne Lukas, part avec un autre homme puis d’autres hommes pour vivre sa vie de solitaire dans de nombreux pays où elle ne se sent jamais chez elle.

Les Suédois apprennent les jeux de l’amour très tôt et Lou n’y coupe pas.

On apprend également ce qui s’est passé pour sa mère qui est tombée amoureuse de son beau-père. Mais on ne sait pas du tout pourquoi le père de Lou a quitté sa femme. Aurait-il surpris les regards échangés entre sa femme et son père ? Bien qu’il n’y ait pas eu adultère, du moins, c’est ce que je pense.

Mais Lou, qui a vécu quelques années avec son père, l’a beaucoup idéalisé. De plus, comme il est à l’origine d’un grave accident, personne dans les 16 personnes qui composent la famille ne veut en parler. Pour eux, cet homme ne fait plus partie de la famille. La figure paternelle manque énormément à Lou. Est-ce la raison pour laquelle elle s’est prise d’amitié pour ce garçon qui est déjà un adolescent alors qu’elle n’a que 7 ans et qui deviendra un homme lorsqu’elle entrera dans l’adolescence ?

Est-ce que Lukas a tenté de façonner Lou à son image ? Un ours solitaire ? Ou voulait-il connaître ce qu’était réellement une famille ? Il apprendra à la mort de son père ce qui s’est réellement passé dans son enfance. On pourrait penser que Lukas est son menton mais Lou est tout de même une fille intelligente qui sait ce qu’elle veut et qui prend le dessus sur Lukas.

Le feu et l’embrasement sont les thèmes centraux du roman. D’où le titre. Tout commence avec le feu pour Lukas et tout finit pour lui avec le feu. Mais un autre feu mettra fin également à la vie des personnages. Le feu de l’amour qu’ils n’ont pas su se dire à cause de Lou qui a préféré quitter Lukas pour vivre sa vie avec d’autres hommes et connaître de nouveaux horizons faits de solitude. Car Lou a été trop choyée par sa famille, ses grands-parents, ses parents, ses oncles et tantes. En effet, c’est la seule enfant et en plus une fille. On a l’impression qu’ils sont là pour elle parce que sa mère ne s’occupe pas trop d’elle. En effet, Lou, au contraire des membres de sa famille est brune. Comme tous les enfants, elle se fera punir lorsqu’ils découvriront son amitié, et plus encore, avec Lukas. Mais ils lui laissent vivre sa vie, ne sachant pas où elle se trouve la plupart du temps. A moins que sa mère ne s’en doute. Mais elle n’a pris aucune mesure pour que cela cesse.

Le lieu où ils vivent également n’incite pas à la promiscuité avec les voisins. Ils semblent tous à l’écart du monde, entre la ville et la campagne. On a l’impression que toutes ces personnes sont en marge de la société.

Lu dans le cadre du challenge Babelio.

Publicités

Un commentaire sur « Embrasement d’Anne Swärd »

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s