Ceux qui vont mourir te saluent de Fred Vargas

Nous sommes à Rome, à la gare, deux anciens empereurs Romains discutent de Laura, la belle-mère de Claude qui doit arriver.

Assassinat du père de Claude à Rome. Cela met Claude dans tous ses états que son père soit venu car il pense que son père va encore lui faire des remarques, des remontrances sur sa vie alors qu’il a déjà 25 ans.

Claude, Tibère et Néron ont été arrêtés suite à cet assassinat. Mais le frère d’Henri, qui est ministre en France, veut que l’affaire soit étouffée en Italie. Il fait dépêcher sur place un enquêteur spécial, Richard Valence. Mais c’est sans compter sur Ruggieri qui veut mener l’enquête jusqu’au bout.

Toutefois, Valence sous ses airs noirs cache lui aussi un passé. Un passé commun avec Laura. Sous ses airs, il se prend tout de même d’affection pour Tibère. Valence va arriver à savoir pratiquement toute la vérité. Il veut que cette vérité éclate coûte que coûte. Mais il va quand même réfléchir et cette réflexion va l’amener à résoudre l’affaire avec Tibère et Néron

Un petit policier qui va réellement à l’essentiel. On comprend pourquoi Fred Vargas est une professionnelle dans son domaine.

Malgré les nombreux personnages, chacun a sa place et à chaque page on en apprend un peu plus d’eux. Deux personnages noirs, Laura et Valence. Mais qui en définitive se révèle le plus noir de tous ? Vous le saurez à la fin que je ne vous dévoilerai pas.

Des personnages loufoques que ce trio. Mais des jeunes hommes unis, pour qui l’amitié n’est pas un vain mot, surtout entre Claude et Tibère, qui sont des amis d’enfance. Doit-on croire que l’un est plutôt là parce qu’il est amoureux de Laura et qu’il reçoit de l’argent d’elle pour être avec Claude. C’est en écrivant cette chronique que je me pose cette question. Amoureux, oui, je le pense. Désintéressé, je le pense aussi. Mais allez savoir.

Ils se sont choisis des noms d’Empereurs Romains parce que Claude a déjà le prénom. Et c’est vrai qu’au début du roman, je me demandais pourquoi ces hommes, que j’avais pris pour des statues de pierre parlaient et surtout parlaient d’une femme. Cela met déjà le lecteur en déroute et c’est vraiment bien trouvé puisqu’on a l’explication de ces noms plusieurs pages après.

Il me semble que c’est mon premier Fred Vargas et je ne suis pas déçue. Les femmes auteurs françaises sont vraiment douées pour les polars. Il n’y a qu’à voir dans un autre Maud Tabachnick.

L’enquête de police est bien là avec les éléments qui concordent ou d’autres éléments qui ne concordent pas. Mais c’est ça le propre du roman. Des secrets de famille vont être révélés, et bien entendu ce ne sont pas de beaux secrets de famille.

C’est vrai que c’est un petit roman mais je peux vous dire que je l’ai dévoré. Je n’avais aucune appréhension concernant le style. Tout est bien maîtrisé, il n’y a aucun temps mort. Je n’ai pas été du tout déçue. Il y a tous les éléments indispensables, manipulation, héritage, tromperie et même l’Eglise et des dessins de peintres célèbres.

Publicités

Un commentaire sur « Ceux qui vont mourir te saluent de Fred Vargas »

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s