Masmara d’Alba Kertz

Ludivine préfère rompre avec Marc avec qui elle entretient une liaison depuis 6 mois.

Sa cousine, pendant ce temps-là, traverse une mauvaise passe. Elle pense que son mari la trompe. Des signes qui ne trompent pas.

Ludivine s’improvisera détective et essaiera de faire rentrer son cousin dans le droit chemin. Pour cela, elle utilisera un lien que tous les deux connaissent.

Ludivine est une jeune femme qui préfère prendre les décisions de peur de souffrir. Elle a déjà assez souffert comme cela depuis la mort de ses parents alors qu’elle était une enfant, même si elle a été choyée par la soeur de sa mère et sa cousine. Elle veut donc être maître de sa vie même si elle recherche l’amour.. La famille compte beaucoup pour elle, que ce soit sa tante, sa cousine, son beau-frère, ses neveux et nièces. C’est une jeune femme au grand coeur qui s’est pris d’affection pour une vieille dame, Emma, qui vit à l’hôpital où elle travaille. D’ailleurs elle est surprise de rencontrer un chirurgien qui s’est pris aussi d’affection pour cette dame.

C’est l’histoire d’une famille énormément soudée. Chacun pense à l’autre. Quand Julien est possédé par le démon de la quarantaine, Ludivine prendra les devants car elle sait que s’il part, elle perdra son amour de jeunesse, mais la famille sera anéantie, sa cousine, les 5 enfants et la grand-mère.

Dans ce roman, la femme apparait comme le pilier de la famille. Que ce soit Ludivine, Laure, la grand-mère ou même la jeune adolescente, Vanessa. Car cette dernière a tout compris. Malgré ses airs et ses paroles de colère, elle a peur de tout perdre.

Il y a des non-dits, pas de confessions entre femmes proprement dites mais elles se comprennent sans se parler. Ah bien sûr il peut y avoir quelques crises mais l’union et la force font qu’elles s’en sortiront.

Ludivine doit composer avec son passé et son avenir. Revenir sur les lieux de son enfance, aux sources pour faire son deuil et repartir vers l’avant. Ludivine est en quête d’amour, du grand amour. Arrivera-t-elle à le trouver ?

Elle cache ses sentiments, ses interrogations, ses doutes derrière ce mur bleu qui change selon son humeur.

L’écriture d’Alba est simple, fluide, sans fioritures. Elle est accessible à tous. Tout est concis, clair et net. Les phrases et les paragraphes sont courts.

Amour, trahison, infidélité, une famille qui pourrait se déchirer par ce qui lui arrive à cause d’un homme ou de la vie du jeune homme.

Il montre une femme indépendante mais qui veut aider les autres.

Nous avons les souvenirs d’enfance d’Emma et de ce qu’a pu être sa vie et qui montre la fragilité de celles qui ont eu beaucoup d’enfants et qui n’ont pas eu le droit à la parole.

J’ai mis peu de temps à lire ce roman. Je ne l’ai pas lâché, il faut bien le dire. D’ailleurs je l’ai relu, puisque j’ai eu la chance de le lire avant les corrections et son édition. Et mon sentiment reste le même. La plume d’Alba est belle. Jeunes ou vieilles, les femmes sont là. Sans elles, rien ne tournerait rond. Je ne veux pas dire que les hommes n’ont pas de part dans ce roman. Mais chaque femme a son caractère propre, son passé, son avenir et surtout son envie de réussir.

Je pense que la famille est importante pour Alba Kertz. Je m’en étais rendue compte dans ses romans précédents.

D’ailleurs, je vais vous proposer un petit challenge. Je vais faire de Masmara un livre voyageur. Pas mon roman puisqu’il est dédicacé. Je vous propose de vous inscrire, je vais tenir une liste. Il faut juste s’engager à le lire dès réception et de l’envoyer à la personne suivante. Mais il faut également écrire un petit mot pour Alba, sur ce que vous avez pensé de son roman. 


Publicités

4 commentaires sur « Masmara d’Alba Kertz »

  1. C’est avec beaucoup de tact et de justesse qu’Alba Kertz nous tient en haleine tout au long de ce beau roman.
    Ludivine est recueillie chez sa tante dans son enfance, suite au décès accidentel de ses parents. Sa cousine Laure qui devient ainsi sa demi-soeur fonde bientôt une famille que Ludivine aime à retrouver certains soirs ou le dimanche.
    Un soupçon d’adultère la transformera en détective et elle saura trouver une ruse imparable pour ramener l’homme volage à sa petite famille désemparée.
    Papillonnant d’un garçon à l’autre, elle refuse obstinément de poursuivre une relation trop envahissante et n’hésite pas à user du mensonge pour éconduire un amoureux trop fervent.
    A l’hôpital où elle travaille, elle se prend d’amitié et de tendresse pour une très vieille dame soignée au service gériatrie, qui retrouve parfois quelques bribes de sa mémoire d’enfance. Lors d’une de ses visites Ludivine est surprise de trouver, assis à son chevet, un éminent chirurgien de l’hôpital. Désormais ils sont deux à partager les lourds secrets enfouis du passé de cette aïeule, secrets dont elle se délestait jour après jour. Cette confession allégeait peu à peu sa peine et elle allait enfin pouvoir s’endormir en paix.
    L’attachement que Ludivine portait à cette patiente, l’attention qu’elle lui avait prêtée ces dernières semaines lui firent prendre conscience de son propre deuil qui n’avait que trop duré. Il était temps de reprendre le cours de sa vraie vie. Retourner à Masmara, cette belle demeure de son enfance qu’elle avait fuie après le drâme, lui redonner vie et accepter, enfin, une relation stable avec l’homme qu’elle avait choisi.

Un petit avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s